Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/12/2016

VIDEO - Islamisation: ces quartiers musulmans où il ne fait pas bon être une femme

http://fr.novopress.info/202277/islamisation-quartiers-mu...

00:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

08/12/2016

Les commissaires politiques de Najat dans les universités

Chard-commissaires-Najat.jpg

 

 

L’installation des commissaires politiques et de la propagande antiraciste dans les universités, c’est fait. Najat Vallaud-Belkacem s’est rendue mercredi à la première « Journée des référents racisme et antisémitisme » de l’Enseignement supérieur et de la recherche, organisée avec la Conférence des présidents d’Université (CPU).

La désignation de ces « référents racisme » avait été décidée dans le cadre de la « Grande mobilisation de l’Ecole pour les valeurs de la République » après les attentats de Charlie et de l’Hyper-Cacher. Comme si on ne savait pas quelle était l’origine très précise de la haine des tueurs.

Les « référents racisme » ont pour objectif « d’informer et de sensibiliser » le plus grand nombre d’étudiants dans les facs sur les discriminations : âge, sexe, origine, religion et orientation sexuelle. Mais aussi de monter des cellules, de nouer des réseaux au niveau territorial ou national. Leur grand moment est la « semaine dédiée à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme » qui se déroule du 21 au 28 mars 2016 : Débats, conférences, projections, concours photo etc.

Leur très référente mère, Najat, a bien insisté dans son discours sur la « responsabilité de l’Enseignement supérieur et de la recherche » dans la lutte contre le racisme, « sur l’importance de son rôle et de sa place pour répondre à la demande de François Hollande qui a élevé la lutte contre le racisme et l’antisémitisme au rang de Grande cause nationale 2015 ». Dans la débandade généralisée au plus haut niveau du gouvernement, on est encore obligé de répondre aux demandes de Hollande…

On a bien compris que l’objectif visé, ce n’est pas d’abord la montée de l’islamisme et que les référents ne traquent pas les djihadistes ni leurs recruteurs mais bien « la montée des populismes » qui « doit constituer, pour nos démocraties, une alerte », a martelé le ministre : « si le récent vote des Autrichiens est venu démontrer qu’il n’était pas une fatalité pour l’Europe, ce phénomène doit non seulement nous interroger mais aussi continuer de nous mobiliser sans relâche ». On espère qu’il y aura relâche dès mai prochain.

Caroline Parmentier

Article et dessin de Chard parus dans Présent daté du 9 décembre 2016

21:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Comment Trump veut passer aoutre l'hostilité de la presse

http://premium.lefigaro.fr/international/2016/12/08/01003...

21:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

JOURNAL TVLibertés DU 08/12/16 - Le long calvaire d'Alep

20:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Marine Le Pen à la célébration de la Sainte Barbe (04/12/16)

19:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Marine Le Pen veut remettre la France en ordre et organisera un référendum

http://www.frontnational.com/

19:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Chasse aux symboles chrétiens : un prêtre palestinien dénonce notre naïveté dans une vidéo

 

 

Le Père Peter Madros, est un prêtre catholique palestinien du Pariarcat Latin de Jérusalem. Dans une remarquable vidéo de 9 minutes mise en ligne le 3 décembre, il dénonce avec humour, bon sens et perspicacité la chasse aux symboles chrétiens, et notamment à tout ce qui touche à Noël, en Occident. Un très beau cadeau de Noël à partager…

L'Observatoire de la christianophobie

Ecoutez-le: il ne mâche pas ses mots!

 

19:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Renzi : le Valls Italien viré. L’arbre autrichien ne doit pas cacher la forêt

thumb.png

 

 

 

 

Télécharger en PDF et imprimer
 

Raoul Fougax ♦

L’encore premier ministre français s’est félicité très rapidement de l’échec du candidat de la droite identitaire et nationale en Autriche. C’est le signe selon lui que le populisme n’est pas une fatalité en Europe. Mais quelques heures plus tard un modèle pour le presque candidat à la primaire de la gauche pragmatique de gouvernement était désavoué en Italie… à 60 %.

Le deuxième résultat est bien sûr plus important que le premier pour l’avenir de l’Europe. Manuel Valls a parlé trop vite, obsédé par la menace du FN. Rien n’est gagné en Autriche pour les européistes malgré la nette défaite du candidat Norbert Hofer (FPÖ) face à l’écologiste Alexander Van der Bellen. Les élections générales prévues en 2018 seront décisives pour savoir à qui reviendra le pouvoir dans une Autriche où les deux principaux partis, les conservateurs et les sociaux-démocrates, sont fortement discrédités.

Matteo Renzi, lui, a lourdement perdu son référendum sur la réforme des institutions, rejetée par six électeurs sur dix. Il en a tiré les conséquences en annonçant sa démission. En liant son destin au résultat du référendum, Matteo Renzi l’a transformé en plébiscite. On peut comprendre la stratégie du premier ministre : l’ancien maire de Florence est arrivé au pouvoir en février 2014 par une intrigue de parti, et son équipe n’a pas été validée par le suffrage universel. Sa légitimité avait été cependant validée par son succès aux élections européennes de 2014, mais M. Renzi en voulait plus. C’est l’échec.

Les Italiens ont aussi sanctionné un exercice solitaire, voire brutal, du pouvoir de la part de M. Renzi, qui suscite auprès de ses amis de la gauche modérée une animosité puissante. Valls lui aussi suscite, par sa brutalité, une vive animosité. S’y ajoutent des résultats économiques insuffisants, en dépit d’une réforme du marché du travail courageuse : les Italiens sont plus pauvres qu’ils ne l’étaient avant. Valls lui aussi sera fragilisé par son bilan.

Une large majorité de la classe politique, de la droite classique aux populistes, en passant par tous les extrêmes et même des « frondeurs » de gauche du PD de M. Renzi, avait appelé à voter « non », dénonçant une trop forte concentration des pouvoirs dans les mains du chef du gouvernement.
« La victoire du non a beaucoup de pères », a commenté dans un éditorial Mario Calabresi, directeur de La Repubblica. Mais outre cette vaste convergence politique et « la mobilisation de ceux qui voulaient éviter toute modification de la Constitution », il faut mentionner aussi « la colère, la frustration et le mécontentement: le vote de ceux qui disent non au chômage, à la précarité, aux incertitudes et à l’appauvrissement mais également aux migrants ».

Les populistes du Mouvement 5 étoiles (M5S) et de la Ligue du Nord ont réclamé une dissolution immédiate du Parlement. « Les Italiens doivent être appelés à voter le plus rapidement possible », a martelé Beppe Grillo, chef du M5S, sur son blog.  Les autres formations politiques, majoritaires au Parlement actuel, semblaient s’accorder sur la nécessité d’une nouvelle réforme électorale et donc sur la nomination d’un gouvernement « technique » chargée de la mettre en œuvre. L’une de ses premières missions sera aussi de faire adopter le budget. Plusieurs noms circulaient avant même le référendum pour prendre la tête de ce gouvernement, en particulier celui du ministre des Finances, Pier Carlo Padoan, qui a d’ailleurs annulé sa participation lundi à une réunion de l’Eurogroupe à Bruxelles pour rester à Rome. Sa nomination pourrait avoir l’avantage de rassurer les marchés qui redoutent une nouvelle phase d’instabilité politique dans la troisième économie de la zone euro.

Certains avaient promis un séisme en cas de victoire du « non » au référendum. Un choc de nature à remettre en cause l’existence même de la zone euro, des faillites de banques en série etc. Finalement, les marchés accusent à peine le coup.

Décidément on fait beaucoup peur pour rien avec les marchés qui commencent à comprendre que les élections ne se font plus à la bourse.

METAMAG

 

18:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Pédophilie - Lyon : Le Somalien ayant sodomisé 15 fois sa belle-fille de 12 ans ne prend que 24 mois de prison

 

16h43

« Ce ressortissant somalien avait été surpris en 2015 par sa femme dans le lit de sa belle-fille. Au terme de l’enquête, la victime âgée de seulement 12 ans avait confié avoir été violée à 15 reprises en seulement quelques semaines. »

 

« Le beau-père ne lui avait imposé que des pénétrations anales, pour ne pas laisser de traces.

Face à la justice, l’homme s’est confondu en excuses, et a évoqué son enfance difficile, elle aussi marqué par des abus sexuels.

Le parquet a requis 5 ans de prison dont 1 avec sursis. Un réquisitoire qui n’a pas été suivi par le juge, qui a ramené sa peine à 24 mois de prison, ainsi que 8000 euros de dommages et intérêts à sa victime, et 1500 euros pour son ex-compagne, mère de l’ado. »

Lyonmag

01:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

L’Italie dit NON à l’Union Européenne

 

Télécharger en PDF et imprimer
 

Michel Lhomme, philosophe, politologue ♦

Les Italiens se sont massivement prononcés en faveur du NON. L’Europe, comme il était prévu, se trouve ainsi dans une période de turbulences. Les Italiens auraient-ils dû se prononcer en faveur de ce référendum? Devaient -ils se prononcer comme ils l’ont fait? L’objectif, pour nous, en Italie comme en France ou en Allemagne ou dans les pays du Groupe de Visegrad n’est-il pas avant tout de créer , en s’élevant contre la bureaucratie de l’Union Européenne, une véritable Europe puissance qui débattrait à égalité avec les autres blocs, monde asiatique, États-Unis et Russie, parente très proche d’un bloc européen? Nous vous proposons avec cet article de Michel Lhomme et celui de Gabriele Adinolfi deux positions différentes mais pour nous non contradictoires sur le référendum italien. Métamag reste ainsi fidèle à son esprit critique. La rédaction.

Le dernier dîner d’État de Barack Obama à New-York s’est déroulé en présence de Matteo Renzi, l’un des plus fidèles alliés, avec François Hollande et Angéla Merkel des États-Unis (les bases italiennes et en particulier siciliennes tournant en ce moment à plein régime pour bombarder la Syrie). Lors du toast de ce dernier dîner, Obama déclara : « j’ai gardé le meilleur pour la fin ». Le compliment n’était pas passé inaperçu puisque toute la presse italienne le reprit. Il s’agissait alors de soutenir Mattéo Renzi au référendum du 4 décembre 2016. Ce fut peine perdue.

Obama aurait du savoir que tous les référendums, que ce soit en Europe (Hongrie, Grande-Bretagne) mais aussi en Amérique latine (Colombie), finissent toujours mal. Les peuples devenus clairvoyants répondent systématiquement non.

Aux Italiens, on leur demandait de se prononcer sur une réforme de la constitution qui devrait rendre le pays plus gouvernable. L’idée principale était de transformer le Sénat, en faire un club politique mais plus du tout une assemblée du peuple digne de ce nom. La réforme prévoyait une réduction drastique des pouvoirs du Sénat, qui ne votera plus la confiance au gouvernement et la majeure partie des lois, une limitation du pouvoir des régions et la suppression des provinces, l’équivalent des départements français. Cette réforme était de plus associée pernicieusement à une loi électorale offrant une forte prime majoritaire, créant ainsi une concentration des pouvoirs intéressante de fait pour le nouveau fascisme, le fascisme de la finance mondialiste, le fascisme des banquiers.

Pour les médias, les Italiens fatigués du système actuel, auraient dû voter oui mais la manœuvre fut bien trop grosse pour un peuple italien  beaucoup plus politisé que le peuple français puisque cette opération bien calculée consistait à confisquer et à réduire entre autres le pouvoir des régions au profit de l’élite politique, une élite politique mondialiste et européiste. Contrairement à la France, le Sénat italien est bien plus important dans le jeu politique italien et il s’agissait pour les technocrates de réduire son pouvoir et en particulier la possibilité pour le Sénat italien de renverser le gouvernement. Il s’agissait ainsi de conforter le pouvoir des bureaucrates de la finance dont le démocrate-chrétien Matteo Renzi est un pur produit. Renzi, le banquier souhaitait mettre au ban le Sénat, il a perdu, il s’en va.

Ce référendum est bien entendu aussi la victoire du Mouvement 5 Etoiles (M5E) de Beppe Grillo, mouvement considéré par les médias comme populiste  et anti-système (puisqu’eurosceptique) mais qui frôle tout de même autour des 30% malgré, il est vrai, son côté auberge espagnole, fourre-tout et poujadiste. Pour Beppe Grillo, l’objectif principal était de « sortir les sortants » et de traiter  les journalistes de « vendus et de bâtards » (on apprécie !). Le parti M5E a évidemment appelé à voter NON comme l’a aussi fait la Ligue du Nord, régionaliste et traditionnelle et toute l’extrême droite italienne dont Casapound.

Après la démission de Mattéo Renzi, l’Europe se réveille une nouvelle fois après le Brexit avec la gueule de bois. Le départ de Renzi laisse la porte ouverte, en cas de nouvelles élections anticipées, à une montée en puissance du protestataire Mouvement 5 étoiles. Le M5S devrait maintenant réclamer des élections anticipées qui paraissent de fait inévitables mais le président italien Sergio Mattarella ne devrait pas dissoudre le Parlement avant une réforme de la loi élisant les députés.

Matteo Renzi pourrait aussi ne démissionner que symboliquement puis être reconduit à son poste, avec la mission particulière de réformer la loi électorale en vue d’élections anticipées. Encore faudra-t-il qu’il revienne sur une autre promesse, celle de ne jamais prendre la tête d’un tel gouvernement « technique ».

METAMAG

00:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

07/12/2016

François Hollande a fait des offres de service à la Banque Rothschild !

Banque-Rothschild-600x400.jpg

 

 

07/12/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Dans l’hebdomadaire Le 1, le banquier d’affaires Michel Jacob révèle que François Hollande, battu en Corrèze aux législatives de 1993, l’avait approché pour entrer à la Compagnie financière Edmond de Rothschild, plus connue sous le nom de Banque Rothschild ! Celle-ci exerce décidément une fascination sur les principaux dirigeants de la gauche socialiste. C’est à la Banque Rothschild qu’avait déjà travaillé durant dix ans Henri Emmanuelli, futur premier secrétaire du Parti socialiste, et c’est là qu’œuvrera plus tard (en 1993, il n’a que 16 ans) un certain Emmanuel Macron. Comme disait Hollande en 2012 dans son discours du Bourget : « Mon adversaire, c’est la finance »…

« À la fin de l’année 1993, témoigne Michel Jacob, alors que j’étais depuis quelques mois directeur général de la Compagnie financière Edmond de Rothschild, je fus approché par Paul Boury, grand pape des réseaux qui nous aidait à communiquer sur les sujets de banque d’affaires. Il avait connu François Hollande dans les circuits de HEC et me demandait de le recevoir. […] Lorsque nous nous sommes retrouvés pour la première fois sous les lambris dorés du 47, rue du Faubourg-Saint–Honoré, François Hollande, qui venait de perdre son siège de député de la Corrèze, s’interrogeait sur son avenir. À sa requête, je lui décrivis les grandeurs et les servitudes du métier de banquier d’affaires. Il m’interrogea sur les compétences et les qualités requises pour y réussir. Je lui expliquai qu’à mes yeux, l’imagination, l’opiniâtreté et la capacité à avaler des couleuvres sont trois des vertus cardinales de la profession. »

Cette « capacité à avaler des couleuvres » n’ayant pas rebuté celui qui en avait déjà fait profession durant toutes les années Mitterrand, un deuxième rendez-vous eut lieu, au cours duquel « François Hollande se fit plus précis et me demanda si je pensais qu’il avait les qualités nécessaires pour ce métier et si la Compagnie financière pourrait éventuellement l’accueillir. Je répondis que seule la pratique permettrait de déceler s’il avait ou non les caractéristiques qui forgent un grand banquier d’affaires et que, compte tenu de son profil, je souhaitais parler d’un éventuel recrutement à Edmond de Rothschild. » Ce qui fut fait.

Michel Jacob rapporte qu’Edmond de Rothschild posa « une condition à l’éventuel recrutement de François Hollande : il voulait être assuré que ce dernier avait définitivement tourné la page et ne repartirait pas, à la première occasion, solliciter les suffrages des Corréziens », car « la Compagnie financière était une trop petite structure pour assurer la formation permanente de candidats indécis ».

La balle était donc dans le camp de François Hollande, qui y réfléchit et, pour une fois, prit une décision : « Il me téléphona après une quinzaine de jours et m’expliqua qu’il était toujours très désemparé par son échec électoral, qu’il n’avait pas définitivement choisi son avenir mais que, au fond de lui, il gardait le virus de la politique et préférait ne pas me mettre un jour dans l’embarras vis-à-vis d’Edmond de Rothschild. » Dommage.

23:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Éditorial: «La sanction de l'égalitarisme»

 

Par Laurence de Charette

Najat Vallaud-Belkacem (et ses amis) n'avait finalement pas tort de se méfier des chiffres, des classements et des notes: ils sont décidément têtus. L'étude Pisa de l'OCDE qui évalue - sans gommettes - les connaissances et les compétences des élèves de 15 ans à travers le monde s'obstine en effet à classer la France en piètre position. La 5e puissance mondiale peine à tenir le 26e rang en maths et en sciences. Une place «dans la moyenne» des pays de l'OCDE, se consolent les partisans de la médiocrité, mais quand même bien loin derrière Macao, le Vietnam, l'Estonie ou les provinces de Jiangsu et Guangdong… se désoleront tous les autres - et parmi eux tous ces parents que de si bourgeois sentiments poussent irrépressiblement à souhaiter la réussite scolaire de leurs enfants…

D'aucuns prêtent à la répétition des vertus pédagogiques qu'a toujours niées le ministre de l'Éducation nationale. Non sans raison, là encore… car force est de reconnaître que le gouvernement n'a rien appris de la succession des piteux résultats du système éducatif français.

Alors que Najat Vallaud-Belkacem, obsédée d'égalitarisme, n'a eu de cesse de traquer le mérite et l'élitisme au sein de l'école au nom de «l'équité scolaire», la France se distingue précisément dans ce classement mondial par… sa capacité à reproduire les inégalités sociales! Belle performance.

Les chercheurs internationaux ont aujourd'hui établi noir sur blanc que les pays qui ont choisi d'encourager l'excellence sont également ceux qui sont le mieux parvenus à soutenir les élèves en difficulté. Ils ont également listé quelques traits communs aux systèmes éducatifs les plus performants, comme la valorisation du travail scolaire, le respect des professeurs.

Ainsi donc, supprimer les notes, le redoublement, les classes bilangues ou encore le latin ne permettrait pas d'abolir l'échec scolaire, ni de rétablir l'égalité des chances? Fallait-il vraiment une étude mondiale pour s'en convaincre?

Cet article est publié dans l'édition du Figaro du 07/12/2016

NdB: L'échec de l'école, c'est l'échec de l'immigration à s'intégrer!

 

 

21:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

« Sausage party », film d’appel raciste au viol : l’AGRIF poursuit !

1a1c7a0ba8794f499343f3710b15a9ab_L.jpg

Déc

 

                                   

Le film « Sausage party » dans lequel évoluent des personnages sous forme d’aliments « humanisés » n’est pas seulement dans le registre du conformiste triptyque : dérision, décréation, déjection.

D’une part, avec son abjecte scène finale de partouze intersexuelle, il devrait tomber sous le coup de l’article 227-24 du code pénal interdisant de diffuser des spectacles pornographiques susceptibles d’être vus par des mineurs.

À l’évidence hélas, les pouvoirs publics ne se soucient plus de cela alors que dans n’importe quel état civilisé, le procureur engagerait lui-même des poursuites.

L’AGRIF approuve bien sûr l’association « Promouvoir » et l’association « Juristes pour l’enfance » qui engagent les actions qui s’imposent pour protéger les mineurs de cette corruption.

Mais dans ce film sont aussi explicitement proférés d’ignobles propos racistes et sexistes d’incitation au viol d’une « sale blanche ». L’AGRIF intente sans plus attendre l’action en justice qui s’impose.

 

Bernard Antony

 

 

21:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

L'apprentissage par la répétition, la clé du succès des pays asiatiques

XVM5a8890b4-bb98-11e6-8f76-17c0b9e7b7e6.jpg

 

 
- Crédits photo : © Enny Nuraheni / Reuters/REUTERS

DÉCRYPTAGE - L'étude Pisa, qui compare le niveau des élèves de 15 ans de l'OCDE, est parfois décriée car elle met sur le même niveau des pays économiquement et socialement très différents.

Depuis 2000, date de publication du premier Pisa, l'enquête internationale menée par l'OCDE s'est imposée progressivement comme l'étude de référence pour la comparaison des systèmes éducatifs entre eux et pour mesurer leur évolution. Pour autant, il reste des «Pisa sceptiques». D'abord les tests évaluent des compétences. Ensuite, ils concernent des élèves de 15 ans, ce qui se traduit en France par des scolarités différentes, en classe de 3e, en seconde générale et technologique ou en seconde professionnelle. Enfin, Pisa compare-t-il ce qui est comparable? Notre pays peut-il s'inspirer de Singapour, île de 5,5 millions d'habitants à l'extrême sud de la péninsule malaise? Ou de la Corée du Sud, pays où les enfants, à côté de l'école, sont quasiment tous inscrits dans une deuxième structure pour prendre des cours particuliers à très haute dose? Un pays où le taux de suicide chez les adolescents est le plus élevé de la planète, largement nourri par l'angoisse scolaire. Quant aux régions chinoises citées en exemple pour leurs bons résultats, ce sont des régions côtières en plein développement industriel, financier et économique, peu représentatives du reste de la Chine.

À ces questions, Gabriela Ramos, directrice de Cabinet du Secrétaire général de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), répond «qu'il ne faut pas caricaturer.» Ces pays ou régions ont, selon elle, beaucoup à nous apprendre: «Les enseignants y sont évalués très régulièrement, bénéficient d'une formation initiale très développée. Ces pays ont un niveau d'ambition et d'évaluation très intéressants. Ils sont aussi très exigeants avec les élèves et font aussi réussir les plus faibles.» Singapour, insiste-t-elle, est ainsi «très équitable». Les enfants d'immigrés y ont bien plus de chance de réussir que chez nous. En outre, à Singapour, premier de la classe, les professeurs sont rémunérés autant que des ingénieurs depuis une réforme votée en 1997, ce qui permet au pays de mettre face aux élèves des enseignants de haut niveau, sélectionnés parmi les meilleurs étudiants scientifiques. C'est loin d'être le cas en France, qui ne parvient pas à combler tous ses postes de professeurs en mathématiques jugés trop peu attractifs.

Deux connaisseurs des modèles éducatifs, Jean-Marie De Ketele et Bernard Hugonnier, relevaient l'an dernier des similitudes pédagogiques dans ces pays performants: ils ont le culte de l'apprentissage par la répétition qui «part d'observations et d'imitations», écrivaient-ils dans un article sur «les modèles asiatiques» publié dans la revue internationale d'éducation de Sèvres. Ils mettent l'accent sur la résolution des problèmes. Le travail, très important, fourni par les élèves est reconnu comme une valeur en soi. On peut également constater une «forte pression exercée par les parents quant au travail scolaire qui s'oppose à un certain laxisme occidental, où l'objectif semble désormais de faire d'abord plaisir aux enfants». Enfin, les maîtres et leurs fonctions sont particulièrement respectés.

* Environ 540 000 élèves, représentatifs des quelque 29 millions d'élèves âgés de 15 ans scolaririsés dans les 72 pays et économies participants, ont passé les épreuves Pisa en 2015.

Le Figaro

21:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

JOURNAL TVLibertés DU 07/12/16

20:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Le patron de Radio Courtoisie jugé pour injure raciale et contestation de crime contre l'humanité

 

 
 

Henry de Lesquen a publié des textes sur les réseaux sociaux ou sur son site Internet «s'émerveillant de la longévité des rescapés de la Shoah» ou évoquant «la musique nègre [qui] s'adresse au cerveau reptilien».

Le procès n'a pas commencé qu'on en devine déjà sa théâtralité. Le prévenu bat lui-même le tambour depuis des jours pour appeler ses soutiens à «venir nombreux» à l'audience, mercredi à 13h30 devant la 17e chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris. «La Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme, NDLR), officine juive communautariste dite antiraciste, me fait un procès politique pour délit d'opinion, ironise-t-il avec un sens accompli de la provocation. Thèmes abordés: la musique nègre, le racisme juif, le coefficient de blancheur des équipes de balle au pied».

Un appel passé sur son «site officiel de campagne», puisque celui qui comparaît devant la justice est candidat à la présidentielle 2017. Il s'agit d'Henry de Lesquen, haut fonctionnaire de 67 ans, plus connu du monde et de la ville pour être le patron de l'ultradroitière Radio Courtoisie. Sur signalement de la Licra et du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap), le parquet met Henry de Lesquen en cause pour «injure raciale» et «contestation de crime contre l'humanité».

Musique nègre et racisme des juifs

Ce procès en trois actes - il y a trois citations distinctes réunies en une seule audience - vise «le particulier» qu'il est, précise-t-il au Figaro, et non le dirigeant de la radio, car les propos incriminés n'ont pas été tenus à l'antenne mais sur ses comptes Twitter et sur son site Internet. Ainsi, le 29 décembre 2015, il tweete: «Centrée sur le rythme, la musique nègre s'adresse au cerveau reptilien». Le 24 janvier 2016 il écrit: «C'est le racisme des juifs qui les a conduits au monothéisme quand ils ont privé de leurs dieux les ‘‘Goyim'' qu'ils haïssaient». Des propos qu'Henry de Lesquen maintient aujourd'hui «s'étonnant», dans le premier cas, que «la critique d'art» et, dans le second cas, «une discussion théologique» soient convoquées devant un tribunal.

Les autres tweets en cause concernent la Shoah. «Je suis émerveillé de la longévité des ‘‘rescapés de la Shoah'' morts à plus de 90 ans. Ont-ils vécu les horreurs qu'ils ont racontées?», écrit Henry de Lesquen le 27 avril 2016 pour commenter le décès de Martin Gray. Lequel, selon lui dans un autre tweet, «a tout inventé». «Quand je dis qu'il a inventé, je ne remets pas en cause l'existence de la Shoah, se défend-il, mais l'imposture avérée du récit ‘‘autobiographique'' de Gray dans Au nom de tous les miens, écrit par Max Gallo, car il n'a jamais mis les pieds dans un camp de concentration. Je dis seulement que c'est un affabulateur et que ce n'est peut-être pas le seul». La cour priera aussi Henry de Lesquen de s'expliquer sur cet autre tweet: «La plantureuse Simone Veil, ‘‘rescapée de la Shoah'', qui ‘‘va bien'' à 88 ans». En mars 2016, Henry de Lesquen avait été convoqué à un stage de citoyenneté au mémorial de la Shoah de Paris, en raison de propos sur l'inégalité des races, signalés par la Licra.

Coefficient de blancheur

La troisième citation, elle, concerne une salve de tweets de juillet dernier sur la «mélanisation» du sport en général et du football en particulier, «dramatique pour les identités nationales», a tweeté Henry de Lesquen. Ou encore «À cause du cosmopolitisme, le coefficient de blancheur de l'équipe de France de balle au pied est en chute libre», et «comment franciser l'équipe de France de balle au pied? 1-Expulser les Français de papier 2-Réprimer le communautarisme».

Naturellement, la Licra, le MRAP ou encore SOS Racisme jugent «intolérable» le «caractère antisémite et négationniste» de ces propos, qui lui valent dans certains médias le qualificatif de «multirécidiviste de la haine». Toutes ces déclarations ont d'ailleurs entraîné, depuis juin dernier, une crise dans la station de radio Courtoisie. Onze responsables d'émission ont réclamé son départ tandis qu'il dénonce «une cabale» et demeure «candidat à [sa] réélection» à la présidence de la station en 2017.

Quant au procès, mercredi, c'est pour lui «très clair»: «c'est un procès politique pour délit d'opinion, pour imposer une pensée unique qui s'appelle le cosmopolitisme, souligne Henry de Lesquen. Or je suis résistant, et la Licra collabo». À l'audience, il compte citer le Général De Gaulle et dénoncer «un terrorisme intellectuel relayé par un terrorisme judiciaire, qui enfreint la loi sur la liberté d'expression».

19:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Marion Maréchal-Le Pen réclame la liberté d'information sur l'IVG

04:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

La légende de Saint Nicolas (fin du 16ème siècle?)

Version recueillie par Gérard de Nerval en 1842Tous les commentaires

02:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Florian Philippot réagit en direct sur BFMTV

http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/candidature-de-val...

02:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Marine Le Pen au chevet de Mayotte et des Mahorais

01:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)