Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/05/2017

JOURNAL TVL DU 10 MAI 2017

20:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Marion Maréchal-Le Pen: "désertion" aux "conséquences terribles", selon J.-M. Le Pen

 

Jean-Marie Le Pen, président d'honneur du FN, a vu mardi dans le prochain retrait de Marion Maréchal-Le Pen de ses mandats...

 

Jean-Marie Le Pen, président d'honneur du FN, a vu mardi dans le prochain retrait de Marion Maréchal-Le Pen de ses mandats politiques une "désertion" aux possibles "conséquences terribles".

"S'il n'y a pas une raison gravissime à cette décision, je considère que c'est une désertion", a déclaré le grand-père de la députée FN du Vaucluse, dans un entretien au figaro.fr.

Marion Maréchal-Le Pen va annoncer mercredi dans la presse quotidienne régionale qu'elle quitte son mandat de cheffe de l'opposition FN au Conseil régional de Paca et qu'elle n'est pas candidate à un nouveau mandat de députée. Elle avait exprimé à de nombreuses reprises son envie de se lancer dans le monde du privé, et laissé poindre sa lassitude quant aux relations compliquées au sein du Front national avec sa tante Marine Le Pen notamment.

Selon Jean-Marie Le Pen, qui l'avait encouragée à se lancer en politique, son retrait "va créer une grande déception". Car, "bien au-delà de la Paca, Marion représentait un espoir d'avenir pour pas mal de militants et d'électeurs du Front national".

"Je pense que Marion aurait dû prendre cette décision avant, ou attendre un peu car nous sommes en campagne électorale. Le pays attend le verdict des urnes. Qu'en pleine bataille législative, l'une des vedettes les plus aimées et admirées du mouvement défaille, cela peut avoir des conséquences terribles", a-t-il ajouté.

Pourra-t-elle se porter candidate à la présidentielle un jour? "Pas si elle se retire du combat! Parce qu'il faut prendre de l'élan", a aussi jugé le père de Marine Le Pen, qui s'est lui-même présenté cinq fois à la magistrature suprême.

 
 
 
 
Publié le : 09/05/2017 à 20:36 - Mis à jour le : 09/05/2017 à 20:36

01:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Elève Marine ? Hors sujet !, par Jean-Yves Le Gallou


  

09/05/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Dans une tribune libre à paraître demain dans l’hebdomadaire Minute, dont la version pdf est déjà disponible en ligne, Jean-Yves Le Gallou s’en prend en termes vifs à la stratégie électorale de Marine Le Pen qui a consisté à « transformer l’or d’une situation politique en plomb électoral ». Voici, en intégralité, le texte du président de la fondation Polémia.

« Ceux qui passent des examens et des concours ne l’ignorent pas : pour réussir, il faut bosser ses matières fortes et celles à fort coefficient. L’inspecteur des finances Macron le savait : c’est sur l’économie qu’il pouvait creuser l’écart. Il a choisi d’en parler et d’insister sur ces questions lors du débat qui l’a opposé à Marine Le Pen. Son challenger a fait un choix curieux : elle a choisi de livrer bataille sur le terrain de son adversaire. Voici sa logique !

Mes électeurs s’intéressent à l’immigration : pouah, comme c’est politiquement incorrect – et que cela ne plaît pas aux médias –, je vais leur montrer ce dont je suis capable et leur présenter mon beau programme économique.

Le remplacement de l’immigration par l’euro

Minute Couv second tour Le Gallou

Le Grand Remplacement – démographique et civilisationnel – est un « fantasme complotiste », la sortie de l’euro, voilà l’alpha et l’oméga de mon projet ! Une première en science électorale : battre la campagne pour annoncer une dévaluation ! En bégayant les arguments germanophobes et europhobes de Seguin et de Chevènement dans les années 1990 contre « le franc fort ». Et ce dans la plus grande confusion intellectuelle.

Au demeurant, Marine Le Pen a des excuses : réunissez trois « experts » de l’euro, vous en ressortirez avec quatre ou cinq avis différents tant les questions monétaires sont complexes. Seuls les énarques, les financiers et les frères Philippot peuvent faire semblant de les comprendre…

Regardons maintenant les enquêtes d’opinion. Sur les autres sujets que la monnaie et l’économie, il y a une grande porosité idéologique et politique entre les électeurs des Républicains et ceux du FN : sur l’immigration, sur la sécurité, sur la lutte contre l’islamisation et le terrorisme, sur la défense de la conception traditionnelle de la famille, sur le retour des fondamentaux à l’école et la liberté scolaire. Mais pour Marine Le Pen et son âme damnée, « il n’y a bon bec qu’à gauche ». D’où une campagne de premier et de second tours aux accents principalement mélenchonistes.

Au soir du premier tour, 14 % des électeurs de Mélenchon envisageaient de se reporter vers Marine Le Pen, mais 33 % de ceux de Fillon et 60 % de ceux de Dupont-Aignan. Les trois quarts des réserves étaient donc « à droite » mais les électeurs eurent droit à quinze jours de tentatives de séduction… à gauche. Aux uns les risettes, aux autres les rictus. Étonnant non ? Pourtant, d’un point de vue électoral, il est aussi stupide de désespérer Neuilly que Billancourt !

Une seule exception : l’accord avec Dupont-Aignan qui comprenait une décision sage, différer la sortie de l’euro. Las, dès le lendemain, Florian Philippot déchirait ce « chiffon de papier » et annonçait – croix de bois, croix de fer, si je meurs je vais en enfer – que « dans huit mois, les Français pourraient acheter leur baguette en francs ». Waouh !

Toutes les mères et pères de famille étaient rassurés : en 2030, leur fille pourrait payer sa burka en franc. Vous êtes soulagés ? Moi aussi.

L’art de transformer l’or en plomb

Continuons notre métaphore sur les examens : pour réussir, il faut éviter les « impasses ». Dans une élection, il y a 15 millions de parents d’élèves (sans compter les grands parents) parmi les électeurs. Une paille ! Le fort en thème Macron le savait : dans sa profession de foi de deuxième tour, le candidat d’En Marche ! affirme que « son deuxième chantier sera celui de l’éducation et de la culture » avec comme priorité « la transmission des fondamentaux ». Des promesses en l’air sans doute ! Mais pas un seul mot – non pas un seul mot – sur l’école, la transmission, la liberté d’enseignement dans la profession de foi de Marine Le Pen. Comment expliquer une telle lacune ? Sectarisme ? Incompétence ? Malveillance ?

En tout cas, les résultats sont là : au premier tour, 21 % après avoir démarré à 28 % (score des élections régionales et intentions de vote dans les premiers sondages) ; au deuxième tour, 34 % après avoir démarré à 40 % ou 42 % des intentions de vote.

Une campagne électorale de Marine Le Pen sur la ligne Philippot, c’est moins 7 %. L’art de transformer l’or d’une situation politique en plomb électoral. Quel gâchis ! Jusqu’où ? Jusqu’à quand ? »

Jean-Yves Le Gallou

Ancien député au Parlement européen, Jean-Yves Le Gallou est le président-fondateur de la Fondation Polémia. Dernier ouvrage paru : Immigration : la catastrophe – Que faire ?, éd. Via Romana, 2016.

Texte publié dans le n° 2821 de Minute daté du 10 mai 2017
déjà disponible sur ce lien

01:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

09/05/2017

"On va pas au pays, on va rester ici!"

(merci à Dirk)

22:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Marion Maréchal-Le Pen se retire de la vie politique

 Vers un Front national sans Le Pen ?

Selon nos informations, la députée du Vaucluse va annoncer mercredi son intention de ne pas briguer un nouveau mandat et de quitter sa fonction de présidente du groupe FN en région Paca. Des raisons personnelles expliqueraient ce choix.

Selon nos informations, Marion Maréchal-Le Pen, députée FN du Vaucluse, va annoncer ce mercredi sa décision de ne pas représenter sa candidature aux législatives en juin. Elle abandonnerait aussi la présidence du groupe FN au sein du conseil régional de Paca. Ce choix n’est pas réellement une surprise au sein du parti où la jeune élue n’a pas caché une certaine lassitude depuis plusieurs mois, notamment depuis les élections régionales de 2015. Une telle annonce est motivée par une volonté de clarté, alors que la campagne des législatives s’engage. Durant la bataille présidentielle, le 5 avril, le Canard enchaîné avait déjà laissé entendre que la jeune parlementaire avait informé ses collaborateurs de son intention de ne pas briguer un second mandat et de quitter la présidence du groupe FN en Paca. Des intentions confirmées à l’époque au Figaro par ses proches.

Les motivations de la nièce de Marine Le Pen sont multiples. La jeune élue, mère d’une petite fille, souhaite lui consacrer plus de temps. Prise dans le tourbillon des échéances électorales, elle estimerait que les sacrifices exigés par la vie politique sont chronophages. Marion Maréchal-Le Pen a souvent expliqué également qu’elle ne souhaitait pas se consacrer exclusivement à l’activité politique et qu’elle était aussi tentée par une expérience professionnelle différente. On sait que son grand-père, Jean-Marie Le Pen, a joué un rôle très important dans son engagement politique. Son influence a été déterminante. Récemment, le président d’honneur, qui avait qualifié les conflits entre la nièce et la tante de « coups de torchon », ne voyait pas comment sa petite fille pouvait envisager de quitter ses fonctions politiques. À ses yeux, le poids politique de Marion Maréchal-Le Pen, notamment au niveau régional, ne pouvait pas lui permettre d’envisager sérieusement une telle hypothèse.

Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

 


 

Dans un long courrier adressé ce mardi après-midi à la rédaction de Vaucluse Matin–Le Dauphiné Libéré de et que nous publierons intégralement dans nos éditions de demain, Marion Maréchal-Le Pen explique en détail les raisons qui la conduisent à mettre un terme à ses activités politiques.

Dans cette longue lettre de deux pages qui s’adresse à ses électeurs du Vaucluse, Marion Maréchal-Le Pen reconnait que sa décision constitue « un déchirement affectif » mais elle la justifie par des « raisons personnelles et politiques ».

« J’ai beaucoup manqué à ma petite fille dans ses premières années si précieuses. Elle m’a aussi terriblement manquée. Il est essentiel que je puisse lui consacrer plus de temps » écrit-elle.

[...]

« Je ne renonce pas définitivement au combat politique. » « J’ai l’amour de mon pays chevillé au cœur et je ne pourrai jamais rester indifférente aux souffrances de mes compatriotes. »

Lire l’intégralité de l’article sur ledauphine.com

21:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

JOURNAL TVL DU 9 MAI 2017

21:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

VIDEO - Marine Le Pen s'affiche comme la première force politique d'opposition avec 11 millions de voix

https://fr.novopress.info/205602/marine-le-pen-saffiche-c...

02:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Résultat de l’élection présidentielle : Le peuple n’a pas encore assez souffert

 

 
 
 
 

Source : Boulevard Voltaire – “Le peuple n’a pas encore assez souffert”

Les Français, qui se croient un peuple politique, n’auront été qu’un troupeau manipulé.

Macron, dimanche soir, n’a pas été élu.

Il a été porté au pouvoir, nommé devrais-je dire, par la coalition et la collusion des puissances financières internationales, des médias qui leur appartiennent, des syndicats qu’ils ont su corrompre et d’un système politique à bout de souffle mais bien aidé par une justice sans honneur ni décence. Appelons cela les forces capitalistes dans ce que cette acception a de pire. Nous aurons vécu, à l’occasion de cette élection, un véritable coup d’État politico-médiatico-judiciaire.

Ce type de système politique a un nom, et la dictature de fait dans laquelle nous sommes entrés depuis l’adoption en Congrès du TCE, rejeté pourtant par référendum, sera de moins en moins soft. Les ordonnances nous feront même regretter le 49-3, moins sournois.

Les Français, qui se croient un peuple politique, n’auront été qu’un troupeau manipulé. Ce peuple, que l’on disait et que je croyais fier hier encore, s’est avachi sous les coups de boutoir de la pensée unique.

Nous sommes entrés dans le règne des imprécateurs.

Malgré les chômeurs et les pauvres, les SDF et les suicides des agriculteurs, les attentats, les morts et les blessés, et tant d’autres choses inacceptables, il n’a pas encore assez souffert pour se rebeller, mais ceux qui se croient encore à l’abri vont être, eux aussi, peu à peu touchés par la casse sociale que Macron leur réserve et vont rapidement déchanter : ça va commencer par la fin du CDI et ça se terminera avant la fin du mandat par la mort du SMIC. Nos oubliés d’aujourd’hui sont les abandonnés de demain.

Alors, seulement, ils se réveilleront ; espérons qu’il ne sera pas trop tard, parce que, pour moi, il reste encore un danger bien pire et que je redoute : la suppression, par un moyen ou un autre, de l’élection du Président au suffrage universel.

Le communautarisme prôné par Macron, la négation de la nation qu’il professe, l’abandon délibéré de notre culture, la mise en cause de nos arts, de nos traditions, de notre civilisation chrétienne, le dénigrement de nos inspirations philosophiques et politiques gréco-romaines, la repentance permanente qui lui fait courber l’échine devant le premier venu jusqu’à nous accuser collectivement de crime contre l’humanité (imprescriptible par définition) ne vont pas rester sans effet non plus. Les conséquences n’en seront pas seulement matérielles et, dans l’esprit des Français, cette nouvelle vision de notre pays va marquer les subconscients aussi sûrement que les roues des chariots l’ont fait sur la via Romana, en creusant des sillons à combler jusqu’au moment de devoir refaire la route.

 

Ce Président en kit fabriqué de toutes pièces par les tenants du Nouvel ordre mondial, Bilderberg inclus, qui nous l’envoient et dont Sarkozy vantait déjà les mérites retournera à son salaire de 300.000 € mensuels, agrémentés sûrement de primes exceptionnelles pour services rendus. Car je doute qu’après cinq ans de casse sociale sans résultats significatifs, de dégradation de la situation générale en matière de chômage, déficit, dette, balance commerciale, il puisse, à l’instar de son père spirituel, se représenter. Je pressens un mandat « one shot ».

Espérons cependant que, durant son mandat, nous n’aurons pas à subir un incident financier gravissime, par exemple le krach des banques italiennes ou de la Deutsche Bank, celui des prêts étudiants aux États-Unis, le défaut de la Grèce, qui seraient une redite en pire de la crise de 2008 dite des subprimes, et que les nouveaux terroristes qui vont affluer cet été sur nos côtes seront empêchés d’ajouter à nos malheurs.

Même si, hélas, je n’y crois pas trop…

Yves Costa

02:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

"Je ne regrette pas mon choix" déclare Nicolas Dupont Aignan

NOVOpress

01:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

08/05/2017

Florian Philippot sur RTL

21:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Line Renaud, 88 ans, danse pour Macron !


Line Renaud danse pour fêter la victoire d... par morandini

21:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Marion Maréchal-Le Pen: sa réaction après la défaite de la présidentielle

03:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

L'élection de Macron n'est pas si écrasante... en quatre chiffres !

http://www.francetvinfo.fr/elections/presidentielle/quatr...

02:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

07/05/2017

MacronLeaks : Les « experts » de Macron veulent généraliser l’enseignement de l’arabe car « 67% des musulmans le veulent »

 
Posted by La Rédaction on 6th mai 2017

5016023_6_4c05_emmanuel-macron-visite-le-centre_22aa3b1885bd06dd06740c75935a0b9e.jpg

 

BREIZATAO – NEVEZINTIOU (06/05/2017) Les premières révélations ont commencé à être publiées sur internet après la diffusion de 9Go de données provenant de l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron.

On apprend ainsi que les « experts » du candidat veulent systématiser l’enseignement de l’arabe car « 67% des musulmans » le voudraient.

 

23:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

34,5% : la victorieuse défaite de Marine Le Pen

Elle ne sera pas présidente, mais Marine Le Pen aura réalisé la meilleure performance de l'histoire du Front national dans un scrutin présidentiel, hissant ce parti à la meilleure place pour devenir un vrai mouvement d'opposition à Emmanuel Macron.

Au terme de deux intenses semaines de campagne de second tour, Marine Le Pen n'est finalement pas parvenue à convaincre une majorité d'électeurs de lui faire confiance. Face à Emmanuel Macron, qui a recueilli 65,9% de voix le 7 avril, la candidate du Front national (FN) ne deviendra pas la première femme présidente de la République française. Pour autant, son score constitue bel et bien un record historique pour son parti. 

Si l'on compare ce résultat à celui obtenu par Jean-Marie Le Pen en 2002, face à Jacques Chirac, le pari du FN, à défaut de lui avoir permis de gagner la partie, lui aura fait remporter une manche cruciale. Cette progression s'explique en partie par la personnalité de Marine Le Pen, qui semble bien moins rebutante que celle de son père pour nombre de Français. Mais là n'est pas le seul facteur de cette progression du parti frontiste. Elle démontre également que la dédiabolisation du parti, entreprise par Marine Le Pen depuis son accession à la tête du parti en 2011, porte ses fruits. Loin d'être restée prisonnière de la mauvaise image du Front national, Marine Le Pen est parvenue à susciter un vote d'adhésion autour de son programme, y compris après le premier tour. Mais, outre l'adhésion, c'est un rejet d'Emmanuel Macron que semblent avoir exprimé plusieurs électeurs ce 7 mai. Profitant de plusieurs erreurs de communication d'Emmanuel Macron, comme sa soirée électorale à la Rotonde après le premier tour, ou sa visite houleuse à l'usine Whirlpool d'Amien, Marine Le Pen a joué le contraste pour atténuer les difficultés qui se présentaient à elle. Elle a ainsi su faire de sa candidature un «barrage» anti-Macron, certes bien moins efficace que le vote anti-Le Pen que constituait le bulletin au nom du nouveau président, mais qui paraît néanmoins avoir convaincu un certain nombre d'électeurs de droite et de gauche.

Un «barrage» poreux et un «front républicain» considérablement affaibli

Sans doute la normalisation du Front national et sa patiente implantation dans le paysage géographique et électoral français a-t-elle joué un rôle important dans l'effritement du «front républicain». Unanime, immédiat et inconditionnel en 2002 face à Jean-Marie Le Pen, le fameux «barrage» contre le Front national semble avoir bien moins fonctionné en 2017. L'écart entre les deux candidats, qu'Emmanuel Macron souhaitait le plus large possible, sera finalement bien faible comparé aux 65% qui séparaient Jean-Marie Le Pen et Jacques Chirac en mai 2002. 

En dépit des efforts du camp d'Emmanuel Macron pour convaincre un maximum d'électeurs de voter pour lui face au «risque de l’extrémisme FN», comme il l'avait lui-même désigné, de nombreux Français ont préféré l'abstention : près de 26% d'entre eux n'ont pas souhaité choisir entre le candidat d'En Marche! et la candidate du Front national. Là encore, la comparaison avec 2002 est révélatrice : si l'abstention était passée de 28,40% à 20,30% entre les deux tours il y a quinze ans, par effet de mobilisation autour de l'idée du «barrage» au Front national, elle aura à l'inverse progressé entre les deux tours en 2017, passant de 22,23% à 26%.

Autre signe prometteur pour le Front national : les électeurs semblent bien moins disciplinés qu'auparavant. La forte progression de Marine Le Pen entre les deux tours prouve qu'une part non négligeable des électeurs de François Fillon et de Jean-Luc Mélenchon a voté pour la candidate du Front national au second tour. Le premier avait pourtant appelé à voter pour Emmanuel Macron et le second avait demandé à ses électeurs d'exclure l'hypothèse d'un vote Front national au second tour.

Les chiffres semblent donc confirmer la tendance observée d'un réel effritement du «front républicain» après le 23 avril dernier. Mis à part François Fillon et Benoît Hamon, tous les deux mis en difficulté par leur absence du second tour, aucun autre candidat n'a appelé à voter pour le candidat d'En Marche!. Or, en 2002, sur les 14 candidats n'ayant pas accédé au second tour, 11 avaient appelé à voter pour Jacques Chirac. Le refus de Jean-Luc Mélenchon de soutenir explicitement Emmanuel Macron, particulièrement remarqué et critiqué à gauche, semble en partie avoir démontré que la présence du Front national au second tour ne constituait plus une «circonstance exceptionnelle» contraignant à reléguer au second plan les divergences économiques entre les candidats. 

Un parti devenu incontournable dans un paysage politique redessiné 

La percée électorale et l'implantation de son parti un peu partout sur le territoire, ininterrompue depuis près d'une dizaine d'années, ont fait de la présence de Marine Le Pen au second tour un événement annoncé, et non plus, un choc inattendu déjouant tous les pronostics comme en 2002. D'un élément perturbateur aux airs d'outsider marginalisé, Marine Le Pen aura réussi à faire du Front national une force politique de premier plan dans le paysage politique français, même s'il demeure peu représenté au Parlement par rapport à son poids électoral. Comme tous les grands parti, le FN peut désormais compter sur plusieurs figures médiatiques : à la figure relativement solitaire et controversée de Jean-Marie Le Pen ont succédé plusieurs cadres médiatiques ayant tous joué un rôle au cours de cette campagne présidentielle, comme Florian Philippot, Marion Maréchal-Le Pen, Nicolas Bay ou David Rachline, incarnant parfois des sensibilités politiques distinctes, des «courants » comme dans les partis traditionnels. 

Davantage symbolique que décisif électoralement, le ralliement de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen durant l'entre-deux tours n'en demeure pas moins une victoire pour le Front national, qui a ainsi prouvé qu'il était capable de trouver des points communs entre son programme et celui d'autres mouvements politiques – et de former une alliance. L'ensemble de la campagne de second tour de Marine Le Pen s'est appuyé sur une opposition très marquée entre un clan «patriote» et un camp «mondialiste», que le Front national aura réussi à imposer comme nouvelle ligne de clivage politique, remplaçant l'obsolescente opposition droite-gauche.

Peut-être est-ce là le plus grand succès de Marine Le Pen : s'il demeure l'avatar de l'extrême-droite française pour ses détracteurs, le Front national a réussi, au terme d'une campagne de longue haleine, à incarner un courant politique qui fait figure, pour l'instant du moins, de premier mouvement d'opposition à Emmanuel Macron. C'est cette victoire politique que compte désormais faire fructifier le Front national. Lors de son allocution, celle qui s'est mise en retrait du Front national a d'ores et déjà annoncé qu'elle entreprendrait une «refondation» de son parti, laissant également supposer un changement de nom.

Reste pour ce faire l'épineuse question des élections législatives. Début mai, l'institut de sondage IFOP estimait certes que le parti pourrait être présent au second tour dans environ 190 circonscriptions, mais la logique du «front républicain» et le mode de scrutin pourraient empêcher le parti de traduire son score du second tour en succès électoral. Or, telle est la condition pour lui permettre de confirmer sa position de première force d'opposition. Néanmoins, si le Front national parvient à créer une dynamique de campagne favorable, fort de son score du second tour, il pourrait parvenir à rafler suffisamment de sièges pour former le plus grand groupe parlementaire d'opposition. Alors, le succès symbolique de Marine Le Pen ce 7 avril pourrait bel et bien constituer une véritable victoire politique en juin prochain.

Lire aussi : En 2017, le «front républicain» anti-Le Pen ne fait plus recette dans la rue (VIDEOS, PHOTOS)

RT

23:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

EN DIRECT - Le débrief des Présidentielles 2017 2ème tour

Ecoutez jusqu'au bout !

21:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

JEANNE D'ARC

Ingres_coronation_charles_vii.jpg  Jeanne d'Arc.jpg

Dominique Ingres  (1854)

04:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Dernière interview de NIcolas Dupont Aignan le 5 mai 2017

03:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Débat de l'entre-deux-tours : les militants de Front national saluent la performance de Marine Le Pen

 

Au lendemain du débat de l'entre-deux-tours opposant Emmanuel Macron et Marine Le Pen ce mercredi 3 mai, les militants du Front national ont salué la performance de leur candidate.

avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Si les observateurs ont constaté une plutôt mauvaise performance de Marine Le Pen face à Emmanuel Macron ce mercredi soir lors du débat de l'entre-deux-tours, ce n'est pas le cas de certains des militants du Front national. Interrogé au micro de Franceinfo, l'un d'entre eux a salué son "excellente prestation face au candidat de l'immigration et de la mondialisation", Emmanuel Macron, qui lui est apparu "plutôt agressif".

Le vide de Macron et la concision de Marine

Pour ce même militant, "Marine Le Pen s'est positionnée en chef d'Etat, en présidente, véritablement, de la République française". Le débat d'hier a visiblement conforté les électeurs du Front national dans leur choix. Selon un autre militant interrogé, les choses à retenir de ce débat sont "le vide de Macron et la concision de Marine".

00:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Ludovine de la Rochère: "Emmanuel Macron est hypocrite et mensonger: il veut une GPA de luxe


Ludovine de la Rochère : "Emmanuel Macron est... par bvoltaire

(GPA: gestion pour autrui)

00:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)