Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

GAELLE MANN - Page 4

  • Marine Le Pen présente ses voeux aux Français pour 2019

    MEILLEURS VOEUX  POUR VOUS AUSSI, CHERE MARINE, ET VICTOIRE POUR VOTRE COMBAT!

  • La gale réapparaît en Allemagne : le nombre de personnes touchées par cette maladie est en constante progression depuis quelques années

     

    20h11

    Ça gratte tellement que vous pouvez vous arracher la peau : La gale peut frapper n’importe qui. Cette maladie de la peau a été pratiquement éradiquée en Allemagne. Mais aujourd’hui, elle est de nouveau en progression, y compris à Berlin. Cela se traduit par une augmentation de prescriptions de médicaments contre la gale par les médecins.

    Une analyse des données de l’assurance maladie pour le compte de la société de radiodiffusion Berlin-Brandebourg a montré que le nombre d’ordonnances à Berlin est passé de 7846 en 2016 à 10.024 l’année dernière. Une augmentation est également prévue pour 2018.

    (…) Mais personne n’a encore une idée précise du nombre de personnes touchées en Allemagne. En effet, il n’existe pas encore d’obligation de déclaration. Seules les installations où la maladie peut se propager rapidement sont tenues de signaler les éclosions aux autorités sanitaires – comme les garderies, les écoles, les cliniques, les centres pour migrants ou les prisons.

    (…) Berliner-Zeitung.de

  • À 9 ans, Arthur vend ses peintures au profit des sans-abris

     

    >Société|Jeanne Magnien|30 décembre 2018, 11h21|2
    Arthur Soufflet, 9 ans, pose devant les toiles qu'il a peintes, exposées dans une librairie de Douai. LP/Jeanne Magnien
     
     

    Depuis l’âge de cinq ans, Arthur Soufflet vend ses toiles et dessins au profit des plus pauvres. Désormais âgé de neuf ans, le petit garçon vient régulièrement en aide aux sans-abris.

    Fatigué, Arthur Soufflet l’est un peu, entre les fêtes et l’organisation de son expo, qui lui vaut une couverture médiatique inattendue. Mais le petit garçon trouve toujours un sourire pour ceux qui poussent la porte de la librairie de Douai (Nord) où sont accrochées ses toiles, et l’énergie de les guider au travers de son exposition. Sur le présentoir, une trentaine de tableaux, proposés à prix libre, attendent de trouver preneur. Et si le petit peintre de Cambrai est dûment félicité pour son œuvre, c’est surtout sa démarche qui lui attire toutes les sympathies. Depuis plus de quatre ans, Arthur vend ses toiles au bénéfice des plus démunis. Le garçonnet, qui aura dix ans dans quelques semaines, est devenu une association caritative à lui tout seul, mû par son seul désir d’être utile.

    « Depuis que je suis petit, ça me rend triste de savoir qu’il y a des gens dans la rue, qui n’ont pas de maison. J’ai réfléchi à une solution pour les aider, et c’est là que j’ai pensé à vendre mes toiles », résume simplement Arthur, qui peut passer des heures derrière son chevalet. « J’ai un coin dans ma chambre où je m’installe, et je peins comme ça vient, ça peut être des toiles abstraites, ou des paysages, ou je m’inspire de choses que j’ai vues dans des livres », poursuit le jeune artiste, qui a déjà vendu une centaine de tableaux et dessins, autour de 20 € en moyenne. L’ensemble de sa production est dispersé sans regrets, sauf certaines œuvres, qu’Arthur réserve à sa mère. L’argent récolté lui permet d’acheter nourriture et produits de première nécessité, qu’il donne à des associations ou va directement distribuer aux sans-abri lors de maraudes organisées en famille dans les rues de Cambrai, où il habite.

     

    « Parfois, je le trouve debout au milieu de la nuit ! »

    « Il n’y a pas de rythme défini, on y va vraiment quand il en a envie, et on suit, même si parfois on aimerait bien rester tranquillement à la maison », s’amuse Peggy Poupart, la maman d’Arthur, qui copilote toute l’affaire avec vigilance. « En général, sa petite sœur de huit ans vient avec nous, comme le petit dernier, qui a trois ans. On est bien connus à Cambrai ! Je suis très fière de sa sensibilité aux autres, et de son ouverture. Mais nous restons attentifs à ce que cela reste un plaisir pour lui, et il sait qu’il est libre d’arrêter à tout moment. Jamais nous ne l’avons poussé, c’est vraiment son aventure, son histoire. C’est vers trois ans qu’il a commencé à dessiner tout le temps, et puis lors de vacances, il a vu des tableaux dans une galerie. Il a fallu lui trouver des toiles et des pinceaux sur-le-champ, et il n’a jamais arrêté de peindre. Au point que parfois, je dois lui confisquer son matériel parce que je le trouve debout au milieu de la nuit ! Quand il avait quatre ans, il a compris que des gens vivaient dehors, et un jour, il nous a dit qu’il voulait vendre ses toiles pour aider les plus pauvres. Nous avons fait en sorte que ce soit possible. »

    Nul ne sait combien de temps durera « l’aventure d’Arthur », comme l’ont baptisée ses parents. Mais elle aura sans aucun doute marqué profondément le petit garçon, qui rêve d’être un jour architecte… pour construire des maisons aux sans-abri.

    Le Parisien 

     

  • « Journalistes collabos ! » : les Gilets Jaunes protestent devant les locaux de BFMTV et France Télévisions (MàJ)

     

    15h20
    Jérémie Pham-Lê
     
    @jpham_le
     
     

    Incendie devant Le Parisien et Les Échos : contactés, ni la PP ni les sapeurs-pompiers ne sont en mesure de se prononcer sur l’origine (accidentelle ou volontaire) du départ de feu

     
    106 personnes parlent à ce sujet
     
     

     

    Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter
    La Plume Libre@LPLdirect
     
     

    <img class="Emoji Emoji--forText" title="Drapeau de la France" draggable="false" src="https://abs.twimg.com/emoji/v2/72x72/1f1eb-1f1f7.png" alt="

  • Le chou-fleur, un légume à la peine

     

    Sur les étals, les choux-fleurs sont proposés à des prix particulièrement attractifs, car le cours de ce légume est au plus bas.

     
     
     
     
     
     
    FRANCE 2

    Il est la star des marchés bretons, présent sur les étals tout au long de l'année. Il est le légume symbole de la Bretagne, c'est le chou-fleur. Sur un marché de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), le chou-fleur est entre 1 et 2,20 € la pièce, mais, pourtant, le prix se joue ailleurs. Au marché au cadran du pays de Saint-Malo, près de 800 000 choux-fleurs sont vendus en une matinée par un simple mouvement de doigt sur un ordinateur. Ce matin-là, la cote est de 1,67 le carton soit 28 centimes d'euros le chou-fleur. C'est deux fois moins que son prix de revient. "Il cumule trois années déficitaires en trésorerie", détaille Clarisse Galet, directrice de la coopérative Terres de Saint-Malo.

    Un légume pauvre en calorie

    Le chou-fleur français est concurrencé par l'Espagne et l'Italie où la main-d'œuvre est moins chère. En France, c'est la Bretagne qui assure 80% de la production nationale. Grâce au climat, il est récolté toute l'année. Pour Pierrick Gauvin, producteur, les prix actuels sont au plus bas, mais la crise est passagère. La moitié de ces choux-fleurs bretons est destinée à l'exportation, mais la consommation en France est en baisse. Pourtant, il est pauvre en calorie, mais riche en fibres et en vitamine C. La Bretagne compte 2 500 producteurs de choux-fleurs, la filière mise sur un changement des modes de consommation et le retour des légumes.

  • Alexandre Benalla voyage avec un passeport diplomatique

     

    15h02

    C’est un sésame très convoité qui pourrait causer le plus grand des torts à la présidence de la République ; il confirme aussi que le dossier Benalla est bel et bien une affaire d’État. Alors que l’Élysée a assuré ces derniers jours qu’il n’était pas « un émissaire officiel ou officieux » de la République, Alexandre Benalla, l’ancien adjoint au chef de cabinet d’Emmanuel Macron mis en cause par la justice pour « violences volontaires » et dont les fréquentations à l’étranger suscitent de nombreuses interrogations, voyage depuis plusieurs mois avec un passeport diplomatique, selon des informations obtenues par Mediapart.

     
  • Donald Trump " l'Irak d'aujourd'hui est un camp d'entraînement pour terroristes " Vidéo TV Libertés

    Donald   : "L'Irak d'aujourd'hui est un camp d'entraînement pour les terroristes. [...] Tout le Moyen-Orient a été en sang sous H.Clinton et sous B.Obama. On dépense des millions pour soutenir des rebelles dont on ne sait pas qui ils sont."

    (Vidéo sous-titrée )

    Cliquez sur le lien pour voir la vidéo :


    Donald Trump .mp4

  • Viktor Orbán : « En Hongrie, nous ne voulons pas d’une population métissée. C’est pourquoi nous nous opposons à l’immigration »

     

    J-1

    « La Hongrie a été perdante au XXe siècle, mais elle est déterminée à être gagnante au XXIe siècle », a déclaré le Premier ministre hongrois Viktor Orban dans une interview de Noël publiée dans le quotidien Magyar Idokon lundi.

    Commentant la situation en Europe, il a déclaré que les grands pays d’Europe occidentale « expérimentent » le développement de sociétés métissées et que ces pays pensent que « l’Europe chrétienne devrait être transformée en une Europe musulmane ». L’Europe centrale, cependant, a décidé de ne pas commencer cette expérience parce que les risques qu’elle comporte sont extrêmement élevés, a-t-il ajouté.

    « Nous ne voulons pas que nos pays soient habités par une population métissée, c’est pourquoi nous protégeons nos frontières et nous nous opposons aux migrations. Tout le monde peut voir que certains à l’Ouest ne respectent pas notre décision… Ils utilisent l’opposition hongroise comme un outil. George Soros et ses réseaux ne tolèrent pas que l’Europe centrale soit exclue de leur grande expérience de transformation des sociétés… Les élections au Parlement européen marqueront une étape importante dans cette lutte car elles impliqueront un rapport de force entre les forces politiques qui protègent l’Europe chrétienne et celles qui soutiennent l’immigration. La Hongrie se bat non seulement pour elle-même mais aussi pour l’Europe chrétienne ».

    (…) The Hungary Journal

    Vive la Hongrie, Vive Viktor Orban! Meilleurs Voeux pour 2019 !

  • Benalla au Tchad: une affaire d'Etat ?

  • L’Autriche veut refuser automatiquement l’asile à tous les migrants arrivant en Europe avec l’aide de passeurs

     

    22h06

    Autriche – Tous les migrants qui arrivent en Europe avec l’aide de trafiquants d’êtres humains se verront automatiquement refuser l’asile en Autriche, selon de nouvelles directives révélées par ministre de l’Intérieur.

    Le ministre autrichien de l’Intérieur, Herbert Kickl, membre du Parti de la liberté (FPO), a déclaré que ses plans visaient à punir les migrants utilisant des passeurs en rendant une décision automatiquement négative à une demande d’asile.

    M. Kickl a déclaré aux médias qu’il espérait que les lois autrichiennes soient modifiées pour que cette disposition politique rentre en vigueur, estimant que la position de l’Autriche en matière d’immigration « doit aller dans cette direction ».

    Le ministre autrichien a déclaré qu’il était injuste qu’une personne qui pouvait se permettre les services de trafiquants d’êtres humains ait plus de chances d’obtenir l’asile que d’autres qui ne le pouvaient pas.

    Le chancelier autrichien Sebastian Kurz, chef du Parti populaire autrichien (OVP), a récemment fait allusion à une idée similaire.

    Kurz a déclaré : « Ce ne sont pas les plus pauvres qui fuient, mais ceux qui peuvent s’offrir des trafiquants d’êtres humains. »

    Selon le Chancelier, c’est un problème majeur que les Africains et d’autres aient eu l’impression que « les gens pouvaient atteindre l’Europe », affirmant que c’est cette croyance qui conduit aux noyades en Méditerranée et à la souffrance dans les camps libyens, où les migrants ont été « asservis et torturés », a-t-il dit.

    (…)

    Daily Mail / Krone.at

     

    Très bien!

  • JT TVL 27 décembre 2018

  • Charia : ce que révèle la décision de la CEDH

     

    Charia : ce que révèle la décision de la CEDH

    FIGAROVOX/ANALYSE - Grégor Puppinck analyse pour FigaroVox un arrêt de la CEDH rendu le 19 décembre dernier. Celui-ci pourrait, selon le juriste, ouvrir la porte à une application de la charia en marge du droit commun.

     

    Grégor Puppinck est docteur en droit et directeur du Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ). Il est membre du panel d'experts de l'OSCE sur la liberté de conscience et de religion. Il a récemment publié Les droits de l'homme dénaturé (éd. du Cerf, novembre 2018).


    La charia a-t-elle sa place en Europe? Si oui, à quelles conditions? Ce sont les questions que se posent actuellement les instances du Conseil de l'Europe.

    Jusqu'au 18 décembre, la Cour européenne des droits de l'homme estimait que la charia est, dans son principe même, incompatible avec les valeurs de la démocratie et des droits de l'homme. Tel n'est plus le cas aujourd'hui: la Cour accepte maintenant son application en Europe à certaines conditions, malheureusement imprécises.

    En 2003, la CEDH avait validé la dissolution d'un parti politique islamiste - pourtant vainqueur aux élections - au motif qu'il souhaitait instaurer la charia en Turquie. Les juges de Strasbourg avaient alors conclu, sans ambages, à «l'incompatibilité de la charia avec les principes fondamentaux de la démocratie» et avec les normes de la Convention européenne des droits de l'homme (arrêt Refah Partisi et autres c. Turquie du 13 février 2003).

    Or, dans un arrêt Molla Sali contre Grèce du 19 décembre 2018, la Cour a omis de réitérer cette condamnation de principe de la charia, et en a accepté l'application en marge du droit commun grec.

    Cela s'explique d'abord par le fait que l'application de la charia en Grèce n'est pas nouvelle. Héritage de l'Empire Ottoman, elle a continué à s'appliquer aux populations musulmanes passées sous juridiction grecque après la reconquête de la Thrace occidentale. Les Traités de Sèvres (1920) et de Lausanne (1923) réglant après la guerre le sort des «minorités» en Turquie et en Grèce prévoyaient que celles-ci puissent continuer à vivre selon leurs propres usages. Par suite, les juridictions grecques ont estimé que la charia devait s'appliquer obligatoirement à tous les membres de la communauté musulmane de Thrace, en matière de mariage, divorce et de succession.

    La Cour européenne a condamné cette application forcée de la charia… mais pas la charia en elle-même.

    C'est ce que conteste une femme devant la Cour européenne des droits de l'homme. Celle-ci, en effet, s'est vue privée de l'essentiel de l'héritage de son défunt époux du fait de l'application de la charia à sa succession, alors même que celui-ci avait choisi de lui léguer ses biens en application du droit commun. La justice grecque avait annulé ce testament, jugeant que le couple musulman avait l'obligation de régler la succession selon la charia, la faisant largement échoir aux sœurs du défunt. Il s'agissait donc, pour la Cour européenne, de juger si «la loi musulmane sacrée» peut être appliquée de force à des ressortissants grecs au motif, en particulier, de la «protection des minorités» et du respect des engagements internationaux de la Grèce.

    Sponsorisé par Guide Achat Figaro

    Découvrez les meilleurs modèles de photophones.

    Sans surprise, la Cour européenne a condamné cette application forcée de la charia… mais pas la charia en elle-même. La Grèce avait anticipé cette décision en rendant optionnel le recours à la charia et à la juridiction des mufti, par une loi du 15 janvier 2018.

    De façon plus intéressante, et passée inaperçue dans la presse, la Cour européenne a profité de cette affaire pour poser ses conditions à l'application de la charia en Europe.

    La Cour estime d'abord qu'un État n'est pas tenu, mais peut s'il le souhaite, «créer un cadre juridique déterminé pour accorder aux communautés religieuses un statut spécial impliquant des privilèges particuliers». En d'autres termes, un État européen peut accorder à sa communauté musulmane la liberté d'être régie par des normes de la charia, sans que cela soit, en soi, contraire à la Convention européenne des droits de l'homme. Deux conditions sont posées quant à un tel statut spécial: le respect de la volonté des intéressés et celui, elliptique, des «intérêts publics importants».

    S'agissant du respect de la volonté, la Cour pose comme «pierre angulaire» à son approche, le «droit de libre identification», c'est-à-dire le droit «de choisir de ne pas être traité comme une personne appartenant à une minorité», tant par les membres de la minorité en question que par l'État. La Cour ajoute que le respect par l'État de «l'identité minoritaire d'un groupe spécifique» ne doit pas porter préjudice au «droit des membres de ce groupe de choisir de ne pas appartenir à ce groupe» ou «de ne pas suivre les pratiques et les règles de celui-ci». En un mot, l'État doit respecter les minorités tout en évitant de contribuer à y enfermer leurs membres. Ainsi, lorsque l'État accepte l'application de la charia sur son territoire, celle-ci doit être optionnelle.

    La Cour a choisi une approche à la fois libérale et communautariste.

    S'agissant du point essentiel du contenu de la charia, la Cour ne porte pas de jugement. Ici encore, elle aborde la question sous l'angle du consentement individuel, estimant que tout individu peut valablement renoncer à certains droits pour des motifs religieux (c'est-à-dire se soumettre à la charia), sauf si «un intérêt public important» s'y oppose.

    La Cour a donc choisi une approche à la fois libérale et communautariste, susceptible d'accommoder la coexistence de communautés diverses, dotées de privilèges juridiques au sein d'un même État. Cela fait écho à l'obligation, formulée il y a peu dans l'affaire autrichienne de blasphème, «d'assurer la coexistence pacifique de toutes les religions et de ceux n'appartenant à aucune religion, en garantissant la tolérance mutuelle». Cette approche pose de sérieuses difficultés dans sa mise en œuvre.

    Tout d'abord, elle repose sur le postulat du consentement. La Cour suppose que «le choix en question est parfaitement libre, pourvu qu'il soit éclairé». Or, comme l'a parfaitement démontré Muriel Fabre-Magnan, dans son récent essai L'institution de la liberté, le consentement ne suffit pas à garantir la liberté. Ainsi par exemple, ce n'est pas parce qu'une jeune femme musulmane consent à épouser un homme choisi par ses parents que son choix est libre. Plus encore, quand on sait à quel point l'islam peut constituer une société fermée, il y a lieu de s'interroger sur la véritable liberté d'en sortir, d'autant plus que la charia punit de mort l'apostasie. Il y a une grande hypocrisie à estimer que le consentement suffise à garantir la liberté, peut-être aussi une certaine lâcheté.

    » LIRE AUSSI - Muriel Fabre-Magnan: «Le consentement, ce n'est pas la liberté!»

    Cet arrêt place ensuite les autorités publiques dans la situation défensive de devoir se justifier de refuser aux musulmans revendicatifs la «jouissance» de telle ou telle norme de la charia, dès lors qu'elles en acceptent d'autres. De fait, c'est non seulement la Grèce et le Royaume-Uni qui acceptent déjà la charia en certaines matières, mais aussi tous les pays qui reconnaissent une valeur aux normes alimentaires «halal». Dès lors, on ne voit pas pourquoi refuser l'application d'autres normes, en matière de finance par exemple. La charia est un système juridique qui couvre tous les aspects de la vie.

    Plus encore, en acceptant le principe même de l'applicabilité de la charia en Europe, fut-ce de façon limitée, cet arrêt permet aux partis politiques qui en veulent l'application, de prétendre agir «dans le respect des droits de l'homme».

    Enfin, s'agissant du contenu de «l'intérêt public important» susceptible d'être opposé à la charia par les États, il reste à définir au cas par cas. Force est de constater qu'il n'a pas de contenu matériel précis ; il fait probablement référence à des valeurs, telles que l'égalité et la liberté individuelle. Mais l'interprétation des «valeurs» est dangereusement mouvante, au gré notamment des évolutions démographiques, culturelles et électorales, d'autant plus que les juges estiment devoir faire évoluer leur interprétation des droits et libertés, en fonction des changements sociaux. Plus encore, c'est au regard de la même valeur de «liberté religieuse» que la Cour européenne permet l'interdiction du port public de la burqa tandis que le Comité des droits de l'homme des Nations unies s'y oppose. En droit comme à la bourse, le propre des valeurs est de fluctuer. Face à elles, en revanche, la charia semble jouir d'une grande stabilité.

    La charia est un système juridique qui couvre tous les aspects de la vie.

    La Cour européenne ne donne pas d'exemple de tel «intérêt public». D'ailleurs, étonnamment, elle ne critique pas - elle-même - la charia, en ce qu'elle serait contraire aux droits des femmes par exemple, mais se contente de rappeler que plusieurs organes internationaux «se sont dits préoccupés» par son application et par la discrimination ainsi créée notamment au détriment des femmes et des enfants, et l'ont estimée, sous certains aspects, «incompatible avec les engagements internationaux contractés par la Grèce».

    Pourquoi tant de prudence? Est-ce pour ne pas froisser davantage la Turquie, dont le Président est un héritier du Parti Refah autrefois interdit, et qui a décidé de réduire significativement sa contribution financière au Conseil de l'Europe? Est-ce pour ne pas froisser la Turquie, l'Azerbaïdjan et l'Albanie qui, bien que membres du Conseil de l'Europe, ont aussi signé la Déclaration du Caire des droits de l'homme en islam (1990), laquelle déclare notamment que l'islam est la religion de naissance de chacun, et que les droits de l'homme sont soumis à la charia?

    C'est aussi cette question de l'application de la charia en Europe, y compris dans des dispositions contraires à la Convention européenne, qui inquiète actuellement des membres de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, et qui fera l'objet de discussions et d'un vote en janvier prochain à Strasbourg. Alors que cette Assemblée a longtemps adopté un discours bienveillant envers l'islam, déclarant encore en 2010 que «l'islam est une religion qui prône la paix» et qu'il ne faudrait pas interdire le port du voile intégral ni la construction de minarets, elle semble être à présent plus critique.

    Le projet de résolution de janvier 2019, entre autres choses, se dit préoccupé par les activités «judiciaires» des «conseils de la charia» au Royaume-Uni et des muftis en Grèce, et invite la Turquie, l'Azerbaïdjan et l'Albanie à «envisager leur retrait de la Déclaration du Caire», mais aussi, à agir afin d'établir «clairement la primauté» juridique de la Convention européenne sur cette déclaration islamique.

    En droit comme à la bourse, le propre des valeurs est de fluctuer.

    L'Europe en est ainsi réduite à devoir défendre la Convention européenne des droits de l'homme face à la concurrence des droits de l'homme islamiques, qui se prétendent, eux-aussi, universels. Et cette défense n'a rien d'évident, car en faisant du consentement - c'est-à-dire de la volonté individuelle - le critère central des droits de l'homme, on ne voit pas ce qui permet aux instances européennes de prétendre que leur système est meilleur que celui du voisin. Car celui-ci peut, lui-aussi, prétendre reposer sur le consentement des personnes ; la Déclaration du Caire a d'ailleurs été ratifiée par un plus grand nombre d'États que la Convention européenne.

    En fait, l'opposition entre l'individualisme libéral et la charia n'offre aucune issue satisfaisante, car l'un et l'autre système ont en commun de refuser le fondement même des droits de l'homme, à savoir l'existence d'un droit naturel qui peut être connu par la raison en observant la nature humaine, et qui existe indépendamment de la volonté arbitraire de «Allah» ou des individus. Ce qui risque d'arriver, et apparaît déjà dans cette affaire, c'est l'introduction de la charia, par la volonté individuelle, dans les droits de l'homme: c'est «le droit à la charia».

    Seul un retour à une compréhension objective des droits de l'homme, fondée dans le droit naturel, leur permettrait d'échapper à l'individualisme libéral puis à la charia. Les droits de l'homme retrouveraient alors leur universalité. Mais nous ne semblons pas en prendre la voie ; nous préférons celle du communautarisme libéral, alors même que nous refusons de dire ce que nous sommes, en tant qu'Européens. La Cour ne dit mot sur ce que sont ces «intérêts publics importants» pour la société ; ils demeurent pourtant l'ultime refuge de la justice et de notre civilisation européenne.

    Ce silence est celui du renoncement à l'identité européenne au profit de l'universalisme ; il ne date pas d'hier. Déjà, durant la rédaction du traité qui a donné naissance au Conseil de l'Europe, en mai 1949, les États fondateurs renoncèrent à mentionner la «civilisation chrétienne» comme fondement du projet européen, et lui préférèrent les notions, aussi vides qu'universelles, de «valeurs spirituelles et morales». Trois années plus tard, les États renoncèrent aussi, sous la pression turque, à la présence d'une croix sur le drapeau européen, alors même que ce choix avait été plébiscité.

    Pour définir l'Europe, les instances qui nous gouvernent ont fait le pari des valeurs abstraites et de l'universalisme, celui d'un vivre ensemble aux contours flous ; il n'est pas sûr que cela suffise face à l'islam.

     

     
     
     
    Grégor Puppinck

     

     

     

  • L' ONU et la charia

    <iframe src="//www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01582271/src/mksrz5/zone/20/showtitle/1/" frameborder="0" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" hspace="0" vspace="0" webkitallowfullscreen="true" mozallowfullscreen="true" allowfullscreen="true"width="670" height="377" allow="autoplay; fullscreen"></iframe>

  • Benalla devrait rendre ses passeports

  • Que faisait Alexandre Benalla au Tchad ? Le ton monte avec l'Élysée

     

    >Politique|C. P. avec AFP|26 décembre 2018, 9h03|MAJ : 26 décembre 2018, 13h02|100
    Alexandre Benalla, ici à Paris le 19 septembre 2018, s’en prend à « certaines personnes de l’entourage du président ». LP/Olivier Corsan
     
     

    L’ancien chargé de mission à l’Élysée dénonce des «propos diffamatoires», et prévient qu’il «ne se taira plus».

    Alexandre Benalla hausse le ton contre « certaines personnes à l’Élysée ». Après des révélations faisant état d’un récent voyage au Tchad de l’ancien chargé de mission de l’Élysée juste avant la visite officielle d’Emmanuel Macron dans le pays, l’ancien chargé de mission dénonce des « propos diffamatoires » de « certaines personnes » à l’Élysée.

    Alexandre Benalla se dit « choqué et scandalisé par les propos irresponsables tenus par L’Elysée, sous-entendant que j’aurais dans le cadre de mes déplacements en Afrique pu me prévaloir d’une fonction, d’un titre, ou d’un pouvoir aux fins de démarchages professionnels ». Convaincu que « le but ultime » de ces dernières informations « est de saccager [ses] vies familiale et professionnelle », « de [lui] nuire », Alexandra Benalla a prévenu, dans un communiqué, qu’il « ne [se] tairait plus » et compte « charger [ses] avocats de saisir le procureur de la République » à la suite de ces dernières révélations.

       

    jean-do merchet
     
    @jdomerchet
     
     

    INFO @lopinion_fr Benalla « choqué et scandalisé par les propos irresponsables tenus par "l'Elysée", sous-entendant que j aurai dans le cadre de mes déplacements en Afrique pu me prévaloir d'une fonction, d'un titre, ou d'un pouvoir aux fins de démarchages professionnels » 1/2

     
    96 personnes parlent à ce sujet
     
     

     

    Des propos «calomnieux»

    « Je ne peux pas accepter de tels propos prononcés par certaines personnes de l’entourage du président de la République », a insisté Alexandre Benalla, qualifiant ces propos de « diffamatoires », « calomnieux » et « irresponsables ».

    « Je n’exerce plus aucune fonction depuis le 1er août 2018 », a insisté Alexandre Benalla, qui avait été démis de ses fonctions à l’Élysée après les révélations sur des soupçons de violences commises envers des manifestants, le 1er mai à Paris.

    « Je suis allé au Tchad, accompagnant une délégation économique étrangère dans le cadre d’investissements », a-t-il affirmé, assurant que « l’ensemble des frais concernant ce voyage a été pris en charge par le chef de cette délégation ».

    L’Elysée «pas informé» par Benalla

    En fin de matin, ce jeudi, l’Elysée a affirmé n’avoir été informé du déplacement au Tchad d’Alexandre Benalla qu’après coup. L’ex-conseiller « n'a pas informé l'Élysée de ses déplacements avant de les effectuer, mais uniquement de manière récente la semaine dernière », a déclaré la présidence, sollicitée par l'AFP, assurant avoir « tenu informée la plus haute autorité française ».

    Selon le journal Le Monde de lundi, qui cite des sources concordantes, Alexandre Benalla s’est rendu début décembre au Tchad pour un court séjour à N’Djamena. Ce même pays d’Afrique centrale qui accueille les forces françaises Barkhane, en charge de la lutte contre le terrorisme au Sahel, et qui vient de recevoir la visite officielle d’Emmanuel Macron pendant le réveillon de Noël. Lors de son voyage, Alexandre Benalla était accompagné « d’une demi-douzaine de personnes, par avion privé, réglant les frais par carte bleue ».

    Le quotidien ajoute qu’Emmanuel Macron, qui s’est rendu à son tour au Tchad le 22 décembre, et le président tchadien, Idriss Déby, ont parlé ensemble de cette visite. « Quelles que soient les démarches qu’entreprend M. Benalla, il n’est pas un émissaire officiel ou officieux de la présidence de la République. S’il se présentait comme tel, il est dans le faux », avait très vite réagi l’Elysée. « Nous n’avons jamais d’intermédiaires dans les relations que nous entretenons avec les chefs d’État africains. Si le président de la République donne un mandat, c’est soit à son ministre des Affaires étrangères, soit à sa cellule diplomatique », avait expliqué l’entourage d’Emmanuel Macron.

    Alexandre Benalla a été limogé de l’Élysée cet été et mis en examen pour « violences volontaires » et mis en cause pour avoir outrepassé ses fonctions en participant à une interpellation musclée en marge des manifestations du 1er mai à Paris. Il estime que « le traitement médiatique » dont il est l’objet depuis est « injuste », selon son entourage.

    Le Parisien

     

  • JT TVL mercredi 26 décembre