Juriste

SG du Collectif Culture, Libertés et Création du RBM

 
 

Si on pouvait légitimement craindre que Donald Trump mollirait une fois parvenu au pouvoir, les premiers signes envoyés par le nouveau président américain élu s’avèrent très encourageants. Les quelques noms des membres de son équipe qui ont déjà filtré dans la presse laissent entrevoir la constitution d’une équipe de choc, prête à donner et à prendre des coups.

Deux individus retiennent particulièrement l’attention des médias : le général à la retraite Michael Flynn et l’homme d’affaires et patron de presse Stephen Bannon. Le premier vient d’accepter le poste de conseiller à la sécurité nationale. Homme expérimenté et particulièrement respecté dans les rangs de l’armée américaine, Michael Flynn s’est violemment opposé aux politiques néo-conservatrices menées par les précédentes administrations, ne manquant jamais une occasion de rappeler la culpabilité de Hillary Clinton dans les fiascos irakiens, libyens puis syriens.

Partisan d’un réchauffement des relations entre les États-Unis et la Russie, Michael Flynn a fait de la destruction de l’État islamique son objectif prioritaire. Il se montrera tout aussi inflexible avec les partisans de l’islam politique des Frères musulmans, ces derniers risquant de se retrouver assez vite sur la liste des organisations terroristes… Néanmoins, son soutien à la Turquie du sultan Erdoğan interroge. Peut-être que la pratique du pouvoir l’amènera à amender sa position.

Deuxième cible de la gauchosphère : Stephen Bannon. Le fondateur de Breitbart News, une réussite exemplaire de média alternatif, ne manquera pas de livrer bataille contre le marxisme culturel à l’œuvre aux États-Unis mais aussi dans le reste du monde occidental.

 

Nous pouvons grandement nous en réjouir. Issu pour partie des études de l’École de Francfort, Herbert Marcuse en tête, le marxisme culturel est devenu, en l’espace de quelques décennies, hégémonique. Ayant privilégié la lutte des minorités à la lutte des classes, ses partisans font peser un danger mortel à nos sociétés.

 

Stephen Bannon étant à l’avant-garde de la réaction contre le marxisme culturel, il aura un rôle crucial et déterminant dans l’administration de Donald Trump. Ses partisans, comme ses détracteurs, l’attendent donc avec impatience. Preuve de son influence, la nomination de Jeff Sessions au poste de secrétaire à la Justice. Le sénateur républicain de l’Alabama s’oppose à toute régularisation de clandestins, de la même manière que le gouvernement australien. Il correspond à la vision défendue par Stephen Bannon.

Mike Pompeo, élu conservateur du Kansas, prendra de son côté les rênes de la CIA. Membre de la commission parlementaire consacrée à l’assaut de l’ambassade américaine à Benghazi, il a toujours été très sévère à l’endroit de la précédente administration. Son profil semble complémentaire de celui de Michael Flynn, dont il saura certainement tempérer les ardeurs.

En somme, l’administration qui commence à se dessiner répond aux espoirs qu’a suscités l’élection de Donald Trump. Nous, Français attachés à notre Histoire, pouvons nous réjouir de deux priorités que ces hommes neufs se sont fixées : stopper la progression du marxisme culturel et mater l’islam de combat.

Boulevard Voltaire