29/07/2014

Relations USA/Israël : BFM TV oublie de parler de l’American Israel Public Affairs Committee

Ecrit le 29 juil 2014 à 13:47 par Eric Martin                                                                                          

 
 

L’AIPAC, un des lobbies les plus puissants des Etats-Unis, n’est sans doute pas pour rien dans la décision de l’Oncle Sam de doubler sa participation financière au Dôme de fer à partir de l’année prochaine mais BFM TV préfère parler de « mobilisation populaire », images d’un rassemblement de quelques dizaines de New-Yorkais à l’appui, et de la popularité d’Israël dans l’opinion sans s’interroger sur les raisons de cette popularité : propagande médiatique, classe politique quasi-complètement soumise aux intérêts sionistes, etc. Le reportage ne mentionne pas non plus le montant total de l’aide américaine annuelle à l’Etat hébreu : 3 milliards de dollars.

Nouvelles de France

20:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Louis Aliot aux pro-israéliens et pro-palestiniens: "Allez-vous battre là-bas!"

3906983_b89495966c32b0364748778c270d2f8ca0edf9c9.jpg

 

Le vice-président du Front national était interrogé, mardi, sur les craintes de voir s'exporter le conflit entre Israël et le Hamas sur le territoire français.

               
C. P.
Le 29/07/2014 à 17:14
     
    
    

Alors que la manifestation pro-Gaza interdite à Paris, dimanche, s'est soldée par 65 interpellations, et que le Crif a appelé, ce mardi, à un rassemblement pro-israélien, jeudi, face à l'ambassade d'Israel, Louis Aliot était interrogé mardi sur l'antenne de Sud Radio, sur la position du FN sur le risquequ'avait évoqué François Hollande de voir le conflit israélo-palestinien s'exporter en France.

Le vice-président du Front national a invité les pro-palestiniens et les pro-israéliens à "aller au bout de leur logique" en allant "se battre là-bas au lieu de tout casser dans la rue ici". Et a ajouté: "le FN est pro-français, c'est-à-dire qu'il dit au gens qui se sentent des solidarités avec les uns ou avec les autres, et qui sont en âge, allez-vous battre là-bas".

Des encouragements pour les candidats au jihad?

"C'est bien joli d'être là à s'affronter et de nous faire subir ces tensions exportées. Que ceux qui s'engagent de façon violente, je pense notamment du côté pro-palestiniens, aillent au bout de leur logique et partent se battre là-bas au lieu de tout casser dans la rue ici," a-t-il répondu au Scan du Figaro qui l'interrogeait sur la question. Faut-il y voir des encouragements pour les éventuels candidats au jihad? "Le problème ce n'est pas qu'ils y partent, le problème c'est qu'ils en reviennent", a-t-il ajouté.

Que ferait le parti d'extrême droite, s'il était au pouvoir? Le Front national supprimerait la double nationalité à ceux qui "vont se battre pour une puissance étrangère", y compris les jeunes franco-israéliens qui partent faire le service militaire dans les rangs de Tsahal, un phénomène "également très regrettable", a-t-il jugé.

BFM TV

19:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Florian Philippot sur i>TELE

18:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Une petite fille de six ans marche sur une corde raide

Source: 6-year-old girl performs amazing tightrope act by jamesseadie on Rumble.com

Filmé dans une rue de Kolkata en Inde

Regarder en mode plein écran

Longue vie et bonheur pour la petite funambule si courageuse!

01:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Disparition de Fiona: la remise en liberté de la mère demandée

fiona1.jpg

http://www.bfmtv.com/societe/disparition-fiona-remise-lib...

 

00:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

28/07/2014

Nouvelle escalade de violence en soirée dans la bande de Gaza et le sud d'Israël

Le Vif

Source: Belga
lundi 28 juillet 2014 à 21h42

La bande de Gaza et le sud d'Israël connaissaient une dramatique escalade de la violence lundi soir après la mort d'enfants palestiniens et de civils en Israël, annihilant tout espoir de trêve rapide, au premier jour de la fête de la fin du ramadan.

4000704016531.jpg

© Reuters

L'accalmie qu'ont connue dimanche et dans la nuit les Gazaouis aura été de courte durée. Elle n'avait d'ailleurs pas éteint leur hantise, à en juger par le calme inhabituel des rues de Gaza quelques heures avant la célébration de la fête du Fitr marquant la fin du ramadan, qui s'annonce sinistre pour les 1,8 million d'habitants.

"Au nom de l'Humanité, la violence doit s'arrêter", avait pourtant exhorté le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon. Et les principaux dirigeants occidentaux, dont Barack Obama, ont quant à eux affirmé la volonté "d'augmenter" la "pression" pour parvenir à un cessez-le-feu dans ce conflit sanglant qui a débuté le 8 juillet. Le président américain avait demandé la veille au Premier ministre israélien une trêve "immédiate et sans conditions", mais Benjamin Netanyahu, dans une allocution télévisée lundi soir, a demandé à ses concitoyens de se préparer à "une longue campagne" militaire contre l'enclave palestinienne que contrôle le mouvement Hamas. Lundi, les médias israéliens ont fait état de quatre personnes tuées dans le kibboutz Be'eri, près de la frontière, par un tir effectué depuis Gaza, dans ce qui représente le coup le plus dur porté à la population civile en Israël depuis le début de l'offensive israélienne sur la bande de Gaza le 8 juillet. Huit autres ont été blessées dans cette attaque, revendiquée par le Hamas. En début de soirée, cinq combattants palestiniens, qui s'étaient infiltrés dans le sud d'Israël, ont été tués près du kibboutz de Nahal Oz tout proche de la frontière, a annoncé une source sécuritaire israélienne.

Le Hamas a lui revendiqué une opération dans la région affirmant avoir tué "plus de 10 soldats". A Gaza, huit enfants et deux adultes sont morts dans le camp de réfugiés de Chatti, les deux parties se renvoyant la responsabilité de cet énième drame sanglant. Il s'est agi pour des sources médicales palestiniennes et des témoins de frappes aériennes israéliennes, l'armée israélienne évoquant pour sa part des tirs à la roquette ratés par le camp adverse, tout comme pour une explosion survenue, sans faire de victime, dans l'enceinte de l'hôpital Chifa, le plus grand de l'enclave palestinienne qui faisait jusqu'à présent figure de rare sanctuaire.

23:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Marseille - Une femme de 94 ans agressée dans une église

 2ZYYJBX.jpg

 
Marseille / Publié le Lundi 28/07/2014 à 09H56
 
 
 

Une femme de 94 ans a été agressée ce samedi, peu après 16h, alors qu'elle se trouvait dans l'église Sainte-Rita, avenue des Poilus (12e) à Marseille, dans le quartier des Trois-Lucs. Un individu s'est approché d'elle et lui a demandé si elle pouvait lui faire de la monnaie pour acheter un cierge. C'est alors que le paroissien prétendu s'est transformé en odieux personnage.

Il lui a porté plusieurs coups au visage, au nez notamment, lui occasionnant une fracture. La victime a également été blessée aux côtes et au dos. Le malfaiteur a pris la fuite en emportant le contenu de son porte-monnaie, soit quelques dizaines d'euros.

Une agression pitoyable dont l'enquête a été confiée à la Division Sud. La victime s'est vu délivrer une ITT de quinze jours. Le pronostic vital n'est toutefois pas engagé. L'auteur présumé des faits est activement recherché par la police.

 

La Provence

22:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

AH 5017 : Hollande en fait-il trop ou ne dit-il pas tout ?

28 juillet 2014 par CharlotteO

AH 5017 - Hollande en fait-il trop ou ne dit-il pas tout ?

François Hollande n’en finit plus d’intervenir sur le dossier du Vol AH 5017, et il ne nous avait pas habitués à tant d’énergie.

Militaires français dépêchés sur place (lesquels ?), interventions publiques à répétition, promesse d’un voyage des familles sur le lieu du drame où sera érigée une stèle, et finalement  à partir d’aujourd’hui, trois jours de deuil national.

Hollande a également promis que tous les corps des victimes de cet accident seraient rapportés en France… Que les Français le soient est une évidence, les autres, pourquoi ?

Un investissement qui laisse croire à un dossier de premier ordre et pourtant, les responsables politiques se relayent pour affirmer qu’il s’agit vraisemblablement d’un tragique accident provoqué par les conditions météorologiques même s’ils n’écartent pas d’autres hypothèses possibles…

S’il s’agit d’un accident, la récupération est profondément indécente. Les accidents sont malheureusement quotidiens et n’empêchent jamais nos drapeaux de flotter.

Le président n’intervient en outre jamais lorsque des Français soit sauvagement assassinés sur notre propre sol, ou lorsque des militaires meurent en combattant sur des théâtres étrangers. Or cette fois-ci le drame ne concerne pas directement la France. Qu’elle suive le dossier étant donné le nombre de morts est normal, toute cette agitation l’est moins, d’après ce que nous savons.

Mais le dossier est peut-être plus sensible que ce que ne laisse entendre François Hollande, pourquoi alors taire ce qui pourrait être gênant ?

Certains sites maliens parlent d’une « erreur d’un groupe armé du nord du Mali », un journal anglais affirme que 33 des 54 Français étaient des militaires et qu’un chef du Hezbollah se trouvait dans l’avion. Un élément qui pourrait être signifiant alors que l’avion a disparu au dessus du Mali ravagé par Al Qaida au Magreb Islamique (AQMI) que combattent nos soldats. Le vol était également celui de Air Algérie qui participait de plus en plus activement au conflit dans le pays.

Bref la piste terroriste ne semble pas absurde et ce ne sont certainement pas les conditions météorologiques énoncées qui ont poussé Air France à ne plus survoler le Mali jusqu’à nouvel ordre…

Pourquoi ne pas transmettre la gravité réelle de la situation ?

Hollande ne trompera pas les Français très longtemps :

S’il tente de récupérer ce drame de façon aussi spectaculaire qu’indécente, il va vite falloir qu’il se remette au travail.

Si cet investissement est peut-être normal et nécessaire, il va rapidement falloir expliquer pourquoi. Difficile de croire que l’on mette le pays ainsi en branle pour un accident d’avion…

Contre-info.com

20:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Liberia: fermeture partielle des frontières pour contenir l'épidémie d'Ebola

4033483_1e862518661d350adca335be69790694a0e82f65.jpg

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/liberia-fe...

20:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

VIDEO La Palestine avant 1948, avant la création de l'état d'Israël

Ajoutée le 19 févr. 2013

Palestine before 1948, before Israel

The video contains pictures of different Palestinian cities during the 1920's and 1930's, before the creation of the state of israel by the zionists in 1948.

Regarder en mode plein écran

(merci à Nelly)

19:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (16)

Florian Philippot invité de RTL


Manifestations pro-Gaza : les violences, "joies... par rtl-fr

19:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Exclusif : Marion Maréchal-Le Pen se marie demain

 

 
Publié le Lundi 28/07/2014 à 19H00
 
 

Demain, Marion Maréchal-Le Pen, 25 ans, et Matthieu Decosse, 30 ans, vont s'unir civilement à la mairie de Saint-Cloud. L'annonce de ce mariage entre la jeune députée Front National-RBM de la troisième circonscription de Vaucluse et le chef d'entreprise qui oeuvre, entre autres, dans l'événementiel à Paris, a été tenue jalousement secrète par les intéressés, qui seront bientôt parents. En effet, la mariée est enceinte et c'est d'ailleurs son grand-père, Jean-Marie Le Pen qui, en avril dernier, avait vendu la mèche en évoquant cette grossesse lors d'une interview.

Le mariage religieux pourrait avoir lieu dans quelques mois, en même temps que le baptême du nouveau né.

La Provence

19:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Crash en Ukraine : des policiers étrangers vont tenter d'accéder au site du crash

Le Vif

Source: Belga
lundi 28 juillet 2014 à 07h42

Une équipe formée de policiers néerlandais et australiens va tenter à nouveau lundi d'atteindre le site du crash du MH17 dans l'est de l'Ukraine où la situation reste tendue, a indiqué un haut responsable de la police à Sydney.

A-l-a-roport-de-Schiphol-.jpg

A l'aéroport de Schiphol. © Image Globe

La veille, les policiers venus des Pays-Bas et d'Australie avaient renoncé à se rendre sur le site du crash, en raison d'une intensification des combats dans cette zone de l'Ukraine contrôlée par les séparatistes prorusses.

"Comme vous le savez, cette mission avait avorté la veille en raison de l'intensité des combats sur la route menant au site et sur le site lui-même", a déclaré lundi à la presse le vice-directeur de la police fédérale australienne, Andrew Colvin.

Il faisait état de toutes les difficultés auxquelles sont confrontés les enquêteurs pour mener à bien leur mission. Selon lui, la sécurisation de la zone s'avère extrêmement compliquée et son maintien dans le temps pose d'autant plus problème. Il est dès lors inutile de faire déplacer les enquêteurs sur place, après un long voyage, et de leur faire prendre des risques s'ils ne peuvent rester sur place que pour une période très limitée.

Mais les policiers australiens et néerlandais, accompagnés des observateurs de l'OSCE, vont tenter à nouveau de rejoindre le site, a-t-il ajouté.

La ministre australienne des Affaires étrangères, Julie Bishop, est arrivée dimanche à Kiev pour rencontrer le gouvernement ukrainien et évoquer la sécurité sur le site.

Un porte-parole militaire ukrainien avait assuré que l'armée ne menait pas de combats à proximité du site, contrairement, selon Kiev, aux séparatistes.

Des tirs d'artillerie ont été entendus à un kilomètre du site du désastre, lui-même situé à une soixantaine de kilomètres à l'est de Donetsk, capitale régionale et place forte des insurgés.
"Les terroristes sont-il en train de détruire des preuves du crime?" s'est interrogé sur son compte Twitter le ministre des Affaires étrangères Pavlo Klimkine.

Le Boeing de Malaysia Airlines assurant la liaison Amsterdam-Kuala-Lumpur avec 298 personnes à son bord à été abattu à 10.000 m d'altitude par un missile et une série d'éléments ont conduit Kiev et les Occidentaux à montrer du doigt les rebelles prorusses et leurs protecteurs au Kremlin.

Dix jours après le drame, des fragments de corps et des débris étaient toujours éparpillés dimanche sur le site sous contrôle de séparatistes.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry et son homologue russe ont eu dimanche une conversation téléphonique au cours de laquelle ils ont convenu qu'il était "important d'obtenir un cessez-le-feu dans la zone de conflit en Ukraine et de commencer les négociations entre les belligérants conformément aux modalités de l'accord de Genève" conclu en avril.

Le chef de la diplomatie russe "a demandé à John Kerry d'ordonner à ses subordonnés de ne plus empêcher l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) de faire son travail actuel", selon son ministère.

Selon le département d'Etat, M. Kerry a "appelé le ministre Lavrov à arrêter l'envoi d'armes lourdes et les tirs de roquettes et d'artillerie de Russie vers l'Ukraine, et à commencer à aider à une désescalade du conflit".

"Il n'a pas accepté les dénégations du ministre Lavrov sur le fait que des armes lourdes de Russie contribuaient au conflit", a précisé le département d'Etat.

Le responsable de la mission de l'OSCE, Alexander Hug, s'est contenté de constater que "les combats se poursuivent". "Nous ne pouvons pas prendre de risques (pour aller sur place). La situation en matière de sécurité sur la route vers le site et sur le site même est inacceptable pour une mission d'observation non armée", a-t-il souligné, ajoutant qu'il pourrait tenter de s'y rendre avec ses collègues lundi.

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte jugeait lui qu'une mission militaire internationale n'était "pas réaliste" compte tenu de la forte présence des séparatistes dans cette région proche de la frontière russe.

"Le risque qu'une mission internationale se retrouve directement impliquée dans le conflit en Ukraine et que ce dernier prenne alors une dimension internationale est réel", a-t-il estimé.

Peu avant ce regain de tensions, le gouvernement malaisien avait de son côté annoncé un accord avec les rebelles prorusses sur le déploiement d'une mission de police internationale pour sécuriser le site et y permettre une enquête indépendante.

Cette mission sera composée de 68 policiers malaisiens qui partiront mercredi de Kuala Lumpur pour le site ainsi que de membres des forces néerlandaises et australiennes, deux pays qui ont payé un lourd tribut ayant respectivement perdu dans le drame 193 et 28 de leurs ressortissants, a annoncé le gouvernement malaisien dans un communiqué.

De nombreux corps ont déjà été emmenés aux Pays-Bas mais des dizaines manquent encore.

Malgré un cessez-le-feu fragile aux abords directs du site, le travail est compliqué par des combats entre loyalistes et séparatistes qui s'intensifient dans la région.

Dimanche, Gorlivka, fief du chef rebelle Igor Bezler à 45 km au nord de Donetsk et ville stratégique pour l'armée ukrainienne, a essuyé des tirs de Grad attribués par Kiev aux séparatistes.

Treize civils dont deux enfants y ont été tués dimanche, vraisemblablement par des tirs sur les quartiers d'habitation.
Le Conseil de sécurité nationale et de défense a pour sa part indiqué que les forces ukrainiennes avaient "détruit plusieurs barrages" des insurgés et étaient aux abords de Gorlivka.

La reconquête de Gorlivka est présentée par l'armée ukrainienne, qui a repris cette semaine aux rebelles plusieurs grandes villes, comme une étape cruciale dans la progression vers Donetsk. Des combats ont également été signalés à Avdiïvka, à 18 km au nord de Donetsk.

11 pays se réunissent pour évoquer l'enquête criminelle

Onze pays se réuniront lundi à La Haye pour évoquer l'enquête criminelle relative au crash d'un avion de la Malaysia Airlines dans l'est de l'Ukraine le 17 juillet dernier. Il s'agit des dix pays qui ont essuyé des pertes humaines (dont la Belgique) et de l'Ukraine. La réunion doit mener à "une collaboration la plus intensive possible" entre les nations concernées.

Le ministère public néerlandais est chargé de mener l'enquête. En théorie, les suspects pourraient être jugés aux Pays-Bas. Mais l'enquête est très difficile.

La question est en effet de savoir si ces personnes seront un jour arrêtées et traduites devant la justice néerlandaise. Et si des preuves devaient encore être trouvées sur le site du crash, les suspects pourraient toujours avancer lors de leur procès que celles-ci ont été déposées après les événements.

Le ministre néerlandais des Affaires étrangères est à nouveau à Kiev

Le ministre des Affaires étrangères néerlandais Frans Timmermans se trouve à nouveau en Ukraine lundi. Il s'y entretiendra avec les autorités ukrainiennes au sujet de l'accès à la zone de crash en compagnie de son homologue australienne Julie Bishop. Ils demandent que la Rada prennent, dès mardi, une décision envoyant une mission de police sur le lieu de l'accident.

La Parlement ukrainien doit aborder jeudi la mission conjointe des Pays-Bas et de l'Australie. Celle-ci a pour objectif de rapatrier les derniers corps sur place ainsi que les effets personnels des victimes. "Nous pensons que c'est trop tard", a indiqué Mme Bishop dans une interview au quotidien Herald Sun.

Des négociations concernant l'envoi d'une mission de grande ampleur sont en cours depuis un moment, a-t-on appris samedi. La Haye a annoncé que plusieurs dizaines, voire centaines, de policiers pourraient être envoyés sur la zone d'impact du vol MH17.

Les dix pays déplorant des victimes dans l'accident, parmi lesquels la Belgique, se rencontrent lundi à La Haye afin d'aborder le volet pénal de l'enquête.

La Malaisie mène par ailleurs des discussions avec les autorités ukrainiennes et les rebelles prorusses afin d'appliquer un cessez-le-feu censé faciliter l'accès à la région pour les enquêteurs.

19:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Rassemblement contre la christianophobie: Patrick Klugman hué par la foule devant Notre-Dame

http://www.ndf.fr/nos-breves/28-07-2014/video-rassembleme...

18:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Air Algérie AH5017: un leader du Hezbollah et des troupes françaises à bord du vol?

http://www.fdesouche.com/491361-air-algerie-ah5017-un-lea...

 

01:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Tour de France : Manuel Valls fait l’éloge d’Évry « Ville multicolore qui représente la France de demain »

Quand on n'a plus rien à dire et que le pays s'effondre...

 

0h53

« On a besoin, avec les événements qu’on a connus, de se retrouver, de se rassembler », a déclaré, dimanche, le Premier ministre peu avant le départ de la dernière étape, à Evry (Essonne).

Si les supporteurs français sont fiers des cyclistes tricolores, avec les 2e et 3e place de Jean-Christophe Péraud et Thibaut Pinot, Manuel Valls a estimé que ce succès « fait du bien au pays ». « On a besoin, avec les événements qu’on a connus, de se retrouver, de se rassembler », a ajouté le Premier ministre, dimanche 27 juillet, peu avant le départ de la dernière étape, à Evry. Le chef du gouvernement, ancien maire de cette ville de l’Essonne, en a profité pour faire l’éloge d’ »une ville multicolore« . Pour lui, « c’est la France de demain« [...]

France Tv Infos

FDESOUCHE

01:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Foutage de gueule : l’avocat des Femen représentera Anne Hidalgo à la messe de Notre-Dame pour les chrétiens d’Irak…

27 juillet 2014 par Pierrot 

Patrick KlugmanVu sur NDF:

L’information, hallucinante, est donnée par Le Figaro et relayée par l’Observatoire de la christianophobie :

« Une manifestation [de soutien aux chrétiens d’Irak] se tiendra dimanche à 17 h à Notre-Dame et sur le parvis de la cathédrale, suivie d’une messe à 18 h 30, encore une fois pour les chrétiens d’Orient. Un événement auquel des politiques de tous bords devraient également être présents. Dans un communiqué, la mairie de Paris indique que Patrick Klugman, adjoint à la maire en charge des relations internationales, représentera Anne Hidalgo. »

Voici sa tête, pour l’interpeller avec fermeté et courtoisie et ne surtout pas le lâcher.

 

Contre-info.com

01:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Marseille: une manifestation de soutien à Israël sous haute tension


Marseille : une manifestation en soutien à... par LaProvence

Parti du Vieux-Port, ce dimanche en début de soirée, le cortège a parcouru une partie des rues du centre-ville et a fini son parcours devant le consulat israélien

 

videophotoisrael.jpg

Les manifestants sont partis du Vieux-Port.

Photo La Provence

 

En début de soirée à Marseille, plusieurs milliers de manifestants ont défilé dans les rues de la ville en soutien à l'Etat d'Israël. Parti du Vieux-Port, le cortège a parcouru les rues du centre-ville jusqu'au consulat israélien, rue Paradis, là où ils se sont dispersés vers 21 heures.

La manifestation a été protégée par un très important service de police, les forces de l'ordre ayant pratiquement bouclé le secteur afin d'éviter tout débordement ou d'affrontement.

En effet, des pro-Palestiniens étaient aussi présents aux abords de la manif. La tension a été très vive entre ceux qui soutiennent la population de Gaza et ceux qui défendent l'action de l'armée israélienne (les cris de "à mort Israël" répondant aux slogans : "Israël vivra") dans cette bande de terre qui sépare l'Etat hébreu de l'Egypte et où actuellement un conflit meurtrier a lieu.

Yves Moraine (UMP), maire des 6e et 8e arrondissements de la ville de Marseille, était présent aux côtés des manifestants qui soutiennent Israël. On notera aussi la présence de deux adjoints de Jean-Claude Gaudin, Partick Zaoui et Caroline Pozmentier, tous deux UMP.

Par ailleurs Jean-Noël Guérini, président du Conseil général des Bouches-du-Rhône, a adressé un message de soutien aux manifestants.

La Provence - 27 07 14

NdB: L'UMPS à Gaza sous les bombes!  Avec les enfants palestiniens!

01:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

EN IMAGES : Rassemblement pacifiste à Tel Aviv

 4031475_tel-aviv-9-thomas-coex.jpg

http://www.leparisien.fr/international/en-images-rassembl...

 

 

Ils sont opposés à la guerre et le font savoir. Des milliers d'israéliens se sont rassemblés samedi soir à Tel Aviv afin de manifester leur opposition au conflit opposant l'Etat hébreu au Hamas dans la bande de Gaza. Les participants à cette pacifiste brandissaient des banderoles sur lesquelles étaient affichés des slogans hostiles à la guerre en .

                                   

«Laissez les vivre», «Arrêtez le massacre» ou encore «Il y'a une autre voie que la guerre», tels étaient les slogans scandés par les manifestants. Ceux-ci se sont rassemblés sur la place Yitzhak Rabin, du nom de l'ancien Premier ministre israélien assassiné en 1995, à l'appel de différentes associations de la gauche et de l'extrême gauche israélienne. 

Il s'agit du plus grand rassemblement pacifiste organisé en Israël depuis le début du conflit.                                                                              

 

LeParisien.fr

 

00:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

L'armée israélienne reprend ses opérations aériennes à Gaza

4000702679431.jpg

Le Vif

Source: Belga
dimanche 27 juillet 2014 à 09h47

L'armée israélienne a annoncé dimanche matin la fin de la trêve humanitaire et la reprise de ses opérations militaires dans la bande de Gaza en réplique aux "tirs incessants de roquettes par le Hamas".

 

15h55: Netanhayu: "Le Hamas viole son propre cessez-le-feu"

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a accusé dimanche le Hamas de violer son propre cessez-le-feu, lors d'interviews sur plusieurs chaînes de télévision américaines.

"Ils violent leur propre cessez-le-feu. Dans ces circonstances, Israël fera tout ce qu'il doit faire pour défendre son peuple", a-t-il indiqué sur CNN.

Interrogé sur une éventuelle expansion des opérations militaires dans la bande de Gaza, le Premier ministre a expliqué que l'armée israélienne continuerait ses opérations pour détruire les tunnels du Hamas, mais refusé de donner plus de détails, se bornant à déclarer: "Nous ferons tout ce qui est nécessaire pour défendre notre peuple... aussi bien au niveau tactique que stratégique".

"Je dirais que nous voulons mettre fin aux tirs de roquettes, c'est certain. Nous voulons démanteler les réseaux de tunnels terroristes. Je ne sais pas si nous aurons un taux de succès de 100%", a-t-il dit.

Le Premier ministre israélien était invité sur plusieurs grandes chaînes américaines, en duplex de Jérusalem. Il a salué les efforts égyptiens pour parvenir à un arrêt des hostilités, mais souligné que l'objectif ultime était de démilitariser la bande de Gaza. 

12h47: Le Hamas accepte une trêve humanitaire de 24 heures

Le Hamas a accepté une trêve humanitaire de 24 heures dans la bande de Gaza à compter de dimanche 14h locales (13h HB), a annoncé le mouvement islamiste qui contrôle le territoire palestinien.

"En réponse à la requête de l'ONU, les mouvements de la Résistance (palestinienne) ont accepté une trêve humanitaire de 24 heures qui commencera à 14h aujourd'hui", a indiqué le porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri, dans un communiqué.

12h12: L'armée égyptienne annonce la destruction de 13 nouveaux tunnels vers Gaza

L'armée égyptienne a annoncé dimanche avoir détruit 13 tunnels reliant la péninsule du Sinaï à la bande de Gaza, en proie à une offensive militaire israélienne depuis près de trois semaines.

L'armée égyptienne a lancé il y a un an une opération militaire dans la péninsule, intensifiant la destruction des tunnels de contrebande qui relient le Sinaï à l'enclave palestinienne, qu'Israël et l'Egypte suspectent de servir au passage d'armes et d'islamistes. Plus d'un millier de ces tunnels ont déjà été détruits ces dernières années.

Le Hamas les utiliserait pour apporter du combustible, des armes, des vivres et de l'argent dans la bande de Gaza, sous blocus israélien depuis 2006 et en proie à une opération militaire israélienne depuis le 8 juillet, qui vise notamment à détruire les tunnels creusés par le Hamas pour pénétrer en territoire israélien.

Plus de 1.000 Palestiniens ont perdu la vie dans ce conflit.

Les liens entre Le Caire et le Hamas se sont largement dégradés depuis que la destitution par l'armée en juillet 2013 du président égyptien Mohamed Morsi, membre des Frères musulmans dont est issu le mouvement palestinien.

L'Egypte accuse le Hamas de prêter la main aux attentats qui se sont multipliés en Egypte depuis le coup de force des militaires, ce que la formation palestinienne nie catégoriquement.

11h08: Reprise des frappes israéliennes, trois Palestiniens tués

Trois Palestiniens ont été tués dimanche matin à Gaza peu après la reprise des opérations militaires israéliennes dans le territoire palestinien ont indiqué les services d'urgence locaux.

Deux hommes sont morts à la suite de tirs de chars près de la frontière israélienne dans le centre de la bande de Gaza, et un troisième près de Khan Younès, dans le sud, a précisé le porte-parole des urgences, Achral al-Qodra.

Dans un communiqué confirmant la reprise de l'offensive militaire israélienne, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a de nouveau rendu le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, responsable des pertes humaines civiles, coupable selon lui d'une "utilisation cynique des habitants de Gaza pour les utiliser comme boucliers humains".

"L'armée israélienne vise les centres terroristes mais si les habitants sont frappés de manière non intentionnelle, le Hamas en portera la responsabilité dans la mesure où il a de nouveau refusé une trêve humanitaire qu'Israël avait acceptée", a avancé M. Netanyahu.

Le cabinet de sécurité israélien avait d'abord accepté une prolongation de la "trêve humanitaire" observée samedi, ce que le Hamas avait rejeté.

Mais en réplique aux tirs de roquettes depuis la bande de Gaza, l'armée a annoncé dimanche matin une reprise complète de sa campagne militaire lancée le 8 juillet, et entrée le 17 dans sa phase terrestre.

Selon M. Netanyahu, le cessez-le-feu devait également "permettre aux habitants de Gaza de se préparer pour l'Aïd el-Fitr" qui marquera lundi ou mardi soir la fin du mois de ramadan.

9h27: L'armée israélienne annonce qu'elle reprend les opérations aériennes à Gaza

"A la suite des tirs incessants de roquettes par le Hamas durant la trêve humanitaire (...), l'armée va reprendre immédiatement son activité dans la bande de Gaza, dans les airs, sur la mer et au sol", selon un communiqué.

Répondant favorablement à une demande de l'ONU, le cabinet de sécurité israélien avait accepté samedi soir de prolonger jusqu'à dimanche minuit (23h heure belge) la trêve qui a offert un court répit samedi à la population de Gaza. Mais le Hamas avait rejeté cette extension et repris dans la soirée ses tirs de roquettes vers Israël.

Environ 25 missiles ont depuis visé le territoire israélien depuis dimanche soir, selon l'armée, qui y a répondu par des "tirs d'artilleries localisés".

Selon un dernier bilan des secours locaux, le conflit, entré dimanche dans son 20e jour, a entraîné la mort de 1.049 Palestiniens, dont une très grande majorité de civils. Six mille ont été blessés.

Côté israélien quarante-trois soldats israéliens ont perdu la vie, ainsi que deux civils et un travailleur thaïlandais.

00h53: Le Hamas rejette la prolongation de 24 heures, non valable sans retrait des tanks israéliens


Le Hamas a rejeté la prolongation pour 24 heures de la trêve humanitaire déclarée par Israël samedi soir, a annoncé dimanche matin Fawzi Barhoum, le porte-parole du Hamas dans un communiqué.

"Aucune trêve humanitaire n'est valable sans retrait des tanks israéliens de la bande de Gaza et sans que les habitants ne puissent retourner dans leurs maisons et que les ambulances transportant les corps soient libres de circuler à Gaza", a déclare Fawzi Barhoum, le porte-parole du Hamas dans un communiqué.

23h22: Israël accepte de prolonger la trêve humanitaire jusqu'à dimanche soir

Le Cabinet de sécurité israélien a approuvé samedi soir la demande de l'ONU de prolonger la trêve humanitaire à Gaza jusqu'à dimanche soir, a indiqué un responsable gouvernemental israélien.

"Le Cabinet a approuvé la demande de l'ONU concernant une trêve humanitaire valable jusqu'à dimanche minuit (21h00 GMT)", a indiqué une source gouvernementale israélienne, sous couvert d'anonymat.

Un porte-parole du Hamas a cependant déclaré samedi soir que le mouvement islamiste palestinien rejettait cette prolongation de 24 heures de la trêve humanitaire.

Pendant 12 heures samedi, les habitants de l'enclave palestinienne ont connu un répit, avec une pause humanitaire qu'Israël avait accepté de prolonger jusqu'à samedi minuit.

Mais dans la soirée, la branche armée du Hamas, les brigades Ezzedine al-Qassam, a revendiqué des tirs de roquettes en direction du sud d'Israël et de Tel Aviv. L'armée israélienne a confirmé ces tirs, qui ont de nouveau déclenché les sirènes d'alarme dans le pays.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon avait appelé samedi "les parties à prolonger la trêve humanitaire pendant 7 jours" avant d'ajouter "appeler les deux parties, à étendre a minima la pause humanitaire censée prendre fin à la journée".

Cet appel a été repris depuis Paris par plusieurs ministres des Affaires étrangères, dont le secrétaire d'Etat américain John Kerry.

L'armée continuera cependant "ses opérations contre les tunnels" a précisé la même source gouvernementale israélienne, ce qui implique une suspension des frappes aériennes, maritimes et terrestre mais le maintien des forces israéliennes sur place, comme ce fut le cas samedi.

00:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)