17/10/2014

Nadine Morano: “Une femme en burqa dans une gare, c’est une menace”

 

 

16/10/2014 – PARIS (NOVOpress)
Invitée des Grandes Gueules sur RMC, le mercredi 15 octobre, Nadine Morano est revenue sur son intervention auprès de la police pour interpeller une femme en Burqa, mardi en gare de l’Est, à Paris. Au-delà de la polémique, il est intéressant de voir que les journalistes semblent plus offusqués par l’initiative de Nadine Morano que par la présence de femmes intégralement voilées dans nos rues.

Nadine Morano a expliqué sa position sur sa page Facebook :

Notre vigilance doit être sans faille, dans cette période de radicalisation des comportements communautaristes, d’embrigadement au djihad. Nous avons fait adopter une loi interdisant de circuler dans l’espace public en France le visage couvert, elle doit être respectée !
Par ailleurs, je rappelle qu’il s’agit d’un véritable problème de sécurité publique. Qui est sous cette tenue ? Qu’y-a-t-il dans cette valise… la suspicion est permise quand on est dissimulé. J’ajoute qu’au nom des femmes qui se battent pour gagner leurs droits et leurs libertés, nous devons combattre cette violation de la loi.

02:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Féminisation des noms: la mise au point de l'Académie française

PHO8f7f035a-5454-11e4-a492-118705f03008-805x453.jpg

À la suite du récent incident qui s'est déroulé à l'Assemblée nationale, les immortels ont tenu à rappeler le bon usage.

 
 

Le document est titré: «La féminisation des noms de métiers, fonctions, grades ou titres - Mise au point de l'Académie française». La vénérable institution, «fidèle à la mission que lui assignent ses statuts depuis 1635», a tenu à rappeler les règles qui s'imposent dans notre langue. Voici le document dans son intégralité avec les cinq points importants.

● Rejet de «professeure, recteure, sapeuse-pompière, auteure, ingénieure, procureure»

1. L'Académie française n'entend nullement rompre avec la tradition de féminisation des noms de métiers et fonctions, qui découle de l'usage même: c'est ainsi qu'elle a fait accueil dans la 8e édition de son Dictionnaire (1935) à artisane et à postière, à aviatrice et à pharmacienne, à avocate, bûcheronne, factrice, compositrice, éditrice et exploratrice. Dans la 9e édition, en cours de publication, figurent par dizaines des formes féminines correspondant à des noms de métiers. Ces mots sont entrés naturellement dans l'usage, sans qu'ils aient été prescrits par décret: l'Académie les a enregistrés pourvu qu'ils soient de formation correcte et que leur emploi se soit imposé.

Mais, conformément à sa mission, défendant l'esprit de la langue et les règles qui président à l'enrichissement du vocabulaire, elle rejette un esprit de système qui tend à imposer, parfois contre le vœu des intéressées, des formes telles que professeure, recteure, sapeuse-pompière, auteure, ingénieure, procureure, etc., pour ne rien dire de chercheure, qui sont contraires aux règles ordinaires de dérivation et constituent de véritables barbarismes.

Le français ne dispose pas d'un suffixe unique permettant de féminiser automatiquement les substantifs. S'agissant des métiers, très peu de noms s'avèrent en réalité, du point de vue morphologique, rebelles à la féminisation quand elle paraît utile. Comme bien d'autres langues, le français peut par ailleurs, quand le sexe de la personne n'est pas plus à prendre en considération que ses autres particularités individuelles, faire appel au masculin à valeur générique, ou «non marquée».

● Le masculin, valeur générique

2. En 1984, après que le gouvernement eut pris une première initiative en faveur de «la féminisation des titres et fonctions et, d'une manière générale, du vocabulaire concernant les activités des femmes», l'Académie française fit publier une déclaration rappelant le rôle des genres grammaticaux en français. Les règles qui régissent dans notre langue la distribution des genres remontent au bas latin et constituent des contraintes internes avec lesquelles il faut composer. L'une des contraintes propres à la langue française est qu'elle n'a que deux genres: pour désigner les qualités communes aux deux sexes, il a donc fallu qu'à l'un des deux genres soit conférée une valeur générique afin qu'il puisse neutraliser la différence entre les sexes.

L'héritage latin a opté pour le masculin. Les professeurs Georges Dumézil et Claude Lévi-Strauss, à qui la Compagnie avait confié la rédaction de ce texte, adopté à l'unanimité dans la séance du 14 juin 1984, concluaient ainsi: «En français, la marque du féminin ne sert qu'accessoirement à rendre la distinction entre mâle et femelle. La distribution des substantifs en deux genres institue, dans la totalité du lexique, un principe de classification permettant éventuellement de distinguer des homonymes, de souligner des orthographes différentes, de classer des suffixes, d'indiquer des grandeurs relatives, des rapports de dérivation, et favorisant, par le jeu de l'accord des adjectifs, la variété des constructions nominales… Tous ces emplois du genre grammatical constituent un réseau complexe où la désignation contrastée des sexes ne joue qu'un rôle mineur. Des changements, faits de propos délibéré dans un secteur, peuvent avoir sur les autres des répercussions insoupçonnées. Ils risquent de mettre la confusion et le désordre dans un équilibre subtil né de l'usage, et qu'il paraîtrait mieux avisé de laisser à l'usage le soin de modifier» (déclaration faite en séance, le 14 juin 1984).

● Refus de la féminisation systématique

3. Le 21 mars 2002, l'Académie française publie une nouvelle déclaration pour rappeler sa position, et, en particulier, pour souligner le contresens linguistique sur lequel repose l'entreprise de féminisation systématique. Elle insiste sur les nombreuses incohérences linguistiques qui en découlent (ainsi une recteure nommée directrice d'un service du ministère de l'Éducation nationale, ou la concurrence des formes recteure et rectrice - préférée par certaines titulaires de cette fonction). La Compagnie fait valoir que brusquer et forcer l'usage revient à porter atteinte au génie même de la langue française et à ouvrir une période d'incertitude linguistique.

«Un catalogue de métiers, titres et fonctions systématiquement et arbitrairement “féminisés” a été publié par la Documentation française, avec une préface du premier ministre. La presse, la télévision ont suivi avec empressement ce qui pouvait passer pour une directive régalienne et légale» (déclaration adoptée à l'unanimité dans la séance du 25 mars 2002). Or aucun texte ne donne au gouvernement «le pouvoir de modifier de sa seule autorité le vocabulaire et la grammaire du français».

Nul ne peut régenter la langue, ni prescrire des règles qui violeraient la grammaire ou la syntaxe: elle n'est pas en effet un outil qui se modèle au gré des désirs et des projets politiques. Les compétences du pouvoir politique sont limitées par le statut juridique de la langue, expression de la souveraineté nationale et de la liberté individuelle, et par l'autorité de l'usage qui restreint la portée de toute terminologie officielle et obligatoire. Et de l'usage, seule l'Académie française a été instituée «la gardienne».

● Distinguer noms de métiers et fonctions officielles

4. Il convient par ailleurs de distinguer des noms de métiers les termes désignant des fonctions officielles et les titres correspondants. Dans ce cas, les particularités de la personne ne doivent pas empiéter sur le caractère abstrait de la fonction dont elle est investie, mais au contraire s'effacer derrière lui: c'est ce que mettait en lumière un rapport remis, à sa demande, au premier ministre en octobre 1998 par la Commission générale de terminologie et de néologie, qui déconseillait formellement la féminisation des noms de titres, grades et fonctions officielles, par distinction avec les noms de métiers, dont le féminin s'impose naturellement dans l'usage.

Ce texte marquait une grande convergence de vues avec l'Académie française et complétait utilement les déclarations sur cette question que la Compagnie avait elle-même rendues publiques. En 2002, l'Académie française constate que, «de ce rapport, le gouvernement n'a pas plus tenu compte» que de l'«analyse scientifique irréfutable» des professeurs Georges Dumézil et Claude Lévi-Strauss.

La Commission générale rappelle que, si l'usage féminise aisément les métiers, «il résiste cependant à étendre cette féminisation aux fonctions qui sont des mandats publics ou des rôles sociaux distincts de leurs titulaires et accessibles aux hommes et aux femmes à égalité, sans considération de leur spécificité. […] Pour nommer le sujet de droit, indifférent par nature au sexe de l'individu qu'il désigne, il faut se résoudre à utiliser le masculin, le français ne disposant pas de neutre». Elle ajoute que «cette indifférence juridique et politique doit être préservée dans la règlementation, dans les statuts et pour la désignation des fonctions». Elle affirme «son opposition à la féminisation des noms de fonction dans les textes juridiques en général, pour lesquels seule la dénomination statutaire de la personne doit être utilisée.»

Elle «estime que les textes règlementaires doivent respecter strictement la règle de neutralité des fonctions. L'usage générique du masculin est une règle simple à laquelle il ne doit pas être dérogé» dans les décrets, les instructions, les arrêtés et les avis de concours. Les fonctions n'appartiennent pas en effet à l'intéressé: elles définissent une charge dont il s'acquitte, un rôle qu'il assume, une mission qu'il accomplit. Ainsi ce n'est pas en effet Madame X qui signe une circulaire, mais le ministre, qui se trouve être pour un temps une personne de sexe féminin; mais la circulaire restera en vigueur alors que Madame X ne sera plus titulaire de ce portefeuille ministériel. La dénomination de la fonction s'entend donc comme un neutre et, logiquement, ne se conforme pas au sexe de l'individu qui l'incarne à un moment donné.

Il en va de même pour les grades de la fonction publique, distincts de leur détenteur et définis dans un statut, et ceux qui sont des désignations honorifiques exprimant une distinction de rang ou une dignité. Comme le soutient la Commission générale, «pour que la continuité des fonctions à laquelle renvoient ces appellations soit assurée par-delà la singularité des personnes, il ne faut pas que la terminologie signale l'individu qui occupe ces fonctions. La neutralité doit souligner l'identité du rôle et du titre indépendamment du sexe de son titulaire.»

● «L'épreuve du temps»

5. Cependant, la Commission générale de terminologie et de néologie considère - et l'Académie française a fait siennes ces conclusions - que cette indifférence juridique et politique au sexe des individus «peut s'incliner, toutefois, devant le désir légitime des individus de mettre en accord, pour les communications qui leur sont personnellement destinées, leur appellation avec leur identité propre.» Elle estime que, «s'agissant des appellations utilisées dans la vie courante (entretiens, correspondances, relations personnelles) concernant les fonctions et les grades, rien ne s'oppose, à la demande expresse des individus, à ce qu'elles soient mises en accord avec le sexe de ceux qui les portent et soient féminisées ou maintenues au masculin générique selon le cas».

La Commission générale conclut justement que «cette souplesse de l'appellation est sans incidence sur le statut du sujet juridique et devrait permettre de concilier l'aspiration à la reconnaissance de la différence avec l'impersonnalité exigée par l'égalité juridique».

En 2002, l'Académie française, opposée à toute détermination autoritaire de l'usage, rappelait qu'elle avait tenu à «soumettre à l'épreuve du temps» les «recommandations» du Conseil supérieur de la langue française publiées en 1990 au Journal officiel au lieu de les imposer par décret, bien qu'elle les ait approuvées et enregistrées dans la 9e édition de son Dictionnaire: elle a en quelque sorte libéré l'usage, en laissant rivaliser des formes différentes sans chercher à en proscrire autoritairement aucune, jusqu'à ce que la meilleure l'emporte. C'est à cette attitude, conforme à la manière dont elle a exercé continûment son magistère depuis près de quatre siècles, qu'elle entend demeurer fidèle.

LE FIGARO 15 10 14

01:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Journal de bord de Jean-Marie Le Pen n° 378

00:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Vladimir Poutine en Serbie

Au grand dam du camp atlantiste, le Kremlin multiplie avec succès les contre-mesures afin de minimiser le choc des sanctions décrétées par les États-Unis et l’Union européenne.

C’est ainsi que Vladimir Poutine est en visite en Serbie, à l’occasion du 70e anniversaire de la libération de Belgrade et du 100e anniversaire du début de la Première Guerre mondiale. Il a déposé une gerbe à la Nécropole russe (monument consacré à la mémoire de l’Armée impériale russe et restauré cet été). Des Belgradois, brandissant des portraits de Vladimir Poutine et de l’empereur russe Nicolas II, se sont rassemblés afin de manifester leur attachement au grand frère russe.

Au cours de sa visite, l’hôte du Kremlin a été décoré de l’Ordre de la République de Serbie du 1er degré par le président serbe, Tomislav Nikolic, qui a dit en russe : « Cher frère Vladimir, le peuple serbe est fier de te remettre l’Ordre de la distinction suprême serbe. » Ce à quoi M. Poutine a répondu : « Je ne pense pas avoir fait quelque chose pour mériter une telle récompense. »

 

arton28559-43da8.jpg

 

 

Après s’être entretenu avec le président serbe, le chef de l’État russe a échangé longuement avec le Premier ministre Aleksandar Vucic (photo). La question des relations commerciales (en augmentation de 17 % rien que pour le premier semestre 2014) a été très largement abordée.

L’éventualité d’ouvrir le marché russe aux véhicules fabriqués en Serbie par l’italien Fiat a été évoquée par M. Poutine :

« Nous avons beaucoup de thèmes à évoquer, et je suis ravi [...] de discuter d’une livraison éventuelle à la Russie de véhicules automobiles produits en Serbie en coopération avec Fiat. Compte tenu de nos bonnes relations avec l’Italie et la société Fiat, et de nos relations chaleureuses et étroites d’alliés avec la Serbie, nous pourrions, me semble-t-il, nous entendre sur un certain quota de livraison de ces véhicules sur le marché russe. »

Autre sujet abordé, le triplement des importations de produits agricoles serbes, comme le suggère M. Poutine :

« La Serbie a déjà augmenté ses livraisons de produits agricoles sur le marché russe, qui se chiffrent actuellement entre 130 et 150 millions de dollars. Si nous réalisons les ententes intervenues lors de nos entretiens, ces livraisons peuvent assez vite atteindre 500 millions de dollars. Cela profite beaucoup à l’économie serbe et c’est aussi un facteur positif pour la Russie. »

Le chef de l’État russe a laissé la porte ouverte à un apaisement à ce sujet entre Moscou et Bruxelles :

« Nous n’ignorons pas que les pertes des producteurs agricoles dans les pays européens, qui ont imposé des sanctions à la Russie qui a été contrainte d’y riposter par des restrictions des importations de produits d’agriculture, se chiffrent à des milliards d’euros. Nous ne voudrions pas poursuivre une telle pratique. Néanmoins, telle est la réalité actuelle. »

Très en pointe sur la question énergétique, la Russie, via la société Gazprom Neft (la branche pétrolière du groupe), va investir 1 milliard de dollars supplémentaires dans la société pétrolière serbe NIS, après y avoir déjà injecté 2 milliards. Gazprom Neft possède 56,15 % de NIS, l’État serbe 29,87 % (14 % des recettes fiscales du pays).

Washington et Bruxelles (la Serbie est candidate à l’adhésion à l’Union europénne) regardent avec inquiétude les liens entre Moscou et Belgrade se resserrer, alors que le camp atlantiste pensait en avoir fini avec la présence russe dans les Balkans depuis les guerres des années 90 en ex-Yougoslavie.

E&R

00:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

16/10/2014

Dissolution du groupe dirigé par Nigel Farage au Parlement européen

Un groupe dirigé par Marine Le Pen pourrait voir le jour

Le groupe eurosceptique « Europe de la liberté et de la démocratie directe », créé à l’initiative du président du parti britannique UKIP, a été dissous.

Formé en juin 2014 à la suite des élections européennes, il regroupait 48 députés de 6 partis, issus de 7 pays :

24 de l’UKIP (Royaume-Uni)
17 du Mouvement 5 étoiles (Italie)
2 Démocrates suédois (Suède)
1 de l’Union des paysans de Lettonie (Lettonie)
1 du Parti des citoyens libres (République tchèque)
1 indépendant (Joëlle Bergeron, ex-FN)
2 de Ordre et justice (Lituanie)

La défection d’un seul de ces membres, la lettone Iveta Grigule de l’Union des paysans de Lettonie, a suffit à la désintégration du groupe (la règle d’avoir des représentants venant de 7 pays différents n’étant plus respectée).

Europe de la liberté et de la démocratie directe accuse le président du groupe PPE, Manfred Weber, et le président du Parlement européen, Martin Schulz, d’avoir proposé un arrangement à Mme Grigule : son départ du groupe eurosceptique en échange de la présidence de la délégation parlementaire pour l’Asie mineure (Kazakhstan, Kirghizistan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Turkménistan et Mongolie).

Nigel Farage n’a pas tardé à faire connaître son mécontentement :

« Mme Gridule a signé sa lettre de démission ce matin dans le bureau de M. Schulz. Si nous comprenons bien ce qui s’est passé, M. Schulz serait plus à sa place comme président d’un Parlement dans une République bananière ! »

Le dirigeant du UKIP et Beppe Grillo, le chef du Mouvement 5 Étoiles, avaient réussi leur pari de constituer un groupe au Parlement européen, contrairement au Front national avec lequel ils avaient refuser de négocier. Désormais M. Farage et les autres membres de son groupe devront siéger aux côtés de Marine le Pen et des 23 eurodéputés frontistes au sein des non-inscrits (100 élus), devront partager le temps de parole avec eux et dire adieu à 4 millions d’euros de budget.

Le PPE (dont fait partie notamment l’UMP et l’UDI) s’est réjoui du succès de sa petite manipulation en tweetant :

 

JPEG - 24 ko
« Première défaite pour les Eurosceptiques ! Le groupe EFDD disparaît avec le départ de la lettone Iveta Grigule »

 

Dans ce contexte et afin que leur présence ne relève pas du témoignage, certains éléments du groupe dissout pourraient être tentés de rejoindre une alliance composée du Vlaams Belang belge, de la Ligue du Nord italienne, du FPÖ autrichien, du Parti de la liberté néerlandais et du Front national français. Ainsi, les conditions pour la création d’un groupe seraient respectées et ce nouveau groupe, probablement dirigé par Marine Le Pen, confirmerait le pronostic de l’eurodéputé et vice-président du FN, Florian Philippot, qui ne donnait pas longtemps au groupe de M. Farage pour disparaître car « fait dans la précipitation » et « ne tenant pas à grand-chose ». Il avait également assuré : « Nous aurons un groupe avant la fin de l’année. »

E&R 

23:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

16 octobre 1793: exécution de Marie-Antoinette, reine de France

La reine Marie-Antoinette est guillotinée le 16 octobre 1793, dix mois après son mari, Louis XVI.

Du trône à l'échafaud

Marie-Antoinette quitte la Conciergerie pour l'échafaud, par Georges Cain (musée Carnavalet)

Le procès expéditif de la reine (38 ans) ne s'explique par aucun motif politique mais par la Terreur qui, de septembre 1793 à juillet 1794, jette un voile sanglant sur la Révolution.

Du temps de sa splendeur, Marie-Antoinette, fille de l'impératrice Marie-Thérèse, était surnommée avec dédain l'«Autrichienne».

Après la chute de la royauté, le 10 août 1792, elle est jetée en prison avec son mari, sa belle-soeur, Madame Élisabeth, et ses deux enfants, le Dauphin et Madame Royale.

Après l'exécution du roi, elle est séparée de son fils. Le petit Louis XVII (8 ans) est confié à un cordonnier, le citoyen Simon, pour être élevé en domestique et en sans-culotte. Il mourra peu après dans des conditions sordides.

Prodigue et légère du temps de sa splendeur, Marie-Antoinette témoigne de courage et de fermeté devant le Tribunal révolutionnaire. Elle fait face avec dignité à d'infâmes accusations d'inceste sur la personne de son fils, présentées par le substitut du procureur général, Jacques Hébert.

Le public ne manque pas d'être ému par son apostrophe : «J'en appelle à toutes les mères...» Robespierre lui-même déplore ces accusations et ce procès qui affectent l'image de la Révolution.

Le 21 janvier 1815, les restes de Marie-Antoinette ont été transférés avec ceux de Louis XVI dans la basilique Saint-Denis, nécropole traditionnelle des rois de France.

Hérodote.net

20:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Non à l’exposition pour enfants : « Zizi sexuel » !

15 octobre 2014 par Pierrot 

Pétitions trouvée à cette adresse : http://petitions.soseducation.org/non-au-zizi-sexuel/

Lien du site internet qui présente cette horreur : http://www.cite-sciences.fr/fr/au-programme/expos-temporaires/zizi-sexuel/

Madame le Ministre de l’Éducation,

Comme les 60 000 membres de SOS Éducation, je m’inquiète des sorties qui vont être organisées dans le cadre scolaire pour emmener des élèves voir l’exposition « Zizi sexuel », qui vise un public d’enfants dès 8 ou 9 ans à la Cité des Sciences :

En effet, à l’heure où les savoirs fondamentaux, lire, écrire et compter sont de moins en moins maîtrisés, est-il réellement judicieux de prélever encore une demi-journée sur le temps d’apprentissage des élèves pour aller leur faire humer des effluves de pieds ou d’aisselles, leur faire appuyer sur une pédale permettant de dresser un « zizi piquet » qui éjacule, ou leur enseigner la masturbation ?

Sur des sujets si intimes touchant leurs enfants, les parents doivent par ailleurs être informés et consultés. Or cette exposition les tient à l’écart de manière on ne peut plus explicite puisqu’elle comporte même un espace « interdit aux adultes ».

Je vous demande donc solennellement :

1. D’exiger de tous les directeurs d’école qui décideront d’envoyer des classes à l’exposition « Zizi sexuel » d’informer préalablement les parents du contenu de cette exposition, y compris de la présence de mannequins qui simulent l’érection et l’éjaculation, et de donner aux parents le droit de s’opposer à ce que leurs enfants s’y rendent.

2. De souligner, à l’heure ou plus de 20% des élèves de 6e sont touchés par l’illettrisme, que ces sorties scolaires ne doivent en aucun cas être prises sur le temps consacré aux apprentissages fondamentaux.

Je compte sur vous, Madame le Ministre, pour me tenir informé, personnellement ou par voie de presse, de ce que vous entreprendrez pour protéger nos enfants.

Tout comme 18031 parents d’élèves, professeurs et citoyens mobilisés contre l’éducation à la sexualité par le «  Zizi sexuel ».

Avec mes sentiments distingués.

Contre-info.com

20:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

VIDEO - Italie: des bouquetins escaladent à la verticale la paroi d'un barrage

4212423_bouquetins-capture-afp_640x280.jpg

http://www.leparisien.fr/insolite/video-italie-des-bouque...

Regardez la vidéo en mode plein écran! Impressionnant !

 

20:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Marine Le Pen invitée de l'Opinion.fr : "La France n'est plus un pays souverain"


Marine Le Pen : « La France n'est plus un pays... par Lopinionfr

19:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Paris: un cas suspect d'Ebola à l'hôpital Bégin

4217825_ebola_640x280.jpg

Selon nos informations, une infirmière fortement susceptible d’être infectée par le virus Ebola a été hospitalisée ce jeudi vers 13h45 au service maladies infectieuses de l’hôpital Bégin de Saint-Mandé (Val-de-Marne) où elle a été conduite sous escorte ultra sécurisée. Souffrant d’une forte fièvre, elle a été transportée sous scaphandre depuis son domicile dans les Hauts-de-Seine par les pompiers.

 

  



A son chevet dans le camion médicalisé : au moins deux personnes équipées de combinaisons intégrales jaunes. Deux motards de la police nationale ouvraient le convoi. Il s’agit de l’une des infirmières qui a été en contact rapproché et régulier avec Lucie, l’humanitaire de Médecins sans frontières, contaminée au Liberia et rapatriée en France dans la nuit du 18 au 19 septembre, déclarée guérie depuis.

Le convoi a traversé les urgences de cet hôpital militaire qui fait partie de la dizaine d’hôpitaux de référence habilités en à recevoir des patients Ebola. Les urgences, dont les salles d’attente avaient été préalablement évacuées de tout patient, sont confinées jusqu’à ce que des équipes de décontamination puisse nettoyer les lieux. 


 Contacté, le ministère de la se refuse à tout commentaire selon la ligne de conduite qu’il avait fixée la semaine dernière : plus aucune communication sur les cas suspects. Marisol Touraine s’est en revanche engagée à «dire toute la vérité» sur les cas avérés s’il devait y en avoir. Seules les analyses, sans doute pratiquées dès l’arrivée de la patiente puis adressées à l’institut Pasteur de Lyon, permettront de confirmer -ou non- que l’infirmière est atteinte. 

Le Parisien - 16 10 14

19:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Ebola: analyse de la situation et préparatifs simples à faire, par Piero San Giorgio

 

 

18:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Les députés interdisent sacs et vaisselle en plastique jetable à partir de 2016

4204855_sac-new.jpg

http://www.leparisien.fr/environnement/les-deputes-votent...

03:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Fabius: la France reconnaître l'Etat palestinien "le moment venu"

http://fr.timesofisrael.com/fabius-la-france-reconnaitra-...

02:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Personne ne veut de la maison natale de Hitler

hitler1-635x357.jpg

http://fr.timesofisrael.com/personne-ne-veut-de-la-maison...

01:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Vatican : changement de ton vis-à-vis des homosexuels - 15/10/2014

2023-08-27T083132Z_2026536903_GM1EA8R19SK01_RTRMADP_3_VATICAN-RELIGION.jpg

 

   

 

 L’épiscopat s’ouvre aux réalités contemporaines. L’Eglise catholique, qui considérait jusqu’ici les homosexuels comme des êtres intrinsèquement désordonnés, a nuancé ses propos, indique Francetv info.

"Les personnes homosexuelles ont des dons et des qualités à offrir à la communauté des chrétiens", ont notamment estimé près de 200 cardinaux, évêques et prélats qui débattaient devant le pape François de la famille.

"Si une personne est gay, qu'elle cherche le Seigneur et qu'elle est de bonne volonté, qui suis-je pour la juger ?", s’était déjà interrogé l'année dernière le pape François.

Mais cette ouverture d'esprit ne plaît pas à tous les prélats. "Ce sont des mauvais chemins qu'il ne faut pas encourager. Sinon, comment allons-nous finir si tout le monde devient homosexuel ?", a notamment assuré au micro de France 2 Monseigneur Emmanuel Félémou, évêque du synode sur la famille.

http://french.ruvr.ru/news/2014_10_15/Vatican-changement-...

ALTER INFO

 


   

01:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Moshé Yaalon : Pas d'Etat palestinien, mais une autonomie désarmée 15/10/2014

  

Yaalon : Pas d'Etat palestinien, mais une autonomie désarmée



    Le ministre israélien de la guerre, Moshé Yaalon, a renouvelé son refus de la création d'un Etat palestinien, proposant une autonomie désarmée.

Dans une interview avec le journal "Israël Today", Yaalon a dit : "Un Etat palestinien ne sera pas mis en place en Cisjordanie, mais une autonomie désarmée".

Il a souligné qu'Israël doit avoir un plein contrôle de sécurité de l'air et de la terre, et qu'il ne cherche pas à trouver une solution avec les Palestiniens, mais à conduire le conflit.

Le ministre israélien de la guerre estime que les Palestiniens veulent détruire l'Etat d'Israël et que le retrait israélien aux frontières de 1967 ne sera pas suffisant pour eux, en déclarant que le président de l'AP, Mahmoud Abbas, n'est pas un partenaire pour fabriquer la paix, mais un côté pour contrôler le conflit.

"Abou Mazen (Mahmoud Abbas) n'a jamais annoncé sa reconnaissance de la judaïté de l'Etat d'Israël, selon ses propos.

Dans un autre contexte, Yaalon a indiqué qu'Israël a réduit le rythme de la délivrance des permis de construction dans les zones qui se situent derrière la ligne verte (Cisjordanie) en raison des protestations américaines et européennes.

Il a reconnu l'existence de divergences d'opinion avec les Etats-Unis sur la question iranienne, la cause palestinienne, et d'autres sujets du Moyen-Orient, mais il a dit que la priorité est donnée aux intérêts communs entre les deux pays sur ces différences.

Les déclarations de Yaalon interviennent à la lumière d'une préoccupation européenne croissante à la reconnaissance de l'Etat palestinien, y compris la Suède qui a annoncé son intention de le reconnaitre et la Chambre des communes britannique qui a voté avec une écrasante majorité une décision non contraignante mardi, appelant le gouvernement de son pays à reconnaître l'Etat palestinien.

De son côté, le ministre italien des Affaires étrangères, Federica Mogerena, a appelé dans un communiqué hier son homologue israélien, Avigdor Liebermann, à la nécessité d'accélérer la création de l'Etat palestinien.

http://www.palestine-info.cc/fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s7lKR3cth2kq2R9zdiat4dFDtMIFXnSukfQR60ZivMHj%2fM6BZrP3qhKtAwPflJQ%2fvJzfT8FQdsEeSR5MKirjNyS%2b7LZICH6eQrSibIjiFv4FI%3d
 
ALTER INFO

01:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Macron: après les "illettrées", les "pauvres" en autocar !


Macron: "Les pauvres voyageront plus facilement" par BFMTV

Pour les délocaliser et réduire ainsi le chômage...

00:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Réchauffement climatique : l’énorme mensonge révélé

 

610_psiche_pinocchio-565x250.png

     Le 24 juin 2014

 
 
Une découverte absolument hallucinante vient d'être faite aux Etats-Unis par les sceptiques des théories du réchauffement. Accrochez-vous, c'est du lourd !
         

Le lobby climatique a rangé ceux qui n’admettent pas ses conclusions dans un gros tiroir sur lequel on a collé l’étiquette « climatosceptiques », juste pour éviter d’y écrire « débiles profonds ».

Les scientifiques – pas tous, mais la très grande majorité – refusent catégoriquement d’admettre que leurs théories ne sont que ça – des théories – et veulent toujours en faire des vérités. Il suffit d’un petit recul de quelques dizaines d’années pour s’amuser des variations immenses de leurs « vérités définitives ». Tenez, par exemple, j’ai gardé chez moi une encyclopédie du cosmos qui date de mon adolescence – elle a donc environ 30 ans – et à peu près tout y est périmé !

Il faut ici rappeler que contrairement aux légendes anticléricales, la raison de la condamnation de Galilée est précisément qu’il refusa de présenter sa théorie comme une théorie. Il insistait pour l’introduire comme « La Vérité ». L’Église ne lui demandait rien d’autre que de préciser « c’est ma théorie ». Il refusa, persuadé que son vieil ami devenu pape allait le soutenir. Il passa même par des extrémités douteuses pour obtenir l’imprimatur du Dialogue, en ne présentant au censeur que la préface et la conclusion. Bref, de l’escroquerie intellectuelle… Il fut condamné.

Or, une découverte absolument hallucinante vient d’être faite aux États-Unis par les sceptiques des théories du réchauffement. Accrochez-vous, c’est du lourd !

Les données météo américaines du XXe siècle qui ont été utilisées pour « prouver » le réchauffement ont été… fabriquées de toutes pièces !!!

Oui, vous avez bien lu !

Arguant que « les données mesurées ne sont pas fiables et qu’il faut les corriger par un modèle informatique » (!!! – probablement comme les données de l’immigration en France…), les « scientifiques » du GISS ont un beau jour (trop ensoleillé ?) décidé de directement EFFACER les données capturées sur des THERMOMÈTRES pendant un siècle, pour les remplacer par des « données » issues d’un algorithme sorti de leurs mains ! Ça vous paraît énorme ? C’est pourtant exactement ce qui s’est passé !

Voici une courbe représentant les changements de température aux USA au XXe siècle tels qu’ils étaient indiqués avant 1999 sur le site du GISS :

screenhunter_137-jul-31-06-21-545x397.jpg  1.jpg

Et voici maintenant la « même » courbe des « mêmes » changements de température, telle qu’elle est présentée aujourd’hui :

screenhunter_137-jul-31-06-25-545x356.jpg  2.jpg

Nous sommes donc en présence d’une manipulation tellement visible qu’elle en devient – comme La Lettre Volée d’Edgar Allan Poe – indétectable, inimaginable.

Il est amusant d’observer les subterfuges par lesquels passent les « scientifiques » pour étayer leurs thèses, non ?

La science est la foi en l’ignorance des experts.
Richard Feynman

PS : ceux qui aiment les preuves de preuves trouveront les données d’origine, désormais effacées du site du GISS, dans cette archive de 2001.

Robin de La Roche

BOULEVARD VOLTAIRE

00:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

15/10/2014

Pourquoi Juppé est le deuxième candidat du PS

    juppé-565x250.jpg

Le 14 octobre 2014
 
 
Juppé a toutes les chances d’être élu et il écrasera Marine Le Pen au deuxième tour.
         

Juppé est déjà le candidat de la gauche en 2017. La gauche a compris que le candidat socialiste ne ferait rien et elle ne veut pas de Sarkozy. Elle a donc déjà gagné les présidentielles.

Juppé a toutes les chances d’être élu et il écrasera Marine Le Pen au deuxième tour. On a donné cette dernière en tête au premier tour, mais les choses peuvent changer (et elle-même reculer). Au second tour, Marine prendrait 64 % contre elle et on aurait le jeune premier bordelais comme énième président.

Propre comme un sou neuf, oublié des électeurs, aussi innocent que l’enfant qui vient de naître ! Le maire prodige incarnera, tout « vieux blanc » qu’il est (vieux blanc un rien zombie qui s’est laissé glacialement insulter par une harpie TV), le Bordelais nouveau de la gauche increvable.

Voyons pourquoi.

Le président actuel est sûr d’être balayé, tout comme son poupin Premier ministre, si quelque catastrophe ne survient avant, qui provoquerait une crise de régime. Nous n’en sommes plus très loin, même si nous savons que 70 % ou plus de nos concitoyens sont anesthésiés ou conditionnés, ou ne sont plus – justement – nos concitoyens (électorat Obama : même problème aux États-Unis).

La gauche a officiellement accepté de perdre les élections présidentielles en 2017. On s’engueulera avec les autres Rapetou sur les plateaux télé et puis on donnera des consignes de vote. La nullité de Juppé aux affaires, mille fois vérifiée dans le passé (en vrac : 1988, Rwanda, Paris, réformes, grèves, Europe, dissolution…), permettra aux socialistes de gagner les élections suivantes. Cela fait deux cents ans que ça dure, cette farce lassante, alors pourquoi ne pas en reprendre pour un troisième siècle avec la faillite ignominieuse en sus et la population remplacée ? L’Empire romain a mis aussi quatre siècles à disparaître, alors n’arrêtons pas le progrès !

Juppé incarne bien mieux cette Cinquième République eschatologique qui, partie du général de Gaulle, aura tout bradé : indépendance, population, histoire, génie, usines, campagnes, culture – je dis absolument tout. Juppé est, de ce point de vue, le meilleur d’entre nous ; il ne peut que convenir à la gauche.

Juppé est aussi bien vu par les bobos, ce qui n’est pas le cas de Sarkozy, jugé paradoxal, violent, et surtout incertain mentalement. Des voix bien informées m’ont assuré que le deal des loges est le suivant : éloigner Sarkozy, seconder Juppé, écraser le fascisme dans l’œuf comme toujours, et ensuite s’assurer une nouvelle petite alternance des familles, à charge pour les rêveurs d’attendre le messie pour retaper notre Hexagone. C’est du Rimbaud ou presque.

Comme je le disais, cela fait deux siècles que ça dure, et cent-vingt ans que Georges Sorel dénonçait notre médiocrité démocratique. Avec le « vieux blanc bordelais », nous prouverons que nous avons retenu la leçon…

Et c’est le PS qui peut être content, malgré sa gestion calamiteuse. Car le parti des milliardaires et des bobos aura deux candidats.

Nicolas Bonnal

BOULEVARD VOLTAIRE

23:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Bide pour BHL: sa pièce de théâtre boudée par le public s'arrête

Sa pièce "Hôtel Europe" s'arrête le 16 novembre

21:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)