Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/02/2018

Auschwitz : 300 lycéens de Paca sur les pas d'une survivante de 93 ans

20180215_1_6_1_1_0_obj16815415_1.jpg

 
  
1 réaction

La Région Paca et le Mémorial de la Shoah ont emmené des jeunes de l'académie d'Aix-Marseille et de Nice pour un voyage d'étude. Bouleversant

 
 
 

Son pas est un peu hésitant dans les allées aux pavés irréguliers du camp de Birkenau, rendus glissants par la neige et le gel. Des pavés qu'elle a dû si souvent poser, entre des fossés parfois creusés de ses propres mains. Ginette Kolinka, 93 ans, n'y voit plus très bien et n'a plus la démarche de sa jeunesse mais elle n'a rien perdu de sa vivacité d'esprit, de son humour, ni de ses souvenirs. Aux côtés des lycéens de l'académie d'Aix-Marseille, mardi, puis mercredi avec ceux de Nice, elle a témoigné de sa vie ici, à Auschwitz, pendant sa déportation. 

PUBLICITÉ
 
 

"Les mots ne suffisent pas, il faut aussi voir"

"Je ne sais pas comment on a fait, mais on l'a fait, raconte-t-elle dans l'un de ces baraquements où elle et les autres déportées passaient leurs nuits, serrées à six, tête-bêche sur des paillasses. Avec les coups, les humiliations, les cris, l'odeur, la saleté, les latrines. Vous avez appris tout ça dans les livres mais les mots, ça ne suffit pas, il faut aussi voir. Et encore, ce n'est pas assez. Même ici, vous ne voyez plus rien." Les adolescents sont immobiles, silencieux, le visage grave. Le récit de Ginette se fait colère : "Je suis révoltée contre cette idée : comment des êtres humains ont-ils pu faire ça. Par haine. Voilà où mène la haine", assène-t-elle avec force.

Un peu plus tard, c'est Christian Estrosi, maire de Nice et président délégué à la Culture de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, qui est venu déposer des gerbes de fleurs devant le monument dédié aux victimes. "C'est un devoir d'emmener des jeunes ici, chaque année depuis 15 ans, explique l'élu. Lorsque je croise certains d'entre eux, qui ont aujourd'hui 30-35 ans, et qui me disent "Ce voyage nous a transformés, ça a changé notre vie", je me dis que c'est une victoire de plus."

Les petits groupes avancent dans l'immensité du camp, sous de timides flocons. Ils écoutent les guides, observent les photographies miraculeusement sauvées du chaos et surtout ne manquent pas une miette du récit de Ginette Kolinka. "Derrière les chiffres, les ruines, il y a le sort des individus. C'est une chance de pouvoir passer une journée avec elle", explique Olivier Lalieu, le responsable des projets externes au Mémorial de la Shoah, l'autre grand acteur de ce déplacement.

Il y a aussi la mobilisation des profs. Sophie Le Guen, professeur d'histoire au lycée Langevin de La Seyne-sur-Mer, travaille avec sa classe sur un projet de bande dessinée. "Nous retraçons le parcours de déportés varois, précise-t-elle. Nous avons travaillé avec des archives, un illustrateur, tenté de mettre des noms et des histoires sur l'Histoire. Mon but, c'est de faire réfléchir les jeunes sur la société actuelle également. Ils ne sont pas responsables du monde dans lequel ils vivent mais peuvent y contribuer. En tout cas, j'y crois."

"Bientôt, je ne serai plus là. Et ce sera à vous de raconter tout ça."

Étape ultime dans l'un des imposants bâtiments de brique rouge du camp d'Auschwitz. Une montagne de cheveux est exposée derrière une immense vitre. "Regardez, c'est tout ce qui reste d'un million et demi de personnes, reprend Ginette dans un souffle. Il n'y a plus que ça." Les lycéens qui l'entourent restent muets. "Bientôt je ne serai plus là. Et ce sera à vous de raconter. Parce qu'il y a eu tant de morts et pas une seule tombe", prévient-elle.

"On réalise, ici, ce qui s'est passé. On percute, tranchent Saskia et Léa, 20 et 21 ans, qui étudient les métiers d'art au lycée du domaine d'Eguilles, à Vedène. C'était intense, éprouvant, surtout la fin de la visite, où l'on pouvait voir des objets, mettre des visages et des noms sur ce drame." Théo, 17 ans, en classe de première métiers de la sécurité au lycée professionnel de l'Estaque à Marseille, partage ses sensations "bizarres" à la fin de ce périple, son malaise face au "vide" des camps : "J'ai l'impression d'avoir compris des choses", résume-t-il pudiquement. Lui et ses camarades réaliseront un web-documentaire. Une façon de devenir les témoins de ce témoin qu'ils ont rencontré. Des graines, en tout cas, auront été plantées durant ces deux journées. Puissent- elles être fécondes.

Ginette Kolinka déportée à auschwitz le 13 avril 1944 : "Avignon, les Baumettes... et les camps"

 

20180215_1_6_1_1_0_obj16815432_1.jpg

"Comment penser quand vous avez tout le temps la mort en face", interroge celle qui est devenue ici l'amie de Simone Veil.

Longtemps, Ginette Kolinka - la mère de Richard Kolinka, batteur du groupe Téléphone - n'a rien dit. À personne. "J'avais juste l'impression d'avoir eu la chance d'être rentrée. Et que c'était déjà beaucoup. Certains ont repris leurs études. Moi, je suis devenue vendeuse de culottes et de chaussettes sur les marchés", confie-t-elle en souriant. Et puis, en 2000, elle a décidé de ne plus s'arrêter de raconter l'enfer d'Auschwitz. Depuis, elle est sur toutes les routes de France, de Saint-Malo à Toulouse. Dans les lycées, les médiathèques, elle parle de son histoire, sait bien qu'elle est l'un des derniers témoins de la tragédie. Six fois par an, elle accompagne des lycéens à Auschwitz-Birkenau, là où elle a été déportée. "Et puis ça me fait du bien, ça stimule", sourit-elle.

Née à Paris, quartier du Marais, dans une famille modeste de sept enfants, Ginette Kolinka échappe à la Gestapo en 1942 en réussissant à rejoindre la zone libre. Elle vit dans la région d'Avignon, travaille sur les marchés, mais elle est dénoncée et arrêtée avec son père et son frère le 13 mars 1944. "Vous avez ceux qui aident et vous avez ceux qui dénoncent", regrette-t-elle. Après 15 jours à la prison des Baumettes, à Marseille, elle rejoint Drancy. Puis Auschwitz, par le convoi nº 71, le 13 avril 1944. 1 500 personnes sont déportées ce jour-là. 1 265 sont gazées dès leur arrivée. Seuls 165 hommes et 91 femmes sont "sélectionnés" pour entrer dans le camp.

"Là, on passe très vite à l'état de bête. Mon cerveau était vide, je ne réfléchissais plus. Comment pouvez-vous d'ailleurs penser quand vous avez tout le temps la mort en face, questionne celle qui est devenue ici l'amie de Simone Veil, internée à la même époque. Je crois que j'ai laissé mes sentiments ici. Depuis, je ne sais plus ce que c'est de pleurer." Malgré tout le temps passé à raconter, Ginette Kolinka se pose toujours autant de questions. "Je n'arrive toujours pas à comprendre comment tout ça a pu exister, s'interroge-t-elle. Parfois, je me demande aussi si tout ce que je dis, tout ce que je raconte, va laisser des traces. Tous les jeunes que je rencontre semblent émus... Mais après ?"

 
La Provence

03:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Le Chant des Remplacés

Texte modifié légèrement pour correspondre à la menace du jour et réveiller les descendants de partisans aux cris de "ohé!" comme il se doit.

02:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Michel Déon interdit de sépulture parisienne – Le géant de la littérature et la virago socialiste, par Francis Bergeron

michel-deon-n-aura-pas-de-sepulture-paris-600x338.jpg

 

 
 
 
 

Le « journaliste » (sic) Claude Askolovitch avait vendu la mèche le 5 février, sur une chaîne de télévision : Michel Déon n’a pas sa place dans un cimetière parisien, car il a été le secrétaire de Charles Maurras qui, comme chacun sait, était un pilier de Je suis partout (sic).

La mairie de Paris, elle, ne se plaçait pas sur ce terrain. Elle invoquait des raisons légales, techniques : il est impossible d’inhumer à Paris une personne qui n’habitait plus à Paris, qui n’y payait plus ses impôts locaux, qui n’y votait pas, qui n’y était pas mort, et dont la famille n’y possédait pas de caveau.

L’excellent Mohammed Aïssaoui, critique au Figaro littéraire, et fin connaisseur de l’œuvre des « hussards », a enquêté sur ces soi-disant dispositions légales. Elles lui ont bien été confirmées par une dénommée Pénélope Komitès, élue socialo-zadiste de la capitale, et chargée de la gestion des cimetières parisiens. « La mairie de Paris n’a juridiquement pas le droit de transiger avec ces règles », lui précise-t-elle. Si la mairie cédait à cette indécente demande de la famille, ce serait alors un déferlement de personnes souhaitant absolument se faire enterrer dans la capitale, expliquait encore en substance, cette dame.

« Je suis fière qu’à Paris nous appliquions scrupuleusement ces principes fondateurs de notre République. »

Le problème est que tout ceci est un pur mensonge. Madame Komitès est en service commandé pour le compte de madame Hidalgo. Mais ayant trop vite lu le texte sur lequel elle appuie sa démonstration, elle en sort une règle inverse à la vérité. La vérité c’est que les personnes habitant Paris, décédées à Paris, ont certes le droit d’être enterrées dans la capitale. Mais nulle part il n’est indiqué qu’il serait interdit aux autres d’y être inhumées.

Punir un homme et sa famille

A meilleure preuve, il y a une dizaine d’années, très exactement en 2004, l’écrivain américano-polonaise Susan Sontag, engagée à l’extrême gauche et dans les mouvements homosexuels, avait été enterrée au cimetière du Montparnasse, alors même qu’elle avait vécu aux Etats-Unis et qu’elle y était décédée. Delanoë, le maire socialiste de l’époque, s’était réjoui d’accueillir les restes de cette femme très engagée pour les mêmes causes que lui. A l’époque, madame Hidalgo, qui siégeait déjà avec M. Delanoë, n’y avait rien trouvé à redire.

Nous sommes donc bien là devant une décision purement politique, absurdement politique, consistant à punir un homme et sa famille, pour avoir eu des complaisances intellectuelles à l’égard de l’Action française, il y a 75 ans, complaisances pour lesquelles Michel Déon n’a bien évidemment jamais été jugé ni condamné, ni même admonesté.

Madame Hidalgo, dont cette Komitès n’est à l’évidence que le porte-parole, entend effacer au plus vite le souvenir du dernier des « hussards », du dernier de ces écrivains d’après-guerre qui brisèrent le monopole communiste sur le monde intellectuel. Par cette action brouillonne et sectaire, elle favorise au contraire la mobilisation de ceux que répugne l’outrage aux morts.

Nul doute que dès qu’elle aura été chassée de la mairie, l’équipe municipale qui lui succédera, quelle qu’elle soit, aura à cœur de réparer cette ignominie, et de donner aux Parisiens un lieu leur permettant de communier dans le souvenir de ce magistral écrivain de l’après-guerre qu’était Michel Déon.

Francis Bergeron

Article repris du quotidien Présent

01:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Mort de Maëlys : la petite robe blanche et le squelette retrouvés, les recherches sont terminées

 

Des gendarmes bloquent l'accès à une forêt où les restes de la petite Maëlys, 9 ans, ont été retrouvés le 15 février 2018 à Attignat-Oncin, dans le centre-est de la France 
 

La quasi totalité du squelette de Maëlys a été retrouvé ce jeudi. Les fouilles ont aussi permis de découvrir ses vêtements et une chaussure. Ces fouilles ont été menées sur la commune d'Attignat-Oncin en Savoie dans des conditions difficiles entre la pluie et la topographie du secteur et sont à présent terminées. Hier le crâne et un os du corps de Maëlys avaient été découverts d'après les indications du meurtrier présumé Nordahl Lelandais.

 

Ces ossements humains vont maintenant permettre aux médecins légistes et aux experts anthropologues de tenter d'établir les circonstances de la mort de la petite fille.

Si Nordahl Lelandais a affirmé avoir tué "involontairement" la fillette, il n'a pas encore expliqué aux juges comment Maëlys est morte.

01:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Mamie Rock la grand-mère à la tête du business Hallyday

http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/mamie-rock-la-gran...

Surnommée ainsi par Johnny et ses fans mamie rock s’appelle Elyette Boudou , a 79 ans et est la grand-mère paternelle de Laeticia Hallyday. À partir de 2012, elle devient l’unique gérante du business Hallyday. Elle gère au moins 5 sociétés avec un scénario à chaque fois similaire. Les gérants sont mis à la porte et remplacé par cette grand-mère n’ayant aucune expérience

01:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

15/02/2018

JT TVL 15 FEVRIER 2018

20:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

« Maëlys va te hanter jours et nuits dans ta prison» : le bouleversant message de sa maman

7559967_f4e19268-11dd-11e8-b758-04ad5c0189f0-1_1000x625.jpg

 

>Faits divers|Le Parisien|15 février 2018, 0h36|0

Maëlys De Araujo, 9 ans, a disparu, le 27 août lors d'une fête de mariage à Pont-de-Beauvoisin, dans l'Isère. (Capture d’écran). FACEBOOK/ JENNIFER CLEYET MARREL
 
 

La mère de l'enfant, qui avait lancé un appel à Lelandais pour qu'il s'exprime, a toutefois regretté qu'il ait fallu «attendre cinq mois et demi pour que ce monstre parle enfin».

La maman de Maëlys de Araujo s’est exprimée très tard mercredi soir sur Facebook, au terme d’une journée décisive dans l’enquête concernant la disparition de sa fille. Des restes du corps de l’enfant de 9 ans ont été retrouvés après le passage aux aveux de Nordahl Lelandais.

«Mon petit ange je n'ai pas pu te protéger de ce prédateur et cette culpabilité me poursuivra encore très longtemps», a écrit Jennifer Cleyet Marrel. Très discrète, elle ne s’était prononcé qu’une seule fois - lors d’une conférence de presse - depuis la disparition de son enfant fin août, se limitant à la publication de lettres et de portraits de Maëlys sur le réseau social.

LIRE AUSSI >Pourquoi Nordahl Lelandais a fini par parler aux enquêteurs

«Maelys avait la vie devant elle tu nous l'as arrachée»

Après six mois de silence, Nordahl Lelandais a avoué ce mercredi avoir tué l’enfant et a fourni aux enquêteurs les indications qui ont permis de retrouver des restes de la fillette à l'issue de difficiles recherches dans la montagne enneigée.

 

«Il aura fallu attendre 5 mois et demi pour que ce monstre parle enfin. Toi l'assassin de ma fille : Maëlys va te hanter nuits et jours dans ta prison jusqu'à ce que tu crèves et que tu ailles en enfer», a-t-elle lancé au mis en cause. «Maelys avait la vie devant elle tu nous l'as arrachée, on ne l'a verra plus jamais à cause de toi, je ne pourrai plus la serrer dans mes bras et lui dire à quel point je l'aime», a-t-elle poursuivi.

  

 

Les fouilles reprennent jeudi matin

L’avocat des parents, Me Rajon, n'a pas souhaité s'exprimer. «Avec mes clients, parents de la jeune Maëlys, nous gardons le silence par respect et dignité après cette terrible nouvelle», a-t-il écrit.

Pour rappel, l'ex-militaire de 34 ans a affirmé aux enquêteurs que le décès de l'enfant était «involontaire» mais a refusé dans l'immédiat de s'exprimer sur les circonstances de sa mort.

LIRE AUSSI >Nordahl Lelandais, l’homme qui avait réponse à tout

«Naturellement, l'instruction va se poursuivre, a relevé le procureur de la République de Grenoble Jean-Yves Coquillat. Nordahl Lelandais «sera réentendu prochainement sur les faits et sur la manière dont la mort a été donnée puisque nous n'avons pas la réponse pour l'instant».

Suspendues peu avant 20h, les recherches pour retrouver le reste de la dépouille reprendront jeudi matin et un dispositif a été mis en place pour protéger la zone, selon une source proche de l'enquête.

NdB: Que la gentille Maëlys repose en paradis auprès des anges

 

01:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

VIDEO - Eric Zemmour : « Le contrôle continu au bac est un scandale, un 16 à Grigny vaut 2 à Henri IV »

http://www.fdesouche.com/955273-eric-zemmour-controle-con...

01:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Växjö (Suède) : les musulmans veulent être autorisés à émettre des appels à la prière lancés par haut-parleur

Capture_d_e_cran_2018_02_14_a_18_14_51.jpg

 

18h24

Des musulmans en Suède ont demandé la permission de faire un appel à la prière, affirmant que cela renforcerait l’estime de soi de la communauté musulmane et aiderait son intégration.

 

La Växjö Muslim Foundation a soumis une demande à la police pour demander l’autorisation d’envoyer un appel islamique de prière de trois minutes chaque vendredi à partir d’un haut-parleur fixé sur le devant d’une mosquée dans le district d’Araby.

   

« Nous voulons juste que la Suède permette aux musulmans de Växjö de se sentir encore plus chez eux. La communauté islamique devrait être fière de sa culture et ne pas se sentir obligée de se cacher », a déclaré l’imam Ismail Abu Helal.

L’imam a confié à Smålandsposten que l’appel à la prière pourrait avoir un effet positif sur la ville et aider les musulmans à mieux s’intégrer dans la région d’Araby, où déjà en 2008, 58% des habitants avait des origines étrangères.

« Je pense que [permettre l’appel à la prière] est bon pour l’intégration, et il fournira la confirmation de la liberté religieuse », a déclaré Abu Helal. « Les musulmans ne sont pas des visiteurs à Växjö, nous vivons ici. »

Expressen

00:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Relaxe de Jawad Bendaoud qui avait logé des jihadistes du 13 Novembre (MàJ : le parquet fait appel)

955297.jpg

 

19h23
 

Une relaxe, deux condamnations: les réactions ont fusé, tant au Palais de justice que sur les réseaux sociaux. «Je ne m’y attendais pas», a ainsi déclaré au Figaro le père d’une des victimes du Bataclan, sous le choc de la relaxe de Jawad Bendaoud. «Je n’ai jamais vu ça, c’est un scandale. Jawad a embobiné tout le monde. Je suis révolté, j’ai envie de faire justice moi-même.»

«La justice a été bien trop clémente», regrette également Patricia Correia, mère d’une victime du Bataclan. «Je ne suis pas étonnée mais écœurée. La justice d’aujourd’hui n’est pas conforme à la réalité du monde dans lequel on vit, avec ces attaques terroristes» ajoute-t-elle. Avant de déclarer sur la remise en liberté de Jawad Bendaoud: «Savoir que ce type va être dehors, ça me fait peur.»


Le parquet a annoncé mercredi qu’il faisait appel de la relaxe de Jawad Bendaoud et des condamnations contre les deux autres prévenus prononcées par le tribunal correctionnel de Paris.

« Ne partageant pas l’analyse du tribunal, le parquet a interjeté appel de la décision prononcée ce jour par la 16ème chambre » du tribunal, a-t-il annoncé. L’appel n’étant pas suspensif, il ne remet pas en cause la sortie de prison de Jawad Bendaoud, qui aura lieu « ce soir », selon une source judiciaire.

Le Figaro


(…) Comme pressenti par certains avocats présents dans la salle, la présidente clarifie très vite la décision de la cour :

« Il n’est pas prouvé que Jawad Bendaoud a fourni un hébergement à des terroristes (…) afin de les soustraire aux recherches. (…) L’ensemble des charges ne permet pas de prouver votre culpabilité. »
La cour rappelle aussi que le prévenu est resté « constant dans ses déclarations contrairement à Mohamed Soumah ». Isabelle Prévost-Desprez souligne que « rien » dans les écoutes mises en place ne permet d’affirmer que Jawad Bendaoud avait été mis au courant de l’identité de ses deux « locataires » – Abdelhamid Abaaoud et Chakib Akrouh – par Hasna Aït Boulahcen ou son ancien « partenaire en affaires », qui lui avait présenté la jeune femme.

Relaxe. Jawad Bendaoud s’assoit quelques instants, avant de tapoter sur l’épaule d’un des gendarmes qui l’entourent, comme s’il n’y croyait pas. Le prévenu passe la tête par-dessus la vitre du box pour embrasser les mains et les têtes de ses avocats. A l’autre bout de la salle, une voix l’interpelle. C’est celle de Bley Bilal Mokono, l’une des victimes des kamikazes du Stade de France. Les deux hommes s’étaient parlé directement la semaine dernière, lors du témoignage de cet ancien garde du corps, devenu paraplégique depuis les explosions.

 
 
 
 

« – Jawad, tu te tiens à carreau ! – T’inquiète Bilal, c’est fini maintenant ! »
Jawad Bendaoud quitte la salle à la manière d’un acteur, comme tout au long de son procès. Le poing levé, celui que toute la France, éberluée, avait découvert – le matin du 18 novembre 2015 sur BFMTV – fait de grands gestes et envoie des baisers en direction de ses avocats : « Je vous aime ! »
L’Obs


Jawad Bendaoud a été relaxé par le tribunal correctionnel de Paris, mercredi 14 février. Il était jugé pour « recel de malfaiteurs », après avoir mis à disposition un appartement à deux auteurs des attentats du 13-Novembre. Jawad Bendaoud avait clamé son innocence tout au long du procès.

 

La demande au Parquet général d'interjeter appel de la relaxe de . Pour elle, "Ce verdict de relaxe renvoie dehors un délinquant multirécidiviste dont les pitreries ne doivent pas masquer la réelle dangerosité" (Communiqué)

 

 

Jawad Bendaoud, parfois surnommé « le logeur de Daech », est un délinquant multirécidiviste de 31 ans. Il avait mis à disposition d’Abdelhamid Abaaoud, l’un des cerveaux présumés des attentats, et de son complice, Chakib Akrouh, un squat où ils s’étaient repliés à Saint-Denis. Jawad Bendaoud s’était retrouvé sous le feu des projecteurs, le 15 novembre 2015, lorsqu’il avait expliqué face aux caméras avoir « rendu service » sans savoir que « c’étaient des terroristes », alors qu’un assaut anti-terroriste était en cours dans l’immeuble de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

Le tribunal correctionnel de Paris a en revanche condamné Youssef Aït Boulahcen, le cousin d’Abdelhamid Abaaoud et le frère d’Hasna Aït Boulahcen, à quatre ans d’emprisonnement, dont un avec sursis. Il était poursuivi pour non dénonciation de crime terroriste. Mohamed Soumah, jugé comme Jawad Bendaoud pour « recel de malfaiteurs terroristes », a écopé de cinq ans de prison avec maintien en détention.

France TV Info

00:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

14/02/2018

JT TVL 14 FEVRIER 2018

23:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Document : Les JO d'hiver en 1936

https://www.delitdimages.org/1936-jo-de-garmish-partenkic...

En août 1936, l’Allemagne nazie organisait les Jeux olympiques de Berlin. Un événement majeur au cours duquel Hitler cherche à promouvoir l’idéologie nazie face au monde entier. Mais six mois plus tôt, un épisode moins connu l’avait précédé : les Jeux olympiques d’hiver, à Garmisch-Partenkirchen, une station de ski située en Bavière. Ces Jeux olympiques ont permis aux Allemands de tester leurs capacités à organiser un événement international de grande ampleur et à mettre en place leur propagande. L’historien américain David Large revient sur cet épisode méconnue de l’histoire des Jeux. (vidéo du Monde)

NdB: Il est bon d'ouvrir les portes de l'histoire

04:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

La ministre israélienne de la Justice : « La barrière frontalière nous a protégés d’une conquête rampante de l’Afrique. Israël doit rester majoritairement juif, même au détriment des droits de l’homme »

Capture_d_e_cran_2018_02_13_a_20_32_10.jpg

 

21h11

La population d’Israël doit rester majoritairement juive même au détriment des droits de l’homme.

 

Le ministre Ayelet Shaked a abordé la proposition de loi de l’État-nation, affirmant qu’Israël, en tant qu’État juif, doit administrer des droits civils égaux mais non nationaux.

  
 

Le ministre de la Justice, Ayelet Shaked, a déclaré, lundi, que si la barrière de sécurité n’avait pas été érigée il y a quelques années à la frontière égyptienne, « nous verrions ici une sorte de conquête rampante de l’Afrique ».

La barrière a empêché de nombreux demandeurs d’asile venant d’Erythrée ou du Soudan d’entrer dans le pays.

Haaretz

 

03:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Les Jeux Olympiques d'hiver des tout-petits!

De futurs champions! 

02:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

L'héritage empoisonné de Johnny Hallyday

XVMd03a1520-10de-11e8-8c8d-d16d3f1b496d.jpg

ENQUÊTE - Déshérités, Laura Smet et David Hallyday contestent le testament de leur père. Ils s'opposent à leur belle-mère qui gérait l'empire. La bataille s'annonce longue et compliquée.

Laura Smet et David Hallyday n'ont rien à perdre. Lundi 12 février, leurs avocats ont déclenché une «blitzkrieg» médiatique. Objectif: prendre à témoin l'opinion publique de l'injustice du testament de Johnny Hallyday, qui déshérite ses deux aînés au profit de sa veuve Laeticia et de leurs filles Jade et Joy, 13 et 9 ans. Une lettre de Laura Smet à son père rendue publique complète le dossier fourni aux journalistes. Il faut la lire comme un kremlinologue. «Ce testament que tu aurais écrit», dit-elle. «Cet usage du conditionnel est essentiel, analyse Stéphane Loisy, avocat spécialiste de l'industrie musicale. Elle semble remettre en cause la légitimité même de ce testament et sous-entendre également que son père n'aurait pas été dans son état de pleine et entière lucidité au moment où il l'a signé.» Pour May Sarah Vogelhut, avocate spécialisée en droit privé international, «les conseils de David et Laura pourraient être tentés de soulever l'abus de faiblesse».

Le Figaro

 

01:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

JOURNAL TVL 13/02/18

01:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les aléas de la vie

La vie peut changer très vite !
Ce matin j'étais assis sur un banc à côté d'un clochard ...
Il me dit :
« La semaine passée, j'avais encore tout !, un cuisinier faisait mes repas, ma chambre était nettoyée, mes vêtements étaient tous lavés, pressés, j'avais un toit au-dessus de ma tête, la TV-HD, Internet, j'allais à la salle de sport, à la piscine, à la bibliothèque, je pouvais faire encore des études… »
Je lui demande :
« Que s'est-il passé ?  Drogue ?  Alcool ?  Femmes ?  Jeux ? »
Il me répond :
« Non, non... Je suis sorti de prison. »
 
Merci à Dirk

00:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

UN MINISTRE BELGE SOUHAITE PROMOUVOIR L’ENSEIGNEMENT DE L’ARABE

592bd6c1cd702b5fbed9ff1c.jpg

André Flahaut

 

 

Il est loin, le temps où Albert Camus disait joliment que la langue française était sa patrie.

Conseiller politique
 
Son blog
 
 

André Flahaut est, dans le monde politique belge, un dinosaure. Il fut tour à tour, sous l’étendard socialiste, ministre fédéral de la Fonction publique puis de la Défense, président de la Chambre des représentants et, aujourd’hui, ministre communautaire du Budget.

Au nom du vivre ensemble, André Flahaut souhaite désormais que soit « promu l’enseignement de la langue arabe » dans l’enseignement en Belgique francophone.

Celui-ci souffre pourtant déjà de nombreuses lacunes dans l’apprentissage des savoirs de base : le niveau de connaissance du français, et du néerlandais, la maîtrise du calcul, l’apprentissage d’une culture commune ne cessent de décliner.

Les tests PISA, plaçant les élèves belges francophones en dessous de la moyenne, et nettement en deçà des performances des têtes blondes flamandes, sont autant de piqûres de rappel de la décrépitude de l’enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles.

L’urgence est, donc, forcément ailleurs que dans l’apprentissage d’une langue qui ne fait pas partie des parlers officiels en Belgique.
 Mais, se justifie André Flahaut, il importe de « sortir l’apprentissage de l’arabe » des mosquées car lui, laïcard proclamé, n’a « pas dû apprendre le français à l’église ». De surcroît, prétend-il, la connaissance de l’arabe – cinquième langue au niveau de l’ONU, rappelle-t-il – serait un plus sur le marché de l’emploi, principalement dans certains quartiers de Bruxelles.

Lentement, mais sûrement, l’apartheid (dans le sens étymologique de « développement séparé ») s’installe dans nos pays, non plus imposé par une caste dominante et raciste – comme ce fut le cas en Afrique du Sud – mais par une minorité agissante et ses soutiens, principalement dans les mondes politique et médiatique.

Dans les écoles belges, l’arabe existe déjà comme option. Le souhait d’André Flahaut est donc de valoriser celle-ci. « Lorsque l’on veut vivre ensemble, il faut apprendre la culture, et la langue est un passage pour apprendre la culture », glisse-t-il dans une interview accordée à La Libre Belgique. Il suffisait d’y penser : après-demain, les petits Belges seront sans doute aussi contraints de suivre le cours.

Il est loin, le temps où Albert Camus disait joliment que la langue française était sa patrie. La patrie d’André Flahaut n’est définitivement pas la même que celle de l’auteur de La peste.

(merci à Dirk)

00:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

13/02/2018

Par sectarisme, la Mairie de Paris refuse toujours une sépulture à Michel Déon

michel-deon-portrait-600x338.jpg

 

 
 
 
 

13/02/2018 – FRANCE (NOVOpress)
Selon ses vœux, les restes de Michel Déon ont été rapatriés d’Irlande à Paris où il souhaitait être inhumé. Sa famille et l’Académie Française ont fait une demande de sépulture à Paris qui a été refusée par la Mairie.

Cette dernière a déclaré qu’elle n’avait « juridiquement pas le droit de transiger avec les règles fixées par le Code général des collectivités territoriales», au risque d’une «rupture d’égalité».

Bruno Julliard, premier adjoint d’Anne Hidalgo chargé de la Culture, avait, dans un premier temps, dit qu’il demanderait « qu’on fasse une exception » pour l’écrivain. Mais la Mairie a rétorqué hier soir que ces propos avait été sur interprétés et que la position de la ville serai maintenue.

Michel Déon, Parisien de renom, auteur des Poneys sauvages et membre de l’Académie Française ne sera donc pas inhumé auprès de sa famille, par refus de la Mairie.

21:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

La succession de Johnny Hallyday est contestée par ses enfants, David et Laura Smet

Un patrimoine estimé à 100 millions d’euros et… des dettes

Il est difficile d’estimer précisément le patrimoine que laisse l’artiste.

Néanmoins, ses quatre propriétés (sur l'île de Saint-Barthélémy, à Gstaad en Suisse, aux Etats-Unis à Los Angeles et à Marne-la-Coquette en région parisienne) sont évaluées à plus ou moins 50 millions d’euros.

En outre, les redevances perçues par Johnny pour les mille chansons qu’il interprétait et les droits qu’il possédait sur une centaine de ses titres permettent d’estimer son patrimoine (immobilier inclus) aux environs de 100 millions d’euros.

Il ne faut toutefois pas oublier que le chanteur avait contracté plusieurs emprunts auprès de sa maison de disques Universal et qu’il était empêtré depuis des années dans des procédures judiciaires intentées par le fisc, des procédures toujours en cours.


Que dit le droit californien ?

 

Le droit français, en matière d'héritage, indique que les héritiers sont en premier les enfants et leurs descendants en précisant bien "qu'aucune distinction ne doit être faite entre les enfants, que leurs parents soient mariés ou non). La loi définie par l'article 912 du Code civil précise par ailleurs que "le veuf/ve hérite dans tous les cas mais sa part sur la succession du défunt dépend de plusieurs facteurs : présence d'autres héritiers au jour du décès, en particulier si le défunt avait des enfants ou pas, régime matrimonial des époux et existence d'un testament ou d'une donation entre époux. 

La loi californienne - Johnny Hallyday était résident américain depuis 2013 - est moins protectrice que le droit français puisqu'elle est moins favorable aux héritiers directs. Elle ne prévoit pas la notion de réserve héréditaire, ce qui donne la possibilité de déshériter ses enfants. Aux Etats-Unis on peut même léguer toute sa fortune à une personne qui n'a aucun lien familial avec vous.

03:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)