Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2010

LISZT - Rhapsodie hongroise n°2

28/11/10

02:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Qui est-ce ? - 105

105 - Qui est-ce.jpg

105

02:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Espagne: les socialistes chassés du pouvoir en Catalogne par les nationalistes

Drapeau catalan.jpg

Les socialistes ont été chassés du pouvoir et devancés par les nationalistes dimanche lors des élections régionales en Catalogne, selon un sondage à la sortie des bureaux de vote, un vote sanction pour le gouvernement socialiste espagnol et sa politique d'austérité.

La puissante coalition nationaliste de centre-droit Convergencia i Unio (CiU) serait proche de la majorité absolue (68 sièges) selon ce sondage réalisé par le télévision régionale TV3, avec 63 à 66 sièges, sur 135 députés dans le Parlement régional.

Le Parti socialiste catalan, émanation du PSOE du chef du gouvernement espagnol Jose Luis Rodriguez Zapatero, n'emporterait que 24 à 27 sièges selon ce sondage.

La Catalogne était dirigée par une coalition de gauche depuis 2003. Cette région, traditionnelle locomotive économique de l'Espagne, a particulièrement souffert de la crise qui frappe le pays depuis 2008.

TF1 News - 28/11/10

01:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Persécutions contre les chrétiens en Algérie

Les quatre Algériens convertis au christianisme jugés pour ouverture illégale d'un lieu de culte devant le tribunal correctionnel en Kabylie, à l'est d'Alger, risquent un an de prison. Le jugement sera rendu le 12 décembre. D'après leur avocat, Me Mohamed Ben Belkacem, «le procès s'est déroulé dans de bonnes conditions.

Le procureur a requis un an de prison contre chacun des prévenus, soit le minimum de la peine prévue par la loi».

 

Les prévenus, qui ont entre 35 et 45 ans, sont accusés d'avoir ouvert un temple protestant dans une localité proche de Larbaâ Nath Irathen, dans la région de Tizi Ouzou, sans avoir obtenu au préalable une autorisation des autorités.

Des charges supplémentaires d'hébergement illégal d'un étranger ont été également retenues contre l'un d'eux. Il est poursuivi aussi pour avoir hébergé sans autorisation un pasteur français venu en Algérie pour donner une conférence devant les membres de la communauté chrétienne de cette région.

L'exercice d'un culte en Algérie - musulman on non musulman - est conditionné à l'obtention d'un agrément fixant le lieu du culte et d'un autre désignant le prédicateur, en vertu d'une loi de février 2006.

Ces derniers mois, plusieurs procès ont été intentés contre des citoyens algériens convertis au christianisme pour «atteinte aux préceptes de l'islam».

L'Islam est religion d'Etat

Le 8 novembre dernier, huit musulmans non jeûneurs du ramadan avaient été relaxés par le tribunal correctionnel d'Akbou, dans la région de Béjaïa (250 km à l'est d'Alger), en Kabylie. Dans la même région, deux autres non jeûneurs avaient été relaxés le 5 octobre à Ain el Hammam (ex-Michelet).

Pourtant, les autorités insistent sur la liberté de culte dans le pays. Ainsi, le Premier ministre Ahmed Ouyahia a déclaré, le 21 octobre dernier, devant l'Assemblée nationale que cette liberté sera «toujours garantie» en Algérie, où l'Islam est religion d'Etat.

Les chrétiens d'Algérie -en majorité catholiques- comptent quelque 11 000 personnes, toutes obédiences confondues, selon le ministère des Affaires religieuses.

L'Algérie compte plus de 35 millions d'habitants, dont la quasi-totalité se réclament de l'Islam.

Le Parisien - 28/11/10

01:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

28/11/2010

Nîmes-en-France - Les écoles islamiques en France

28/11/10

 

23:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Jean-Marie Le Pen toujours présent!

NPI - 28/11/10

22:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Brésil: la police plante le drapeau brésilien au sommet de la favela reprise

RIO.jpg

(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

La plus grande opération de sécurité jamais menée à Rio a mobilisé quelque 2.600 hommes, parachutistes, fusiliers marins et troupes de choc de la police appuyés par des blindés et des hélicoptères.

"Nous avons vaincu... nous avons vaincu. Nous avons apporté la liberté à la population de Rio", a clamé le chef de la police militaire de Rio, le colonel Mario Sergio Duarte.

Symbole de cette guerre éclair contre les trafiquants de drogue, la police militaire a hissé en début d'après-midi le drapeau brésilien vert et jaune au point culminant du Complexo do Alemao, un ensemble de quinze favelas où vivent 400.000 personnes.

"Cette conquête est un pas décisif dans notre politique de sécurité publique" visant à pacifier la ville devant accueillir en 2014 le Mondial de football et les Jeux Olympiques en 2016, a déclaré le gouverneur de l'Etat de Rio Sergio Cabral.

Le Pape Benoît XVI a envoyé dimanche un message de solidarité aux habitants de Rio, déclarant suivre "avec une profonde douleur les graves affrontements et la violence de ces derniers jours à Rio" et prier pour la paix.

Près de 600 narcotrafiquants étaient réfugiés au Complexo do Alemao mais il n'y a pas eu de résistance à l'avance des forces de sécurité.

"La majorité des trafiquants retranchés dans la favela ont fui" avant le début de l'opération à 08H00 locales (10H00 GMT), a dit à l'AFP le commandant de la Police civile Marcio Mendonca.

"Ils ont vu jeudi, avec l'attaque de la (favela) Vila Cruzeiro qu'ils ne pouvaient rien faire contre la force de l'Etat", a estimé Mendonca.

Le visage peint ou couvert d'une cagoule, armés de M16, les policiers patrouillaient les ruelles étroites de la favela, fouillant les maisons désignées par des informateurs comme appartenant à des trafiquants.

"Maintenant, c'est un travail de patience. Nous allons fouiller maison par maison. Il n'y aura pas un seul endroit qui ne sera pas contrôlé", a dit le colonel Duarte.

De temps en temps, un homme torse nu, les mains menottées derrière le dos, était escorté par un groupe de policiers, suivis de près par une épouse hurlant son innocence.

Les voisins observaient la scène depuis leurs fenêtres ou leurs balcons, sans descendre dans la rue.

La population a paru accueillir avec soulagement l'action de la police qui les libère de l'ordre imposé depuis vingt ans par les narco-trafiquants. Cet ensemble de favelas est dominé par le gang criminel Comando vermelho (Commando rouge), un des plus anciens et un des trois plus puissants de Rio.

A l'occasion de cette opération, la police a annoncé avoir capturé l'un des meurtriers du journaliste Tim Lopes, assassiné en 2002 lors d'une enquête sur les trafiquants. "Nous l'avons convaincu de se livrer pour avoir la vie sauve", a déclaré à la presse un policier au côté du narcotrafiquant Elizeu Felicio de Souza, alias "Zeu".

Cette offensive a été montée pour mettre fin à une vague d'attaques et d'incendies de véhicules lancées par les narcos il y a une semaine en réaction à leur expulsion des favelas pacifiées.

"Il est important maintenant que la population collabore pour que, finalement, ils aient la paix, ce qu'ils n'ont pas depuis trente ans", a dit le porte-parole de la Police militaire, le colonel Lima Castro.

AFP. 28/11/10

22:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Les "sex toys" pour homme, un marché en pleine expansion

Sex-toys pour homme.jpg

Sex toys pour homme

Il a fallu une dizaine d'années pour que le sex toy quitte les alcôves des magasins spécialisés et devienne un accessoire branché pour femmes, entre petit canard vibrant et vibromasseur en forme de dauphin. Mais les hommes, jusque-là, étaient exclus de ces réjouissances.

Ces jouets vibrants ont connu une petite révolution au milieu des années 2000, devenant des objets de consommation courante, au design étudié et ludique, notamment le "lapin" vibrant rendu célèbre par la série américaine Sex and the city.

Aujourd'hui, ces objets aux tons vifs, achetés dans des boutiques de lingerie ou des grands magasins, s'installent dans les tables de nuit de retraités de banlieue ou de citadins célibataires, et ne font plus rougir.

Désormais, l'industrie du sexe s'attaque à un nouveau défi avec le marché des sex toys masculins. "C'est une forme de parité. Mais cela reste une sacrée démarche pour les hommes de s'acheter ce type d'objets, c'est beaucoup plus tabou que pour les femmes", souligne Patrick Pruvot, propriétaire de trois magasins parisiens.

L'idée d'un sex toy pour hommes suscite scepticisme, voire méfiance. On considère volontiers qu'"une femme qui s'en sert explore son corps". Tandis qu'un homme faisant la même chose est "perçu comme un type qui ne trouve pas de femme", estime ce professionnel.

C'est là que le design intervient. "Si le packaging est moche et que ca s'appelle 'jouis-minute', ça va pas être possible", explique Fleur Breto, une collègue de M. Pruvot.

Une société japonaise pionnière promet de "révolutionner l'univers des jouets pour adultes" avec un objet qui ressemble à un gel douche à rayures rouges, noires ou dorées. Cet objet apparemment banal contient une cavité douce et lubrifiée, dont les rainures et les courbes promettent des sensations "inconnues jusque-là".

Les canettes masturbatoires Tenga, lancées en 2005 au Japon, pays aventureux sur le plan sexuel, se sont déjà vendues à 13 millions d'exemplaires dans une quarantaine de pays, dont 1,3 million en Occident.

Ces objets technologiques à usage unique existent dans une dizaine de versions qui sont censées imiter les sensations de différentes positions sexuelles, avec des noms comme "Gorge profonde" qui laissent peu de place à l'imagination.

Son créateur Koichi Matsumoto, ingénieur mécanique de formation, explique avoir voulu briser l'image négative de ces sex toys pour hommes et promouvoir le plaisir en solitaire comme une activité saine, "qui n'a rien à voir avec une quelconque obscénité".

La société, qui vient de lancer une version réutilisable plus respectueuse de l'environnement, s'attend à ce que ses ventes à l'étranger dépassent dans quelques années celles du Japon.

M. Pruvot, qui a commencé à importer des Tenga il y a plus d'un an, en vend actuellement plus d'un millier par mois.

"Le design aide beaucoup à briser la glace", dit-il. "Comme le petit canard, qui a rendu le vibro acceptable. Là, c'est le même principe, avec ce sex toy qui se présente comme un produit pour la salle de bains".

D'autres jouets pour hommes envahissent le marché, comme le "Cobra" d'une marque allemande, un gadget rechargeable qui ressemble à une petite voiture futuriste avec un mécanisme vibrant sur 5 cm à une extrémité.

Ou encore l'Oeuf, du fabricant japonais Tenga. En silicone strié, il se glisse dans le creux de la main et, selon son fabricant, c'est un parfait accessoire de voyage, dont les sensations sont "à défaillir".

AFP. 28/11/10

 

20:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Barbarie: une sexagénaire tuée à coups de pierre à Avignon

Une sexagénaire a été retrouvée morte dimanche à Avignon, la boîte crânienne vraisemblablement enfoncée à coups de pierres, a-t-on appris auprès du parquet d'Avignon.

Le corps de cette femme née en 1944 a été retrouvé non loin de son domicile, "dans un endroit qui jouxte le parking des Italiens", situé à proximité de l'université et du centre-ville, selon la même source.

"Deux blocs de pierre ensanglantés" ont été découverts près du cadavre, a précisé le parquet.

L'enquête a été confiée à l'antenne avignonnaise du service régional de police judiciaire (SRPJ) de Montpellier.

AFP. 28/11/10

20:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

La Suisse approuve l'expulsion automatique des étrangers inculpés

Suisse.jpg

référendum suisse.jpg

(Cliquez sur les images pour les agrandir)

Les Suisses ont approuvé dimanche l'initiative de la droite populiste sur l'expulsion automatique de criminels étrangers, un vote qui suscite déja de vives réactions d'indignation, un an après l'interdiction de construction des minarets.

Selon un décompte des voix définitif dans les 26 cantons de la Confédération, le oui en faveur du durcissement de la politique de renvoi pour les criminels étrangers l'emporte avec 52,9% des voix contre 47,1% de non.

Le contre-projet présenté par le gouvernement a quant à lui été repoussé à 54,2%.

Seuls les électeurs de cantons essentiellement francophones dont Genève, le Jura, Bâle-Ville, Fribourg, Vaud et Neuchâtel, ont dit non au tour de vis réclamé par le parti de droite dure, l'UDC.

Le renvoi des criminels étrangers est déjà possible en Suisse sous certaines conditions mais le texte proposé par l'UDC va plus loin en proposant un retrait automatique du droit de séjour des étrangers inculpés sans prendre en compte la gravité des délits, le renvoi fonctionnant autant pour des crimes graves que pour les cas d'"abus de l'aide sociale".

Le vote a été immédiatement qualifié de "journée noire pour les droits humains en Suisse" par Amnesty International.

La Section suisse de l'organisation s'est déclaré profondément choquée par le résultat du scrutin. "Des dispositions violant les droits humains n'ont rien à faire dans notre Constitution. Les initiants ont une nouvelle fois abusé du droit d'initiative dans le but d'augmenter leur capital politique par des propos xénophobes", indique l'ONG dans un communiqué.

Les Verts se sont quant à eux déclaré "consternés de devoir constater une nouvelle violation du principe d'égalité devant la loi inscrit dans la Constitution fédérale".

"C'est un jour très noir pour la Suisse car on a heurté une grande partie de la population étrangère de notre pays à qui on a manqué de respect", a commenté pour sa part le secrétaire général de l'Organisation suisse d'aide aux réfugiés (OSAR), Beat Meiner interrogé par l'AFP.

"Si on l'applique, on aura de gros problèmes avec l'Union européenne qui n'acceptera jamais" qu'on renvoie ses ressortissants. "On va être condamné par le Conseil de l'Europe à chaque fois que l'on voudra renvoyer un étranger pour une bagatelle", a-t-il dit.

Pratiquement un an jour pour jour après l'interdiction de la construction des minarets dans la Confédération, l'UDC s'est pour sa part félicité des résultats du vote.

"C'est un premier pas sur la voie de la sécurité qui démontre la préoccupation de la population à l'égard de la politique d'immigration de la Suisse", indique le parti dans un communiqué.

La campagne de l'UDC a été de fait soutenue par une débauche d'affiches ouvertement xénophobes dans un pays qui compte 21,7% d'étrangers. "Ivan S., violeur et bientôt Suisse?", proclamait l'une d'entre elle sur un profil de moustachu musclé à mine patibulaire.

Le Conseil Fédéral (gouvernement) a indiqué pour sa part à Berne que la "majorité des votants ont clairement exprimé que la criminalité des étrangers est pour eux un problème sérieux" et "exécutera le mandat qui lui a été confié".

Néanmoins la ministre de la justice Simonetta Sommaruga a tenu à rappeler que les étrangers "fournissent une contribution essentielle à la vie économique, sociale et culturelle du pays".

Le deuxième sujet de la votation de dimanche, une initiative du PS "Pour des impôts équitables" dans un pays considéré comme un havre fiscal a été pour sa part plus largement rejetée avec 58.5% des voix.

Cette initiative était réclamée par le parti socialiste pour mettre un terme à la concurrence fiscale entre cantons cherchant à attirer les grosses fortunes.

AFP. 28/11/10

 

 

20:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

104 - Vive Orion!

104 - 01 - Qui est-ce.jpg

Portrait par Léon Cogniet en 1831

104 - Jean-François CHAMPOLLION, né à Figeac (Lot) en 1790, mort à Paris en 1832

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Fran%C3%A7ois_Champollion

Le portait de "Champollion en habit égyptien" est un pastel de Giuseppe Angelelli (1828-29)

Toutes mes félicitations, encore une fois, à Orion qui a su identifier l'égyptologue de génie!

Merci à tous ceux qui ont participé!

Le jeu  continue!

 

 

 

 

19:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Le château de Chantilly sous la première neige

Chantilly neige.jpg

Chantilly (Oise) le 26 novembre 2010

(Cliquez sur la photo)

03:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Gaza: tirs sur de jeunes Palestiniens - Un enfant de 12 ans blessé

Un enfant de 12 ans qui ramassait du gravier à la frontière entre Gaza et Israël a été blessé aujourd'hui par des tirs de l'armée israélienne, selon des sources médicales palestiniennes et des témoins. Le garçon a été touché à la jambe alors qu'il était à la recherche de matériaux de construction dans le nord de la bande de Gaza, dans la ville de Beit Lahiya, selon ces sources.

Un porte-parole de l'armée israélienne a indiqué à l'AFP que des soldats avaient ouvert le feu après qu'un "groupe de suspects" se fut approché à moins de 50 mètres de la barrière délimitant la frontière et eut ignoré les appels à faire demi-tour. "Les soldats ont tiré en l'air des coups de semonce plusieurs fois pour tenter de les chasser", a-t-elle dit. Quand les suspects ont refusé d'obtempérer, les soldats ont "tiré vers la partie inférieure de leur corps et ont distingué en avoir touché un".

Des adolescents de Gaza risquent régulièrement d'être blessés ou tués en s'aventurant à proximité de la "zone tampon" de 300 mètres, le long de la frontière avec Israël --dont l'armée interdit l'accès sous peine d'ouvrir le feu--, en quête de matériaux de construction.

L'ONG Défense des Enfants-International (DEI) a recensé sur une période d'environ six mois (26 mars au 14 octobre) 14 ramasseurs de gravier de 13 à 17 ans blessés aux membres inférieurs par des balles israéliennes. Ils se trouvaient entre 50 à 800 mètres de la frontière.

Le Figaro - 27/11/10

03:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Les ambassades allemandes se dénazifient

Joschka Fischer.jpg

Joschka Fischer - (Cliquez sur la photo)

 

À la demande du ministère des Affaires étrangères, les portraits des ambassadeurs sympathisants du IIIe Reich sont décrochés. 

Pour sa première visite officielle, aujourd'hui à Berlin, au titre de chef de la diplomatie française, Michèle Alliot-Marie sera reçue dans un ministère dénazifié. Soixante-cinq ans après la chute de la dictature nazie, le ministère allemand des Affaires étrangères a demandé, mardi, à toutes les ambassades allemandes de décrocher les portraits des ambassadeurs en poste avant 1951 et qui pourraient avoir eu des sympathies avec le IIIe Reich. Installé dans l'ancien bâtiment de la Reichsbank, qui servit ensuite de siège au parti unique de l'ex-RDA (SED), le ministère s'était déjà appliqué cette mesure il y a quelques jours.

Dans une note écrite envoyée à toutes les représentations allemandes, le ministère demande que ne soient «plus affichés que les portraits des ambassadeurs nommés depuis la reconstitution du ministère des Affaires étrangères de la République fédérale d'Allemagne en 1951». Les portraits des ambassadeurs en poste par la suite dont les liens avec le régime hitlérien ont été démontrés devront être accompagnés d'«un texte explicatif le mentionnant explicitement». Le ministère tire ainsi les conséquences d'une étude réalisée par quatre historiens allemands le mois dernier, qui remet en cause le mythe voulant que les diplomates allemands aient gardé les mains propres pendant la période du IIIe Reich. Malgré les efforts de dénazification, nombre d'anciens hauts diplomates du IIIe Reich ont tranquillement repris leur travail au ministère à partir de 1951, lorsqu'une loi a permis la réintégration dans la fonction publique de 150.000 anciens fonctionnaires épurés. Selon cet ouvrage collectif intitulé Das Amt und die Vergangenheit («Le pouvoir et le passé»), le ministère était parfaitement au courant des massacres des Juifs et «activement impliqué» dans ces initiatives.

 

«Impliqué dans le meurtre des Juifs» 

 

«Le ministère des Affaires étrangères était une organisation criminelle, affirme l'historien qui dirigeait la commission d'enquête, Eckart Conze. Il fonctionnait depuis le premier jour en tant qu'institution du régime national-socialiste et a soutenu la politique violente du régime nazi du premier au dernier jour. En tant qu'institution, le ministère des Affaires étrangères a même été activement impliqué dans le meurtre de Juifs.»

Au sein de ce service, chacun, selon lui, savait que des Juifs étaient massacrés en Europe de l'Est. L'ancien chef de la diplomatie allemande, l'écologiste Joschka Fischer, a mis sur pied cette commission d'historiens en 2005 après les critiques émises par des diplomates sur son interdiction de diffuser les nécrologies d'anciens nazis dans le bulletin interne du ministère.

Une centaine d'entre eux, à la retraite ou en activité, s'étaient insurgés notamment contre son refus de publier une biographie de Fran Krapf, un ancien diplomate au passé nazi très lourd. Joschka Fischer a avoué que la lecture de l'ouvrage des quatre historiens l'avait «rendu malade». Le ministère des Finances, qui finança le régime nazi avec les fonds volés aux Juifs, avait lui aussi été mis en cause par la commission.

Le Figaro - 25/11/10

02:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Il laisse sa fille de 5 ans sur le parking d'une discothèque et s'en va danser

Un homme de 36 ans était en garde à vue, samedi soir, à Ribeauvillé, dans le Haut-Rhin, pour avoir laissé sa petite fille de 5 ans seule dans sa voiture, en pleine nuit sur le parking d'une discothèque, alors qu'il était parti danser, a-t-on appris auprès de la gendarmerie. Ce père de famille sera présenté dimanche au parquet de Colmar où il devrait être poursuivi pour «délaissement d'enfant».

L'alerte avait été donnée vers 3h30 du matin dans la nuit de vendredi à samedi par des témoins. Etonnés de voir, par un froid glacial, un enfant seul pleurer aux alentours de la boîte de nuit, située à Riquewihr, ils ont appelé les secours.

La fillette en a eu assez d'attendre

La fillette avait expliqué qu'elle en avait eu assez d'attendre seule dans la voiture, où elle avait déjà passé deux heures. Les gendarmes sont alors allés chercher le père à l'intérieur du dancing.

Celui-ci, qui est séparé de la mère de l'enfant, en avait la garde pour quelques jours. Passablement éméché au moment de son interpellation, il a été placé en cellule de dégrisement, puis en garde à vue.

Quant à la petite fille, elle a été placée en observation à l'hôpital de Colmar du fait du froid intense auquel elle a été exposée, mais son état n'inspirait pas d'inquiétude.

Le Parisien - 27/11/10

 

02:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Qui est-ce ? 104

104 - Qui est-ce.jpg

104

02:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Appel pour la création d'écoles enracinées, par Claude Bourrinet

Je n'ignore pas combien, d'un certain point de vue, notre combat peut paraître désespéré. Et, entre nous, il n'est pas inconcevable qu'il soit déjà perdu, le point de non retour ayant été largement dépassé depuis les années 70. Et en poussant le pessimisme jusqu'au bout, il se peut bien même que ce point ait été déjà atteint, que l'Europe ait initié son suicide, dans l'ivresse d'une fausse liberté, (il est de beaux suicides), à la fin du moyen âge, dès qu'elle eut adopté l'individualisme, l'économisme et la libre pensée, et rejeté, de fait, sinon en le déclamant, les âges "gothiques", c'est-à-dire une conception holiste, hiérarchisée et sacrale de l'univers. Nous en payons cruellement le prix, et nous voyons très bien le fil qui conduit dans le présent à cet avènement d’une modernité mortifère. Si bien que si Valéry disait que nous savons maintenant que les civilisations peuvent périr (c'est quasiment fait pour la nôtre, et cette agonie s'est déclenchée lors de la grande boucherie de 14-18), nous n'ignorons plus que la planète même n'est pas bien vaillante, l'enfer sur terre ressemblant par moment à un tableau de Jérôme Bosch : démographie galopante, nihilisme, perte de repères, avidité destructrice, guerres endémiques par le feu, menace d’apocalypse nucléaire, mépris des valeurs, hormis celles de la Bourse. C’est vraiment le règne de la mort.

A ce compte, la simple cuisine politicienne paraît bien dérisoire. Pour en venir à la France, qui ne saurait plus se concevoir sans les peuples européens, avec qui nous partageons le même destin (sans nier notre spécificité), si les déclarations de l'évêque d'Avignon,  Mgr Jean-Pierre Cattenoz, sont justes, à savoir qu'elle va devenir musulmane dans 20 ou 30 ans, le pire est à prévoir, et même la guerre civile (et la guerre tout court, car les USA ne laisseront pas tomber les kossovos de notre bon pays). L'alternative est simple : survivre ou crever. Car l'islam est la négation de la France et de l'Europe, lesquelles, mêmes réduites par l’athéisme militant, n’ont interprété le monde que comme l’incarnation de l’Esprit. C’est pourquoi l’héritage de l’antiquité païenne, dans sa façon jubilatoire et tragique d’aborder la vie, ne jure pas avec la conception chrétienne de l’existence. Les deux, au demeurant, supposent, en même temps et contradictoirement, un grand amour de l’être, et l’exigence sublime de le dépasser.

Si l’on jette un coup d’œil historique sur le destin de la pointe occidentale de l’Eurasie, on s’aperçoit que plusieurs fois elle fut sur le point d’être emportée par des catastrophes, et qu’elle sut faire face. La grande peste de 1348 mit un frein à l’expansion romane et gothique, et imposa une vision plus pessimiste de la vie. Cependant, l’Europe reprit son élan un siècle plus tard, pour s’illustrer dans les arts et les sciences. Le Bas-Empire est une période plus sombre, malgré le sursaut héroïque de Dioclétien, à la fin du IIIe siècle. D’après Pierre Chaunu, la population des Gaules, jusqu’au Xe siècle, passa de 10 à 1. Une chute vertigineuse, nullement compensée par l’apport barbare, qui ne représentait que 5% de la population lors des grandes invasions au Ve siècle. La féodalité, vêtue d’un grand manteau d’églises, fut une réponse à ce défi civilisationnel, puisqu’il permit de ramasser les forces, les énergies, autour de chefs entreprenants, et surtout fut le terreau sur lequel, peu à peu, grandit l’Etat royal, qui s’appuya sur les barons, comme lors de la reconquête du Poitou par Philippe-Auguste, au XIIIe siècle. Plus significative fut la préservation, dont on ne mesure pas toujours l’importance et l’héroïsme, d’une partie du trésor antique par les moines des multiples scriptoria qui ont essaimé sur la terre européenne.

Nous sommes parvenus à un abîme semblable. Cette situation extrême ne nous laisse guère le choix.

Agir. Mais au nom de quoi ? Pour quoi ? Pour quelle finalité ?

La mémoire a été tellement éradiquée par l'oligarchie, aidée puissamment par les semi savants, que nous n'avons plus souvenir de nous, nous sommes redevenus des petits enfants prématurément vieillis, gâteux et capricieux.

La tâche de réactiver cette mémoire est vitale, car elle doit redonner sens au combat, et peut-être même en faire naître le désir chez certains. Il ne s'agit pas de rester au simple plan du ressentiment.

Christianisme ? Paganisme ?

Je n'aime pas les -ismes. Il faut prendre la question autrement, par l'éternel. Et l'éternel, c'est la supériorité de l'esprit sur la matière, ce qui, dans un pays comme la France, qui n'est pas un désert, passe par l'empreinte charnelle des générations qui l'ont faite.

Je rêverais d'un périodique, sur papier ou en numérique, qui s'appellerait "Empreintes européennes". Car ce titre ferait le lien entre une identité, une action (l'action étant le propre de l'Occident) et une matière (nos paysages, notre façon d'être etc.). Ce serait un support qui offrirait occasion d'enquêtes : le lien entre rédacteurs et lecteurs serait fort, et se fonderait, entre autre, sur un programme, par exemple des recherches thématiques ponctuées par des rencontres, des séminaires etc., et conclues par des restitutions synthétiques.

Il est évident que la "France" officielle est obsolète, ruinée, notamment son enseignement. Il devient urgent de constituer un enseignement parallèle. Pourquoi pas, dans un premier temps, dans chacune de nos régions, voire dans des localités plus restreintes, les querelles de chapelles écartées,  puis, à terme, une fédération d'"écoles" ? Afin de recommencer pour ainsi dire les universités du moyen âge...

Claude Bourrinet

 

01:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

27/11/2010

103 - Félicitations à Orion!

103 - Benjamin DELESSERT (1773-1847), naturaliste, homme d'affaires, inventeur, philanthrope, fondateur de la Caisse d'Epargne et de Prévoyance, du Livret A, de la soupe populaire, etc..

Son nom est trop peu connu du grand public!

Lisez sa biographie: http://fr.wikipedia.org/wiki/Benjamin_Delessert

Orion a été le premier et le seul à donner la bonne réponse! Bravo!

Pour le 104, homme illustrissime, dont le nom est très connu, un petit indice: "l'habit ne fait pas le moine"...

Merci à tous les participants!

Le jeu continue!

 

 

23:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

J.-S. BACH Prélude n° 3 joué par Anna Larsen, virtuose de sept ans

Anna Larsen
Live recital at Wellesley in 2007

27/11/10

21:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Un nouveau métier: assistant sexuel pour handicapés

« J’ai une vie de couple riche et épanouie, une femme que j’aime, des enfants. Et c’est là, justement, que je trouve cette force de partager un peu de mon bonheur avec des personnes lourdement handicapées, en grande souffrance. » Pascal a 50 ans, un vrai métier de formateur hospitalier. Mais il est aussi, un ou deux jours par mois, assistant sexuel auprès de personnes handicapées en mal de tendresse, de caresses, d’humanité tout simplement.

En France, ce « travail » n’est pas autorisé par la loi, et peut même être assimilé à de la prostitution. Alors Pascal exerce discrètement cette activité « presque militante » dont il est fier. « Je suis le seul aidant sexuel certifié en France », explique celui qui a suivi, en 2008-2009, une formation à l’aide sexuelle en Suisse romande, où cette activité est tout à fait légale.
Alors que se tient aujourd’hui à Paris le premier colloque sur « Handicap et sexualité », et qu’un député UMP, Jean-François Chossy, travaille sur un projet de loi pour légaliser les assistants sexuels, Pascal a accepté de nous expliquer pourquoi il a choisi d’aider des handicapés moteurs à réveiller une sexualité endormie, anesthésiée par des années de déni de leur corps.
« Ils voient défiler des dizaines de soignants qui viennent leur prodiguer des soins d’hygiène. Alors ils ont appris à abandonner toute pudeur pour se mettre nus devant ces gens qu’ils connaissent à peine. » Pascal raconte : « Une femme de 35 ans m’a confié que, pendant des années, elle s’était comme désincarnée pour supporter ces soins. Et puis, avec moi, elle a eu envie de redécouvrir un corps qui ne soit pas juste source de souffrance, mais de plaisir .»
Pascal s’est fixé certaines limites dans sa pratique. « Je ne propose pas de rapport sexuel complet, ni pénétration ni fellation. Mais j’offre des caresses pouvant aller jusqu’à l’orgasme et des corps-à-corps dans la nudité. » En revanche, il intervient auprès de femmes et d’hommes. « Je n’ai pas de limite supérieure d’âge, mais je n’accepte pas de moins de 30 ans, car la différence d’âge me gênerait. »
« Il y a des personnes qui ont juste envie d’avoir quelqu’un dans les bras. Ou de voir un corps dévêtu », confie Pascal. « L’autre jour, une femme m’a dit : J’ai 54 ans et je n’ai jamais été prise dans les bras d’une personne de l’autre sexe. J’aimerais connaître ça avant de mourir… Ça m’a ému. »
Pascal n’est pas rémunéré. « Je demande juste le remboursement des frais de déplacement. » Un choix qu’il a fait pour ne pas qu’on l’accuse de se prostituer, « mais je trouverais plus sain d’être payé, comme dans les autres pays ». L’intimité qu’il offre est gratuite, mais « très enrichissante. Chaque rencontre est une aventure. L’émotion est là, et on se rend compte que la beauté peut se réveiller même dans un corps blessé, meurtri, abîmé ».
Kinésithérapeute et psychologue de formation, Pascal a conscience de faire quelque chose de particulier, « d’extraordinaire », dit-il. « Ce que je fais n’est pas la mission des personnels de santé. C’est important de le dire car j’entends déjà nos opposants s’insurger du fait que si on légifère sur les aidants sexuels, on va obliger les infirmières à faire ce qu’on fait. Ce n’est pas le cas. »
Pour Pascal, la formation d’aidant sexuel est « essentielle ». « Elle nous apprend à savoir où on en est et où en est la personne handicapée pendant le moment d’intimité. c’est important. » En France, il n’existe pas d’association mettant en contact handicapés et ces assistants sexuels. Et pour cause : une telle association serait accusée de proxénétisme. Mais les personnes passent par des associations basées à l’étranger, comme Sexualité et handicap pluriels (SEHP), en Suisse, où Pascal a reçu sa formation.
Colloque « Handicap et sexualité », dès 9 h 15 à l’Hôtel de Ville de Paris.

Le Parisien- 26/11/10

Depuis quelques années déjà, les Pays-Bas, le Danemark, l’Allemagne et la Suisse ont lancé une formation pour un métier un peu « à part », celui d’assistant sexuel pour handicapés. L’objectif : faire des caresses érotiques à la demande de personnes qui ne sont pas capables de le faire. Un travail encore non réglementaire en France. Cependant, le député UMP Jean-François Chossy travaille actuellement sur un projet de loi pour légaliser les assistants sexuels.

 Pascal, 50 ans intervient gratuitement plusieurs jours par mois auprès d’hommes et de femmes.  Ayant reçu une formation à l’aide sexuelle en Suisse romande, il est le « seul aidant sexuel en France » et se dit fièr d’exercer cette « activité extraordinaire ».

 Même si l’accompagnateur sexuel est sélectionné et doit recevoir une formation pour apprendre à connaître et à guider ces « corps différents ou paralysés », ce service à la personne ouvre le débat : assistant sexuel et prostitution, quelle est la limite ?

Marcelle Provost, militante au sein d’une association qui lutte contre la prostitution déclare que ce travail « est la mise à disposition de son corps pour le plaisir d’autrui contre de l’argent, c’est la définition même de la prostitution ». A l’inverse, Jean-Marie Barbier, le président de l’association des paralysés, refuse toute confusion avec la prostitution. Il est pour la reconnaissance dans notre pays du statut d’assistant sexuel :

« Il faut que l’on sorte de cette idée que si on n’y arrive pas soi-même, on fait rien. On veut que tout ça puisse se passer dans la transparence. Ce sont des droits qui sont proclamés partout et pourtant il n’existe rien d’officiel. C’est la définition même selon moi du sujet tabou ».

Marie-Claire - 26/11/10

17:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (18)