17/08/2014

La récolte de mirabelles s'annonce exceptionelle dans les vergers de Lorraine

PHO218953a2-25f4-11e4-829b-a2237aebe6ba-805x453.jpg

La production de mirabelles devrait être deux fois plus importante que l'an dernier avec, en prime, un fruit plus sucré.

S'il est des producteurs de fruits qui ne font pas grise mine cet été ce sont bien les producteurs de mirabelles. La récolte bat son plein actuellement dans les vergers de Lorraine, principal bassin de la production française qui fournit 80 % des volumes. «La cueillette a débuté avec six jours d'avance cette année, alors qu'en 2013 elle avait commencé avec trois semaines de retard. Elle s'annonce sous les meilleurs auspices», se réjouit Bruno Collin, directeur général de Vega Fruits, une union de trois coopératives qui représente 40 % du marché et regroupe 250 producteurs sur 1000 hectares.

«Après trois années difficiles, nous devrions atteindre un volume deux fois plus important que l'an passé, soit 10.000 tonnes de fruits», poursuit-il. Des mirabelles commercialisées sous «Indication géographique protégée» (IGP) qui ont bénéficié cette année d'un printemps favorable. «Les conditions de floraison et de fécondation ont été excellentes, ce qui nous a permis d'avoir de nombreux fruits de bonne qualité, précise Bruno Collin. Leur taux de sucre se situe au dessus de la norme standard entre 17 et 20 degrés Brix (ndlr, la fraction de saccharose dans un liquide). Ils sont délicieux».

Plan de dynamisation

Un quart de la récolte de mirabelles est destiné aux fruits de bouche et les trois quarts restants à l'industrie de la transformation pour la confiture, les sirops, la surgélation ou les préparations de gâteaux. Pour mieux maîtriser leur valeur ajoutée, les producteurs lorrains ont lancé, via Vega Fruits, un plan d'investissement de 4,8 millions d'euros sur deux ans. Il va leur permettre de doubler les volumes destinés à la surgélation, un débouché en plein essor. Un plan de dynamisation prévoit par ailleurs la plantation de 50.000 nouveaux mirabelliers à l'horizon 2018 en Lorraine.

Et pour les fêtes de la mirabelle qui débutent ce dimanche 17 août à Metz pendant 15 jours, pas de risque de pénurie. «L'année dernière nous avions manqué de fruits. Cette année les clients pourront en déguster à volonté», indique pour sa part Luc Barbier, président de la Fédération nationale des producteurs de fruits (FNPF).

LE FIGARO 17 08 14

19:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

RDC: six personnes accusées de sorcellerie brûlées vives

Le Vif

Source: Belga
samedi 16 août 2014 à 18h31

Six personnes ont été brûlées vives au début du mois dans la province d'Equateur (nord-ouest de la République démocratique du Congo) après avoir été accusées de sorcellerie, a rapporté samedi la radio onusienne Okapi.

© Reuters

Ces personnes résidant à Businga, à 140 km de Gbadolite, dans le district du Nord-Ubangi, étaient accusées d'avoir provoqué des crises d'épilepsie sur plusieurs personnes en leur jetant des sorts. Les justiciers ont aussi incendié les 4 et 5 août 48 habitations appartenant à ces prétendus sorciers ou à leurs proches, privant près de 300 personnes de toit, a précisé Radio Okapi, parrainée par l'ONU. Parmi les six personnes brûlées vives, quatre étaient des femmes. Des jeunes gens de Businga leur attribuent près d'un millier de cas d'épilepsie répertoriés dans cette cité. Selon le commissaire de district du Nord-Ubangi, Willy Isekusu, les auteurs des meurtres et incendies se sont enfuis dans la brousse.

Les accusations de sorcellerie sont encore fréquentes dans certaines parties de la RDC. Selon des responsables d'ONG, des milliers d'enfants handicapés ou séropositifs, et qualifiés à ce titre d'"enfants-sorciers" par des pasteurs autoproclamés d'Eglises pentecôtistes, sont ainsi jetés à la rue, voire assassinés...

18:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Ebola : 17 malades en fuite d'un centre d'isolement au Libéria

Le Vif

Source: Belga
dimanche 17 août 2014 à 15h54

Des hommes armés ont attaqué un centre d'isolement pour malades du virus Ebola à Monrovia, la capitale du Liberia, provoquant la fuite de dix-sept patients, a-t-on appris dimanche de sources concordantes.

4000719058751.jpg

© Reuters

"Ils ont cassé les portes et ont pillé les lieux. Les malades ont tous fui", a affirmé Rebecca Wesseh, un témoin de l'incident survenu dans la nuit de samedi à dimanche. Ses propos ont été confirmés par des habitants et le secrétaire général des travailleurs de la santé au Liberia, George Williams. Selon M. Williams, 29 malades d'Ebola avaient été admis dans le centre, où ils suivaient des traitements préliminaires avant leur évacuation dans un hôpital. "Ils étaient tous testés positifs à l'Ebola", a-t-il affirmé. "Parmi ces 29 malades, 17 ont fui hier (lors de l'assaut). Neuf sont morts il y a quatre jours et trois autres ont été hier (samedi) emmenés de force par leurs parents" vers une destination inconnue, a-t-il précisé. Des individus, pour la plupart des jeunes, armés de gourdins, se sont introduits de force dans le lycée de la banlieue de Monrovia qui abrite le centre anti-Ebola, a affirmé Rebecca Wesseh. Selon elle, ils criaient des mots hostiles à la présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf et assuraient qu'"il n'y a pas d'Ebola" dans le pays. Cet assaut a provoqué la fuite des malades et des infirmiers, a-t-elle ajouté.

Le lycée attaqué avait été récemment choisi par les autorités sanitaires pour isoler les personnes présentant des symptômes de la fièvre hémorragique Ebola. Le quartier qui abrite le centre est considéré comme un des épicentres de l'épidémie dans la capitale. Des habitants ont affirmé s'être opposés à son implantation. "On leur a dit de ne pas (installer) leur camp ici. Ils (les responsables) ne nous ont pas écoutés. Ils n'ont qu'à aller construire leur camp d'isolement ailleurs. Cette affaire d'Ebola, on n'y croit pas", a affirmé un jeune habitant du quartier qui n'a pas voulu décliner son identité. En cinq mois, l'épidémie d'Ebola, la plus grave depuis l'apparition de cette fièvre hémorragique très contagieuse en 1976, a fait 1.145 morts, selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS): 413 au Liberia, 380 en Guinée, 348 en Sierra Leone et quatre au Nigeria.

18:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Un avion de chasse de l'armée ukrainienne abattu par les séparatistes

Le Vif

Source: Belga
dimanche 17 août 2014 à 10h23

Un avion de chasse MiG-29 de l'armée ukrainienne a été abattu dimanche par les séparatistes dans la région de Lougansk (est de l'Ukraine), a annoncé un porte-parole militaire ukrainien.

4000718916931.jpg

© Reuters

"Un MiG-29 a été abattu par les terroristes dimanche matin après avoir mené à bien sa tâche et liquidé un groupe" de rebelles, a précisé Léonid Matioukhine, porte-parole de l'opération militaire ukrainienne dans l'Est. "Le pilote s'est éjecté. Après une opération de recherche, il a été retrouvé et se trouve actuellement dans un endroit sûr".

17:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Le chat du blog

!cid_ii_hywspyj90_147de570ca23cae9.jpg

03:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Des milliers de manifestants à Tel Aviv pour appeler à négocier avec Abbas

article_488228824c6ceefe7b55b61b8beef6cdaeaf0fe7.jpg

http://www.20minutes.fr/monde/1429109-milliers-manifestan...

01:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Ukraine: un trio russe à la tête des séparatistes de Donetsk

e245c7eef397cd26cf34ecdef3473ebdc6d99f68.jpg

http://www.ladepeche.fr/article/2014/07/30/1926799-ukrain...

01:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Rencontre entre le président Vladimir Poutine et Philippe de Villiers à Yalta

L’annonce de l’accord prévoyant la création de deux versions inspirées du parc du Puy du Fou, l’une à Moscou et l’autre en Crimée, est intervenue au lendemain d’une rencontre à Yalta, en Crimée, entre Philippe de Villiers et le président russe Vladimir Poutine.

Reçu pendant près d’une heure par Vladimir Poutine dans le bureau du Tsar Nicolas II, au palais d’été des Tsars, le créateur de la « Cinéscénie » du Puy du Fou – une fresque brossant sept siècles d’histoire d’une famille vendéenne – a tenu des propos qui ne peuvent que réconforter les Européens honnêtes face à la servilité de leurs prétendus dirigeants à l’égard des États Unis. Après cet entretien, Philippe de Villiers a clairement déclaré combien il était impressionné par la hauteur de vue et le charisme du président Poutine.

 

« Beaucoup d’Européens veulent sortir de l’engrenage des sanctions, à commencer par les agriculteurs. Les Européens veulent la paix, ils ont de l’admiration pour le chef d’État que vous êtes », a confié Philippe de Villiers à Vladimir Poutine.

« Les sanctions sont des actes de guerre. Les coopérations sont des actes de paix. Nous sommes venus poser un acte de paix. Cette œuvre commune franco-russe s’inscrit dans la longue tradition de l’amitié franco-russe », a également déclaré Philippe de Villiers, estimant aussi que « l’avenir de l’Europe ne s’écrit pas sur le continent américain. Il s’écrit sur le continent européen. Il n’y a pas d’avenir de l’Europe sans la Russie ».

Le président Vladimir Poutine a souligné « qu’il regardait avec le plus grand intérêt le projet du Puy du Fou d’un parc historique sur l’histoire de la Russie ».

Philippe de Villiers : « Les politiciens [occidentaux] sont des serpillières »

Attendons les propos de haine imbécile que réservent Flanby et ses sbires à cet acte européen de courage…

source: Le Bourricot – الحمار

ALTERMEDIA 16 08 14

01:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

16/08/2014

Internet menacé par les attaques de requins

4068295_requin-cable.jpg

Le requin de l' craint d'être cette fois la proie d'un squale bien en chair. a en effet admis cette semaine qu'il allait dans le renforcement de ses câbles sous-marins qui assurent le partage Internet entre les continents américains, européen et asiatique. Ces installations, essentielles au bon fonctionnement de la Toile, vont ainsi être équipées d'un revêtement en kevlar destiné à les protéger des incisions, rapporte le site Slate.

 

 

 
 

La nouvelle génération de tubes transocéaniques de Google est d'ailleurs déjà été entourée d'acier.

Selon Tim Stronge, vice-président du centre de recherche Telegeography, 99 % du trafic intercontinental, données et téléphone, étaient transmis sous les océans en 2013. Avec environ 250 liaisons, les câbles évitent en effet la perte de temps induite par l'aller-retour avec un satellite. Ils sont donc inévitablement un enjeu géopolitique et économique.

Plus de 185 000 euros la réparation

Entre autres avalanches sous-marines et chalutage en eaux profondes, les requins sont désormais admis comme une réelle menace pour ces trésors technologiques. The Telegraph, qui a déniché une vidéo d'une de leurs attaques, rappelle que les requins sont soupçonnés d'être à l'origine de gigantesques pannes depuis les années 1990. Ces grands mammifères seraient attirés par les signaux électromagnétiques qui émanent des câbles, très ressemblant à ceux de leurs proies habituelles.

Compte tenu la profondeur à laquelle sont installés les tubes, à chaque attaque, l'intervention de réparation coûte environ 250 000 dollars (186 500 euros). De quoi motiver le géant Google qui possède quelque 160 000 km de câbles sous-marins. Mardi, le groupe américain et cinq groupes asiatiques de télécommunications se sont d'ailleurs félicité d'un accord pour la construction d'un nouveau câble entre le Japon et les Etats-Unis, sous l'égide du japonais NEC, pour une mise en service en 2016. Ce câble en fibre optique dénommé Faster, d'une longueur de 9 000 km, vise à répondre à la demande croissante en matière de transmission de données. Il devrait offrir une capacité de transfert de 60 terabits par seconde d'ici le premier semestre 2016, soit la plus importante jamais mise en place sur la très longue route transpacifique. Un investissement total estimé à environ 300 millions de dollars.

Le Parisien - 16 08 14

 

23:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

15 août 1769: naissance de Napoléon, empereur des Français

640px-Napoleonalps.jpg

Jacques-Louis DAVID

1280px-Jean-Léon_Gérôme_003.jpg

Jean-Léon GERÔME

http://fr.wikipedia.org/wiki/Napol%C3%A9on_Ier

21:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Les bracelets électroniques des détenus sont-ils fiables ?

 

Publié le Samedi 16/08/2014 à 14H27
 

Des situations gênantes voire dangereuses découlent de nombreuses pannes

20140816_1_2_1_1_1_obj7035222_1.jpg

 
 

Il y a les "anti" et les "pro" bracelet électronique. Les premiers assurent, en s'appuyant sur des affaires récentes, que cette mesure n'empêche en rien la commission d'infractions - n'étant pas un GPS comme certains l'imaginent -, que l'augmentation exponentielle des placements sous surveillance électronique (dit PSE, 12 000 en France, dont 1500 en région Paca-Corse) cache aussi un manque de suivi socio-judiciaire et le considèrent comme très démagogique. À l'inverse, les fervents partisans, dont fait partie la ministre de la Justice, Christiane Taubira, assurent vider par là les prisons, faire des économies abyssales (une journée en prison coûte 80 euros alors qu'une journée sous bracelet 12 euros, Ndlr) et lutter efficacement contre la récidive qui serait bien moins élevée qu'à la sortie de peines de prison ferme.

Et puis il y a ceux qui gèrent ce système, devenu la peine alternative la plus utilisée ! Eux, ce sont les surveillants "PSE" et les agents des services d'insertion et de probation (SPIP). Et depuis six mois environ, ils sont particulièrement inquiets.

"Moins cher et moins fiable aussi"

Pour la période 2013-2017, c'est Thales, le géant français de l'aéronautique, de la défense et de la sécurité, qui a repris ce marché de 50 millions d'euros. "Le gouvernement a choisi, début 2013, une offre bien moins chère que celle de l'ancien fournisseur Datacet (60 millions d'euros sur quatre ans, Ndlr) mais on se rend compte, depuis le déploiement du matériel en début d'année, que la qualité est aussi bien moins fiable !" peste Frédéric Belhabib, du syndicat CFDT et agent en "milieu ouvert" au SPIP d'Aix-en-Provence. "Depuis des mois, les pannes de bracelets se multiplient, nous changeons plusieurs équipements par jour. Parfois c'est comique : il est arrivé que la pile tombe en rade une heure après la pose du bracelet ! Les conséquences sont différentes selon les situations : par exemple, nous avons été contraints de faire revenir plusieurs fois certains détenus. Pour d'autres, on s'est rendu compte seulement à un rendez-vous qu'ils avaient dans le cadre de leur contrôle judiciaire que leur bracelet ne marchait plus ! On a aussi perdu de vue un gros braqueur marseillais, pendant cinq jours, heureusement, lui ne savait pas que son bracelet était déconnecté. Et puis, on a également eu un gros souci avec un pédophile qui vit dans le pays d'Aix : le pôle centralisateur (qui enregistre les alarmes en cas de non-respect des horaires de la peine aménagée) nous assurait qu'il était sorti de chez lui. On a immédiatement téléphoné chez lui, et il jurait que non. Nos collègues étaient aussi certains que son bracelet était cassé, alors qu'il ne l'était pas ! Du coup, on ne sait pas si le détenu mentait ou non... Tout cela est très délicat à gérer au quotidien".

Du côté du SPIP de Marseille, on déplore la même galère. "C'est un problème national, enchaîne Noémie de Carpigny, de la CGT, tous les jours nous remplaçons quatre ou cinq bracelets et ces défaillances techniques ont des conséquences sur la vie des détenus notamment quand on les réveille parce que leur bracelet n'est plus détecté et qu'ils sont en fait bien gentiment dans leur lit !"

Chez Thales, le message est limpide : "Voyez avec notre client, le ministère de la Justice". À la direction interrégionale des services pénitentiaires Paca-Corse, le numéro deux, Pierre Raffin, minimise les revendications syndicales : "Effectivement, au début, il y a eu des ajustements à faire, mais cela va beaucoup mieux".

Reste que selon les syndicats, "les détenus ont bien compris qu'on avait des soucis avec leurs bracelets et certains pourraient bien tenter d'en profiter..."


En chiffres

En 2013, d'après les chiffres du ministère de la Justice, 32 584 personnes ont été placées sous bracelet en France. C'est l'aménagement de peine le plus utilisé.

Seules 1 786 révocations de la mesure ont eu lieu, soit un taux de 5,7%. Ces 1 786 personnes n'ont pas toutes commis un délit : elles ont vu leur bracelet retiré pour différentes raisons.

Soit à leur demande (certains préfèrent la prison) ; soit pour plusieurs manquements à leurs obligations (de présence ou d'honorer les rendez-vous avec l'administration).

soit pour un nouveau délit; soit parce qu'une autre condamnation intervenue depuis la pose du bracelet, pour un délit antérieur, entraîne la révocation de l'aménagement de peine.


La Provence

21:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Mur des Lamentations : le roi Hérode 1er floué ?

Mur-des-Lamentations-Jerusalem_scalewidth_630.jpg

                    

Par Noémi Marois

Publié le 14 août 2014 à 12h22Mis à jour le 14 août 2014 à 18h01

 
 

Videos
  •  
  •  
  •  
  •  

© reuters

ESCROC - Au Ier siècle avant JC, le constructeur du Mur a utilisé deux sortes de pierre de qualités très différentes.

Le Mur des Lamentations, fruit d'une escroquerie ? Le lieu saint des juifs, seul vestige de leur Temple, est en effet, selon les scientifiques, composé de deux types de roches calcaires, une de très bonne qualité, l'autre beaucoup moins résistante. Mais pourquoi avoir mélangé deux pierres si différentes ? Leur supposition rapportée par le site Faits Religieux : l'entrepreneur aurait arnaqué le roi Hérode 1er, qui avait fait construire cette extension du Temple.

>> LIRE AUSSI - Un temple romain vieux de 2.000 ans découvert dans l'Oise

Des roches calcaires de bonne et de mauvaise qualité. Les personnes qui ont déjà approché de près ce mur l'ont bien constaté. Certaines pierres portent à peine l'usure du temps alors que d'autres sont profondément érodées, parfois d'une dizaine de centimètres.

Les scientifiques, à l'aide de scanners puissants, ont cherché à comprendre ces différences d'érosion. Et ils sont formels. Certaines pierres sont constituées de larges cristaux, ce sont les plus résistantes. D'autres ont des cristaux beaucoup plus petits et se sont érodées plus vite.

Il y a tromperie. Le constructeur, dont on ne connait pas le nom, aurait été avide de profit. Il aurait vendu au commanditaire, le roi Hérode 1er, des roches de très bonne qualité pour finalement utiliser, en partie, des pierres bon marché.

Des travaux de renforcement ? Simon Emmanuel, géologue à l'Université hébraïque de Jérusalem, s'il ne prévoit pas dans un avenir proche l'effondrement du mur, préconise néanmoins l'injection d'un matériau polymère dans les pierres de moindre qualité. Il devra pour cela affronter le rabbin Shmuel Rabinowitz, responsable des lieux saints d'Israël, qui s'est déjà élevé contre toute idée de renforcement du Mur des Lamentations.

Le Temple, toute une histoire. Le Mur des Lamentations n'est qu'une extension à partir du deuxième Temple qui avait été construit au VIème siècle avant JC. Il a été détruit par les Romains en l'an 70, à l'exception du fameux Mur.

Le premier Temple, lui, a été, selon la Bible, construit au Xème siècle avant JC par le roi Salomon, il a été rasé par le roi perse, Nabuchodonosor en 587 avant JC.

EUROPE 1

20:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Hollande et Valls hués au Fort de Brégançon - 15 08 14

Francois-Hollande-et-Manuel-Valls-hues-au-Fort-de-Bregancon_exact810x609_l.jpg

L'arrivée de François Hollande et Manuel Valls au Fort de Brégançon aujourd'hui n'aura pas été de tout repos. Le président de la République et le premier ministre auraient en effet été accueillis par les huées d'une centaine de personnes et certains ont lancé des slogans tels que "Hollande Démission", comme le rapporte Nice Matin. Le quotidien ajoute que François Hollande a préféré poursuivre son chemin face à ces protestations. Le président de la République et Manuel Valls étaient réunis aujourd'hui pour célébrer le 70 anniversaire du Débarquement des Alliés en Provence et discuter de dossiers importants le temps d'un déjeuner en tête-à-tête. François Hollande et Manuel Valls devaient notamment évoquer ensemble la feuille de route qui sera délivrée au gouvernement le 20 août prochain.

Yahoo!Actualités

 

20:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Discours prononcé par Robert Ménard à Béziers le 5 juillet 2014, lors de la commémoration (unique en France) des massacres d'Oran du 5 juillet 1962.

  

Voici, ci-dessous, le discours de Robert Ménard, Maire de Béziers, prononcé lors de la cérémonie commémorative des Massacres d'Oran du 5 Juillet 1962 :

 

"Monsieur le Ministre, Monsieur le député, Mesdames et messieurs les élus, Messieurs les présidents d'association Mesdames, Messieurs,

Il est des commémorations sèches, intellectuelles, administratives. Des officiels se rassemblent pour célébrer un événement lointain, symbolique, et qui, parfois ne reste vivace dans la mémoire collective que par la grâce d'un jour férié. Et puis, ensuite, un apéritif est servi et l'on parle d'autre chose.

Ce n'est pas le cas aujourd'hui.

Aujourd'hui, nous sommes rassemblés devant cette stèle à la gloire des morts pour l'Algérie française afin de commémorer un événement de sang et de chair. Ce sang coule toujours et cette chair palpite encore. Nous sommes ici parce que voici 52 ans des centaines des nôtres ont été tués dans des conditions atroces, livrés à leurs bourreaux dans l'indifférence du gouvernement d'alors. Et nous ne voulons pas les oublier, nous ne voulons pas oublier.

Nous sommes ici au nom de ce tout ce que nous devons à nos familles, à notre histoire. Et je pense à mon père qui, ce jour-là, a échappé à la mort de justesse.

Nous sommes ici malgré le silence de l'État français si prompt à se préoccuper de massacres sous d'autres latitudes, à donner des leçons à la terre entière.

Nous sommes ici pour dire que, oui, les Français d'Algérie ont, eux aussi, un droit à la mémoire. Que leurs souffrances sont d'autant plus insupportables qu'elles leur ont été infligées à cause de la passivité de leur propre État, de leur propre gouvernement.

Nous sommes ici parce que voici 52 ans, jour pour jour, des centaines de Français d'Algérie étaient livrés sans défense à Oran au couteau des égorgeurs.

Rappelons-nous.

Il y a 52 ans, à la même heure, une manifestation immense de musulmans se répand dans le centre d'Oran pour célébrer l'indépendance. L'armée française a pour ordre de rester dans ses casernes. Le maintien de l'ordre a été abandonné au FLN.

À midi dix, exactement, les rapts d'Européens vont commencer. A midi trente, une foule hystérique va envahir la poste et égorger comme des moutons tous ses employés européens, kidnapper des dizaines d'hommes et de femmes que la fatalité a conduit là.

À treize heures, la chasse à l'Européen est générale : enlèvements, viols, égorgements, mutilations, pendaisons à des crocs de bouchers, etc.

Outre les Européens, tous les musulmans considérés comme partisans de l'Algérie française sont systématiquement tués dans des conditions d'une barbarie inouïe. À Oran, comme ailleurs par la suite, les harkis vont payer un tribut effroyable à la haine démente du FLN.

Ce 5 juillet 1962, pendant des heures, c'est le massacre généralisé, c'est l'enivrement de la vengeance. Ce sont des scènes de rafles, de tortures. Ce sont des abominations absolues. L'Algérie indépendante se baptise dans le sang.

Le soir même, le général De Gaulle apparait à la télévision pour annoncer l’indépendance de l'Algérie. Les Français de métropole viennent de rentrer de la plage. Les pieds-noirs, eux, vont prendre le bateau et quitter leur maison pour toujours.

Presque tout le monde s'en moque. Et, depuis 50 ans, rien n'a changé.

Quel Français de 2014 connait cet événement ? Quel film, quel téléfilm a été consacré à ces massacres ?

Aucun.

Pour les pieds-noirs, c'est la triple peine. Egorgés par les tueurs du FLN. Chassés de leur sol natal.

Condamnés à perpétuité par la bien-pensance de la gauche et la lâcheté de la droite.

Le 5 juillet 1962 est un jour de deuil. C'est aussi un jour de honte pour ceux, pour tous ceux qui ont couvert ces assassinats de leur silence.

J’ai écrit un livre en 2012 dont le titre était « Vive l'Algérie française ! ». Je suis fier de ce livre. Les victimes d'Oran sont le dernier épisode d'une histoire de 132 années à propos de laquelle le mensonge est quasi permanent. Or, disons-le clairement, sans la France, pas d'Algérie !

C'est la France qui a donné une existence à ce qui n'était qu'une juxtaposition de tribus vaguement gouvernées par les Turcs.

C'est la France qui a mis fin aux épidémies de choléra qui ravageaient les douars indigènes avant 1830.

C'est la France qui a permis qu'en cent ans, la superficie des terres cultivables appartenant aux musulmans soit doublée.

C'est la France qui scolarisait, en 1960, 75 % des enfants musulmans, chiffre unique dans toute l'Afrique à cette époque.

C'est la France qui a donné à l'Algérie 23 ports, 32 aérodromes, 4 500 kms de voies ferrées etc.

Les Français d'Algérie étaient les plus grands patriotes de notre pays. Leurs pertes lors de la dernière guerre mondiale le prouvent. Elles ont été supérieures aux pertes métropolitaines ou musulmanes.

C'est en pensant à leur histoire, c'est en songeant à leurs sacrifices et à leur exemple, c’est en souvenir de mon père, que je conclurai par le seul cri digne d'un Français, digne de l'histoire de l'Algérie française, de son œuvre et de ses morts : Vive la France !

 

Robert MENARD

 

(merci à Pierre Blairon)

 

20:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Grâce à Robert Ménard, 5 000 personnes assistent à la messe dans les arènes de Béziers

images535UNA0V.jpg

 

 

Rue89 rapporte :

« (Mercredi à 19h, ndlr) Robert Ménard a réussi à transformer les arènes de la ville en gigantesque lieu de culte à ciel ouvert. Lorsque le prêtre prononce « Que le Seigneur soit avec vous », les 5 000 personnes présentes dans l’arène répondent en chœur par « et avec votre esprit ».

Les spectateurs se lèvent aussi à l’unisson et laissent planer un silence de marbre pendant les prières. Des « Alleluia » résonnent au cœur du monument. C’est une première depuis que la Féria a été créée en 1968 à Béziers.

Le prêtre tient pourtant à se vouloir inclusif, même pour ceux qui ne sont pas chrétiens :

« Nous prions pour la population biterroise dans sa diversité. »

Le religieux s’essaye aussi à la politique internationale, et évoque le sort des Chrétiens d’Irak. (…)

Cathy et Christophe, ne voient rien à redire non plus. D’ailleurs Cathy tient à répéter que cette messe est une très bonne initiative :

« C’est bien, c’est très bien. Pour une fois, ça change. »

Lorsqu’on lui demande si les musulmans biterrois ne pourraient pas se sentir rejetés par une telle cérémonie, elle est catégorique :

« La France est chrétienne non ? Bon alors je ne vois pas où est le problème. »

Deux hommes d’une cinquantaine d’année descendent à leur tour l’escalier de pierre qui mène aux gradins. Eux aussi se réjouissent, mais pas pour les mêmes raisons :

« Bon ça va, elle n’a pas duré cent ans sa messe. »

Elodie et David, la trentaine, sont tout aussi enthousiastes que Cathy et Christophe. Pour eux, ceux qui ne sont pas satisfaits ou pas à l’aise avec la tenue d’une cérémonie religieuse sont libres :

« Celui qui n’est pas content reste dehors. »

Beaucoup de spectateurs croisés dans les couloirs qui mènent à la sortie du monument partagent cette opinion. La messe est ouverte pour ceux qui le veulent, les autres peuvent boycotter, mais inutile d’en faire toute une histoire.

Abdel revient du Maroc, où il a passé ses vacances. La polémique lui passe au-dessus de la tête. Il acquiesce lorsque qu’on lui demande s’il s’en contrefiche : « Ça ne me dérange pas, moi. »

Roselyne, une retraitée à l’allure très soignée, voit les choses un peu différemment :

« On est dans un pays à dominante catholique, dans 50 ans ce sera peut-être différent. Il faut affirmer notre croyance. »

Dans ses propos on entrevoit les théories du « grand remplacement » :

« Ces croyances ne disparaîtront pas mais on sera minoritaires. Dans 50 ans, pas maintenant. »

Ménard quitte les arènes, entouré d’une quasi-haie d’honneur qui l’acclame comme une rock star après un concert réussi.

Un groupe de femmes d’une cinquantaine d’années se tient juste devant la sortie des arènes. Elles ont toutes fait l’effort de porter de très belles robes de soirée pour l’occasion. Isabelle ne rejette personne, et « n’est pas contre la laïcité ». Mais elle précise tout de même que « quand on va quelque part on s’adapte ». Avant d’ajouter :

« Il faut arrêter de baisser le pantalon. On nous parle tout le temps des mosquées, et dès que nous on organise une messe chrétienne il y a un scandale. Non. On est dans un pays chrétien. »

A la Bodega d’en face, les deux Florian et leurs amis sirotent tranquillement une bière et du Ricard. L’un des deux Florian, le plus petit, qui a l’allure d’un rugbyman, est assez philosophe :

« C’est bon la messe, ça fait plaisir aux vieux. Ou bien ça occupe les femmes quand on reste avec le jaune. »

Recroisé plus tard dans la soirée, Florian explique pourquoi il soutient Ménard. Pour lui, le centre-ville s’est beaucoup dégradé et il était nécessaire de changer de cap pour retrouver une vie nocturne digne de ce nom :

« Béziers, c’est devenu de la merde. Moi je fais la fête à Narbonne depuis longtemps. »

 

Aucun Biterrois rencontré après la messe n’a condamné l’atteinte à la laïcité que dénonçaient pourtant plusieurs cadres de gauche le matin même. Tous ont unanimement salué un retour à une tradition qui commençait à s’effriter. Même le Midi Libre s’est montré dithyrambique au lendemain de la messe publique des arènes :

« On a vu des concerts de rock réunir moins de personnes dans les arènes de Béziers. »

L’opposition locale est quasi invisible. C’est à Paris que les voix se sont élevées le plus fort, pas dans la région.

Quelques opposants très engagés existent pourtant, comme Claude Zemmour, conseiller régional de gauche, ou l’Union citoyenne et humaniste Jean Moulin, qui veille à signaler et condamner tous les dérapages du nouveau maire. La messe fait partie de ces dérapages graves, selon Christophe Coquemont, l’un des trois cofondateurs de l’Union citoyenne :

« En parlant d’une messe, Robert Ménard oppose une religion à toutes les autres. C’est illégal puisque opposé à la loi 1905. »

Pour les membres de cette association, « cette messe est une étape supplémentaire », qui leur fait craindre le pire.

Cyril Henrion, autre cofondateur de l’Union, est tout aussi inquiet. Tous soulignent une léthargie politique totale des habitants de Béziers, et même d’élus de la droite républicaine, face aux décisions pourtant polémiques du nouveau maire.

Elie Haboud, député UMP de l’Hérault, avait même fait le déplacement pour assister à la messe de Ménard, selon Christophe Coquemont. »

NOUVELLES DE FRANCE

 

 

 

 

 

 

18:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

15 août 2014 à Marseille

photo.JPG Major 2 XXX.JPG

La statue de la Vierge sort de la cathédrale de la Major

photo.JPG Major 3 XXXX.JPG

La Vierge porte un filet de pêcheur dans le dos et tient dans ses mains les vœux des fidèles. Les porteurs de la statue sont tous des descendants de pêcheurs siciliens.

photo.JPG bateaux grecs.JPG

Des bateaux de la Marine grecque sont à quai

(Photos EB)

00:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

15/08/2014

Marseille, 15 août: procession de Notre-Dame de la Major au Panier


Marseille : la Vierge portée par ses fidèles au... par LaProvence

21:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Andrea Bocelli chante l'Ave Maria de Schubert

21:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Le gouvernement tente de protéger les "Français" qui servent dans l'armée d'occupation israélienne

arno-klarsfeld-avocat-francais--660x375.jpg

Arno Klarsfeld sous l'uniforme israélien

http://www.voxnr.com/cc/dep_mondialisme/EupZAklZlyFfYmlwB...

 

Au lieu de les rechercher et de les sanctionner comme il le fait pour les jeunes qui partent en Syrie et qui font couler beaucoup d’encre, avec alertes médiatiques et avertissements aux familles, Hollande, Valls, Cazeneuve et Taubira cherchent à protéger les Français qui commettent des crimes de guerre aux sein de l’armée d’occupation israélienne.

20:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Ebola : des athlètes africains interdits de compétition en Chine

 

16h40

Certains athlètes en provenance de pays d’Afrique de l’ouest touchés par l’épidémie d’Ebola ne pourront pas participer à la 2ème édition des Jeux Olympiques de la Jeunesse, qui commencent samedi à Nankin (Chine), ont annoncé le CIO (Comité international olympique) et le comité organisateur des Jeux.

Il a été décidé que «les athlètes venant des régions infectées ne pourront pas participer aux sports de combat (2 athlètes) ni aux sports de natation (1 personne)», indiquent-ils dans un communiqué.

Vérifications régulières

Les organisateurs ont en outre indiqué que les athlètes en provenance des régions infectées seront soumis à des «prises de température régulières, ainsi qu’à des examens physiques», pendant tous les jeux, qui dureront deux semaines. Le communiqué précise encore que les autorités chinoises sont prêtes à faire face à tout cas de fièvre Ebola.

«Nous regrettons qu’en raison de ce problème, certains jeunes athlètes souffrent doublement, avec l’angoisse causée par l’épidémie dans leurs pays d’origine, et en plus de ne pas pouvoir participer à ces jeux», a indiqué le texte commun publié vendredi. (…)

Source

FDESOUCHE

NdB: Et nous, nous regrettons que la France et l'Europe ne prennent pas immédiatement de telles mesures de simple bon sens!

20:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)