Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/04/2015

Jean-Marie Le Pen hospitalisé jeudi pour un "problème cardiaque"

Le président d'honneur du FN, âgé de 86 ans, a été admis à l'hôpital jeudi en raison d'un «petit problème cardiaque», selon ses propres termes. Il ignore lorsqu'il pourra quitter l'établissement.


 

«La bête est solide», affirme l'intéressé. Le président d'honneur du FN Jean-Marie Le Pen a été hospitalisé jeudi en raison d'un «petit problème cardiaque, pas gravissime», a-t-il expliqué par téléphone à l'AFP. «Je vais bien», a affirmé le député européen âgé de 86 ans. «Je suis dans mon lit. Ça me donne l'occasion de me reposer.»

Jean-Marie Le Pen ignore quand il pourra quitter l'hôpital. «Je ne sais pas, ça dépend des médecins. La chanson du Quartier Latin disait “les médecins, c'est comme les curés, il faut les croire sur parole”», a ironisé le patriarche frontiste, citant une chanson paillarde intitulée La Vérole. Au téléphone, l'ancien candidat à la présidentielle s'est exprimé avec une voix fatiguée, mais a ri à plusieurs reprises.

«Je ne suis pas “l'homme qui rit dans les cimetières”, je suis l'homme qui rit jusqu'au cercueil», s'est-il aussi amusé. La référence porte cette fois sur une accusation qui avait été portée contre Raymond Poincaré, ex-président de la République, lorsqu'il avait visité un cimetière de soldats de la Grande Guerre.

De récents «chocs émotionnels»

Plusieurs sources avaient évoqué l'hospitalisation de Jean-Marie Le Pen, un peu plus tôt dans la journée. «Il n'y a rien de grave», avait affirmé l'une d'entre elles, tandis qu'une autre avait fait référence à des «examens médicaux mensuels de routine» à l'hôpital. En revanche, une troisième source avait assuré que ce n'était «pas une hospitalisation habituelle». «Jean-Marie Le Pen est encore à l'hôpital pour un moment indéfini, au moins jusqu'à demain», avait indiqué cette dernière, en parlant d'«une intervention» et en rappelant les récents «chocs émotionnels» subis par le président d'honneur du FN.

Le parti frontiste est pris depuis plus d'une semaine dans une violente brouille entre Jean-Marie Le Pen et sa fille Marine Le Pen, présidente du parti, après deux entretiens accordés par le premier à BFMTV-RMC et à l'hebdomadaire d'extrême droite Rivarol. Le fondateur du FN avait alors répété ses propos polémiques sur les chambres à gaz, «point de détail» de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale, et défendu le maréchal Pétain.

Le président d'honneur du parti, qui souhaitait être tête de liste FN pour la région Provence-Alpes-Côte d'Azur aux élections régionales de décembre, a finalement laissé sa place, qui devrait revenir à sa petite-fille Marion Maréchal-Le Pen, députée FN du Vaucluse. Il a également été convoqué devant le bureau exécutif du parti réuni en instance disciplinaire en vue d'éventuelles sanctions après ses propos polémiques.

Par ailleurs, à la fin janvier, un incendie avait presque totalement dévasté la maison de Jean-Marie Le Pen à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine). Il avait été légèrement blessé au visage et à l'épaule en voulant échapper aux flammes.

LE FIGARO

23:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Meurtre de Chloé: questions autour d'une interdiction de territoire

Une interdiction définitive de se rendre en France avait semble-t-il été prononcée contre l'homme qui a avoué le viol et le meurtre de Chloé à Calais. Outre la question de sa validité se pose aussi celle de son application. Le gouvernement français dit vouloir demander des comptes à la Pologne.


 

- Pourquoi le suspect avait-il été condamné en France?

L'homme interpellé après l'enlèvement, le viol et l'assassinat mercredi de Chloé, neuf ans, à Calais, avait déjà été condamné deux fois en France, mais pas pour des faits similaires. La première fois, en novembre 2004, à quatre ans de prison, et la seconde fois, en mars 2010, à six ans de prison, à chaque fois pour extorsion avec violence, séquestration et vol aggravé. Ces condamnations avaient été prononcées à l'époque par le tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer, qui à l'époque, avait assorti la peine de ce Polonais de 38 ans d'une interdiction définitive de territoire français. Il avait ensuite été remis aux autorités de son pays le 27 mars 2014 après l'émission d'un mandat d'arrêt européen par la Pologne qui souhaitait le juger pour des cambriolages commis là-bas en 2000.

- S'il avait été condamné à six ans de prison, pourquoi n'était-il pas toujours détenu dans une prison française?

Comme l'explique l'avocat pénaliste Pierre Lumbroso, «s'il a été condamné à six ans de prison, le suspect a dû bénéficier d'une remise de peine d'au moins treize mois». En France, le crédit de réduction de peine est en effet automatiquement calculé en fonction de la durée de la condamnation prononcée (3 mois pour la première année d'emprisonnement, 2 mois pour les années suivantes). A ce délai peuvent éventuellement s'ajouter d'autres réductions. Selon France 3 Pas-de-Calais, le suspect a été expulsé vers Varsovie six jours après sa sortie de la prison de Fresnes. Entre sa sortie de prison et son expulsion, «il a d'abord été assigné à résidence par un juge de la liberté et de la détention», indique Me Lumbroso. Ce qui signifie donc qu'il était libre de ses mouvements durant ce laps de temps.

- Que faisait le suspect à Calais mercredi?

L'homme interpellé mercredi après la découverte du corps de la fillette dans les bois assure n'être arrivé à Calais que quelques heures plus tôt. «Il était en Pologne jusqu'à hier (mercredi) matin», a confirmé le procureur de Boulogne-sur-Mer, Jean-Pierre Valensi. Selon le magistrat, le suspect a raconté aux enquêteurs être arrivé à Calais pour aller voir sa soeur à Southampton en Angleterre, sans toutefois posséder de titre de transport.

- Faisait-il vraiment l'objet d'une interdiction du territoire français?

Le procureur de Boulogne-sur-Mer, après avoir indiqué que le suspect était soumis à une interdiction de territoire français, a précisé ce jeudi que cette décision de justice était invalide sur le plan juridique au regard des infractions pour lesquelles il avait été condamné en France. Et donc «pas applicable». Le tribunal de Boulogne-sur-Mer avait «prononcé une interdiction définitive du territoire qui ne pouvait être amenée à exécution puisque son prononcé n'était pas légalement encouru pour les faits pour lesquels il avait été condamnés», a déclaré lors de son point de presse le procureur Jean-Pierre Valensi. «La loi prévoit pour certaines infractions l'interdiction du territoire français et pour d'autres non». Comment le tribunal avait-il donc pu prendre une telle décision, si elle n'était pas applicable? La question reste pour l'instant entière. Ce jeudi matin en tout cas, Bernard Cazeneuve, a pourtant rappelé l'existence de l'nterdiction, en prenant visiblement pour acquis sa validité. Le ministre a en effet ajouté qu'une «discussion (était) en cours avec les autorités polonaises de manière à établir les conditions dans lesquelles cette interdiction du territoire a été enfreinte par le criminel en question».

- Pourquoi cette interdiction n'a-t-elle pas été contrôlée?

La mère de la petite Chloé ne comprend pas: «Je suis franchement écoeurée, dégoûtée... Je ne comprends pas pourquoi il était en France. Et puis pourquoi est-il venu à Calais?», déclare-t-elle au Parisien. Si Bernard Cazeneuve demande des comptes à Varsovie, le fait que le suspect ait pu enfreindre cette interdiction de territoire (qu'elle soit valide ou non) n'a rien de surprenant, déplore Me Lumbroso. La Pologne appartient à l'Union européenne et à l'espace Schengen, qui permet la libre circulation des individus. Le suspect n'avait donc pas besoin de visa pour se rendre en France. «Une fois qu'il a été transféré en Pologne, il a été laissé libre car il n'avait pas été condamné sur ce territoire et les autorités n'avaient aucune raison de le détenir, explique l'avocat pénaliste. Il était donc libre de ses mouvements. Or il est impossible de contrôler une interdiction du territoire français. Surtout s'il vient d'un pays de l'espace Schengen et qu'il se déplace en voiture, en train ou même en bateau. S'il avait voyagé en avion, il aurait été intercepté par la douane. Mais comme il circulait en voiture, il ne pouvait être intercepté que par un contrôle inopiné.»

LE FIGARO

23:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Chloé : un meurtre odieux consécutif au laxisme d’Etat ?

   Communiqués / 16 avril 2015 / /   

Communiqué de Presse de Steeve Briois, Vice-Président du Front National

Le corps sans vie de la petite Chloé a été retrouvé peu après son enlèvement mercredi après-midi. Selon le syndicat UNSA Police, la fillette aurait été violée puis tuée. Nous tenons à présenter nos sincères condoléances à la famille de la victime et à tous leurs proches qui doivent affronter une épreuve terriblement douloureuse.

S’il convient de laisser la police judiciaire et le parquet mener leur enquête dans les meilleurs conditions, il n’en demeure pas moins que la présence d’un homme âgé de 38 ans, de nationalité étrangère, fortement alcoolisé et faisant l’objet d’une interdiction définitive du territoire français à la suite d’une condamnation en 2010 à six ans de prison, pose de nombreuses interrogations.

Deux enquêtes devront donc être menées : l’une permettant de prouver la culpabilité de l’assassin qui devra être condamné à la perpétuité, et l’autre engageant la responsabilité de l’Etat concernant l’exécution d’une décision de justice portant interdiction de séjourner sur le territoire de la République française.

21:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Tueur de l'Essonne: Yoni Palmier condamné à la perpétuité avec 22 ans de sûreté

4695707_fcdd8f86-e390-11e4-b2b7-001517810e22-1_545x460_autocrop.jpg

Les plaidoiries de la défense n'ont pas suffisamment pesé pour faire changer l'avis des jurés façonné par trois semaines d'audience. Yoni Palmier, 36 ans, a été condamné à une peine rarissime ce jeudi : la perpétuité avec 22 ans de période de sûreté, le maximum prévu par la loi pour les crimes qu'il a commis (la perpétuité incompressible étant réservée aux meurtres avec viol, tortures ou acte de barbarie d'un mineur ou aux meurtres en bande organisée de dépositaires de l'autorité publique, NDLR).

 
 

Sur le même sujet

Tueur de l'Essonne : Palmier se rapproche des aveux

Tueur de l'Essonne : Palmier se rapproche des aveux

Meurtres de l’Essonne : les parties civiles pointent la «notion de surpuissance» de Yoni Palmier

Meurtres de l’Essonne : les parties civiles pointent la «notion de surpuissance» de Yoni Palmier

Meurtres de l’Essonne : la peine maximale requise contre Palmier

Meurtres de l’Essonne : la peine maximale requise contre Palmier

La peine prononcée contre Yoni Palmier est donc assortie d'une rétention de sûreté, qui permet à un cortège d'expert psychiatriques et de juges de se réunir et de réexaminer la dangerosité de Yoni Palmier tous les ans après sa 22e année de détention et de prolonger son incarcération éventuellement jusqu'à sa mort.

«C'est un verdict à la mesure de la gravité des faits, témoigne Me Natali qui défendait les intérêts de la famille Brunetto, la troisième victime. Une réponse judiciaire sur qui a commis les crimes. Pour le pourquoi, les experts psychiatriques ont répondu en partie. Pour la famille c'est un moment important.» «Les parties civiles sont rassurées. Mais ne seront vraiment soulagées qu'au-delà du délai de dix jours d'appel. Car elles redoutent de devoir revivre ces moments. Vu leurs souffrances elles considèrent que ce verdict est juste», a estimé pour sa part Me Auerbacher, l'avocat de la famille Davids, la première victime.

Après le réquisitoire de l'avocate générale, qui avait demandé la peine maximale à l'encontre de Yoni Palmier accusé d'avoir assassiné quatre personnes entre novembre 2011 et avril 2012, à Juvisy, Ris et Grigny avec une seule et même arme, ses avocats, Mes Laurent Caruso et Julien Fresnault, avaient tout tenté pour modifier l'image de leur client. «Notre tâche est complexe, défendre quelqu'un qui a déjà l'image du «tueur de l'Essonne». En plus, dans le box, il présente mal, avait souligné Julien Fresnault en désignant Yoni Palmier avachi, tête basse, dont on ne voit même pas la tête. Il est voûté, frustre, avec un regard noir.»

«Il n'a aucune intelligence sociale»


Puis se tournant vers deux jurées qui sont installées juste à côté de l'accusé, il enchaîne. «Il a des tocs qui le dévalorisent, vous avez dû le voir avec sa salive qu'il crache régulièrement dans un mouchoir, on se demande d'où ça vient, mais c'est un exemple de mimétisme, un trait caractéristique de sa personnalité. Car sa mère fait la même chose.» De la même manière, il s'est attaché à rendre l'accusé plus humain, en montrant ses failles. «Comme de nombreuses personnes isolées, il n'a aucune intelligence sociale, souligne Me Fresnault. Mais il est attaché aux mots.»

Le Parisien

21:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Meurtre de Chloé à Calais: comment le suspect s'est retrouvé en France

http://www.leparisien.fr/faits-divers/meurtre-de-chloe-l-...

20:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Italie : des migrants accusés d'avoir jeté des chrétiens à la mer

 

Quinze immigrés d'origine africaine et de confession musulmane ont été arrêtés jeudi à leur arrivée en Sicile pour avoir, selon des témoins, jeté par-dessus bord douze réfugiés chrétiens, eux aussi africains, après une dispute sur le bateau les transportant en Méditerranée.

16 Avril 2015, 16h56 | MAJ : 16 Avril 2015, 19h33

 
 
réagir
71
                                                    

4698709_e62f217b2178e2a3d64377b988adb04b0657999d_545x460_autocrop.jpg


Contrairement à leurs victimes, ils ont réussi à atteindre l'Europe. Mais à peine le pied posé sur le sol italien, ils ont été inculpés. Quinze immigrés d'origine africaine et de confession musulmane ont été arrêtés jeudi à leur arrivée en Sicile pour avoir, selon des témoins, jeté par-dessus bord douze réfugiés chrétiens après une dispute sur le bateau les transportant en Méditerranée, a annoncé la police de Palerme.

 
 

Sur le même sujet

Naufrage en Méditerranée : peut-être le pire drame de l'immigration de l'histoire

Naufrage en Méditerranée : peut-être le pire drame de l'immigration de l'histoire

Plus de 300 migrants africains portés disparus en Méditerranée

Plus de 300 migrants africains portés disparus en Méditerranée

Les quinze hommes, de nationalité ivoirienne, malienne et sénégalaise, étaient arrivés mercredi dans le port sicilien à bord du navire Ellensborg qui les avait recueillis. Ils ont été inculpés jeudi d'«homicide multiple, aggravé par la haine religieuse».

Le drame est survenu dans le détroit de Sicile. Selon les témoignages fournis à la police par une dizaine de réfugiés nigérians et ghanéens qui se trouvaient à bord de l'embarcation, une dispute a éclaté pour des raisons religieuses. Les survivants ont expliqué être partis mardi des côtes libyennes sur un canot pneumatique qui transportait au total une centaine de passagers à bord. «Au cours de la traversée, les Nigérians et les Ghanéens, en minorité, auraient été menacés d'être jetés à l'eau par une quinzaine de passagers», a rapporté le communiqué de la police.

Des faits corroborés par des témoignages et photos prises à bord

Le motif de la colère des agresseurs, a-t-il précisé, «serait la profession de foi chrétienne des victimes, au contraire de la foi musulmane des agresseurs. Les menaces se seraient ensuite concrétisées et douze personnes, toutes nigérianes et ghanéennes, auraient succombé dans les eaux de la Méditerranée». Les rescapés auraient survécu en s'opposant par la force à la tentative de noyade, formant dans certains cas une véritable chaîne humaine, a indiqué le communiqué qui fait état de «détails épouvantables» donnés par des «témoins en larmes».

Selon des sources judiciaires citées par les médias, ces «témoignages cohérents» ont permis de reconstituer les faits. Certaines photos auraient été prises à bord. D'autres responsables pourraient être identifiés. La police a remis un rapport au parquet de Palerme qui a 48 heures pour confirmer les arrestations. Des arrestations pour ce motif sont inédites en Italie. Des passeurs ont été arrêtés dans le passé pour avoir maltraité des immigrés ou les avoir laissés mourir sur des bateaux, mais pas en raison de «haine religieuse».

Italie : 41 migrants disparus après un nouveau naufrage

Le naufrage en Méditerranée d'une embarcation de fortune transportant des migrants venus de Libye a fait 41 disparus, selon le récit de survivants recueillis jeudi par le personnel humanitaire et la police, citées par les médias italiens. Ces survivants, au nombre de quatre, ont raconté qu'ils étaient 45 à avoir embarqué à bord d'un canot pneumatique pour traverser la Méditerranée depuis la Libye à destination des côtes européennes, et que leur embarcation avait rapidement fait naufrage.

Selon le récit de ces quatre migrants, deux Nigérians, un Ghanéen et un Nigérien, le vieux canot pneumatique à bord duquel ils avaient tous embarqué s'est rapidement dégonflé et a fait naufrage. Repérés par un avion, ils ont pu être sauvés par un navire militaire italien, le «Foscari», qui, une fois parvenu sur les lieux, n'a pu sauver que ces quatre personnes, alors que leur bateau avait déjà totalement sombré. Ces quatre survivants sont arrivés jeudi à Trapani en Sicile, avec quelque 600 migrants ayant été récupérés en mer par les garde-côtes et la marine militaire italienne.

Ce drame s'ajoute à celui survenu dimanche au larges des côtes italiennes. Près de 400 migrants auraient disparu dans ce qui pourrait être le pire drame de l'histoire de l'immigration.
 
Le Parisien

20:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Calais - Isabelle, la mère de Chloé: "Je ne comprends pas pourquoi il était en France"

4698383_chloe_545x460_autocrop.jpg

Chloé, 9 ans, violée et tuée par un récidiviste polonais

http://www.leparisien.fr/faits-divers/isabelle-la-mere-de...

+ 5 VIDEOS

 

20:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Le dernier rhinocéros blanc a ses propres gardes du corps

http://www.levif.be/actualite/environnement/le-dernier-rh...

CCoW6wbVEAIimh2.jpg rhino blanc.jpg

18:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Jean Raspail : Notre civilisation est en train de disparaître

 

Par

Pauline Quillon, Fabrice Madouas             

      

 

   

Photo de Jean Raspail

jean_raspail_iafrate.jpg

Crédits © Patrick Iafrate

Entretien. Écrivain, Jean Raspail décrivait en 1973, dans son roman “le Camp des saints”, la submersion de l’Europe par la multitude des migrants du tiers-monde.

Que vous inspire la situation actuelle ?

Vous savez, je n’ai guère envie de me joindre à la grande ronde des intellectuels qui passent leur temps à débattre de l’immigration… J’ai l’impression que ces colloques ne servent à rien. Le peuple sait déjà toutes ces choses, intuitivement : que la France, telle que nos ancêtres l’ont façonnée depuis des siècles, est en train de disparaître. Et qu’on amuse la galerie en parlant sans cesse de l’immigration sans jamais dire la vérité finale. Une vérité d’ailleurs indicible, constatait mon ami Jean Cau, car celui qui la proclame est immédiatement poursuivi, condamné puis rejeté. Richard Millet s’en est approché, voyez ce qui lui est arrivé !

On dissimule aux Français la gravité du problème ?

Oui. À commencer par les dirigeants politiques ! Publiquement, “tout va très bien, Madame la marquise”. Mais, la porte fermée, ils reconnaissent que “oui, vous avez raison : il y a un vrai problème”. J’ai sur ce sujet des lettres édifiantes de hauts responsables de gauche, de droite aussi, à qui j’avais envoyé le Camp des saints. “Mais vous comprenez : on ne peut pas le dire…” Ces gens-là ont un double langage, une double conscience. Je ne sais pas comment ils font ! Je pense que le désarroi vient de là : le peuple sait qu’on lui cache les choses. Aujourd’hui, des dizaines de millions de gens ne partagent pas le discours officiel sur l’immigration. Ils ne croient aucunement que ce soit une chance pour la France. Parce que le réel s’impose à eux, quotidiennement. Toutes ces idées bouillonnent dans leur crâne et ne sortent pas.

Vous ne croyez pas possible d’assimiler les étrangers accueillis en France ?

Non. Le modèle d’intégration ne fonctionne plus. Même en admettant qu’on reconduise un peu plus de clandestins à la frontière et qu’on réussisse à intégrer un peu plus d’étrangers qu’aujourd’hui, leur nombre ne cessera pas de croître et cela ne changera rien au problème fondamental : l’envahissement progressif de la France et de l’Europe par un tiers-monde innombrable. Je ne suis pas prophète, mais on voit bien la fragilité de ces pays, où s’installe une pauvreté insupportable et sans cesse croissante à côté d’une richesse indécente. Ces gens-là ne se retournent pas vers leurs gouvernements pour protester, ils n’en attendent rien.

Ils se tournent vers nous et arrivent en Europe par bateaux, toujours plus nombreux, aujourd’hui à Lampedusa, ailleurs demain. Rien ne les en décourage. Et par le jeu de la démographie, dans les années 2050, il y aura autant de jeunes Français de souche que de jeunes étrangers en France.

Beaucoup seront naturalisés.

Ce qui ne signifie pas qu’ils seront devenus français. Je ne dis pas que ce sont de mauvaises gens, mais les “naturalisations de papier” ne sont pas des naturalisations de coeur. Je ne peux pas les considérer comme mes compatriotes. Il faudra durcir drastiquement la loi, en urgence.

Comment l’Europe peut-elle faire face à ces migrations ?

Il n’y a que deux solutions. Soit on essaie de s’en accommoder et la France — sa culture, sa civilisation — s’effacera sans même qu’on lui fasse des funérailles. C’est à mon avis ce qui va se passer. Soit on ne s’en accommode pas du tout — c’est-à-dire que l’on cesse de sacraliser l’Autre et que l’on redécouvre que le prochain, c’est d’abord celui qui est à côté de soi. Ce qui suppose que l’on s’assoit quelque temps sur ces « idées chrétiennes devenues folles », comme disait Chesterton, sur ces droits de l’homme dévoyés, et que l’on prenne les mesures d’éloignement collectif et sans appel indispensables pour éviter la dissolution du pays dans un métissage général. Je ne vois pas d’autre solution. J’ai beaucoup voyagé dans ma jeunesse. Tous les peuples sont passionnants mais, quand on les mélange trop, c’est bien davantage l’animosité qui se développe que la sympathie. Le métissage n’est jamais pacifique, c’est une utopie dangereuse. Voyez l’Afrique du Sud !

Au point où nous en sommes, les mesures que nous devrions prendre seraient forcément très coercitives. Je n’y crois pas et je ne vois personne qui ait le courage de les prendre. Il faudrait mettre son âme en balance, mais qui est prêt à ça ? Cela dit, je ne crois pas un instant que les partisans de l’immigration soient plus charitables que moi : il n’y en a probablement pas un seul qui ait l’intention de recevoir chez lui l’un de ces malheureux… Tout cela, c’est de la frime émotionnelle, un maelström irresponsable qui nous engloutira.

@Valeurs 

VALEURS ACTUELLES - 2013

04:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Quoi, Poutine ?

poutine.jpg

On peut certes admirer Vladimir Poutine, si l’on veut — mais comme un excellent joueur d’une équipe adverse.

932
SHARES
 
 

C’est curieux, cette fascination, tout de même… Maintenant, pour vénérer Vladimir Poutine, il n’y a plus seulement la droite antiremplaciste (celle que les journalistes remplacistes, si l’on veut bien excuser le quasi-pléonasme, appellent l’extrême droite). Il y a aussi la droite remplaciste (celle que les mêmes nomment bêtement, mais tout ce qu’ils font est un peu bête, républicaine). Et quand ce n’est pas Poutine, c’est la Russie. Mais la plupart du temps ce sont les deux.

M. Thierry Mariani est rentré presque saoul de son voyage là-bas — saoul d’enthousiasme, je veux dire, et si l’on peut en juger par les jolies photographies qu’il nous a rapportées. Ah, la Pâques orthodoxe, c’est autre chose que par chez nous ! Le président Poutine et madame en grande toilette, le Premier ministre et la sienne aux côtés de l’archimandrite, office solennel, communions, embrassades : on est loin des tweets aux épaules étroites dont se sont fendus finalement, pour notre Pâques à nous, MM. Hollande et Valls, un peu sous le contrainte. À ce propos, et entre parenthèses, je ne suis pas sûr que les chrétiens de France n’aient pas fait un marché de dupes, en exigeant ces messages.

Jusqu’à présent les autorités françaises envoyaient des phrases de félicitations aux représentants des religions tard-venues dans le pays : c’était la politesse d’un hôte à ses hôtes. Complimenter les chrétiens, de la part d’un chef d’État français, c’eût été un peu se complimenter lui-même, même s’il était incroyant ou anticlérical. Tout ce que les catholiques ont obtenu pour cette fois, c’est d’être mis à égalité, en France, avec les autres religions — un fameux recul, au regard de l’histoire ; et cette égalité, puisqu’ils la voulaient, puissent-ils encore la garder longtemps. L’égalité, hélas, pour les religions comme pour les monarchies, pour les classes sociales comme pour l’éducation, pour la culture comme pour les différentes cultures, c’est souvent le début de la fin.

Mais passons : Vladimir Poutine et la Russie sont chrétiens et défendent les valeurs chrétiennes, Vladimir Poutine et la Russie ne se laissent pas marcher sur les pieds, Vladimir Poutine et la Russie n’aiment pas trop les homosexuels, Vladimir Poutine et la Russie sont attachés à la vie, à la dignité humaine, à la décence, à leurs traditions, et ils ont la force de résister d’une main à la marchandisation américano-occidentale du monde, de l’autre à la pression terroriste ou convertisseuse de l’islam…

Et certes il y a du vrai dans tout cela, même s’il n’y a pas que du bon (ni même que du vrai…). Vladimir Poutine et la Russie défendent leurs traditions, sans doute, mais il convient de se souvenir, à mon sens, que ces traditions, d’une part, ne sont pas les nôtres, même si le christianisme constitue un lien, un demi-lien ; et d’autre part qu’elles sont extrêmement brutales. Cet éternel retour de l’insubmersible despotisme oriental, prévaricateur, arbitraire et volontiers assassin, passablement terroriste lui-même (au sens premier) nonobstant ses combats contre le terrorisme, est-ce bien le modèle que nous cherchons ? Il me semble que l’Europe a dans son propre répertoire, si elle voulait bien s’en souvenir, autrement mieux à nous offrir.

Je ne dis pas que la Russie, ce n’est pas l’Europe. Je ne dis pas que Lermontov, Tourgueniev, Tolstoï, Dostoïevski, Moussorgski, Tchékhov , Tsvetaïeva, Nabokov, Scriabine, Stravinski, les Ballets russes, Malevitch, Eisenstein, Schnittke, tant d’autres, ce n’est pas la culture européenne, la civilisation européenne, la sensibilité européenne (je ne dis pas non plus que ça l’est). Si la Russie voulait faire partie de l’Europe (avec tout ce que cela implique de liberté et d’État de droit — théoriquement, certes, de plus en plus théoriquement), ce n’est pas moi qui trouverais à y redire. Mais ce n’est pas du tout de cela qu’il s’agit, on le sent bien. Ce dont rêvent bon nombre de poutinomanes et d’actuels russolâtres, c’est plutôt que l’Europe devienne russe, dirait-on, se mette à la remorque de la Russie.

Ils ressemblent à des chiens perdus sans collier, avides de se trouver un maître, et qui se verraient bien une niche au Kremlin. Or, loin de moi de prétendre que Poutine n’est pas un habile praticien des relations internationales et de leurs rapports de force, ni qu’il ne sert pas bien son pays (encore que j’aie plus de réserve sur ce point). Tout ce que je rappelle, c’est que son pays n’est pas le nôtre, que la Russie a opprimé affreusement la moitié de l’Europe pendant un demi-siècle, que leurs intérêts à elle et à lui, sur de très nombreux points, ne sont pas ceux de la France et des autres nations du continent (même si des alliances sont toujours possibles, en de certaines circonstances graves).

On peut certes admirer Vladimir Poutine, si l’on veut — mais comme un excellent joueur d’une équipe adverse.

 

02:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Taubira mise en échec à l'Assemblée sur le renseignement pénitentiaire


Taubira désavouée sur le renseignement... par LCP

 

15/04/2015 – PARIS (NOVOpress)
Mardi 14 avril, en fin d’après-midi, les députés ont débattu pour déterminer si le bureau du renseignement pénitentiaire devait ou non utiliser les techniques de renseignement prévues par le nouveau texte.

La garde des Sceaux, Christiane Taubira, a estimé que le ministère de la Justice ne devait pas « ordonner directement des mises en œuvre de technique de recueil de renseignement ». Visiblement, il ne faudrait pas contrevenir à l’intimité de « ses protégés ».

C’est sans surprises que Cécile Duflot, la députée écologiste de Paris a abondé dans le sens de la ministre de la justice.

Pouvoir avoir recours à des techniques extrêmement intrusives met à mal même la capacité de pouvoir exercer ses fonctions au personnel pénitentier, selon elle.

Aurélie Filippetti s’est indignée, comme à son habitude.

Ainsi donc, le « flicage » pourrait être de masse à l’extérieur des prisons, ces lieux de prédilection pour les futurs terroristes (Mohammed Merah, Mehdi Nemmouche, les frères Kouachi, Coulibaly sont des musulmans qui y sont tous allés et s’y sont parfois radicalisés). Mais il ne faudrait surtout pas entraver la liberté des délinquants qui hantent nos geôles françaises avec un service spécial de surveillance.

Les députés UMP Jacques Myard, Guillaume Larrivé et Pierre Lellouche ont signifié leur désaccord à la garde des sceaux.

Jean-Jacques Urvoas, le rapporteur PS du texte, s’est, lui aussi, posé en contradicteur de Christiane Taubira, du moins, sur ce point.

Capture.PNG Taubira.PNG

02:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Collégiennes agressées à Paris : le passé chaotique du prédateur sexuel

Stéphane Sellami | 14 Avril 2015, 08h50 | MAJ : 14 Avril 2015, 09h02

0
 
 
 
 
réagir
26
                                                    

L'auteur présumé de sept agressions sexuelles et d'un viol commis sur des collégiennes et une jeune femme de 22 ans, au cours de ces dernières semaines à Paris, a été écroué lundi soir à l'issue de sa présentation devant le juge des libertés et de la détention (JLD).

 

Sur le même sujet

VIDEOS. Collégiennes attaquées à Paris : le prédateur sexuel présumé écroué

VIDEOS. Collégiennes attaquées à Paris : le prédateur sexuel présumé écroué



Mis en examen hier après-midi, cet homme de 37 ans, prénommé Shon et originaire du petit Etat du Guyana, en Amérique du Sud, s'est longuement expliqué devant les enquêteurs de la brigade de protection des mineurs (BPM) de la police judiciaire parisienne. Selon nos informations, le suspect a confié avoir été lui-même victime de viols alors qu'il était encore enfant dans son pays natal. Toujours selon ses déclarations, ces faits auraient été perpétrés par des touristes.

« Il a expliqué avoir été victime du tourisme sexuel »


« Il a expliqué avoir été victime du tourisme sexuel à Guyana, confirme Me Cédric Alépée, l'avocat du violeur présumé. Un expert psychiatre qui l'a examiné au cours de sa garde à vue a relevé un syndrome post-traumatique chez lui. Mais mon client ne justifie pas les actes qui lui sont reprochés et qu'il a reconnus par le fait d'avoir lui-même subi des viols. C'est important de le préciser. Il a aussi exprimé son sentiment de honte et de la compassion pour les victimes. »

Le suspect a indiqué s'en être pris à sa première victime à la mi-mars, dans le IXe arrondissement. Armé d'un couteau, il l'a suivie avant de l'agresser dans les parties communes de l'immeuble où elle résidait. Le même scénario s'est reproduit à sept reprises dans les Xe, XIXe et XXe arrondissements, avant l'interpellation, vendredi, de ce principal suspect, à son domicile dans le XVIIe.

« C'est un homme qui porte une coiffure rasta et que je croisais de temps en temps, confie une de ses voisines, rencontrée hier. Il parlait très bien français et n'a jamais eu de comportement déviant dans l'immeuble. » En couple depuis quatre ans, l'homme, qui enchaînait les petits boulots dans l'animation, avait déjà été entendu, en décembre 2014, après le dépôt d'une plainte pour une agression sexuelle commise au collège Condorcet dans le VIIIe.

« A l'époque, il était employé, en intérim, en tant qu'animateur dans cet établissement, confie une source proche de l'affaire. Il avait été recruté via Pôle emploi. Les parents d'une élève avaient déposé plainte car il avait tenté d'embrasser leur fille. Mais l'enquête avait été classée, faute d'éléments probants. »

Toujours selon nos informations, le suspect a encore indiqué s'être retrouvé, à l'âge de 4 ou 5 ans, à la rue dans son pays d'origine, avant d'être « emmené en France par un adulte », qui l'avait pris sous sa coupe. « Il déclare avoir vécu quelques années chez cette personne mais sans aucune relation à connotation sexuelle entre eux, poursuit la même source. Il serait arrivé en France dans les années 1990 mais il a beaucoup de difficultés à être précis sur les dates. »

Le Parisien

 

C'est lui, la victime!

01:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

PLus de 250 tombes catholiques profanées dans un cimetière de Castres

http://www.fdesouche.com/589011-castres-environ-250-tombe...

+ VIDEO

01:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Calais (62) : Chloé, 9 ans, enlevée, violée et tuée (Màj : le suspect étranger a déjà un lourd casier et aurait été expulsé)

0JjIG8Y.jpg chloe.jpg

 

0h31

Cet après-midi, une Calaisienne de 9 ans a été enlevée à proximité de son domicile avant d’être violée et tuée. L’auteur présumé de l’enlèvement, un ressortissant polonais, a été interpellé en fin d’après-midi, non loin du lieu où la fillette a été retrouvée morte.La disparition de la jeune victime avait été signalée un peu plus tôt dans l’après-midi, dans le quartier du Petit-Courgain. Son corps a été retrouvé dénudé vers 17 h 30, dans un bois à proximité du port.

 

La fillette, âgée de 9 ans, a été retrouvée dénudée dans le bois Dubrulle, en face de l’usine Tioxide, à l’angle de la rue du Nord et de la rue des Garennes. Selon une source proche de l’enquête, son corps portait des traces de strangulations.

Selon Denis Hurth, du syndicat UNSA Police, la fillette aurait été violée puis tuée. « Un suspect de nationalité polonaise a été interpellé et placé en garde à vue. » D’importants moyens de police et de gendarmerie étaient rassemblés en fin d’après-midi à proximité du lieu où a été découvert le corps. L’ensemble de la zone a été bouclée pour permettre le travail des enquêteurs.

[...]

Source

Selon Le Parisien, cet homme, un ouvrier, âgé de 38 ans résidait à Calais depuis une dizaine d’années. Il est connu des services de police pour des faits de vols avec arme, d’enlèvement et de séquestration.

Source

Il aurait été condamné en 2004 et 2010 et fait plusieurs années de prison. Toujours selon nos informations les clés de la voiture rouge auraient été retrouvées sur cet individu.

Source

«Vous me faites une blague ? C’est pas vrai ! » Près de six ans après la violente agression dont elle avait été victime à son domicile de Calais, Micheline T. pensait en avoir fini avec ses démons, en l’occurrence avec Zbigniew H., le ressortissant polonais qui lui avait fait vivre près d’une heure de terreur, le 27 juin 2009. [...]

Un an après l’agression de la retraitée, en 2010, il avait été condamné à six ans de prison pour ces faits, ainsi que pour trois autres agressions dans le Calaisis. L’homme venait d’être libéré. «Les policiers m’avaient assuré qu’il avait été expulsé en Pologne, s’effondre Micheline au téléphone, la voix nouée. Si c’est lui qui a fait ça à cette pauvre petiote, c’est terrible.»

Source

01:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Vingt mesures pour renforcer la mixité sociale dans le logement

              

19h52

Le gouvernement français a présenté mercredi un plan en 20 points pour remédier à « l’apartheid social » dénoncé par Manuel Valls après les attentats djihadistes de janvier.

(….) C’est dans ce cadre que s’inscrit le plan présenté par la ministre du Logement et de l’Egalité des territoires, Sylvia Pinel. Une partie de ces mesures seront intégrées à un projet de loi déposé au Parlement à l’automne.
Le plan prévoit la mise en place auprès du Premier ministre d’un délégué interministériel à la mixité sociale dans l’habitat, qui sera l’ex-ministre socialiste Thierry Repentin.
Il devra par exemple aider les préfets à sévir contre les communes qui ne respectent pas la loi de 2000 sur la solidarité et le renouvellement urbain (SRU), qui les contraint à avoir 25% de logements sociaux en 2025.
Son ministère a publié une liste de 218 communes en flagrant délit de retard dans la construction de logements sociaux.
Les préfets auront instruction début mai d’y utiliser une série d’outils — droit de préemption, reprise de l’instruction de permis de construire, recentrage des aides de l’Etat, limitation de la construction de logements sociaux dans les quartiers où leur taux est déjà supérieur à 50%.
Les terrains publics situés dans les communes en question seront mobilisés pour construire des logements sociaux.

ACCÉLÉRER LA RÉNOVATION URBAINE
Des mesures législatives et réglementaires seront aussi prises pour renforcer l’obligation de construction de logements à loyers très modérés.

La ministre du Logement entend par ailleurs faciliter le rachat de logements privés par des bailleurs sociaux pour accroître l’offre locative accessible aux plus démunis.
Un autre volet prévoit une réforme de l’attribution des logements sociaux. « D’ici l’automne, le mouvement HLM aura cartographié les immeubles sociaux à l’aide des indicateurs socio-économiques aujourd’hui disponibles et incontestables », a-t-elle expliqué en conseil des ministres.
L’objectif de cette opération sera de « mieux piloter les politiques d’attribution et de procéder dès maintenant au rééquilibrage de l’occupation sociale, immeuble par immeuble ».
Le gouvernement entend également harmoniser les critères d’attribution, mutualiser les différents parcs et publier sur internet les critères de sélection des demandeurs, afin que ces derniers puissent postuler en connaissance de cause.
Les préfets seront chargés de veiller à ne plus reloger les ménages les plus pauvres dans les 1.500 quartiers prioritaires.
Ils devront « rechercher avec les bailleurs des solutions alternatives afin de proposer des loyers peu élevés dans des secteurs favorisés », explique un document du ministère.
De même, il leur sera demandé d’adapter les loyers au cas par cas pour loger davantage de ménages à bas revenus hors des quartiers les plus en difficulté.
Enfin, une enveloppe d’un milliard d’euros sera mise en place, avec le soutien de la Caisse des dépôts et consignations, pour accélérer de deux ans les démolitions-reconstructions du programme national de rénovation urbaine.

Yahoo

00:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Israël - Dur travail d'enfants palestiniens dans des fermes des colonies

Lire: http://www.france-palestine.org/Israel-Dur-travail-d-enfa...

00:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Un tweet de Pascal Gannat (FN72)

Capture.PNG twweet Gannat.PNG

00:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Italie: 400 migrants disparus, la tension monte face aux arrivées massives

 

310
SHARES
 
 

 

Jusqu’à 400 migrants ont disparu dimanche dans un naufrage en Méditerranée, selon des survivants débarqués mardi dans le sud de l’Italie, où les vagues d’arrivées massives font monter la tension.

Les gardes-côtes italiens, qui ont porté secours à 42 bateaux chargés au total de plus de 6.500 migrants dimanche et lundi, avaient annoncé lundi avoir sauvé 144 personnes et récupéré neuf corps après le naufrage de l’une de ces embarcations.

Mardi, des représentants de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et de l’ONG « Save the children » ont commencé à interroger les 144 à 150 survivants d’un naufrage débarqués dans la matinée à Reggio Calabria (sud), sans pouvoir certifier qu’il s’agissait du même drame.

Ces survivants ont assuré qu’il y avait au total 500 à 550 personnes à bord de leur bateau, dont de nombreux jeunes, selon les ONG.

« Nous sommes encore en train d’enquêter pour comprendre la dynamique du naufrage », a expliqué Flavio Di Giacomo, porte-parole de l’OIM, selon lequel les premiers éléments laissent penser que le bateau a chaviré sous l’effet du mouvement des passagers quand ils ont aperçu les secours.

Ce nouveau drame porte à plus de 900 le nombre de morts enregistrés par l’OIM en Méditerranée depuis le début de l’année, contre 47 pendant la même période en 2014.

Entre-temps, la vaste opération italienne de secours « Mare Nostrum » a cédé la place à « Triton », un programme européen de contrôle des frontières nettement moins ambitieux.

Alors qu’un temps calme et printanier s’est installé sur la zone depuis quelques jours, plus de 10.500 arrivées ont été enregistrées depuis le début du mois en Italie, où les structures d’hébergement des demandeurs d’asile, permanentes ou établies en urgence, accueillent déjà plus de 80.000 personnes.

Le ministre de l’Intérieur a envoyé lundi une directive aux préfets les appelant à trouver d’urgence 6.500 places d’hébergement, en particulier dans le nord et le centre du pays.

- Refuser tout nouvel arrivant -

L’appel a provoqué la fureur de Matteo Salvini, le chef de la Ligue du Nord, mouvement anti-immigration et anti-euro en pleine campagne pour les élections prévues fin mai dans sept des 20 régions du pays.

« Je demande aux gouverneurs, maires et conseillers de la Ligue de dire non, par tous les moyens, à chaque nouvelle arrivée. La Ligue est prête à occuper chaque hôtel, école ou baraquement qui pourrait être mis à la disposition de ces soit-disant réfugiés », a lancé sur les réseaux sociaux le jeune dirigeant.

D’autres élus d’opposition ont accusé le gouvernement de centre-gauche de Matteo Renzi d’encourager les désespérés en continuant de leur porter secours jusqu’au large de la Libye, tandis que des organisations humanitaires ont critiqué le manque de préparation des autorités face à cette vague annoncée.

Originaires essentiellement d’Afrique subsaharienne et du Moyen-Orient, en particulier de Syrie ravagée par la guerre civile, ces migrants s’efforcent de gagner l’Europe à la faveur du chaos régnant en Libye.

Signe de la confiance des passeurs au large de la Libye, plusieurs d’entre eux ont ouvert le feu lundi sur deux navires engagés dans l’opération « Triton » — un bateau des gardes-côtes islandais et un patrouilleur italien — pour récupérer une embarcation dont les passagers venaient d’être secourus.

Début mars, le directeur exécutif de l’agence européenne de contrôle des frontières de l’UE (Frontex) avait cependant estimé que 500.000 à un million de migrants pourraient arriver cette année.

Beaucoup ne souhaitent pas s’installer en Italie. En 2014, le pays a enregistré 170.000 arrivées et 63.700 demandes d’asile, tandis que l’Allemagne recevait 173.100 demandes et la Suède 75.100.

Mais l’Italie ne dispose que de 30.000 places dans ses structures d’accueil classiques, selon la fondation Migrantes.

La capacité a été doublée grâce à un programme incitant à convertir hôtels, résidences de vacances ou maisons de retraites en échange de 30 euros par jour et par demandeur d’asile, qui a fait fleurir un nouveau secteur d’activité décrié pour son opacité et ses investisseurs peu scrupuleux.

Parallèlement, les organisations catholiques comme Caritas ou Migrantes hébergent aussi 20.000 migrants.

La Grèce est également confrontée à ces problèmes, avec l’arrivée de plus de 700 migrants ces derniers jours, Syriens et Africains, dont 500 sur la seule île de Lesbos en mer Egée.

BOULEVARD VOLTAIRE

00:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

15/04/2015

Une femme à Diên Biên Phu

    

Geneviève de Galard n’est pas, d’après elle, une femme extraordinaire. Elle a juste fait son devoir lors de la guerre d’Indochine. Pourtant, à la lecture de son livre, on ne peut s’empêcher de penser que ce petit bout de femme au sourire timide et aux joues potelées a eu le courage de faire ce que nombre de ses compatriotes, hommes et femmes confondus, n’auraient pas eu la force d’accomplir. Le Colonel Langlais dira d’elle : « A suscité l’admiration de tous par son courage tranquille et son dévouement souriant. […] D’une compétence professionnelle hors pair et d’un moral à toute épreuve, elle fut une auxiliaire précieuse pour les chirurgiens et contribua à sauver de nombreuses vies humaines. » « Restera, pour les combattants de Diên Biên Phu, la plus pure incarnation des vertus héroïques de l’infirmière française. » On pourrait croire que l’auteur de ces lignes a enjolivé son texte. Mais quand on a vécu ce qu’elle a subi durant les combats dans « la cuvette » et lors de sa décision de rester avec les prisonniers suite à la chute de Diên Biên Phu, on comprendra alors que cette admiration n’est pas exagérée. Pendant cinquante-sept jours de combat elle fut parmi les vaillants résistants afin de leur apporter soins et réconforts. Parfois ce fut très difficile, même pour une infirmière, de voir tous ces corps mutilés, toutes ces souffrances. Et tout cela sous les bombes des Vietminh presque quotidiennes. Dans la boue, le sang et la sueur, elle partagea le calvaire de tous ces braves combattants qui luttaient contre le Communisme. A aucun moment elle ne les abandonna, même quand elle eu la possibilité d’être rapatriée avant certains soldats blessés.

Un exemple de bravoure, de fidélité malgré l’adversité, de générosité et de gentillesse. Un peu de douceur féminine dans ce monde de guerriers…

Sa vie, « l'ange de Diên Biên Phu » vous la racontera mieux que moi. Je vous laisse découvrir le destin de cette héroïne qui a rendu l’espoir à de nombreux hommes et dont le souvenir ne pourra jamais s’effacer de leur mémoire…

Yann

Une femme à Dien Bien Phu, éditeur Les Arènes, Paris, 2003, 290 pages, 22,90 €

Une femme à Dien Bien Phu

ImprimerE-mail

TERRE ET PEUPLE

20:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

En direct de Nouméa

!cid_760fe4c777dbd70ea97911edda741800@nordnet.jpg

20:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)