Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2016

Hongrie : l'angoisse persistante des villageois à la frontière croate

XVM3d6c85f0-870c-11e6-826d-98f071b1d1e5.jpg Koros.jpg

Par Stéphane Kovacs
Mis à jour le 30/09/2016 à 21h59 | Publié le 30/09/2016 à 17h47

REPORTAGE - Alors qu'un référendum antimigrants est organisé ce dimanche dans le pays, les 196 habitants de Koros, un village miné par le chômage, sont tous d'accord pour «défendre leur Hongrie».

Envoyée spécial à Koros (frontière hongro-croate)

Le soleil vient de disparaître derrière une rangée d'arbres, et le ciel se pare de magnifiques zébrures orangées. Voilà qui illumine le regard vitreux de l'«oncle Pista». Sa journée, il l'a passée assis sur un banc de fortune, juste devant chez lui, au bord de la route. Comme la veille. «Regarder le ciel et les voitures qui traversent le village, c'est à peu près tout ce qu'il y a à faire ici», observe le vieillard édenté.

Depuis quelques semaines cependant, il y a aussi les publicités rouge-blanc-vert pour le référendum de dimanche, accrochées aux réverbères, qui se balancent au gré du vent. À Koros, 196 âmes esseulées, loin de tout sauf de la frontière croate, tout le monde est d'accord pour «défendre notre Hongrie», comme le demande le premier ministre, Viktor Orban. Et les habitants aimeraient bien «compter, pour l'Union européenne, autant que les migrants».

Le village n'est qu'à 8 km de la Croatie, et pourtant, aucun de ses habitants n'a jamais vu de réfugié «en vrai». Même l'an dernier, au plus fort de la crise, avant que des clôtures de barbelés ne soient élevées le long des frontières serbe et croate. «À cet endroit, la démarcation, c'est la Drave, une rivière large et dangereuse, explique le maire (indépendant), Laszlo Gotthar. Les réfugiés sont donc passés par des communes voisines. Mais on en a beaucoup entendu parler!»

«On a vu à la télé comme les migrants avaient l'air agressifs. Comment ils traitent leurs femmes. Et moi, bien sûr que je ne suis pas rassuré : voyez comme je suis petit !»

Sandor, employé du seul magasin et du bar de Koros

Cambriolages, cultures saccagées, jardins piétinés, barrières démontées, «les habitants de ces villages n'en dormaient plus, poursuit l'édile. En fait, on n'a pas eu besoin de la propagande du gouvernement, mais juste d'écouter nos voisins pour comprendre que l'on ne voulait pas de ces “sauvages” qui ne pourraient pas s'intégrer chez nous». À plusieurs reprises, ses administrés ont appelé la police, croyant avoir aperçu un migrant… mais ce n'étaient que des fausses alertes.

Pour répondre à cette peur persistante, le maire a organisé des «forums» avec la population. Depuis début 2015 déjà, la municipalité avait deux gardes champêtres, armés et vêtus d'un uniforme kaki, chargés de surveiller le village. Il y a six mois, 22 caméras ont été installées. «On se sent plus en sécurité, même quand il n'y a pas de migrants!», clame le maire. Ce n'est pas l'avis de tous. «Deux gardes champêtres ne pourraient rien faire face à un groupe de criminels! assène Sandor, 46 ans, employé à la fois du seul magasin et du bar de Koros, qui communiquent. On a vu à la télé comme ils avaient l'air agressifs. Comment ils traitent leurs femmes. Et moi, bien sûr que je ne suis pas rassuré: voyez comme je suis petit!»

Pour épauler les quelque 10.000 soldats qui protègent les frontières, équipés de drones et d'hélicoptères, l'État cherche à enrôler 3.000 citoyens pour en faire une unité spéciale au sein de la police, des «chasseurs de frontières», armés de fusils et de bombes lacrymogènes. Une campagne de recrutement se déroule actuellement dans tout le pays. La formation de ces citoyens commencera le 1er novembre et durera six mois. À Koros aussi, on a vu les affiches… mais l'espoir est vite retombé. «Personne n'a pu postuler, regrette Laszlo Gotthar. Il faut le bac minimum, parler une langue étrangère…»

«J'ai compris que les réfugiés avaient quitté leur pays ; c'est triste et on les plaint. Mais je n'ai rien à partager d'autre que deux oies et quelques poules…»

Gyöngyi, 46 ans

Tous ceux qui ont fait des études, soupire le maire, ont quitté le village. Et 90 % de ceux qui restent sont au chômage. «Pourquoi les Européens n'investissent-ils pas ici, pourquoi on ne nous met pas une usine Mercedes dans le coin?», fulminent-ils. «Qui se soucie de nous? renchérit le maire. Regardez les employés communaux: avec leurs vieux vêtements troués, ils ressemblent à des migrants, pas vrai?»

Jardinage, maçonnerie, surveillance, la plupart des chômeurs font des travaux d'intérêt général, condition pour toucher l'allocation d'environ 180 euros par mois. «Pour moi qui ai deux adolescents, cela suffit tout juste pour l'eau, l'électricité, le bus, la nourriture! se récrie Gyöngyi, 46 ans, laissant entrevoir deux chicots noircis. J'ai compris que les réfugiés avaient quitté leur pays ; c'est triste et on les plaint. Mais je n'ai rien à partager d'autre que deux oies et quelques poules… J'ai entendu dire qu'ils avaient une aide financière presque aussi importante que la mienne. Or moi, personne ne va m'accueillir. Où vais-je pouvoir me réfugier si on en prend encore davantage?»

 «On touche le fond, et on voudrait encore nous imposer des gens dont on ne sait rien, qui sont peut-être des terroristes» 

Gyula, 60 ans

Dans le bar aux murs lépreux, plus personne n'a les moyens de se payer des verres. On parle du prochain jour de paie, où la municipalité offre à tous ceux qui le veulent un voyage en bus jusqu'au supermarché de la ville voisine - un aller-retour grignoterait déjà près de 10 % de leurs allocations… «On touche le fond, et on voudrait encore nous imposer des gens dont on ne sait rien, qui sont peut-être des terroristes! s'indigne Gyula, 60 ans. Nous aussi on aimerait bien fuir à l'étranger pour qu'on nous trouve un vrai travail!»

Certains ont hésité à se rendre aux urnes dimanche: «Ils pensaient faire ainsi comprendre au gouvernement qu'ils se sentaient abandonnés, explique le maire. Finalement, je crois qu'en grande majorité, ils iront voter non aux quotas de migrants ; la protection de leur patrie leur tient trop à cœur.» Quant à l'«oncle Pista», il votera aussi, «pour pas que ça change». Lui ne souhaite que de pouvoir continuer, «tranquillement», à «regarder passer les voitures».

Cet article est publié dans l'édition du Figaro du 01/10/2016.

23:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

"Montpellier sans clandestins" - Montpellier : des activistes d'extrême droite construisent un mur anti-migrants

Capture.PNG Montpellier  ID.PNG

 

>Société|30 septembre 2016, 21h25|8

 

  
 
 
SociétéMontpellierRéfugiésDemandeurs D'asileGénération Identitaire
 

« Montpellier sans clandestins ! (sic) ». C'est le tag inscrit sur le mur de parpaings construit par des activistes d'extrême droite du mouvement Génération identitaire dans la nuit de jeudi à vendredi, a repéré Midi Libre. Le mur, dressé devant un futur centre d'accueil de demandeurs d'asile, a été démonté dans la journée.
 

 

Les auteurs recherchés


Sur Twitter, le mouvement Génération identitaire s'est félicité de cette action en publiant une photo accompagnée de la phrase : « Ils ne viendront pas chez nous ». Les auteurs de cette « provocation », selon les termes de la préfecture de l'Hérault, sont recherchés. Le site visé, qui n'est pas encore ouvert, dispose d'une capacité de 97 places. La région Occitanie doit accueillir environ 1000 réfugiés après le démantèlement de la jungle de Calais.

Génération identitaire, créé en 2012, est la branche jeunes du Bloc identitaire, fondé en 2003 par d'anciens leaders d'Unité radicale, le groupuscule dissous un an plus tôt après la tentative d'assassinat de Jacques Chirac par l'un de ses sympathisants lors du défilé du 14-Juillet. Adepte d'actions très visibles, très présent sur l'internet, le Bloc identitaire défend une vision « ethnique » et « culturelle » de l'identité européenne, avec un discours islamophobe, rappelle Europe 1.

 

LE PARISIEN

23:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Attentat de Nice: le camion du tueur s'est arrêté parce qu'il a calé

d62157fb9a5bad097d281ae47455e.jpg camion.jpg

 
 

23:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Le visage de Louis XVII

Reconstitué en 3D à l'âge de sa disparition

22:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Mariage pour tous: ils tout lâché!

Après le ralliement de Sens commun à François Fillon, c’est au tour d’Hervé Mariton de se rallier au candidat du mondialisme Alain Juppé.

Avocat
 
 
 
 

À supposer que le mariage pour tous soit l’alpha et l’oméga de la vie politique française autour duquel tout doive s’organiser, force est de constater que les ténors de l’UMP et leurs ouailles de Sens commun ont vraiment tout lâché.
 
Après le ralliement de Sens commun à l’insipide François Fillon, c’est au tour d’Hervé Mariton de se rallier au candidat du mondialisme Alain Juppé. Condamné pour détournement de fonds publics, exilé au Canada, partisan de l’immigration pour pallier le problème des retraites, complice de la construction de la grande mosquée de Bordeaux et mécène en sa qualité de maire de Bordeaux des associations LGBT, on ne peut pas dire que Juppé incarne ce qu’on appelle la droite des valeurs.
 
Sur ce sujet, Sarkozy qui, après avoir dit que cela ne coûtait pas cher de dire qu’il abrogerait la loi Taubira, avec ses inimitables mimiques de marchand de tapis, est revenu sur cet engagement.

 

Mis en difficulté par la découverte des carnets de note de l’ancien ministre du pétrole libyen Choukri Ghanem, retrouvé noyé dans le Danube en avril 2012, dont il ressortirait une série de trois versements destinés à sa campagne présidentielle, on ne peut pas dire que la droite des « valeurs » ait le vent en poupe au sein des Républicains.
 
Le même Sarkozy qui vient d’affirmer son soutien à Hillary Clinton. On voit mal comment un militant patriote et conservateur pourrait tirer son épingle du jeu dans ces primaires.
 
Il reste le candidat Poisson, il est vrai beaucoup plus cohérent, tant sur les questions anthropologiques que sur les questions identitaires et de souveraineté. Et si ces primaires avaient un sens, ce serait celui de servir de caisse de résonance à un candidat d’une droite des valeurs authentique, qui ne rechigne pas, par ailleurs, à discuter avec Marion Maréchal et le SIEL ou à se rendre au Rendez-vous de Béziers et, pourquoi pas, à terme à envisager une alliance avec Marine Le Pen.
 
À cette condition, une telle candidature peut avoir un sens.
 
Jean-Frédéric Poisson perdrait, en revanche, toute sa crédibilité si, au lendemain des primaires, dans l’hypothèse prévisible où il ne serait pas élu, il appelait à voter pour le vainqueur des primaires.
 
Imagine-t-on, en pareille hypothèse, Poisson faire campagne pour un Juppé ou un Sarkozy contre Marine Le Pen en échange d’un sous-secrétariat ou même une réinvestiture à Rambouillet ? Autant dire que cela reviendrait à vendre ses convictions contre un plat de lentilles ?
 
Accordons donc à Jean-Frédéric Poisson le bénéfice de la bonne foi en faisant le pari de l’espérance. Mais ce pari n’est pas inconditionnel : il supposera, au lendemain des primaires, une prise de distance avec des hommes du passé qui ont tous, chacun à leur niveau, contribué au déclin de la France.

BV

21:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Journal TVL DU 30 SEPTEMBRE 2016

19:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Florian Philippot sur France 3

http://www.frontnational.com/videos/florian-philippot-sur...

03:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Une princesse saoudienne ordonne à son garde du corps de frapper et d'humilier un artisan qui faisait des travaux chez elle

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/violence...

01:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

29/09/2016

VIDEO - Hongrie : dimanche, les citoyens aux urnes pour dire « Non aux réfugiés » (Màj)

 

20h30

Les Hongrois se prononceront ce dimanche pour ou contre la directive de Bruxelles sur la répartition des réfugiés entre pays membre de l’Union européenne.

 

La question sera formulée ainsi : « voulez-vous que Bruxelles prévoit l’immigration en Hongrie de personnes n’ayant pas la nationalité hongroise, ce contre la volonté du Parlement ?  » Le premier ministre Viktor Orbán, qui est à l’initiative de ce référendum, appelle à voter « non« .

 

Viktor Orban table sur un plébiscite des Hongrois pour sa politique de rejet des réfugiés, soumise dimanche à un référendum en forme de défi à l’Union européenne, dont la seule inconnue et le seul risque politique, réside dans le taux de participation.

Quelque 8,3 millions d’électeurs sont appelés à valider l’opposition du premier ministre hongrois à la répartition de réfugiés au sein de l’Union européenne.

Un premier plan de « relocalisation » de 160 000 demandeurs d’asile entre les 28 États membres se met laborieusement en place depuis septembre 2015.

La Hongrie n’a proposé à ce jour aucune place d’accueil et se considèrera, si le Non l’emporte, comme définitivement affranchie de toute obligation de contribuer à l’effort européen. Viktor Orban a promis de traduire le résultat de la consultation « dans le système légal hongrois », sans donner de détail.

La Commission européenne affirme de son côté que le référendum n’aura aucun impact juridique sur les engagements adoptés. « Les États membres ont la responsabilité légale d’appliquer les décisions prises », a rappelé cette semaine le commissaire aux Migrations Dimitris Avramopoulos.

Mais les responsables européens redoutent en creux un nouveau coup porté à la légitimité des projets de l’UE et à l’unité de ses membres déjà malmenées par une succession de chocs, dont la pire crise migratoire depuis 1945 et la décision des Britanniques de quitter le groupe des 28.

« Si des référendums sont organisés sur chaque décision des ministres et du Parlement européen, l’autorité de la loi est en danger », s’est alarmé cet été Jean-Claude Juncker, le président de la Commission.

L’intitulé de la question posée aux Hongrois résume ce double défi à Bruxelles et à l’accueil des réfugiés : « Voulez-vous que l’Union européenne décrète une relocalisation obligatoire de citoyens non-hongrois en Hongrie sans l’approbation du Parlement hongrois ? »

« J’aime la Hongrie comme elle est et je ne veux pas que quelqu’un la change sur un ordre venu de l’extérieur », a encore récemment martelé le chef du gouvernement.

Les sondages donnent le rejet des quotas d’accueil largement vainqueur, un résultat à même de conforter politiquement Viktor Orban en Hongrie et de peaufiner son image de meneur du camp populiste anti-immigration en Europe. [...]

Suite sur La Presse Ca.

23:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Référendum Hongrie : Zoltán Kovács : "Bruxelles ne peut décider avec qui nous devons vivre ensemble."

ZOOM TVL

23:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Dimanche les Hongrois aux urnes pour dire Non aux réfugiés

1157041272253premierministrehongroisviktororban.jpg Orban.jpg

 

15h38

 

Viktor Orban table sur un plébiscite des Hongrois pour sa politique de rejet des réfugiés, soumise dimanche à un référendum en forme de défi à l’Union européenne, dont la seule inconnue et le seul risque politique, réside dans le taux de participation.

Quelque 8,3 millions d’électeurs sont appelés à valider l’opposition du premier ministre hongrois à la répartition de réfugiés au sein de l’Union européenne.

Un premier plan de « relocalisation » de 160 000 demandeurs d’asile entre les 28 États membres se met laborieusement en place depuis septembre 2015.

La Hongrie n’a proposé à ce jour aucune place d’accueil et se considèrera, si le Non l’emporte, comme définitivement affranchie de toute obligation de contribuer à l’effort européen. Viktor Orban a promis de traduire le résultat de la consultation « dans le système légal hongrois », sans donner de détail.

La Commission européenne affirme de son côté que le référendum n’aura aucun impact juridique sur les engagements adoptés. « Les États membres ont la responsabilité légale d’appliquer les décisions prises », a rappelé cette semaine le commissaire aux Migrations Dimitris Avramopoulos.

Mais les responsables européens redoutent en creux un nouveau coup porté à la légitimité des projets de l’UE et à l’unité de ses membres déjà malmenées par une succession de chocs, dont la pire crise migratoire depuis 1945 et la décision des Britanniques de quitter le groupe des 28.

« Si des référendums sont organisés sur chaque décision des ministres et du Parlement européen, l’autorité de la loi est en danger », s’est alarmé cet été Jean-Claude Juncker, le président de la Commission.

L’intitulé de la question posée aux Hongrois résume ce double défi à Bruxelles et à l’accueil des réfugiés : « Voulez-vous que l’Union européenne décrète une relocalisation obligatoire de citoyens non-hongrois en Hongrie sans l’approbation du Parlement hongrois ? »

« J’aime la Hongrie comme elle est et je ne veux pas que quelqu’un la change sur un ordre venu de l’extérieur », a encore récemment martelé le chef du gouvernement.

Les sondages donnent le rejet des quotas d’accueil largement vainqueur, un résultat à même de conforter politiquement Viktor Orban en Hongrie et de peaufiner son image de meneur du camp populiste anti-immigration en Europe. [...]

Suite sur La Presse Ca.

(merci à Dirk)

20:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Hayange (57) : le maire FN prive de local le Secours populaire, jugé trop « pro-migrants »

 

18h36

La municipalité (FN) de Hayange (Moselle) menace d’expulser dans les jours à venir l’antenne locale du Secours populaire qui occupait jusqu’à présent un local municipal à titre gratuit, et à qui elle reproche de mener une « propagande pro-migrants », selon des sources concordantes.

1609292205330102.jpg Fabien.jpg

Le Secours populaire est prié de quitter les lieux au plus tard vendredi, a dit à l’AFP le maire (FN) Fabien Engelmann, précisant que ce jour-là un huissier de justice se présenterait sur place et qu’ensuite, le cas échéant, une procédure d’expulsion serait lancée. Ces locaux, où sont stockés des denrées alimentaires et des vêtements à destination des personnes à faible revenu, « sont occupés sans bail », par une « succursale du Parti communiste », s’est justifié le maire. « Je n’ai rien contre le Secours populaire », mais (à Hayange) la présidente et le trésorier sont des militants du PC, qui font de la propagande pro-migrants toute l’année » et « utilisent l’image du Secours Populaire pour faire de la politique ».

(…)

Le Figaro

Merci à marine38

19:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

VIDEO - Nicolas Bay: " France Terre d'asile vit de l'immigration. Les Français en meurent."

http://www.fdesouche.com/772021-nicolas-bay-fn-france-ter...

Capture.PNG BAY.PNG

03:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Migrants : le PS accuse Stéphane Ravier « d’instrumentaliser ce sujet et de cibler les plus bas instincts »

1609290116280116.jpg

 

21h47

On s’en doutait. La décision gouvernementale de démanteler la « jungle » de Calais (où s’entassent 7 500 personnes), en répartissant les demandeurs d’asile et réfugiés politiques potentiels dans 164 centres d’accueil et d’orientation du pays, n’a pas fini d’agiter l’extrême droite.

 

[...] Stéphane Ravier (FN) [...] entend bien faire passer sa propre délibération anti-migrant lors du conseil d’arrondissement. « Marseille est fortement concernée et le 7e secteur (…) se verra imposer un flot de migrants », écrit-il. À en croire l’élu FN, cette possible « installation (…) nuit à l’ordre public, asphyxie l’économie locale, et même, « menace l’exercice des libertés individuelles ». [...]

Il n’empêche : du côté du PS, la proposition indigne. « Alors que sa propre majorité se fracture avec la démission de plusieurs de ses adjoints (…) Stéphane Ravier instrumentalise ce sujet et cible les plus bas instincts pour faire oublier son bilan catastrophique de maire », cogne Stéphane Mari. {…]

La Provence

02:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Tweets - Dossier Tabou sur M6 - Sarkozy démasqué par Buisson

Capture.PNG Villepin.PNG

Capture.PNG eL2ONORE bEZ TABOU.PNG

Capture.PNG Kadhafi.PNG

Zoomez pour lire les tweets

 

02:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

L'IVG n'est pas un acte anodin

Posté le 28 septembre 2016 à 22h25 | Lien permanent

 

Une enquête de Charlotte d'Ornellas (avril 2016) auprès de jeunes femmes qui ont très mal vécu leur avortement :

"Le ministère de la Santé, sous l'égide de Marisol Touraine, avait lancé, quarante ans après la loi Veil, en septembre 2015, une campagne pour le droit à l'avortement : "L'IVG, c'est mon droit." Six mois après, Charlotte d'Ornellas a enquêté auprès de jeunes femmes qui ont connu cette douloureuse épreuve et que les services du ministère avaient, pour certaines, contactées en vue de témoigner. Mais, finalement, le ministère s'était ravisé : ces jeunes femmes n'étaient pas dans la (gauche) ligne du ministère. Un reportage et des témoignages bouleversants."

Le Salon Beige

 

01:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Désinformation : Ouest France avoue filtrer l'information

Posté le 28 septembre 2016 à 22h42 | Lien permanent

 

Dans un article de ce jour sur la "fachosphère", le journaliste Thierry Richard se laisse aller (involontairement ?) à une confidence en évoquant "le filtre des médias traditionnels"... :

sans-titre.png

Michel Janva

00:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Mort de Shimon Pérès, l’homme de "paix" qui aura apporté la Bombe (française) à Israël

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Mort-de-Shimon-Pere...

A lire absolument

00:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

28/09/2016

Florian Philippot sur Sarkozy et Buisson

21:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Gilbert Collard invité des 4 Vérités

A écouter!

21:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)