Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 621

  • Comment l’État islamique fixe les prix de vente des femmes esclaves

    djihadistes-strasbourg.jpg

     

     

    06/11/2014 – IRAK (NOVOpress)
    L’agence de presse irakienne Iraqinews a réussi à se procurer une liste établie par l’État islamique, fixant le prix de vente des femmes Yézidis ou chrétiennes en tant qu’esclaves. Selon leur âge, les femmes peuvent être achetées pour un prix variant de 35 à 138 euros.

    Dans ce document, l’on apprend qu’il est interdit d’acheter plus de trois femmes, sauf pour les étrangers comme les Turcs, les Syriens ou les Arabes du Golfe.

    Selon les prix fixés par l’organisation, une fillette âgée de 1 à 9 ans coûterait 200.000 dinars (soit 138 euros), une fille de 10 à 20 ans 150.000 dinars (104 euros), une femme entre 20 et 30 ans 100.000 dinars (69 euros), une femme entre 30 et 40 ans 75.000 dinars (52 euros) et une femme âgée de 40 à 50 ans 50.000 dinars (35 euros).

    Allah Akbar!

     

     

  • Droit d’asile : la France submergée (Présent 8226)

    Burkina.jpg

     

     

    07/11/2014 – PARIS (NOVOpress)
    Vous avez aimé le rapport du Comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques sur l’hébergement d’urgence (Présent du 17 avril) ? Alors celui d’Eric Ciotti traitant des dérives du droit d’asile vous plaira. Publié pour partie dans Le Figaro, ce document revient en détail sur l’explosion des demandes d’asile observée ces dernières années dans notre pays et, surtout, sur le coût exorbitant de cette institution devenue ingérable.

    Droit d’asile : la France submergée (Présent 8226)En hausse de 85 %

    Dans son rapport, le député UMP des Alpes-Maritimes rappelle tout d’abord que « la demande de protection internationale s’est accrue de 85 % entre 2007 et 2013 » et souligne que quelque « 30 000 dossiers sont aujourd’hui en attente à l’Office français de protection des réfugiés et des apatrides ». Un afflux croissant et massif, dont la première conséquence est bien sûr l’encombrement des centres d’accueil. Certes, explique Ciotti, « en dix ans, la capacité en places des centres d’accueil (…) a quadruplé (…) pour un coût de 220 millions d’euros ». Mais cela ne suffit plus. Et « les dépenses d’hébergement d’urgence, en particulier sous la forme de nuitées hôtelières, se sont par voie de conséquence accrues de façon largement incontrôlée ». Ainsi, indique le député UMP, ces dépenses ont-elles « été multipliées par trois sur la période 2008-2012 » et « il y a aujourd’hui davantage de personnes prises en charge dans le dispositif d’hébergement d’urgence qu’en Cada [centre d’accueil de demandeurs d’asile] ».

    Une évolution « d’autant plus dommageable, précise Ciotti, que le coût global de la prise en charge en hébergement d’urgence est au moins équivalent, sinon supérieur, à celui de la prise en charge en Cada. Le coût unitaire de la nuitée hôtelière est en effet estimé à 17,17 euros, auxquels s’ajoute une aide temporaire d’attente (ATA) de 11,45 euros par jour ». Soit un total mensuel de 870,50 euros par personne, quand « le prix de journée moyen national des Cada s’élève à 24,43 euros par personne hébergée »

    Complicités UMPS

     

    Reste que, aussi intéressant soit-il, le rapport Ciotti découvre l’Amérique. Voilà en effet des années que la Cour des comptes et autres mettent en garde les gouvernements de droite comme de gauche contre les innombrables dérives et le coût exorbitant du droit d’asile. En vain. Les raisons en sont pourtant simples : la suppression des frontières et des prestations sociales offertes à tous, qui constituent de véritables pompes aspirantes de l’immigration. Deux raisons majeures auxquelles l’UMP, qui dénonce aujourd’hui la politique socialiste, ne s’est jamais attaquée.

    Certes, le rapport Ciotti pointe du doigt l’ATA, allocation que « près d’un bénéficiaire (…) sur cinq (…) percevait indûment » en avril 2013 et qui a enregistré une progression de « 367 % entre 2007 et 2013 ». Mais rappelons que cette aide a été mise en place par la droite en 2006. On pourrait également parler de l’AME, dont les socialistes viennent d’augmenter le budget, provoquant un tollé au sein de l’opposition. Tollé justifié, mais incompréhensible quand on se souvient que l’UMP avait refusé de voter l’amendement présenté par les députés FN en juillet 2012 demandant la suppression de cette aide destinée aux clandestins.

    Franck Delétraz

  • Le traumatisme des victimes de la Stasi, toujours vif 25 ans après

    2014-11-07T142337Z_1007180001_LYNXMPEAA60M2_RTROPTP_3_OFRTP-ALLEMAGNE-MUR-TRAUMATISME.jpg

    Berlin - Musée de la Stasi

    par Alexandra Hudson

    COTTBUS, Allemagne (Reuters) - Si dimanche certains célébreront le 25e anniversaire de la chute du Mur de Berlin, pour bon nombre de victimes du régime est-allemand, il est encore trop tôt pour fêter quoi que ce soit, car ils ne sont toujours pas sortis de leur traumatisme.

    "Bien sûr, les anniversaires, c'est une occasion de se pencher sur le passé et de commémorer le passage de la dictature à la démocratie", reconnaît Rainer Wagner, à la tête de l'ONG UOKG, qui regroupe d'anciennes victimes du régime.

    "Mais il est glaçant de voir d'un côté tous ces discours et, de l'autre, un Etat et une société qui hésitent à verser des dédommagements ou à traduire en justice les anciens persécuteurs", ajoute-t-il.

    Quelque 250.000 personnes furent jetées en prison et interrogées pour des raisons politiques entre 1945 et 1989, souvent pour le simple fait d'avoir exprimé le désir de quitter la RDA. Des millions de personnes avaient, elles, pu fuir avant que la frontière ne se ferme totalement.

    Aujourd'hui, nombre de ceux qui furent emprisonnés pour raisons politiques, ou se virent retirer la garde de leurs enfants parce que l'Etat ne les jugeaient pas aptes à être de bons parents, sont toujours sous le choc. Leur traumatisme est d'autant plus grand qu'ils attendent encore justice et reconnaissance, comme le rappelle l'UOKG.

    A la réunification, en octobre 1990, le nouveau gouvernement s'était attelé à la mission herculéenne d'enquêter sur les crimes de l'ex-RDA, s'engageant à dédommager et à réhabiliter ceux à qui du tort avait été causé, et à expliquer leurs souffrances aux générations futures.

    Tâche difficile : début 2013, le gouvernement allemand notait lui-même l'existence de "deux tendances préoccupantes concernant l'ex-RDA: d'un côté une tendance à minimiser la dictature, voire à l'idéaliser; de l'autre, une ignorance totale".

    Nombre de ceux qui souffrent physiquement ou psychologiquement des suites de leur détention et autres persécutions sont incapables de travailler, et ils n'ont que de maigres subsides de l'Etat pour survivre alors que les anciens fonctionnaires est-allemands touchent de bonnes pensions, estime Rainer Wagner.

    DÉDOMMAGEMENT

    Lors d'une soirée-débat sur les effets des persécutions, près de la Porte de Brandebourg, où des milliers de personnes sont attendues dimanche pour fêter le 25e anniversaire de la chute du Mur, certaines anciennes victimes du pouvoir est-allemand ont raconté à quel point il était encore difficile de convaincre leurs enfants que l'opposition au régime avait été la meilleure voie à suivre, alors même que certains anciens membres du Parti bénéficient toujours d'un statut social enviable.

    Rainer Wagner s'est fixé un cap : que les anciens persécutés du régime touchent des pensions ou des revenus au moins équivalents aux anciens fidèles du régime.

    Parmi les injustices frappantes, il relève le cas d'anciens membres du parti est-allemand qui ont étudié les techniques de répression dans une université de la Stasi et qui ont toujours le bénéfice de leurs diplômes, touchant de ce fait de confortables salaires ou pensions de retraite.

    Certains locaux de la Stasi ont été transformés en musées ou lieux de mémoire, tout comme plusieurs anciennes prisons du régime est-allemand. Les victimes du régime sont appelées régulièrement à intervenir devant des classes, et des services et des groupes de soutien ont été mis en place pour les aider à surmonter leur traumatisme.

    La question des dédommagements financiers s'avère en revanche plus délicate.

    Une série de lois de réhabilitation ont permis de blanchir les prisonniers politiques des accusations portées à leur casier judiciaire par le régime est-allemand, et leur ont alloué une somme sur la base de 306 euros par mois d'emprisonnement, de même qu'une "pension de victime" mensuelle de 250 euros s'ils ont été incarcérés pendant plus de six mois.

    D'autres lois ont tenté d'apporter une réponse aux autres préjudices causés par le régime, décisions juridiques ou entraves au développement de carrières professionnelles. Mais les dossiers sont difficiles à établir, souligne l'UOKG. Selon les Länder, 50 à 67% d'entre eux donnent lieu à une réponse favorable.

    D'après un rapport fédéral de 2013, l'Etat a versé au titre des dédommagements 1,2 milliard d'euros entre 1993 et 2011.

    ENFANTS "CONFISQUÉS"

    A une heure trente de route de Berlin se trouve la ville de Cottbus, dont le pénitencier du XIXe siècle a servi de prison aussi bien sous le IIIe Reich que sous le régime de la RDA.

    A l'extérieur, Katrin Behr, qui a 47 ans et fut enlevée à sa mère alors qu'elle en avait quatre et demi, a affiché plusieurs centaines d'avis de disparition d'enfants et de parents qui sont toujours à la recherche d'un proche après en avoir été séparé par l'Etat est-allemand.

    Certains de ces enfants sont nés en 1988, un an seulement avant la chute du Mur. Aujourd'hui encore, nombre de ceux qui recherchent un membre de leur famille se disent oubliés parce que leur condition n'a pas été reconnue officiellement et qu'ils n'ont reçu aucune forme de dédommagement.

    Katrin Behr, qui a été adoptée par une famille fidèle au régime, n'a découvert qu'après la chute du Mur sa réelle identité et appris la vérité: sa mère avait été jetée en prison parce qu'on l'avait surprise en train de dire qu'elle voulait quitter le pays.

    Aujourd'hui Katrin Behr dirige un service qui gère les cas de 1.700 cas d'enfants disparus ou de familles en quête d'un proche disparu.

    "Il fallait trouver un moyen de me prouver que tout ce qui m'était arrivé ne l'avait pas été pour rien", dit-elle.

    (Eric Faye pour le service français, édité par Henri-Pierre André)

    Yahoo!Actu  07 11 14

     

  • Les populations européennes ont survécu au dernier âge de glace : nous avons 55 000 ans d’histoire

    15h36

    L’étude d’un ADN vieux de plus de 36.000 ans montre une continuité génétique chez les populations eurasiennes depuis leurs origines, prouvant que l’homme a survécu aux périodes glaciaires les plus sévères en Europe.

    (…) En comparant le génome d’un homme dont les ossements fossilisés ont été mis au jour à Kostenki (photo ci-dessus), dans la partie européenne de la Russie d’aujourd’hui, avec les résultats de précédentes recherches, ces scientifiques ont découvert une unité génétique « surprenante » remontant jusqu’aux premiers humains en Europe.

    « Il y a eu une continuité génétique des populations européennes depuis le haut paléolithique (- 55.000 ans) jusqu’au mésolithique (entre 10.000 et 5.000 ans avant l’ère chrétienne) et ce pendant une période de grande glaciation », montre l’analyse de ce génome, précise Marta Mirazón Lahr, de l’Université de Cambridge au Royaume-Uni, principal co-auteur de cette recherche parue dans la revue américaine Science.

    (…) « Mais maintenant nous savons grâce au séquençage de ce génome qu’aucun nouveau groupe de gènes n’est apparu durant ces différentes périodes et que la survie de ces populations s’est faite sans modification biologique », souligne Marta Mirazon Lahr.

     

    Itélé

     FDS

  • Sarkozy en meeting à Paris : «A-t-on jamais vu la France dans cet état?»

    4274163_nicolassarkozy.jpg

       Pauline Théveniaud | Publié le 07.11.2014, 19h42 | Mise à jour : 20h31                                    

     

                                    

    Porte de Versailles (Paris), ce vendredi. Nicolas Sarkozy a tenu son grand meeting parisien devant plusieurs milliers de personnes. | LP/Olivier Corsan

                        
    A l', il veut «tout changer du sol au plafond». Mais ce vendredi soir, n'est pas resté cloîtré entre les murs de la rue de Vaugirard. A l'occasion de son grand meeting parisien de la porte de Versailles, l'ancien chef de l'Etat a tenté de s'élever bien au-delà de la simple course à la présidence de l'UMP.

    Donner du souffle à une campagne dont on dit qu'elle patine. Prendre de la hauteur, alors que la guerre des chefs fait déjà rage à coups de petites phrases. Pour l'occasion, son ex-conseiller spécial avait repris la plume. En ressort un discours aux accents gaulliens, truffé de références historiques et... emprunt d'une certaine dramaturgie.

    «A-t-on jamais vu la France dans cet état? Avons-nous jamais connu une telle colère? A-t-on jamais ressenti une telle perte de crédit de la politique? A-t-on jamais ressenti un tel climat de défiance, de suspicion, de renoncement?» entame Sarkozy. Il lui est impossible, jure-t-il, de «rester les bras croisés devant le spectacle affligeant de notre pays qui sombre». Il trouverait «irresponsable», de ne pas entendre «la colère qui monte».

    Et 2017? «Chaque chose en son temps»

    Le voilà donc de retour. Pour «construire quelque chose de neuf». «Il faut courageusement tout remettre à plat pour être capable de nous réinventer», comme... «le général de Gaulle appeler au rassemblement de tous les Français», lance-t-il. Va donc pour un parti «dans lequel tous les Français sans exception pourront se reconnaître», sans «tendances, courants, chapelles» et dont «la vertu cardinale devra être le refus du mensonge». Oui, il y aura bien des primaires, évacue-t-il. Et d'ailleurs des votes «pour trancher nos débats».

    Mais déjà, Nicolas Sarkozy s'éloigne de la rue de Vaugirard. Il préfère parler de la République, la «grande question politique d'aujourd'hui». Cette République «indivisible» qu'il oppose longuement au modèle démocrate «divisible», lui. Au passage, il fustige les corps intermédiaires, la politique familiale, éducative et culturel du gouvernement, parle de l'Europe.

    Mais pas question de se prononcer sur sa candidature à la présidentielle de 2017. «Chaque chose en son temps», tempère-t-il, avant de... promettre à des militants conquis : «Ensemble, nous allons dessiner les voies par lesquelles la France retrouvera sa grandeur.»

    LeParisien.fr

    NdB: Sarkozy a plus que sa part dans l'état de décomposition de la France ! Que ce nuisible retourne d'où il vient!  Bateleur de souk !

  • Florian Philippot réagit à l'intervention de François Hollande sur BFM-TV


    Florian Philippot - 6 novembre 2014 par hurraken75

     A voir même si on n'aime F.P. !

  • Gonesse : Mohamed, 14 ans, militant Front national

    4271805_11-1-574378372_545x341.jpg

     

     

    Gonesse. Ce collégien, élu au conseil municipal des jeunes, assure avoir reçu «des pressions» en raison de son engagement politique.

    Publié le 07.01.2014

     

     

     

     

          Sa demande d'adhésion au Front national, Mohamed Boudia l'a envoyée officiellement hier. Elle est le résultat de l'engagement politique de ce jeune d'origine maghrébine tout juste âgé de 14 ans!

    Celui qui vit dans un immeuble du quartier de la Fauconnière à Gonesse, avait officialisé son alliance d'un simple tweet, le 14 septembre dernier : « @OuchikhKarim : un vrai candidat pour la mairie de Gonesse.

     
    Je lui apporte mon soutien! » À l'époque, Mohamed n'avait que 13 ans. Depuis, ce collégien de troisième tracte et colle régulièrement des affiches pour la liste Gonesse Bleu Marine, menée par un tandem formé par Karim Ouchikh, conseiller à la culture de Marine Le Pen et l'ex-élu UMP Denis Vigouroux.

    Ce parti « comme un autre », estime-t-il, il a pu le rejoindre à l'aide d'une simple autorisation parentale, obligatoire pour tout mineur qui souhaite devenir militant. « Mon père a accepté, explique-t-il d'une voix posée. Il me laisse libre de faire ce que je veux, mais il veut rester en dehors de mon soutien au FN. »

    En revanche, d'autres à Gonesse auraient moins goûté son engagement précoce. En tant qu'élu au conseil municipal des jeunes (CMJ), plusieurs membres de la majorité municipale, ainsi que le député-maire (PS) Jean-Pierre Blazy, lui auraient fait des remarques sur ses accointances avec le FN, à l'occasion d'événements officiels.

    D'après Mohamed, lui-même et Julien, un autre adolescent du CMJ engagé pour le FN, auraient même reçu des « pressions » de la part d'une maire adjointe afin qu'ils ne siègent plus au sein du conseil municipal des jeunes. « Pourtant, nous n'avons jamais mélangé notre action au CMJ avec notre engagement dans la ville, explique Mohamed. Au CMJ, on ne parle pas de politique. On n'a jamais véhiculé les idées du Front national là-bas. D'ailleurs, les autres jeunes nous ont soutenus et ont trouvé que les propos des élus étaient déplacés. »

    Le candidat du rassemblement Gonesse Bleu Marine, Karim Ouchikh, s'est également fendu d'une lettre ouverte, publiée lundi sur le site officiel du Front national, où il attaque le maire de Gonesse et soutient les deux jeunes dans une anaphore. « L'un comme l'autre prennent le soin de ne jamais faire étalage de leurs convictions politiques dans l'exercice public de leurs mandats citoyens. L'un comme l'autre sont victimes ces dernières semaines de pressions intolérables exercées à maintes reprises par l'équipe municipale en place […] C'est pourquoi je dénonce avec force cette sordide chasse aux sorcières dans laquelle Jean-Pierre Blazy est personnellement impliqué », peut-on lire dans le courrier. Contacté à ce sujet, le député-maire socialiste n'a pas nié être au courant de l'engagement politique des deux jeunes, mais il a « formellement démenti » que la municipalité ait proféré « la moindre pression » à leur égard. L'engagement au CMJ de Mohamed va donc pouvoir se poursuivre, tout comme son soutien au parti de Marine Le Pen. Un Front national dont il rejoint les positions, notamment au sujet de l'immigration et de la sortie de la zone euro.
     

    Le Parisien

  • Eric Zemmour (encore) seul contre tous chez Giesbert

    Ce jeudi, Éric Zemmour était l’invité de Franz-Olivier Giesbert dans « Les Grandes Questions » sur France 5. Une fois de plus, l’écrivain s’est retrouvé face à un plateau qui faisait l’unanimité contre lui.

    Le Bréviaire des patriotes

  • Roubaix: le FN propose de confier les clefs d’une église aux musulmans

    bOVcScI.jpg

    MoRBd3Q.jpg

    J-1

    C’est une simple interrogation, mais le Front national de Roubaix pose la question de l’installation dans les églises désaffectées de Roubaix du culte musulman.

     

    Habitué des propositions iconoclastes, le chef de file du FN de Roubaix, Jean-Pierre Legrand, réagit curieusement à l’annonce de la fermeture pour raison de sécurité de la mosquée Da’wa : il pose la question de l’opportunité de « confier les clefs des églises désaffectées » au culte musulman.

    « Cela permettrait de pacifier les environs de l’église Notre-Dame », confie-t-il, tout en rappelant le précédent du couvent de la rue du Faubourg de Roubaix, à Lille. Et tout en signalant qu’il ne s’agit là que d’une « interrogation » et d’une « position personnelle », qu’il conditionne au « renoncement de l’islam au prosélytisme ».

     

    « Rue de l’Épeule, j’ai l’impression d’être en vacances »

    Progressiste, le FN de Roubaix ? Jean-Pierre Legrand qualifie tout de même de « justifiée et courageuse » la décision de la mairie, et estime que la communauté musulmane de l’Alma doit « se débrouiller sans la Ville » pour trouver un autre lieu de culte. Laïcité oblige.

    Et à ceux qui craindraient un adoucissement du FN, M. Legrand se veut rassurant, puisqu’il en profite pour dénoncer « l’islamisation de Roubaix » et souligner qu’il ne se sent plus chez lui dans la rue de l‘Épeule, où il a « l’impression d’être en vacances ».

    La Voix du Nord

    FDS

    NdB:  Une interrogation de trop !

  • C’était un 6 novembre 1917 : la « Révolution d’octobre »

    6 novembre 2014 par admin4 - Contre-info.com

    La prise du Palais d’Hiver en octobre 1917

    Dans la nuit du 6 au 7 novembre 1917, les bolcheviques s’emparent des principaux centres de décision de la capitale russe, Petrograd (anciennement Saint-Pétersbourg).
    Dans la terminologie bolchevique (on dira plus tard communiste), ce coup de force sans véritable soutien populaire est baptisé « Révolution d’Octobre » car il s’est déroulé dans la nuit du 25 au 26 octobre selon le calendrier julien en vigueur dans l’ancienne Russie jusqu’au 14 février 1918.

    «Jamais une échauffourée de si petite envergure (une dizaine de victimes, d’après les historiens soviétiques) n’a eu des conséquences aussi prodigieuses, et une fois de plus, le sort de la capitale décida de celui du pays tout entier», écrit Léon Poliakov.

    Avec seulement quelques milliers d’activistes et une préparation au grand jour, les communistes – farouchement déterminés – arrivent à prendre le pouvoir dans un empire de 130 millions de personnes.

    Avis aux amateurs…

    Thibaut de Chassey

  • Fiscalité : vive l’Ancien Régime !

    5 novembre 2014 par Pierrot  - Contre-info.com

    Article trouvé sur Le Point qui a le mérite de rétablir quelques vérités concernant l’imposition en France durant deux époques.

    Dernière trouvaille de nos chasseurs de primes de Bercy : un impôt supplémentaire de 20 % sur les résidences secondaires « en zone de tension » (les grandes agglomérations). Personne ne sait si cette géniale initiative ira à son terme, une précédente tentative, en 2012, s’étant piteusement ensablée face à une levée de boucliers des élus. Mais ce ballon d’essai est emblématique d’une démarche désespérée pour trouver de l’argent par n’importe quel moyen afin de boucher le trou abyssal de nos finances publiques. Nullement en cherchant à réaliser des économies sur le fonctionnement de l’État ou des collectivités territoriales mais en aggravant encore une pression fiscale qui, en deux ans et demi, s’est déjà alourdie de 70 milliards d’euros.

    Jadis, sur les bancs de nos écoles publiques, laïques et républicaines, des instituteurs à blouses grises apprenaient à des enfants uniformément vêtus de tabliers noirs que la Révolution française avait, notamment, été provoquée par l’excès d’impôts. Ils égrenaient la capitation, la gabelle, le centième, la taille, le vingtième. Ils décrivaient – avec quelques exagérations – la condition pitoyable des paysans exsangues et expliquaient doctement que la charge était devenue insupportable. D’où la révolution. CQFD.


    Le jour de la « libération fiscale »

    Des historiens tout à fait sérieux, dont le remarquable Pierre Goubert, ont démontré que la somme de ces impôts de l’Ancien Régime était, somme toute, proportionnellement beaucoup plus légère que la fiscalité moderne. Tout le monde n’était pas logé à la même enseigne : les « pays d’états » (Bretagne, Bourgogne, Provence, Languedoc) possédaient des assemblées qui négociaient âprement le montant de la taille avec les intendants du roi. Ce que ne pouvaient pas faire les « pays d’élection », déjà soumis à la centralisation monarchique. Aujourd’hui, personne ne peut échapper à la broyeuse.

    Un paysan consacrait entre vingt et trente jours de travail au paiement de l’impôt. De nos jours, certains instituts d’inspiration libérale (Institut Molinari, Contribuables associés) fêtent chaque année, en juillet, le jour de la « libération fiscale », c’est-à-dire la journée à partir de laquelle le citoyen-contribuable pourra enfin travailler pour son propre compte, ayant rempli, les six mois précédents, ses obligations fiscales et sociales diverses.

    Merci à Pierre G

  • La CPI ne poursuivra pas Israël pour l’assaut meurtrier du Mavi Marmara

     

    La Haye, Pays-Bas. – La Cour pénale internationale ne poursuivra pas Israël pour le raid meurtrier mené contre une flottille humanitaire à destination de Gaza en mai 2010, même s’il est « raisonnable de penser » que des crimes de guerre avaient été commis.

    « Je suis parvenue à la conclusion que les affaires éventuelles qui pourraient découler d’une enquête sur cet événement ne seraient pas "suffisamment graves" pour que la Cour y donne suite », a indiqué la procureure Fatou Bensouda dans un communiqué.

    Madame Bensouda avait été saisie de l’affaire par le gouvernement des Comores, un État partie au Statut de Rome, le traité fondateur de la CPI, mais aussi l’État auprès duquel était enregistré le Mavi Marmara, navire amiral de la flottille internationale d’aide humanitaire.

    À l’aube du 31 mai 2010, la flottille avait été arraisonnée dans les eaux internationales par un commando israélien alors qu’elle tentait de rallier Gaza, sous blocus israélien.

    Neuf Turcs à bord du Mavi Marmara avaient été tués dans l’assaut, ce qui avait provoqué une dégradation des relations diplomatiques entre la Turquie et Israël. Un dixième était décédé plus tard de ses blessures.

    « Cette flottille, appelée "Flottille de la liberté pour Gaza", était composée de huit navires, avec à leur bord soixante-dix passagers d’une quarantaine de pays. Son objectif déclaré était d’apporter de l’aide à Gaza, de briser le blocus israélien et d’attirer l’attention de la communauté internationale sur la situation de cette zone et sur les conséquences du blocus », a rappelé le procureur.

    « En prenant en compte la nature sérieuse des blessures physiques causées par l’usage de la force par les soldats des forces de défense israéliennes contre certains passagers et en pensant à l’autodéfense (...), les informations disponibles forment une base raisonnable pour penser que les soldats ont commis un crime de guerre », a indiqué madame Bensouda.

    Mais ces crimes ne sont pas « suffisamment graves », a-t-elle ajouté : selon le traité fondateur de la Cour, la CPI « doit avant tout se concentrer sur les crimes de guerre commis à grande échelle ou dans la poursuite d’un plan ou d’une politique ».

    En septembre 2011, un rapport de l’ONU avait jugé « excessive » et déraisonnable cette intervention militaire, mais avait considéré comme étant légal le blocus imposé par Israël à la bande de Gaza.

    Décrété en juin 2006 à la suite de la capture d’un soldat israélien – libéré en octobre 2011 en échange d’un millier de prisonniers palestiniens –, le blocus terrestre, maritime et aérien de la bande de Gaza a été renforcé en juin 2007 à la suite de la prise de contrôle de ce territoire par le mouvement islamiste Hamas.

    Déjà tendues depuis l’opération israélienne meurtrière « Plomb durci » dans la bande de Gaza (décembre 2008-janvier 2009), les relations entre la Turquie et Israël, alliés stratégiques dans les années quatre-vingt-dix, s’étaient brutalement dégradées après le raid.

    À la demande pressante du président américain Barack Obama, le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou avait présenté ses excuses à la Turquie. Depuis, des responsables turcs et israéliens se sont rencontrés pour discuter de l’indemnisation des familles des victimes, première étape du réchauffement des relations entre les deux pays.

    E&R

  • VIDEO - Vif accrochage entre Mazarine Pingeot et Eric Zemmour !


    Vif accrochage entre Mazarine Pingeot et Eric... par puremedias

     

    Bravo Eric! C'était réjouissant!

  • Najat Vallaud-Belkacem : tolérance pour les mères voilées au nom de la laïcité

    manif-paris-2006.jpg

    Partager sur Facebook Tweeter 

     

    06/11/2014- PARIS (NOVOpress) - Alors que Najat Vallaud-Belkacem ressasse constamment l’égalité hommes/femmes, la théorie du genre etc…, son nouveau cheval de bataille est de vouloir imposer des femmes voilées (parents d’élèves) pour encadrer les sorties scolaires des chérubins.

    Dans ce cadre scolaire, il s’agit non seulement une forme de prosélytisme, une manière sournoise d’imposer l’islam à l’école à travers des parents d’élèves, et par ailleurs d’une banalisation d’un phénomène qui prend une ampleur certaine dans le quotidien des Français.

    La loi de mars 2004 indique bien l’interdiction – en raison du principe de laïcité – du port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics. Or, une fois promulguée, la Loi s’applique et doit être la même pour toutes et tous répondant justement aux principes de la laïcité et de l’égalité.

    Selon les préceptes de la République, l’École publique est dite laïque. Mais en 2014 les choses semblent avoir changé et tout dépend du point de vue où l’on se place : les membres du gouvernement ne sont plus à un paradoxe près.

    Photo : manifestation contre les caricatures de Mahomet, Paris, février 2006. Crédit : DR

  • Le Grand Remplacement (caméra cachée à Saint-Denis - 93 )

    Par le 06/11/2014

    10h32

    La personne qui a tourné ce film indique :

    Saint-Denis (film vidéo du centre-ville) n’est qu’un exemple parmi les innombrables communes de la banlieue parisienne où la population française de souche a été totalement remplacée par une population d’origine extra-européenne (berbères, arabes, africains sub-sahariens, asiatiques, indiens, etc…).

    FDS

  • François Fillon en visite chez les islamistes pro-niqab de l'UAM-93

    2586726298.jpg

     Visite de Mr François Fillon à l'UAM-93 par uam93 Lu sur le site de l''Union des Associations Musulmanes du 93 : "L’UAM-93 a eu le plaisir de recevoir le jeudi 9 octobre 2014, Mr François Fillon, ancien Premier Ministre. Les questions d’actualité et l’avenir de notre pays étaient au centre de cette rencontre, bien sûr un intérêt particulier a été donné à l’islamophobie et les attentes des musulmans de France.L’ancien Premier Ministre était accompagné du Sénateur-maire Mr Philippe Dallier et de Mr Fayçal Menia élu d’Aubervilliers."

    L’UAM93 est le principal réseau associatif musulman du département, gérant ses plus grandes mosquées, et chez qui se presse toute la classe politique (sauf FN), a pourtant publié plusieurs textes à la gloire du niqab sur son site pour s'opposer à la loi du gouvernement Fillon : Un est titré: "Le niqab supérieur à jamais au dévoilement du visage".

    La République a beau répéter et placarder partout que son idole avait le visage dévoilé (2), les vrais Musulmans n’en ont que faire. Leur foi implique, en effet, la croyance au fait que l’Omniscient, le Sage, Celui qui connaît intimement Ses créatures sait mieux ce qui est bon pour eux.(...)Le Coran nous enseigne que Dieu, dans son infinie miséricorde, a révélé une multitude de législations poursuivant les mêmes fins bien que divergentes sur les moyens à mettre en œuvre (3). Sa dernière législation, la voie (sharia) islamique, intervient à un stade d’avancement intellectuel de l’humanité tel qu’elle demeure valable selon toutes les époques et tous les contextes géographiques, sociétaux, etc. "Lire sur le site de l'UAM93 Un autre article publié en janvier 2010 "Lettre ouverte aux pseudos Musulmans qui renforcent les non musulmans dans leur croisade contre ceux qui se révèlent être plus musulmans qu’eux" (sic) par Daniel Youssef Leclercq. L'auteur affirme clairement que si une loi est votée afin d'interdire la burqa, elle ne sera pas considérée comme légitime car en contravention avec la Charia (Loi de Dieu) : "Ultime provocation, on exige des Musulmans d’opter sans réserves pour les lois (humaines) de la République et de renoncer aux Lois de Dieu, sous peine de sanctions. Mais, liberté de penser oblige, rien n’oblige à adhérer à une quelconque loi quand bien même elle serait votée par une majorité d’inconscients"" (...)

    "En conclusion, les grands muftis de la République laïque pourront toujours aboyer cela n’empêchera pas la caravane islamique de continuer son chemin jusqu’à sa destination finale." " Les démocrites " est un néologisme employé dans le texte qui trouve son explication en note de bas de page : "Démocrites (d’hypocrite) et non démocrates comme ils le clament à hauts cris"...la catégorie des hypocrites est vouée aux gémonies dans le Coran. Daniel Youssef Leclerc est un des principaux auteurs du site de l'UAM93. Converti à l’islam en 1984 par le mouvement Tabligh, il créa l’association Intégrité. Leclerc, comme le philosophe communiste et négationniste Roger Garaudy, fut désigné membre permanent de la Ligue islamique mondiale (LIM) en 1999, instrument de l'Arabie Séoudite. Interrogé en 1992 par Jean-Paul Mari, un journaliste du Nouvel Observateur, Leclerc alors président de la Fédération nationale des musulmans de France (FNMF, intégrée au CFCM), avait déclaré que « Si demain on avait une majorité dans ce pays, pourquoi est-ce qu’on imposerait pas la Charia progressivement ? Ca vous dérange? Tant pis ! » [propos de D.Y.Leclerc recueillis par Jean-Paul Mari du Nouvel Observateur dans le numéro du 12-18 novembre 1992 ]

    A l'été 2010, l'UAM93 avait complaisament relayé un communiqué de "145 musulmanes et musulmans de la Réunion ayant toutes et tous étudié la théologie musulmane" justifiant clairement le port du niqab : "Le Niqâb (voile intégral) est bien un élément religieux et cultuel : ce n'est pas seulement un habit traditionnel ou culturel. Nous trouvons, de ce fait, très dommage que certaines personnes en décrètent le contraire au nom de l'islam.Nous tenons à exprimer notre vive inquiétude par rapport à cette nouvelle stigmatisation" source Observatoire de l'islamisation- octobre 2014

    OBSERVATOIRE DE L'ISLAMISATION - 01 11 14

     

  • L'imâm qui a convaincu Maxence Buttey est contre l'interdiction du niqab en France

    http://www.islamisation.fr/archive/2014/11/03/l-imam-qui-a-converti-maxence-buttey-du-fn-est-contre-l-inte-5482257.html