Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

GAELLE MANN - Page 5

  • Italie : mort d’un enfant de 2 ans des suites d’une circoncision

     

    21h25

    Un petit garçon a perdu la vie lors d’une circoncision en Italie. Comme le rapporte l’agence d’information Ansa, la famille, originaire du Nigéria, a procédé à ce rituel chez elle à Monterotondo près de Rome. L’enfant de 2 ans a perdu tellement de sang lors de l’intervention que les secours, lorsqu’ils sont arrivés, n’ont rien pu faire pour lui. Selon Ansa, son frère jumeau a été grièvement blessé. Le ministère public a ouvert une enquête. […]

     

    Die Welt


    ‎Le ministère public de Tivoli a ordonné l’arrestation d’un citoyen américain d’origine libyenne de 66 ans, tenu pour responsable de l’intervention. […]

    (Traduction Fdesouche)

    La Stampa

  • FOLHUMOUR

    48405490_1479566085520399_8072379410650497024_n.jpg MIEGE macron.jpg

     

    48387177_10216154110032765_1432678524463874048_n-1.jpg

  • L’administration Trump reconnaît le génocide des chrétiens d’Orient

     

    VK Twitter Facebook Pinterest Google Plus email

    En ce jour de Noël, les chrétiens d’Occident doivent avoir plus qu’une pensée pour les chrétiens d’Orient qui souffrent depuis des décennies du violent remembrement du Proche-Orient décidé par l’axe américano-israélien. Donald Trump, considéré comme un fou, un fasciste ou un salaud par la presse progressiste occidentale, a fait un pas vers la reconnaissance de cette souffrance.

     

    « Le président des États-Unis a solennellement signé le 11 décembre 2018 la loi qualifiant de “génocide” les crimes perpétrés au cours de ces dernières années par les groupes islamistes contre les chrétiens d’Irak et de Syrie.

    Le texte ratifié par Donald Trump est intitulé Iraq and Syria Genocide Relief and Accountability Act of 2018. Il engage l’administration américaine à fournir une assistance humanitaire aux communautés victimes des persécutions en Irak et en Syrie, et à poursuivre les responsables de telles exactions. » (Source : fsspx.news)

  • "Ces assassins nous font honte" : cinq questions après la mort de deux randonneuses scandinaves au Maroc

     

    Rapidement arrêtés, les quatre suspects avaient prêté allégeance au groupe terroriste Etat islamique dans une vidéo enregistrée quatre jours avant le double meurtre. L'une des deux jeunes femmes a été décapitée à l'arme blanche.

    Plusieurs personnes rassemblées en hommage à Louisa et Maren samedi 22 décembre devant l'ambassade du Danemark à Rabat (Maroc). 
    Plusieurs personnes rassemblées en hommage à Louisa et Maren samedi 22 décembre devant l'ambassade du Danemark à Rabat (Maroc).  (FADEL SENNA / AFP)

    "Les habitants d’Imlil sont toujours sous le choc et se sentent trahis par ce crime odieux", témoigne un guide de la région du mont Toubkal, au Maroc, sur le site Yabiladi. C'est là, au cœur du massif de l'Atlas, que deux jeunes randonneuses, l'une danoise, l'autre norvégienne, ont été assassinées, dans la nuit du dimanche 16 au lundi 17 décembre.

    Quatre suspects se revendiquant du groupe Etat islamique  (EI) ont été arrêtés. Franceinfo revient sur ce double meurtre qui ébranle le Maroc, alors que le royaume n'avait pas été touché par un attentat islamiste depuis l'attaque de Marrakech en 2011. 

    1Que s'est-il passé ? 

    Amoureuses de la nature, deux amies, étudiantes de l'université de Bø (Norvège), la Danoise Louisa Vesterager Jespersen et la Norvégienne Maren Ueland, avaient décidé de randonner dans le Haut Atlas pour Noël. Sportives aguerries, elles étaient parvenues à gravir le mont Toubkal, le plus haut sommet d'Afrique du Nord et entamaient leur descente, dimanche 16 décembre. Elles décident alors de s'arrêter camper pour la nuit, le long d'un petit sentier de randonnée, situé "à 2100 mètres" précise Le Parisien. Elles se trouvaient à deux heures de marche du village d'Imlil.  

    Le lendemain matin, lundi 17 décembre, leurs corps sont retrouvés mutilés par des alpinistes français, indique le site Yabiladi. Elles ont été surprises durant leur sommeil par les quatre tueurs. L'une d'elles a été tuée à l'intérieur de la tente, tandis que l'autre a tenté de s'en extraire avant de mourir sous les coups des assaillants. Une des deux jeunes femmes a été décapitée, selon une source proche du dossier. Les dépouilles des deux amies ont quitté le Maroc vendredi 21 décembre à destination tout d'abord de Copenhague, capitale du Danemark. Le corps de Maren Ueland a ensuite été rapatrié à Oslo, en Norvège, samedi.

    2Qui étaient les victimes ? 

    Les deux amies sont décrites par leur entourage comme "sociables" et "aventurières". Louisa Vesterager Jespersen, 24 ans, était "toujours heureuse et positive. Tout le monde l'aimait et elle voyait le meilleur en chacun", a témoigné sa mère au journal danois B.T. Sur sa photo de profil Facebook, la jeune femme blonde pose souriante au milieu des montagnes. Elle était titulaire d'une licence de rafting et voulait tenter un nouveau défi avec son amie Maren Ueland.

    Cette dernière "adorait se promener avec l'immense Leonberger familial, Alf Herman, sur la plage Orrestranda près de Stavanger" dans le sud-ouest de la Norvège. Maren avait 28 ans et "détestait Noël, le stress, l'hystérie des cadeaux, cette mentalité du tout jetable. Mais c'était en même temps quelqu'un de très famille", a raconté sa mère au journal norvégien Aftenbladet.

    Les deux jeunes femmes avaient donc décidé de partir au Maroc pour Noël. Elles qui avaient déjà beaucoup vadrouillé à l'étranger "avaient pris toutes les précautions nécessaires avant de partir pour ce voyage", a assuré la mère de Maren à la télévision norvégienne. De leur côté, les parents de Louisa Vesterager Jespersen avaient – en vain – déconseillé à leur fille de partir au Maroc, un pays qu'ils jugeaient "chaotique".

    3Comment ont été interpellés les suspects ? 

    Quatre hommes ont été rapidement interpellés grâce à la mise en place d'un important dispositif policier. Dès le lundi matin, les forces de l'ordre repèrent la tente des suspects et découvrent à l'intérieur, selon plusieurs sources citées par Le Parisien : "Des couvertures, des armes blanches, et surtout la pièce d’identité de l’un des suspects."

    Le premier suspect est arrêté dès mardi matin par le Bureau central d'investigation judiciaire (BCIJ) "dans la banlieue de Marrakech" relate le site marocain Médias24. Le site précise que les "trois autres individus ont été identifiés peu après en se basant d'une part sur les données recueillies sur place et d'autre part, sur les déclarations du premier suspect". Ils sont appréhendés jeudi, lorsqu'un "vendeur ambulant repère l'arme blanche que porte l'un d'entre eux" indique Le Parisien. La police marocaine a depuis procédé à neuf nouvelles arrestations en lien avec le meurtre "terroriste" des deux randonneuses. 

    4Qui sont ces hommes ? 

    Agés de 25 à 33 ans, les quatre hommes, tous marocains, s'étaient rendus dans la région d'Imlil dans le but d'y commettre un crime, mais sans avoir "décidé préalablement de cible précise" a indiqué le porte-parole de la sûreté nationale, Boubker Sabik sur la chaîne marocaine 2M.

    Les quatre hommes vivaient de petits métiers et avaient quitté leurs foyers sous de faux prétextes. "A ses parents, l’un d’eux a ainsi assuré qu’il partait chercher du travail à Dakhla, une ville non loin du Sahara" est-il précisé dans le Parisien.

    Dans une vidéo enregistrée jeudi 13 décembre, ils ont prêté allégeance au groupe terroriste Etat islamique et à son chef, Abou-Bakr Al-Baghdadi. D'après Boubker Sabik, "seul un des quatre suspects arrêtés a des antécédents d’extrémisme et fut arrêté en 2013 pour son rôle dans le recrutement et l’embrigadement de jeunes pour des organisations extrémistes". Le crime n'a toutefois pas été coordonné par l'EI, il s'agit de "loups solitaires", affirme Boubker Sabik. 

    Selon le journal danois BT, qui cite un enquêteur marocain, l'un des suspects arrêtés, Abdessamad Ejjoud, 25 ans, serait "l'émir du groupe", celui qui a inspiré et dirigé les trois autres. 

    5Quelles ont été les réactions ? 

    Le double meurtre a provoqué une vive émotion en Norvège, au Danemark mais aussi au Maroc. "Ces assassins nous font honte" a ainsi écrit le quotidien marocain L'Economiste, vendredi 21 décembre. Le lendemain, des centaines de personnes se sont rassemblées à Rabat, capitale du pays, devant les ambassades du Danemark et de Norvège. Une minute de silence a été observée par les anonymes et les représentants diplomatiques des deux pays. 

    Depuis l'attentat de Marrakech perpétré en avril 2011 et qui avait fait 17 morts, le Maroc n'avait connu aucun acte terroriste islamiste. La sécurité avait considérablement été renforcée autour des sites sensibles du pays. 

    Les médias nationaux s'inquiètent des répercussions que ce double meurtre pourrait avoir sur le tourisme, secteur clé de l'économie, puisqu'il représente 10% de la richesse du pays. Le mont Toukbal attirerait chaque année des dizaines de milliers de randonneurs. Son ascension figure parmi les destinations phares des tour-opérateurs. "Près de 90% de la population locale à Imlil vit directement ou indirectement du tourisme local" affirme le site Internet Yabiladi. Pour un guide local à Imlil, joint par l'AFP, "c'est très mauvais pour la région, il va sans doute y avoir des annulations" de séjours.

  • Chanson traditionnelle danoise interdite...

     

    Danemark : une chanson traditionnelle sur une « jeune fille blonde » bannie d’une école car une prof d’origine étrangère se sentait offensée par les paroles

    19h44

    Danemark – Une chanson traditionnelle a récemment suscité la controverse. Une enseignante d’origine étrangère de la Copenhagen Business School (CBS) a été offensée par les paroles d’une chanson interprétée lors d’une réunion scolaire. Elle a dit se sentir « non-incluse » par la chanson.

    Le titre de la chanson est « Den danske sang er en ung blond pige » (« La chanson danoise est une jeune fille blonde ») – une chanson évoquant la beauté et l’âme du Danemark et des Danois.

    L’université s’est rapidement excusée, a fait savoir que ce classique ne serait plus chanté dans l’établissement et a remercié l’enseignante pour sa vigilance.

    (…) Kristeligt-Dagblad.dk

    Le Premier ministre Lars Løkke Rasmussen a fait part de son incrédulité au sujet de cette affaire : « Je suis conciliant et je ne juge pas quelqu’un en fonction de sa couleur de sa peau ou de sa religion, mais il ne peut tout simplement pas être admis que nous ne puissions plus chanter des chansons traditionnelles dans cet établissement scolaire », écrit Rasmussen sur Facebook. En plus de s’excuser auprès de l’enseignante, qui est issue une minorité ethnique, CBS a également indiqué que la chanson ne serait plus jouée.

    (…) CPHPost

  • Belgique : « À Bruxelles, 90% des allocataires sociaux sont d’origine étrangère. Cette ville est en voie de paupérisation à cause de l’immigration »

     

    20h39

    FIGAROVOX/ENTRETIEN – Alain Destexhe analyse les tensions autour de l’immigration en Belgique. Le modèle multiculturaliste a échoué, argumente-t-il.

    Pourquoi la question de l’immigration a-t-elle une telle importance en Belgique?

    Par rapport à sa population, la Belgique a reçu beaucoup plus d’immigrés que ses voisins, y compris la France. Dans les années 2000, le solde migratoire a été quatre fois plus important en Belgique qu’en France ou en Allemagne! Les problèmes qui en résultent (absence d’intégration, communautarisme, développement de l’islamisme) ont été niés ou minimisés.

    Il y a aussi un clivage entre Flamands et Wallons. Au nord du pays, la NV-A et le Vlaams Belang (parti proche des thèses de Marine Le Pen) se sont emparés depuis longtemps de ces questions migratoires. Au sud du pays, la presse et les partis politiques se sont montrés plus réticents. De plus, le nord du pays vote majoritairement à droite (l’extrême droite et la droite nationaliste comptent pour près de 40% du corps électoral alors que le sud vote à gauche.

    (…)

    A quel point Bruxelles est-elle aujourd’hui une ville multiculturelle?

    Bruxelles compte déjà probablement 30% de musulmans. En quelques années à peine, les Belges d’origine sont devenus minoritaires à Bruxelles. (…) Le Parlement régional bruxellois, où les Belges d’origine étrangère sont en passe de devenir majoritaires, vote des résolutions sur la Palestine ou les Rohingyas de Birmanie mais ne s’intéresse pas à la situation des droits de l’Homme en Turquie. Dans les écoles primaires publiques bruxelloises, plus de 50% des enfants suivent le cours de religion musulmane.

    (…) La démographie est, ici, une question centrale. Bruxelles est devenue la seconde ville la plus cosmopolite du monde après Dubaï, sans en avoir la richesse. Autrefois, la ville la plus riche du royaume, elle est en voie de paupérisation suite aux vagues migratoires. À Bruxelles, 90 % des allocataires sociaux sont d’origine étrangère. Cela devrait faire réfléchir ceux qui prônent des frontières ouvertes tout en dénonçant la montée des inégalités.

    (…) Le Figaro

     
  • Meurtre d’Eva Bourseau à Toulouse : Taha et Zak condamnés à 30 ans et 25 ans de prison

     

    16h46

    Taha Mrani Alaoui et Zakariya Banouni ont été reconnus coupables du meurtre d’Eva Bourseau. La cour d’assises de la Haute-Garonne, à Toulouse, les a condamnés respectivement à 30 ans et 25 ans de prison.

    (…)

  • Maroc : deux touristes européennes égorgées et décapitées en vidéo (MàJ : 13 arrestations, les amis et la famille reçoivent photos et vidéos sur leur facebook)

     

    21h56

    21/12/2018

    […]
    Le clip, dans lequel un terroriste présumé de Daesch crie « c’est la volonté d’Allah », a également été envoyé à des amis de Mme Jespersen par « message privé », a-t-il été affirmé.

    Depuis, il a été révélé que des images horribles des touristes tués ont été affichées sur la page Facebook de la mère de Mme Ueland, Irene. Certains Marocains ont bizarrement affiché les images dans une tentative malavisée d’exprimer leur sympathie et d’appeler à l’exécution des assassins.

    […]

    Les images des atrocités auraient été envoyées à des amis de Louisa Jespersen, l’une des deux victimes. Bien qu’on ne sache pas exactement qui a envoyé les images, il s’agirait vraisemblablement de militants islamistes.

    […]

    La correspondante du New York Times, Rukmini Callimachi, a tweeté : Un fonctionnaire européen proche de l’enquête a confirmé que la vidéo sur la décapitation avait été envoyée par messagerie privée à des amis de la Danoise exécutée par des expéditeurs inconnus qui semblaient avoir des profils marocains. La police enquête.
    […]

    Daily Mail


    MàJ 20/12

    Medias24
     
    @Medias24
     
     

    Les terroristes d'Imlil avaient enregistré une vidéo d'allégeance à Baghdadi et à Daech (chercheur) https://www.medias24.com/MAROC/Les-plus-de-Medias-24/188630-Les-terroristes-d-Imlil-avaient-deja-enregistre-une-video-d-allegeance-a-Baghdadi-et-a-Daech-chercheur.html 

     
    Voir les autres Tweets de Medias24
     
     

     


    (…) Les autorités danoises ont authentifié une vidéo circulant sur les réseaux sociaux : celle-ci montre l’une des touristes scandinaves hurlant de douleur alors qu’un homme la décapite avec un long couteau.

    (…) Sky News

    « Les Services de renseignement danois confirment qu’une vidéo circulant sur Internet montre le meurtre d’une des deux femmes tuées au Maroc », ont indiqué les autorités dans un communiqué.

    Dans la vidéo d’une extrême violence relayée sur les réseaux sociaux, l’un des meurtriers prononce plusieurs fois les mots « ennemis d’Allah » et parle d’une « revanche pour nous frères à Hajine ».

    (…) RTL.fr


    Trois hommes recherchés ont été arrêtés à Marrakech, a-t-on appris jeudi de source proche du dossier. Les autorités marocaines avaient déjà arrêté lundi à Marrakech un premier suspect appartenant à « un groupe extrémiste », quelques heures après la découverte des corps des deux jeunes randonneuses.

    Les enquêteurs avaient diffusé dans la nuit de mercredi à jeudi un avis de recherche des trois suspects alors en cavale. Tous les trois sont originaires de Marrakech, selon cet avis, et l’un d’eux a des antécédents judiciaires « liés à des actes terroristes« , selon les informations obtenues par l’AFP.

    (…) RTL.be


    Nouveau développement dans l’affaire du meurtre des deux touristes scandinaves dans le Haouz. Selon des sources sécuritaires contactées par TelQuel, les enquêteurs étudient la possibilité que des terroristes affiliés à Daech soient à l’origine du crime. Les services de sécurité ont diffusé trois portraits robots en vue de retrouver trois suspects, tous de nationalité marocaine. Un quatrième suspect a, pour rappel, été interpellé le 18 décembre.

    Ces révélations interviennent alors que de supposées vidéos du meurtre des deux jeunes femmes âgées de 24 et 28 ans commencent à circuler sur Internet. Celles-ci sont actuellement analysées par les autorités pour déterminer leur authenticité.

    […]

    TelQuel


    MàJ 19/12

    La piste terroriste est donc confirmée par des sources sûres proches de l’enquête. Les quatre suspects du meurtre de deux touristes scandinaves, retrouvées mortes lundi matin 17 décembre, dans la région d’Imlil, sur la route du Toubkal, ont été identifiés par le BCIJ.

    L’un d’entre eux a été arrêté le lendemain à Marrakech.

    Les trois autres sont en cavale et activement recherchés. Ci-dessus, leurs photos.

    Medias24

    (Merci à Gastone)


    Une vidéo montrant la décapitation des touristes scandinaves circule sur les réseaux sociaux, ce qui laisse peu de doutes sur le caractère terroriste de l’odieux assassinat.

    […]

    Dans la vidéo, que H24info a évidemment choisi de ne pas publier à cause de son côté extrêmement violent, on entend un des assassins évoquer un « acte de vengeance ».

    H24info


    Meurtre de deux Scandinaves au Maroc : la « piste terroriste » envisagée (source proche du dossier).


    MàJ 18/12

    La victime danoise, Louisa Vesterager Jespersen, âgée de 24 ans, «s’est fait trancher la gorge», a affirmé sa mère Helle Petersen, citée par le journal danois B.T.. Sa famille lui avait déconseillée de se rendre au Maroc «à cause de la situation chaotique», a-t-elle précisé. Selon les informations de sa page Facebook, Louisa étudiait en Norvège pour être guide et était avide d’aventures. L’autre victime était âgée de 28 ans, selon les médias marocains.

    […]

    La victime norvégienne, Maren Ueland, était âgée de 28 ans. «Elle était tellement bien. Sa priorité était la sécurité. Les filles avaient pris toutes les précautions avant de s’embarquer pour ce voyage», a témoigné sa mère, Irene Ueland, à la radiotélévision norvégienne NRK.

    […]

    «C’est très mauvais pour la région, il va sans doute y avoir des annulations» de séjours, a déclaré un guide local, Hossein, joint par l’AFP à Imlil, un village de montagne qui sert de point de départ des randonnées pour l’ascension du plus haut sommet d’Afrique du Nord, le Mont Toubkal

    Tribune de Genève 

  • Le terroriste alsacien né en Alsace pourrait être inhumé en Algérie

     

     

    Au lendemain de l’attentat de Strasbourg, le député LREM Bruno Studer s’était lancé dans un solo de « padamalgam ». Attention, Mesdames et Messieurs, plan plan rataplan, le tueur était un « Strasbourgeois né à Strasbourg, un Alsacien né en Alsace, un Français né en France ». Un pur produit du terroir, certifié label rouge, du fabriqué « à l’ancienne », crévindiou !

    Une semaine plus tard, le petit papa Noël à la barbe rousse, père du Strasbourgeois assassin, se présente à la mairie de la ville pour demander l’acte de décès de son fils en vue du rapatriement du corps en Algérie. C’est bien connu, l’Alsacien né en Alsace a pour coutume de se faire inhumer sous le soleil du Maghreb. En costume folklorique, au son d’un orchestre bavarois, bien entendu, mais loin de sa région natale dont il redoute les hivers rigoureux. Le Strasbourgeois né à Strasbourg a de très longues racines qui lui permettent de rester en contact au-delà du trépas, avec le cœur de sa culture d’origine. Grace à un cercueil relié au Wi-Fi local, le macchabée ne perd pas une miette de son identité d’homme du nord-est de la France…

    Pour Roland Ries, maire de Strasbourg, la visite du barbu de Noël fut une aubaine. Un moment de pure magie (malgré l’absence de traîneau). Après s’être déclaré « hostile, sinon réticent » à une inhumation dans sa ville, l’irréductible du « vivre ensemble » a estimé qu’un enterrement en Algérie serait effectivement « la solution la plus simple ». Quelle idée de génie ! Merci papa Noël.

    Adieu, joli discours main sur le cœur de l’illuminé LREM. La comédie de l’Alsacien né en Alsace était terminée. La municipalité n’assure pas le service après-vente. « À condition que l’Algérie accepte », s’est soudain inquiété le maire scintillant. La patate chaude pourrait passer de main en main. 3615 Qui-n’en-veut. Le Maroc alsacien ? La Tunisie auvergnate ? L’Afghanistan breton ? Y a-t-il un cimetière dans ces pays éloignés où les fossoyeurs parlent couramment un patois régional français ? Le défunt ne comprend aucune autre langue.

    Là est la douleur métaphysique du Bisounours né en Bisounourserie. L’écartèlement entre son baratin et la réalité. La rencontre difficile de la peluche avec le fiché S qui tire sur la foule. Placé là, devant le corps inanimé du meurtrier, il convient tout à coup que sa vraie place est ailleurs. Appelle de ses vœux un retour aux racines originelles. La solution plus simple évoquée par l’élu strasbourgeois serait qu’il renoue avec un semblant de lucidité.

    NOVOPRESS

  • JT TVL 21 DECEMBRE 2018

  • JT TVL 20 décembre_

  • Attentat de Strasbourg: comment on fabrique le déni

     

    L'attentat de Strasbourg n'a pas mis fin au "pas d'amalgame"

     
     
     

    L’attentat de Strasbourg a mis en acte plusieurs facettes du déni tel qu’il se pratique en France, chaque fois qu’il est question d’islamisme ou de terrorisme islamiste.


    Règle n°1: le déni est d’abord celui de l’Etat et de la classe politique

     

    Le 12 décembre, alors qu’il est déjà acquis qu’un terroriste islamiste nommé Chérif Chekatt, d’origine algérienne, délinquant multirécidiviste, tire à vue sur les badauds du marché de Noël de Strasbourg, les pouvoirs publics s’emploient à nier l’attentat. Laurent Nunez, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur, sur France Inter, refuse de qualifier les actes du tueur islamiste d’ « attentat ». Quelle raison donne-t-il ? « Le tireur n’a jamais essayé de se rendre en Syrie ».

    Bruno Studer, député LREM, a sangloté deux jours plus tard sur les bancs de l’Assemblée nationale en déclarant : « Hier soir, un Strasbourgeois né à Strasbourg, un Alsacien né en Alsace, un Français né en France, et n’ayant grandi nulle part ailleurs qu’à Strasbourg, en Alsace et en France, a décidé pour des raisons que l’enquête déterminera de semer la terreur sur le marché de Noël de Strasbourg ».

    MM. Studer et Nunez ont cherché tous deux à déréaliser le réel. Telle est la définition du déni. Les attentats islamistes ne sont pas des attentats islamistes car l’islam est une religion de paix et d’amour. Questionner l’islam reviendrait à « stigmatiser » l’ensemble des musulmans. L’attentat de Strasbourg doit rester l’acte isolé d’un « Français » lambda, incompréhensible, et donc dément. Telle est d’ailleurs la thèse de la justice depuis 2015 : les terroristes sont des déséquilibrés qui agissent seuls.

    Il serait bien sûr inacceptable, tant sur les plans moral que politique, de pointer un doigt accusateur sur l’islam et les musulmans. Mais le dédouanement en bloc, la négation de la sécession politique et culturelle d’une frange importante de la communauté des Français musulmans, sont-ils pour autant acceptables ?

    Règle n°2: le déni s’appuie sur les « experts »

    Cette politique publique du déni est servie par de puissants alliés. Médias et experts s’associent souvent pour conforter la thèse que l’islam ne saurait être meurtrier. Pour ce faire, il n’existe qu’une seule technique connue : transformer le tueur en victime. C’est ce qu’ont fait le 14 décembre, Le Monde et Farhad Khosrokhavar, « expert » de l’islam et auteur de plusieurs livres sur le sujet. Affirmer que Chekatt « est un individu animé par un islamisme radical, fait peur à la société et crée une atmosphère de panique généralisée »,explique M. Khosrokhavar. Refusant de « faire peur », M. Khosrokhavar a donc développé la thèse devenue un classique que Chekatt était un pauvre garçon « désespéré » « qui veut en découdre avec la société, en a assez de vivre une vie éclatée entre la prison et le monde extérieur ». Strasbourg n’a pas été victime d’un attentat islamiste mais d’un « moment de fragilité psychologique ou un désir de revanche » sociale d’un malheureux.

    Le chercheur Olivier Roy est le chef de file de cette école de la désinformation. Olivier Roy analyse la réislamisation des sociétés musulmanes comme la conjonction de quêtes existentielles individuelles. « Allah akbar » serait selon lui l’équivalent du peace and love des hippies des années 1960. Plus la chape islamiste massifie les populations, plus il perçoit les rues du Caire comme peuplées de hippies musulmans en quête de solutions personnelles.

    On voit bien l’intérêt de cette « théorie » pour les pouvoirs publics. Elle permet de ne pas répondre à cette question vitale que chaque Français se pose : le musulman du coin de la rue est-il ou non cet inquiétant voisin qui menace de découper le juif ou le mécréant à la machette ? Olivier Roy et Farhad Khosrokhavar contribuent au déni de l’Etat quand ils bottent la question en touche et affirment que les jeunes radicalisés ne sont pas des terroristes islamistes, mais des hippies qui ont mal tourné.

    Gilles Kepel, l’un des rares vrais experts français de l’islam, s’est indigné sur FranceTv info de ces calembredaines meurtrières : « Certains spécialistes, comme le sociologue Farhad Khosrokhavar, expliquent que Cherif Chekatt n’était pas un djihadiste mais un déprimé, qu’il a fait cela par désespoir. On a là l’explication de l’échec total de ce qu’a été notre politique par rapport à ce phénomène : l’incapacité à comprendre la dimension idéologique de la radicalisation, à comprendre ce qu’il se passait dans les prisons, etc. Il faudrait que le président de la République se saisisse de cette question et arrête de faire en sorte que notre administration soit à côté de la plaque sur ce type d’enjeu. »

    Mais à quoi bon s’égosiller dans le désert. Les forces du déni sont puissantes.

    Règle n°3: les médias sont le principal relais du déni

    Aux tenants de la classe politique et des experts, il faut ajouter les médias. Quelle meilleure façon d’accréditer la thèse du déséquilibré dans le public que d’aller interviewer le père et la mère du terroriste assassin. Lesquels, comme n’importe quelle famille française, ont éduqué leur rejeton dans le respect de la loi et de l’ordre républicain. Le déni fonctionne sur ces présupposés communs. Comme l’islam, la famille est un relais de paix et d’amour.

    France 2 est donc allé interviewer la famille Chekatt. Et les Français ont découvert le père Chekatt, le chef orné d’un bonnet à l’effigie de Che Guevara et portant la barbe teinte en roux des salafistes les plus radicaux. La question de France 2 était : comment votre fils a-t-il pu aussi mal tourner ? La réponse du père (des voisins, des amis, de la grand-mère) est toujours la même : il était très-très gentil.

    Bref, la télé filme le cœur d’une cellule islamiste radicalisée, mais refuse de voir ce qui crève les yeux :  le père est lui-même islamiste, fiché S [ndlr: ce texte a été publié avant le démenti de France 2: « Contrairement à ce qui est indiqué dans le commentaire du reportage, le père de Cherif Chekatt n’est pas fiché S »] et se teint la barbe en roux, au henné pour mieux imiter le prophète. Ils sont en France depuis trente ans, parlent à peine le français, et les murs délabrés de leur appartement, son mobilier plus que sommaire témoignent moins de la pauvreté que du refus de s’installer confortablement dans la société française.

    Aucune question dérangeante ne sera posée : pourquoi portez-vous la barbe des salafistes? Que signifie ce bonnet à l’effigie de Che Guevara ? Quelle éducation avez-vous donné à votre fils pour qu’il soit considéré comme un délinquant même par les enseignants de son école primaire ?…

    Le déni est si puissant que les islamistes radicaux n’ont même plus besoin de se cacher. Ils sont là au grand jour et personne ne veut les voir. La police elle-même a relâché le couple parental après moins de 24 heures d’interrogatoire. Rappelons que les services sociaux ont mis gracieusement un logement social à Tremblay-en-France, à la disposition de Zoulikah Merah, la mère de Mohamed Merah pour qu’elle puisse se rapprocher de son fils Aldelkader Merah, incarcéré à Villepinte en 2017.

    Règle n°4: « Vous n’aurez pas ma haine »

    L’autre forme du déni médiatique est de trouver celui qui clamera « vous n’aurez pas ma haine ». Un rôle que le professeur Philippe Meirieu a tenu à merveille lui, dont le tweet sera abondamment relayé par les réseaux sociaux. « Attentats de Strasbourg : la barbarie est là, tapie dans notre quotidien. Surtout ne pas oublier que le passage à l’acte, même préparé de longue date, peut toujours être suspendu par un mot, un geste, une rencontre. Adoucir le monde, voilà l’urgence. »

    Philippe Meirieu@PhilippeMeirieu
     
     

    Attentats de Strasbourg : la barbarie est là, tapie dans notre quotidien. Surtout ne pas oublier que le passage à l’acte, même préparé de longue date, peut toujours être suspendu par un mot, un geste, une rencontre. Adoucir le monde, voilà l’urgence.

     
    460 personnes parlent à ce sujet
     
     

    Règle n°5: le musulman est la seule victime de la société française

    Enfin, ce concert déréalisant, se termine toujours par les mêmes points d’orgue : les déclarations des leaders de la communauté musulmane. Ils viennent toujours opportunément rappeler qu’il n’existe qu’une seule victime en France, c’est le musulman. « Les musulmans vivent dans un climat anxiogène », a déclaré Dalil Boubakeur, recteur de la mosquée de Paris dans un entretien accordé début décembre à un journal algérien. Le même trouverait profondément inconvenant que l’on se demande si les Français non-musulmans ne vivent pas eux-aussi dans un climat anxiogène. Du fait des musulmans radicalisés par exemple.

    CAUSEUR.fr

    Le grand abandon: Les élites françaises et l'islamisme

    Price: EUR 22,00

    5.0 étoiles sur 5(5 customer reviews)

    10 used & new available from EUR 22,00

     

     

    Terreur dans l'Hexagone: Genèse du djihad français

    Price: EUR 7,80

    4.1 étoiles sur 5(56 customer reviews)

    14 used & new available from EUR 7,80

     

     

     
  • Pacte de Marrakech : 13 généraux accusent Macron de « trahison » (MàJ : le ministère des Armées réfléchit à des sanctions disciplinaires)

     

    0h25

    18/12

    Contacté par L’Opinion, le ministère des Armées a qualifié d’«inadmissibles et indignes» les termes de la lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron par 13 officiers, opposés à l’adhésion de la France au pacte de Marrakech.  

    La lettre ouverte de 13 chefs militaires français à l’attention du président de la République Emmanuel Macron, dénonçant le pacte mondial de l’ONU sur les migrations (dit pacte de Marrakech), n’a guère été du goût du gouvernement. Contacté par L’Opinion ce 17 décembre, le cabinet de la ministre des Armées Florence Parly a jugé les propos contenus dans cette lettre «inadmissibles et indignes». «Les généraux 2S [de la 2e section, c’est-à-dire qui ne sont plus actifs au sein de l’armée mais toujours mobilisables] qui ont signé ce texte sortent du devoir de réserve auquel ils sont soumis. Ce devoir de réserve les oblige et ce d’autant plus qu’en tant qu’officiers généraux ils incarnent le sommet de la hiérarchie militaire, c’est-à-dire qu’ils ont la charge de montrer l’exemple», a confié au quotidien le cabinet de la ministre.

    "Ils ne répondent pas à leurs obligations statutaires et s’exposent de ce fait à des sanctions disciplinaires, dont nous apprécierons l’opportunité dans les jours à venir"

    RT


    14/12

    Un ancien ministre de la Défense, dix généraux, un amiral et un colonel. Dans un contexte de crise politique issue de la fronde des Gilets jaunes, un groupe d’officiers à la retraite vient de contresigner une lettre ouverte, demandant à Emmanuel Macron de renoncer à signer le pacte de Marrakech.

    Les signataires de cette lettre, écrite par le général Antoine Martinez, un ancien haut gradé de l’armée de l’air estiment qu’en ratifiant le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, Emmanuel Macron se rendrait « coupable d’un déni de démocratie, voire de trahison à l’égard de la nation ».

    (…) Parmi les signatures connues, figure Charles Millon, l’ex-ministre de la Défense de Jacques Chirac. Mais aussi le souverainiste Didier Tauzin, général, ou encore le général Christian Piquemal, radié des cadres de l’armée en septembre 2016, après avoir organisé une manifestation interdite contre les migrants à Calais.

    (…) Le Parisien

  • Strasbourg : un cinquième mort des suites de l’attentat (MàJ : la presse polonaise rapporte qu’il a agi en héros)

     

    19h55

    (…)
    Ce jour-là, Bartek était allé à un concert dans l’un des clubs. Avant le début du concert, Bartek et une connaissance, un journaliste italien et deux musiciens se tenaient devant l’entrée. Ils sont sortis pour fumer. Ils ont ensuite vu un homme armé d’une arme à feu. Les témoins nous ont rapporté qu’ils s’étaient précipités pour l’arrêter », déclare l’ami de Bartosz.

    Grâce à eux, la porte put rester fermée, l’agresseur n’est pas entré. Sinon, cela aurait été un massacre. Ça aurait fait comme au Bataclan à Paris, où les terroristes ont tiré sur des gens comme des canards. (…)

    NCZAS.com
    (Merci aux lecteurs qui nous ont pointé du doigt l’information)


    (…)
    Le musicien strasbourgeois Barto Pedro Orent-Niedzielski, connu sous le nom de «Bartosz», «Bartek» ou encore « Bart », est la cinquième victime décédée après l’attentat perpétré par Cherif Chekatt mardi 11 décembre à Strasbourg. Depuis mardi soir, il se trouvait en état de mort cérébrale.

     

    Bartek a été atteint d’une balle dans la tête alors qu’il se trouvait à côté du bar Les Savons d’Hélène dans la rue Sainte-Hélène. Il était avec le journaliste italien, Antonio Megalizzi, lui aussi grièvement blessé par le terroriste et décédé vendredi des suites de ses blessures.
    (…)

    L’Alsace

    (Merci à FR67)

  • JT TVL 17 décembre 2018