Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/08/2015

Essonne (91) : arrivé en France en 1994, Zoheir Bouaouiche est le nouveau sous-préfet d’Etampes

ZYxqQWB.jpg

18h13

Zoheir Bouaouiche, directeur du cabinet du préfet de l’Yonne depuis septembre 2013, a été nommé le 1er juillet sous-préfet d’Étampes (Essonne), située au sud de la région parisienne. Il sera remplacé par Emmanuelle Fresnay, sous-préfète de Château-Gontier (Mayenne).

« Je découvre le Sud Essonne, confie Zoheir Bouaouiche. C’est un territoire complet, avec un volet rural et agricole très important, mais aussi des problématiques urbaines. Et c’est un territoire francilien, avec une mixité qui en fait sa richesse.

Source

 

L’ancien ingénieur né à Alger en 1971 est arrivé en France en 1994 afin de poursuivre ses études. “J’ai été piqué par la chose publique lorsque j’étais à la mairie de Castenet-Tolosan, une petite ville de la même dimension que Vire”, assure-t-il.

 

C’est donc là, que l’homme qui prépare un master et est responsable de l’informatique et des télécommunications passe d’un emploi plutôt technique à une dimension stratégique. On est au début des années 2000. L’ascension ne s’est donc pas arrêtée pour le sous-préfet qui a reçu sa légitimité républicaine le 2 mai dernier, faisant de lui le 28e sous-préfet de Vire.

 

Source

Merci à Yabonlaseku

21:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

La propagande de L’UE pour lutter contre l’opposition grandissante au TAFTA

31 juillet 2015 par Pierrot  - Contre-info.com

« Je n’ai toujours aucune idée de ce qu’est le TTIP après avoir regardé cette vidéo… Pure propagande » : tel est l’un des commentaires figurant sous les vidéos postées sur YouTube par la Commission européenne pour défendre le traité transatlantique (TAFTA, ou TTIP), qui rencontre une hostilité croissante partout en Europe. Pour chaque vidéo de la Commission européenne qui vante les mérites d’un accord négocié dans le plus grand secret, des dizaines d’internautes mettent en gardent contre les conséquences terribles du traité transatlantique. Si l’adoption finale des traités de libre-échange ne fait guère de doute, la Commission européenne aura sans doute bien du mal à rencontrer l’assentiment des peuples. Aussi un phénomène émerge-t-il : les mondialistes se lancent désormais dans la propagande pour promouvoir leur idéologie de plus en plus massivement rejetée par les peuples.

La Commission européenne tente de lutter contre l’opposition grandissante au traité transatlantique

 

Au début de l’année 2013, le président américain Barack Obama appelait à un accord commercial entre les Etats-Unis et l’Union européenne : dès cet instant, Bruxelles voyait fleurir des tags « NO TAFTA, NO TTIP » dans ses rues. Plus de deux ans après, les graffitis sont toujours là, et l’opposition ne cesse de croître.

C’est la raison pour laquelle les bureaucrates bruxellois ont décidé de prendre les armes de leurs adversaires pour tenter de convaincre les peuples des bienfaits de ce traité transatlantique, dont les bénéfices sont tels que les négociations sont entourées d’un secret absolu.

« Nous savons très peu parler aux gens ordinaires », a commenté un officiel de l’Union européenne engagé dans l’équipe de communication pro-TAFTA de la Commission. L’aveu mérite d’être relevé mais pendant ce temps d’autres, qui savent parler aux « gens ordinaires », ont activement milité contre le traité transatlantique et recueilli les fruits de leur militantisme. 39 % des Allemands et 50 % des Français seulement sont favorables à cet accord, selon une récente étude de l’organisme de sondage américain Pew Research.

La propagande de la Commission européenne pour convaincre les opposants au TAFTA – TTIP

Alors l’Union européenne redouble d’efforts et utilise des prospectus, des fiches d’informations, des brochures et des vidéos pour « casser le mythe », sans convaincre grand monde pour l’instant.

Les critiques se focalisent sur l’appauvrissement de l’Europe, ou l’ouverture des règlementations en matière de sécurité ou d’environnement. Un groupe d’activistes européens intitulé « STOP TTIP », soutenu par l’extrême-gauche et les écologistes, a finalement été rejoint par un grand nombre d’Européens qui s’inquiètent des impacts d’un tel accord sur les emplois, la sécurité alimentaire ou le pouvoir des multinationales… La grogne s’amplifie.

Alors les officiels de Bruxelles parcourent l’Europe, rencontrent des étudiants pour leur dire tout le bien qu’il faut penser de cet accord. Ils reçoivent peu de soutien des gouvernements européens alors même que la Commission européenne attend d’eux, des parlements et des autorités des différents pays concernés qu’ils tentent de convaincre leurs citoyens.

Il sans doute trop tard pour s’opposer à cette nouvelle étape de l’intégration mondialiste : les moyens de l’Union européenne sont trop puissants et la propagande pourrait s’intensifier… Jusqu’à convaincre ? Est-ce encore nécessaire ? Nos démocraties avancées peuvent maintenant de passer de l’avis des peuples. Les Grecs nous n’ont récemment rappelé et les Français se souviennent avoir rejeté la Constitution européenne. Seul compte le discours médiatique qui reconstruit le réel et norme le politiquement correct.

En attendant, il faut noter qu’une propagande aussi manifeste pour l’idéologie mondialiste est un phénomène nouveau, qui pourrait rapidement devenir envahissant…

Béatrice Romée pour Reinformation.tv

19:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Vallauris: la plage privatisée par le roi d'Arabie saoudite est rouverte au public

http://www.leparisien.fr/provence-alpes-cote-d-azur/valla...

+ 3 VIDEOS

4987695_vh14073-209009-01-02_545x460_autocrop.jpg

19:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Deux tweets de Nicolas BAY

Capture.PNG adhérents FN NBAY.PNG

03:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Kim Jong-un : encore pire pour les chrétiens que son père et son grand-père…

 

« Maison Kim : dictateur de père en fils depuis 1945 »… C’est le calicot qu’on pourrait apposer sur l’infortunée partie septentrionale de la Corée où une implacable dictature communiste et athée écrase la population depuis soixante-huit ans… Et pourtant au début du XXe siècle, Pyongyang, l’actuelle capitale de la Corée du Nord, était qualifiée de « Jérusalem de l’Orient » : on y comptait plus de 3 000 lieux de culte chrétiens. Un siècle plus tard, il n’en reste rien sauf une ou deux “vitrines” que le régime entretient à l’usage des rares visiteurs étrangers. Dans ce pays à l’opacité sans pareille, on ne peut qu’estimer le nombre des chrétiens qui croupissent dans des camps de travail ou de concentration : des dizaines de milliers, sur un nombre de total de chrétiens estimé entre 100 et 400 000 ! La Corée du Nord est, assurément, le pays le plus antichrétien au monde. L’organisation Christian Aid Mission affirme que l’actuel dictateur, le rondouillard Kim Jong-un, mène une politique de répression contre les chrétiens encore pire que celles de son père Kim Jong-il et de son grand-père Kim Il-sung : « La population de la Corée du Nord estime que Kim Jong-un rend la vie des chrétiens encore plus difficile que sous son père ou son grand-père ». Il existe pourtant de nombreuses “églises” en Corée du Nord, mais elles sont contraintes de vivre dans la plus totale clandestinité…

Source : Mission Network News

Observatoire de la christianophobie

02:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Isère : 22 tombes chrétiennes profanées à Villette-de-Vienne

http://www.christianophobie.fr/breves/isere-22-tombes-chr...

02:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Le roi d'Arabie Saoudite quitte déjà la Côte d'Azur et s'envole pour le Maroc

http://www.leparisien.fr/provence-alpes-cote-d-azur/le-ro...

Bon débarras!

02:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Marseille: des marins-pompiers agressés en intervention

Avant-hier, peu après minuit, les hommes du bataillon ont été appelés pour porter secours à un homme blessé par arme blanche, à la cité Saint-Joseph, située avenue des Arnavaux à Marseille (14e arr.). Mais sur place, il leur a d’abord été impossible d’accéder au bâtiment où les attendait la victime : les ascenseurs et les escaliers étaient "gardés" par une dizaine de personnes qui empêchaient tout accès aux étages. Les marins-pompiers sont finalement parvenus à rejoindre le blessé et à le prendre en charge.

Mais une fois redescendus au rez-de-chaussée, le même groupe de "portiers" ne voulait pas les laisser sortir du bâtiment ! Ces individus s’en sont pris aux marins-pompiers, qu’ils ont insultés et menacés de mort. Les secouristes n’ont eu d’autre choix que de laisser le blessé sur place et d’aller se réfugier dans les étages afin de prévenir la police. L’arrivée sur place des forces de l’ordre a suffi à mettre en fuite les forcenés.

Mais impossible de retrouver le blessé, qui avait disparu lors des échauffourées ! Ce jeune homme de 21 ans a finalement été retrouvé au 6e étage du bâtiment, dans l’appartement d’un résident où il avait trouvé refuge. Conduit à l’hôpital Nord, ses jours ne sont pas en danger. Une plainte a été déposée par le bataillon.

La Provence - 02 08 15

02:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Melun : des enfants de 5 à 13 ans saccagent l’école maternelle

http://www.leparisien.fr/melun-77000/melun-des-enfants-de...

4985791_74d3e066-3900-11e5-8dee-001517810e22-1_545x460_autocrop.jpg

Des enfants normaux ne font pas ça...

02:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Le président tchèque aux migrants: "Personne ne vous a invités, respectez nos règles"

http://www.levif.be/actualite/international/le-president-...

2258511.jpg

Milos ZEMAN

01:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

L’islam contre les femmes

Burqa_enfant-588x330.jpg

Partager sur Facebook Tweeter 

 

Source : Polémia
Pendant près de huit cents ans en Espagne, pendant plus de quatre siècles dans les Balkans, les Musulmans ont imposé leurs lois, leurs modes de vie exclusifs, ont dicté leur loi religieuse à l’ensemble des Chrétiens d’Orient et d’Occident.
De Tolède à Byzance, chacun a pu mesurer les souffrances endurées par toutes celles et tous ceux qui, au contact des Musulmans, « vivaient comme on peut tenter de le faire au milieu de loups ou de lions ».
Cible particulièrement fragile de cette cohabitation imposée, les femmes sont considérées en terre d’islam « comme un champ de labour, auquel l’homme va comme il le veut ».

Pour peu qu’elles soient chrétiennes, elles sont encore moins respectables car « condamnées au feu éternel ».
Ainsi sont traitées et jugées par l’islam les femmes chrétiennes, officiellement protégées en terre d’islam autrefois par leur statut de dhimmis
A y regarder de plus près toutefois, on se rend compte que la « dhimmitude » citée en exemple par certains exégètes de l’islam, est un leurre.

En réalité, les Grecs, Serbes et autres Espagnols qui durent subir la dhimmitude restèrent dans l’oppression. Avilis, méprisés, les sujets chrétiens étaient tout juste bons (comme d’ailleurs les Juifs dans une moindre mesure) à servir de faire-valoir fiscal et financier aux Arabes en Espagne, aux Turcs dans l’Empire ottoman.

L’existence des infidèles, Juifs et Chrétiens, était une condition nécessaire de l’équilibre du budget.
La mission prioritaire des gouverneurs musulmans à Cordoue ou des fonctionnaires turcs dans les Balkans, était de lever l’impôt foncier et la capitation dus par les populations vaincues demeurées fidèles à leur foi. Gare à celui qui ne s’acquittait pas de sa capitation : il pouvait être réduit en esclavage, voire puni de mort. Gare également au Chrétien dont la femme était trop désirable, il pouvait très facilement passer de vie à trépas !
Les dhimmis n’avaient pas le droit de port d’armes, ne pouvaient pas monter à cheval, devaient s’effacer dans la rue quand ils voyaient un Musulman, et se lever quand ils étaient assis, au passage d’un croyant.

 

Ils devaient également hospitalité à tout voyageur musulman qui le réclamait.
Autant de contraintes que vécurent pendant des siècles Chrétiens d’Orient et d’Occident. La femme jouant le rôle essentiel de conserver au sein du foyer la foi catholique ou orthodoxe, ciment essentiel qui permit, en tout cas, aux Espagnols et aux Grecs (mais aussi aux Serbes et aux Bulgares) de résister à la gangrène islamique.
La femme chrétienne humiliée

Considérées par l’islam et le Coran comme « Les pires bêtes pour Dieu car elles sont parmi les sourds et les muets qui ne comprennent rien et s’entêtent à ne pas croire », les chrétiennes vont subir pendant des siècles les humiliations, les violences, les vexations des maîtres musulmans. Ce qui pouvait d’ailleurs leur arriver de moins pire au regard des égorgements, viols, meurtres rituels et autres crémations qui furent infligées aux plus récalcitrantes et aux plus rebelles. Souvenez-vous des massacre de Chio du génocide arménien et de la folie meurtrière qui s’empara, en 1922, des musulmans qui, à Smyrne notamment, rendirent la mer Egée rouge du sang des centaines de milliers de victimes chrétiennes, dont de nombreuses femmes, jeunes et moins jeunes, égorgées comme de vulgaires moutons après avoir été violées par leurs bourreaux.
En 1866, lors du soulèvement crétois contre l’oppresseur turc, Omer Pacha, envoyé par la Sublime Porte pour réprimer la révolte, n’hésita pas, lors de la bataille de Frangokastello, après avoir exterminé une majorité d’hommes en état de se battre, à exécuter froidement femmes et enfants. Juste pour la forme, se réservant pour son bon plaisir une jeune fille, rejeton d’une grande famille.
La même année, plus de 1000 personnes dont une majorité de femmes, retranchées avec des moines à l’intérieur du Monastère d’Arkadi, choisirent volontairement la mort en acceptant que les moines mettent le feu aux poudrières. Elles voulaient échapper à la cruauté des troupes turques !
En 1823, lors d’une première révolte dans la région de Lassithi, plus de 2 000 femmes et enfants avaient été exterminés !
C’est dire la cruauté des descendants des hommes de Mehmet II, qui, lors de la chute de Byzance en 1453, arrachaient les enfants aux mères, massacraient les nouveaux-nés, violaient sans honte les vierges dans les églises consacrées, dénudaient les femmes âgées et les outrageaient.
Doit-on s’étonner d’un tel comportement quand on sait que les Ottomans pensaient qu’une « Esclave croyant en Allah vaut mieux qu’une femme qui croit en la Trinité » ?
Humiliée, la femme chrétienne était aussi une proie rêvée et un objet convoité sur les marchés d’esclaves d’Alger ou de Constantinople. Les Algérois mettaient par exemple, à profit un voyage à Constantinople pour acquérir une esclave de Russie et la revendre ensuite au plus offrant.
La conversion à l’islam était, bien sûr, obligatoire. On cite le cas d’Anna, jeune russe qui dut solennellement renier sa foi orthodoxe en piétinant sa croix, en crachant dessus trois fois et en la jetant dans la mer Noire. Une telle adhésion à l’islam ne signifiait cependant pas la fin des tourments pour les victimes. En effet, la dure loi de la conversion forcée, du voile imposé, de la vie partagée dans le harem avec d’autres femmes tournait souvent au drame.
La « Renégate » était souvent mise en quarantaine, parce que plus belle que les favorites musulmanes qui voyaient d’un mauvais œoeil l’arrivée de belles Circassiennes, semblables à la chère Aziyadé de Pierre Loti.
Et que dire de ces milliers de jeunes chrétiennes razziées en Occident ou dans les Balkans, entrées en islam à 10 ou 12 ans, aussitôt mariées de force à des musulmans turcs ou morisques et qui, à la faveur d’un rachat par des marins, retrouveront la mère patrie ? A leur retour en terre chrétienne, elles seront obligées de se présenter devant les tribunaux inquisitoriaux qui ne chercheront pas à exercer un contrôle strict sur le retour de ces femmes converties de force par des Musulmans.
En Espagne, lors de la conquête musulmane, la terreur s’abat en Castille, en Galice, dans les Asturies et au Pays Basque. Les habitants de ces régions redoutent, en effet, la sa’ifa (campagne d’été de Musulmans) qui se solde inévitablement par des pillages, l’enlèvement du bétail et la mise en esclavage systématique des femmes et des enfants alors que les hommes sont tués pour la plupart d’entre eux.
Toujours les Musulmans « semèrent la terreur à Narbonne vers 720. Après avoir fait main basse sur des statues en argent massif dans une église qu’ils prennent la peine de détruire, ils emmenèrent comme esclaves de nombreuses femmes, beaucoup d’enfants et quelques hommes », comme le note Charles-Emmanuel Dufourcq dans une magistrale « Vie quotidienne dans l’Occident médiéval », rappelant également que pendant leur conquête de Sicile, ces mêmes Maures, exaspérés par la résistance qui leur est opposée, pillent, tuent et égorgent tout ce qui se trouve sur leur passage, mettant un raffinement certain dans les tortures qu’ils infligent aux femmes.
Sans doute avaient-ils présent à l’esprit que « Les incroyants qui ont la Bible et l’Evangile iront dans le feu de la géhenne et y seront pour toujours »…
La femme chrétienne, otage malgré elle

Pendant des siècles, les musulmans (barbaresques, morisques et autres turcs ottomans) ont pratiqué l’enlèvement systématique des enfants chrétiens, mâles ou femelles.
Le « greffon », l’enfant chrétien, ainsi transplanté en terre d’islam, et ravi à l’affection de sa mère, devait devenir un bon musulman, élevé par des nourrices turques ou arabes dans des maisons privées ou dans les palais des Stambouliotes.
Les musulmans faisaient un prélèvement régulier aux dépens des forces vives du monde chrétien (Espagne jusqu’en 1492, Serbie, Grèce, Russie, Bulgarie) en le délestant, chaque année, de plusieurs milliers de ses enfants, auxquels ils offraient la possibilité d’une intégration totale dans les sociétés cosmopolites du Maghreb ou de l’Empire ottoman.
1. En Europe occidentale, les enfants étaient razziés sur terre ou capturés en mer. La mémoire populaire a d’ailleurs gardé la hantise de ces raids-éclair en Corse, en Sicile, aux Baléares, mais aussi sur nos côtes de Provence ou du Roussillon.
Aussitôt embarqués de force sur les bateaux pirates, les petits garçons étaient circoncis afin de prévenir toute action des Consuls de leur pays respectifs, au cas où des familles porteraient plainte.
Violences, coups, tout était fait pour que la jeune victime devienne rapidement un musulman soumis.
Dans leur ouvrage consacré au « Chrétiens d’Allah », Bartolomé et Lucile Bennassar citent également les mères enlevées en même temps que leurs enfants : « Anastasia, une jeune Russe et sa mère, furent achetées par le même maître et partagèrent sept ans de captivité ». 2. En Europe orientale (en Serbie et en Grèce plus particulièrement), les jeunes garçons orthodoxes fournirent jusqu’au milieu du 17ème siècle le corps des janissaires, corps d’élite de l’armée turque.
La Devchirmé (littéralement ramassage) régissait ainsi le recrutement de l’armée. « C’était un plan diabolique et le plus épouvantable tribut de chair humaine qui ait été levé par une religion victorieuse sur une religion vaincue » comme l’écrira un historien du 19ème siècle, Théophile Lavallée.
Comment, en effet, ne pas qualifier de diabolique cette opération qui consistait à rassembler, dans un village chrétien, toute la population mâle et à prélever les plus sains d’entre eux, chassés et prélevés comme on prélève un gibier.
Cruauté suprême, les garçons étaient souvent choisis en nombre plus important que prévu… les fonctionnaires turcs, chargés du ramassage, se faisant ainsi racheter les enfants par les parents.

Les vieux serbes se rappellent encore que les enfants mâles nés les années impaires, étaient de futurs janissaires pendant que ceux qui avaient eu le bonheur de naître les années paires, n’étaient pas soustraits à l’affection de leurs mères.Ils pouvaient ainsi contribuer à payer l’impôt réclamé par Allah.
Quant aux Grecs, ils subirent le même sort… jusqu’en 1807, mais les prélèvements en chair humaine seront moins répétitifs.
Et pendant ce temps là, que faisait la mère de famille, l’épouse, la femme sinon se lamenter et jurer la perte de ces brutes qui pouvaient également enlever les jeunes filles ou même les épouses ?

On cite le cas de cette veuve grecque convoitée par le gouverneur turc de Thessalie, enlevée par ses hommes et qui refusait d’épouser son tortionnaire.
Retrouvée par ses deux fils à Constantinople, elle prit le voile dans un Monastère pendant que ces derniers étaient faits prisonniers…
Conclusion

Neuf siècles ont été nécessaires pour effacer la présence musulmane en Espagne et près de quatre siècles sont venus à bout du joug ottoman dans les Balkans, même si aujourd’hui, à cause de la politique imbécile de certains, l’islam refait surface sur ces vieilles terres orthodoxes de Serbie, de Thrace ou de Bulgarie.
Tout au long de ces siècles de domination ottomane ou arabe, vécue comme un vrai calvaire par les populations soumises au bon vouloir des pachas, effendis, agha, caïmacan, dahi, et autres califes, des millions de Chrétiens (hommes, femmes et enfants) ont été assassinés, égorgés, violés, déportés, brûlés vifs, dépecés vivants.
Tous cela au nom d’Allah et des principes coraniques.
Aujourd’hui encore – les récents événements tragiques du Kosovo le prouvent, des massacres sont commis au nom de la « soumission » à Dieu, traduction littérale du mot islam.
A un moment où faire repentance est devenu un passage obligé quand il s’agit du colonialisme, de l’esclavage ou de bien d’autres choses encore, ne serait-il pas temps que les Musulmans fassent aussi repentance en reconnaissant l’étendue de leurs crimes contre l’humanité ?

Françoise Monestier
Paris, 07/02/2002
Colloque régional « L’islam contre les femmes »

01:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Arrivée de l'Hermione aux E.U...

!cid_F316128954004A84885632366D6BED91@ordiaefe7912f1.jpg Hermione.jpg

00:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

L’écologisme, une religion laïque. Par Jacques ABOUCAYA

 

 

A l’évidence, notre monde a perdu le sens du sacré. Le mot lui-même devient incompréhensible aux jeunes générations. Comme, du reste, toute notion de transcendance. Conséquence, le religieux revient en force. Sous d’autres formes. « Laïcisé », en quelque sorte. Ainsi l’écologie – ou, plus exactement, ce que j’appellerai l’écologisme, qui en est la forme exacerbée. Il présente tous les attributs, toutes les caractéristiques d’une religion. La plus exigeante, la plus intransigeante et, pour tout dire, la plus sectaire qui soit.

 

L’écologisme a son Ancien Testament et ses prophètes. Parmi eux, Jean-Jacques Rousseau et son bon sauvage, l’Américain Henry David Thoreau, l’auteur de Walden que les adeptes du Flower Power remirent à la mode dans les années 60 et 70 de l’autre siècle. C’est dans leurs œuvres qu’il faut chercher les textes fondateurs. Les Tables de la Loi de la religion nouvelle. Une vulgate inlassablement reprise et déclinée sous toutes ses formes par les prédicateurs de l’écologisme moderne. Ceux qui vouent un culte, sans parfois en avoir pleine conscience, à  Gaïa, la déesse mère des anciens Grecs.

 

Figures de proue, chez nous, José Bové, Eva Joly, Cécile Duflot et quelques autres aussi ouverts au dialogue, sympathiques, avenants, et dont la future canonisation ne fait aucun doute. En attendant, toujours prêts à fulminer des anathèmes contre quiconque ose contester ce qu’ils tiennent pour une vérité intangible, leur Vérité. Ces apôtres font l’objet, de la part de leurs militants, d’une véritable vénération, n’hésitant pas, du reste, à se  muer en Savonaroles pour se livrer au saccage des constructions des infidèles, comme le fameux McDo de Millau ou, plus récemment, le projet de barrage de Sivens, dans le Tarn. De quoi entretenir le fanatisme de fidèles prompts à se changer en prosélytes agressifs.

 

De telles expéditions, qui font penser aux Croisades de jadis et recrutent pillards et soudards, engendrent, fatalement, des martyrs. Bien utiles, au demeurant, pour valoriser la cause.  La conforter. Lui fournir, en quelque sorte, une légitimité à la mesure de l’émotion suscitée. Ainsi certaines bavures policières sont-elles systématiquement montées en épingle, exploitées ad nauseam par des media relayant, non sans complaisance, un manichéisme simpliste : d’un côté les bons écolos, doux comme des agneaux, prêts à se laisser immoler pour défendre la Nature. De l’autre les méchants flics, suppôts d’un capitalisme sans foi ni loi. Ainsi se constitue la Légende dorée de ce culte d’un genre nouveau.

 

Aux religions traditionnelles édictant des interdits alimentaires, nos modernes écologistes ont emprunté des ukases de même nature que l’on ne saurait transgresser sous peine de déclencher les dix plaies d’Egypte. Les plus purs d’entre les militants prônent un strict végétarisme. Les autres, jouant sur la hantise de la maladie, largement partagée, se contentent de promouvoir le Bio sous toutes ses formes. Du reste, à l’instar des religions reposant sur les tabous, l’écologisme joue volontiers sur la peur. Peur du nucléaire. Du trou dans la couche d’ozone. Du réchauffement climatique. Des OGM. Peu importe si des études sérieuses ont montré que certaines de ces peurs étaient parfaitement infondées et irrationnelles. Il s’agit seulement de les entretenir pour terroriser les foules. Recette bien connue.

 

Cette forme de millénarisme permet de désigner les démons contre lesquels il urge de se mobiliser. Au premier rang desquels Monsanto et les OGM, les tenants du nucléaire et, d’une manière générale, tous ceux qui refusent de souscrire au dogme d’un ordre « naturel » nourri avant tout de fantasmes. Seule voie de salut, battre sa coulpe. Se repentir de tous les crimes passés et à venir perpétrés contre les valeurs écologiques. Vous ne vous en sentez nullement responsable ? C’est que vous faites bon marché d’une tache indélébile que d’aucuns nommeraient péché originel. Il frappe, en l’occurrence, quiconque a la malchance d’être né Blanc et Occidental. Il n’est, de nos jours, tare plus lourde à porter.

 

Jacques Aboucaya -  2 août 2015

 

00:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

02/08/2015

Rennes (35) : sorti de prison en février, un Guyanais de 28 ans écroué pour viol

bVbh6Cw.jpg

Le canal St Martin (Rennes)

21h55

La semaine dernière, une étudiante avait été violemment agressée près du canal Saint-Martin. Vendredi dernier, les policiers du Raid ont interpellé un Guyanais de 28 ans.Il venait de purger une lourde peine pour vol à main armé et était sorti en février dernier de prison.

La jeune femme promenait ses chiens, mardi 21 juillet, dans la soirée le long du canal Saint-Martin à Rennes. En rentrant chez elle, l’étudiante prend un raccourci et emprunte un chemin mal éclairé. C’est à cet endroit qu’elle a été agressée par un homme qui dissimulait son visage sous une capuche.

L’agresseur, armé d'un couteau, a abusé de sa victime avant de lui dérober son sac à main. Il a ensuite pris la fuite. La police, alertée rapidement, a commencé le soir même, les investigations pour retrouver l’auteur de l’agression et du viol.

Des éléments génétiques ont permis de retrouver la trace d’un suspect. Vendredi dernier, les hommes du RAID l’ont interpellé à son domicile, proche de l’endroit du viol. L’homme, originaire de Guyane, est âgé de 28 ans.

 
 

Source

Merci à Nevenoe

02:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Où fait-il bon vivre en France? Dans les régions les plus catholiques

http://www.fdesouche.com/632859-ou-fait-il-bon-vivre-en-f...

01:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Quelques minutes de détente avec le branle d'Ecosse

 

http://www.festa.lt
Branles d'Escosse performed by Lithuanian dance group Festa Cortese and Czech music group Remdih.
2010 march Freienfels castle, Germany, 18th Knight tournament

01:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Libye : allons-nous être contraints de soutenir Al-Qaida contre Daesh ? Par Bernard LUGAN

 

En Libye, les interventions de l’Egypte, de l’Algérie et de la France, destinées à limiter les conséquences devenues incontrôlables de la guerre insensée déclenchée contre le colonel Kadhafi, deviennent de plus en plus problématiques. Pour cinq grandes raisons :

1) Cette intervention était subordonnée à la constitution en Libye même d’une force « nationale » susceptible d’être appuyée. Or, le général Haftar a échoué dans sa guerre contre les islamistes.

2) Plus que jamais, le principal objectif algérien en Libye est la fin du chaos en Tripolitaine afin d’assurer la sécurité de la frontière orientale. Englué en Cyrénaïque, le général Haftar n’a aucun pouvoir en Tripolitaine. Voilà pourquoi Alger traite actuellement avec les islamistes hostiles à Daesh qui contrôlent l’ouest de la Libye.

3) L’Egypte se trouve prise au piège. Dans sa lutte à mort contre les islamistes et les Frères musulmans, elle dépend en effet du financement des monarchies sunnites du Golfe. Or, paniquées par le retour de l’Iran chiite sur la scène politique régionale, ces dernières ont décidé de se rapprocher de tous les mouvements sunnites, dont les Frères musulmans et Al Qaida, comme cela vient de se produire au Yémen. Nous sommes en présence d’une politique de simple survie dont le terme est imprévisible, mais qui bouscule l’échiquier régional. Pour deux raisons majeures :
– Ce rapprochement a affaibli Al Qaida car plusieurs groupes sunnites qui y sont opposés viennent de se rallier à Daesh, notamment en Tunisie et en Algérie.
– L’Arabie saoudite freine l’interventionnisme du général Sissi afin de ne pas affaiblir ses nouveaux alliés en Libye, ce qui favorise indirectement Daesh, nébuleuse sunnite qui ne la menace pas encore.

4) Dans ce jeu d’échecs, la France est sur l’arrière-main, se limitant à éviter au Sahel une contagion venue de Libye. Or, tous les connaisseurs du dossier savent bien que sans une « pacification » de la Libye, l’opération Barkhane est bancale.

5) La solution libyenne qui était tribale n’est plus d’actualité. Dans les zones conquises, Daesh, dont la force de frappe est composée de non Libyens, a en effet renversé le paradigme tribal en liquidant physiquement les chefs qui ne voulaient pas lui faire allégeance afin de terroriser les autres. En conséquence de quoi, les ralliements se multiplient…

Face à cette situation, l’Egypte et la Tunisie ont décidé de se retrancher derrière deux lignes électrifiées. Cette illusoire défense va certes permettre à certaines firmes européennes de faire de fructueuses affaires, mais elle ne stoppera pas la gangrène.
Alors, comme je ne cesse de le préconiser depuis des mois, il ne reste qu’une seule solution pour tenter, je dis bien tenter, d’empêcher la coagulation islamiste qui s’opère actuellement dans toute l’Afrique du Nord à partir du foyer libyen. Cette solution a un nom: Saif al-Islam, le fils du colonel Kadhafi actuellement détenu à Zenten. Lui seul est en effet en mesure de reconstituer les anciennes alliances tribales de Cyrénaïque, de Tripolitaine et du Fezzan détruites par l’intervention franco-otanienne. Or, cette solution est impossible puisque, dans l’ignorance bétonnée du dossier et aveuglée par ses principes juridiques européocentrés déconnectés des réalités, la Cour pénale internationale l’a inculpé pour « crimes de guerre ».

Dans cette évolution vers le pire que connaît la Libye, poussés à la fois par l’Arabie saoudite et par l’Algérie, Frères musulmans, Al Qaida et diverses milices viennent de s’ « allier » contre Daesh.
Dans cette guerre entre islamistes qui menace notre flanc sud, allons-nous donc être contraints de considérer Al Qaida comme un nouvel « ami »… ? Voilà le scénario apocalyptique auquel le sémillant BHL et l’éclairé Nicolas Sarkozy n’avaient pas pensé…

> Bernard Lugan anime un blog.

NDF

01:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Interview de Vladimir Poutine à Saint- Pétersbourg le 27 juillet 2015

Darius Rochebin, RTS-Info, interroge Vladimir Poutine,  Le 27 juillet 2015, à Saint-Pétersbourg, à propos des relations de la Russie avec l’Union européenne.
 
Cette interview est en traduction simultanée.
 
MEDIAS-PRESSE-INFO

01:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Les socialistes, quand il s’agit des Saoudiens, ne font plus dans l’humanitaire

silence-1456x648.jpg

                                                    

          
Ces parangons de vertu sont-ils depuis quelques jours devenus aphones, ont-ils par pudeur idéologique détourné leurs regards de nos rivages méditerranéens ?

955
SHARES
 
 
 

Aminetou el Moktar, présidente d’une association humanitaire en Mauritanie, vient de révéler la scandaleuse traite des femmes dans son pays. La présidente de l’AFCF ne mâche pas ses mots, elle explique comment des adolescentes sont attirées loin de chez elles :
« Certaines jeunes filles destinées au trafic sexuel sont victimes du mirage d’un travail à l’étranger, d’une bonne éducation dans la capitale. D’autres sont vendues par leurs familles en détresse. »

Après des « livraisons humaines » venant des Philippines, d’Inde ou du Pakistan – livraisons qui, parfois, se terminaient par la liquidation pure et simple après séquestration et viol -, c’est au tour des Africaines subsahariennes d’être menacées.

Mais, au fait, quel est donc ce pays qui pratique encore la traite des femmes en ce début du XXIe siècle ?

Quel est ce pays qui, pourtant, depuis le 1er janvier 2014 siège au Conseil des droits de l’homme de l’ONU ?

Quel est ce pays avec lequel le gouvernement socialiste n’a pas hésité à signer un pré-contrat d’armement de 3 milliards d’euros ?
Bien évidemment, vous avez deviné, c’est le pays du roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud, âgé de 79 ans… C’est l’Arabie saoudite.

Le pays de celui qui, depuis le week-end dernier, est en villégiature sur notre sol, dans sa majestueuse propriété de Golfe-Juan sur la commune de Vallauris, avec sa cour de près d’un millier de personnes. Celui qui a réservé pas moins de 400 chambres, pour le « noyau dur » de la suite royale, dans les palaces de la Croisette, à Cannes. Celui qui bénéficie de mesures de sécurité extrêmes interdisant l’accès au public du littoral voisin ainsi que toute navigation en mer sur une bande de 300 mètres. Ceci malgré une pétition contre la fermeture sur ordre du préfet de la plage publique de Mirandole, qui a recueilli près de 150.000 signatures.

Celui qui mobilise sept ou huit policiers pour se relayer en permanence autour de la villa, sans compter les patrouilles mobiles et plusieurs bateaux stationnés en mer. Celui qui a enfin demandé qu’aucune femme ne soit incluse dans le dispositif qui assure la protection des environs de sa villa, d’après des sources syndicales policières.

Et toutes ces mesures liberticides pour un État liberticide sans une seule allusion aux violations des droits de l’homme. Où sont ces socialistes qui explosent d’indignation et crient au déni de démocratie chaque fois que des patriotes veulent faire respecter les lois et coutumes de leur pays.

Où sont ces socialistes qui se font un devoir et un honneur de participer en première ligne à la journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions ?

Ces parangons de vertu sont-ils depuis quelques jours devenus aphones, ont-ils par pudeur idéologique détourné leurs regards de nos rivages méditerranéens ?

On n’entend plus l’ancien et l’actuel secrétaire national du PS, messieurs Désir et Cambadélis, fustiger les dirigeants saoudiens comme ils ont fustigé le Premier ministre hongrois Viktor Orbán « qui fait honte à la démocratie » ou le président Poutine « qui devrait cesser d’intimider les démocrates ».

Quant à Najat Vallaud-Belkacem, son mutisme enlève toute crédibilité à ses discours féministes.

 
BOULEVARD VOLTAIRE

00:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

01/08/2015

VIDEO - La maternité de l'hôpital de Constantine, une horreur!

A voir absolument, en plein écran

 

21:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)