Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2017

VIDEO - Zemmour sur Omar Sy: "Quand on me traite de criminel, je réponds"

zemmour-omar-sy-weinstein-1200x736.jpg

01:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

18/10/2017

Soros a transféré 18 milliards d'euros de sa fortune personnelle vers sa fondation Open Society 18 oct. 2017, 21:24

 

 
 

Contesté notamment en Hongrie, mais aussi aux Etats-Unis, où il ne cache pas son activisme contre Donald Trump, l'homme d'affaires, dont l'ONG Open Society intervient dans la vie politique de nombre de pays, traverse une période difficile.

A 87 ans passés, le milliardaire américain George Soros a transféré 18 milliards de dollars à sa fondation Open Society, soit l'essentiel de sa fortune. Un simple jeu d'écriture, toutefois, puisque l'argent passe de la Soros Fund Management, le fonds d'investissement qui gère les intérêts du milliardaire ainsi que ceux de l'Open Society Foundations (OSF), directement à cette dernière. Sur le papier, la quasi-totalité des avoirs de Georges Soros, moins un bas de laine estimé à 7 milliards d'euros, appartient désormais en propre à OSF, qui irrigue à son tour une pléthore d'associations. Ce qui en fait par ailleurs la seconde ONG la plus riche aux Etats-Unis après celle de Bill Gates et de son épouse, la Bill and Melinda Gates Foundation.

Mesure de précaution ?

Si l'âge venant, l'homme d'affaires d'origine hongroise, qui a fait fortune notamment en pariant contre la livre britannique en 1993, a possiblement pris ses dispositions face à l'inévitable, la généreuse donation de son vivant intervient alors que l'OSF traverse des temps difficiles. Montrée du doigt pour son rôle dans les révolutions dites de couleur, entretenant des relations troubles avec l'agence de développement international des Etats-Unis (USAID), la fondation est, entre autres, mise en cause en Hongrie. Budapest l'accuse notamment de promouvoir l'accueil de migrants dans l'Union européenne.

En juin 2017, dénonçant l'ingérence dans la vie démocratique du pays d'origine de George Soros et de son réseau d'associations tentaculaire, le parlement hongrois votait une loi visant à renforcer le contrôle sur les ONG étrangères en Hongrie. Dans le collimateur de Budapest également, l'Université d'Europe centrale (CEU), financée par George Soros, accusée d'influencer les élites du pays, ainsi que le fonctionnement de ses institutions démocratiques. «Il soutient tout ce qui affaiblit la nation, tout ce qui modifie le mode de vie traditionnel européen», avait déclaré Viktor Orban dans une interview radiophonique accordée à la radio Kossuth en 2016.

 

Ingérence de George Soros... aux Etats-Unis ?

Mais l'OSF est également pointée du doigt aux Etats-Unis depuis l'élection de Donald Trump. Malgré le résultat des urnes, George Soros reste droit dans ses bottes, dans le camp des détracteurs du successeur de Barack Obama. Parmi les partenaires solidaires du mouvement «Women's march», qui avait rassemblé contre Donald Trump des millions de personnes dans la rue en janvier 2017, on trouve ainsi plusieurs ONG ayant reçu des fonds de l'OSF de George Soros, dont la célèbre Human Rights Watch.

En mars 2017, des membres du Congrès américain écrivaient au secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson pour dénoncer les pratiques d'ingérence de la fondation de George Soros, pointant du doigt son activité d'agitation et de propagande en Macédoine, en vue, selon eux, d'un changement de régime. Les mêmes élus soupçonnent également George Soros d'avoir voulu influencer l'élection présidentielle américaine, puis d'avoir déclaré la guerre à Donald Trump, une fois ce dernier élu. En clair, de réunir les conditions d'une révolution colorée aux Etats-Unis-mêmes.

Dernier embarras en date pour le milliardaire né en 1939, une pétition ouverte en septembre 2017 demande le classement de l'ONG de George Soros comme organisation terroriste a réuni à ce jour plus de 150 000 signatures. Le texte, s'appuyant sur le droit de pétition garanti par la Constitution américaine, appelle à saisir les biens du milliardaire.

Lire aussi : George Soros accusé d'avoir voulu renverser le pouvoir en Guinée équatoriale

22:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Gabriel, Louise, Mohamed... Quels seront les prénoms les plus donnés en France en 2018 ?

bebe-africain.jpg

 

L''Officiel des prénoms", à paraître jeudi, répertorie près de 12 000 prénoms populaires en France.


"L'Officiel des prénoms 2018" sera publié jeudi 19 octobre 2017. (KEVIN LIU / MOMENT RF)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le 
publié le 

En manque d'inspiration ? Comme chaque année depuis quinze ans, L'Officiel des prénoms (ed. First) épluche en 600 pages, près de 12 000 prénoms populaires en France, détaille Europe 1. La version 2018 du guide paraîtra jeudi 19 octobre.

Parmi les prénoms les plus prisés, les prénoms courts : Louise, Emma et Jade suivies de près par Chloé, Alice et Léa pour les filles. Chez les garçons, Gabriel, Raphaël et Jules figure sur le podium, suivis de Léo, Lucas et Adam.

Pour établir son palmarès, Stéphanie Rapoport, l'auteur.e du livre, a croisé les données de l'Insee et les statistiques en provenance des grandes villes, note BFMTV.  Selon ce classement, les prénoms issus de l'Ancien testament sont de plus en plus en vogue : "Ce qui est intéressant avec les prénoms de l’Ancien testament, c’est que si Nathan, Raphaël sont très connus, Adam, par exemple, était rarement porté jusqu'ici et puis Eden, même chose, avant les années 2000, il n’y en avait quasiment pas dans les maternités", explique l'auteure à BFMTV. A noter, l'arrivée de deux prénoms dans le classement : Aaron et Mohamed.

21:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Polémique en Allemagne : Susanne, étranglée à mort à Berlin par un demandeur d’asile en instance d’expulsion

2_w_993_q_high_c_0_bild.jpg

RIP Suzanne

 

 

20h48

Le 5 septembre, Susanne F. a été assassinée à Berlin. Son meurtrier voulait lui voler 50 euros et un téléphone portable. L’auteur présumé est un jeune homme originaire de Tchétchénie âgé de 18 ans.

 

C’est un demandeur d’asile débouté, le rapport de police soulève la question de savoir pourquoi il était encore en Allemagne et n’a pas été expulsé.

 

À la une du très populaire quotidien allemand Bild d’aujourd’hui : « Étranglée parce que son meurtrier n’a pas été expulsé »

Focus.de

Merci à Stan le Lubrique

12:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

VIDEO - Claude Guéant: ses vérités sur Sarkozy, Valls, un cabinet noir, Merah et l'islam...

12:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Balance ta truie !

Dans le sillage de l’affaire Weinstein et après un appel sur Twitter, de nombreuses femmes victimes de harcèlement sexuel et même d’agression sexuelle ont décidé depuis vendredi de briser l’omerta et de témoigner.

truie001-744x1024 (1).jpg

 

 Allez-y, Mesdames, c’est le moment ! Vous toutes, starlettes refoulées, actrices en mal d’engagement, vieilles gloires oubliées… Allez-y, balancez vous aussi votre « porc » et peut-être retrouverez-vous un instant de notoriété en racontant au monde cette scène horrible qui, à votre insu, vous hante depuis tant d’années et vient de resurgir grâce à ce gros dégueulasse d’Harvey Weinstein.

Depuis huit jours, la liste s’allonge. Ainsi, l’oubliée Florence Darel qui réapparaît ce lundi pour raconter au Parisien avoir éconduit le producteur en 1994, et qui confie : « Je me rends compte que ça m’a beaucoup perturbée et que depuis deux nuits, j’ai plein d’autres souvenirs qui remontent que j’avais soigneusement enterrés. »

C’est à qui en aura le plus à raconter, preuve qu’on est en plein bal des faux-culs, tout comme on le fut avec notre gloire internationale, le monsieur du FMI : Dominique Strauss-Kahn.

L’affaire est entendue : les hommes de pouvoirs sont des cochons. Et les hommes de grand pouvoir de grands cochons. Et donc, une fois de plus, une fois encore, les femmes ne sont que d’innocentes victimes contraintes de devoir tout accepter pour pouvoir respirer sur cette basse terre.

Foutaise.

Pour autant que je sache, toutes les petites starlettes en herbe qui oscillent du cul sur les plages de Cannes, se précipitent chaque printemps aux partouzes des magnats d’Hollywood, prennent leur ticket dans la file d’attente devant la chambre à coucher des réalisateurs et des acteurs en vue, de même que les grandes dames du cinéma qui acceptent les rôles les plus avilissants ne le font pas avec un flingue dans le dos.

 

Faut-il rappeler ce qui a valu la gloire à la jeune Léa Seydoux, dont la confession dans le Guardian a occupé les médias pendant trois jours ? C’est la Palme d’or, à Cannes, pour cette ode à l’homosexualité féminine (sorte de manuel pratique) qu’est La Vie d’Adèle, d’Abdellatif Kechiche. Une fois remportées la Palme d’or et la gloire qui va avec, Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos, son amante à l’écran, ont dénoncé les agissements épouvantables du cinéaste : « La plupart des gens n’oseraient même pas demander ce qu’il nous demandait et témoignent davantage de respect. »

Pourquoi ont-elles accepté ?

Pourquoi tant de ces jeunes femmes démarrent-elles dans le porno ? Pourquoi celles qui sont déjà « arrivées » acceptent-elles des scènes de sexe cru, de perversions, de sado-masochisme, de mutilations, comme l’a fait Isabelle Huppert dans La Pianiste de Michael Haneke ? Ou pire, Charlotte Gainsbourg dans Nymphomaniac, de Lars von Trier, en 2013. Une Charlotte Gainsbourg qui se complaît dans des rôles malsains et dont le mari Yvan Attal a fait, sur un plateau de télé, cette étrange confidence : « C’est bon, elle m’a fait la totale. » Il ajoute que c’est « un drame », surtout que « c’est parfois terrible », pour leurs trois enfants. Non seulement il accepte – il en fait même l’objet de deux films : Ma femme est une actrice, puis Ma mère est une actrice ! –, mais il dédouane son épouse, en fait en quelque sorte une irresponsable : Charlotte « ne se rend pas compte » de l’impact que cela peut avoir dans une cour de récréation, dit-il, ajoutant « mais je comprends qu’elle aille tourner avec Lars von Trier quand même. Même pour faire ça (sic), c’est quand même un des plus grands metteurs en scène qui soit et, du coup, on ne peut pas reprocher à sa femme d’aller dans ses films. »

Comment faut-il appeler cela ?

Voilà donc ce qui justifie 5 h 30 de scènes sado-maso avec une Charlotte Gainsbourg. Allons-y pour le cliché ! Un film raccourci en deux fois deux heures pour « répondre à une problématique de durée tout d’abord mais également à un souci de censure car les scènes de sexe les plus explicites ont été enlevées ». Mais néanmoins montrées intégralement à la Berlinale, qui s’en est fait une gloire.

Bref, tout ce beau monde du cinéma et des médias dansant aujourd’hui au bal des faux-culs, je suggère, pour en finir avec l’hypocrisie et le féminisme misérabiliste, qu’on lance #Balancetapétasse pour faire pendant à #Balancetonporc. Il me semble que l’égalité des sexes y gagnerait.

 

 Marie Delarue – Boulevard Voltaire

NdB: Nous n'avons rien bien sûr contre les truies animales, qui défendent avec férocité leurs tout petits porcinets roses! Essayez de les approcher ! Ce sont d'excellentes mamans, et bien des mères humains devraient s'en inspirer!

12:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

17/10/2017

JOURNAL TVL 17.10.17

22:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

A 88 ans, «Mamie nazie» condamnée à six mois de prison pour négationnisme par la justice allemande

59e5ba57488c7bf1458b4567.jpg

 

-

© Paul Zinken Source: Reuters
Ursula Haverbeck lors de son procès à Berlin
 

Une des figures de proue du négationnisme allemand, Ursula Haverbeck, 88 ans, surnommée par la presse «Mamie nazie», a été condamnée le 16 octobre à six mois de prison ferme pour des propos niant l'Holocauste.

Déjà condamnée à plusieurs reprises dans le passé pour des propos similaires, Ursula Haverbeck a été sanctionnée par un tribunal de Berlin pour avoir publiquement déclaré en janvier 2016, dans un restaurant de la capitale, que le génocide des juifs par les nazis n'avait jamais existé et qu'il n'y avait jamais eu de chambres à gaz à Auschwitz. Elle avait aussi contesté que des millions de personnes y aient été exterminées.

A la barre, Ursula Haverbeck a affirmé qu'elle n'avait fait que citer les extraits d'un livre. L'octogénaire, qui a immédiatement annoncé son intention de faire appel, avait été filmée en train de tenir ces propos.

Ursula Haverbeck a déjà été condamnée à quatre reprises pour des propos similaires, notamment à 10 mois de prison ferme en 2015 pour avoir déclaré que l'Holocauste était «le plus grande mensonge» de l'Histoire.

Elle ne s'est toutefois jamais retrouvée derrière les barreaux. Car, elle a systématiquement interjeté appel de toutes ses condamnations et aucune des procédures n'a atteint le stade de la condamnation irrévocable.

En 2009, elle avait écopé d'une amende de 2 700 euros pour avoir menacé la présidente de l'époque du Conseil central des juifs d'Allemagne «d'un nouveau pogrom».

Sur son site internet, Ursula Haverbeck se présente comme «une représente du révisionnisme historique» et se targue d'être une «combattante intrépide pour la vérité».

Elle était l'épouse de Werner Georg Haverbeck, un militant d'extrême droite décédé en 1999 avec lequel elle avait fondé en 1963 à Vlotho le Collegium Humanum, présenté comme un établissement d'enseignement, mais réputé pour être un nid de négationnistes. Il a été interdit en 2008.

Selon les travaux des historiens, quelque 1,1 million de personnes, dont un million de juifs, ont péri entre 1940 et 1945 dans le seul camp d'Auschwitz-Birkenau. Au total, six millions de juifs ont été exterminés par les nazis.

Lire aussi : Chambres à gaz qualifiées de «détail» : amende de 30 000 euros confirmée pour Jean-Marie Le Pen

 

18:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Pourquoi Harvey Weinstein ne fait pour l'instant l'objet d'aucune poursuite judiciaire

7319871_part-gty-137921382-1-1-0_1000x625.jpg

 

>Faits divers|C.Si. avec A.R.|17 octobre 2017, 16h54 | MAJ : 17 octobre 2017, 16h56|0

L'actrice Meryl Streep a dénoncé le comportement «honteux» du producteur Harvey Weinstein.

 
 

Véritable paria depuis la trentaine d’accusations d’harcèlement sexuel et de viols le concernant, le producteur américain est pour l'heure visé par deux enquêtes policières à Londres et New York.

Depuis les premières révélations du New York Times le 5 octobre, Harvey Weinstein n’a plus rien du producteur omnipotent dictant sa loi sur les plateaux de cinéma et les tapis rouges du monde entier. Quitté par sa femmegommé des tablettes du septième artlicencié par sa propre maison de production, l’Américain a déjà commencé à payer le prix des accusations de harcèlement sexuel et de viol émises par une trentaine d’actrices et de mannequins. Du moins socialement et professionnellement. Car sur le plan judiciaire, l'homme de 65 ans ne fait, pour l'heure, l'objet d'aucune poursuite, ni d'aucune condamnation.

 


Depuis le 12 octobre, le magnat est visé par deux enquêtes policières, l’une à New York, l’autre à Londres. Aucune plainte n'a été déposée. Or sans plainte, pas de poursuites possibles, ni d'interrogatoire obligatoire. Contrairement à la France où le parquet peut s'auto-saisir, «dans ce genre d’affaires, aux Etats-Unis, il faut nécessairement qu’au moins une victime porte plainte pour qu’un procureur se saisisse», fait remarquer au Parisien Me Arthur Dethomas, avocat aux barreaux de Paris et de New York.


LIRE AUSSI
Que risque vraiment Harvey Weinstein ?


Outre la crainte des représailles et le sentiment de honte, d'autres facteurs peuvent expliquer cette absence de plainte, comme les délais de prescription pour les accusations de viol. C'est le cas en Californie -la prescription de 10 ans a été supprimée en 2016 après le procès de Bill Cosby, sans rétroactivité possible- et même en France, concernée par le cas d'Asia Argento en 1997. Les accords de confidentialité grassement payés par le producteur peuvent également justifier ce silence.
 

Le cas new-yorkais est le plus avancé

Toutefois, il est tout de même possible pour «la police d'enquêter après des dénonciations et de faire des perquisitions», poursuit l’expert. C’est ainsi que deux enquêtes ont été ouvertes : les investigations de la police britannique, à Scotland Yard, concernent quatre agressions présumées. La première est survenue dans l'ouest de Londres à la fin des années 1980, les trois autres ont été commises à Westminster en 2010 et 2011, ainsi qu'à Camden en 2015. 

Les enquêtes de la police new-yorkaise se cantonnent pour l'instant à l'agression sexuelle présumée de l'actrice Lucia Evans, remontant à 2004. Mais c’est sans doute de cette affaire que pourrait naître la saga judiciaire. Il n'existe en effet aucune durée de prescription pour les accusations de viol dans cet Etat. Selon le quotidien new-yorkais Daily News, la police locale cherche à prouver qu'Harvey Weinstein l'a forcée à lui faire une fellation. «Comme toujours, la police de New York encourage toute personne détentrice d'éventuelles informations à le faire savoir», a indiqué J. Peter Donald, porte-parole du New York Police Department Un appel relayé mardi par la police de Los Angeles. Il risque pour cette seule affaire jusqu’à 25 ans de prison. 


«L'accusation pourrait se baser sur le témoignage de Lucie Evans pour démontrer qu'Harvey Weinstein avait un "modus operandi"», analyse dans le Guardian Corey Rayburn Yung, professeur de droit à l'Université du Kansas. «Il y a certainement eu des cas qui ont été jugés pour moins», précise-t-il.
 

En vingt ans, une plainte et un classement sans suite

Cependant, pas sûr que le procureur de New York, Cyrus Vance, ne se saisisse du dossier sans avoir à sa disposition des preuves matérielles irréfutables,comme une trace ADN. Ce qu'on appelle la «cause probable». En 2015, cet homme, déjà à l'origine de l'abandon des poursuites pénales à l'encontre de DSK dans l'affaire du Sofitel, avait classé sans suite la seule plainte recensée en vingt ans contre Harvey Weinstein. Ambra Battilana Gutierrez, une mannequin italienne alors âgée de 21 ans, avait pourtant réussi à enregistrer des aveux d’attouchement sexuel de la part du suspect, rappelle The New Yorker. En vain. Certains médias avaient alors pointé un don de 10 000 dollars réalisé par l'avocat de longue date du producteur, David Boies, pour la campagne de réélection du procureur. Mais celui-ci assure que cela n'a en aucun cas pesé sur sa décision.


LIRE AUSSI
>Pourquoi le scandale Weinstein devient politique


«Je ne pense pas qu'il va se plier aux pressions politiques, ajoute au Guardian Lowell Sidney, un ancien procureur de New York. Même si ce que Weinstein a fait est déplorable, je ne pense pas qu'ils l’inculperont si ce n’est pas susceptible d'aboutir à une condamnation.» D'autant que le procès, s'il a lieu, est loin d'être gagné. Le producteur, qui affirme que les relations sexuelles publiquement révélées étaient consenties, s'est attaché les services d'un ténor du barreau, une diplômée d'Harvard ayant défendu des célébrités comme Mel Gibson ou Lindsay Lohan. A noter qu'en cas de procès, le producteur déchu aurait sans aucun doute les moyens financiers d'être mis en liberté sous caution.


Quant à la bataille judiciaire au civil, se déroulant en l'absence d'un procureur, elle pourrait se traduire par des dommages et intérêts. Mais en aucun cas par de la prison. A l'image de DSK ayant conclu un accord financier avec Nafissatou Diallo à hauteur d'1,5 million de dollars. Peut-être le mécène a-t-il déjà songé à cette option, depuis le centre médical de l'Arizona, où il aurait entamé, selon TMZ, une thérapie contre la dépendance sexuelle.
 

  leparisien.fr
 
Faits diversagression sexuelleharcèlement sexuelViolCinémaHarvey Weinstein
 
 

 

 

17:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Marseille : les éboueurs lèvent le blocage pour négocier

ordures_seurin-3316359.jpg

Les rats s'amusent beaucoup...

 


© Photo Henri Seurin

La grève des éboueurs cessera-telle aujourd'hui ? Une levée du blocage a eu lieu en fin de matinée. Les grévistes seraient en cours de négociation avec la direction Derichebourg Propreté qui les emploie.

Par Ghislaine Milliet 

Après huit jours de grève chez les salariés de Derichebourg Propreté, cette journée de mardi va-t-elle marquer la fin du conflit social qui oppose les éboueurs à leur direction ?
La société privée Derichebourg chargée du ramassage des ordures ménagères dans les 2ème, 15ème et 16ème arrondissements de Marseille, est en conflit ouvert depuis huit jours avec certains de ses salariés. 
Ces derniers ont bloqué depuis mardi dernier les deux centres de transferts de Marseille, par lesquels transitent les déchets domestiques des 17 communes de la Métropole.
Cette dernière a déposé jeudi un recours en référé auprès du tribunal administratif pour faire libérer les deux centres. 
Après de nombreux échecs, les négociations entre les grévistes et la direction locale de Derichebourg pourraient être en bonne voie aujourd'hui. En tous cas, la levée du blocage prouve qu'il y a une avancée dans ces échanges.

16:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Ces femmes qui sont sorties du silence - vidéos

http://femmes.leparisien.fr/laparisienne/actualites/affai...

16/10/2017

Sous Trump, le Dow Jones atteint 23K pour la première fois de son histoire

MW-FV707_milest_20171005101817_ZH.jpg Dow Jones.jpg

21:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

JOURNAL TVL 16.10.17

21:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

15/10/2017

Sarkozy assimilé à un "délinquant chevronné" par le Parquet national financier

https://francais.rt.com/france/44573-parquet-national-fin...

03:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Nouvelle "prière" de rue à Clichy (13/10/17)

03:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

13/10/2017

OMAR SY RÉPOND À ERIC ZEMMOUR ET LE TRAITE DE «CRIMINEL»

7327482_sy_940x500.jpg

 

Par , 12 octobre 2017 | 20h47

L'acteur ne veut plus que le polémiste soit invité par les médias.

 

«Je n'ai pas envie de réagir en fait.» Pourtant, Omar Sy a fini par répondre à Eric Zemmour. Interrogé jeudi sur Europe 1 sur le «guignol» dont l'avait qualifié le polémiste mardi dans C à vous, l'acteur s'en est pris à l'éditorialiste de RTL, estimant qu'il ne devrait pas avoir droit de cité dans les médias.


«Dans l'extrait qu'ils ont montré dans C à vous, volontairement, je ne cite pas Éric Zemmour, car je n'ai pas envie de lui donner d'intérêt. Son système, c'est qu'il fait de la provoc’ pour la provoc’ et il dit des choses pour qu'après, justement, on reparle de lui, estime l'acteur, dont le prochain film "Knock" sort mercredi.

 
  

LIRE AUSSI
>Omar Sy père pour la cinquième fois

 

«Et là, Daphné (Bürki, animatrice de l'émission), sans le vouloir, vous êtes rentrée dans son système : on repasse son extrait, on reparle de lui et comme ça il est présent dans les médias jour après jour, poursuit-il. Il ne faut plus qu'il soit invité car c'est un criminel. Il a été condamné pour incitation à la haine et ça, personne ne le dit.»

 

«Pas envie d'être traîné dans la boue avec les cochons»

L'éditorialiste a en effet été condamné à payer 5 000 euros d'amende en juin, pour avoir estimé que les djihadistes étaient considérés «par tous les musulmans comme des bons musulmans». Il avait déjà été condamné à 3 000 euros d'amende pour provocation à la haine pour des propos tenus en 2014.


«Posez-vous la question la prochaine fois que vous faites un truc comme ça, vous lui faites un joli cadeau. Et Anne-Elisabeth Lemoine (l'animatrice de C à vous) en lui passant l'extrait qui date de deux ans, elle associe son nom au mien, c'est le pire qui puisse m'arriver, conclut-il. Je n'ai pas envie d'être traîné dans la boue avec les cochons.»

La Parisienne
 
Et la fameuse liberté d'expression ??? Ce n'est pas à sens unique.

20:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Cernunnos, un dieu gaulois au soleil levant

thumb.jpg

04:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

VIDEO- Weinstein, qui avait défilé contre le "sexisme" de Trump, est accusé de viols par trois femmes

03:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Quai de Valmy : les incendiaires gauchistes s’en tirent bien, très très bien !

Flic-Quai-de-Valmy.jpg

 

 
 
 
 

Chard Quai de ValmyPour avoir tenté d’assassiner un policier et sa collègue en incendiant leur véhicule, les casseurs du Quai de Valmy écopent de peines deux fois plus légères que les réquisitions du Parquet. Ces antifas ultra violents des beaux quartiers, représentés par Antonin Bernanos, ne vont vraisemblablement pas faire beaucoup plus de prison que leur préventive.

Le jugement est tombé sous les protestations et les insultes de leurs partisans rassemblés devant la salle. Deux des prévenus, Angel Bernanos et Bryan Morio, accusés de « participation à un groupement en vue de la préparation de violences volontaires », ont été relaxés. Le second a été condamné à une amende de 1000 euros pour refus de prélèvement ADN ce qui est assez commode pour ne pas savoir s’il s’est rendu coupable de violences.

Léandro Lopes, poursuivi pour la même raison, a écopé d’un an de prison avec sursis. Aucune interdiction de manifester n’a été retenue contre lui. 

En état de récidive, puisqu’il avait été condamné en 2013 pour des « violences aggravées », le chef de file, Antonin Bernanos, petit-fils de l’écrivain, accusé d’avoir porté des coups au policier Kevin Philippy alors qu’il était encore dans la voiture, prend cinq ans de prison (dont deux avec sursis). 

« Ce sont des faits d’une extrême gravité et il existe un risque de réitération au vu de votre absence de regrets »a déclaré le président.

Au cours du procès, Antonin Bernanos a en effet formellement refusé de condamner moralement l’agression. Le policier blessé, Kevin Philippy, avait alors demandé au président de reprendre la parole : « J’ai failli mourir, j’espère qu’ils prennent conscience de la gravité de leurs actes. »

Pour le ministère public, Antonin Bernanos, qui ne « se remet pas en cause », présente « clairement un risque de réitération ». [Il a été] condamné sans mandat de dépôt. Ce qui laisse planer un doute sur le fait qu’il fera bien ces années de prison. 

Tout comme Thomas Richaud, condamné à deux ans de prison (dont un avec sursis), pour avoir mis des coups de pieds et de poing dans le véhicule. David Bault alias « Kara », transgenre américain, reconnu coupable d’avoir jeté un plot métallique sur le pare-brise avant de la voiture alors que les policiers se trouvaient encore à l’intérieur, est condamné à quatre ans de prison (dont 2 avec sursis). Ari Rustenholz, accusé d’avoir blessé les policiers, a pris 5 ans de prison (dont 4 ans et demi avec sursis).

Au final, le principal accusé sur lequel pèse la plus lourde charge, celle d’avoir jeté le cocktail Molotov qui a entièrement brûlé la voiture de police, ne payera pas pour ses crimes. Il est en fuite et ne s’est pas présenté au procès. Condamné à 7 ans de prison, un mandat d’arrêt a été prononcé à son encontre.

Et bien sûr toujours aucun démantèlement en vue de ces milices d’extrême gauche, ces groupuscules criminels qui ont perturbé les délibérations du tribunal, tentant d’intimider les magistrats, obligeant les audiences à être reportées. En plus de leurs faits d’armes habituels : saccages, violences, pillages, harcèlement et agressions des forces de l’ordre. 

Caroline Parmentier

Article et dessins de Chard parus dans Présent

03:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Maintenance Hautetfort

Maintenance Hautetfort

Le backoffice pourra être indisponible à partir du Vendredi 13 Octobre (20h) jusqu'àu Lundi matin 8h. Nous vous prions d’accepter nos excuses pour la gêne occasionnée et nous vous remercions de votre compréhension.

02:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)