Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/02/2018

Le plan de Staline pour conquérir l'Europe

‌http://library.flawlesslogic.com/suvorov_fr.htm

Poslednyaya Respublika («La dernière république»), par Viktor Suvorov (Vladimir Rezun). Moscou : TKO ACT, 1996. 470 pages. Couverture cartonnée. Photographies. 


Un commentaire de Daniel W. Michaels. 

Il y a maintenant plusieurs années de cela, un ancien officier du renseignement militaire soviétique nommé Vladimir Rezun provoqua de vives discussions en Russie à cause de son affirmation sensationnelle, selon laquelle Hitler a attaqué la Russie soviétique en juin 1941, au moment exact où Staline se préparait à submerger l'Allemagne et l'Europe de l'Ouest, en prélude à une opération bien préparée, visant à «libérer» toute l'Europe en la mettant sous domination communiste. 

Ecrivant sous le nom de plume de Viktor Suvorov, Rezun a développé cette thèse dans trois livres. Le Brise-glace (qui a été traduit en anglais et en français [1989] ) et Dni M («M-Day») ont été présentés dans le Journal of Historical Review, nov-déc. 1997. Le troisième livre, présenté ici, est un ouvrage de 470 pages, «La dernière république : pourquoi l'Union Soviétique perdit la Seconde Guerre Mondiale», publié à Moscou en 1996. 

Suvorov présente une abondance de preuves, montrant que quand Hitler déclencha son «Opération Barbarossa» contre la Russie Soviétique le 22 juin 1941, les forces allemandes purent infliger d'énormes pertes aux Soviétiques précisément parce que les troupes russes étaient très bien préparées pour la guerre -- mais pour une guerre d'agression qui fut programmée pour le début de juillet -- et pas pour la guerre défensive qui leur fut imposée par l'attaque préventive de Hitler...

Lire la suite sur le lien 

03:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Clichy-sous-Bois : trois hommes arrêtés pour anthropophagie

 

>Faits divers|Julien Constant|19 février 2018, 11h18|MAJ : 19 février 2018, 12h01|14
 

Ils ont violemment mordu leur victime à la lèvre inférieure et à l’oreille gauche avant de consommer les morceaux.

Trois Capverdiens ont été interpellés, dimanche soir à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), pour violences volontaires, acte de barbarie et anthropophagie ayant entraîné une mutilation permanente.

Vers 18 heures, allée Hector-Berlioz, quatre hommes se disputent pour une histoire d’argent. Trois hommes se liguent pour en frapper un quatrième. Ils le mordent violemment à la lèvre inférieure et à l’oreille gauche avant d’ingérer les morceaux de chair arrachés. La victime se défend en portant des coups à ses agresseurs. Elle parvient à blesser l’un d’eux à une cheville.

La police et les secours sont finalement intervenus. Les trois agresseurs ont été arrêtés. Les deux blessés, victime et agresseur, ont été transportés à l’hôpital de Montfermeil (Seine Saint-Denis). Le commissariat est chargé de l’enquête.

02:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Paris : Michel Déon aura finalement une sépulture dans la capitale

 

20h00
 

Face à la mobilisation du monde littéraire et après une semaine de polémique, Anne Hidalgo a décidé de faire marche arrière.

Michel Déon reposera finalement au cimetière du Montparnasse (XIVe). Après une semaine de polémique, Anne Hidalgo, la maire PS de Paris, a décidé finalement d’accorder une dérogation à l’écrivain et Académicien mort en Irlande le 28 décembre 2016 à l’âge de 97 ans.

La volte-face intervient après la publication lundi, dans le Figaro, d’une tribune signée par une centaine d’écrivains, essayistes, et éditeurs de divers horizons. Antoine Gallimard, Yasmina Reza, Bernard-Henri Lévy, Michel Houellebecq, Delphine de Vigan, Amélie Nothomb, Philippe Sollers, Pierre Nora, Michel Onfray, Bernard Pivot, Erik Orsenna, Jean-Christophe Rufin, Tatiana de Rosnay, le dessinateur Sempé et bien d’autres encore contestent la décision de la mairie de Paris de ne pas accorder une place dans un cimetière de la capitale à Michel Déon. « Son œuvre, sa personnalité, son rayonnement international ne méritent pas cette situation déplorable », regrettent les signataires. « Sa présence à Paris, comme celle de Proust, Stendhal, Baudelaire, Sartre, contribuera au prestige déjà grand d’une ville indissociable de notre histoire intellectuelle et littéraire », insistent-ils.

   

Alice Déon, fille de l’écrivain et directrice des éditions de la Table ronde, s’est déclarée « très émue » par cette mobilisation du monde intellectuel. (…)

01:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Marion Maréchal-Le Pen invitée au Congrès de la droite américaine à Washington, elle interviendra une heure après le vice-président des États-Unis Mike Pence

957901.jpg

 

0h24
 

Marion Maréchal-Le Pen invitée au congrès des conservateurs américains.

Marion Maréchal-Le Pen a quitté la vie politique française en juin dernier, nul ne l’ignore. Mais son appétence pour les idées ne l’a pas quittée, apparemment. Elle s’apprête à s’exprimer publiquement jeudi 22 février, vers 11h30, pour la première fois depuis son départ. Mais ce sera de l’autre côté de l’Atlantique. Elle est en effet invitée comme oratrice au CPAC, le grand rendez-vous des conservateurs américains, à Washington. Aux côtés de Nigel Farage, de Ted Cruz ou de Donald Trump, elle prononcera, selon nos informations, un discours appelant à nouer un « conservatisme des deux rives ».

 

Marion Maréchal-Le Pen annoncée à la Conservative Political Action Conference 2018, grand raout annuel des conservateurs américains, le 22 février à Washington. Elle interviendra une heure après le vice-président US Mike Pence
via @Jamie_Weinstein

 

 

L’Incorrect

01:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Affaire Théo : Les expertises concluent à l’absence de viol et indiquent que le coup de matraque porté par le policier n’était « pas contraire aux règles de l’art »

 

0h30

956387.jpg

L’affaire Théo, du nom de ce jeune homme victime de violences policières à Aulnay-sous-Bois le 2 février 2017, était devenue emblématique des rapports tendus et violents entre les jeunes des quartiers et la police. Les expertises confirment des blessures graves, mais pas le viol dont un des policiers est accusé.

Les deux dernières expertises étaient attendues dans l’affaire. La première expertise médicale révèle que le bâton utilisé par le policier d’Aulnay-sous-Bois n’a en réalité jamais pénétré l’anus du jeune homme.

 
 
 

Le coup porté a malgré tout déchiré le sphincter sur près de 10 centimètres, mais judiciairement, le fait qu’il n’y ait pas eu pénétration devrait entraîner un changement de qualification dans ce dossier, où le policier concerné avait été mis en examen pour viol. Dans ses conclusions, selon nos informations, l’expert affirme qu’il n’y a « pas de séquelles à prévoir ».

La deuxième expertise estime de surcroît que le geste du policier qui avait porté le coup de matraque qui a gravement blessé Théo _« n’est pas contraire aux règles de l’art »_. Cela pourrait amener la juge d’instruction à finalement ne pas poursuivre le brigadier, si elle estime que l’usage de la matraque s’est produit après que Théo s’est rebellé, qu’il y a eu une bagarre et qu’il a refusé par la suite de se laisser menotter.

00:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

JT TVL 19 FEVRIER 2018

00:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

19/02/2018

1 homme, 4 femmes, 46 enfants

1-homme-4-femmes-46-enfants.jpg

 

Paru dans leJDD

A Bobigny, Fanta Sangaré accompagne des familles polygames dans leurs démarches, longues et ardues, de "cohabitation". Une volte-face culturelle et matérielle.


A Bobigny, plusieurs familles polygames sont accompagnées dans leurs démarches. (Capture Google Maps)
 

Avec ses quatre femmes et ses 46 enfants, Adama (1) était un homme heureux. Ce quinquagénaire, capable de réciter dans l’ordre les prénoms de sa descendance, régnait sur son pavillon de banlieue. Entre les cinq chambres de la maison, "la vie s’organisait comme elle pouvait", confie-t-il au téléphone. D’abord agent d’entretien, il a cessé de travailler quand le montant des allocations familiales est devenu suffisant pour nourrir son monde (2). Dans le village du nord du Mali où il a grandi, on parle de sa réussite avec admiration. Il voudrait que ça continue. Il n’a donc pas donné d’écho particulier au bouleversement qu’il vient de connaître : deux de ses femmes ont déménagé, une troisième songe à les imiter. Elles sont engagées dans une "décohabitation", le terme administratif qui désigne la sortie de la polygamie.

"Il nous a fallu dix ans pour en arriver là", raconte Fanta Sangaré, énergique présidente de l’Association des femmes relais de Bobigny, en Seine-Saint-Denis. Sa première rencontre avec Adama a eu lieu à la demande des services sociaux. Avec les autres ménages polygames qu’elle accompagne, le point de départ fut comparable: des enfants attirent l’attention d’une assistante sociale ou d’un enseignant ; mais leurs parents fuient les institutions et ont toutes les peines du monde à parler français. Difficile de les aider.

Il se trouve que tous sont originaires du Mali. Fanta Sangaré aussi. L’ancienne institutrice de brousse comprend les digressions en soninké, les confidences en bambara. Elle discute, apprivoise. Entend la fierté du mari, les disputes des coépouses, la fatigue des enfants. Les réveils à pas d’heure pour prendre une douche avant l’école. Le ballon d’eau chaude toujours vide. La queue devant la porte des WC. Les repas pris chacun son tour. Les devoirs faits dans la cage d’escalier. Les lits partagés. Le bruit permanent. L’absence d’intimité. Fanta Sangaré écoute ces histoires qui se ressemblent toutes. Puis elle rappelle la règle de la République : la nécessité de rompre avec la polygamie pour obtenir un renouvellement des titres de séjour. Effroyable perspective pour ceux auxquels on a toujours enseigné que cette tradition était un idéal d’organisation sociale doublé d’une exigence divine. Il s’agit de mariages traditionnels arrangés, célébrés un été "au pays", où l’amour ne s’est pas toujours installé, mais tout de même: "Quitter son mari est impur", rabâchent les femmes. "Dieu n’a pas demandé que vos enfants soient entassés à vingt dans une même chambre", réplique alors Fanta Sangaré.

 
 
 
 

Semaine après semaine, l’idée fait son chemin. Jusqu’au jour où les femmes s’approprient le désir d’avoir leur propre logement. En signe de bonne foi, elles doivent le chercher dans une autre commune. Les mains retenant son voile noir et violet, Aminata raconte les trois années de démarches qui lui ont été nécessaires pour régulariser sa situation. Elle a quitté La Courneuve pour Bobigny avec ses quatre plus jeunes enfants. Lorsqu’une épouse part, la honte s’abat sur son mari. "Sa femme a volé son pantalon, maintenant il porte le pagne!", entend-il dans son dos. Adama préfère ne pas y penser. Il prend désormais le RER pour honorer les mères de ses enfants. Une décohabitation hypocrite? "Bien sûr, admet Fanta Sangaré. On nous reproche aussi de créer des familles monoparentales. Mais si ça aide les enfants à s’épanouir et les femmes à devenir autonomes, ça vaut le coup."

Ces femmes, en effet, n’ont jamais vécu seules, n’ont jamais eu d’emploi ni géré de budget. Elles ne savent pas se servir d’une carte bancaire ni remplir un chèque. C’est leur mari qui touchait les allocations familiales, payait les factures et faisait les courses. "Elles ont toujours été infantilisées", insiste Fanta Sangaré. "C’était très compliqué au début de vivre chez moi", confirme Salli, jeune maman de huit enfants. Elle a laissé son mari à sa coépouse et est devenue femme de ménage. Pour être tout à fait "comme les autres", elle essaye de perfectionner sa maîtrise du français. Les mystérieux "couvre-lit", "hippocampe" et "igloo" qu’elle découvre au cours d’alphabétisation lui donnent l’impression d’être encore loin du but. Mais ses amies lui connaissent un nouveau sourire.

(1) Les prénoms ont été modifiés.
(2) La Caisse d’allocations familiales verse 441,48 € par mois pour quatre enfants de moins de 20 ans, plus 158,78 € pour chaque enfant supplémentaire. Soit 1.394 € pour 10 enfants, 2.981 € pour 20 enfants, 4.569 € pour 30 enfants, 6.157 € pour 40 enfants. Sans compter d’éventuelles aides au logement.

Source: JDD papier

20:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Simone Veil entrera au Panthéon le 1er juillet, indique l'Elysée

 

Simone Veil entrera au Panthéon le 1er juillet, indique ce lundi soir l'Elysée, précisant une information de "Ouest France", qui avait pu consulter une note du Centre des monuments nationaux et qui avait annoncé un peu plus tôt une panthéonisation dans la deuxième partie du mois de juin. 

Après sa mort, le 30 juin dernier, Emmanuel Macron avait en effet annoncé que Simone Veil ferait son entrée au Panthéon avec son époux, Antoine Veil. Et on en sait désormais un peu plus sur la cérémonie.

"Simone Veil entrera au Panthéon accompagnée de son époux Antoine Veil. Le cortège remontera la rue Soufflot et les cercueils seront déposés au centre du parvis du Panthéon ", explique dans sa note le Centre des monuments nationaux. La mise en scène sera "sobre, digne et élégante", précise également le CMN.

L'Obs

20:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Beaucé (35) : le centre d’accueil pour migrants va fermer pour des raisons sanitaires « afin de désinfecter les chambres à cause d’invasions parasitaires »

Capture_d_e_cran_2018_02_18_a_22_28_59.jpg

 Par  le 18/02/2018

22h35

Le Préfet vient de prendre la décision. Le centre d’accueil et d’orientation qui accueille les migrants à Beaucé, près de Fougères, depuis octobre 2016 va fermer fin février.

 

La belle aventure de solidarité autour de l’accueil des migrants se termine autour du CAO de Beaucé près de Fougères.

         

L’hôtel Beauséjour qui les accueille depuis fin octobre 2016 va devoir fermer pour des raisons sanitaires.

« La raison principale est la nécessité de désinfecter les chambres à cause d’invasions parasitaires. La durée du traitement nécessite une fermeture d’au moins 3 semaines » explique le sous-préfet de Fougères Vitré Richard Daniel Boisson.

On ne sait pas encore précisément où se fera l’accueil de la cinquantaine de migrants actuellement présents au centre.

Actu.fr

04:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Algériens, Marocains, Tunisiens et Roumains : le quarté de tête des nationalités étrangères les plus représentées en prison

 

 

18/02/2018 – 06h45 Paris (Breizh-info.com) A défaut de pouvoir prétendre à remporter la Coupe du monde de football, l’Algérie remporte la Coupe du monde de la représentation de ses citoyens hébergés dans les prisons françaises. Le Maghreb est d’ailleurs présent en force, puisque les Tunisiens et les Marocains se disputent les 4 premières places avec les Roumains.

D’où sortent ces statistiques ? D’un débat à l’Assemblée nationale et d’une question du député Guillaume Larrivé qui a demandé à Nicole Belloubet, la garde des Sceaux, de lui indiquer le nombre et la nationalité des ressortissants étrangers actuellement détenus en France en distinguant, si possible, les prévenus et les condamnés.

Il ressort de la réponse de cette dernière ce « classement », sachant qu’il y a 14 964 étrangers actuellement incarcérés en France, sans qu’il soit possible de distinguer les condamnés, des détentions provisoires (donc sous les verrous malgré le fait de n’avoir pas encore été jugés). A noter que pour la ministre de la Justice, « la fiabilité des informations ne permet pas de détailler les prévenus des condamnés ». Inquiétant concernant la rigueur de l’administration…

Sur ces 14 964 étrangers – qui n’incluent pas bien évidemment tous les détenus qui possèdent la double nationalité – on retrouve notamment 1 954 Algériens, 1 895 Marocains, 1 496 Roumains, et 1 002 Tunisiens.

03:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

EUROPE: EUROPA ! Le continent d'excellence en matière de pensée conceptuelle

3805154930.jpg

 

par Philippe Delbauvre

Les philosophes – 2500 ans de pensée européenne – ne se sont nullement préoccupé de l'homme – l'intouchable tel qu'on le définit dans le cadre de l'hindouisme – mais du surhomme. Certes pas au sens où l'entendait Nietzsche mais plutôt dans le cadre d'une perspective kantienne.

Pour tant d'hommes, le nouveau né est humain. Tel ne pensent pas ainsi les métaphysiciens. Et en effet, le bébé méconnaît et le Vrai, et le Bien et le Beau. Il est appris aux élèves de philosophie que l'homme est un être de raison. Or, surtout durant le dernier siècle écoulé, les sciences ont montré le contraire. Ce qu'en revanche, on peut exprimer, c'est que l'homme dispose d'un potentiel de raison qu'il développe plus ou moins selon les personnes.

Pourquoi, du cap au doctorat, les Européens font-ils des études ? Principalement et presque toujours, afin d'exercer un métier. Autrement exprimé, les Européens, mais aussi de façon plus générale les hommes, considèrent le savoir comme un moyen et nullement une finalité. D'autres, très minoritaires, font l'inverse, raison pour laquelle, toute leur vie, ils développeront un rapport privilégié au Vrai, au Bien et au Beau. Ils sont les membres de la première caste au sens où en l'entend dans le schème indo-européen. Combien sont-ils ? 1 sur 5000 ? 1 sur 10 000 ? Moins ?

Je n'apprendrai rien au lecteur en rappelant que la structure d'une société est de type pyramidal, la base étant autrement plus large que le sommet. Et c'est donc la quasi totalité de la société qui appartient à la troisième caste. Avec la naissance du suffrage universel, la donne a régulièrement changé. Le Vrai, par exemple, sauf s'il est d'évidence – il pleut – n'est que l'apanage d'une minorité. Si, à titre d'exemple, un enseignant chercheur veut faire de la sélection dans le cadre d'une science dure, il rédige alors le sujet de telle sorte que c'est 90% de l'amphithéâtre qui va dans le mur. Autre aspect de la problématique, le chiffre (le suffrage universel, le nombre de votes) est de type quantitatif, là où l'essentiel est de type qualitatif.

« Dès qu'une chose a de la valeur, elle cesse d'avoir un prix » Lamartine.

Et ce n'est nullement un hasard si René Guénon a intitulé un de ses ouvrages, nullement récent, « Le règne de la quantité et les signes du temps »

L'argent, omniprésent dans le monde contemporain, n'est-il pas avant tout quantitatif ? Et il est vrai qu'il est plus agréable d'avoir dans la poche, un billet de 20 qu'un autre de 10. Est-ce spécifiquement humain ? Du tout. Pour prendre un exemple parmi tant d'autres, un ours aime à capturer les saumons lors de leur remontée vers la source. Et quand bien même ne calcule t-il pas qu'il préfère un attraper trois plutôt qu'un.

 Je m'intéresse, même si le tableau se doit d'être nuancé, avant tout aux Blancs, ne serait-ce parce que c'est le terroir ethnique initial de l'Europe. Et les Blancs sont qualitativement en chute vertigineuse. Pour reprendre l'expression populaire bien connue, « chacun voit midi à sa porte ». A chacun de tirer sur la couverture de son côté, d'une part on ne crée rien, d'autre part elle finit par se déchirer. Nonobstant, la célèbre phrase de Kipling :

« La force du loup, c'est la meute. La force de la meute, c'est le loup. »

Bien évidemment, ce que certains appellent l'immigration de peuplement ne pouvait arranger les choses. Nous avions pourtant, nous Européens continentaux, bien peu d'excuses. Qui méconnaissait en effet les catastrophes issues des sociétés, aussi bien américaines qu'anglaises, suite au fait pluri-ethnique ? Margaret Thatcher, assez récemment d'ailleurs, a reconnu l'échec du modèle pluriel qui n'est autre que celui du Royaume Uni.

 

De façon similaire, Angela Merkel et son million de migrants, est en conséquence, bien mal placée pour se plaindre de ses déboires actuels. En effet, l'arrivée en force au parlement de l'Afd était des plus prévisibles. Rappelons que cette structure politique n'est nullement d'extrême droite. Si la Csu, initialement aile droite de la Cdu, ne s'était pas autant recentrée, elle n'eut alors pas alors offert un boulevard sur la droite à l'Afd.

Encore une fois, le fait migratoire, même s'il va s'avérer, et de plus en plus, catastrophique, n'est pas, par définition un fait blanc.

Trois théories politiques se sont affrontées dans le cadre du siècle précédent. Et c'est, à mes yeux tout au moins, le premier des trois à avoir été battu, qui fut peut être le dernier à avoir été un frein à la décadence européenne menant au déclin.

« Ite missa Est »

Il est suffisamment d'études scientifiques montrant que l'humanité chez la plupart de ceux qu'on appelle, probablement à tort les hommes, n'est qu'un vernis. Et ce n'est pas le fait du hasard si la politesse – marque de civilisation - est autant en recul. Pas un hasard non plus si le coït est si présent dans tant de têtes.

En se déracinant – le terroir gréco-romain sublimé par le catholicisme – les Européens se sont suicidés. Il nous faut pour autant nuancer et évoquer l'Europe de l'Est. L'état d'esprit y est en effet totalement différent. Je ne vois que trois possibilités. Le maintien de l'actuelle bipartition européenne, l'occidentalisation de l'Est et bien sûr l'estification de l'Ouest.

« L'homme secrète du désastre » Cioran

Et en raison de cette dernière citation, je crains que l'Est, progressivement, sera ouestisé sur le long terme. J'espère bien évidemment me tromper.

Voilà pourquoi je pense que c'est foutu pour le phare planétaire que nous fussions. J'avais d'ailleurs posé la question sur un forum – le forum nationaliste, émanation du Renouveau Français - : Nous battons pour gagner ? Et tous les intervenants d'affirmer que oui. Déjà à l'époque, je n'y croyais plus.

Ai-je baissé les bras depuis ? Certainement pas. L'une des preuves n'est autre que la rédaction de cette article. Le fait n'est pas nouveau. Ps un hasard non plus si je suis le webmestre depuis février 2016 du site L.V.C.I (les villes contre l'islamisation) C'est ainsi que voici une trentaine d'années, j'ai choisi de servir dans une unité à vocation sacrificielle. C'est ainsi qu'en tant que cadre, je n'ignorais pas, contrairement à mes soldats, que nous n'avions que 24 heures de survie face aux troupes de l'Union soviétique, submergés que nous aurions été par le nombre.

La guerre, intérieure ou extérieure, sera ou ne sera pas. Quoiqu'il arrive, le déclin est là et va s'accroître. Ce que nous alors faire – Nous, Les Nôtres – ce sera donc pour le drapeau. C'est l'essentiel.

« L'homme est quelque chose qui doit être surmonté » Nietzsche

« Le Moi est haïssable » Pascal

« Tout est perdu, fors l'honneur » François 1er

« Etre et Durer » Devise du 3ème Rpima

« Si c'est possible, c'est déjà fait ; si c'est impossible, ça se fera » Marcel Bigeard

Nous ferons donc alors, fidèles à l'esprit comme aux actes de nos Anciens,

Et Camerone, Et Dien Bien Phu (1) (2)

 

  1. https://www.youtube.com/watch?v=A_lSDWLSDjQ

 

02:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

LE CREPUSCULE DE MERKEL

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2018/02/18/l...

 

2491849482.jpg

02:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

100 écrivains dont Houellebecq, Kundera ou Jean Raspail pressent Anne Hidalgo de trouver une sépulture à l’académicien Michel Déon

Capture_d_e_cran_2018_02_18_a_19_54_40.jpg

 

19h59

TRIBUNE – Le refus de la Ville de Paris d’accorder à Michel Déon le droit de reposer dans un cimetière de la capitale a largement ému. Une centaine d’écrivains et d’éditeurs se mobilisent afin de demander à Anne Hidalgo que soit trouvée pour l’écrivain une solution digne.

 

La décision de la Mairie de Paris empêche depuis plus d’un an la famille de Michel Déon d’honorer la mémoire d’un homme qui fut aussi un bel écrivain. Elle a provoqué une réaction aussi puissante qu’inattendue parmi les lecteurs de Déon, et au-delà: il leur semblait que la ville où reposent Balzac, Musset, Breton, Wilde faisait à l’un de leurs pairs un bien mauvais accueil.

                                               

Comme s’il fallait y voir un sinistre présage: quelle place la municipalité veut-elle réserver à l’histoire littéraire de Paris ? Sollicité par Le Figaro, le monde des lettres, écrivains et éditeurs de tous horizons, a largement répondu présent.

«Nous, écrivains, romanciers, essayistes, historiens, poètes, dessinateurs et éditeurs, ne comprenons pas la décision de la Mairie de Paris de ne pas accorder une place dans un cimetière de la capitale à Michel Déon. Son œuvre, sa personnalité, son rayonnement international ne méritent pas cette situation éplorable. Nous demandons donc à Anne Hidalgo et au Conseil de Paris de faire en sorte que l’auteur des Poney sauvages, d’Un taxi mauve et de tant de grands romans puisse bénéficier d’une sépulture dans les meilleurs délais. Sa présence à Paris, comme celle de Proust, Stendhal, Baudelaire, Sartre, contribuera au prestige déjà grand d’une ville indissociable de notre histoire intellectuelle et littéraire.»

Liste des signataires (Le Figaro)

 

01:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Marseille: la police recherche la famille d'un "Poilu" après la découverte de sa lettre d'adieu

fdesouche.com/956649-marseille-police-recherche-famille-d...

Lisez cette lettre si émouvante et si bien écrite

01:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

18/02/2018

Fusée Ariane : la contribution des ingénieurs du Reich (vidéo)

https://www.francetvinfo.fr/economie/industrie/fusee-aria...

 

Juste après la Seconde Guerre mondiale, la France s'est servie de certains cerveaux de l'Allemagne nazie afin de devenir une puissance spatiale. Ainsi, la fusée Ariane a quelques origines germaniques.

 

 

 
 
 
 
 
 
FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le 
publié le 

À Vernon (Eure), il n'y a plus que les anciens qui savent pourquoi les enfants Behnke sont arrivés en Normandie un matin de l'hiver 1949. Dans ces bois vivaient une cinquantaine de familles. Un paradis que les enfants surnommaient le Buschdorf, le village de la brousse. Ici, pas un mot de français ou presque, car tous ces enfants avaient un point commun : ils étaient allemands, et leurs pères étaient des anciens cerveaux du Troisième Reich. Des scientifiques que la France avait décidé de récupérer dans le plus grand secret.

Une reconversion cachée aux Français

Car pendant la guerre, ils avaient réussi à mettre au point le V2, le tout premier missile balistique de l'Histoire. Une arme qui a terrorisé Paris, Londres (Royaume-Uni) et Anvers (Belgique) en 1944. Alors quand la guerre prend fin, les Alliés ont une obsession : récupérer les inventeurs de ces fusées. Dans une note secrète, le général De Gaulle ordonne de recruter et de transférer en France des scientifiques de grande valeur. Parmi eux, Wilhelm Dollhopf. Il a 35 ans et est l'un des ingénieurs les plus brillants de sa génération. Membre du parti nazi et ancien SA, il n'a aucune perspective dans son pays. Grâce à des contrats avantageux, la France recrute une centaine d'ingénieurs et techniciens allemands.

Deux ans à peine après la fin de la guerre, le face-à-face avec les Français est délicat, alors les scientifiques et leurs familles sont envoyés sur les hauteurs de la ville. C'est là, à l'écart de tout, que les militaires français ont installé le LRBA, le laboratoire de recherche balistique et aérodynamique. Dans ces bâtiments, la France se lance dans un projet classé secret Défense : la course à l'espace. Le pays rattrape 15 ans de retard. Jamais il n'est précisé que les scientifiques ne sont pas tous des Français. Pourtant, ces anonymes ont continué à travailler par la France sans sourciller. C'est même l'un d'entre eux, Karl-Heinz Bringer, qui va mettre au point le moteur de la fusée Ariane. Sans lui et les autres ingénieurs allemands, la France ne serait sans doute jamais devenue la troisième puissance aérospatiale au monde.

20:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

MIEGE

nada001-770x553.jpg

 

sensible001-770x553.jpg

04:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

LES BRIGANDES - Reportage de Vincent Lapierre

03:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Le Premier ministre polonais fait polémique en parlant "d'auteurs juifs" de la Shoah

16432385.jpg

 


Le Premier ministre polonais a fait scandale, samedi 17 février, en parlant d'"auteurs juifs" de la Shoah pour défendre la récente loi controversée destinée à défendre la Pologne d'accusations de complicité de génocide avec les nazis.

Mateusz Morawiecki était interrogé en Allemagne par un journaliste israélien, Ronen Bergman, qui demandait s'il serait puni en Pologne en racontant l'histoire de membres de sa famille, déportés après avoir été dénoncés à la Gestapo par leurs voisins polonais durant la Seconde Guerre Mondiale.

"Ce ne sera pas puni, ce ne sera pas considéré comme criminel que de dire qu'il y avait des auteurs polonais (du génocide juif), tout comme il y avait des auteurs juifs, des auteurs ukrainiens ou allemands", a-t-il dit en anglais.

Noa Landau, du journal israélien Haaretz, a réagi sur Twitter en dénonçant des propos "scandaleux", accusant par ailleurs la salle, qui avait applaudi la question du journaliste, de rester silencieuse face à la réponse du dirigeant polonais. Ronen Bergman a lui relevé sur Twitter que "la réaction (du Premier ministre polonais) était incroyable". Dans la soirée, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a jugé "scandaleux" les propos de son homologue polonais.

A LIRE >> La Pologne veut contrôler l'histoire de la Shoah et poursuit sa dérive autoritaire

01:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Le violoncelle à plus d'un million d'euros volé à Ophélie Gaillard a été retrouvé

16432302.jpg

 


Figure du violoncelle français, la soliste Ophélie Gaillard s'était fait voler son instrument en région parisienne.

"Je sors de deux jours de cauchemar, c'est un miracle", commente la soliste ce samedi.

Par L'Obs

 

Le violoncelle estimé à plus d'un million d'euros que la soliste Ophélie Gaillard s'était fait voler jeudi soir en région parisienne sous la menace d'un couteau a été retrouvé samedi matin.

"J'ai reçu un appel anonyme en fin de matinée me disant que mon violoncelle était devant mon domicile dans une voiture. Je l'ai retrouvé sur la banquette arrière", a-t-elle déclaré.

L'une des vitres de la voiture était fracturée et la musicienne s'est alors immédiatement emparée de l'instrument, "en bon état", avant de prévenir la police.

Un vol "très violent" et traumatisant

Figure du violoncelle français, Ophélie Gaillard s'était fait voler cet instrument du XVIIIe siècle près de son domicile à Pantin (Seine-Saint-Denis), par un individu armé d'un couteau, qui avait réussi à prendre la fuite. "Le vol a été très violent, je n'ai pas pu dormir depuis deux jours. Je suis tellement soulagée de l'avoir retrouvé. Je sors de deux jours de cauchemar, c'est un miracle", a-t-elle commenté.

NdB: Nous aussi, nous nous réjouissons pour cette grande artiste

 

 

01:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Marseille : le réseau de proxénètes faisait venir des femmes parmi les migrants car c’est plus simple et « moins cher qu’un billet d’avion »

 

19h01
 

 

14 suspects devaient être mis en examen vendredi pour s’être livrés, depuis environ un an dans la cité phocéenne, au proxénétisme et à la traite des êtres humains.

C’est un réseau de traite de femmes africaines qui utilisait les bateaux de fortune de migrants pour gagner l’Europe. 14 hommes, âgés de 20 à 35 ans, ont été déférés ce vendredi au palais de justice de Marseille (Bouches-du-Rhône). Ils sont soupçonnés de s’être livrés, depuis environ un an dans la cité phocéenne, au proxénétisme et à la traite des êtres humains.

 
 
 
 

L’affaire commence en février 2017 lorsqu’une femme d’origine nigériane dépose une plainte et raconte qu’elle a été victime d’un réseau de traites de prostituées africaines. Les enquêteurs de l’Office central de lutte contre la traite des êtres humains (OCRETH), la police judiciaire et la police aux frontières de Marseille, ouvrent une enquête et découvrent que ces malfaiteurs acheminent des femmes en Italie à partir de la Libye. «Elles s’entassaient sur des bateaux de fortune parmi les candidats à l’exile, explique une source proche de l’affaire. Certaines ont d’ailleurs perdu la vie dans ce périple.»

Les policiers identifient cinq passeurs nigérians qui sont aussi proxénètes. Ils encaissaient le prix du voyage et une partie des gains de leurs passagères une fois au travail. «Ces hommes préfèrent faire venir les femmes avec les migrants car leur voyage coûte beaucoup moins cher qu’un billet d’avion et évite les formalités d’entrée dans l’espace Schengen», explique la même source. Ces hommes acheminaient directement les victimes à Marseille après les avoir pris en charge à leur descente des embarcations en l’Italie où ils les attendaient à la sortie des centres de rétention.  (…)

00:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)