Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 659

  • Fabius passe des consignes aux médias pour éviter « l’islamophobie »

    15 septembre 2014 par Pierrot  -  Contre-info.com

    Le politicien condamné pour sa responsabilité dans l’affaire du sang contaminé ne se cache même pas pour passer des consignes aux groupes de presse. Peu soucieux des victimes syriennes des djihadistes qu’il a lui-même soutenu contre Bachar El-Assad, il s’inquiète vivement d’un hypothétique montée de défiance à l’égard de l’islam en France.

    Ainsi afin d’éviter des amalgames il a déclaré devant les députés de l’Assemblée nationale : « je recommande de ne pas utiliser l’expression Etat islamique car cela occasionne une confusion islam, islamisme, musulman. Il s’agit de ce que les arabes appellent Daesh et de ce que j’appelle pour ma part les égorgeurs de Daesh. »

    Au cas ou le message n’avait pas été entendu par les destinataires, il en a remis une couche ce matin sur France Inter : « Le terme Etat islamique est très mauvais. Je ne suis pas d’accord qu’on les appelle l’Etat islamique, ils voudraient qu’on pense qu’ils agissent au nom des musulmans, ce n’est pas vrai »

    Merci à Walfroy

  • Terrorisme : rétablissons la peine de mort et le bagne !

     Terrorisme : rétablissons la peine de mort et le bagne ! - Pas de faiblesse face à la bestialité obscurantiste

    Pas de faiblesse face à la bestialité obscurantiste



    Jean Bonnevey
    le 15/09/2014
    Des images terribles circulent sur le net. Il s’agit d’otages décapités mais en fait égorgés avant que la tête ne soit séparée du corps, une boucherie de film de serial killer. Une telle bestialité (sauf si c’est un montage abject) devrait horrifier tous les êtres humains. Or certains, parfois des habitants de proximité, s’en réjouissent et s’en glorifient. Cette haine religieuse et raciale nous menace tous. Elle nous menace en France même.

    Il est plus que temps de réagir à la hauteur du défi.

    Il est urgent de terroriser les terroristes et leurs éventuels émules. Il est déjà bien tard. L’arsenal actuel est insuffisant, voir inutile ou pire incitatif. Notre faiblesse est  le danger majeur pour nos enfants. Il ne s’agit pas en l’occurrence d’éduquer, n’en déplaisent aux belles âmes, mais d’éradiquer. Il y a des moyens.

    Tout candidat au Djihad de retour en France, sauf pour des repentis sincères et devant le prouver, devraient être isolé de la population. Le principe de précaution dont on nous rabat les oreilles l’exige. Déchus de notre nationalité ils devraient être conduits non pas dans des prisons inadaptées et corruptrices mais dans des sites sous contrôle, ou dans des territoires et îlots lointains.
     
    Mais si l’un d’eux passait encore aux actes comme dans le cas du musée de Bruxelles ou des assassinats de Toulouse, cela ne s’arrêtera pas et il n’y a qu’une réponse dissuasive: la peine de mort. Il devrait être fusillé. Encore faudrait-il la rétablir pour terrorisme. Cela servira d’exemple et fera réfléchir, sans cependant écarter, hélas, tout danger. Car ceux qui commettent des attentats suicides ne craignent pas la mort par définition. Mais il y a tous les autres.

    Cependant  une chose est sûre. Une société qui se laisse égorger sans se défendre n’a aucune chance de protéger efficacement ses citoyens. Face au fanatisme religieux bestial, il n’y a pas de parade absolue. Il y a cependant un devoir d’auto-défense et de riposte proportionnée à l’attaque.

    Nous sommes en état de légitime défense

    Mais nous n’avons pas ou plus les moyens légaux de notre légitime défense, de neutraliser provisoirement ou définitivement les «  salopards ». Ils n’ont pas peur de nous…. C’ est pourquoi nos enfants sont de plus  en plus en danger dans un monde de moins en moins sûr.

    Aider les Américains à tuer un fanatique en Somalie, c’est une chose mais c’est prendre le risque d’une vengeance sur notre sol…..où nous ne pouvons légalement tuer personne d’ailleurs. Bombarder les barbus hallucinés d’Irak et de Syrie ,c’est se désigner encore plus comme cible. Sur notre sol, il faut se donner les moyens de supprimer les terroristes  qui agissent ou neutraliser ceux qui sont manifestement en état de passer aux actes, sans amalgame, sans chasse aux sorcières, mais avec une implacable détermination et sans états d’âmes inutiles. Ils en ont eux, des états d’âmes ?

    Rouvrir un bagne, rétablir la peine de mort, qui ose l’évoquer ? Cela parait comme de la provocation ou même une boutade. Ce ne sera donc bien sûr jamais fait. Nous en sommes devenus incapables. Nos gouvernants acculés et nos principes éculés, nous condamnent à être des otages avec le risque de nous transformer en victimes.
     
     
    METAMAG
  • Audincourt (25) : un garçon de 12 ans tabassé par le père et le grand frère d'un collégien

     

    jfdw1Zw.jpg

     

    Par le 14/09/2014                   

    23h58

    À Audincourt, un garçon de 12 ans a été roué de coups par un homme et son fils après une chamaillerie entre collégiens.

    [...] Dix jours d’interruption de travail (ITT) ont été délivrés à ce gamin de 12 ans, victime d’une vengeance punitive après une chamaillerie entre collégiens. « On ne touche pas à mon fils ! », lui a lancé le père d’un autre élève.

    [...] Tout commence mardi matin par une empoignade entre adolescents dans les couloirs du collège Jean-Bauhin d’Audincourt : « Un garçon m’a traité de Fils de chien. Je l’ai poussé. Il est tombé. Les autres se sont moqués de lui », raconte la victime. Rien de bien méchant. Élodie confirme que son fils est d’une nature calme : « Il n’a aucun problème de comportement. Je n’ai jamais eu de problème de ce type avec lui ou avec mes autres enfants. »

    [...] Après le déjeuner, l’ado reprend la route des cours. Vers 13 h 10, il attend devant le collège l’ouverture des portes : « Les grilles étaient encore fermées », tient à signaler la principale de l’établissement. À ce moment-là, le garçon entend : « Eh toi ! » Il se retourne, se retrouve face à un adulte qui lui balance une gifle : « J’ai essayé de m’enfuir. Il était accompagné d’un mineur d’environ 16 ans. Il a dit à son fils: « Chope-le ! » La victime ne sait pas qu’il s’agit du père et du grand frère du collégien avec qui il a eu des mots le matin même : « Le plus jeune m’a mis un coup de poing dans le dos. Je suis tombé. J’ai pris des coups de genou dans le ventre. J’ai entendu le père qui disait : Essaie encore de toucher à mon fils ! »

     

    Un surveillant, qui traverse la cour, voit l’attroupement à l’extérieur. Il prend ses clefs, ouvre les grilles. Son intervention puis celle du directeur de la Segpa mettent fin à l’agression : « Je suis arrivée. Je me suis attachée à éloigner le père et le fils. Ils étaient véhéments », admet la principale.

    [...] Le certificat médical mentionne des contusions à la pommette gauche, à l’épaule droite, des douleurs au thorax, abdominales, des dermabrasions aux doigts, une contusion et un œdème sous-rotuliens, des douleurs au tendon d’Achille. Le praticien évoque aussi des troubles relevant du traumatisme psychologique : anxiété, tristesse, regard baissé, attitude prostrée, mouvements des mains répétés, torsion des doigts…

    Élodie a déposé plainte tout comme la principale de l’établissement scolaire. [...]

    Source

    Merci à Cameloy

    FDS

    Les lâches: ils viennent à deux pour frapper un enfant de 12 ans !

  • Drépanocytose et remplacement de population : pour y voir plus clair

    drepanocytose-565x250.jpg

       

    Le 14 septembre 2014
    Malgré une petite marge d'erreur, les cartes de la drépanocytose publiées par Fdesouche sont remarquables et les résultats dévastateurs.
             

    L’un des rares quotidiens nationaux qui nous restent, autrefois journal français de référence, s’assigne la noble tâche de rééduquer les déviants qui pensent de travers. À cet effet, une rubrique nommée « Les Décodeurs » est supposée rétablir les faits, en vrai d’établir des contre-feux contre la progression du FN – une prétention qui semble avoir l’effet inverse si l’on en croit les nombreux commentaires négatifs des lecteurs.

    Le dernier article, « Drépanocytose, la maladie génétique qui excite l’extrême droite », est un monument du genre. Indigeste, s’attachant au détail pour faire oublier l’essentiel, compliquant à dessein, sans approche conceptuelle, vous décrochez au cours de la lecture et vous vous sentez moins intelligent à la fin. Ce qui n’est qu’un constat statistique, imparfait mais fiable, devient, dans leur conclusion, « le fantasme du Grand Remplacement » et « un racisme qui ne s’assume pas ».

    La bouillie cérébrale qui sert à nos grands inquisiteurs se retrouve chez un Sylvain Grandserre sur RMC, l’un de ces ignorants à grandes gueules, pas foutu de distinguer les flux d’immigrés (stables) des stocks de populations d’origine étrangère (par les naturalisations, et la procréation différentielle, dont la drépanocytose donne un état fidèle). J’avais donné, dans un article précédent, des chiffres très précis pour l’Allemagne où, malgré le passé nazi, on ne craint pas de chercher à connaître l’origine des gens.

    À défaut de données ethnico-religieuses, interdites en France, le test néonatal de la drépanocytose – une maladie génétique héréditaire qui frappe très peu les Européens mais a contrario toutes les populations à peau noire ou foncée (scandale !) – permet d’avoir une idée de l’origine des bébés qui naissent dans notre pays. Elle rend compte :

    - de l’origine ethno-géographique des parents (parce que l’ethnie et la culture ont à voir avec la géographie !), qu’ils soient immigrés ou naturalisés depuis longtemps ;
    - de la dynamique des naissances au sein des populations extra-uropéennes ;
    - de la répartition de ces naissances sur le territoire ;
    - de la comparaison avec d’autres pays européens ;
    - de certaines immigrations passées sur le sol européen qui permettent aux Italiens du Sud ou aux Grecs de compter parmi les populations à risque.

    Une mesure fort pertinente sous réserve de quelques précautions d’usage : mesurer la drépanocytose région par région, exclure les Dom-Tom, tenir compte des insuffisances dans la collecte d’information pour les couples mixtes ou ceux qui ne sont pas reconnaissables, par le faciès ou le nom, comme appartenant au groupe à risque.

    Malgré une petite marge d’erreur, les cartes de la drépanocytose publiées par Fdesouche sont remarquables et les résultats dévastateurs. On comprend que les déconneurs s’en émeuvent. Un seul chiffre suffit à nous convaincre du remplacement en cours : 66 % des bébés en Île-de-Françe, en 2012, doivent être dépistés ! Reste à définir ce remplacement de population. J’y reviendrai dans un article ultérieur.

    Stephan A. BRUNEL

    BOULEVARD VOLTAIRE

  • Belgique: fan de Hitler, il décore sa maison avec des croix gammées


    Un habitant de Keerbergen décore sa maison d'insignes nazi !

    La maison d'un habitant de Keerbergen (dans le Brabant flamand à environ 30 km de Bruxelles) choque en Belgique. Son propriétaire, un ancien militaire, la décore avec des objets ou des sigles nazis. 

     

       

    Des symboles SS ou HH (Heil Hitler), des croix gammées, une cheminée surmontée d'une inscription "Mein Kampf"... La maison de cet habitant de Keerbergen (en Flandre), appelée le "Nid d'aigle" choque dans son quartier. 

    L'ancien militaire qui a servi l'Armée belge en Allemagne, et qui a décidé de faire de sa maison un lieu à la gloire du nazisme assume parfaitement cette "décoration" qui fait l'apologie du IIIème Reich et a même accepté de recevoir une équipe de RTL-TVI (cf reportage ci-dessus). Il explique aux journalistes qu'il "trouve ça joli". Il précise qu'il désapprouve "les camps d'exermination" et "approuve seulement ce qui s'est passé sous le régime nazi jusqu'en 1939."

    Une plainte va être déposée

    "C'est complètement incroyable ! A quelques kilomètres de Bruxelles, c'est étonnnant qu'un tel sanctuaire du nazisme puisse exister. Le propriétaire n'essaie même pas de cacher ses convictions. Il affiche tous ces symboles nazis sur sa façade et ils sont visibles depuis la rue", a réagi Joël Rubinfeld, co-fondateur de la Ligue Belge contre l'Antisémitisme dans Sudpresse. Une plainte devrait être bientôt déposée pour négationnisme et apologie du nazisme et le bourgmestre va faire constater les infractions par la police. Pour mettre fin à ces agissements qui ont créé la polémique en Belgique. 

     

     

    2014-09-15_00h35_23.jpg

     

     

    META TV - 15 09 14

  • Percée historique de la droite patriote en Suède

    secondColumn-16x91.jpg

    Jimmie Åkesson

     

     

    14/09/2014 – STOCKHOLM (via 20 Minutes)
    Assisterait-on à un réveil des peuples chez nos cousins scandinaves ? En effet, la formation patriotique (les Démocrates de Suède) est devenue la troisième formation du pays aujourd’hui à l’issue des élections législatives, “avec quelque 10,5% des voix, contre 5,7% il y a quatre ans”. Un signe dans un pays gangrené par l’immigration et l’islamisation.

    “C’est un nouveau triomphe personnel pour leur président, Jimmie Åkesson, 35 ans, qui a fait de cette formation anti-immigration, autrefois marginale dans l’électorat, une force qui compte. Toutefois, les Démocrates de Suède (SD) restent frappés d’ostracisme par les sept autres partis du Riksdag , qui ont exclu de discuter avec eux.”

    Pour lire l’article dans son intégralité

    NOVOPRESS

  • Marseille: Guy Teissier assigné en diffamation pour avoir lié la saleté de la ville et son "africanisation"

    guyteissier_philippehuynh-minh_maxppp_640.jpg

     

    Le président de la communauté urbaine de Marseille assigné en "diffamation publique à caractère racial" par le M.R.A.P 13 devait comparaître cet après-midi. L'audience de plaidoirie est fixée au 18 novembre. 

    • Par Annie Vergnenegre
    • Publié le 09/09/2014 | 11:52, mis à jour le 09/09/2014 | 16:00
     
    © Philippe Huynh-Minh - MaxPPP
    • 2
       

     

    Le président de Marseille Provence Métropole comparaît aujourd'hui devant le tribunal correctionnel de Marseille pour "diffamation raciale" suite à une plainte déposée par le M.R.A.P (Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples).

    "Ce n'est pas parce qu'on est des gens du Midi qu'il faut qu'on s'africanise. On doit avoir un comportement normal dans notre société",


    c'est pour avoir tenu ces propos le 17 avril dernier lors de sa première sortie publique en tant que nouveau président de la CUM que Guy Teissier est assigné en justice. Ce jour là, l'élu UMP s'était adressé aux agents chargés de la collecte des ordures pour souligner "la pénibilité et les risques" de leur métier et avait appelé les Marseillais à plus de civisme. C'est le site Marsactu qui avait rapporté la phrase polémique faisant le lien entre la saleté de la ville et son "africanisation". Le journal rapportait aussi qu'une fois les micros coupés le président Teissier avait assumé la formule :

    "Vous êtes déjà allé en Afrique ? Et alors ? Ce que j'ai dit est une réalité. Je pense qu'en Afrique, la propreté n'est pas une priorité."


    Le M.R.A.P. 13, défendu par Me Philippe Chaudon a estimé que ces propos constituaient un délit de diffamation raciale et porté plainte. l'audience est prévue cet après-midi

    France 3
     

     

          
  • Le rabbin hassidique accusé de viols et de pédophilie, longtemps en fuite au Maroc, arrêté aux Pays-Bas

     

     

    La police néerlandaise a enfin mis la main sur le rabbin de 77 ans, chef d’une secte juive hassidique, en fuite depuis plusieurs mois et poursuivi en Israël pour avoir agressé sexuellement des femmes et des jeunes filles.

    Eliezer Berland a été arrêté hier [vendredi 12 septembre 2014, NDLR] à sa descente d’avion à l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol après avoir échappé à la police sud-africaine. Les autorités néerlandaises confirment l’interpellation d’un homme de 77 ans et la confiscation de son passeport, sans toutefois en divulguer le nom.

    Après sa fuite d’Israël, l’homme a élu domicile au Maroc pendant plusieurs mois avant que les autorités ne fassent pression sur lui pour qu’il quitte le pays. L’homme avait reformé son clan à Marrakech en compagnie de plusieurs de ses adeptes.

    Le rabbin Eliezer Berland a quitté Israël il y a deux ans, après les plaintes de plusieurs femmes pour agressions sexuelles. Il a parcouru le Maroc, la Suisse, le Zimbabwe, les Etats-Unis et l’Afrique tout en réussissant à échapper à la police. Il a été libéré en attendant que la justice se prononce sur son extradition.

    E&R

  • Horst Mahler prisonnier politique n° 1 en Allemagne

    arton27686-5caeb.jpg

    http://www.egaliteetreconciliation.fr/Horst-Mahler-prisonnier-politique-numero-un-en-Allemagne-27686.html

  • Détournements de fonds au Sénat: Gaudin et Longuet vont être entendus par les juges

    4102131_29a0c1d607b73eb76c217627791fcad73d0983bf.jpg

    Voici une affaire dont l' se serait sans doute bien passée, surtout deux semaines avant la tenue des sénatoriales qui doivent donner à la droite la majorité au Palais du Luxembourg, Mediapart révèle ce lundi le nom de plusieurs sénateurs UMP qui auraient bénéficié de paiements en chèques ou en espèces de la part de leur groupe parlementaire par des canaux indirects.

    <btn_noimpr>

     



    Parmi les noms cités par le site d'information en ligne, Jean-Claude Gaudin, sénateur de PACA et maire de Marseille, Gérard Longuet, ancien ministre de la Défense, Jean-Claude Carle, vice- du Sénat, et Hubert Falco, maire de Toulon et ex-Secrétaire d'Etat à la Défense et aux Anciens combattants.

    Information judiciaire ouverte

    Ces personnalités devraient être auditionnés dans les prochaines semaines par les juges d'instruction parisiens René Cros et Emmanuelle Legrand dans le cadre d'une information judiciaire pour «détournements de fonds publics», «abus de confiance» et «blanchiment». Dévoilée en mai dernier par Le Parisien, l'ouverture de cette information judiciaire a fait suite à une enquête préliminaire de plusieurs mois menée par la brigade de répression de la délinquance astucieuse (BRDA).

    Chaque année, le Sénat verse plusieurs millions d'euros au groupe UMP pour financer ses travaux parlementaires. Mais une partie de cet argent public aurait servi à alimenter l'Union républicaine du Sénat (URS) et le Cercle de réflexion et d'études sur les problèmes internationaux (Crespi). Ces associations ont ensuite redistribué cet argent à plusieurs de leurs membres en chèques ou en espèce.

    «Entre les mois de décembre 2009 et mars 2012, l'URS a édité plusieurs chèques à destination d'une trentaine des 130 représentants UMP au Sénat pour un montant avoisinant les 210 000 €», nous révélait une source proche de l'affaire en mai. Jean-Claude Gaudin aurait ainsi perçu 24 000 euros en six chèques. Hubert Falco aurait quant à lui touché 12 400 euros. D'après Le Canard enchaîné, le sénateur UMP Henri de Raincourt, fondateur et président de l'URS, aurait même bénéficié d'un virement de 4 000 euros chaque mois.

    Les versements directs aux sénateurs stoppés

    Selon cette même source, «sur la même période, un virement de 70 000 € a également été effectué par l'URS au profit du Crespi. Les comptes de l'Union républicaine du Sénat ont aussi été débités de près de 113 000 € en espèces. »

    Près de 60 000 € ont aussi été retirés en espèces des comptes du Crespi. Les fonds auraient ensuite été remis en partie à Jean-Claude Carle, le trésorier du groupe UMP au Sénat. Ces sommes auraient notamment servi à rembourser les frais de relations publiques des sénateurs UMP membres de l'URS lors des différentes élections sénatoriales.

    Rappelons qu'avant les élections du 28 septembre, le financement des élections sénatoriales n'était encadré par aucune loi, contrairement aux législatives, cantonales et présidentielles. Cependant, « depuis les articles de presse », Jean-Claude Carle affirme à Mediapart avoir stoppé les versements directs aux sénateurs, « sauf pour des frais parfaitement justifiés avec des factures ».

    Cet été, le bureau du Sénat, composé de toutes les tendances politiques, avait en tout cas pris la mesure de cette affaire par la publication d'un communiqué : « Les aides financières consenties (aux groupes politiques) par le Sénat seront désormais exclusivement destinées aux dépenses nécessaires à l’activité des groupes.»

    LeParisien.fr

  • Le Medef propose moins de jours fériés et un SMIC réformé pour "créer des emplois"

    http://www.leparisien.fr/economie/emploi/le-medef-propose-moins-de-jours-feries-et-un-smic-reforme-pour-creer-des-emplois-14-09-2014-4134711.php

  • Des immigrés se réjouissent de l'incendie d'une église en Suisse

    14/09/2014 – VERNIER (NOVOPress)
    Une fois de plus, le réel fait mentir les thuriféraires du vivre-ensemble ou les apôtres de la réconciliation. Ainsi, dans la cité multiethnique du Lignon, située dans la commune helvétique de Vernier (canton de Genève), l’église a été ravagée par un incendie. Or, une vidéo (ci-dessus) diffusée sur Internet montre des immigrés se réjouissant de l’incendie de l’église :

    Excellent cette église de merde ! Bande de fils de pute ! Eglise de merde ! Eglise de feuj ! Fils de pute ! Excellent sa mère!

  • SCOTLAND THE BRAVE - Pipes & drums

  • L'otage anglais David Haines décapité par l'EI, un "acte odieux" pour la communauté internationale

    4134089_david.jpg

    http://www.leparisien.fr/international/decapitation-de-david-haines-l-elysee-denonce-un-odieux-assassinat-14-09-2014-4134089.php

    Encore une mise en scène du N.O.M ?

  • La visite éclair de Hitler à Paris - 23 juin 1940

    4130465_11-1-411699894_545x341.jpg

    415e30dc3b1127b66acb5cd11ad44fb3.jpg  Hitler in Paris.jpg

    Paris vient de célébrer le 70e anniversaire de sa libération du joug allemand, l'un des plus grands jours de son histoire. Parmi les plus sombres, sans doute ce 23 juin 1940 où le leader nazi vient voir sa nouvelle conquête.

    Charles de Saint Sauveur | 13 sept. 2014, 07h00

     
     

     
           

    Le marchand de journaux de la place de l'Opéra, qui ajuste son présentoir, s'arrête tout à coup, comme pétrifié. Pas de doute, c'est bien Hitler, l'homme qui vient de faire tomber la ! Sanglé dans un long manteau de cuir boutonné jusqu'au col, le chef est flanqué d'une escorte qui avance d'un pas raide. La casquette, trop grande, lui mange le visage, barré par son étrange ruban de moustache.

    Ce petit tour au Palais Garnier a sorti Hitler de l'humeur maussade qui ne le quitte pas depuis que son Condor, un quadrimoteur beige, s'est posé au Bourget, à 5 h 30. La veille pourtant, il a tordu le bras à la , en lui faisant signer à Rethondes un armistice humiliant. Et en cette aube du 23 juin 1940, le voici à Paris, la ville qu'il rêve de voir en vrai, et plus seulement dans les nombreux livres de sa bibliothèque personnelle. Alors quoi, puisque tout lui sourit ? Son escorte, une trentaine de dignitaires, sait à quoi s'en tenir quand leur Führer rumine ses pensées. A l'arrière de la Mercedes qui traverse la porte de la Villette, le sculpteur officiel du III e Reich, Arno Breker, et l'architecte Albert Speer s'en tiennent prudemment à quelques généralités. Son humeur est peut-être assombrie par l'atmosphère lugubre qui enveloppe la Ville Lumière, aux mains des nazis depuis déjà dix jours. Le bruit des bottes allemandes a fait décamper un tiers des habitants, et c'est une forêt de volets clos que traverse la file des cinq berlines allemandes.

    Il est 6 heures dans ce Paris désert, quand le cortège se gare à l'Opéra. En levant les yeux sur sa façade néoclassique, ce fou de Wagner donne enfin le la : « Le plus beau théâtre du monde », s'extasie-t-il, affichant un air enfin détendu.

    A l'intérieur, il grimpe l'escalier monumental jalonné de statues, s'arrête au foyer de la danse illustré par Degas, demande à voir la loge du président de la République... Sa connaissance parfaite des plans de Garnier bluffe sa petite suite de courtisans.

    Direction la Madeleine, qui le laisse de marbre, puis la place de la Concorde qu'il trouve magnifique quoiqu'un peu trop ouverte. La décapotable de tête, où il a pris place, emprunte maintenant les Champs-Elysées vers l'Arc de Triomphe qui, selon Breker, le « transporte d'enthousiasme ».

    Il veut le même à Berlin, mais en deux fois plus grand pour célébrer l'Allemagne victorieuse ! Il faut dire que Napoléon, qui a fait édifier le monument, inspire Hitler. Aux Invalides, il s'incline longuement devant le tombeau en quartz rouge abritant les cendres de l'empereur français. Pour l'occasion, il troque son manteau pour une gabardine blanche, ôte sa casquette, s'incline légèrement puis médite de longues minutes. Il confiera plus tard avoir vécu « le plus grand et le plus beau » moment de sa vie.

    Entre-temps, il a sillonné l'ouest bourgeois vidé de ses résidents, posé pour la propagande avec la tour Eiffel en arrière-fond. Le Panthéon -- où il est gêné par l'odeur de moisi --, Notre-Dame, l'hôtel de ville, la place Vendôme, puis le Ventre de Paris. Aux Halles, un petit groupe de poissonnières s'approche. « La plus corpulente leva la main, montra Hitler et se mit à crier : c'est lui, c'est lui ! », se souviendra un accompagnateur. La Blitz Besuch (« visite éclair ») se termine au Sacré-Coeur, qualifié d'« horreur ». Peu importe puisque du haut de la butte Montmartre, tout Paris est couché à ses pieds. « Je remercie le destin. Il m'a permis de voir cette grandiose cité qui m'a toujours fasciné », lâche-t-il à Breker.

    A 8 h 30, le quadrimoteur orné d'une croix gammée redécolle du Bourget. Avant de s'évanouir dans l'horizon, il survole Paris une dernière fois, tournoyant comme un aigle surveillant sa proie.

    Le Parisien