Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 540

  • Après Béziers, Beaucaire va débaptiser la rue du 19 mars 1962

    http://www.midilibre.fr/2015/03/19/apres-beziers-beaucaire-va-debaptiser-la-rue-du-19-mars-1962,1138230.php

    Julien Sanchez est le maire FN de Beaucaire

  • VIDEO complète - Marine Le Pen veut geler le financement de toute nouvelle mosquée et France


    Marine Le Pen - 19 mars 2015 par hurraken75http://www.france24.com/fr/20150319-politique-marine-le-pen-fn-front-national-tunisie-libye-sarkozy-gel-mosquees

     

     

  • Avec nous avant qu’il ne soit trop tard ? Nous sommes prêts

    19 mars 2015

    bruno-gollnisch 

    Vingt-trois personnes dont  dix-huit touristes étrangers (deux Français sont au nombre des victimes, sept de nos compatriotes sont également blessés) ont été tués hier à Tunis (Tunisie), au musée du Bardo, dans une attaque à la kalachnikov menée par deux assaillants, mis hors d’état de nuire, Yassine Abidi et Hatem Khachnaoui. L’un d’entre eux au moins était repéré comme ayant des sympathies djihadistes. Il s’agit du premier attentat visant des étrangers dans le pays depuis la révolution de 2011 et surtout depuis celui revendiqué par Al Qaïda en avril 2002 contre une synagogue, à Djerba (sud), dans lequel avaient notamment péri quatorze Allemands et deux Français.

    La Tunisie n’en est pas moins en proie à un terrorisme larvé depuis quatre ans, -une katiba islamiste sévit à la frontière algérienne- et des milliers de jeunes Tunisiens sont partis combattre en Irak et en Syrie dans les rangs de l’Etat islamique (EI, Daech). 500 d’entre eux seraient d’ores et déjà rentrés en Tunisie. Bien évidemment la déstabilisation de la Libye voisine, livrée aux lutes intestines entre factions et aux menées sanglantes de l’EI,  est un facteur d’inquiétude supplémentaire pour la Tunisie. Nous n’avons pas fini de mesurer les conséquences catastrophiques, pour toute la région et bien au-delà,  de la liquidation du régime de Kadhafi voulue par le mauvais trio d’apprentis sorciers Sarkozy-Juppé-BHL…

     C’est le terrorisme islamiste sanglant et lâche qui inquiète légitimement les Français et non pas le FN comme le répète fébrilement et avec une haine inquiétante Manuel Valls sur tous les plateaux et les estrades.

    Une haine sans cesse ressassée dans les rangs du pouvoir, constate Bruno Gollnisch, qui favorise un climat de violence et de passage à l’acte contre les militants frontistes. Mardi matin, Marie-Francoise Lagroua, 83 ans, suppléante de Kamélia Ignatov dans le canton de Sartrouville (Yvelines), a été violemment tabassée sur la voie publique par un homme et une femme âgés d’environ 25 ans selon les témoins, qui l’ont traitée de «raciste» et menacée de mort, alors qu’elle collait des affiches pour les élections départementales.

     Les deux salauds, il n’y a pas d’autres mots, ont lâchement pris la fuite lorsqu’une institutrice est intervenue pour aider Mme Lagroua. «Nos adversaires perdent les nerfs et en viennent à commettre des voies de fait sur nos candidats, jusqu’aux plus âgés et aux plus faibles», a réagi Philippe Chevrier, Secrétaire départemental du FN dans les Yvelines.

     Un Premier ministre aux nerfs fragiles et tremblant de colère qui était hier soir à Carvin dans le Pas-de-Calais pour une réunion publique…sans réussir d’ailleurs à remplir la salle de quelques centaines de places mise à sa disposition… Dans cette nouvelle place forte  électorale de l’opposition nationale, populaire et sociale, M. Valls a de nouveau menti effrontément sur le programme frontiste, l’Europe de Bruxelles , la situation de notre  pays et a redit sa «peur» du FN.

     Même son de cloche du premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, invité  hier du  Forum France Bleu-France Info. L’ex militant trotskyte rallié à la gamelle sociale-démocrate a dénoncé avec la même virulence et  les mêmes mensonges, comme il l’avait fait  le dimanche précédent sur France cinq,  «l’impunité » dont jouit « le FN ».  « Aujourd’hui, on peut dire ce que l’on veut dans l’espace public, on peut faire ce que l’on veut, être soutenu par les banques poutiniennes (sic) , détourner les fonds du Parlement européen pour financier l’ensemble de son appareil politique (resic), ça n’intéresse personne. » «Le danger, c’est l’irrésistible ascension du FN sur des thèmes qui sont perturbants pour notre démocratie, quand on voit que dans 60 départements, il y a des propos homophobes, islamophobes, racistes, antisémites qui sont prononcés, on balaye ça, d’un revers de main ».

     Certes, quant il veut bien prendre la peine d’abandonner la langue de bois, le premier sec(ré)taire du PS peut être plus lucide. Benoit Rayski  rappelait le 15 mars  sur le site Atlantico la réponse faite par M. Cambadélis au journaliste de France Inter qui expliquait que « les députés frondeurs de son parti imputaient la montée du Front National au chômage, à la crise, à la politique libérale de Valls et de Macron ». Que nenni selon  « Camba»  : « quand on fait du porte à porte, vous savez ce qu’on entend sur les immigrés ? Il y en a trop, il y en a trop, ce n’est plus possible ! ».

     Et M. Rayski de noter que « le Front National se nourrit d’un rejet de l’immigration (…).  Qui en France n’a pas entendu parler des milliards déversés sur les banlieues, de plan Marshall en politique de la ville en passant par SOS banlieues ? Et tout ça pour quoi ? Pour rien ! Dans ces coins de France choyés par la manne publique le chômage augmente bien plus qu’ailleurs (s’est-on demandé pourquoi il y avait tellement plus de sans-emploi au Mirail que dans tout autre quartier de Toulouse?). La délinquance, le trafic de drogue, les règlements de compte y ont pris des proportions effrayantes qui ne sont nullement corrélées à telle ou telle politique gouvernementale. Des années, des dizaines d’années que ça dure…».

     « Tout le monde sait que trop c’est trop. Que les dizaines de milliards engloutis dans les territoires perdus de la République sont en quelque sorte un salaire de la peur versé par les gouvernements successifs pour tenter d’amadouer des bénéficiaires prompts à l’émeute. Continuer à le faire, persévérer dans le déni du réel, nourrit une colère et un ressentiment qui ont fait du Front National le premier parti de France ».

     Alors,  c’est vrai, la caste politico-médiatique  s’abrite  souvent derrière des   formules toutes faites, met  la tête dans le sable,  se rassure à bon compte sur le FN en pariant sur sa nullité, en dressant le portait d’une formation composée de velléitaires et d’abrutis.

     Exemple parmi d’autres,  François Sapy, dans La  tribune de Lyon le  10 mars, commentait l’implication annoncée   de Bruno Gollnisch dans la campagne à venir des élections régionales en PACA.  « Bruno Gollnisch écrivait-il, a toujours été pour moi un profond mystère. Affable, cultivé, drôle même parfois, il n’en reste pas moins un type dont les idées sont insupportables. C’est avec lui que j’ai pris conscience, jeune journaliste, à quel point il ne fallait pas se fier aux faux gentils. Gollnisch, c’était un clown. Il faisait rire parfois, parce qu’il était loin du pouvoir. Je ne crois pas qu’il arrivera à diriger un exécutif comme la région PACA, parce qu’il a trop le goût de la provoc pour exercer le pouvoir ».

    M. Sapy se pique d’être un observateur, depuis de longues années, de la vie politique. Mais faire mine méconnaître ( ?) à ce point les travaux, les qualités, le sérieux, la finalité et les raisons de l’engagement  dans la vie publique de Bruno Gollnisch, attestés très largement par ses actions, ses interventions, ses écrits, ses analyses, ses réflexions en tant que président de groupe FN au Conseil régional, député européen et dirigeant du Front National, en dit très long sur l’aveuglement et les mensonges des faiseurs d’opinions.

    Cette propagande antinationale martelée quotidiennement, mais à l’efficacité très déclinante, est-elle encore en mesure de détourner nos compatriotes de l’alternative sociale, économique, identitaire, patriotique incarnée par le FN ? Un récent sondage, dont nous faisions état, montre qu’ils sont très largement satisfaits de la gestion des maires frontistes. Les Français sont désormais nombreux à vouloir juger sur pièce le FN en lui donnant les commandes de la France.  Avec nous avant qu’il  ne soit trop tard ?  Nous sommes prêts.

  • Terrorisme islamiste – De “Charlie Hebdo” à Tunis, un même donneur d’ordre ?

    sans-titre.png


    "De 'Charlie Hebdo' à Tunis, un même donneur d... par rtl-fr

     

    19/03/2015 – TUNIS (NOVOpress)
    Selon l’historien Jean-Pierre Filiu, ce sont les mêmes équipes qui sont derrière les attaques de “Charlie Hebdo” à Paris et du musée du Bardo à Tunis. Il cible le Franco-tunisien Boubaker Al-Hakim, affilié à l’État islamique.

     

  • Attaque du RER D, surtout n’en parlons pas ! (Présent 8318)

    present-chard-bis.jpg

      Tweeter

     

    19/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
    Plus de 48 heures et un afflux de plaintes : c’est ce qu’il aura fallu attendre pour que la véritable « attaque de diligence » perpétrée dimanche par une vingtaine de « jeunes » contre une rame du RER D à Juvisy-sur-Orge, dans l’Essonne, soit enfin révélée aux Français par les médias !

    Attaque du RER D, surtout n'en parlons pas ! (Présent 8318)Nouveau « Far West »

    C’est à une scène digne du Far West qu’ont assisté, bien malgré eux, les voyageurs. Mais sans Wyatt Earp ni Wild Bill Hickok, hélas ! pour « défourailler ». Dimanche matin, vers 5 heures, une vingtaine de « jeunes » embarquent en effet à bord d’une rame arrêtée en gare de Juvisy. Très organisés, une dizaine d’entre eux monte immédiatement à l’étage, tandis que le reste de l’équipe s’occupe du rez-de-chaussée. Insultant les passagers et distribuant quelques gifles, ils extorquent téléphones portables, portefeuilles et argent liquide aux voyageurs, avant de prendre la fuite en descendant à Vigneux-sur-Seine.

    Une attaque qui n’est pas sans rappeler celle commise en mars 2013 dans un train en gare de Grigny. Qui avait d’ailleurs de quoi inspirer les voyous puisque, après avoir dévalisé une rame entière du RER, les « jeunes » impliqués n’avaient été condamnés qu’à des peines de prison avec sursis, des « avertissements solennels », une mesure de protection judiciaire ou encore 70 heures de TIG…

    Omerta

     

    A l’époque cependant, l’affaire avait fait du bruit. Or, dans le cas de Juvisy, rien. Il aura fallu attendre mardi soir pour que Le Parisien révèle ce scandale au public. Alors même que Valls était lundi dans le département. Même le maire UMP de Juvisy, Robin Reda, s’est plaint d’avoir appris la nouvelle « par la presse (…) alors qu’il existe une cellule de veille ». Et de s’interroger : « Pourquoi cette omerta ? Ça ne m’étonnerait pas que Manuel Valls ait voulu cacher le côté obscur de l’Essonne. » Il est vrai qu’à la veille de départementales qui devraient être marquées par un raz de marée FN, ni Valls ni Cazeneuve n’ont intérêt à laisser passer ces nouvelles de nature à conforter les Français dans leur choix, voire à convaincre ceux qui hésitaient encore à glisser pour de bon un bulletin FN dans l’urne.

    FRANCK DELÉTRAZ


    En partenariat avec le quotidien Présent – Chaque jour, retrouvez sur Novopress la Une du quotidien Présent ainsi qu’un article sélectionné par la rédaction et mis gratuitement à votre disposition. Seul quotidien de réinformation, Présent est unique dans le paysage médiatique français. Contribuez à abattre le mur de la bien-pensance et du médiatiquement correct, lisez et faites lire Présent ! Abonnez-vous !

  • Tunis : 22 morts dans l’attentat du musée Bardo (MàJ : revendication de l’EI)

    16h23

    L’Etat Islamique revendique l’attentat

     

    Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué l’attentat contre le musée Bardo de Tunis qui a coûté la vie mercredi à 22 personnes, selon un message audio diffusé jeudi sur les sites jihadistes.

    Le groupe jihadiste, qui sévit en Syrie, en Irak et en Libye, a menacé la Tunisie d’autres attaques, affirmant qu’il ne s’agissait que du début.

    Qualifiant l’attentat contre le musée d’attaque bénie contre l’un des foyers des infidèles en Tunisie musulmane, la voix lisant le communiqué audio a affirmé que l’opération sanglante avait été menée par deux "chevaliers du califat", Abou Zakaria al-Tounsi et Abou Anas al-Tounsi.

    « Ils étaient munis d’armes automatiques et de bombes et sont parvenus à assiéger un groupe de ressortissants des pays croisés (…) semant la terreur dans le coeur des infidèles. (…) Ce que vous avez vu, ce n’est que le début. Vous n’allez jouir ni de sécurité ni de paix », poursuit l’enregistrement. [...]

    Source

    Revendication audio (en arabe) :

  • «Racisme anti-blanc» : la justice rejette le concept de «Français de souche» (MàJ)

    20h28

    Les «Français blancs dits de souche» ne constituent pas un «groupe de personnes» au sens de la loi française, a estimé jeudi le tribunal correctionnel de Paris, qui a relaxé un rappeur et un sociologue attaqués pour racisme anti-blanc par une association.

    Le parquet avait requis la relaxe.

    La 17e chambre estime dans une décision que la notion «ne recouvre aucune réalité légale, historique, biologique ou sociologique», que «la blancheur ou la race blanche» n’est «en aucune manière une composante juridique de la qualité des Français» et que «les Français blancs dits de souche ne constituent pas un groupe de personnes» au sens de la loi de 1881 sur la liberté de la presse, qui régit principalement la liberté d’expression en France.

    (…) Le Parisien


    La XVIIe chambre du tribunal correctionnel de Paris, d’une manière mirobolante, vient de débouter l’AGRIF de ses poursuites contre les auteurs et chanteurs de « Nique la France ».

     

    Voici pourquoi l’AGRIF interjette appel immédiatement et sans la moindre hésitation.

    Il faut rappeler que les auteurs de « Nique la France » opposaient « petits gaulois de souche » et les « petits culs tout blancs présents à l’Assemblée Nationale » aux « arabes, noirs et musulmans ». L’AGRIF releve d’emblée l’escroquerie du procédé dialectique qui consiste à amalgamer ces trois catégories : comme si tous les arabes et les noirs étaient musulmans, et comme si tous les musulmans étaient anti-français !

    Au mépris de la loi ainsi que de tout élémentaire principe de bon sens, le tribunal vient de juger que le blanc n’est pas susceptible de définition et que la « blancheur » ne reposait « sur aucun critère scientifique », « variant de ce fait selon les époques, les cultures et les classifications administratives propres à chaque pays (sic.) ».

    On est sans voix devant pareille allégation !

    Quand Christiane Taubira est visée par certaines caricatures, les tribunaux ne se posent nullement la question de l’existence de la race noire ! Il faut noter également qu’avec une telle non-définition, un métis qui serait odieusement traité de « sale nègre » ne serait plus protégeable faute d’appartenance à une race « scientifiquement définie ». Pour ce tribunal, si la race noire existe et les personnes noires sont protégeables, la race blanche n’existe pas et les Français blancs ne sont pas protégeables !

    L’AGRIF n’a jamais soutenu que les Français sont tous blancs ou tous chrétiens ; mais elle entend tout aussi bien protéger la majorité des Français blancs, comme la loi le prévoit pour tous les groupes de personne sans distinction.

    D’une manière hallucinante au regard du droit, le tribunal considère que la « blancheur » ou la « race blanche » ne constituent pas « une composante juridique de la qualité de français ». Or, ce que la loi protège, ce ne sont pas des qualités juridiques, mais des catégories ethniques, nationales et religieuses !

    L’AGRIF

  • Attentat à Tunis: 21 morts dont 20 touristes étrangers - L'attentat est revendiqué par Daesh

    http://www.leparisien.fr/faits-divers/en-direct-attentat-a-tunis-tokyo-confirme-le-deces-d-au-moins-trois-japonais-19-03-2015-4616973.php

    + VIDEOS

  • Paul Signac et Maximilien Luce

    762px-Signac_-_La_Calanque_edit.jpg XXX.jpg

    La calanque (1906)

    Paul SIGNAC (1863-1935)

    correction-sluce-st-tropez039.jpg

    Le port de Saint-Tropez (1893)

    Maximilien LUCE (1858-1941)

     

  • L'Union Européenne félicite Benjamin Netanyahu

    Posté le 18 mars 2015 à 14h28 | Lien permanent

      

    ... qui se prépare à gouverner avec l'extrême droite :

    "L'Union européenne a félicité mercredi le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, pour sa victoire aux élections (...). L'UE s'engage à travailler avec le nouveau gouvernement israélien à une relation mutuellement bénéfique ainsi qu'à une relance du processus de paix, a écrit la chef de la diplomatie de l'UE, Federica Mogherini, dans un communiqué." (source)

    "Benjamin Netanyahu a déjà pris contact avec le Foyer juif, un parti nationaliste religieux crédité de 8 sièges, ainsi qu'avec les partis ultra-orthdoxes Shass et Liste unifiée de la Torah (7 sièges chacun), et Israël Beiteinou, parti nationaliste du ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman (6 sièges) pour constituer une majorité, a indiqué son parti." (source)

    Pour mémoire, Avigdor Lieberman, ministre des affaires étrangères, avait récemment déclaré que tous les citoyens arabes qui n’étaient pas fidèles à l’État hébreu devraient être « décapités à la hache ».

    Philippe Carhon

    Le Salon Beige

  • Fusillade meurtrière à Tunis: 2 Français parmi les 19 victimes

    http://www.leparisien.fr/international/en-direct-fusillade-meurtriere-et-prise-d-otages-dans-un-musee-de-tunis-18-03-2015-4614323.php

    + VIDEOS, PHOTOS, TWEETS

  • Béziers : drapeaux en berne pour l'anniversaire du cessez-le-feu en Algérie

    18 Mars 2015, 21h38 | MAJ : 18 Mars 2015, 22h58

            
     
     
    réagir
    4
                                                        

    Le maire de Béziers proche du FN, Robert Ménard, mettra les drapeaux de sa ville en berne ce jeudi, date anniversaire du cessez-le-feu en Algérie le 19 mars 1962. Un acte symbolique qui se déroule cinq jours après avoir donné à la rue du 19-mars-1962 le nom d'un partisan de l'Algérie française.

     

    Sur le même sujet

    Béziers : la rue du 19 Mars 1962 débaptisée, nouvelle polémique

    Béziers : la rue du 19 Mars 1962 débaptisée, nouvelle polémique



    «Les drapeaux seront en berne jeudi 19 mars», a annoncé mercredi dans un communiqué la municipalité. Un attaché de presse a confirmé que cette initiative était liée à la date anniversaire du cessez-le-feu qui était entré en vigueur en Algérie au lendemain des accords d'Evian du 18 mars 1962.

    Samedi, Robert Ménard avait débaptisé la rue du 19-mars-1962 pour la nommer rue du commandant Hélie Denoix de Saint-Marc, un résistant, déporté à Buchenwald, devenu militaire de carrière et qui avait pris part au putsch des généraux du 21 avril 1961.

    «L'Algérie, c'est notre paradis (...). Oser dire que la guerre d'Algérie s'est terminée le 19 mars, n'est pas seulement un mensonge, c'est une ignominie», avait lancé samedi Robert Ménard, élu grâce au soutien du FN, lors d'une cérémonie devant environ 2000 personnes, dont 500 opposants.

    Robert Ménard est né à Oran

    Né à Bordeaux en 1922 et mort à La Garde Adhémar (Drôme) en 2013, Hélie Denoix de Saint-Marc, traumatisé pendant la guerre d'Indochine par l'abandon des villageois vietnamiens qui soutenaient la France, avait  adhéré au camp de l'Algérie française pour ne pas revivre la même déchirure avec ses harkis. Il avait participé au putsch des généraux à la tête du 1er REP (Régiment étranger de parachutistes).

    L'opération avait échoué, il s'était constitué prisonnier et avait été condamné à 10 ans de réclusion. Après cinq ans de prison, il avait été gracié par le général De Gaulle et réhabilité en 1978. Auteur d'une autobiographie en 1995 et de nombreuses conférences, il avait été élevé en novembre 2011 au rang de Grand Croix de la Légion d'honneur par Nicolas Sarkozy.

    Depuis son élection à la mairie de Béziers en mars 2014, Robert Ménard, ex-président de Reporters sans Frontières lui-même né à Oran, a été à l'origine de nombreuses polémiques, de l'installation d'une crèche de Noël à la mairie à une campagne d'affichage faisant d'un énorme pistolet le «nouvel ami» de la police municipale de sa ville.

    Oran, la ville natale de Robert Ménard, a été le théâtre d'un massacre d'Européens le jour de la proclamation de l'indépendance du pays, le 5 juillet 1962. Des éléments armés se sont livrés à une chasse à l'homme dans les rues de la ville, les commerces, les domiciles, ont arrêté, enlevé, tué ou lynché des Européens. Cet épisode sanglant a achevé de terroriser les pieds noirs dont l'exode s'est intensifiée.

    C'est parce que de nombreux Européens et Harkis ont été tués après le 19 mars 1962 que nombre d'élus et d'associations de rapatriés refusent de faire de cette date un moment de commémoration.

    Le Parisien

  • Damien Rieu relaxé par le tribunal de Lyon

    Damien-Rieu.png

    Partager sur Facebook Tweeter 

     

    18/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
    Damien Rieu était poursuivi à Lyon pour provocation à la haine raciale suite à une plainte de SOS-Racisme.

    L’ancien porte-parole de Génération Identitaire a comparu devant le tribunal correctionnel de Lyon pour avoir dit dans un reportage diffusé sur TLM (télé Lyon métropole) le le 22 janvier 2013 :

    Les Français de souche vivent aujourd’hui dans la rue. Ils ne peuvent accéder aux centres d’hébergement et ont des problèmes de logement. C’est le facteur immigration qui est responsable de cette situation.

    “Les propos incriminés n’excèdent pas les limites du débat public dans une société démocratique”, a toutefois estimé le tribunal dans son délibéré.

    Nous avons eu la très agréable surprise d’apprendre que Damien avait été relaxé mardi 17 mars.
    crédit photo : Bloc Identitaire

  • Loïc Liber, tétraplégique, victime de Mohammed Merah et oublié de la République

    liber.jpg Loïc Liber.jpg

     

     
    Loïc Liber appartenait au 17e régiment de génie parachutiste ; aujourd'hui, il a tenu à rompre son silence.
    3.4k
    SHARES
     
     

    Loïc Liber appartenait au 17e régiment de génie parachutiste ; aujourd’hui, il a tenu à rompre son silence. Il y a trois ans, ce Guadeloupéen était la cible de Mohammed Merah, à Montauban. Ils étaient trois devant le distributeur de billets de la Société générale, situé à proximité de la caserne Doumerc, ce 15 mars 2012. Ils n’ont pas vu venir l’homme à moto qui, écartant une vieille dame, les a pris pour cible simplement parce qu’ils portaient un béret rouge. Loïc a été grièvement blessé, ses deux camarades de régiment – Abel Chennouf et Mohamed Legouad -, eux, sont morts sur ce trottoir, dans une petite ville française, sans comprendre.

    Le militaire rescapé est resté un temps entre la vie et la mort mais, finalement, cette dernière n’a pas voulu de lui : « Heureusement, la balle a traversé mon corps de travers », explique-t-il à Radio Outre-Mer. « Je me rappelle très bien de la scène, on était trois. Malheureusement cet homme – il refuse de nommer Mohammed Merah – est venu par derrière… C’est un geste lâche, parce qu’il n’a pas eu le cran de nous affronter face à face. Tirer dans le dos de quelqu’un, c’est se montrer lâche… Ça fait beaucoup de peine de savoir qu’on est le seul rescapé de cette tragédie », confie avec tristesse ce soldat.

    En tout, sept personnes dont 3 enfants et leur père de confession juive ont été tuées par Merah.

    Depuis son agression, Loïc Liber est tétraplégique et ne peut bouger que la tête et les épaules. Dans sa chambre de l’hôpital d’instruction des armées (HIA) Percy, une statuette de l’archange Saint-Michel, protecteur des parachutistes, trône sur sa table de nuit. Son béret rouge et une photo de son île natale sont accrochés au mur. « Aujourd’hui, ça fait trois ans que je suis paralysé. Mais je tiens à ce que tout le monde sache que je suis là ! Et que je me bats », a-t-il confié aux journalistes… « Tant bien que mal, je m’accroche à la vie. Cet homme, qui m’a fait souffrir, qui me fait encore souffrir, je ne veux pas le laisser gagner », ajoute-t-il avec rage et courage.

    Il est quand même confondant de considérer que, revêtu pour la circonstance de son uniforme parachutiste, ce jeune Guadeloupéen n’a reçu comme décoration « que » la valeur militaire, remise par Le Drian en personne sur son lit de douleur. Elkabbach et Gérard Holtz, eux, ont été nommés respectivement commandeur et chevalier de la Légion d’honneur en juillet 2014… Pourtant, il faut certainement plus de courage pour vivre tétraplégique depuis trois ans dans un hôpital militaire et continuer à lutter pour se sortir de son état que d’interroger des gens sur le plateau d’Europe 1 ou être journaliste sportif sur France 2 et ami de Manuel Valls.

    Un dernier point : quatre jours plus tôt, le 11 mars 2012, est mort le sous-officier du 1er régiment du train parachutiste, Imad Ibn Ziaten. Celui-ci a rendez-vous avec un jeune homme sur un parking de Toulouse pour vendre sa moto. Ce jeune homme, c’est Merah. Toute la scène est filmée par une mini-caméra portée par le terroriste. Après s’être assuré que le vendeur est bien un militaire, le faux acquéreur sort une arme et s’écrie « Mets-toi à plat ventre. Je rigole pas, mets-toi à plat ventre ! » Le soldat refuse : « Tu ranges ça tout de suite. Je ne me mettrai pas à plat ventre, tu dégages. Je ne me mettrai pas à plat ventre, je reste. » Le terroriste réitère son ordre. Le militaire lui répond « Tu vas tirer ? Vas-y, ben tire ». Il est alors abattu d’une balle de 11,43 mm dans la tête, tirée à bout portant. Que la bravoure de cet homme nous serve aujourd’hui de leçon : ne nous couchons pas devant le terrorisme islamique.

     
    BOULEVARD VOLTAIRE
  • Italie : Des musulmans interdisent à des jeunes filles de monter dans le bus pour la mosquée

    sans-titre.png mosquée Italie.png

    Partager sur Facebook Tweeter 

     

    18/03/2015 – SIENNE  (NOVOpress)
    C’est un communiqué de la Ligue du Nord qui a révélé l’affaire, reprise ensuite par plusieurs sites d’information locaux comme ImolaOggi, Qui News Valdelsa ou encore OK Siena.

    La semaine dernière, à Colle di Val d’Elsa, dans la province de Sienne en Toscane, deux jeunes filles italiennes se sont plaintes à la Tiemme, la Société de transports, pour avoir été empêchées de monter dans l’autobus public qui part du centre ville en direction de la mosquée. Des immigrés musulmans qui se rendaient à la mosquée leur auraient interdit l’accès « car, selon leur religion, les femmes ne doivent pas prendre les transports publics en présence d’hommes de religion musulmane. Après un début d’altercation et des insultes, les jeunes filles se sont vues contraintes de renoncer à monter dans l’autobus ».

    À la suite de cette plainte, des contrôleurs de la Tiemme, épaulés par des membres de la Police municipale de Colle Val d’Elsa, ont effectué vendredi une vaste opération de contrôle, qui a permis d’infliger de nombreuses amendes pour manque de titre de transport. La Police municipale a en outre repéré un individu dépourvu de tout papier d’identité. Les forces de l’ordre alertées l’ont conduit au commissariat pour vérification : il a alors déclaré qu’il venait d’arriver clandestinement en Italie en provenance du Tchad.

     

    La mosquée de Colle Val d’Elsa, construite sur un terrain concédé par la municipalité, est particulièrement controversée. C’est celle que l’écrivain Oriana Fallaci, dans un de ses tout derniers entretiens, juste avant sa mort, avait carrément menacé de faire sauter : « Je ne veux pas voir un minaret de 24 mètres de haut dans le pays de Giotto, alors que moi je ne peux pas même porter une croix ou emporter une bible dans leur pays ».

    Dans son communiqué, le secrétaire provincial de la Lega Nord, Riccardo Galligani, a vu dans l’épisode la preuve « que la mosquée fonctionne comme un catalyseur de personnes parfois violentes, qui méprisent les libertés fondamentales des personnes, et sont en plus en situation irrégulière sur notre territoire ».

    Face à la polémique, la Tiemme a cherché à minimiser les faits. À en croire son président, Massimo Roncucci, les jeunes filles n’auraient pas été empêchées de monter dans l’autobus « pour des motifs ethniques et culturels » mais « seulement en raison de l’encombrement du véhicule ». Quant aux contrôles de vendredi, il s’agirait d’une « opération de routine ».

    On ne peut quand même s’empêcher de penser que, si les jeunes filles avaient été noires et ceux qui les empêchaient de monter des supporteurs de football, l’affaire serait déjà devenue un scandale international.

    Crédit photo : Jean-Marc Pascolo via Wikipédia, (cc).