"Lors de 64 sorties au cours des dernières 24 heures, l'aviation russe a touché 55 cibles de l'EI en Syrie", a affirmé le ministère russe de la Défense dans un communiqué. Selon le ministère, l'aviation russe a frappé dans les provinces de Damas, d'Alep, de Hama, de Raqqa et d'Idleb et détruit 29 camps d'entrainement, 23 positions fortifiées, deux postes de commandement et un dépôt de munitions. "Lors de la phase initiale de notre opération, nos avions ont détruit les principaux et plus grands centres logistiques du groupe terroriste EI", poursuit le communiqué. "Cela a permis une diminution importante du potentiel militaire des groupes armés, et un affaiblissement de leur mobilité et de leur capacité à lancer des offensives", ajoute-t-il. La Russie affirme que les combattants tombent peu à peu à court d'armes, de munitions et de carburant, ce qui les démoralise et les pousse à quitter leurs positions pour se rendre vers l'est et le nord-est de la Syrie. Depuis le début le 30 septembre de son intervention militaire en Syrie, la Russie, fidèle alliée du régime de Damas, a effectué des bombardements depuis des avions de combat et des croiseurs en mer Caspienne mais n'a pas engagé de troupes au sol. Le porte-parole du ministère de la Défense Igor Konachenkov a affirmé samedi que la Russie mènerait des discussions avec le Pentagone pour éviter les incidents entre avions russes et ceux de la coalition constituée par les Etats-Unis dans le ciel syrien