Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/06/2017

Le plan Kalergi, génocide des peuples européens, en marche!

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-plan-kale...

(merci à Dirk)

03:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Affaire Grégory: "AnaCrim", ce super-logiciel qui a aidé les gendarmes

46a639d_5445569-01-06.jpg

http://www.leparisien.fr/faits-divers/affaire-gregory-ana...

Grégory, 4 ans, mort noyé dans la Vologne le 16 octobre 1984

 

02:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Affaire Grégory : qui sont les trois personnes interpellées et les deux personnes entendues ?

 

Trois personnes ont été interpellées ce matin dans le cadre de l'enquête sur le meurtre de Grégory en 1984. Deux autres ont été entendues.

  • Vu 30340 fois
  • Le 14/06/2017 à 16:21
  • mis à jour à 22:03
 
 
 

Ce matin, trois personnes ont été interpellées et placées en garde à vue dans l'affaire du meurtre de Grégory Villemin le 16 octobre 1984.

- Marcel Jacob, 72 ans, le frère de Monique Villemin (la grand-mère de Grégory) et oncle de Jean-Marie Villemin.

- Jacqueline Jacob, 73 ans, aurait été interpellée en même temps que son mari dans leur maison à Aumontzey.

- Ginette Villemin, née Leconte,  l'épouse de Michel Villemin (le frère de Jean-Marie Villemin, décédé en 2010 et qui s'était constitué partie civile dans l'affaire).

Les qualifications pour lesquelles ils ont été placés en garde à vue sont les suivantes : complicité d’assassinat, non-dénonciation de crime, non-assistance à personne en danger et abstention volontaire d’empêcher un crime. 

 

Deux autres personnes ont été entendues mais n'ont pas été placées en garde à vue : les parents de Jean-Marie Villemin et grands-parents de Grégory : Albert et Monique Villemin. Ils sont ce mercredi après-midi en cours d'audition par les gendarmes, chez eux, à Aumontzey. Les gendarmes sont repartis de leur domicile peu après 18 h 30.

L’affaire Grégory, la plus grande énigme criminelle de l’histoire judiciaire française, est bel et bien relancée

L'Est Républicain

00:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

14/06/2017

Journal TVL DU 14 JUIN 2017

Invasion de gale à Paris, porte la Chapelle. Regarder jusqu'au bout la vidéo

23:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Invasion migratoire : L’UE veut sanctionner les pays qui refusent d’accueillir des demandeurs d’asile

migrants-600x325.jpg

 

 

14/06/2017 – EUROPE (NOVOpress)
La Commission européenne a décidé de lancer des procédures d’infraction contre la Pologne, la Hongrie et la République tchèque. Ces trois pays membres refusent d’accueillir des demandeurs d’asile.

Pour le Commissaire chargé de la Migration il s’agit avant tout de respecter les règles européennes. “Il est obligatoire et contraignant pour tous les Etats membres de se conformer et de mettre en oeuvre les promesses faites“, explique Dimitris Avramopoulos.

Pour l’eurodéputé polonais Jacek Saryusz-Wolski la méthode employée sur cette question migratoire n’est pas la bonne :

Je pense que nous devons nous asseoir ensemble et nous entendre de façon plus consensuelle plutôt que de pousser sur certains Etats membres les décisions d’autres pays membres qui veulent se débarrasser de leurs problèmes sans reconnaître ni respecter les difficultés des uns et des autres.

21:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Pourquoi le FN est en train de passer très loin de son objectif initial

http://www.francetvinfo.fr/elections/legislatives/legisla...

04:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Le ramadan, nouvelle tendance chez les Européens non-musulmans

B9712299176Z_1_20170612233957_000GLC98ARQP_2-0-1190x660.jpg iftar.jpg

Toute la Belgique multiculturaliste a applaudi à tout rompre son roi qui a participé, ce lundi soir, à l’iftar.

Conseiller politique
 
Son blog    
 

Toute la Belgique multiculturaliste a applaudi à tout rompre son roi qui a participé, ce lundi soir, à l’iftar, c’est-à-dire, pour les non-initiés, au culte musulman, au repas qui marque la rupture du jeûne en période de ramadan.

Dans une vidéo qui fait la fierté de la Belgique bien-pensante, on peut voir le toujours très gauche – et aussi très à gauche; malgré une éducation traditionnelle – Philippe entouré de deux femmes… voilées et du restant d’une famille d’Evergem, dans l’arrondissement de Gand (Flandre orientale).

Après avoir fait connaissance de la « famille modèle », selon les nouvelles normes du politiquement correct, le roi, sous ses airs coquebins, s’est enquis de la signification du ramadan. En bonne mystagogue, la famille lui a expliqué la discipline, la rigueur et la persévérance requises durant les 18 heures de jeûne quotidien.

Si l’on est évidemment favorable à une hypothétique paix entre les religions sur le sol européen, on est aussi en droit de se demander si la présence du chef de l’État auprès d’une famille musulmane se justifiait. Bien sûr, en agissant ainsi, le souverain pensait pouvoir apaiser le « choc des civilisations » à l’œuvre jusque dans les quartiers de son royaume. Une telle naïveté n’aura pourtant pas manqué d’agacer de nombreux Belges.

La visite du roi reflète une tendance plus générale.

Un nombre croissant d’Européens non musulmans, épris d’ouverture, abreuvés au « pas d’amalgame », avides d’exotisme afin de rendre plus attractives leurs petites vies peccamineuses et souvent rythmées par le métro-boulot-dodo, se prennent désormais de passion pour le ramadan – ce sont souvent les mêmes qui crachent sur la religion catholique de leurs ancêtres.

 Ils sont, ainsi, de plus en plus nombreux à être tentés par le jeûne « un jour ou deux, comme ça, pour voir », ou à vanter le courage de ces hommes et de ces femmes qui se privent de nourriture par des températures estivales, ou encore à vouloir déguster des pâtisseries autour d’un thé à la menthe à l’occasion de l’Aïd el-Fitr, ou fête de la rupture, qui marque la fin du ramadan.

Chez les célébrités décadentes, en quête d’identité et de publicité, la posture tourne souvent au ridicule. Ophélie Winter a ainsi arrêté son ramadan, « la plus jolie et incroyable communion humaine » qu’elle ait jamais vécue, après « avoir perdu 6 kilos », ce qui « ne le fait pas du tout sur [son] corps de poulet rôti ». Avant de supplier Dieu de lui pardonner ce manque de volonté.

En revanche, les médias parlent peu – en réalité, pas du tout – des complications engendrées par le ramadan. Sans sombrer dans un discours « économiste », notons que de nombreux patrons souffrent, toujours à demi-mot, des absences injustifiées durant le mois de jeûne. Sans faire d’amalgames, ajoutons aussi que les services de sécurité se plaignent d’une recrudescence des incivilités et de la délinquance pendant cette période cultuelle. Mais ne le dites pas trop fort : le ramadan, c’est tendance !

BV

03:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Suffrage et enfumage, Michel ONFRAY commente le 1er tour des législatives

A voir et écouter absolument jusqu'au bout!

(merci à Dirk)

02:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

# Super Trump - "Il faut une vision courageuse et ambitieuse"

Ajoutée le 13 juin 2017

Chaque semaine, le pôle Traduction d’E&R vous propose de retrouver en exclusivité les prises de parole de Donald Trump à l’intention des Américains. L’occasion régulière de mesurer le décalage entre les propos réels du Président et les recensions malhonnêtes des médias alignés sur les intérêts de l’atlanto-sionisme.

Allocution hebdomadaire numéro 20 du 9 juin 2017.

01:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Qui est Agnès Buzyn, ministre de la santé du gouvernement Philippe ?

https://www.egaliteetreconciliation.fr/Qui-est-Agnes-Buzy...

01:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Débâcle FN : les fruits amers de la ligne Marine/Philippot

 

 

 

 

par Jean-Yves Le Gallou*

Avec 13,20% des suffrages, le FN ne retrouve pas son résultat législatif de 1997 (15%) et dépasse à peine celui de 1993 (12,4%). C’est dire l’ampleur de la régression. Une régression considérable aussi par rapport aux dernières élections régionales de 2015 (28%).

Certes, les élections législatives amplifient souvent les résultats de l’élection présidentielle au bénéfice de son vainqueur. Mais le recul du FN – moins 8 points par rapport à l’élection présidentielle – est là aussi sans précédent à l’exception de 2002, chant du cygne de Jean-Marie Le Pen. Cette débâcle a une cause : la ligne Marine/Philippot.

1.Une campagne présidentielle désaxée

Alors que le ressort électoral premier du vote FN est la question identitaire et la lutte contre l’immigration, c’est la souveraineté abstraite et désincarnée qui a été placée au cœur de la campagne. Pire : les propositions sur l’immigration ont été « pasteurisées » dans l’espoir, comblé d’ailleurs, de les faire échapper aux radars médiatiques. Marine Le Pen a même commis de graves dénis de réalité en condamnant l’expression « Grand Remplacement » et en prétendant que « l’islam était compatible avec la République » (sic). Résultat : le FN n’a pas été « accroché » par les critiques sur l’immigration mais sur les « affaires » et l’économie, ce qui était beaucoup moins porteur électoralement pour lui.

2.Une campagne présidentielle sur le terrain de l’adversaire

Marine Le Pen a choisi d’insister sur les aspects économiques et sociaux de son programme là où elle intéressait le moins les électeurs et les inquiétait le plus… Pourtant, dès janvier 2012 la journaliste Anne–Sophie Lapix avait théorisé, avec succès, l’angle économique comme voie la plus performante d’attaque du FN. Cinq ans plus tard, la direction du FN n’avait toujours pas compris…

3.Une campagne présidentielle polluée par la question de l’euro

Malgré tous les conseils donnés à Marine Le Pen (par les Horaces notamment) de se sortir du piège de l’euro, Marine Le Pen a cédé aux pressions de Philippot et continué à faire de la « souveraineté monétaire » l’alpha et l’oméga de son programme. Dans cette campagne l’euro a été comme le sparadrap du capitaine Haddock dans Vol 717 pour Sydney : impossible de s’en débarrasser. Jusqu’à la chute finale.

4.Plus généralement une candidature sans souffle et sans espérance

Bien sûr, c’est un leurre mais Macron (et Mélenchon) ont su faire passer un souffle d’espérance dans leur campagne. Marine Le Pen, jamais. Le négatif, l’étriqué, le vindicatif l’ont toujours emporté dans son discours.

5.Les limites du populisme

Marine Le Pen a fait fond sur le populisme : en théorie, les élites face au peuple, c’est le peuple qui a le nombre et qui doit gagner. Ce n’est pas ce qui s’est passé. Parce qu’on ne peut pas gouverner un pays uniquement avec les vaincus de la vie. Il faut aussi un discours pour les élites. Et ceux qui s’y identifient par souci de se placer symboliquement dans le camp des vainqueurs. Marine Le Pen n’a pas eu de discours adapté. Surtout le populisme ne peut pas gagner car les voix des populistes de gauche et de droite ne sont pas additionnables. Les appels du pied appuyés à l’électorat de Mélenchon ont juste servi à faire fuir les électeurs de droite… Ajoutons que c’est une erreur de fonder une stratégie sur le seul « vote populaire » car c’est le plus… abstentionniste.

 

6.Une candidate atteinte par le principe de Peter

 

Marine Le Pen a montré à trois reprises la faiblesse de son niveau personnel dans les trois débats qui l’ont opposée à ses concurrents. Avant le premier tour, elle s’est laissé dominer par Mélenchon et est restée sans voix face à… Poutou. Et elle s’est littéralement effondrée face à Macron le 3 mai. Un débat qui a sonné le glas définitif de ses espérances présidentielles d’hier et… de demain.

7.Une campagne législative aux accents mélenchonnistes

Sans tirer la moindre conséquence du résultat présidentiel la direction communicante du FN s’est lancée dans la législative en appelant les électeurs « patriotes » (ah ! la belle langue de bois !) à empêcher la « casse sociale ». Oubliant que les électeurs préfèrent l’original à la copie, Le Pen et Philippot ont fait la campagne de la France insoumise (qui avec le PC dépasse le résultat du FN avec 13,74% des voix !). Candidat dans une des meilleures circonscriptions de France, l’histrion philippotiste Franck de Lapersonne annonce qu’il est là « pour casser du facho » et « lutter contre la casse sociale ». Les électeurs l’entendent et l’éliminent dès le premier tour avec 15%… au profit du candidat de la France insoumise.

8.L’absence de campagne législative nationale

Pour la première fois de son histoire le FN n’a pas fait de campagne nationale pour les législatives. Marine Le Pen et Florian Philippot viennent soutenir leurs hommes dans le quart nord-est de la France. Au sud, Marion Maréchal assure seule le soutien des meilleurs candidats. Ailleurs, les candidats sont laissés à eux-mêmes.

9.Des candidats déracinés et sans expérience

Les candidats qui tirent le mieux leur épingle du jeu sont les plus enracinés, comme Alliot à Perpignan, Eymery à Dunkerque, Emmanuelle Ménard à Béziers, Gilbert Collard, dans le Gard, Gillet à Beaucaire, Laupies dans les Bouches-du-Rhône et les candidats du Vaucluse. Mais dans beaucoup d’endroits les meilleures investitures ont bénéficié à des parachutés, déplacés parfois de 1000 kilomètres, comme Damien Philippot (de Fréjus à Laon…) pour se trouver en ballotage très défavorable… dès le premier tour. Des parachutés sans expérience électorale et n’ayant souvent jamais vu d’électeur de leur vie… Des parachutés faisant campagne entre eux… sur Twitter sur le thème « tu feras un adorable (sic) député patriote ». Pas grave quand on a un puissant courant derrière soi, catastrophique par vent contraire.

10.Macron est le seul qui puisse sauver le FN

Le FN va connaître une crise. Ceux qui subissent depuis des années une ligne politique qu’ils désapprouvent et les pratiques népotiques de la coterie Philippot vont hausser le ton. Ils se heurteront sans doute à Marine Le Pen dont le soutien à Florian Philippot n’a jusqu’ici jamais failli. Sans doute le choix pour les opposants sera-t-il : se soumettre ou se démettre. Bref, une « scission blanche » en perspective sur fond d’épuration et de découragement, une scission blanche qui pourrait alors permettre à Philippot d’abattre sa carte ultime : le débarquement de Marine Le Pen, avec deux arguments forts dans la manche : en finir avec un nom en lui seul diabolisant, avoir un candidat plus compétent.

Mais pour assurer l’avenir du FN, c’est encore Emmanuel Macron qui a les meilleures cartes en main : le rétablissement de la proportionnelle pourrait faire espérer des « débouchés » toujours susceptibles de calmer les ardeurs de changement. Et maintenir une structure d’autant plus utile que sa stratégie est une impasse.

> Jean-Yves Le Gallou préside la Fondation Polémia.

01:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Louis Aliot : « Les nôtres ne sont pas allés voter ! »

Présent-Louis-Aliot-600x293.jpg

 

 

Implanté depuis quinze ans dans la région, Louis Aliot, qui se présentait dans la 2e circonscription des Pyrénées-Orientales, est arrivé en tête du premier tour avec 30,80 % des voix. Il devance de justesse la candidate En Marche-Modem Christine Espert, qui a recueilli 29,11 % des voix. Il est l’un de ceux qui ont de réelles chances de l’emporter dimanche.

Louis Aliot— Vous êtes en duel serré face à la candidate de Macron. Le PS est balayé. Que vont faire Les Républicains qui ont chuté à 13 % ? Y a-t-il des consignes pour le second tour ?

— Non, il n’y en a pas pour l’instant. Parce que le député sortant des Républicains Fernand Siré est celui que j’avais fait élire en 2012 en retirant notre candidate pour barrer la route à la socialiste Toussainte Calabrèse. [ndlr : Fernand Siré avait expliqué à l’époque « croire au front de droite et vouloir arrêter de diaboliser le Front national »]. Donc s’il est sincère, honnête et droit, il ne dira rien.

 — Que dites-vous aux abstentionnistes, plus d’un électeur sur deux ne s’est pas déplacé dans votre circonscription ?

— Ce sont surtout les nôtres qui ne sont pas allés voter. Quand on regarde les résultats bureau par bureau, on voit que nous faisons bien en deçà de nos scores passés. Comme aux dernières régionales en triangulaire. Il y a un potentiel énorme dans les abstentionnistes

 Je dis aux électeurs du FN que c’est le moment de savoir ce qu’ils veulent.

— Etes-vous déçu par le score du FN à l’échelle nationale et à quoi l’attribuez-vous ?

— Déçu oui. En parvenant au deuxième tour de l’élection présidentielle, on pouvait s’attendre à arriver second à l’élection législative et espérer que les électeurs tiendraient compte de ce que va être la politique de Macron. A quoi doit-on ce score ? A la déferlante Macron bien sûr. Peut-être aussi à un certain nombre de comportements et de commentaires de certains de nos cadres qui n’avaient pas lieu d’être avant les élections législatives.

Quand on est en guerre électorale, les élections législatives sont le second round de la présidentielle. Alors on ne se disperse pas, on ne raconte pas n’importe quoi sur ce que l’on va faire après, on reste concentré sur l’élection et on défend les législatives.

Parmi nos candidats, il y a des hommes et des femmes qui prennent sur leurs congés personnels pour faire campagne. Ils n’ont pas la chance d’être élus députés ou conseillers régionaux ni de vivre de la politique. Non seulement cette attitude n’a pas été correcte vis-à-vis d’eux et les a blessés mais elle nous a fait du tort.

— Que dites-vous d’un système qui donne entre un et trois députés au parti qui a fait 11 millions de voix à la présidentielle et dont la candidate est arrivée au second tour ? Précisément au moment où le gouvernement présente un projet de moralisation de la vie politique, de « loi pour la confiance dans notre vie démocratique ».

— Si demain il y a une Assemblée où le parti du président qui a fait 30 % au premier tour fait 80 % des députés, clairement il n’y a pas de système démocratique en France. Il n’y a qu’une seule chose à mettre en place d’urgence, c’est la proportionnelle, mais comme tous ces gens-là sont bien heureux de pouvoir confisquer le pouvoir pour appliquer la seule politique qui a toujours été contre les intérêts du peuple, nous en sommes là. C’est très inquiétant car ce sera comme ça jusqu’à l’explosion.

— Vous avez des chances dimanche mais que pourront faire deux ou trois députés FN à l’Assemblée nationale ?

 Ils pourront être des porte-voix. Ils pourront déposer des propositions de loi, des amendements, être les seuls à montrer au peuple français ce qui se passe dans ce cénacle. Alors que si nous les laissons entre eux, ce sera encore pire. Il faut que nous soyons le plus possible. Il reste cinq jours.

Propos recueillis par Caroline Parmentier

Entretien publié par le journal Présent daté du 14 juin 2017

00:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

13/06/2017

JOURNAL TVL DU 13 JUIN 2017

23:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

FOLHUMOUR

unnamed-12.jpg

 

DCIY-4QXYAEokS-.jpg

L'antisémitisme renaît-il en Roumanie ?

https://francais.rt.com/international/39658-tags-racistes...

04:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Emmanuel Macron repousserait l'introduction de la proportionnelle aux législatives

593ee430c361885d5e8b45e5.jpg

 

 

Pour cause de calendrier chargé, le gouvernement aurait décidé de repousser l'introduction d'une dose de proportionnelle aux législatives. Un changement de programme qui surviendrait... au lendemain de résultats électoraux triomphaux.

Au lendemain du premier tour des élections législatives, Emmanuel Macron se serait décidé à repousser la modification du code électoral visant à introduire une dose de proportionnelle pour l'élection des députés. Selon France Info, la réforme ne serait pas à l'agenda du gouvernement avant 2018.

 

Début mai, Emmanuel Macron avait pourtant annoncé à Mediapart sa volonté de procéder rapidement : «Il faut le faire avant la fin de l'année», avait-il déclaré. Devant l'insistance d'Edwy Plenel, le candidat d'En Marche ! avait même insisté : «Je ne le reporterai pas parce que je pense qu'il faut l'ancrer tout de suite dans notre vie démocratique.»

Invité sur RTL le 12 juin, le secrétaire général de La République en marche, Benjamin Grivaux, a assuré que «le débat [allait] s'ouvrir» sur cette question, sans pour autant avancer de dates. Mais selon une source gouvernementale proche du chef de l'Etat, citée par France Info, cette réforme ne serait pas à l'ordre du jour avant 2018. En effet, la réforme du Code du travail, la loi sur la moralisation de la vie publique et la préparation des lois budgétaires occuperaient déjà le gouvernement d'Edouard Philippe, qui ne souhaiterait pas ouvrir une modification de la loi électorale en parallèle.

En tout état de cause, les résultats du premier tour des législatives fournissent à Emmanuel Macron un solide motif pour ne pas se hâter d'introduire la fameuse «dose de proportionnelle» qu'il avait promise pendant sa campagne – sans jamais en définir l'ampleur. Avec le mode de scrutin actuel, LREM pourrait, selon les projections de plusieurs instituts de sondages, espérer obtenir près de 435 sièges le 18 juin prochain, ce qui constituerait un record historique sous la Ve République pour un parti politique.

© RT France
Comparaison entre les résultats espérés avec scrutin majoritaire à deux tours et résultats à la proportionnelle (sur base des scores du 1er tour)

En revanche, avec la proportionnelle intégrale, selon les calculs de RT, LREM et le MoDem n'obtiendraient que 187 sièges. La droite en gagnerait 125 (au lieu de 90 espérés), le Front national 85 (au lieu de quatre espérés), le Parti socialiste 79 (au lieu de 25 espérés) et la France insoumise et ses alliés 84 (au lieu de 32 espérés).

Lire aussi : «Le PS est mort. Il ne se relèvera pas» : Le Guen amer après la débâcle historique du parti

Raconter l'actualité

 
Alleurs sur RT
 

03:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Élections législatives : La désertion – par Guy Rouvrais

 

 

La fracture béante entre la France d’en bas et celle d’en haut, entre les bénéficiaires de la mondialisation et ses victimes, n’a pas fondu au soleil de juin, pas plus qu’elle n’a disparu en mai avec l’élection d’Emmanuel Macron. C’est la sociologie électorale qui le dit : ceux qui ont voté pour lui le mois dernier et dimanche pour ses candidats, ce sont ceux que les économistes et les têtes chercheuses du marketing et de la publicité appellent les CSP +, les bobos intégrés, comblés par la libéralisation de notre économie, jouissant de confortables revenus. En Marche leur en promet davantage.

Ils sont donc en pâmoison devant le nouveau président, ils chantent le « formidable succès » de ce premier tour. Mais les autres existent toujours, les exclus, les oubliés, les laissés pour compte de la mondialisation, qui souffrent de la condescendance des prétendues élites dont le macronisme est le dernier avatar. Ce sont ceux-là qui sont restés chez eux dimanche, aboutissant à ce triste record d’abstention sous la Ve République, plus de 51 %.

Dans ces conditions, il est indécent que les dévots du gourou Macron célèbrent une victoire bâtie sur la désertion, l’écœurement, le rejet d’un électeur sur deux. Le chef de l’Etat s’est pourtant déclaré « heureux » de ce résultat. Mais comment peut-il l’être quand tant de ses compatriotes ont dit, en boudant les urnes, combien ils étaient malheureux ? Que les vainqueurs n’oublient pas que leur quelque 32 % ne représentent finalement que 15 % des électeurs inscrits, la « majorité » est un colosse aux pieds d’argile.

Que tant de Français ne se sentent plus concernés par le gouvernement, et donc le destin de leur pays, parle plus haut et plus fort que les clameurs triomphalistes des macronistes. Pour combien de temps les premiers se contenteront-ils de cette protestation silencieuse ? Car cette indifférence dissimule aussi de la colère. Si elle ne peut pas s’exprimer à l’Assemblée nationale, c’est dans la rue qu’elle le fera, et nul ne sait jusqu’où elle peut aller quand ce qui, dans le domaine fiscal et social, était projet deviendra réalité, lorsque la majorité des godillots – et des escarpins – d’Emmanuel Macron auront voté sans barguigner tout ce qu’il leur présentera.

Sans le Front national, cette abstention eût été encore plus grande. Car ses détracteurs doivent au moins lui reconnaître ce mérite civique d’avoir ramené aux urnes les milieux populaires qui en étaient détachés. C’est un combat de chaque instant qui n’est pas toujours gagné. Quand le découragement gagne même ceux-là, alors le FN en fait les frais. Son score n’égale pas celui de Marine Le Pen, mais il y a toujours eu ce décalage à la baisse entre le scrutin présidentiel, très personnalisé, et le législatif où les candidatures sont éclatées, sachant qu’il y a une prime aux sortants, or le Front national n’en avait que deux. Il en aura sans doute davantage, ne serait-ce que Marine Le Pen dans sa circonscription. Cela dit, il reste possible pour les patriotes d’arracher des sièges encore en balance à condition que, devant la déferlante Macron, ceux qui refusent une Assemblée nationale sans opposition crédible se mobilisent immédiatement avec ardeur pour que la voix des oubliés puisse résonner fortement sous les voûtes du Palais Bourbon.

Guy Rouvrais

Article publié dans le quotidien Présent daté du 13 juin 2017

01:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Roumanie: profanation d'une synagogue

Des graffitis antisémites et niant la réalité de la Shoah été découverts sur la façade de la synagogue roumaine de Cluj, dans l'ouest, par des membres de la communauté juive qui ont indiqué aujourd'hui avoir porté plainte.

"C'est la profanation d'un monument historique, nous avons saisi la police, la gendarmerie et la mairie", a déclaré le président de la communauté juive de Cluj, Robert Schwartz. Il a précisé avoir découvert sur le mur du bâtiment, connu sous le nom de Temple Mémorial des Déportés, un graffiti de l'étoile de David barré d'une croix ainsi qu'un message écrit en anglais "L'Holocauste n'a jamais eu lieu".

"J'espère que l'antisémitisme ne renaîtra pas. Ici à Cluj les habitants sont connus pour leur tolérance", a souligné Schwartz précisant que "cela fait au moins 10 ans qu'une telle chose ne s'est pas passée" dans la ville.

» Lire aussi - Condamnations après la découverte d'inscriptions antisémites sur une école de Montreuil

Construite dans le style mauresque à la fin du 19ème siècle, la synagogue a été dédiée à la mémoire des plus de 130.000 juifs déportés de Transylvanie du Nord à Auschwitz en mai 1944, dont environ 17.000 juifs de Cluj et des villes alentours. Aujourd'hui la communauté juive compte 400 personnes à Cluj et quelque milliers de personnes en Roumanie en raison de l'Holocauste et de nombreux départs vers Israël sous le régime communiste de Nicolae Ceausescu.

Le Figaro

01:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

12/06/2017

JOURNAL TVL DU 12 JUIN 2017

22:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Élections législatives : le Grand Remplacement !, par Nicolas Gauthier

shutterstock_59460919-600x336.jpg

 

 

Ce dimanche soir, ce n’est pas seulement une page qui, indubitablement, s’est tournée, mais un nouveau livre qui vient de s’ouvrir.

Première information de taille : plus d’un Français sur deux n’a pas jugé bon de se rendre aux urnes ; du jamais vu sous la Cinquième République, voire même celle l’ayant précédée. D’où qu’ils viennent, les nouveaux élus seront donc mal élus et jamais le fossé n’aura semblé aussi grand entre peuple et représentants du peuple.

La deuxième, c’est évidemment l’indéniable vague de La République en marche, même si ce jeune mouvement ne représente, malgré ses 32 %, que 15 % des électeurs inscrits et profite, évidemment, de l’effondrement du Parti socialiste, tout juste au-dessus de la barre des 10 %, alors que ce dernier était encore aux affaires il y a peu. Les Républicains, eux, sauvent à peu près les meubles, avec 21 %.

On notera, néanmoins, que nombre de ténors de ces deux formations, données pour être « de gouvernement », ont fini par se fondre en ce front libéral et libertaire, de droite et de gauche – de « droiche », dira-t-on. LREM, incarnation de cette UMPS naguère dénoncée par Marine Le Pen ? C’est à croire.

En même temps (comme dirait Emmanuel Macron), les deux principales formations populistes, La France insoumise (11 %) et Front national (14 %), tirent malgré tout leur épingle du jeu.

Même si ce chiffre demeure à méditer : 56 % des électeurs de Marine Le Pen ont boudé les urnes, alors que nombre de ceux de Jean-Luc Mélenchon se sont reportés sur d’autres candidats de gauche, communistes le plus souvent, dans leurs ultimes fiefs rouges.

Qu’en conclure ? Qu’à défaut d’alternance ou d’alternative, les Français ont opté pour le Grand Remplacement ; voire la pêche à la ligne. Et c’est là que deux France commencent à se dessiner, ligne de fracture qui n’est pas sans rappeler celle de la dernière élection présidentielle. Celle des vainqueurs de la mondialisation, jeunes urbains actifs, et dont les préoccupations identitaires sont loin de constituer l’ordinaire. Et celle des perdants de cette même mondialisation, France périphérique, France des oubliés qui, en l’occurrence, a oublié d’aller voter.

C’est cette France que Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen ne désespèrent pas de mobiliser afin de leur faire reprendre le chemin des urnes ce dimanche prochain. Les bonnes idées ont toujours de l’avenir. Celle consistant à défendre le peuple en est une. Malgré les aléas et les revers : ceux qui finissent par réussir sont souvent les mêmes ayant su persévérer dans les défaites, fussent-elles à répétition.

Nicolas Gauthier

Texte daté du 12 juin et repris de Boulevard Voltaire

22:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)