Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2011

La tête retrouvée dans l'étang ressemble à celle de Laëtitia

Des morceaux de corps ont été trouvés mardi dans un étang à Lavau-sur-Loire (Loire-Atlantique) et la tête ressemble à celle de Laëtitia Perrais, a déclaré le procureur de Nantes, Xavier Ronsin, au cours d'un point de presse sur les lieux.

"En l'état ce corps n'est pas formellement identifié", a-t-il insisté en précisant qu'une autopsie était prévue à Nantes dans la soirée pour confirmer qu'il s'agissait bien de la jeune fille de 18 ans disparue le 19 janvier près de Pornic.

"Le corps a été découpé" et les recherches se poursuivent alors que le tronc manque encore, a-t-il dit. Le corps retrouvé dans le plan d'eau était lesté par un grillage, a-t-il précisé.

"Il s'agit d'un lieu fréquenté par Tony Meilhon qui y allait souvent pour pêcher", a-t-il ajouté.

Le principal suspect qui a été mis en examen pour enlèvement suivi de mort n'a pas coopéré avec les enquêteurs et la découverte "est le fruit d'un processus scientifique et technique qui a conduit à explorer une vingtaine de points d'eau du département", selon le procureur.

Selon les riverains, le trou d'eau est d'une profondeur de cinq à dix mètres. L'endroit est un lieu de promenade familiale en été.

AFP. 01/02/11

17:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Marine Le Pen sur le racisme anti-blanc


31-01-11 - 2 - Marine Le Pen sur le racisme anti-blanc
envoyé par FN-Nord-Pas-de-Calais. - L'info internationale vidéo.

NPI - 01/02/11

16:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Laëtitia: un corps non encore identifié retrouvé dans l'étang de Lavau

Etang Lavau.jpg

Plongeur dans le trou d'eau où git le corps

Le corps partiellement démembré d'une jeune femme, non identifié, a été retrouvé mardi près de Saint-Nazaire. «Un corps a été retrouvé à Saint-Nazaire, il n'est pas identifié», a déclaré pour sa part à l'AFP Xavier Ronsin, procureur de la République de Nantes, qui a ajouté qu'il se rendait sur place avec le médecin légiste.

Il a précisé que, outre l'affaire Laetitia, plusieurs enquêtes pour disparition étaient en cours dans la région. Cependant, selon nos informations, un certain nombre d'éléments «techniques» laissent penser qu'il pourrait s'agir du corps de la jeune Laetitia. Il y a d'abord le fait que ce corps a été retrouvé dans un trou d'eau à Lavau-sur-Loire, entre Saint-Nazaire et Nantes, sur la rive nord de la Loire, non loin de la zone de recherches qu'explorent depuis ce matin les gendarmes. Il semblerait aussi qu'il soit enroulé dans du grillage, similaire à celui retrouvé dans la voiture du suspect.
Les enquêteurs ont décidé de ne pas remonter le cadavre à la surface, mais de procéder à des analyses techniques sous l'eau. Des spécialistes de la police scientifique sont attendus sur place pour procéder à ces recherches.
Le Parisien - 01/02/11

15:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Le corps incomplet de Laëtitia aurait été retrouvé près de Saint-Nazaire

Laêtitia.jpg

Le ministère de l'Intérieur a indiqué au Figaro qu'un corps, repêché mardi dans un étang à Lavau, a de fortes chances d'être celui de la jeune fille disparue depuis deux semaines à Pornic.

Le corps de Laëtitia probablement retrouvé. Après deux semaines de recherches intensives, les enquêteurs auraient fini par retrouver le corps de la jeune femme, disparue dans la nuit du 18 au 19 janvier à Pornic, en Loire-Atlantique. Un corps sans vie, partiellement démembré, de sexe féminin, a en effet été découvert mardi dans un étang à Lavau, près de Saint-Nazaire : le ministère de l'Intérieur a indiqué au Figaro qu'il y avait de grandes chances qu'il s'agisse de celui de Laëtitia Perrais, 18 ans. Une information que seul le procureur sera à même de confirmer.

Mardi matin, un groupe d'environ 35 gendarmes avait commencé à ratisser les abords de la maison où avait été interpellé Tony Meilhon, le principal suspect dans cette affaire. Les gendarmes ont inspecté minutieusement les champs, dans un rayon de 1 à 2 kilomètres autour de la maison, située à Arthon-en-Retz, à une dizaine de kilomètres de Pornic. C'est finalement près de Saint-Nazaire qu'une autre équipe, constituée de plongeurs, a fait la macabre découverte.


Afficher Disparition de Laetitia : un corps retrouvé sur une carte plus grande

Tony Meilhon a été mis en examen pour «enlèvement suivi de mort en état de récidive légale» dans le cadre de cette affaire. Du sang appartenant à la jeune femme a été retrouvé dans son véhicule. Depuis son arrestation, ce multirécidiviste de 31ans s'est muré dans le silence, se bornant à assurer qu'il s'agit d'un accident mortel de circulation. Il affirme avoir percuté avec son véhicule le scooter de la jeune fille, alors qu'elle rentrait chez sa famille d'accueil après une journée de travail.

Le Figaro - 01/02/11

15:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les clés magnétiques des chambres d'hôtel

serrure-electronique.jpg

Vous êtes-vous déjà demandé ce qui est conservé sur 

 les clés magnétiques des hôtels ?  Celles qui ressemblent à des cartes de crédits ?
    
  Regardez la réponse et changez vos habitudes :
   a)    Le nom du client ;
  
  b)     Le domicile du client ;
  
  c)      Le numéro de chambre de l'hôtel ;
  
  d)     Les dates d'entrée et de sortie ;
   e)    Le numéro de la carte de crédit du client ainsi que sa validité ;
  
  f)       Le numéro du permis de conduire, de la carte d'identité, du
passeport ou autre.
     
  Quand vous rendez les clefs à la réception de l'hôtel, l'information
  reste disponible pour tout employé ayant accès au scanner de  l'hôtel.
  
  Plus encore, l'employé peut l'emporter chez lui et, au moyen de
  l'utilisation d'un scanner magnétique, avoir accès à l'information
  contenue dans les clés et l'utiliser, peut-être pour acheter sur Internet.
  
  En général, dans pratiquement tous les hôtels, l'information n'est PAS
  effacée des clefs magnétiques avant une nouvelle utilisation pour un
  nouveau client.
  
  Jusque là, la clé reste dans un tiroir de la réception de l'hôtel
  avec toute l'information du client précédent, disponible pour être
  utilisée.
     
  En résumé : 
   pour éviter des problèmes, gardez vos clés magnétiques, emportez-les et  détruisez-les.
  
  Ne les laissez pas dans la chambre, ni dans la poubelle et ne les rendez JAMAIS à la réception quand vous payez la note.
  
  Les hôtels ne peuvent pas vous faire payer parce que vous ne les auriez  pas rendues, c'est illégal. Ainsi, vous aurez l'assurance de ne pas laisser d'informations d'accès facile qui puissent être utilisées par
  des tiers.
  
  De même, si à l'aéroport vous vous rendez compte que vous possèdez toujours  la clé de l'hôtel, ne la jetez pas à la poubelle, mais emportez-la à la maison pour la détruire, surtout la bande magnétique, avec une
 paire de ciseaux.
    
  Faite-le savoir à vos amis afin qu'ils soient avisés.
   

01:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (17)

31/01/2011

L'Intérieur renonce à fermer deux compagnies de CRS

Le ministère de l'Intérieur a renoncé lundi soir à un projet de fermeture de deux compagnies de CRS à Lyon et Marseille, qui avait provoqué une grogne inédite dans leurs rangs.

La semaine dernière, en marge de voeux d'un syndicat, le ministre avait confirmé "des études en cours sur la fermeture" des compagnies de Marseille et Lyon.

Mais, au nom du "dialogue social et (de) la concertation", le ministre a expliqué lundi soir qu'il privilégiait finalement le redéploiement de 280 CRS, soit l'équivalent de deux compagnies, "prélevés sur les effectifs globaux de 12.000 CRS".

Ce choix a été unanimement salué par les organisations syndicales à la sortie de leur réunion avec le ministre, annonçant la fin d'une grogne à l'ampleur inédite chez les CRS, une des deux forces mobiles de maintien de l'ordre en France.

 Plusieurs compagnies avaient été décimées par une multiplication des arrêts maladie comme à Nancy ou à Troyes, des actions symboliques avaient été menées et des CRS venus de Marseille avaient même entamé une grève de la faim à Rungis.

L'annonce de la place Beauvau est intervenue alors que le mouvement semblait se répandre et que les syndicats avaient mis en garde contre son extension, avec même la menace de manifestations, forme de protestation rarissime chez les policiers.

La CRS 39 de Nancy s'est ainsi mise "majoritairement en arrêt maladie" dimanche. Elle devait assurer lundi la sécurité du déplacement du Premier ministre, François Fillon, sur le site de la Ligne à Grande Vitesse Rhin-Rhône et a été remplacée par une autre compagnie.

A la CRS 35 de Troyes, qui doit assurer mardi la sécurité d'un déplacement du président Nicolas Sarkozy dans le Cher, une quarantaine de CRS se sont fait porter pâles et une même démarche avait été engagée au sein de la compagnie de Sancerre (Cher) devant la remplacer.

Les CRS du nord de la France ont refusé lundi de verbaliser les automobilistes et limité les interpellations, avaient également fait savoir des sources syndicales policières.

Mais le mouvement devrait désormais s'éteindre. Alliance, le deuxième syndicat de gardiens de la paix, "se félicite de la décision du ministre de l'Intérieur", tandis que Unité police SGP-FO (1er syndicat) a salué le fait que le ministre ait "été à l'écoute des syndicats".

Le projet de fermeture a été critiqué tous azimuts par la classe politique avant son retrait. Benoît Hamon, porte-parole du PS, a assuré que son parti était "favorable à un moratoire sur les suppressions de postes".

Le premier adjoint UMP au maire de Marseille, Roland Blum, a écrit à M. Hortefeux lui demandant de revenir sur la suppression envisagée dans la cité phocéenne.

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a apporté son soutien "total" aux CRS mobilisés, en jugeant que le gouvernement "n'a jamais aussi bien servi les intérêts des délinquants".

AFP. 31/01/11

23:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Les CRS, nouvelles victimes de la folle politique anti-sécuritaire du gouvernement !

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National

L’État aurait-il encore les moyens de faire face à de nouvelles émeutes de 2005 ? Rien n’est moins sûr.

Les CRS sont en effet les nouvelles victimes de la grande casse des services de police et de gendarmerie, à laquelle se livre avec méthode le gouvernement Sarkozy depuis des années. Derrière les discours musclés et la communication électoraliste permanente, le pouvoir supprime en réalité comme jamais sous la Ve République des effectifs de police et de gendarmerie. Déjà 16.000 postes en moins depuis 2005, auxquels s’ajouteront 6.000 suppressions supplémentaires d’ici 2012 (chiffres du ministère de l’Intérieur) !

Concernant les CRS, la dissolution possible de deux compagnies à Lyon et Marseille, qui en annonce d’autres, est une décision d’une irresponsabilité folle, au moment même où les violences contre les personnes explosent, et alors que les émeutes se multiplient.

Avec les gendarmes mobiles, rappelons que les CRS sont directement chargés de réprimer les émeutes et de rétablir l’ordre républicain. Déjà, le gouvernement a fermé huit escadrons de gendarmerie mobile en 2010, et il s’apprête à en dissoudre sept autres cette année. Où s’arrêtera cette vague destructrice ?

Il est piquant de constater qu’au moment où Michèle Alliot-Marie proposait d’aider les autorités tunisiennes à rétablir l’ordre, l’État démantèle nos forces de police sur le territoire français.

Marine Le Pen, Présidente du Front National, soutient totalement les CRS qui à Lyon et Marseille se battent non seulement pour leur survie, mais aussi pour la sécurité des Français. Elle dénonce l’équation criminelle d’un gouvernement qui n’a jamais aussi bien servi les intérêts des délinquants : multiplication des émeutes = suppression de compagnies de CRS.

Ce funeste projet doit être retiré, et les effectifs des forces de police et de gendarmerie reconstitués. Ce n’est pas sur le dos de la sécurité des Français qu’il faut faire des économies, mais sur les immenses dépenses qui nuisent à la vie de la Nation : l’immigration, la fraude sociale, les dérives de la décentralisation, et l’argent versé chaque année à l’Europe sans retour équivalent.

Nations Presse Info - 31/01/11

23:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Le Journal de Bord de Jean-Marie Le Pen n°214


Emissions FN : Le Journal de Bord de Jean-Marie Le Pen n°214
envoyé par polecom. - L'info internationale vidéo.

NPI - 31/01/11

20:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Que le président du Consistoire s'occupe de son culte et laisse le FN travailler en paix!

louis-aliot-2.jpg

Communiqué de Louis Aliot, vice-président du Front National

Le président du Consistoire, M. Joël Mergui, vient d’écrire dans un journal communautariste (Actualité juive – janvier 2011) une tribune intitulée « L’emballage, voilà la différence ! » qui est un tissu de mensonges et d’anathèmes qui relèvent du procès d’intention à l’égard de Marine Le Pen et du FN.

J’avais cru comprendre que cette institution, création napoléonienne, avait comme mission exclusive de s’occuper de l’organisation de son culte. Il semble que désormais son président veuille l’engager dans un combat politique vis-à-vis duquel pourtant, et conformément au principe de laïcité, il devrait observer une prudente neutralité.

Au moment où des millions de Français, de toutes conditions et de toutes origines, sont victimes des effets dramatiques de l’immigration sauvage, le Front National déplore et condamne cette prise de position politique qui n’honore pas cette institution et discrédite son responsable.

Le FN appelle ses compatriotes de confession israélite à ne pas tomber dans ce piège et à entreprendre à ses côtés le long et difficile combat contre une immigration de masse qui menace les fondements de notre civilisation judéo-chrétienne ainsi que notre liberté.

Nations Presse Info - 31/01/11

 

20:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Marine Le Pen invitée de Dimanche+

20:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

ll n'y a pas que Paris, il n'y a pas que la rue Myrrha...

Cette vidéo a été tournée dans une commune de l’agglomération nantaise, dont le maire est socialiste.

Nations Presse Info - 31/01/11

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

20:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Dans la rue, elles sont de plus en plus souvent agressées

1291248_c6358924-2cc5-11e0-b71e-00151780182c.jpg agression femmes.jpg

Car jacking, vol à l’arraché, voire tabassage gratuit… En 2010, mieux valait se promener bien accompagnée ou avoir une ceinture noire de karaté si l’on était une femme! Les chiffres de l’Observatoire national de la délinquance (OND), publiés il y a quelques jours, font en effet état d’une augmentation de 13% des agressions contre les femmes sur la voie publique l’an dernier.

Soit 50 000 faits, contre environ 44 000 en 2009. Outre cette augmentation inquiétante, c’est l’attitude du ministre de l’Intérieur qui suscite la colère de l’association Osez le féminisme!
Ce collectif de jeunes féministes créé en 2009 vient en effet de lancer un appel à envoyer, sur son site Web*, un « carton rouge » à Brice Hortefeux, invitant les internautes à le poster sur l’e-mail professionnel de… son directeur de cabinet. « Lors de sa présentation des chiffres de la délinquance, le ministre de l’Intérieur a totalement ignoré le volet concernant les femmes, justifie Caroline De Haas, présidente de l’association. C’est comme si toutes ces agressions n’existaient pas! Cette hausse, symboliquement, intervient en plus l’année même où la lutte contre les violences faites aux femmes a été déclarée grande cause nationale. Qui en a entendu parler? »

Augmentation des dépôts de plainte

Malgré le vote d’une nouvelle loi contre ces violences, en juillet dernier, Caroline De Haas estime qu’il n’y a pas de réelle volonté politique d’en venir à bout. « Mettre en place un bracelet électronique comme le prévoit la nouvelle loi ne suffit pas, analyse-t-elle. C’est en amont, dès la maternelle, qu’il faut faire de la prévention, en intervenant dans les écoles. »


« Chaque année, on dénombre 75 000 viols et personne ne s’en émeut », s’indigne-t-elle.
Selon une enquête de l’Insee en 2010, les femmes, même celles qui n’ont jamais été agressées, se sentent beaucoup plus souvent « en insécurité » dans les rues de leur quartier ou de leur village que les hommes (25,5% contre 14,9%).

« Cette situation, conclut la féministe, pourrit la vie de celles qui subissent des violences, mais aussi la vie des autres, qui ont peur lorsqu’elles rentrent le soir chez elles. » Alain Bauer, président de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), redoute qu’après « des années de progrès, de remise en question des vieux critères machistes qui semblaient inscrits dans notre patrimoine culturel », les femmes soient de nouveau en voie de « chosisation ». « Ce ne sont plus des individus mais des choses qui peuvent se faire agresser et battre comme si de rien n’était », s’inquiète-t-il.

Le Parisien- 31/01/11

19:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Carla Bruni-Sarkozy: "Je n'ai jamais voté pour la gauche en France"

1291407_abe04b36-2cc5-11e0-b71e-00151780182c_640x200.jpg CB.jpg

(Cliquez sur la photo)

Son bureau, qui fut aussi celui de Bernadette Chirac, donne de plain-pied sur le parc de l’Elysée, ses grands arbres, la pelouse impeccable qui accueillait les invités de la garden-party avant que celle-ci ne soit supprimée par soucis d’économie. Dans l’aile est du palais, Carla Bruni-Sarkozy n’a presque rien changé à la décoration du salon bleu, les appartements privés réservés à la première dame.

Sauf… un tapis qu’elle a rendu rapidement aux services du mobilier national. « Quand ma mère et ma sœur sont venues les premières fois dans ce bureau, je les ai senties crispées, raconte-t-elle en souriant. Sur ce grand tapis, il y avait des paons. Un animal qui porte malheur en Italie, même en dessin. Mais je n’ai touché à rien d’autre. » La bibliothèque qui jouxte le salon bleu sert aussi de salle à manger quand l’épouse du chef de l’Etat reçoit ses invités.

 En réalité, elle passe peu de temps à l’Elysée, préférant habiter chez elle, dans sa maison du XVIe arrondissement de Paris, à deux pas de la villa Montmorency. « C’est mieux ainsi, glisse-t-elle. Ce n’est pas forcément bien de résider à l’Elysée. Je trouve ça agréable pour mon mari de rentrer à la maison, d’avoir une vie normale. Sinon, il continue de travailler matin et soir, il n’arrête pas. Là, il y a une coupure, c’est plus sain. »


A quinze mois de la présidentielle Carla Bruni-Sarkozy assure n’avoir aucune envie de se lancer corps et âme dans le bain politique, comme certains l’ont imaginé. Les sondages lui sont pourtant favorables : 66% des Français se disent satisfaits d’elle, selon une récente enquête de l’Ifop publiée par « France Soir », 68% pensent qu’elle donne une bonne image de la France à l’étranger.

« Pour moi, la politique reste un monde difficile, confie-t-elle, méfiante. Ce ne sera jamais mon métier, je n’en ferai jamais. Je trouve ça très courageux, je suis admirative des gens qui en font, mais c’est comme la boxe. Je n’ai pas les os, je n’ai pas les dents. La politique, ce n’est pas mon métier, c’est parfois violent. Représenter la France à l’étranger, travailler pour les gens de ce pays, oui. C’est un honneur, cela me rend vraiment fière. Faire de la politique, c’est non et ce sera toujours non. » Sauf changement d’humeur, on ne verra donc pas Carla Bruni-Sarkozy battre les estrades ni se présenter à un mandat local comme Bernadette Chirac, élue depuis des décennies dans son canton de Corrèze.

Quand on insiste, la première dame a bien sûr ses idées. L’actualité et les débats l’intéressent. Mais elle a évolué : « J’ai fait partie d’une communauté d’artistes. On était bobo, on était de gauche mais, à ce moment-là, je votais en Italie. Je n’ai jamais voté pour la gauche en France, et je vais vous dire, ce n’est pas maintenant que je vais m’y mettre. Je ne me sens plus vraiment de gauche. Il y a eu certains faits, certains commentaires, notamment à la suite de l’affaire Polanski-Mitterrand (NDLR : le ministre de la Culture avait soutenu le cinéaste, il avait ensuite été accusé d’avoir eu des relations sexuelles avec des mineurs et d’en avoir fait l’apologie dans son livre « la Mauvaise Vie »). J’ai entendu des responsables socialistes dire la même chose que ceux du Front national. Ça m’a vraiment choquée. »
Pas de politique, en tout cas pas dans une forme conventionnelle, mais davantage d’action humanitaire, notamment à travers sa fondation. Ambassadrice du Fonds mondial contre le sida, la première dame travaille en ce moment sur un programme de lutte contre l’illettrisme. « Un fléau qui touche 3 millions de personnes en France, dit-elle. J’aurai l’occasion de réunir plusieurs associations du secteur à Paris, en avril. Je suis partante pour faire de plus en plus de choses côté humanitaire. Ça me plaît beaucoup. » Mais la politique, décidément, elle prend ça avec du recul : « Je ne vais pas faire campagne, surtout quand mon mari n’est pas encore en campagne. Franchement, c’est à lui de choisir ce qu’il veut faire pour 2012. Mais je serai évidemment derrière lui, s’il se lance. »

Le Parisien - 31/01/11

17:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Marine Le Pen renvoit Dati d'où elle vient

02:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Cette immigration qui ruine la France: l'AME de tous les scandales

argent-par-les-fenetres.jpg

Le Figaro en faisait état cette semaine, « la  lutte contre la fraude est une question de bonne gestion financière, mais elle est aussi nécessaire pour préserver l’adhésion collective à notre système de sécurité sociale», a rappelé mardi le directeur de la branche famille (Cnaf), Hervé Drouet (…) Le montant des fraudes pures et dures est évalué entre 540 millions et 800 millions d’euros, soit bien plus que les 85,6 millions mis au jour. » Bonnes intentions affichées et chiffres annoncées que nos compatriotes les plus éclairés ne manquerons pas de mettre en parallèle avec le scandale de l’Aide Médicale d’Etat (AME) qui permet, aux frais des contribuables français, de soigner les immigrés clandestins.

Selon un sondage réalisé par l’Ifop pour Dimanche Ouest France en novembre, moins d’un Français sur deux,  49% des personnes interrogées s’étaient prononcées « pour  le maintien de l’aide médicale d’Etat,  destinée à  condition qu’une participation financière leur soit demandée… » Les députés UMP se sont donc contentés  le 2 novembre de voter  un « droit d’entrée » de 30 euros  pour bénéficier de l’AME et d’exclure  du panier de soins les traitements de la stérilité et les cures thermales,  TOUT le reste est maintenu…

AME sur laquelle s’est arrêtée Le Figaro Magazine le 9 octobre dernier dans un article sans langue de Bois. La journaliste Sophie Roquelle y rappelle que cette Aide créée « en 1999 par Bernard Kouchner, alors ministre de la Santé de Martine Aubry,  fut votée dans une belle unanimité » et que  « le système français est d’une générosité sans équivalent » dans le monde.

 Alors que nous sommes à nous serrer la ceinture et sommes matraqués fiscalement comme jamais, « le projet de budget pour 2011 prévoit même une augmentation de 10% (de l’AME). Depuis deux ans la facture de la couverture médicale s’envole. Son rythme de progression est trois à quatre fois supérieur à celui des dépenses de santé de tout le pays : + 13% en 2009 (530 millions d’euros pour 210 000 bénéficiaires et encore +17% (au début de l’année 2010 (…). » Pour 2011, « ce sont 588 millions d’euros que Bercy a mise de côté pour l’AME. Soit, à peu de choses près, le montant des recettes fiscales que le gouvernement veut récupérer sur les mariés/pacsés/divorcés, ou encore le coût global du bouclier fiscal qui fait tant couler d’encre… »

 

 Certes « les nombreuses dérives de l’AME » ont déjà été pointées  en 2003 et 2007 par l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) et l’Inspection générale des finances (IGF) et un nouveau rapport a été commandé,  mais  le gouvernement est « gênée » sur cette question, peu désireux de rentrer en conflit avec les associations immigrationnistes,  «déterminées à défendre jusqu’au bout l’accès aux soins gratuits et ans restrictions des sans papiers ».

Mais l’UMP  n’a également «  visiblement aucune envie d’exacerber le ras-le-bol d’une opinion publique déjà exaspérée par la montée de la délinquance ». «Le sujet est explosif s’étrangle un haut fonctionnaire qui connait bien le dossier. Vous voulez vraiment  envoyer tout le monde chez Marine Le Pen ? »…

 Les exemples rapportés dans cet article se passent de commentaires. Comme l’histoire de cet égyptien qui avait eu le doigt coupé bien avant son arrivée en France, mais qui voulait  « une opération  de reconstruction » chez nous, « prétextant qu’il n’avait pas confiance dans la médecine de son pays » et que la facture en   Allemagne pour cette même opération était trop élevée…

 Claudine Blandine-Bardon, « spécialiste des maladies génétiques de la peau » à l’Hôpital Saint-Louis  confie de son côté : « ils tapent le nom de leur maladie sur internet au fin fond de la Chine, tombent sur mon  nom parmi d’autres et découvrent qu’en France, ils peuvent se faire soigner gratuitement. Ils arrivent clandestinement ici, se tiennent tranquilles pendant trois mois et débarquent à ma consultation avec leur attestation AME, accompagnés d’un interprète. L’interprète lui, ils le payent. »

 « Un cancérologue raconte (…) : Nous avons des patients qui vivent en Algérie et qui ont l’AME. Ils viennent en France régulièrement pour leur traitement, puis repartent chez eux. Ils ne payent que l’avion… » En effet « le bénéficiaire de l’AME n’a nul besoin d’obtenir une entente préalable avant d’engager des soins importants. »

  Et cet article de  citer encore  une gérante de pharmacie dans le Xème arrondissement  de Paris : « sur 60 ordonnances par jour, je fais une vingtaine d’AME. Dans le lot figurent presque à chaque fois deux ou trois trithérapies (traitement anti-sida) et autant de Subutex (traitement de substitution à l’héroïne). (…) Il ya deux ans un vaste trafic de Subutex, via l’AME, a été démantelé entre la France et la Géorgie (…) »

 « L’AME c’est une pompe aspirante insiste un autre pharmacien, las de distribuer toute la journée gratuitement des médicaments de confort et des traitements  coûteux à des gens qui n’ont en principe pas de papiers en France, alors que les petites dames âgées du quartier n’arrivent pas à se soigner »…

 Nous ne devons pas être naïfs, avec l’UMPS il n’y a pas de raison que cela s’arrange,  et les Français seront encore et toujours plus ponctionnés du fait même de l’immigration dite « légale ». 

  Faut-il rappeler que l’année dernière, les regroupements familiaux ont augmenté de 28% ? Que le chômage ne cesse d’augmenter, qu’il il touche deux fois plus d’immigrés que de Français, et que  si les chômeurs immigrés retournaient dans leur pas d’origine les caisses des Assedic seraient presque à l’équilibre ?

  Faut-il rappeler encore que les immigrés en situation régulière  sont les principaux bénéficiaires de la CMU (gratuité totale des soins médicaux et d’une mutuelle) payés par les assurés sociaux et les mutualistes. Alors  que nous connaissons des témoignages de Français qui ne peuvent s’offrir un traitement ou un soin,  ni cotiser à une mutuelle.  Combien  de temps cela va-t-il durer ? Cette question, ce sont les Français qui y répondront dans les urnes…

Bruno Gollnisch - 28/01/11

02:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Eva Joly accuse Marine Le Pen de vouloir diviser les Français!

02:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Chypre reconnaît un Etat palestinien

Satellite.jpg

Le dirigeant de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a reçu une lettre du président de Chypre, Dimitris Christofias. Le sujet : la reconnaissance par l'île d'un Etat palestinien dans les frontières de 1967.

Christofias revient sur l'historique de leurs relations bilatérales. Et de déclarer qu'il espère que la région sera témoin d'une solution pacifique qui garantira un Etat palestinien indépendant, avec Jérusalem-Est comme capitale.

Au cours du week-end, le ministre des Affaires étrangères de Chypre, Marcos Kyprianou, a annoncé que son pays était favorable au gel des constructions dans les implantations de Judée-Samarie. Il a choisi de réitérer son soutien à la création d'un Etat palestinien souverain, sans accepter aucune modification des frontières antérieures à 1967, ou relatives au statut des réfugiés "à moins que les deux parties n'arrivent à un accord."

Vendredi, le Paraguay a reconnu un Etat palestinien dans les frontières de 1967, peu avant le sommet prévu pour le mois de février, au Pérou, avec les dirigeants des pays arabes et d'Amérique du Sud.

Ces dernières semaines, la Bolivie, le Brésil, et l'Equateur avaient déjà dessiné la tendance. Le Chili et le Pérou ont également reconnu l'indépendance de l'Etat palestinien, tout en laissant ouverte la question des frontières.

JERUSALEM POST - 30/01/11

01:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

30/01/2011

Plus important que le Mediator!

afssaps.jpg

L’Afssaps rectifie depuis quelques mois des notices de médicaments contre l’hypertension qui utilisaient le mot « race noire ». L’agence sanitaire invoque une mauvaise traduction européenne.

« Patients de race noire ». Une formulation qui peut faire bondir puisqu’il est admis qu’il n’existe aucune autre race que la race humaine chez les hommes. L’Afssaps, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, s’emploie depuis quelques mois à corriger un problème de traduction sur la notice de médicaments contre l’hypertension, révèle vendredi le quotidien régional La Marseillaise. Il est noté que ces médicaments auraient un effet moindre « chez les patients de race noire ».

Les médicaments concernés sont des antihypertenseurs contenant la molécule Sartan ou une autre, l’IEC. Le laboratoire Menarini France, qui commercialise l’un d’eux, affirme au quotidien que la mention des particularités ethniques du produit lui était imposée par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, Afssaps. Pour sa défense, l’agence sanitaire précise que la mention de la « race noire » dans les notices résultait de la traduction d’une procédure européenne d’autorisation de mise sur le marché. Le problème a été découvert avec l’arrivée de génériques de ces médicaments.

Lire la suite

NPI - 30/01/11

23:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

J-F Copé veut se faire le FN


J.F Copé veut se faire le FN
envoyé par FrenchCarcan. - L'info video en direct.

Nations Presse Info - 30/01/11

22:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Marine Le Pen se dit choquée par la double nationalité d'Eva Joly, candidate à la présidentielle

eva-joly.jpg

Eva Joly

Marine Le Pen s'est déclarée dimanche une nouvelle fois "choquée" qu'Eva Joly, d'origine norvégienne, puisse défendre les couleurs d'Europe-Ecologie-Les Verts à la présidentielle de 2012 en raison de sa double nationalité, ce à quoi a répliqué l'intéressée avec mépris, en plaidant pour une "France métissée"...

"Quand on est candidat à la présidentielle, il faut avoir un lien charnel avec notre pays, avec notre peuple. Je trouve profondément indécent que quelqu'un qui est devenu français à 20 ans, qui a la double nationalité, puisse poser sa candidature", a affirmé la présidente du Front national sur Canal+.

"Une personne pourrait donc être candidate à la présidentielle et voter elle-même dans son autre pays pour le président de son pays d'origine. Moi ça me choque mais à un point, vous n'imaginez pas", a insisté Mme Le Pen dans l'émission "Dimanche +", réitérant une critique qui avait déclenché une polémique.

"Il faut supprimer la double nationalité", a-t-elle à nouveau réclamé.

Réagissant à ces propos, Eva Joly a affirmé ne pas être "étonnée" ni "atteinte" par ces critiques.

"Cela n'est pas étonnant venant de Marine Le Pen avec la conception qu'elle a de la citoyenneté. Pour moi, c'est encore une manifestation de l'exclusion, de la volonté de diviser", a-t-elle déclaré sur RFI/TV5Monde/Le Monde.

"Il me semble que j'ai passé toute ma vie en France; j'ai consacré des années de travail au service des Français, d'abord à l'hôpital, ensuite pour la justice", a-t-elle expliqué.

"J'ai choisi, moi, d'être française parce que j'aime la France et, d'une certaine façon, je témoigne de la générosité des Français envers les étrangers parce que j'ai pu devenir magistrate en France et je ne connais aucun autre pays où on peut, lorsqu'on n'est pas né dans le pays, devenir magistrat du pays et aussi concourir pour la magistrature suprême", a aussi dit Mme Joly.

"La présidente du Front national se sert de notions comme la laïcité comme d'une machine anti-musulmans, elle dévoie les fondements de notre République et le fait de souligner ma double nationalité comme quelque chose qui serait prohibitif pour se présenter aux élections présidentielles va dans le même sens. Ca ne m'atteint pas venant d'elle", a ajouté l'eurodéputée.

"Mon accent, il est consubstantiel à moi. Pendant des années au début de mon séjour en France, j'ai travaillé mon accent, mais je me console en me disant qu'en France, nous devons être à peu près 10 millions ou 15 millions à avoir un peu d'accent et ceux qui m'aiment ne l'entendent plus", a-t-elle conclu, plaidant pour "une France métissée où il y a de la place pour tout le monde".

 30/01/11

21:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)