Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2011

Boris Boillon nouvel ambassadeur de France en Tunisie

19:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

France-Mexique, France-Israël: une diplomatie à géométrie variable

Chacun a désormais entendu parler de Florence Cassez. Cette jeune Française, condamnée à 60 ans de prison au Mexique pour une sombre affaire de complicité d’enlèvement.

Sur ce dossier on vient de voir du beau monde monter au créneau : Michèle Alliot-Marie qui a parlé d’une « décision inique », Frédéric Mitterrand qui, rappelant que « la France n’abandonne jamais ses ressortissants », a déclaré que « le procès s’était déroulé dans des conditions suspectes ». Quant à Nicolas Sarkozy qui a reçu à 10 reprises les parents de la jeune femme, il demandait son transfèrement en France et voulait lui dédier l’année de Mexique avant que le gouvernement du Mexique ne refuse sèchement et ne se retire des manifestations envisagées dans ce cadre.

On peut comprendre la mobilisation des autorités de l’État devant une telle condamnation. On ne peut s’empêcher de faire le rapprochement avec la mobilisation de ces mêmes autorités dans le cas d’un autre Français, Salah Hamouri, lui aussi condamné par un État avec qui la France entretient des relations diplomatiques… Israël.

Et de constater quelques éclairantes différences de comportement. Salah a été condamné par un tribunal militaire d’une force d’occupation, avec un dossier vide. La durée de sa peine a été fixée à 7 ans parce qu’il a accepté, sur le conseil de son avocat, un arrangement pour en éviter le double.

Bernard Kouchner, en son temps, en a conclu qu’il avait reconnu les faits et que lui-même ne pouvait intervenir sur le fond, Salah ayant été jugé par un État de droit.

Quant à Michèle Alliot-Marie… elle répondait le 5 janvier à Jean-Claude Lefort qu’il « ne (lui) appartient pas d’intervenir ou même de commenter les procédures judiciaires d’un État souverain ».

La mère de Salah, malgré ses demandes répétées, n’a jamais été reçue par Nicolas Sarkozy, lequel n’a pas proposé de lui dédier le salon du livre israélien.

Ne parlons pas d’hypocrisie ou de complicité et laissons à chacun le soin de tirer les conclusions qui s’imposent de ce bel exemple d’impartialité de l’État.


A Paris, le 15/02/2011

AFPS

-- 
Association France-Palestine Solidarité (AFPS)
21 ter Rue Voltaire 75011 Paris 
Tél: 00.33.1.43.72.15.79 

02:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Marine Le Pen créditée de 19-20%: réaction FN et Hervé Morin

PARIS — Voici des réactions du Front national et d'Hervé Morin (Nouveau centre) après la publication d'un sondage Ifop dans France-Soir vendredi, qui crédite Marine Le Pen de 19 à 20% d'intentions de vote si le premier tour de la présidentielle de 2012 avait lieu dimanche.

- Hervé Morin, président du Nouveau centre: c'est "un sujet de grande inquiétude pour tous les démocrates. Il ne s'agit que d'un sondage, mais une cote d'alerte est franchie qu'il faut prendre très au sérieux, car il révèle un sourd et profond mécontentement chez nos compatriotes".

"Il faut écrire une nouvelle page de la démocratie française reposant sur trois volets: la lutte contre les conflits d'intérêts, l'interdiction du cumul des mandats, l'introduction d'un code d'éthique et de déontologie à l'image des règles existantes dans les autres démocraties européennes.

Cette cote d'alerte nous impose aussi (...) de répondre aux préoccupations des Français sans abandonner les valeurs de la droite et du centre. Il faut cesser d'attiser les haines, de chercher des boucs émissaires, de jouer sur les peurs". (communiqué)

- Steeve Briois, secrétaire général du Front national: "Jamais depuis sa création, le Front National n'a été aussi haut dans un sondage présidentiel, de surcroît à 15 mois du scrutin. Souvenons-nous que 12 mois avant l'élection présidentielle de 2002, Jean-Marie Le Pen n'était crédité que de 6 ou 7 %.

Nicolas Sarkozy a raison d'être inquiet car le système UMPS dont il est l'un des représentants prend l'eau de toute part. En revanche il commet une erreur politique majeure en mettant en avant des thématiques de campagne comme l'islam, l'insécurité ou l'immigration car, après 9 années de pouvoir absolu et surtout chaotique, cinq ans comme ministre de l'Intérieur (et des cultes !) et quatre ans comme président de la République, il n'a plus la moindre crédibilité pour résoudre ces problèmes. De son côté, le Parti socialiste n'est pas plus crédible, puisqu'il participe intégralement du système mondialiste et immigrationniste." (communiqué)

00:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

18/02/2011

Selon Hortefeux, plus de 3700 Roms ont été expulsés

Plus de 3700 roms ont été raccompagnés "de manière contrainte ou forcée" dans leur pays d'origine, et 70% des 741 campements illicites de roms recensés en juillet 2010 ont été évacués, a déclaré aujourd'hui le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux.

"A ce jour, 70% des 741 campements illicites recensés au 31 juillet sur le territoire ont été évacués, dont 118 des 190 d'Ile-de-France", explique Brice Hortefeux dans une interview au quotidien Le Parisien-Aujourd'hui en France. "Et 3741 personnes ont été raccompagnées, de façon contrainte ou volontaire, dans leur pays d'origine", ajoute-t-il, précisant que tout n'est pas réglé. "Une situation d'une telle ampleur ne peut être résolue en six mois mais nous ne lâchons rien", a-t-il dit.

Le ministre reconnaît qu"'il arrive que des campements se reconstituent mais nous agissons. Chaque fois qu'une nouvelle implantation est signalée, un traitement sanitaire, juridique et de sécurité est engagé, avant son évacuation", a-t-il insisté, affirmant que "certains de ces campements sont totalement insalubres". 

Concernant le campement de Sarcelles, où vivraient un millier de personnes, il a expliqué que fin 2009 une première demande d'expulsion, faite par le propriétaire - une collectivité - "s'était vue opposer un refus par le tribunal de grande instance de Pontoise". Mais, a-t-il précisé, une nouvelle procédure a été engagée et une décision est attendue mi-mars. Selon lui, 12 enquêtes impliquant des occupants de ce camp sont en cours.

Le Figaro - 18/02/11

23:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Quick d'Avignon: Benjamin est bien mort d'une intoxication alimentaire

Une information judiciaire a été ouverte contre X vendredi pour homicide involontaire, après le décès fulgurant le 22 janvier de Benjamin, un adolescent de 14 ans. La veille, il avait dîné avec son père dans un restaurant Quick d'Avignon (Vaucluse).

 Des examens ont révélé la présence de staphylocoques dorés dans le système digestif de la victime. Quick admet un possible «dysfonctionnement local».

Les analyses ont formellement prouvé le lien entre la nourriture consommée dans ce fast-food et la mort du jeune homme. «La synthèse des rapports médico-légaux permet de conclure que Benjamin Orset est décédé d'une toxi-infection alimentaire, liée à l'absorption d'un repas pris quelques heures avant sa mort, soit la veille au soir le 21 janvier, au restaurant Quick Cap Sud à Avignon», a déclaré le procureur de la République de la ville, Catherine Champrenault. «Cette analyse résulte d'abord de l'exclusion de toutes les autres hypothèses étudiées par le juge d'instruction, repas pris à la maison, élevage d'animaux par la famille, déjeuner à la cantine scolaire», a-t-elle ajouté.

Des bactéries retrouvées sur des employés et sur le sol

Les expertises mettent en évidence, selon la magistrate,  «la présence de staphylocoques dorés dans le liquide gastrique» de la victime et «sur cinq employés sur les huit salariés ayant travaillé le 21 janvier 2011 dans l'établissement, ainsi que sur le sol carrelé du stand d'emballage des denrées alimentaires». L'information judiciaire a été ouverte pour homicide involontaire «par violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de sécurité ou de prudence, prévue par la loi ou le règlement».


La préfecture du Vaucluse avait fermé le restaurant le 22 janvier après la mort de l'adolescent. Sa réouverture avait été autorisée la semaine dernière, mais il a fermé à nouveau ses portes, officiellement pour des raisons techniques, alors que le groupe Quick est en conflit avec le franchisé.

Pour la chaîne de restauration rapide insiste, il ne s'agit pas, selon elle, d'une «défaillance des produits fournis par Quick». «Seule une défaillance au niveau local a pu provoquer cette situation dramatique», affirme Jacques-Edouard Charret, le président du groupe Quick, dans une vidéo diffusée après l'annonce du procureur.

Le groupe s'est engagé à «renforcer ses contrôles et les mesures d’hygiène, d’ores et déjà au-delà des normes légales en vigueur», poursuit le dirigeant. Les détails de ces actions seront communiqués dans quelques jours.

Le Parisien- 18/02/11

23:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

A Sarcelles, "on reste fidèle à DSK"

20:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Dans un village d'insertion pour les Roms près de Lille

REPORTAGE VIDÉO - Depuis près de deux ans, une banlieue de Lille loge 18 Roms dans trois mobil-homes installés en centre-ville. Un mode d'intégration à dimension humaine réussi.

A Faches Thumesnil, dans la banlieue sud de Lille, la cérémonie des vœux de Monsieur le maire a pris une tournure inattendue, au début de l'année 2009. L'annonce de Nicolas Lebas, élu Modem, a suscité méfiance et inquiétude : un « village d'insertion pour les Roms » allait s'installer sur un terrain communal, à 200 mètres de l'Hôtel de Ville. Le maire répondait à un appel de la présidente de la communauté urbaine de Lille, Martine Aubry, pour accueillir ces familles vivant dans une grande précarité. Aujourd'hui, les craintes se sont dissipées, et le voisinage s'est habitué à ces 18 personnes issues de la communauté Rom, qui vivent dans trois mobil-homes, en plein centre-ville. Et pour le maire, « l'expérience est un succès ». « Il faut voir d'où on les a sortis, ajoute-t-il. Dans les campements illicites qu'ils occupaient, les enfants étaient nus sur le trottoir, c'était abominable. Maintenant, ils sont scolarisés. Ces personnes sont redevenues humaines. »

Le Figaro - 17/09/10

 

 

  

 

     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

20:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Essonne: plainte de la LDH contre un maire après un article sur les gens du voyage

La ville de Moigny-sur-Ecole a diffusé des photos de plaques d'immatriculation de gens du voyage dans le bulletin municipal de janvier à côté d'un billet accusateur. La Ligue des droits de l'Homme a porté plainte. L'opposition dénonce «des idées proches du FN».

C'était dans le bulletin municipal de janvier de Moigny-sur-Ecole, une petite commune de l'Essonne de 1300 habitants : un billet d'humeur dénonçait les «problèmes de nuisances que posent les gens du voyage quand ils décident de s'installer sauvagement dans une commune». Pour illustrer le propos, les photos de 40 plaques d'immatriculation photographiées en juillet pendant l'occupation illégale d'un terrain de sport par 70 caravanes - afin de montrer la détermination de la municipalité à surveiller» les nouveaux venus. Le texte, non signé et se défendant de tout «racisme primaire», a choqué au point de pousser une conseillère municipale à démissionner et la Ligue des droits de l'Homme à porter plainte contre le maire de la commune, qui est aussi directeur de la publication du bulletin.

 

«Une peur légitime»

 

Dans un premier temps, le billet déplore le coût supporté par la collectivité pour réparer les dégradations - «faciles à imaginer» - causées par l'occupation illégale du terrain municipal. Il regrette que la présence du campement ait privé les jeunes de la commune d'un lieu de loisir en pleines vacances scolaires. Selon ce texte, la mairie a obtenu 500 euros pour défraiement des consommations d'eau et d'électricité.

Mais au fil du texte, l'auteur se livre à des associations d'idées qui tendent à présenter les gens du voyage comme un «fléau social», constituant une incitation à la discrimination, estime la LDH dans un courrier adressé le 27 janvier au procureur d'Evry.

Le texte dénonce ainsi le «nomadisme fiscal aux frais des vrais contribuables» de cette communauté. «Au risque de diffamer, ces ‘déplacements' leur permettent d'éviter de payer un certain nombre d'impôts, de transformer la taxe professionnelle en patente d'ambulant, et permettent de s'adresser parallèlement à plusieurs caisses d'allocations familiales, voire à obtenir le RMI de plusieurs départements», écrit l'auteur. Et de déplorer : «Il est vrai que maintenant, toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire et que la justice est beaucoup trop souvent du mauvais côté !».

Le billet suggère encore la centralisation administrative des gens du voyage aux Sainte-Marie-de-La-Mer dans les Bouches-du-Rhône, «leur point de convergence», sur le modèle du rattachement des bateliers à Conflans-Sainte-Honorine.

L'auteur du texte juge enfin «bien légitime» de la part de la population «de faire état de sa colère et de la peur que peut susciter une telle situation face aux nombreux cambriolages constatés ces derniers mois», une affirmation qui relève de la diffamation à caractère racial, selon la LDH.

La Ligue des droits de l'Homme a également porté plainte contre la publication des photos de plaques d'immatriculation, arguant d'une atteinte à la vie privée via le droit à l'image

 

L'opposition dénonce des idées proches du FN

 

«C'est la première fois que l'on voit une initiative anti-Roms de cette force, entre ce billet d'humeur et la diffusion de photos non-floutées», constate François-Xavier Corbel, juriste à la LDH, interrogé par lefigaro.fr. Selon lui, «ce genre d'article est la conséquence des propos tenus par le ministre de l'Intérieur et de sa politique à l'égard des Roms».

A la mairie de Moigny-sur-Ecole, l'adjoint à la voirie de la commune, Yannick Foucher a répondu que cette affaire «ne regardait personne». «Je n'ai aucun commentaire. On a autre chose à faire», a-t-il déclaré par téléphone, ajoutant que le maire UMP, Pascal Simonnot, était injoignable.

Bernard Hasselin, président de «Moigny Avec Vous» et opposant au maire, a dénoncé «des idées proches du Front National» alors que, selon lui, «les gens du voyage n'ont pas causé de dégâts». Une conseillère municipale, Betty Laborrier, a démissionné de son poste: «Je ne me sens pas solidaire de ce genre de discours. Je l'ai découvert en ouvrant ma boîte aux lettres. C'est un texte rempli de haine, de racisme, et qui est diffamatoire», a-t-elle déclaré.

Le Figaro - 18/02/11

20:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Un prêtre polonais égorgé en Tunisie

Un prêtre polonais, âgé de 34 ans, a été retrouvé égorgé ce matin dans une école privée dans la région de Manouba près de Tunis, a indiqué le ministère tunisien de l'Intérieur, attribuant le crime à "un groupe de terroristes fascistes".

"Il a été retrouvé égorgé dans la garage d'une école des soeurs où ce religieux s'occupait de la comptabilité. Il a été agressé avant d'être égorgé", a ajouté cette source citée dans un communiqué. "C'est un groupe de terroristes fascistes ayant des orientations extrémistes qui est derrière ce crime compte tenu de la façon dont il a été assassiné", a ajouté le ministère sans donner davantage de précisions.

La famille du prêtre ainsi que l'ambassade de Pologne en Tunisie a été informée de ce meurtre, selon la même source.

Le Figaro - 18/02/11

19:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Diversion? "L'islam sera un sujet phare de la présidentielle"

islam-BBR.jpg

Secrétaire  d’Etat au Logement et président du « club 89 »,  Benoist Apparu  expliquait doctement en juillet  dernier que les attaques menées alors  par la gauche contre Eric Woerth en pleine affaire  Bettencourt avaient pour finalité   de « faire  monter le Front national » , pour planter électoralement l’UMP.  Il affirmait pareillement hier sur RMC et BFM-TVM qu’il «faut faciliter la construction de mosquées dans notre pays, quitte s’il le faut à ce que l’Etat y participe »,  « même si c’est contraire à la loi de 1905 ». La réponse qui lui apparaît idoine  face au développement de « l’islam des caves » et pour couper l’herbe sous le pied au « FN ».

L’aile droite de l’UMP n’est à l’évidence pas d’accord sur la méthode pour contenir la poussée attendue de l’opposition nationale.  Les  vingt-huit députés UMP, membres du collectif La Droite populaire, ont immédiatement dénoncé dans un communiqué  ces propos, la volonté  «  d’utiliser l’argent des Français pour financer la construction de mosquées. » « Alors que la France est accablée par les déficits publics et sociaux, nos compatriotes demandent aux ministres de gérer l’argent public dans l’intérêt général du pays et non de faire du prosélytisme. »

Marine Le Pen a eu beau jeu dans un entretien accordé au Point de rappeler que « le financement public des mosquées existe déjà, en contradiction avec la loi. (M. Apparu) nous propose d’entériner des violations de la loi de 1905 qui ont déjà lieu ! Par exemple, la Fondation des œuvres de l’islam de France permet à un certain nombre de musulmans de ne pas payer d’impôts parce qu’ils versent de l’argent pour la construction de mosquées. »

Rappelons encore que de très nombreuses  municipalités  UMP mettent déjà des terrains à disposition des associations mahométanes, par le biais de baux emphytéotiques, à des prix aussi dérisoires que symboliques, afin d’y ériger mosquées et autres « centres culturels islamiques ».

Cela n’empêche pas, Nicolas Sarkozy de réactiver le thème de l’Islam et de la laïcité dans la perspective de 2012 –voir notre article en date du 16 février. Ce dernier expliquait aux députés UMP rapportait Le Figaro hier, qu’ «il y a un décalage croissant entre les médias et les préoccupations des Français. Les racistes d’hier sont devenus les populistes d’aujourd’hui (sic). Notre formation politique puis le Parlement doivent s’occuper de ces sujets.» D’où l’idée d’organiser le 5 avril, par l’intermédiaire de  l’UMP,  une « convention sur la place des religions. »

« Inquiet de la percée du Front national dans les sondages, Nicolas Sarkozy refuse de laisser (Marine Le Pen) préempter la question de la laïcité poursuit cet article qui explique encore : « Ces derniers mois, le chef de l’État a également été alerté par des élus, mais aussi les services de renseignements, inquiets d’un durcissement de certaines revendications communautaires, et d’une multiplication de prêches anti-Occident dans les mosquées. »

« Le mois dernier, lors d’une réunion rassemblant plusieurs directeurs de cabinet, celui d’Alain Juppé, Jacques Gérault, a raconté son expérience comme préfet de Rhône-Alpes: Un grand imam de même que le responsable local du culte musulman (CFMC) m’ont dit qu’il arriverait un moment où ils ne pourraient plus contenir leurs troupes… Le témoignage a glacé l’assistance. «L’islam sera un sujet phare de la présidentielle», analyse un participant à cette réunion… »

Nous estimons pour notre part qu’il eut été intellectuellement beaucoup plus honnête que ce soit « l’immigration » qui soit le « sujet phare de la présidentielle », à l’heure  notamment  ou les premiers tunisiens clandestins débarqués à Lampedusa ont déjà  été repérés à la frontière  entre la France et L’Italie.

Cette question est pourtant essentielle  au moment où les pays du Maghreb et du Proche-Orient basculent dans une instabilité inquiétante. Le  ministre du Tourisme tunisien Mehdi Houas l’a déclaré à l’AFP : «La situation nʼa pas changé, les pauvres du Sud veulent toujours rejoindre lʼeldorado du Nord. Ce nʼest pas parce que l’on sʼest débarrassé de la dictature que tout sʼest arrangé. Il y a toujours 10 millions dʼhabitants, dont certains pensent quʼil nʼy a plus dʼespoir. »

La réédition  du livre prophétique de Jean Raspail, « Le camp des saints » répond indubitablement à une actualité brûlante. Oui, les jours de la civilisation européenne son comptés, sans un rapide sursaut salvateur de nos peuples.

Blog de Bruno Gollnisch - 18/02/11

19:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

DEBAT SUR L'ISLAM - Marine Le Pen: " Il faut obtenir la séparation de la mosquée et de l'Etat

Propos recueillis par Ségolène Gros de Larquier

Le Point.fr : L'UMP prépare une grande convention sur la place des religions, et donc de l'islam, en France. Que vous inspire cette initiative ?

Marine Le Pen : Contrairement à ce que pense Jean-Luc Mélenchon, cela prouve que le FN sert à quelque chose ! Ces sujets n'étaient absolument pas abordés jusqu'à ce que nous réclamions l'ouverture d'un débat national. Je remarque que quand le FN est à 15 % dans les sondages, l'UMP parle des problèmes... Alors si demain le FN est à 30 %, le gouvernement commencera peut-être à régler un certain nombre de problèmes. Il faut donc que le FN soit à 30 % !

Mais je ne suis pas dupe : cette convention sera du "blabla" alors qu'il faut agir. Si c'est pour nous assurer que les prières de rue vont être interdites à la fin du débat, il faut empêcher tout de suite l'UMP de gaspiller de l'argent ! Les prières de rue sont déjà interdites ! L'UMP doit agir, car c'est un parti au pouvoir et non de l'opposition !

Le secrétaire d'État au Logement Benoist Apparu propose d'amender la loi de 1905 de séparation des Églises et de l'État afin de permettre à l'État de participer à la construction de mosquées...

Mais le financement public des mosquées existe déjà, en contradiction avec la loi. Il nous propose d'entériner des violations de la loi de 1905 qui ont déjà lieu ! Par exemple, la Fondation des oeuvres de l'islam de France permet à un certain nombre de musulmans de ne pas payer d'impôts parce qu'ils versent de l'argent pour la construction de mosquées.

Que proposez-vous pour encadrer l'islam en France ?

Les juifs, les catholiques se sont soumis à l'encadrement politique en vigueur en France. On a obtenu la séparation des Églises et de l'État en 1905. Il n'y a plus qu'à obtenir la séparation de la mosquée et de l'État. C'est loin d'être fait. Pour y parvenir, je propose d'inscrire dans la Constitution que 'la République ne reconnaît aucune communauté'. Par là, on arrête les subventions aux associations communautaristes et on amène chacun au strict respect de la loi de 1905. Personne ne violait cette loi il y a quelques années. Mais aujourd'hui, la France est confrontée à des revendications de plus en plus importantes provenant de groupes politico-religieux musulmans. Il faut rappeler ces derniers à la loi et non pas torturer cette dernière pour des raisons clientélistes et électoralistes.

Je plaide aussi pour un contrôle supplémentaire des financements étrangers. Il faut instaurer une règle juste et morale consistant à ne pas accepter de financements provenant de pays étrangers qui eux-mêmes ne respectent pas la liberté religieuse. C'est d'ailleurs ce que pratique le gouvernement norvégien.

Faut-il plus de mosquées en France ?

Je ne sais pas s'il faut construire plus de mosquées. Ce qui est certain, c'est que les prières de rue ne sont pas la conséquence du manque de place dans les lieux de culte musulmans. Cela, c'est un mensonge et une manipulation de l'opinion émanant de religieux fondamentalistes. Ainsi, à la demande de l'imam de la rue Myrrha à Paris, des musulmans de toute l'Ile-de-France se donnent rendez-vous pour faire croire qu'il n'y a pas assez de place dans les mosquées ! Au même moment, la grande mosquée de Paris est vide !

Quid de la formation des imams ?

Ce n'est pas à la République française de s'occuper de la formation des imams, pas plus que de celle des curés. En revanche, l'État est là pour s'assurer que tous respectent les lois de la République. Aujourd'hui, des imams prêchent la haine et la violence. D'autres marient une deuxième fois des personnes déjà unies par les liens du mariage. Et cela sans aucune sanction.

Le Point - 18/02/11

18:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Marine Le Pen: "encore un petit effort" de l'UMP et le FN atteindra 25%

Marine Le Pen.jpg

La présidente du FN Marine Le Pen s'est félicitée vendredi matin du débat lancé par l'UMP sur la place des religions, notamment l'islam, en lançant ironiquement à Jean-François Copé, chef du parti : "Encore un effort" et le FN sera "à 25" (pour cent) à l'élection présidentielle.

    
A la demande de Nicolas Sarkozy, l'UMP veut lancer un débat, avec une convention le 5 avril, sur l'exercice des cultes religieux, et "singulièrement le culte musulman", comme l'a indiqué le patron du parti majoritaire, Jean-François Copé.

Interrogée sur France Info vendredi matin, Marine Le Pen s'en est félicité avec ironie, en assurant que "la dernière fois" que Nicolas Sarkozy a "utilisé cela, c'était le débat sur l'identité nationale et le Front national a fait 15% (des voix) aux régionales".

"Alors, encore un effort Monsieur Copé ! Encore un petit débat, un petit blabla sur l'islam, la laïcité, et je pense effectivement que nous pourrons terminer à la présidentielle à 25" (pour cent), a-t-elle ajouté.

AFP. 18/02/11

18:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Pour Carlos Fuentes, Sarkozy instrumentalise l'affaire Cassez

Pour l’écrivain et ex-ambassadeur du Mexique en France, Carlos Fuentes, Nicolas Sarkozy a converti l’affaire Cassez en une affaire d’Etat, car “il veut apparaître comme le défenseur de la Patrie au moment où sa popularité est au plus bas”.

 L’auteur du "vieux gringo" se dit également convaincu de la culpabilité de la Française.

Dans cette interview donnée à une radio mexicaine, Carlos Fuentes a également exprimé son rejet de la décision de la France de dédier l’Année du Mexique à Florence Cassez. “On mélange une grande manifestation culturelle avec plus de 100 événements avec une affaire judiciaire, à la rigueur diplomatique“a-t-il déclaré.

Si à chaque fois que l’on présente Poniatowska, une peinture de Tamayo ou un film de Gabriel Figueroa, l’on va dire que c’est en honneur de Florence Cassez, on ne peut pas participer à cette mascarade” a-t-il précisé.

Opposé à cette Année du Mexique dédiée à Florence Cassez, Carlos Fuentes s’est aussi dit convaincu de la culpabilité de la Française. “Il y a eu des irrégularités, des montages, mais le fait central est que Cassez était intimement liée à une bande de criminels. Elle a participé à ces crimes, cela a été prouvé“.

Pour en savoir plus : Lire l’article d’El Universal.

Le Grand Journal - 15/02/11

 

03:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Cassez: deux photos publiées dans la presse mexicaine

parents-cassez.jpg

Les parents de Florence, accueillis au ranch Las Chinitas, à 29 km de Mexico

cassez-vallarta.jpg

Bertrand Cassez trinque avec Israel Vallarta

Lire: http://www.sedcontra.fr/La-Une/Affaire-Cassez-qui-a-menti...

SEDCONTRA - (Edition du 14 au 20 février 2011)

02:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

17/02/2011

Le calvaire de Louis, 8 ans, à l'école primaire de son village

VIDEO http://www.2424actu.fr/actualite-sociale/violences-a-l-ec...

L'Etat a été condamné pour n’avoir pas porté secours à Louis, souffre-douleur de ses camarades.

Des coups, des injures. Pendant toute son année de CM1, Louis, 8 ans, a subi les violences et les humiliations de quatre de ses camarades. Après deux ans de combat de ses parents, le tribunal de grande instance de Montpellier a condamné l’Etat à verser 3.000 euros de dommages-intérêts pour le préjudice physique et psychologique et 800 euros au titre des frais de justice au petit garçon aujourd’hui âgé de 11 ans. La justice estime qu’il y a bel et bien eu défaut de surveillance.

Tous les jours, à l’école de Beaulieu dans l’Hérault, Louis est victime de brimades de la part de quatre de ses camarades. Après des mois de silence, le petit garçon décide finalement de se confier à ses parents.

Sophie et Jean-Michel Barthez alertent aussitôt le corps enseignant. En vain. La famille se heurte à un véritable mur.

 "La directrice de l’école m’a bien dit clairement: ‘je vous demande de vous taire pour l’harmonie du village’. Nous, pour la reconstruction de notre fils, on s’est dit que nous irions jusqu’au bout", explique la mère de Louis.

Louis est traumatisé

Mais la maman ne s’avoue pas vaincue. Son petit garçon est traumatisé. Elle le change d’école, porte plainte et prend un avocat. Deux ans de combat qui viennent donc de s’achever sur une victoire.

"Il faut voir aussi les conséquences que ça a sur un enfant. Il voulait se mutiler tellement il avait mal. Il voulait s’enfoncer des couteaux dans la gorge. On a vécu deux ans de calvaire", raconte Sophie. "Maintenant, on est vraiment contents pour lui. Il se considère comme une victime. Il n’était pas reconnu et c’était très difficile pour lui. On lui a fait lire le jugement. Il a bien lu le nom de ses bourreaux et que la directrice était coupable de ne pas avoir surveillé".

Aujourd’hui, Louis va bien. Ses parents espèrent que son histoire marquera le corps enseignant.

Info-France - 17/02/11

23:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Le drapeau de la Nouvelle-Calédonie doit être celui de la France!

Communiqué de Presse de Marine LE PEN, Présidente du Front National

Le gouvernement collégial de Nouvelle-Calédonie est tombé jeudi après la démission en bloc des membres du mouvement indépendantiste « l’Union Calédonienne » à la suite de la querelle concernant la présence des deux drapeaux comme emblèmes de l’archipel.

Contrairement à ce qui a été défendu par l’UMP et Monsieur FILLON, le seul drapeau de la Nouvelle-Calédonie, territoire français, est le drapeau français conformément à l’article 2 de la constitution française.

La solution controversée des deux drapeaux, contraire aux accords de Nouméa, qui avait reçu le soutien du premier ministre, est une preuve supplémentaire de la volonté du gouvernement et de Nicolas Sarkozy de vouloir se défaire d’une partie de la France.

Le Front National condamne l’appui à peine caché du gouvernement français aux indépendantistes et apporte son soutien à toutes celles et ceux qui défendent nos couleurs en montrant leur indéfectible attachement à la France et à ses valeurs.

Le Front National considère que cette situation très grave appelle de nouvelles élections. Dans une république digne de ce nom et face à l’importance de l’enjeu, il est urgent de revenir aux urnes pour qu’enfin nos compatriotes calédoniens soient fixés définitivement sur un avenir français qui respecte les cultures et spécificités locales.

Enfin, le FN appelle les calédoniens quelles que soient leurs origines à la constitution d’un large rassemblement, qui permettra d’ancrer définitivement la Nouvelle Calédonie dans la république française.

Front National - 17/02/11

19:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Tunisie: Guigou démissionne de l'Ipemed, gênée par ses liens avec Aziz Miled

La députée socialiste a annoncé jeudi qu'elle coupait les ponts avec l'Institut de prospective économique du monde méditerranéen, un organisme financé par l'homme d'affaires Aziz Miled, présenté comme un proche du clan Ben Ali.

Après Michèle Alliot-Marie, accusée d'avoir bénéficié des largesses de l'homme d'affaires tunisien Aziz Miled, présenté par la presse comme un proche du clan Ben Ali, c'est au tour d'Elisabeth Guigou d'être embarrassée. Mercredi, Le Canard Enchaîné a dévoilé qu' Aziz Miled était également l'un des soutiens financiers de l'Institut de prospective économique du monde méditerranéen (Ipemed), un laboratoire d'idées créé en 2006 par Jean-Louis Guigou, le mari de la députée socialiste Elisabeth Guigou. Laquelle occupait jusqu'à jeudi la vice-présidence du comité de parrainage politique de l'association.

Mercredi, l'ancienne garde des Sceaux s'était expliquée sur ses rapports avec Aziz Miled, qui est aussi vice-président du conseil de surveillance de l'Ipemed. L'élue socialiste s'était défendue de l'existence d'un quelconque conflit d'intérêt, faisant valoir que l'Ipemed était «un think tank, comme beaucoup d'autres», qui n'avait «aucune espèce d'activité commerciale liée aux activités des entreprises» qui le financent. Selon Elisabeth Guigou, l'Institut a pour unique but de «publier des notes, des études réalisées par des acteurs de la vie économique et sociale dans le cadre du partenariat euro-méditerranéen» et de «mettre en relation chercheurs, universitaires et décideurs». Prudente, la députée avait aussi indiqué que, contrairement à ses collègues socialistes, elle «n'avait jamais demandé la démission» de Michèle Alliot-Marie, qui a profité des faveurs de l'homme d'affaires pendant ses vacances.

 

«Eviter tout soupçon»

 

Peut-être effrayée d'être associée à la polémique grandissante autour de la ministre des Affaires étrangères, Elisabeth Guigou a finalement annoncé jeudi sa démission de l'Ipemed. «J'ai décidé de ne plus exercer la co-présidence du Comité de parrainage politique, pour éviter tout soupçon de confusion», a expliqué l'ancienne ministre dans un communiqué. «Je continuerai, bien sûr, à soutenir l'action d'Ipemed pour une meilleure coopération euro-méditerranéenne et je poursuivrai mon engagement politique en faveur d'un partenariat euro-méditerranéen et, à terme, euro-africain», a ajouté l'ancienne ministre.

Les liens entre l'Ipemed et Aziz Miled sont susceptibles d'embarrasser un certain nombre de grands acteurs du monde économique : le PDG de La Poste Jean-Paul Bailly et le patron de la SNCF, Guillaume Pepy, siègent ainsi aux côtés de l'homme d'affaires tunisien au sein du conseil d'administration du think-tank. Quant au comité de surveillance, dans lequel figure Aziz Miled, il est présidé par le PDG de GDF Suez, Gérard Mestrallet.

Le Figaro - 17/02/11

Guigou et son mari.jpg

19:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Joggeuse: le sang retrouvé est le sien

Le sang retrouvé mardi sur un chemin de terre près du domicile de Patricia Bouchon, la joggeuse disparue depuis trois jours à Bouloc, près de Toulouse, est bien celui de la quadragénaire, selon RTL. Une information confirmée par le procureur de la République de Toulouse. "On pense qu'elle a perdu beaucoup de sang", a-t-il précisé, avant d'ajouter: "J'ai un peu moins d'espoir" de la retrouver vivante.

 Les recherches se poursuivent avec 300 gendarmes mobilisés pour passer au peigne fin un périmètre élargi autour de la zone où la joggeuse a disparu.

Une voiture grise a également été saisie ce matin. Les enquêteurs s'intéressent notamment à ses pneus, car de nombreuses traces ont été retrouvées sur le chemin où les traces de sang, ainsi qu'un élastique à cheveux et une boucle d'oreille appartenant à la disparue, ont été découverts.

Le Figaro - 17/02/11

18:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Etudiant tué Montpelier: le suspect arrêté en Algérie

Ce Franco-Algérien de 17 ans, connu des services de police français, est soupçonné d'avoir poignardé sur un parking un jeune homme qui tentait de l'empêcher de voler.

Un mineur de 17 ans, soupçonné d'avoir tué un étudiant qui tentait de l'empêcher de commettre un vol en janvier dernier à Montpellier, a été arrêté il y a une quinzaine de jours en Algérie, révèlent mardi des sources proches du dossier.«Le suspect a la double nationalité franco-algérienne. Il est connu des services de police français pour avoir commis divers délits, tel que des violences, des dégradations et des infractions aux stupéfiants», explique Gilles Soulié, commissaire divisionnaire à la police judiciaire de Montpellier. A ce jour, l'adolescent se trouve toujours en Algérie.

Mardi, sept de ses proches ont été placés en garde à vue à Montpellier après une opération de police dans la cité du Petit Bar, un quartier populaire de la ville où le suspect s'était enfui après le drame. Les enquêteurs tentent de déterminer d'éventuelles complicités qui auraient permis à l'agresseur présumé de se cacher et de gagner l'étranger. «Des membres de la famille et des relations amicales du suspect ont été arrêtés. Même s'ils n'ont pas participé aux faits, ils en ont eu certainement connaissance. Le suspect a pu leur en parler», précise Gilles Soulié.

 

Un coup de couteau mortel

 

Dans la nuit du 2 au 3 janvier, un père de famille et son fils, un étudiant de 24 ans en master d'histoire, surprennent depuis la fenêtre de leur appartement un rôdeur sur le parking de leur résidence. Ils décident alors de descendre pour empêcher l'homme de voler dans des voitures. Le père parvient à saisir le suspect mais il est frappé d'un coup de couteau. Grièvement blessé, il s'effondre tandis que l'agresseur prend la fuite. Le fils court alors derrière le fuyard qui se retourne et lui assène à son tour un coup de couteau fatal, en plein cœur. Le suspect se dérobe en direction du quartier du Petit Bar, situé à proximité, où l'enquête s'était rapidement portée.

Suite à cette agression mortelle, une information judiciaire contre X pour vol suivi de meurtre avait été ouverte début janvier à Montpellier. Les enquêteurs avaient lancé un appel à témoins.

Après le drame, Gilles Soulié avait mis en garde contre toute intervention spontanée. «Aujourd'hui, pour une simple altercation, on ne sait plus à qui on a affaire. On n'est pas à l'abri d'un coup de couteau. Il faut être de plus en plus prudent et il vaut mieux faire appel aux forces de l'ordre», avait-il dit lors d'une conférence de presse.

Le Figaro - 15/02/11

18:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Denain: elle simule deux fois la mort pour échapper à son violeur

C'est en simulant la mort qu'une jeune fille de 19 ans, violée et grièvement blessée à la gorge après avoir reçu quinze coups de couteau, a survécu à son agression, lundi à Denain (Nord), près de Valenciennes.

Son agresseur a été interpellé deux heures plus tard et a reconnu mardi soir, après confrontation, être l'auteur des faits.

Agé de 28 ans, condamné à plusieurs reprises pour des délits, il a expliqué avoir agi par vengeance, a indiqué à l'AFP la procureure de la République de Valenciennes, Marie-Madeleine Alliot, confirmant une partie des informations parues ce matin dans la Voix du Nord.

La jeune femme avait reçu un texto d'une amie sur son portable qui lui donnait rendez-vous, lundi, dans un parc de Denain. Mais sur place, c'est le compagnon de cette dernière qui se présente. Il l'a violée sous la menace d'un couteau à steak, lui a assené quinze coups de couteau et l'a égorgée. Elle a simulé deux fois la mort pour sauver sa vie. La première fois, il la rattrape et la violente encore. La seconde fois, croyant être véritablement parvenu à sa fin, il l'a traînée dans un coin du parc et recouverte de branchages pour la dissimuler au regard des promeneurs. Et dans sa fuite, il a pensé à lui dérober son sac à main.

Elle a alors attendu que son agresseur s'en aille, a pris la fuite dans le sens inverse et, malgré une grave blessure à la gorge, a traversé un ruisseau pour chercher secours sur une route à 300 mètres de là. Les secours qui l'ont prise en charge ont constaté une plaie de 15 cm de long sur 3 cm de profondeur. Elle a été immédiatement hospitalisée. Avant d'être opérée en urgence, elle a pu donner le prénom de son agresseur aux policiers, et sa commune de résidence.

Hier soir, 24 heures après avoir avoué, l'homme a été présenté à un juge d'instruction et mis en examen pour viol aggravé, tentative d'assassinat et vol. Il risque la prison à perpétuité. Il aurait voulu se venger de la jeune femme.

L'auteur présumé a déjà été condamné sept fois pour outrages et atteintes aux biens. Depuis sa sortie de prison, en décembre 2009, il fait l'objet d'un suivi judiciaire et respectait, selon la procureure de la République de Valenciennes, toutes ses obligations de suivi et de formation.

Le Parisien - 17/02/11

17:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)