Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2014

Les Cosaques russes en lute contre le "judéo-bolchevisme"

Cosaques-russes.jpg

Le retour des « vieux démons »

Les cosaques russes  en lutte contre « le judéo-bolchévisme »

La chaîne de télévision indépendante « Dojd’ » a montré le 9 octobre une manifestation autorisée pour le moins discutable. Des cosaques russes accompagnés de militants appartenant à la mouvance ultra-nationaliste ont fait une procession d’un goût fort douteux au monastère de la Trinité saint Serge , situé à une centaine de kilomètres de Moscou.

 

 Brandissant le drapeau jaune et blanc frappé de l’aigle impérial (drapeau de l’empire )et scandant « Gloire au Christ , mort à l’antéchrist,  ils ont fait le tour de l’édifice s’arrêtant de temps en temps pour faire le salut hitlérien… « Nous sommes venus ici pour brandir l’étendard du Christ contre le judéo-bolchévisme , la corruption ,la criminalité, Dans ce nouveau millénaire c’est notre seule arme contre les maux de la société russe »a expliqué en levant la main droite Pavel Tourkine ,l’ataman local .

Nathalie Ouvaroff

Alliance

20:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Onze ans après la légalisation du « mariage » homosexuel, la Belgique veut abaisser l’âge de la majorité sexuelle à 14 ans…

 

image_pdf

Le lobby pédophile a de la suite dans les idées, ainsi que le montre cette brève du site 7sur7.be :

Le nouveau gouvernement fédéral veut abaisser de deux ans l’âge de la majorité sexuelle, qui est aujourd’hui fixé à 16 ans, rapportent samedi De Morgen et Het Laatste Nieuws.

« La législation relative à l’âge de la majorité sexuelle sera harmonisée », est-il indiqué à la page 87 de l’accord gouvernemental.

Plusieurs associations du nord du pays, le Conseil de la Jeunesse flamand et le Commissariat aux Droits de l’Enfant de la Communauté flamande s’étaient montrés demandeurs d’une telle réforme, voulant que le cadre légal soit adopté à la réalité actuelle.

NDF

VN:F [1.9.22_1171]
 

20:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Wattrelos : l’ancienne école catholique va devenir un lieu de culte musulman

19 octobre 2014 par admin4  -  Contre-info.com

Depuis le 24 septembre, l’école Saint-Louis a changé de mains.
Propriété depuis 1980 de l’Association immobilière roubaisienne (qui gère le patrimoine de l’enseignement catholique), elle appartient désormais à l’Association cultuelle wattrelosienne, qui fédère depuis huit ans les musulmans de la cité des Berlouffes. Montant de la transaction : 240 000euros.

A part ça, il n’y a pas de « grand remplacement », d’après la caste politico-médiatique.

Source Nordeclair via FDS

19:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

La Manif est « pour tous » sauf pour le FN…

anti-fn.jpg

    

Le 18 octobre 2014
 
 
Nous sommes fatigués par ce qui semble un parti pris s’articulant mal avec la notion de "pour tous" attachée à nos manifs.
         

Face au mariage homosexuel, le Front national a adopté une position claire : l’abrogation. Il a participé activement à la Manif pour tous. Des élus, des militants, des sympathisants ont consacré du temps et de l’énergie pour cette grande cause familiale et nationale. Ils l’ont fait sans rien demander en retour, parce que le bien commun exigeait de chacun qu’il hausse sa vision au-dessus des calculs électoraux !

Ils n’ont jamais rien exigé, sinon qu’on s’abstienne de les mépriser ouvertement. Forts de cette attitude constructive, ils sont aujourd’hui légitimes pour refuser la récupération… et, si les choses poursuivaient leur cours actuel, le détournement de ce mouvement sans précédent.

Comment, alors, ne pas regretter que le Front national se soit vu marginalisé ou, pire, ostrascisé par la Manif pour tous ? Que penser de la mise à l’écart de l’organisation de ses membres, comme Xavier du Chalard qui fut exclu dimanche dernier de l’animation d’un char après la révélation de son adhésion au FN ? Comment comprendre que vous ayez plus tôt refusé de laisser s’exprimer des élus du FN à la tribune des Manifs pour tous de 2013, en déroulant dans le même temps le tapis rouge à des personnalités aussi troubles sur le sujet que M. Copé ?

Lors de la campagne des élections municipales, vous avez adressé aux candidats une charte LMPT, dans la perspective d’en diffuser la liste des signataires. Mais pourquoi en avoir travesti les résultats en publiant un trombinoscope à la gloire de l’UMP alors qu’une majorité de signataires se présentait sous les couleurs du FN ? Vous aviez alors délibérément écarté Bruno Gollnisch, dont l’engagement pour la famille ne laisse aucun doute, alors que Michel Havard y était mis à l’honneur : pouviez-vous ignorer qu’après avoir inauguré une antenne du groupe de pression « GayLib », il signait cette charte uniquement par crainte d’être hué place Bellecour par les manifestants du 2 février 2014 ? Que penser encore de ce clip diffusé sur les écrans de la manifestation du 5 octobre 2014 dans lequel aucun élu du FN n’apparaît, au double prétexte (fallacieux) d’une mauvaise qualité de leurs interventions et d’un problème technique ?

Nous sommes, à dire vrai, fatigués par ce qui semble un parti pris s’articulant mal avec la notion de « pour tous » attachée à nos manifs. Toutefois, suivant la même attitude constructive qui ne cesse de nous animer depuis près de deux ans, nous vous tendons la main : reprenez-vous, Ludovine, Albéric et Karin ! Rejoignez cette majorité de manifestants qui ne veut voir aucun défenseur de la famille méprisé, d’où qu’il vienne ! En vérité, vous et nous le savons trop bien : l’appareil UMP, en dépit des positions abrogationistes de certains outsiders, risque fort, in fine, de maintenir la loi Taubira s’il revient au pouvoir, car il n’a pas de ligne unanime et de volonté claire sur ce sujet. Prenez donc acte que le Front national est, et ce, depuis le début, partisan de son abrogation pure et simple ! Au nom du « pour tous », donc, pas moins d’estime pour le FN qui abroge que pour l’UMP qui consent.

Agnès Marion

BOULEVARD VOLTAIRE

18:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

CHARD et l'art contemporain

Lenfant-2.jpg

NOVOPRESS

04:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Une Américaine professeur de maths fête ses 100 ans, toujours en activité

B0KqSpnIAAAvuIi.jpg

Publié le 17/10/2014 à 21:41

 

Ni les chiffres, ni le temps qui passe ne l’impressionnent : Madeline Scotto, toujours professeur de mathématiques, vient de fêter ses 100 ans à New York.

 

        

Vendredi, elle était en congé pour fêter son anniversaire. Mais lundi, elle sera de nouveau à pied d’oeuvre, assurant des cours de soutien aux enfants de l’école catholique St Ephrem de Brooklyn, l’école de son enfance, a indiqué une représentante de l’école.
Souriante et élégante dans un pull lavande à col roulé, Madeline Scotto a expliqué qu’elle n’avait pas vu le temps passer.
«C’est juste arrivé», a-t-elle confié au site local d’informations DNAinfo. «L’an dernier, je me disais, ce n’est pas possible, je ne vais pas avoir 100 ans. Je me suis assise, et j’ai fait les comptes», a-t-elle ajouté en riant.
L’école catholique St Ephrem, qui va de la maternelle à la 4è, lui a rendu hommage à l’occasion de cet anniversaire si spécial, sur sa page Facebook.
«De nombreux élèves à travers les générations ont été influencés par cette femme extraordinaire», peut-on y lire.
«Elle a été ma professeur, celle de ma mère et de mes frères. Sur une période de près de 75 ans. Elle est géniale. je me souviens de la façon dont elle m’a appris les fractions en CE2», a commenté un ancien élève James Stawniczy.
Lisa Marrapodi Cistulli a aussi expliqué que toute sa famille avait appris les mathématiques avec Madeline Scotto.
«Elle a tellement aidé mes parents, qui étaient des immigrants italiens. Joyeux anniversaire pour vos 100 ans Mme Scotto», a-t-elle écrit sur Facebook.
«Je l’avais eu en CE2, et j’ai toujours aimé les maths depuis», a commenté Tina Fevola Nash, se disant ravie que ses enfants aient aussi eu la chance de travailler avec Mme Scotto pour se préparer à des compétitions de mathématiques, ces sept dernières années.

Le Progrès

Un fait-divers simple et heureux, qui change!

01:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

18/10/2014

Procès Soral-Haziza : les images d’ERTV


Procès Soral-Haziza : les images d’ERTV par ERTV

 

21:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Pour Mourad Benchellali, retirer la nationalité aux djihadistes “renforce leur sentiment de rejet”

Partager sur Facebook Tweeter 

 

18/10/2014 – PARIS (NOVOpress)
Les médias semblent avoir trouvé un bon spécimen pour tenter de démontrer que le basculement dans l’islamisme n’est pas une fatalité et qu’il est donc possible de rêver du vivre ensemble malgré l’ampleur du phénomène djihadiste en France.

Mourad Benchellali, ancien rabatteur pour la mouvance islamiste et ex-prisonnier de Guatanamo, était donc l’invité de Jean-Jacques Bourdin, le 17 octobre 2014.

Mourad Benchellali se veut rassurant : “Je m’identifie aux jeunes qui veulent partir faire le djihad en Syrie mais je tente de faire mon possible, en racontant mon histoire, pour les en dissuader. Quand bien même vous avez été radicalisé, il y a toujours la possibilité de sortir de ça, de se réinsérer, de reconstruire sa vie et de passer à autre chose”.

Mais, d’après lui, la France ne devrait pas autant stigmatiser les musulmans (sic) :

Retirer la nationalité à des jeunes qui ne se sentent pas Français renforce leur sentiment de rejet. En France, la seule méthode utilisée, c’est la répression policière. On manque d’humain. La radicalisation vient d’un sentiment d’injustice que la prison ne fait qu’alimenter.

Que faut-il donc faire ? Les féliciter de partir pour faire le djihad et leur demander de revenir sagement en France après avoir perpétré un certain nombre d’atrocités ?

21:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Plug anal de la place Vendôme: l'artiste renonce à le regonfler...

686265-plug-raplapla.jpg

http://www.liberation.fr/culture/2014/10/18/le-plug-anal-...

Lire les réactions de rage de Fleur Pellerin et d'Anne Hidalgo !

20:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Hong Chantan, ouvrière textile au Cambodge, 12 heures par jour, 6 jours sur 7, sans congés...

616947-garment-workers-sit-on-the-floor-of-their-apartment-during-a-lunch-break-in-a-suburb-of-phnom-penh.jpg

Des ouvrières du textile lors d'une pause déjeuner, dans la banlieue de Phnom Penh, en 2013. (Photo Reuters)

 

Christian LOSSON 16 octobre 2014 à 10:09 (Mis à jour : 17 octobre 2014 à 00:05)

 

TÉMOIGNAGE

Alors que le collectif Ethique sur l'étiquette lance une campagne pour un salaire vital, récit d'une syndicaliste qui raconte, de l'intérieur, des conditions de travail inhumaines.

 

#Soldées : pour tenter d’enrayer les salaires de misère pratiqués par l’industrie de l’habillement dans les pays de production, le collectif Ethique sur l’étiquette (membre de l’alliance Clean Clothes Campaign lance aujourd’hui une campagne pour exiger des multinationales de l’habillement l’adoption de pratiques permettant le versement d’un salaire vital aux ouvrier(e)s de la confection le long de leurs chaînes de sous-traitance. L’alliance a envoyé un questionnaire à 50 multinationales pour mesurer leur engagement en faveur du versement d’un salaire vital. Aucune de celles qui ont répondu ne s’est engagée de manière significative sur ce sujet.

Ethique sur l’étiquette veut relayer le combat des 60 millions de travailleurs, très majoritairement des femmes, qui ne gagnent pas de quoi vivre décemment et sont employés dans des conditions indignes. Il entend aussi interpeller les multinationales et sensibiliser les consommateurs sur l’origine des vêtements qu’ils achètent parfois à prix cassés, mais au détriment de vies brisées. Libération a longuement rencontré l’une de ses ouvrières textiles que défend Ethique sur l’étiquette. Elle s’appelle Hong Chantan. Voici son édifiant récit.

«Je m’appelle Hong Chantan. J’ai 35 ans. Je travaille dans différentes usines de textile au Cambodge depuis l’âge de 20 ans. Je viens d’un village à 195 kilomètres de Phnom Penh, d’une famille de paysans, huit enfants. On a cultivé du riz jusqu’à la mort de mon père. Il a fallu trouver une solution, un travail. Je n’avais pas d’autres possibilités que de partir rejoindre une de ces sweatshops. Je suis restée deux mois dans une première usine, trois mois dans la deuxième, six ans dans la troisième, et j’ai bossé dans la dernière pendant sept ans, avant qu’elle ne brûle… J’ai commencé au début en étant payée 30 dollars par mois [environ 23 euros, ndlr] en moyenne. On peut être salariée mensuellement ou payée à la pièce. Dans le premier cas, vous avez un patron sur le dos en permanence, qui vous intimide, vous menace, vous demande d’aller plus vite, vous interdit de vous lever ou de parler avec d’autres ouvrières. Dans le second cas, vous êtes votre propre patron, vous vous mettez en permanence la pression pour produire plus vite dans des conditions épouvantables.

«Sur votre contrat, il est écrit que l’on doit travailler huit heures par jour, quarante-huit heures par semaine, selon les standards de l’Organisation internationale du travail. Mais aucun travailleur ou travailleuse de sweatshop ne fait cela ! Notre quotidien, c’est plutôt douze heures par jour, six jours voire six jours et demi sur sept, même les jours fériés. Et bien évidemment, sans aucun congé payé. Je n’ai pas de vie, pas de mari. J’habite dans un petit studio de 12 mètres carrés à vingt minutes à pied de l’usine avec toute ma famille qui m’a rejointe. On le loue 50 dollars par mois. Cinq de mes sœurs se tuent aussi à la tâche à l’usine. Je me lève tous les jours à 5 heures pour me préparer à manger. Je finis à 20 heures, je passe au marché, on mange et on se couche à 22 heures, terrassées par la fatigue.»

100 dollars

«Depuis que le salaire minimum dans le textile est passé à 100 dollars par mois en 2013, je gagne avec les heures sup, 140 dollars par mois. Impossible pourtant de manger correctement, d’avoir des enfants et encore moins d’épargner. Le midi, on a une pause d’une heure. Les ouvrières "riches" peuvent parfois s’acheter un en-cas à moins d’un dollar. Nous, on se contente d’un sachet de riz à moitié avarié dans lequel on trouve parfois des vers… Voilà pourquoi on milite pour être au moins payée 177 dollars par mois. Pour vivre un peu plus décemment. Pour certains réseaux, comme l’Asia Floor Wage Alliance, on devrait au moins toucher 283 dollars pour le minimum vital. Voilà pourquoi on s’est battus et pourquoi on a été autant réprimés en 2014 : quatre morts, trois disparus, 39 blessés…»

«Je couds depuis 2007 des pantalons dans l’usine Chang Sheng, qui produit pour le groupe Inditex (Zara). Il n’y a aucune sécurité, aucune hygiène, on est comme des poulets élevés en batterie. Quand on veut aller aux toilettes, on est mal vu. Les contremaîtres, tous chinois, nous insultent, ils nous disent : "On vous paie pas pour aller pisser." On ne peut s’absenter plus de cinq minutes. On n’a pas le droit de parler. Au bout de trois fois, on nous suspend pour une journée de travail. Ils nous traitent d’incultes, de paysannes, d’ignorantes. Ils nous disent que si on n’est pas content(e)s, d’autres attendent à la porte pour être embauché(e)s. Le confinement est total. Les fenêtres sont voilées pour éviter qu’on nous voie ou qu’on fasse passer de la marchandise. On se touche quasiment entre nous. Impossible de circuler : les allées sont bourrées d’habits cousus ou à faire. La chaleur est accablante, la ventilation défaillante. L’odeur d’égouts, de toilettes, reflue en permanence. La cadence est infernale. Et, pour ceux qui travaillent notamment sur les jeans, les solvants, les pesticides et autres produits chimiques provoquent des malaises, des maladies. En 2011, plus de 2 400 ouvrier(e)s se sont évanoui(e)s d’épuisement au Cambodge.»

"Nos droits violés"

«Quand on tombe malade, on doit obligatoirement passer par un médecin lié à l’usine. Qui se contente souvent de dire qu’on manque de sucre. Les filles souffrent souvent d’hémorroïdes, des bronches, d’infections diverses, de cancers. Les arrêts maladie n’existent pas. Le suicide n’est pas reconnu comme une maladie professionnelle. Beaucoup d’entre nous craquent avec la détérioration des conditions de travail. De toute façon, quand ils savent qu’on est malade, ils nous licencient d’entrée. Quand je tombe malade, j’emprunte donc de l’argent que je rembourse plus tard avec des intérêts. Il y a bien trois syndicats dans mon usine, mais un seul vraiment indépendant, un seul qui tentait de défendre les salariés. Malgré les pressions, les intimidations, les menaces de morts, surtout lorsque l’on est une femme… Au Cambodge, les femmes doivent obéir. Doivent être dociles. C’est pour cela que l’énorme majorité des 600 000 salariés dans le textile sont des femmes.»

«Malgré cela, je ne me résigne pas. Nos droits sont tellement violés que j’ai décidé de devenir responsable syndicale. Même si les droits syndicaux sont constamment violés, on veut se battre, avoir le droit de faire grève. La dernière fois qu’on a voulu en faire une, en juillet, l’usine a brûlé dans la nuit. Depuis, on attend de retrouver du travail. Je suis arrivée hier à Paris. C’est la première fois que je sors de mon pays. Ce serait bien qu’un jour, celles et ceux qui achètent des habits dans des grandes enseignes se rendent compte des conditions dans lesquels ils sont fabriqués…»

Christian LOSSON
 
Libération

20:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Ebola « peut être projeté jusqu’à un à deux mètres de distance, lors de toux ou d’éternuements »

 

image_pdf

Interrogée par Les Echos, Elisabeth Bouvet, spécialiste des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital référent Bichat à Paris, rappelle qu’Ebola « peut être projeté jusqu’à un à deux mètres de distance, sous forme de minuscules gouttelettes de salive lors de toux ou d’éternuements » :

Effectivement, le virus d’Ebola, présent dans les liquides biologiques du patient, sang, salive, larmes, sueur, urine, selles, vomissements, ne peut pas être transmis par la simple respiration, en flottant dans l’air, comme l’est celui de la tuberculose. On parle là de transmission aéroportée, d’agents pathogènes inférieurs à un micron environ, ce qui est donc exclu pour le virus d’Ebola. En revanche, il peut être projeté jusqu’à un à deux mètres de distance, sous forme de minuscules gouttelettes de salive lors de toux ou d’éternuements. A condition d’atterrir sur une muqueuse, par exemple le coin de l’œil ou les narines, puisqu’il ne peut pas pénétrer une peau saine. On parle là de transmission « gouttelettes ». Les proches des patients peuvent aussi être infectés après contact avec la sueur d’un malade en phase terminale en cas de lésion cutanée, et surtout par contamination muqueuse indirecte (contact de la muqueuse nasale ou oculaire avec les mains).

Vous pouvez donc être infecté si un malade éternue dans le métro à côté de vous ?
En théorie, oui. Cela dit, au début de la période de contagiosité, la charge virale est faible et le virus est seulement présent dans le sang. Quand le virus apparaît dans la salive, le malade n’est plus en état de prendre le métro, il est alité.

NDF

VN:F [1.9.22_1171]
 

19:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Eric Zemmour : la publication du rapport d’étape du Synode « est un coup de couteau dans le dos » de la Manif pour Tous, « l’Eglise est en train elle-même d’alimenter la déchristianisation »

http://www.ndf.fr/poing-de-vue/18-10-2014/eric-zemmour-la...

+ 5 VIDEOS

19:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Face à l'afflux de migrants, Calais à bout de nerfs


Face à l'afflux de migrants, Calais à bout de... par francetvinfo

01:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Que cache le grand sourire d'Omar Sy ?

arton28542-88820.jpg

Un article à lire absolument:

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Que-cache-le-grand-...

+ VIDEO: interview de Delphine COULIN

 

Samba, Intouchables : l’« ouverture aux autres » pour les goyim

 

 

Trois ans après le succès d’Intouchables, Éric Toledano et Olivier Nakache remettent le couvert avec Samba. Des films destinés à vendre, sous prétexte de comédie socialo-sentimentale, l’immigration et le métissage au bon peuple de France. Le tout, bien sûr, avec le renfort d’un matraquage télévisuel et radiophonique auquel personne ne peut échapper. Pourtant, dans les coulisses de la production et de la réalisation, se cache un monde de l’entre-soi, où le métissage est évidemment proscrit.

 

00:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

17/10/2014

Antoine Mellies : « Nous lançons le collectif ‘Audace les jeunes actifs patriotes’ car la France est en train de devenir une terre d’émigration »

 

image_pdf

Nouvelles de France a rencontré Antoine Mellies, conseiller municipal FN à Givors (69) et initiateur du collectif Audace, à destination des jeunes professionnels, qui sera officiellement lancé lors d’un congrès le 18 octobre prochain :

Pourquoi la création de ce collectif et quels sont ses buts ?
Antoine MelliesCe collectif est né de la rencontre entre plusieurs jeunes actifs qui posent le même diagnostic : la France est en train de devenir, pour une partie non négligeable de notre génération, une terre d’émigration. Notre pays est confronté à un nouveau phénomène en plein essor : l’exil de ses jeunes, particulièrement ceux dont l’insertion professionnelle relève du parcours du combattant. Deux chiffres résument assez bien le danger qui nous guette: selon une étude de la Maison des français de l’étranger publiée en 2013, près de 41% des 18-34 ans envisagent de s’établir à l’étranger. Dans le même temps, la part des chômeurs jeunes diplômés est passée de 14% en 2004 à 22% en 2013.

Nous considérons tout d’abord que cette situation relève de la responsabilité des élites politiques qui ont dirigé notre pays depuis trente ans, mais également du discours dominant « francophobe » et décliniste véhiculé par nos élites médiatiques et culturelles. Plutôt que d’aggraver le phénomène en incitant les jeunes à se « barrer », comme le proclame un certain Félix Marquardt, nous préférons appeler nos jeunes compatriotes à reprendre en main leur destin professionnel et à se battre pour l’avenir de leur pays.

Comment justement allez-vous inciter les jeunes à se battre en France pour améliorer leur situation professionnelle ?
Justement, notre démarche est positive dans le sens où elle a vocation à valoriser les réussites individuelles, afin de susciter chez d’autres des vocations. Nous allons mettre en avant des profils atypiques pour élargir le panel des réussites françaises. Par exemple, nous comptons parmi nous un repreneur d’entreprises en liquidation âgé d’à peine 27 ans, un créateur d’une marque de polos 100% Made in France, ou encore un artisan joaillier. Nos autres membres sont des professions libérales, des cadres, des spécialistes en recrutement et RH ou encore des jeunes fonctionnaires catégorie A.

Par ailleurs, nous allons profiter des expériences de chacun ainsi que de leurs engagements respectif dans la société civile, pour travailler sur 3 thèmes centraux : l’entreprenariat chez les jeunes, l’essor du Made in France, l’insertion et la formation professionnelle. Notre objectif, c’est de développer des liens avec les acteurs de la société civile comme les clubs d’entrepreneurs, les syndicats professionnels, les chambres de commerce pour afin de faire remonter le maximum d’informations venant du terrain et mûrir des propositions audacieuses, concrètes et chiffrées.

Antoine Mellies : "Nous lançons le collectif Audace parce que la France est en train de devenir, pour une partie non négligeable de notre génération, une terre d'émigration"

Comptez-vous influencer la ligne du FN et, si oui, comment ?
Je tiens à rappeler que notre collectif est affilié au Rassemblement Bleu Marine et qu’il participera de concert avec les autres collectifs, à la réflexion nécessaire autour des idées et aux propositions qui seront défendues par le mouvement patriote dans les années à venir. Évidemment, nous jouissons d’une certaine autonomie pour aborder des thèmes qui peuvent susciter le débat au sein de notre mouvement. Ce qui est sûr, c’est que nous défendrons la liberté d’entreprendre pour nos jeunes entrepreneurs et travaillerons autour des mécanismes permettant de créer un environnement favorable à la création d’entreprises.

Faut-il être encarté FN pour vous rejoindre ? Concrètement, pourquoi un jeune professionnel qui lit NDF.fr a-t-il intérêt à vous rejoindre ?
Pas du tout. Nous avons déjà parmi nos membres, des jeunes actifs qui ne sont encartés nulle part. Un jeune professionnel qui lit NDF ne peut que nous rejoindre s’il souhaite réconcilier son désir de réussite personnelle avec son amour pour la France. Nous disons aux jeunes actifs : soyez libres et audacieux, mais soyez patriotes !

En lançant ce collectif, n’empiétez-vous pas sur la société civile, par définition (et au moins théoriquement) a partisane ?
J’ai toujours eu du mal avec le terme « apartisan ». Écoutez, on ne peut pas à la fois déplorer le manque d’implication de la société civile en politique et maintenir une barrière étanche entre ces deux mondes. Bien au contraire, je suis persuadé que la dimension éthique des entreprises sera de plus en plus valorisée sur le marché de la consommation car les ménages français deviennent de plus en plus exigeants. La réussite des jeunes actifs en France est un enjeu éminemment politique qui doit être pensé à la fois avec la société civile, mais également avec un mouvement politique qui peut être appelé demain, aux plus hautes responsabilités.

Vous rejoindre n’expose-t-il pas à des problèmes professionnels, notamment dans certains secteurs ?
Demandez à ceux qui nous ont déjà rejoints et qui assument leur appartenance à Audace. Tout se passe très bien et il serait malvenu que nos membres soient sanctionnés par leur patron au motif de leur engagement pour la réussite professionnelle des jeunes en France. Pour la petite anecdote, au mois d’avril mon patron a découvert mon engagement politique en tant que conseiller municipal d’opposition RBM, un mois seulement après mon entrée en fonction. Sa réaction a été celle-ci: « Tu m’as fait changer le regard que je portais sur le FN ». Je crois que tout est dit…

NDF

23:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Video - Tours: trois mois de prison ferme pour avoir torturé deux jeunes chats

http://www.leparisien.fr/faits-divers/video-tours-trois-m...

21:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Trois mois de prison avec sursis et 10.000 euros d'amende requis contre Alain Soral

53032e4ecacbf535b3191c51e87a9c04fa40de65.jpg

http://actu.orange.fr/image/societe/trois-mois-de-prison-...

21:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Objets sexuels place Vendôme, propagande immigrationniste à l’Hôtel de Ville

16 octobre 2014 par CharlotteO 

Capture d’écran 2014-10-16 à 20.11.24Depuis ce matin, un « arbre » est exposé sur la place Vendôme, que tous les internautes et Parisiens ont rapidement identifié comme n’étant pas du tout un innocent sapin comme veulent le faire croire les « artistes » à l’origine de cette horreur, mais bien un plug anal.

Impossible de ne pas voir la connotation sexuelle de cette « œuvre » lorsque l’on découvre les autres horreurs de l’ « artiste », Paul McCarthy, amateur par ailleurs d’art pédo-pornographique…

Capture d’écran 2014-10-16 à 18.44.30 Capture d’écran 2014-10-16 à 18.43.17 Capture d’écran 2014-10-16 à 18.41.36Capture d’écran 2014-10-16 à 20.18.50

 

 

Et pendant que nos impôts servent à ériger ce genre d’horreur place Vendôme, la Mairie de Paris a également eu sa petite idée quant à l’usage des impôts parisiens… Des panneaux géants semés sur la place de l’Hôtel de Ville qui servent de propagande pour la scandaleuse Aide Médicale d’Etat, pour l’immigration, les naturalisations et même… les salles de shoot !

Capture d’écran 2014-10-16 à 19.20.42 Capture d’écran 2014-10-16 à 19.19.51 Capture d’écran 2014-10-16 à 19.19.37Capture d’écran 2014-10-16 à 20.15.37

 

Il s’agit une fois encore de l’horreur de trop, des provocations de trop… Combien de temps encore les laisserons-nous nous humilier de la sorte ?

Contre-info.com

21:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Migrants clandestins : l’invasion de l’Europe

thumb.jpg

 

 

Guillaume Faye, essayiste.

Est présentée ici la situation actualisée de l’immigration en France, un phénomène absolument pas contrôlé, qui n’est déjà plus maîtrisable.

Guillaume Faye fournit les chiffres du flux des immigrés irréguliers, des opérations de la police qui ne peut plus faire face, du coût des hébergements, de celui de la charge médicale… Quelle sera l’issue ? Quelles sont les dispositions envisagées par le gouvernement hormis celles de « laisser faire » et de saigner à blanc les pauvres Français qui n’y peuvent mais ?
Polémia


La France (comme l’Union européenne) est une passoire. L’année 2014 aura vu une aggravation brutale des flux d’immigrés illégaux, vrais ou faux réfugiés, les seconds étant nettement plus nombreux. Nous vivons une crise migratoire majeure qui surpasse en intensité la vague du « Printemps arabe » de 2011.

Les flux de clandestins explosent. C’est d’une véritable invasion qu’il s’agit. Prélude à une submersion ? En face, aucune résistance : l’agence Frontex de protection des frontières ne sert rigoureusement à rien, les lobbies pro-immigration (No Borders, etc.), épaulés par l’Église et les médias, désarment toutes les résistances par leur matraquage idéologique. De plus, mieux traités et mieux soignés que des Français de souche pauvres, les « invisibles », les migrants illégaux se savent pratiquement inexpulsables. La pompe aspirante de l’immigration clandestine fonctionne à plein régime et s’emballe. Surtout depuis que le chaos s’installe en Afrique et dans tout le Moyen-Orient.

La déferlante

De janvier à fin septembre 2014, 100.000 clandestins sont entrés en France par la frontière italienne ! A Menton, la police submergée voit arriver 10.000 clandestins par mois ; elle en refoule 4.000, qui reviennent. Sur la Côte d’Azur, la police a procédé à 19.000 interpellations depuis le début de l’année. Brièvement incarcérés, ils sont tous ensuite relâchés dans la nature, du fait du laxisme et de la complexité procédurale ubuesque du droit français. Sans compter ceux qui arrivent par les aéroports.

De l’île de Lampedusa à l’archipel du Dodécanèse (+223% d’arrivants clandestins en 2014) sans oublier Gibraltar, la façade méditerranéenne de l’Europe est le théâtre d’une véritable invasion déferlante qui s’amplifie chaque année. La prophétie de Jean Raspail, dans Le Camp des Saints, se réalise exactement.

Beaucoup de migrants clandestins gagnent l’Allemagne ou la Suède. La première a fait face en 2014 à 200.000 demandes d’asile, contre 50.000 en 2011 ; la seconde, qui n’a que 9 millions d’habitants, a géré cette année 80.000 demandeurs du statut de réfugié. En France, de 67.000 demandes d’asile en 2013, on passera à 80.000 cette année. Et partout, ils savent qu’ils ne seront jamais expulsés. Les « reconductions à la frontière », en réalité très minoritaires, se soldent en général par des retours.

Sur les 40.000 déboutés annuels du droit d’asile (on en sera à 50.000 cette année) l’immense majorité reste sur le territoire. Après la vague des Tunisiens, voici les Libyens, les Érythréens, les Soudanais et les Syriens, qui arrivent souvent par familles entières. Sans compter les migrants d’Afrique centrale et de l’Ouest, toujours plus nombreux. Même les Chinois et divers Asiatiques s’y mettent. Tout le monde, en somme.

L’impuissance à endiguer le flux invasif

Le dispositif Frontex de protection des frontières de l’UE est un échec retentissant. L’opération Mare Nostrum (qui a été remplacée par l’opération Triton en novembre, changement magique de dénomination) de surveillance des côtes méditerranéennes de l’UE n’est pas du tout une protection ni une dissuasion, mais une opération de sauvetage en mer. 70.000 migrants clandestins ont été sauvés de la noyade en 10 mois ! Ce qui encourage les passeurs à augmenter encore les traversées. C’est « un pont vers l’Europe », a déclaré le ministre de l’Intérieur italien.

Sur la côte d’Azur, l’administration truque les chiffres des entrées clandestines. La police débordée procède à 150 interpellations par jour. Les clandestins ne retournent jamais en Italie et finissent par être relâchés au bout de 4h de garde à vue : ils sont LAP, (libres après procédure). Les OQTF (Obligation de quitter le territoire français) ne sont d’aucune valeur ; et les RLT (Remises à la limite du territoire, c’est à dire les reconductions à la frontière italienne) se traduisent par des retours dans 100% des cas. L’impuissance est totale et les clandestins le savent bien. L’invasion est autorisée, pourquoi se gêner ?

Un gouffre financier

A la charge financière énorme, au boulet que représente l’immigration au sens large (voir autres articles de ce blog), même légale ou naturalisée, s’ajoute le coût des clandestins, qui explose. Sur 47.000 places d’hébergement d’urgence disponibles, 22.000 sont des nuits d’hôtels, au prix astronomique, supporté par le budget de l’Etat déficitaire. Le clandestin est beaucoup mieux traité qu’un Français de souche qui perd son traitement et son logis ; il ne risque pas de se retrouver à la rue, lui ! Il en est de même pour la prise en charge médicale et hospitalière.

Il s’agit de l’Aide médicale d’État (AME), ce dispositif unique au monde, qui est un scandale. Elle assure aux clandestins étrangers une couverture médicale complète dont ne bénéficient pas des millions de Français non-fonctionnaires qui ont pourtant cotisé toute leur vie.

L’AME a coûté 744 millions d’euros en 2013, en augmentation constante (dérapage), vu l’accroissement des arrivées de clandestins. A mettre en parallèle avec les 700 millions qui ont été retirés des prestations familiales aux Français. A ajouter : un surcoût de 350 millions d’euros dus aux centres d’hébergement d’urgence, aux allocations temporaires d’attente et aux frais d’hôtels pour les (faux) réfugiés demandeurs d’asile. En tout, le coût des sans-papiers dépasse le milliard d’euros annuel. Et le gouvernement a décidé pour 2015 d’augmenter encore les crédits de l’AME de 73 millions d’euros. Rien n’est trop beau ni trop généreux pour les clandestins. L’AME bénéficie déjà à près de 300.000 étrangers irréguliers.

Sans compter les innombrables fraudes à l’hospitalisation ou à le revente des médicaments obtenus gratuitement en pharmacie par les clandestins. Mais on leur pardonne, ils savent qu’ils ne seront jamais poursuivis. Pourquoi se gêner ?

Et la criminalité suit

L’afflux incontrôlé de clandestins fait mécaniquement augmenter la criminalité. Celle-ci déferle d’autant plus facilement que Mme Taubira est en train de déconstruire sciemment l’appareil pénal répressif, ce qui se sait partout. Le clandestin qui arrive en France sait parfaitement non seulement qu’il sera pratiquement inexpulsable et aidé mais que règne un laxisme pénal et judiciaire unique au monde qui laisse pratiquement impunis les exactions et trafics divers.

Dans le Nord et sur la Côte d’Azur, on est obligé d’envoyer CRS et gendarmes mobiles pour épauler la police découragée et submergée et tenter de parer à la délinquance endémique des clandestins. Un escadron de gendarmes mobiles coûte 21.000 € par jour en logement hôtelier. A Calais, selon les syndicats de police, on a dénombré de juillet à septembre 2014, 80 crimes et délits, contre 7 pendant la même période de 2013 ! En région parisienne, depuis les vagues d’arrivées de Tunisiens clandestins en 2011, on note une augmentation de la criminalité.

 Guillaume Faye
15/10/2014

Source : Blog de Guillaume Faye

Correspondance – Polémia : 17/10/2014

21:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

"Art" contemporain : un plug anal géant exposé place Vendôme

 

Le 15 octobre dernier, l’ « œuvre » de Paul McCarthy, un plug anal [1] géant de 24,4 mètres de hauteur, a été exposée place Vendôme, à Paris.

 

plug-a69e9.jpg

 

Pour entretenir une fausse ambiguïté, l’œuvre s’intitule Tree, comme s’il s’agissait d’un arbre de Noël, un nouvel exemple de cette perversité qui consiste systématiquement à jouer sur les deux tableaux, l’enfance et le sexe. Pour en avoir le cœur net, il suffit de se reporter à d’autres œuvres de l’ « artiste » comme Innocence :

 

0USwwCS-bfe51.jpg

 

Évidemment, tout cela est voulu et accompagné par les pouvoirs publics. Ce massacre de la place Vendôme, place mythique de l’architecture classique française du XVIIe siècle, se fait dans le cadre de la Foire internationale d’art contemporain (FIAC) 2014 ainsi que pour présenter Paul McCarthy et son exposition « Chocolate Factory » (toujours les enfants…) organisée parallèlement à l’Hôtel de la monnaie de Paris et pour l’inauguration de ses nouveaux espaces d’exposition. La mairie de Paris, coorganisateur de l’événement, indique fièrement sur son site Internet :

« L’offre culturelle de la Monnaie de Paris se renouvelle et proposera des expositions temporaires présentant des artistes contemporains français et internationaux. C’est l’artiste Paul McCarthy, figure majeure de la scène internationale, qui ouvrira ce bal mémorable. »

 

Notes

[1] Nous invitons ceux qui ignorent le sens de cette expression à faire une rapide recherche sur Internet.

E&R

Il faut retirer cette horreur, œuvre d'un malades sexuel, d'une perversité encore jamais atteinte dans un lieu public. Anne Hidalgo ne respecte pas ni Paris ni les Français!

20:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)