Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 96

  • La Cavalcade de la Saint Eloi, une tradition ancestrale en Provence - ce dimanche à Château-Gombert, village près de Marseille

    IMG_1942.JPG St Eloi.JPG

    IMG_1999.JPG st eloi.JPG

    IMG_2075.JPG st eloi.JPG

    IMG_2097.JPG st eloi.JPG

    IMG_2077.JPG St Eloi fillettes.JPG

    (Photos EB - le 16 juillet 2017 à Château-Gombert)

     

     

     

     

     

     

  • « J’assume parfaitement de mentir » : la révélation choc de la conseillère communication d’Emmanuel Macron

    391150160574316chosesasavoirsursibethndiayelaresponsablecomdemacron.jpg

     

    23h00

    La jeune femme n’hésite par exemple pas à blacklister les journalistes dont elle n’a pas aimé les articles.

    Sibeth Ndiaye, la conseillère communication de l’Elysée, a été la révélation du documentaire sur Emmanuel Macron Les Coulisses d’une victoire, diffusé sur TF1 au lendemain de son élection.

     

    Un article publié dans L’Express le 12 juillet s’interroge sur le rôle de ce membre essentiel de l’équipe du nouveau président. Selon l’hebdomadaire, Sibeth Ndiaye « assume parfaitement de mentir pour protéger le président ».

    L’article, intitulé Silence radio au château, explique notamment que la jeune femme n’hésite pas à blacklister les journalistes dont elle n’a pas aimé les articles: « J’ai reçu des pressions lunaires », a ainsi affirmé un journaliste à l’hebdomadaire.

    Sibeth Ndiaye confirme: « Nous appelons les médias quotidiennement quand on a des divergences d’interprétation ».

    SFR.fr

  • Né femme, il devient un homme et va accoucher de l'enfant fait avec son ami homosexuel...

    naisance_extraordinaire-f640f.jpg naissance.jpg

    Trystan se sentait mal dans sa peau de femme, alors il a décidé de devenir un homme. Faudra pas compter sur lui pour défendre la veuve et l’orphelin attaqués dans la rue par un détraqué ou une racaille mais ça ne fait rien, la gente masculine s’enrichit d’un élément de plus. Les rednecks homophobes diront que ça fait un gay de moins.

    Trystan a subi un traitement hormonal, c’est-à-dire de grosses injections d’hormones mâles, ce qui lui a permis d’obtenir cette voix grave qui fait la fierté des mâles et qui fait vibrer les femelles. Justement, la femelle du Trystan c’est la Biff, qui lui n’a pas changé de sexe, et qui reste homo « normal », dirons-nous. Les plus traditionnels d’entre nous auront remarqué que la normalité a reculé d’un pas, ou a été repoussée d’un cran et que bientôt, on regrettera nos bon vieux pédés, qui seront un peu nos « pédés tradi ».

    On a l’air de faire de l’humour mais l’humour est depuis quelques années pulvérisé par la réalité. La science mal exploitée et les délires humains vont plus vite que les vannes les plus tordues, et pas forcément les plus tordantes. Paris Match semble soutenir ce pauvre couple qui subit moins de quolibets dans les rues de Portland (une ville tolérante) que sur les réseaux sociaux. Quand on connaît la violence des commentaires US...

    Trystanus & Biffidus ont adopté déjà deux enfants, mais ils en voulaient un « naturel ». Comme eux, quoi. Quand on connaît les problèmes générés par les adoptions, surtout quand il s’agit d’enfants issus d’autres cultures, on se dit que nos deux tourterelles vont peut-être avoir des surprises à l’adolescence de leur progéniture. Mais n’oublions pas l’amour, qui peut tout. Et la femille inspire au moins l’amour et la tendresse, sur les photos. Pourvu que ça dure.

    Les enfants adoptifs les appellent « Dada » et « Daddy », Daddy étant une ex-femme, on le rappelle, et Dada l’homme resté homosexuel. On a un peu de mal à imaginer les accouplements de Dada & Daddy mais au fond, ça ne nous regarde pas. Quand Trystan a commencé à prendre de la testostérone, à l’adolescence, il raconte qu’il avait « l’impression de vivre en même temps une puberté et une ménopause ». Il ajoute qu’il ne s’est pas fait greffer un pénis car cela coûte trop cher, plusieurs dizaines de milliers de dollars, avec 50% de chances que ça foire.

    E&R

  • Accusé d’homophobie, le leader tchétchène répond : "Nous n’avons pas de gays, ici"

     

    Alors que son administration est accusée de kidnapper et d’exécuter des homosexuels, le leader tchétchène persiste dans le déni. Tout comme son porte-parole qui avait déclaré au mois d’avril qu’aucune personne homosexuelle ne vivait en Tchétchénie, Ramzan Kadyrov a ainsi réaffirmé vendredi que les gays n’étaient pas « des hommes » et que ce « genre de personnes » n’existe pas dans son pays.

     

    Lors d’une interview accordée à la chaîne HBO Sport, le leader tchétchène s’est emporté après une question du journaliste sur le sort réservé en Tchétchénie aux homosexuels.

    « Nous n’avons pas ce genre de personnes ici. Nous n’avons pas de gays et s’il y en a, emmenez-les au Canada. Emmenez-les loin d’ici pour que nous n’en ayons pas chez nous, pour purifier le sang de notre peuple », a déclaré Ramzan Kadyrov.

    Interrogé sur les soupçons de torture et d’exécution qui pèsent sur son pays, et contre lesquels plusieurs ministres européens ont exprimé leur vive inquiétude, le leader tchétchène a surenchéri :

    « Ils sont le démon. Ils sont à vendre, ce ne sont pas des hommes. Que Dieu les maudisse pour ce dont ils nous accusent. Ils devront en répondre devant le Tout-Puissant. »

  • Promenade de la Corniche à Marseille

    FullSizeRender.jpg Mer Corniche.jpg

    Au fond les îles du Frioul. A droite, "L'Hélice brisée", sculpture  en mémoire de l'Algérie française.

    (Photo EB - 12 juillet 2017)

  • Seine Saint-Denis (93) : Un policier lynché par une trentaine d’émeutiers dans l’enclave afro-musulmane de Sevran

     
    POSTED BY LA RÉDACTION ON 15TH JUILLET 2017 
    0 VIEWS
     

    111111111.jpg Sevran.jpg

    BREIZATAO – NEVEZINTIOU (15/07/2017) Un policier motard de la Compagnie de Sécurisation et d’Intervention du 93 (CSI 93) a été violemment attaqué et lynché la nuit dernière dans l’enclave afro-musulmane de Sevran (Seine-Saint-Denis) vers 02h00, par une trentaine d’individus qui avaient bel et bien décidé de s’en prendre à lui avec le maximum de violence.

    Actu17 (source) :

     

    Alors que la nuit a été particulièrement agitée en Seine-Saint-Denis, notamment à Aulnay-sous-Bois où un motard a trouvé la mort en prenant la fuite, refusant un contrôle de police, des incidents ont également éclaté à Sevran dans le quartier du Pont-Blanc, notamment. Poubelles incendiées et jets de pierres pour les policiers venus soutenir les pompiers, ces derniers ont été contraint de demander du renfort.

    Un policier a violemment été lynché par une bande ethnique :

     

    C’est alors que deux policiers motards de la CSI 93 se sont approchés des lieux et ont été pris violemment à partie, quartier de la Cité Basse à Sevran, par une trentaine d’individus. L’un des motards a alors chuté au sol devant le nombre d’agresseurs venus à son contact direct. Ces dizaines d’agresseurs, certains armés de barres de fer, ont alors encerclé le policier au sol qui a été très violemment roué de coups. Selon nos informations, la trentaine d’auteurs n’a pas hésité à casser une pierre de la taille d’un parpaing sur son casque, mais a également tenté de lui voler son moyen de défense lacrymogène. Le policier a été traîné au sol sur une trentaine de mètres alors qu’il recevait une pluie de coups.

    Le policier a pu être exfiltré in extremis par des renforts :

     

    Vu la situation critique à laquelle il était confronté, ce dernier a été contrait d’ouvrir le feu plusieurs fois avec son arme de service. L’un des agresseurs a alors été blessé au ventre. Selon le journal Le Parisien, le pronostic vital de ce dernier ne serait toutefois pas engagé. Le policier a alors pu être secouru par des renforts, le visage ensanglanté, présentant de multiples contusions partout sur le corps. Selon nos informations, ce samedi matin, il était toujours hospitalisé. Aucune interpellation n’a d’autre part eu lieu, pour l’heure, suite à ces faits.

    Sevran est une enclave afro-musulmane rongée par le salafisme grâce à la bienveillance de la municipalité écolo-gauchiste dirigée par Stéphane Gatignon. Le journaliste Bernard de la Villardière avait été violemment pris à partie par des allogènes alors qu’il faisait un reportage sur la progression islamiste sur la commune.

  • Justice : Le Japon, soucieux des « précieuses vies des victimes », procède à deux nouvelles pendaisons d’assassins

    Japan-police.jpg

     
    POSTED BY LA RÉDACTION ON 13TH JUILLET 2017 
    9 VIEWS
     

     BREIZATAO – ETREBROADEL (13/07/2017) Le Japon a procédé à la pendaison de deux détenus ce matin, a indiqué le ministère de la Justice.

    Masakatsu Nishikawa (61 ans), un des deux détenus exécutés, avait assassiné quatre personnes en 1991. L’autre détenu, Koichi Sumida (34 ans), avait été jugé coupable du meurtre d’une collègue féminine en 2011.

    Le ministre de la Justice, Katsutoshi Kaneda, a ordonné les exécutions qui sont les 18ème et 19ème réalisées depuis que Shinzo Abe est venu au pouvoir en 2012.

    Lors d’une précédente exécution, en 2016, le ministre avait indiqué déclaré qu’il s’agissait « d’un cas extrêmement cruel dans lequel les précieuses vies des victimes ont été prises pour des raisons égoïstes », « j’ai donné l’ordre après une évaluation très prudente » avait-il ajouté.

    (Source : The Japan Times)

     

  • Festivités du 14 juillet : 897 voitures brûlées, une hausse par rapport à 2016

     

     

     
     

    Les autorités ont annoncé que le déploiement massif des membres des forces de l'ordre dans le pays, le soir du 14 juillet, avait permis de limiter les incidents. Néanmoins, le nombre de véhicules brûlés est en hausse par rapport à l'année dernière.

     

    Un total de 897 voitures ont été brûlées et 368 personnes placées en garde à vue lors des soirées du 13 et du 14 juillet, d'après des informations fournies le 15 juillet le ministère de l'Intérieur. Celui-ci a en outre jugé que l'importante mobilisation des forces de l'ordre avait permis de limiter le nombre d'incidents.

    Le nombre de voitures brûlées est en très légère hausse par rapport à l'an dernier, où 855 véhicules avaient pris feu tandis que celui des gardés à vue, 368, est en baisse par rapport aux 577 l'an dernier.

    Lire aussi : Aulnay-sous-Bois : un homme se tue en scooter alors que la police voulait le contrôler

    RT

  • VIDEO. "Nos pays ne peuvent accueillir l'ensemble des femmes et des hommes qui cherchent à venir vivre dans nos pays", estime Emmanuel Macron


    Macron : pas de confusion entre réfugiés politiques et migrants économiques

  • Incendies en série près de Marseille: 350 pompiers luttent contre les feux de forêt

     

    © France 3 Provence Alpes
    © France 3 Provence Alpes

    Plusieurs départs de feu ont été signalés dans les Bouches-du-Rhône cet après-midi dont l'un très violent toujours en cours à Saint-Cannat . Des moyens extra-départementaux ont été demandés en renfort. La préfecture alerte sur les mauvaises pratiques, responsables de nombreux incendies. 

    Par Matthias Somm 

    Plusieurs incendies se sont déclarés à partir de 15h sur différentes communes. Les principaux ont été signalés à Peyrolles, Salon-de-Provence, et entre Lambesc et Saint-Cannat. Selon les autorités, près de 350 pompiers et une centaine d'engins sont mobilisés. 

    Les incendies de Peyrolles et de Salon-de-Provence ont été maîtrisés sans aucune victime à déplorer.

    Départ de feu à Lambesc et Saint Cannas / © Twitter/@Pompier13
    Départ de feu à Lambesc et Saint Cannas / © Twitter/@Pompier13

    "Celui de Saint Cannat est un violent feu de forêts, qui a  parcouru à 17H15, 163 hectares.Les pompiers 13 ont engagé plus de 200 hommes et 50 engins, appuyés par 6 Canadair et un DASH."

    Selon le communiqué des pompiers, cette action a permis d’éviter l’élargissement du feu, de n’avoir aucun blessé ni maison touchée mais le feu progresse toujours.Les habitants de cette zone doivent rester dans leurs maisons et ne prendre en aucun cas leur voiture.Il ne faut pas emprunter la D17 et la D18 entre Saint Cannat et Eguilles.


     

     
  • Armée : Emmanuel Macron recadre sèchement le chef d'état-major

     

    L'annonce de la réduction du budget des armées a jeté le trouble au sommet de la hiérarchie militaire. Le chef d'état-major aurait même mis sa démission dans la balance. Jeudi 13 juillet, il a été rappelé à l'ordre par Emmanuel Macron.

     
    France 3
    avatar
    France 3France Télévisions

    Mis à jour le 
    publié le La poignée de main est ferme, mais sèche. Malgré leurs divergences, Emmanuel Macron et le général Pierre de Villiers sont côte à côte pour descendre les Champs Élysées. Le président a même un geste amical envers le général alors que jeudi 13 juillet, l'ambiance était au recadrage au ministère de la Défense. Philippe de Villiers avait critiqué la baisse du budgetdes armées pour 2017. La riposte d'Emmanuel Macron est violente. "Je considère qu'il n'est pas digne d'étaler certains débats sur la place publique. J'ai pris des engagements, je suis votre chef. Les engagements que je prends devant nos concitoyens et devant les armées, je sais les tenir. Et je n'ai à cet égard besoin de nulle pression et de nul commentaire", indique Emmanuel Macron.

    Des critiques déjà évoquées en 2016

    Ce n'est pas la première fois que le chef d'état-major des armées remet en cause des décisions présidentielles. En décembre 2016, il avait dénoncé la baisse du budget de la Défense annoncée par François Hollande. Il avait alors déjà menacé de démissionner. Pour le moment, la polémique autour de la baisse du budget des armées est loin d'être close. 

  • Macron-Trump : découvrez le menu de leur dîner à la tour Eiffel

    9449142lpw-9449458-article-00814954000004-jpg_4423551_660x281.jpg Menu TE.jpg

     

    Jeudi soir, les deux présidents et leurs compagnes ont dîné au Jules Verne, au deuxième étage de la tour Eiffel. BFM TV s'est procuré le menu du repas.

    PAR 6MEDIAS
    Modifié le  - Publié le  | Le Point.fr
    Les deux couples ont dîné au Jules Verne.
    Les deux couples ont dîné au Jules Verne. © VILLARD/WITT/SIPA / SIPA/ VILLARD/WITT/SIPA
     
  • Défense: pour le FN, c'est Macron qui est "irresponsable"

    XVM9443bf34-686a-11e7-bbc5-15343b5f5bee.jpg

    LE SCAN POLITIQUE - En plein 14 juillet, sur fond de crise entre Emmanuel Macron et les Armées, le Front national, premier parti politique chez les militaires, dénonce le « mensonge » du président de la République sur l'état réel des forces françaises en prenant la Défense de Pierre de Villiers, chef d'état-major.

    Le 14 juillet 2017, premier du quinquennat Macron, est dans le viseur du Front national. Derrière le traditionnel défilé des Forces françaises, le parti de Marine Le Pen, premier parti politique au sein des forces armées, s'élève contre les réductions budgétaires et dénonce des «sacrifices scandaleux». «Emmanuel Macron est dans l'image et n'a pas saisi le fond du problème. Il invite Trump, expose les troupes françaises mais il n'a pas compris que nos forces ont besoin de moyens et n'a pas pris la mesure de leur importance dans la lutte contre le terrorisme» s'insurge Jérôme Rivière, conseiller défense de Marine Le Pen durant la présidentielle.

    Lorsqu'elle était en campagne, la candidate du FN avait plaidé pour une augmentation sensible des moyens accordés à la Défense nationale et promis d'augmenter son budget immédiatement si elle était élue. Elle s'était notamment engagée à dégeler 2,6 milliards gelés par Bercy, dès le mois de juillet.

    Dans un ouvrage publié jeudi, consacré à la nouvelle géographie politique du pays, (Le Puzzle français. Un nouveau partage politique, avec le soutien de la fondation Jean Jaurès), le démographe Hervé Le Bras et le directeur du département Opinion et stratégies de l'Ifop, Jérôme Fourquet, soulignent la forte implantation du vote FN chez les militaires lors de la dernière présidentielle (un militaire sur deux selon l'Ifop). L'examen des bureaux de vote, dans lesquels sont majoritairement inscrits les fonctionnaires des armées et leurs proches, le révèle de manière indiscutable.

    «Arbitrage scandaleux»

    Dans un virulent communiqué diffusé le 11 juillet, le parti frontiste a vivement critiqué les «coupes sèches» prévues dans le budget de l'Etat et dénoncé un «arbitrage scandaleux» qui pèserait, selon lui, sur la sécurité des Français. Si le gouvernement et Emmanuel Macron ont expliqué que ces restrictions budgétaires ne toucheraient pas les activités les plus sensibles des armées, les soldats ne l'entendent pas de la même oreille. A la veille du défilé, le chef d'état-major Pierre de Villiers a menacé de démissionner, au risque de provoquer la colère du président qui est aussi le chef des Armées.

    Mais au FN, le ras-le-bol des militaires n'étonne personne. «Le président Macron avait promis pendant la campagne de porter le budget des Armées à 2% du PIB d'ici 2025. Alors que cet objectif déjà très lointain aurait nécessité un effort progressif et constant, le premier geste du gouvernement consiste à amputer de 850 millions d'euros le budget des Armées, ce qui revient à reculer la ligne de départ avant même le début de la course» a condamné le parti frontiste. Le FN fustige le «cynisme» d'Emmanuel Macron et réclame un nouvel arbitrage pour «préserver l'intégralité» de trois budgets ministériels qu'il juge «absolument prioritaires» (Armée, Intérieur et Justice).

    «Soldats très exposés»

    Durant la présidentielle, Marine Le Pen s'était rendue au Tchad. Elle avait rencontré les soldats de l'opération Barkhane, installés en première ligne contre le terrorisme djihadiste au Sahel. Une fois élu, Emmanuel Macron avait fait le même déplacement et assuré les forces de son soutien. «Je serai un chef des armées exigeant, lucide et toujours présent. Je ne risquerai pas vos vies pour rien» avait-il notamment écrit sur Twitter.

    «Dire que nos forces ne subiront pas ces coupes budgétaires est un mensonge, accuse Jérôme Rivère qui s'était rendu avec la candidate FN au Tchad, nos armées et nos policiers sont à l'os. Dès le 17 juillet, elles ne pourront plus faire appel aux réservistes alors qu'ils jouent un rôle important pour notre sécurité et celle de nos militaires. Au Mali, quand on alimente en eau les postes éloignés, nous n'avons plus les moyens de le faire par hélicoptères et la vie de nos soldats est très exposée car ils sont contraints de traverser des zones tenues par des forces armées rebelles» s'indigne le cadre frontiste.

    Enfin, pour lui, le coup de gueule du chef d'Etat-Major des Armées, réprimandé par le chef de l'Etat, est légitime. «Pierre de Villiers, qui arrive en fin de carrière et que Macron avait reconduit en croyant faire un bon coup de communication, avait déjà expliqué que sans effort budgétaire, il ne pourrait pas tenir le contrat opérationnel signé avec la France. Il est normal qu'il tienne cette position aujourd'hui. Il met simplement à jour la responsabilité du président et du gouvernement. Ce qui est invraisemblable est que le chef de l'Etat, élu sur la promesse d'augmenter le budget des Armées, annonce des coupes budgétaires quelques jours avant le 14 juillet. C'est cela qui est irresponsable!» considère le conseiller défense de Marine Le Pen.

  • Berlin : un réfugié gambien musulman échappe à la prison après avoir torturé atrocement sa belle-fille âgée de 5 ans

     

    23h57

    Un réfugié gambien vivant à Berlin a échappé à une peine d’emprisonnement, en dépit d’être reconnu coupable d’avoir torturé sa belle-fille de 5 ans dans des rituels religieux violents.

     

    Mamadou G, 37 ans, a admis avoir abusé de sa belle-fille dans un rituel religieux appelé « Juju » parce qu’il croyait qu’elle était un diable. L’individu la frappait avec des bâtons, des ceintures et ébouillantait ses mains avec de l’eau chaude, parmi d’autres punitions dégradantes.

    Il lui a dit que si elle «continuait à refuser à Allah, elle irait en enfer, où elle serait démembrée».

    Un pédiatre a témoigné que la petite fille avait des blessures partout sur son corps et qu’il était également évident que l'enfant était gravement traumatisée mentalement ». Le pédiatre a également déclaré à la cour comment la fille a été forcée de dormir dans une valise et n’a pas eu de jouets dans l’appartement dans lequel elle habitait.

    Au tribunal, le juge n’a pas donné à l’homme une peine de prison pour ces crimes, mais a choisi de donner à l’homme deux ans de probation. L’homme sera cependant renvoyé en prison pour une peine pour trafic de drogue, mais sera probablement libre l’année prochaine.

    Bild