Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 497

  • BHL et Cohn-Bendit sur la liste noire de Poutine

    http://www.leparisien.fr/international/bhl-et-cohn-bendit-sur-la-liste-noire-de-poutine-30-05-2015-4817567.php

  • Val-de-Marne : une bouteille d’acide lancée en pleine classe à Ivry

     

    Clément Chaillou (avec F.H.) | 30 Mai 2015, 08h52 | MAJ : 30 Mai 2015, 15h45

     
     
    réagir
    17
    Info le Parisien
    Ivry-sur-Seine, ce vendredi. C’est un mélange explosif d’acide chlorhydrique et d’aluminium qui a été jeté en plein milieu d’une salle de classe de Romain-Rolland.
    Ivry-sur-Seine, ce vendredi. C’est un mélange explosif d’acide chlorhydrique et d’aluminium qui a été jeté en plein milieu d’une salle de classe de Romain-Rolland. (LP/C.C.)

    « Je crois qu’il y avait autant de secours que d’élèves, c’était impressionnant, confie un membre du personnel. Mais quand une telle chose se produit dans un collège, il vaut mieux prendre ça au sérieux. » Pour les élèves de Romain-Rolland, à Ivry-sur-Seine, la semaine aurait pu très, très mal, se terminer.

     

    Ce vendredi après-midi, quatre personnes, dont deux collégiens, ont été conduites à l’hôpital Bicêtre après une agression à l’acide dans une classe de 3e. Aucune d’entre elles ne présentait de sérieuses blessures, mais la nature de l’attaque a entraîné l’arrêt immédiat des cours dans l’établissement et suscité une vive émotion parmi les élèves et le corps enseignant.

    Pas de véritable blessé

    Il est environ 14 h 30 lorsqu’un groupe d’élèves voit la porte de sa salle s’ouvrir, puis une main jeter une bouteille en direction de leur professeur de mathématiques. À l’intérieur, un mélange d’acide chlorhydrique et d’aluminium, bien connu pour la spectaculaire réaction qu’il provoque. L’enseignante parvient tout juste à esquiver, mais la bouteille explose en plein cours. Un élève ainsi que la professeur ont été évacués par les pompiers après avoir reçu des éclaboussures, accompagnés d’une autre élève asthmatique, importunée par les inhalations de vapeurs. C’est également le cas d’un personnel d’entretien.

    « J’étais dans la salle située juste au-dessus, quand j’ai entendu une véritable détonation, explique Florence Touitou, professeur d’histoire-géographie. Je suis aussitôt descendue, pour trouver ma collègue tétanisée, et les élèves totalement effrayés par ce qu’ils venaient de vivre… Heureusement, personne n’est véritablement blessé. » Si l’identité de l’agresseur n’était toujours pas connue vendredi soir, beaucoup envisageaient un geste d’élève. « Il y a déjà eu des petits problèmes au collège, des départs de feu dans des poubelles, mais jamais rien de similaire, poursuit l’enseignante. Une attaque frontale, dans une salle, c’est grave. » Le collège n’est plus dans le dispositif d’éducation prioritaire depuis septembre.

    Les professeurs envisagent d’exercer leur droit de retrait lundi matin. Une cellule psychologique devrait en tout cas être mise en place pour la reprise des cours, et l’équipe mobile de sécurité de l’académie déployée. L’enquête a été confiée au commissariat d’Ivry. Clément Chaillou (avec F.H.)

    LE PARISIEN

  • La banque du sperme recrute

    don-du-sperme.jpg

    Maintenant que le corps humain est devenu une marchandise comme les autres, il faut satisfaire aux exigences dudit marché. Et en passer par la pub, notamment.

    195
    SHARES
     
     
          

    L’offre et la demande, toujours, loi immémoriale du marché… et maintenant que le corps humain est devenu une marchandise comme les autres, il faut satisfaire aux exigences dudit marché. Et en passer par la pub, notamment.

    Logiquement, donc, l’Agence de la biomédecine va lancer à partir du lundi 1er juin une grande campagne pour recruter des donneurs de sperme et des donneuses d’ovocytes. Libération, the quotidien de la culture mainstream, a pris les devants et titré ce jeudi matin : « Sperme, ovocytes : à vos dons. »

    On dirait une campagne de la Française des jeux, ou un clip des casinos Partouche : « Faites vos jeux ! »« 100 % des gagnants auront tenté leur chance ! »

    L’alibi est médical, bien sûr : l’objectif est d’« atteindre les 900 donneuses et 300 donneurs afin de répondre aux besoins des couples infertiles, alors que l’on ne comptait que 456 donneuses et 268 donneurs en 2013″. Ah, les rats ! Avouez, les gens sont égoïstes, peu partageux de semence et de petites graines.

    Mais, au fait, qui sont ces « couples infertiles » ? Sont-ce des monsieur et madame qui le sont réellement, infertiles, ou des monsieur-monsieur et des madame-madame qui, par orientation sexuelle, ne peuvent et ne veulent utiliser ce que la nature leur a offert ? Pour parler clairement, la campagne qui va démarrer dans trois jours sur les ondes est-elle encore une manière de nous faire un enfant dans le dos avec la GPA ?

    Le plus ahurissant, et le plus symbolique au fond, c’est le ton employé par Libération pour nous exposer cela : badin, taquin même. On apprend que, certes, les donneurs de sperme ne sont pas si rares, mais « le niveau […] reste insuffisant pour “travailler confortablement” ». Surtout, dit le professeur Bujan, « il existe un réel besoin de diversité : on manque notamment de donneurs de sperme noirs, asiatiques ou ayant un groupe sanguin rare ».

    On l’aura compris : les races n’existent pas, les différences de couleur non plus, les caractéristiques « ethniques » encore moins ; on serait même en peine, selon certains, de distinguer les hommes des femmes, mais pas question de refiler du A- à des parents O+, ou du jaune à des café au lait. Bref, si à cheval donné on ne regarde pas les dents, à donneur de sperme on regarde la quéquette. Et à donneuse d’ovocytes la couleur des cheveux.

    Et puis, il est bien gentil, le professeur Machinchose, mais entre une poignée de main en cabine devant la photo de Nabilla et un don d’ovocytes, il y a comme une petite différence de traitement. C’est « plus complexe », dit Libé. Tu parles !

    Après une batterie d’examens, la donneuse subit un « traitement de stimulation ovarienne par injections sous-cutanées d’hormones, chaque jour pendant un mois environ. Simultanément, elle doit se soumettre à une surveillance étroite avec échographie et prise de sang quotidiennes pendant quelques jours. » Si tout se passe bien, « le médecin ponctionne tous les ovocytes possibles (en moyenne de 5 à 8) directement sur les ovaires de la donneuse, sous anesthésie », explique le site infobebes.com. Précision : « Les effets indésirables sont exactement les mêmes que ceux de la stimulation ovarienne. » Principalement « l’hyperstimulation ovarienne » qui « peut être à l’origine de problèmes rénaux, tels qu’une thrombophlébite ». Une bagatelle…

    Le Pr Bujan n’est pas content. Il estime qu’on n’en fait pas assez : « Si on avait les mêmes campagnes pour le don de sang que pour le don de sperme, on n’aurait pas de don de sang », dit-il à Libé.

    C’est peut-être parce qu’il ne s’agit pas tout à fait de la même chose, docteur ?

     
    BOULEVARD VOLTAIRE
  • Le collège-lycée Ibn Khaldoun à Marseille

    vendredi 29 mai 2015

     

    Hier s’est répandue la rumeur selon laquelle Manuel Valls, en visite aujourd’hui à Marseille, allait acter la reconnaissance par l’Etat d’un établissement scolaire musulman.

    En réalité, Manuel Valls est à Marseille pour un comité interministériel délocalisé, pour la signature d’un contrat de plan Etat-région, et il doit visiter Eurocopter : son agenda ne signale pas la visite d’une école musulmane. Du reste, selon certains, la chose devait se faire hier jeudi, ce qui était encore plus impossible.

    De toute façon, c’est le mois prochain que sera signé le contrat entre l’école en question et l’Etat.

    Cette rumeur, imprudemment relayée par l’Observatoire de l’islamisation, a permis cependant d’en savoir plus sur l’école en question. C’est en effet l’Observatoire qui a indiqué qu’il s’agissait du collège-lycée Ibn Khaldoun, lequel est sous influence directe du Qatar et de l’UOIF, c’est-à-dire des Frères musulmans.

    Le 22 mai dernier avait lieu en effet la « pause » (sic) de la première pierre des nouveaux bâtiments de l’institution. Avec Amar Lasfar, président de l’UOIF, flanqué des ambassadeurs du Qatar et du Koweit. Au moins on sait d’où vient l’argent…

    Et dans son discours, le directeur a indiqué que le contrat signé en juin sera une nouvelle étape.

    La femme en rose est Samia Ghali, maire du 8e secteur de Marseille et sénatrice PS de Marseille.

    A propos de Ibn Khaldoun, il a écrit ceci, qui n’émeut pas la République :

    « Les seuls peuples à accepter l'esclavage sont les nègres, en raison d'un degré inférieur d'humanité, leur place étant plus proche du stade animal. »

     

    ceremonie37.jpg

    ceremonie45.jpg

     
    LE BLOG D'YVES DAOUDAL
  • MÉTAMAG SOUHAITE UNE BONNE FÊTE Á TOUTES LES MAMANS !

     

     
    MÉTAMAG SOUHAITE UNE BONNE FÊTE  Á TOUTES LES MAMANS ! -


    Michel Lhomme
    le 29/05/15

    Étonnant, alors que partout fleurissent les petites plaques noires sur les murs des commissariats de Paris pour nous rappeler la collaboration antisémite de Vichy, alors qu'on débaptise les lycées, les rues ou les hôpitaux quand elles portent le nom de collaborateurs notoires, on maintient encore la Fête des Mères pourtant la grande fête de Famille, Travail, Patrie. C'est que le veau d'or de la grande Babylone s'accommode des restes fascisants quand ils rapportent de l'argent (regardez Pierre de Coubertin et ses Jeux Olympiques !

    La tradition de la Fête des Mamans est récente dans le calendrier mais au fait, est-ce vraiment une tradition ? Oui et non mais n'en déplaise à Raoul Fougax  la Fête des Mères ne remonte pas à Astérix. En fait, ce sont les Grecs et les Romains qui furent les premiers à organiser chaque année, au printemps, une cérémonie en l'honneur de Rhéa et Cybèle, les divinités mères des Dieux. 

    La version moderne de la Fête des Mères nous vient, elle, directement des Etats-Unis. Le 2ème dimanche du mois de mai 1907, au moment du décès de sa maman, une Américaine a demandé aux autorités d'instaurer une journée en l'honneur de toutes les mamans du monde. Curieusement, son vœu a été exaucé ! Les Américains honorent ainsi leur maman depuis plus de 100 ans.

    En France, célébrer les mamans, et plus généralement la famille, est une idée de Napoléon. C'est le 1er qui a évoqué en 1806 l'idée d'une Fête des Mères officielle au printemps. Au départ, le but était d'honorer les mères de familles nombreuses.

    Il faut cependant attendre le 20 avril 1926, pour que la première « journée des mères » nationale ait lieu. Elle n'a jamais eu grand succès jusqu'en 1941, moment où le maréchal Pétain institue la Fête des Mères pour repeupler la France qui souffre de la  Guerre Mondiale. 

     
    En 1950, cette fête très populaire est officiellement fixée au 4ème dimanche de mai. Si ce dernier est le dimanche de Pentecôte - c'était presque le cas cette année - la fête des Mères est reportée au 1er dimanche de juin. Et, bien sûr, tous les ans, des voix s'élèvent pour aligner la Fête des Mères sur le calendrier américain comme on le fait partout dans le monde, par exemple en Amérique latine. Mais la France, là encore résiste aussi à la mondialisation des fêtes.

    Métamag remercie en tout cas toutes les mamans de l'attention, de la protection et de l'amour qu'elles nous donnent et nous ont donnés.
     
    Joyeuse fête des mères à toutes nos lectrices. 
  • Sondage: 72% des Français ne veulent pas revoir Sarkozy en 2017

    http://www.leparisien.fr/politique/sondage-72-des-francais-ne-veulent-pas-revoir-sarkozy-en-2017-29-05-2015-4815113.php

  • Grande-Bretagne : la ville de Hounslow a élu son premier maire musulman

    BhKxTim.jpg maire halal.jpg

    Nisma and Nisar Malik

    19h02

    Nasir Malik a été élu maire de Hounslow (51 000 hab) dans la banlieue ouest de Londres. Il dirige une chaîne de boucheries halal dans les supermarchés Asda.

    Arrivé sur le sol britannique depuis son Pakistan natal en 1976, alors qu’il était adolescent, cet entrepreneur dans l’âme qui s’est fait tout seul, à la force du poignet, s’apprête à prendre les rênes d’un haut lieu historique du commerce et des échanges entre Londres et le Sud-ouest de l’Angleterre, sans pour autant délaisser les commandes de sa petite entreprise florissante.

    « Je pense qu’il y a des efforts réciproques à faire du côté musulman et non-musulman pour améliorer le climat ambiant, l’incompréhension étant source de bien des maux », a déclaré Nasir Malik dès son intronisation.

     
     

    Si l’élection de Nasir Malik est un véritable événement en soi, elle survient après des succès électoraux qui firent date, dont Luftur Rahman, le premier maire musulman du royaume qui préside depuis 2010 aux destinées de Tower Hamlets, un arrondissement de l’Est de Londres, Shahid Mali, le député travailliste devenu le premier ministre musulman à entrer au gouvernement au sein du département du développement international, et Sayeeda Warsi, la première femme musulmane à avoir servi en tant que ministre sans portefeuille, furent des précurseurs incontestables qui ouvrirent la voie.

    oumma

  • Grèce : des touristes anglais se plaignent de tous ces réfugiés syriens qui gâchent leurs vacances

    19h51

    Le tabloïd britannique Daily Mail a choisi un angle particulier pour évoquer l’afflux de refugiés syriens sur l’île grecque de Kos: la galère des vacanciers indisposés par la présence de tous ces migrants.

    Apparemment sans ironie, les éditeurs du quotidien ont choisi de publier ce titre: «Misère des vacanciers alors que des milliers de boat people afghans et syriens installent des camps de migrants et transforment cette île agréable en “dégoûtant” trou à rat».

    L’adjectif «dégoûtant» vient d’une interview menée par la journaliste Hannah Roberts, qui a conversé avec ces touristes déçus, dont une infirmière de Manchester en vacances avec son mari à la retraite:

    «C’est le bazar, c’est vraiment sale. Et puis c’est gênant. Les gens vous regardent quand vous mangez au restaurant.»

    Un autre couple, qui a préféré rester anonyme:

    «Si c’est encore comme un camp de réfugiés l’année prochaine, on ne reviendra pas.»

    Depuis quelques mois, selon la BBC, près de 6.000 réfugiés, dont de nombreux Syriens, Afghans et Irakiens, ont débarqué à Kos. Chaque jour, ils font la queue devant le poste de police pour tenter d’obtenir des permis de présence sur le territoire européen. (…)

    Source

  • 3.300 migrants secourus en Méditerranée, vendredi

    648x415_smigrants-pris-charge-mediterranee-19-mai-2015.jpg migrants.jpg

     

                                  Des migrants pris en charge en Méditerranée, le 19 mai 2015 - Carmelo Imbesi/AP/SIPA

    Julien Sofianos

    Les gardes-côtes italiens ont annoncé vendredi avoir coordonné dans la journée le sauvetage de plus de 3.300 migrants en Méditerranée, où la marine italienne a retrouvé 17 cadavres sur plusieurs embarcations de fortune. Les cadavres ont été retrouvés dans trois canots pneumatiques différents, à bord desquels se trouvaient également plus de 300 migrants en vie.

    Les appels au secours sont venus de 17 embarcations, essentiellement au large de la Libye mais aussi au sud des côtes italiennes, et d'autres opérations étaient encore en cours dans la soirée.

    Les opérations de secours de vendredi ont impliqué au moins quatre bâtiments de la marine militaire italienne, des bateaux des gardes-côtes et de la police douanière, ainsi que des navires militaires irlandais et allemand, des navires étrangers engagés dans l'opération européenne Triton et des cargos déroutés.

    Chaque opération peut prendre plusieurs heures, le temps de transporter les migrants de leur embarcation de fortune vers le bateau des secours. Même par temps calme, la manoeuvre est toujours risquée, surtout en début d'intervention, quand le moindre mouvement sur le bateau surchargé peut faire chavirer toute l'embarcation.

    Les conditions extrêmes endurées par les migrants

    Les gardes-côtes insistent régulièrement sur les conditions «extrêmes» endurées par les migrants : déshydratation, alternance de chaleur et de froid, violences subies avant le départ ou pendant la traversée. De nombreux migrants meurent également asphyxiés par des émanations des moteurs quand ils voyagent dans la soute d'un bateau de pêche, mais cela n'arrive pas sur les canots.

    Depuis le début de l'année, plus de 40.400 immigrés clandestins ont débarqué en Italie, mais environ 1.770 hommes, femmes et enfants sont morts ou disparus en tentant la traversée, selon le dernier décompte de l'Organisation internationale des migrations (OIM).

    «Cela fonctionne beaucoup par vagues. Il peut y avoir plusieurs jours sans rien, puis de nombreuses arrivées d'un coup», a expliqué Flavio di Giacomo, porte-parole de l'OIM en Italie.

    Ces arrivées, même massives, restent dans le même ordre de grandeur que l'année dernière en Italie, où les autorités avaient enregistré 41.243 arrivées entre le 1er janvier et le 31 mai 2014.

    20minutes

  • Juppé: "Arrêtons de nous focaliser sur le foulard islamique! "

    http://www.leparisien.fr/flash-actualite-politique/arretons-de-nous-focaliser-sur-le-foulard-islamique-dit-juppe-29-05-2015-4815141.php

    manif-paris-2006.jpg foulard islamique.jpg

  • La visite de Marine Le Pen au Caire

     Communiqués / 29 mai 2015  

    Communiqué de presse du Front National

    La Présidente du Front National et député au Parlement européen, Mme Marine Le Pen, accompagnée du député Aymeric Chauprade, membre de la commission des Affaires étrangères au Parlement européen, effectue une visite de plusieurs jours en Egypte.

    Le jeudi 28 mai au matin, lors d’un entretien à l’Université d’Al Azhar au Caire, avec le Grand Imam Mohammed El Tayeb, plus haute autorité religieuse du monde arabe sunnite, elle a salué le combat sans failles du Président égyptien Sissi contre l’extrémisme et le terrorisme et l’importance que revêt, dans les années à venir, le partenariat stratégique entre la France et l’Egypte.
    Avec la plus grande clarté, elle a affirmé que le Front national est attaché à la liberté des cultes dans les limites des lois et traditions françaises.
    Marine le Pen et le Grand Imam d’Al Azhar ont exploré ensemble les voies possibles d’une future coopération contre les salafisme et tous les courants radicaux de l’islam. L’entretien de plus d’une heure a aussi permis au Grand Imam de découvrir le véritable projet politique de Marine le Pen et contribuera à gommer les effets malheureux de la désinformation médiatique dans l’esprit de nombreux musulmans du monde.

    Nommé en 2010 par l’ancien président Moubarak, le cheikh El Tayeb est considéré comme l’autorité sunnite la plus modérée d’Egypte. Il s’est opposé fermement aux Frères musulmans sous la présidence islamiste de Mohammed Morsi, et soutient une vision éclairée du rôle des femmes dans la société musulmane. Il a apporté son soutien au Président Sissi dès son élection en 2014 et tient un discours clair et ferme contre l’extrémisme.

    Les convergences de vue entre la Présidente du Front National et la plus Haute Autorité sunnite du monde arabe sont multiples : l’importance vitale des 10 millions de chrétiens coptes, descendants directs de l’Egypte des Pharaons, et qui paient un lourd tribut à l’intolérance islamiste ; le rôle d’équilibre que doivent jouer la France et l’Egypte dans les conflits du monde arabe (conflit israélo-palestinien, conflit entre chiites et sunnites…) ; le rôle stabilisateur que l’Egypte peut avoir en Libye face à la double menace de l’émiettement étatique et du radicalisme islamiste ; l’importance de dissuader les populations d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient d’abandonner la terre de leurs ancêtres pour un avenir sans débouché en Europe.
    A l’issue de cet entretien, l’Université Al Azhar a fait visiter à Marine Le Pen l’Observatoire de l’extrémisme islamiste dans le monde qui sera inauguré prochainement.

    Le jeudi 28 mai en début de soirée, après une visite à la rencontre des Egyptiens dans des lieux de vie du Caire, Marine Le Pen a été reçue au Patriarcat copte, par le Pape copte Théodore II auquel elle a fait part, à la fois de son émotion à pouvoir saluer le successeur direct de Saint-Marc sur le trône d’Alexandrie, et de sa très vive inquiétude pour les Chrétiens d’Egypte, de Syrie et d’Irak.

    Elle a assuré le Pape que, Présidente de la République française, elle rendrait à la France sa vocation historique, sa mission protectrice des chrétiens d’Orient. Très chaleureux, le Pape copte a insisté sur l’importance du lien entre la France et l’Egypte depuis l’Expédition fondatrice de Bonaparte et sur l’espoir qu’il mettait dans le peuple français à rester fidèle à sa vocation historique.

    En choisissant l’Egypte, civilisation de la longue durée et nation farouchement indépendance, comme premier pays arabe visité, Marine Le Pen entend ainsi manifester son soutien au Président Sissi dans sa lutte sans failles contre les islamistes, et poser les bases du renouveau d’une grande politique arabe de la France, puissance indépendance dans un monde multipolaire, soucieuse d’un retour à la paix entre les chiites et les sunnites, protectrice des chrétiens d’Orient, et aussi fière sa propre civilisation que le sont les Egyptiens de la leur.

     

    XVM25c306d2-0615-11e5-b9bb-feda694d4991.jpg Marine au Caire.jpg

     

  • Affaire Maryvonne : la justice ordonne l’expulsion immédiate des squatteurs

     

    L’affaire Maryvonne devrait connaitre une première conclusion, ce vendredi, alors que le tribunal de Rennes s’apprête à rendre son jugement concernant le référé en expulsion déposé par Maître Billaud, avocat de Maryvonne Thamin. A noter que lors des plaidoiries, l’avocat des squatteurs – qui sait qu’ils vont être expulsés – a demandé à ce qu’ils aient un délai pour pouvoir partir, un peu comme un cambrioleur demanderait à un juge la permission de ranger sa marchandise avant d’aller en prison.

    Depuis le début de l’affaire, par un tour de passe passe médiatique, les squatteurs – qui se sont introduits par effraction dans la maison de Mme Thamin avant d’occuper les lieux – tentent de passer presque pour des victimes, des bonnes âmes qui auraient vu une maison mal entretenue et qui l’auraient retapée – et cela tout en se revendiquant dans la précarité la plus extrême.

    En outre, ils ont ces dernières semaines révélé au grand public – avec la complicité de Gaspard Glantz, un journaliste militant d’extrême-gauche ayant ses entrées dans toutes les manifestations ou rassemblements de radicaux, comme à Libération ou à Vice – leurs liens, leur proximité idéologique (voir leur appartenance ?) avec le Collectif antifasciste rennais, n’hésitant pas à diffamer, mentir, via dossiers et vidéos, pour tenter de discréditer les partisans de Maryvonne Thamin, mais aussi l’octogénaire, son avocat et les médias qui ont été en pointe sur cette affaire.

    Difficile néanmoins d’identifier ces individus qui témoignent systématiquement à visages masqués, qui ne signent aucune de leur déclaration, qui n’ont par ailleurs jamais été contrôlés par les autorités, ce qui pose un problème de sécurité publique.

    Lire la suite de l’article sur breizh-info.com

     

    MISE À JOUR DU 29 MAI À 10H00. Le tribunal d’instance de Rennes vient d’ordonner l’expulsion immédiate des squatteurs qui occupent la maison de Maryvonne Thamin à Rennes depuis 18 mois.

    E&R

  • La résistance, c’est nous. Par Bruno Gollnisch, 28 mai 2015

    Statue de Jeanne d'Arc

    Point de Stéphane Hessel ou des membres  assassinés de l’équipe de Charlie hebdo pour répondre aux vœux de certains députés socialistes ou de figures de la gauche. «Pierre Brossolette, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Germaine Tillion, Jean Zay, prenez place ! », a déclaré François Hollande pour conclure hier  son discours marquant l’entrée de ses quatre personnalités au Panthéon, lors de la Journée nationale de la Résistance. Une panthéonisation annoncée dés février 2014 par le chef de l’Etat au  Mont-Valérien à Suresnes (Hauts-de-Seine ), à l’occasion d’une cérémonie marquant le soixante-dixième anniversaire de l’exécution de 22 membres  du  controversé  groupe communiste FTP-Moi dit  Manouchian, qui regroupait  «immigrés » et «apatrides». Comme nous le notions alors,  Germaine Tillion,  Geneviève de Gaulle-Anthonioz  furent deux résistantes authentiques, admirables,  toutes deux  déportées à Ravensbrück.  Pierre Brossolette se signala par son  grand courage.  Homme de gauche, franc-maçon, membre de Conseil  National de la Résistance, proche de Jean Moulin,  il se défenestra  le 22 mars 1944 pour être certain de ne pas dénoncer ses camarades.

    Quant à   Jean Zay, ministre de l’Éducation du Front populaire, franc-maçon de la loge Etienne Dolet du Grand Orient, il fut  abattu  en juin 1944 par des miliciens. L’entrée au Panthéon de ce dernier,  qui était réclamée officiellement par le Grand Orient depuis  2007, est un choix plus clivant. Nous l’écrivions aussi,  malgré sa fin tragique, ce benjamin de l’Assemblée  nationale, élu à 27 ans, ministre très dynamique non sans mérites parfois (notamment lors de son passage au ministère des  Beaux-Arts),  fut beaucoup de choses mais certainement  pas un modèle de  résistant… malgré les 150 établissements scolaires qui portent son nom.

    En juin 1940,  Jean Zay  quitta  l’armée sans « l’accord de ses supérieurs », contrairement à ce qui est écrit dans   sa biographie officielle,  pour gagner le Maroc sur le Massilia  en compagnie  de Mendès-France, Daladier, Mandel  et une vingtaine d’ autres  parlementaires –le  récit qu’en fait l’historien Jacques  Benoist-Méchin dans « Soixante jours qui ébranlèrent l’occident» est très éclairant. Il fut arrêté le 15 août pour désertion, condamné à la déportation à vie et à la dégradation militaire. Les radicaux-socialistes ralliés à Philippe Pétain ont certainement usé alors  de leur  influence car  sa peine sera finalement  commuée en  peine de prison à Clermont-Ferrand,  jusqu’à son assassinat le 20 juin 1944. Comme le notait l’année dernière Paul Véglio sur le site Boulevard Voltaire, « Agnès de La Barre de Nanteuil, ardente patriote, chrétienne exemplaire, chef scout et authentique résistante (…) officier du deuxième bureau de l’état-major départemental de l’Armée secrète », «  tuée en 1944 dans un train de déportés » à l’âge de 22 ans, « aurait mieux mérité que Jean Zay » d’entrer au Panthéon.

    Zay,  auquel M.  Hollande avait rendu hommage le  jour de son investiture à l’Élysée en mai 2012, comme incarnation de  « la République », de « l’école de la République», de «la laïcité»,  était, comme Brossolette,  un ardent propagandiste belliciste en 1938 au moment  des accords de Munich dans le but de sauver la  Tchécoslovaquie,  Etat artificiel  présidé alors par  l’humaniste président Edvard Benes. Et ce,  avec une légèreté assez effrayante, dans un contexte où le gouvernement du  Front  Populaire avait terriblement désarmé la France face à l’Allemagne. Jean Zay fut pourtant dans sa jeunesse un  antimilitariste de choc. Dans son très médiocre  poème  Le Drapeau   écrit en 1924 à l’âge de vingt ans,  il  fustigeait  en effet celui-ci, «cette immonde petite guenille », « terrible morceau de drap coulé à ta hampe, je te hais férocement »,  « je te hais dans l’âme »,  « tu es pour moi de la race vile des torche-culs » écrivait-il notamment.

    Il ne fallait pas compter sur le républicain Hollande pour rappeler hier une vérité historique largement tue, celle  qui  commande dire que  la Résistance  fut très largement menée  sur le terrain  par des hommes et des femmes appartenant  à la droite nationaliste. Et non pas  seulement, selon la légende officielle, par des démocrates-Chrétiens, des  socialistes ou des communistes, hommes de gauche dont beaucoup rallièrent aussi le régime de Vichy. Ce que De Gaulle résumait avec un sens de la formule très lapidaire: « Je n’ai trouvé à Londres que La Cagoule (mouvement clandestin d’extrême droite des années 30, NDLR)  et la synagogue ».

    Non, le président de la République a préféré  emprunter hier  un chemin plus balisé en recyclant les vielles antiennes, les vieux gimmicks, à, la lumière de l’esprit du 11 janvier : « Haine du franc-maçon et du libre-penseur. Haine du Front Populaire. Haine de la Ligue des droits de l’homme. Haine de la démocratie (…) 70 ans plus tard, ces haines reviennent. Avec d’autres figures, d’autres circonstances, mais avec toujours les mêmes mots. Elles frappent des journalistes, des juifs, des policiers. Toujours des innocents » a-t-il insisté

    La vérité là aussi, incline plutôt à penser que ce sont les patriotes authentiques, les  réfractaires au système à tuer les peuples libres, les résistants au rouleau compresseur du Nouvel ordre mondial,  les défenseurs des identités et des souverainetés nationales qui sont trop souvent  entourés d’une haine vigilante  dans notre pays. En témoigne encore l’ahurissant  battage autour de l’article du magazine  féminin  Grazia paru le 13 mai. Celui-ci a commis  la faute impardonnable de  présenter quatre très jeunes militantes frontistes, «  Mathilde, Orlane, Anaïs et Iléna »,  « qui ont adhéré  dans les pas de Marion Maréchal-Le Pen »,  par des photos les montrant  sous un jour trop avantageux et glamour,  malgré les analyses critiques du politologue spécialiste es FN  Joël Gombin.

    Interrogé par les Inrocks, Joseph Ghosn, directeur de la rédaction de Grazia,  explique que ce « qui fait peur aux gens (aux détracteurs de cet article, NDLR) ici, c’est de voir que finalement, ces femmes sont comme toutes les autres (…). Toute l’idée du papier était de laisser les propos parler afin que les gens se fassent leur opinion. On n’est pas là pour les stigmatiser ».

    Et au nombre des propos litigieux , l’article des Inrocks s’émeut de ceux d’Orlane, 19 ans  « (justifiant) son engagement par sa volonté de lutter contre le racisme anti-blanc »  et de la remarque d Iléna, également 19 ans, qui assure qu’ «au vu de l’histoire de France, Jean-Marie Le Pen n’a pas forcément tort quand il parle de détail ».

    Ce qui  n’en est pas un, pour le coup, c’est aussi la demande  de la Commission européenne adressée  mercredi aux Etats membres de l’UE d’accueillir un nombre croissant d’immigrés clandestins demandeurs d’asile. Une aberration pour notre pays ravagé par la crise, le chômage, la pauvreté et soumis déjà à l’immigration de peuplement. Comme l’a noté Marine Le Pen dans un communiqué dénonçant ce « plan scandaleux »,  « en plus de tous ceux qui arrivent par milliers sur son territoire, notre pays devra ainsi prendre à sa charge plus de 9000 migrants supplémentaires en deux ans, actuellement hébergés pour l’essentiel en Grèce et en Italie». Le FN « exige le rejet immédiat de ce plan et le renvoi systématique des clandestins, sans quoi les flux ingérables de migrants en provenance d’Afrique et du Moyen-Orient ne cesseront de grossir, aggravant un problème déjà énorme », a indiqué Marine.

    Cette incapacité de la Caste qui nous dirige à prendre les décisions fermes qui s’imposeraient face aux flux migratoires  fait écho à la lucidité qu’Alain Peyreffitte prête dans ses écrits  à De Gaulle sur ce point. Mais aussi à cette remarque de Bruno Gollnisch qui notait  que «  les dirigeants actuels sont 100 fois plus coupables, si tant est qu’il l’ait été, que le Maréchal Pétain. Il avait au moins une  excuse, celle d’une armée victorieuse et implacable qui campait sur le territoire national. Tandis que les traîtres qui sont aujourd’hui au pouvoir, c’est en toute connaissance de cause qu’ils bradent la France, qu’ils livrent son économie, qu’ils livrent son identité à l’étranger, portant atteinte à la sûreté intérieure et extérieure de l’Etat, pour le seul profit de leurs intérêts abjects. »

    Le souci des patriotes de toutes origines, de diverses sensibilités, venus de tous les horizons politiques,  qui sont entrés en résistance au sein du FN  contre l’inféodation de notre pays  est bien  en effet de dénoncer pour ce qu’ils sont «nos» dirigeants actuels  : des collabos de l’euromondialisme  qui n’ont certainement pas de leçons de droiture, de  moralité et de probité à nous donner.

  • Luc Ferry : « La guerre de Vendée, c’est le premier grand génocide en Europe, il y a eu 500 000 morts »

    http://www.ndf.fr/nos-breves/22-05-2015/luc-ferry-la-guerre-de-vendee-cest-le-premier-grand-genocide-en-europe-il-y-a-eu-500-000-morts#.VWe-_7kw-M9

  • BIG BROTHER ET LE DRESSAGE DES PEUPLES VIA LE SOFT POWER

     

    BIG BROTHER ET LE DRESSAGE DES PEUPLES VIA LE SOFT POWER  - Le décryptage de Laurent Obertone

     


    Le décryptage de Laurent Obertone



    Bruno Racouchot*
    le 27/05/2015
    modifié le 28/05/2015 à 14:48h
    En 2013, le journaliste et écrivain Laurent Obertone s'est fait connaître du grand public avec un document choc, La France Orange mécanique, (éditions Ring), où il décrivait une France livrée à l'ensauvagement et à la pure violence. Dans la foulée, il signe aujourd'hui La France Big Brother, (éditions Ring), où il dissèque un système de domination des peuples via l'usage intensif du soft power. Deux livres qui ont suscité de nombreuses polémiques mais qui ont le mérite d'engager une réflexion de fond sur notre devenir. Dans l'entretien qu'il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Laurent Obertone décortique la "machine à dresser les peuples". Il montre à partir de quel socle mental sont élaborés les messages, comment ils circulent et formatent les esprits, rendant toujours plus ardu le travail de la pensée et délicat l'exercice de la liberté.

    Dans votre dernier ouvrage, La France Big Brother, vous montrez qu'il existe des interactions entre d'une part les jeux d'influence engagés par les opinion makers et relais d'opinion, et d'autre part des disciplines comme la génétique ou l'éthologie. Vous allez même jusqu'à parler de techniques de dressage via les outils du soft power, terme qui pour le moins est fort. Pourquoi ? 
    Conditionner une foule, un être humain ou un animal répond à des règles simples qui relèvent de la domestication. Pour être domestiqué, il faut qu'il y ait un émetteur et un récepteur. Prenez ainsi l'exemple du meilleur ami de l'homme, à savoir le chien. Son dressage correspond à des codes qui jouent sur attraction et répulsion, désir et crainte. Bien sûr, toutes les observations relevées en éthologie, dans les sciences du comportement, ne peuvent être exactement applicables aux sociétés humaines. Mais globalement, on peut noter que les règles morales, les codes qui sont délivrés par ceux qui s'arrogent l'autorité de par leur prétendue qualité de "sachant", vont tour à tour séduire ou effrayer leurs concitoyens, qui sont soumis à leur discours, et in fine acceptent leurs repères et leur logique. 

    Quand je parle du système qui exerce sa règle toute puissante, j'entends un certain nombre d'émetteurs qui fonctionnent en réseau sur une même logique, avec les mêmes référents, les mêmes interdits. Celui qui s'arroge la capacité à dire ce qui est bien et ce qui est mal détient un formidable pouvoir de dressage sur ses contemporains. C'est pourquoi je dis que nous sommes aujourd'hui bel et bien domestiqués, au sens biologique du terme. Nous subissons – le plus souvent sans en être conscients – un dressage via un flux permanent de messages émanant de toutes sortes de sources : sphère communicationnelle ou médiatique, "autorités morales", experts, intellectuels, hauts fonctionnaires, décideurs politiques ou économiques, etc. qui sont en interaction permanente entre eux et fonctionnent en boucle. Toutes nos perceptions sont saturées par ces messages. Ils reposent tous sur le même vocabulaire, les mêmes images – positives ou négatives – la même logique, répondant à une volonté de domination via la maîtrise absolue des armes du soft power. Il n'y a plus d'échanges entre parties différentes, plus de débat digne de ce nom. Tout est fait pour en permanence, dissocier les effets des causes. L'impératif moral l'emporte sur le réel. Vous n'avez dès lors plus le choix qu'entre l'adhésion obligatoire à la pensée commune et dominante, ou la diabolisation, qui débouche sur la remise en cause même de votre humanité, de votre qualité d'homme. C'est en cela que le système est redoutablement efficace.  Il n'a pas forcément besoin de chars pour faire régner l'ordre, puisque qu'il détient la clé de la maîtrise des esprits… 

    N'exagérez-vous pas le poids réel de ce système que vous décrivez et de ce soft power qui vise la maîtrise des esprits de nos contemporains ? 
    Il suffit d'ouvrir les yeux et de saisir l'intime logique du système pour constater le bien fondé de mon analyse. Le système, c'est une petite musique à laquelle vous devez vous soumettre sous peine d'être exclu. Contrairement aux apparences, il n'y a pas de jeu des idées, il n'y a ni débat ni rhétorique, mais des incantations psalmodiées en continu. Ce sont tous les rouages du système médiatique, juridique, politique, culturel… qui décident de ce qui acceptable et de ce qui ne l'est pas, en politique intérieure comme en politique internationale, en matière culturelle comme pour les questions de société… Pas un domaine de l'activité humaine n'échappe à leur grille de décryptage et donc à leurs jugements qui se muent très vite en injonctions, quand bien même leurs interprétations se révèlent être en total déphasage avec le monde réel. Pour qu'il y ait réaction face à cette effrayante machine à broyer les peuples, il faudrait être doté d'au moins deux qualités : la lucidité et le courage. La lucidité peut reposer soit sur une analyse rationnelle, soit être le fruit d'une réaction vitale. 

    Or, c'est là une règle observée dans toutes les sociétés humaines, il faut avoir une immense force de caractère pour garder son libre-arbitre quand tous les messages qui parviennent à votre cerveau passent en boucle les mêmes injonctions et les mêmes images. D'autant que l'étau se resserre jour après jour. La personnalité qui, hier était encensée, peut se voir clouée au pilori et exclue de la scène si elle remet en question un avis venu d'en haut, si elle adopte une attitude non conforme. Tous les rouages du système se tiennent, ils sont d'une puissance telle que l'homme conscient va le plus souvent renoncer non pas seulement à agir, mais même à penser à contre-courant. C'est donc bien la maîtrise du jeu des idées qui permet à cette dictature de la pensée qui n'ose pas dire son nom d'avoir cette toute puissance qui paralyse les esprits. Et le peuple est soumis de mille manières à cette pression constante et polymorphe, notamment par la banalisation de la criminalité. Pour ceux qui ne comprennent pas le message, il y a la violence pure pour les mater. D'où la culture de l'excuse que ce système développe à l'endroit des criminels. 

    A  vous lire, on évolue en plein cauchemar… 
    Ce n'est pas faux ! Je note dans les dernières pages de La France Big Brother que nous évoluons en pleine dystopie. Une dystopie, c'est l'envers d'une utopie, c'est une fiction terrifiante où l'idéologie prend le pas sur le réel. Or force est de constater que nous vivons – souvent sans en avoir clairement conscience – dans un monde de ce type. Comme je le dis souvent, jamais l'humanité n'a commis autant de destructions et de dégâts en se parant des atours de la bonne conscience, au nom du bien, de la morale et de l'humanité. Derrière les belles formules, il y a en réalité des formes de domination totale, sur les corps comme sur les esprits. Dans mon dernier ouvrage, je me réfère à nombre de formules tirées du 1984 de Georges Orwell. Mais j'aurais tout aussi bien pu puiser des réflexions dans la lecture du Meilleur des mondes d'Aldous Huxley ou de Fahrenheit 451 de Ray Bradbury. 

    Dans notre société de communicants, les beaux discours assurent tout à la fois un statut social privilégié, une agréable exposition médiatique et les espèces sonnantes et trébuchantes qui vont avec. Entrer en rébellion avec le système entraîne la mort douce, l'effacement, la diabolisation, l'exclusion... Tous ceux qui créent ces messages permettant au système de se perpétuer et de croître, tous ceux qui contrôlent les relais d'opinion, partagent donc un même socle de morale égalitaire, qui doit être intouchable et respecté comme un totem des temps modernes. Même la réalité n'est plus directement perceptible par nombre de nos contemporains, puisque elle est traitée en permanence par le biais du "décryptage médiatique". 

    En guise de conclusion ? 
    Dans la Grèce antique, sur le frontispice du temple de Delphes, il était gravé Gnothi seauton, Connais-toi toi-même. Aujourd'hui, l'exigence de sagesse exige que nous soyons nous-même à nous-même notre propre maître, que nous puissions régner en parfaite plénitude sur notre forteresse intérieure afin d'échapper à la servitude. Aussi, paraphrasant la devise delphique, je dirais "Dressons-nous nous-mêmes pour rester libres et lucides, et surtout vivre debout".