Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 661

  • La Grèce alourdit les peines contre le négationnisme et le racisme

     

    Les peines réprimant le racisme, l’antisémitisme et les incitations à la haine vont être alourdies en Grèce, aux termes d’une loi adoptée mardi soir dans un pays où se maintient à un niveau significatif le parti d’inspiration néonazie Aube dorée.

    La nouvelle loi prévoit des peines de trois ans de prison, au lieu de deux précédemment, et des amendes pouvant aller jusqu’à 20.000 euros, pour « incitation à la discrimination, à la haine ou à la violence » sur des questions de race, de religion, de handicap ou d’orientation sexuelle. Une peine équivalente punira désormais la négation ou l’apologie de l’Holocauste, des génocides ou des crimes contre l’humanité.

    Il aura fallu plus d’un an de débats pour réformer l’ancienne législation de 1979, et des appels de la Commission européenne et du Congrès juif mondial. Le projet de loi avait été retiré l’an dernier lorsque le principal parti de la coalition au pouvoir, Nouvelle démocratie (ND, droite) avait suggéré d’exclure des sanctions les prêtres et les militaires. Or, des membres importants de l’Église orthodoxe ont déjà proféré des remarques d’inspiration antisémite ou visant les homosexuels, tandis que des vidéos ont circulé de militaires chantant des slogans anti-albanais et anti-turcs.

    La bonne performance d’Aube dorée aux dernières élections locales et européennes du mois de mai a été le déclic de l’exhumation du texte. Alors que la totalité de ses seize députés et deux ex-députés sont mis en examen, dont plusieurs en détention provisoire, dans la foulée du meurtre d’un musicien antifasciste l’an dernier à Athènes, Aube dorée est toujours bon troisième des sondages, derrière ND et Syriza, le parti de gauche radicale et loin devant les socialistes du Pasok, deuxième membre de la coalition au pouvoir. Aube dorée a réussi a réunir 16% des voix sur le nom de son candidat à la mairie d’Athènes, et à faire élire trois députés européens sur 21.

    Le leader du parti, Nikos Michaloliakos, a lui-même nié publiquement l’existence des chambres à gaz et des fours crématoires pendant la Deuxième guerre mondiale, tout en qualifiant Adolf Hitler de « personnage historique majeur du 20e siècle ».

    E&R

  • Israël: 43 soldats dénoncent l'espionnage abusif à l'égard des Palestiniens

    4046455_501bda2740cae0c1f55046cb1831bd3c0b12b532.jpg

    http://www.leparisien.fr/international/israel-43-soldats-contre-denoncent-l-espionnage-abusif-a-l-egard-des-palestiniens-12-09-2014-4129731.php

  • Conchita Wurst en concert devant le Parlement européen !

    12 septembre 2014 par CharlotteO 

    Capture d’écran 2014-09-11 à 21.26.01

    La victoire de Conchita Wurst à l’Eurovision avait été célébrée par le président autrichien Heinz Fisher comme une victoire « pour la diversité et la tolérance en Europe». Il est évident que ce drag queen barbu n’avait gagné que pour le combat homosexualiste qu’il incarnait. Et le combat continue…

    Il a été invité à se produire le 8 octobre prochain sur l’esplanade du Parlement européen à Bruxelles, par des eurodéputés issus de cinq groupes parlementaires différents, dont le PPE qui s’affiche fièrement sur l’affiche du concert et dans lequel s’inscrit… l’UMP. Parmi les organisateurs, l’écologiste autrichienne et co-présidente de l’intergroupe du Parlement Européen pour les droits LGBT Ulrike Lunacek, qui avait fait adopter en février un rapport contre l’homophobie et les discriminations liées à l’orientation sexuelle… Ce n’est évidemment pas l’éventuel talent de Conchita qui est ici mis en avant.

    Conchita Wurst, enchanté, a déclaré : « Quand on s’engage pour l’amour, le respect et la tolérance, on s’inscrit nécessairement dans un très large mouvement, soutenu par les gens en Europe et au sein du monde politique, même s’il est malheureusement aussi combattu par certaines forces ».

    Qu’il compte bien sur ces dernières pour ne rien lâcher de leur combat contre la décadence de l’Europe.


    Contre-info.com

  • Marine Le Pen veut la rupture des relations avec le Qatar et l’accord de la Syrie pour frapper l’Etat islamique

    marine-rupture-relations-qatar.jpg

     

     

    12/09/2014 – PARIS (via Le Parisien)
    C’est ce qui s’appelle mettre les pieds dans le plat. Interrogée ce matin sur Europe 1 comme le rapporte Le Parisien, la présidente du Front national, Marine Le Pen, est allée à rebours de la diplomatie française officielle. D’une part, elle exige la rupture des relations avec le Qatar et d’autre part souhaite l’accord de la Syrie de Bachar el-Assad pour les frappes aériennes contre l’Etat islamique, frappes auxquelles la France va participer avec les Etats-Unis.

    Pour Marine Le Pen :

    “[l]a première chose à faire est de s’attaquer à la tête et la tête, on le sait, ce sont des pays comme le Qatar. On ne peut pas continuer à avoir des relations économiques, des conventions fiscales avantageuses pour un pays comme le Qatar, à le laisser intervenir dans nos entreprises alors que nous savons pertinemment que c’est ce pays notamment qui aide, finance, assiste le fondamentalisme islamiste dans le monde”.

    Au cours de cette émission, Marine Le Pen a taclé François Hollande et Nicolas Sarkozy : “Je suis évidemment extrêmement inquiète du développement de ce califat pour lequel le gouvernement français porte une part de responsabilité, celui de Nicolas Sarkozy mais également celui de François Hollande. (…) Ils l’ont beaucoup renforcé, avec les Etats-Unis. C’est la conséquence des interventions en Libye et en Syrie”.

    Pour lire l’article du Parisien dans son intégralité.

    Crédit photo : Jérémy Jännick via Wikipédia (cc).

  • Guerre en Ukraine - Entretien avec un volontaire ukrainien du bataillon Aïdar

    Photo-Aidar.jpg

     

     

     

    Hommes du bataillon Aïdar. Source : Kyiv Post (www.kyivpost.com)

    Maksym Kozub est un Ukrainien de Kiev qui s’est porté volontaire pour défendre son pays et a rejoint le bataillon Aïdar le 7 juillet dernier. S’il connaît bien la langue ukrainienne et ne se considère pas purement russophone, on parlait russe chez sa mère et il parle toujours le russe à la maison avec son épouse. Blessé par balle au bras le 5 août, il a été transféré à l’hôpital de Kiev après être passé par celui de Kharkiv. Aujourd’hui en convalescence, il a accepté de répondre à mes questions pour les lecteurs de Nouvelles de France. L’entretien s’est déroulé le 1er septembre au téléphone en langue polonaise, une des deux langues étrangères, avec l’anglais, que Maksym utilise dans son métier de traducteur-interprète dans le civil. C’est par un ami commun que j’ai pu faire sa connaissance.

    Il n’a pas été facile de trouver un moment pour cet entretien car si Maksym a eu de la chance, il passe sa convalescence à épauler ses camarades du bataillon Aïdar transférés à l’hôpital de Kiev avec des blessures plus graves : rein amputé (un soldat de la région de Louhansk, aujourd’hui mort des suites de ses blessures), bras arraché, et autres blessures de guerre.

    Voici la transcription de notre entretien :

     

    Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre bataillon Aïdar ?

    Ce sont pour beaucoup des volontaires du Maïdan, mais moi par exemple je n’étais pas au Maïdan. J’étais auprès de ma mère malade, aujourd’hui décédée. Je pense que la proportion d’Ukrainiens du bataillon Aïdar qui étaient soit au Maïdan soit dans les manifestations dans leur ville, à Kharkiv par exemple, est d’environ 80 %.

     

    En quoi les unités de volontaires comme le bataillon Aïdar diffèrent-elles des unités régulières de l’armée ukrainienne avec des militaires professionnels et des appelés ?

    Du point de vue de notre ministère de la Défense, c’est une unité comme une autre. La différence, c’est que les combattants qui nous rejoignent viennent d’eux-mêmes. Moi-même, je suis arrivé comme volontaire le 7 juillet au bataillon Aïdar. Auparavant, j’avais juste eu un contact téléphonique avec les gens du bataillon pour leur dire que je voulais me joindre à eux. C’est seulement une fois que je suis arrivé au bataillon que j’ai été officiellement mobilisé par l’armée pour régulariser ma situation.

     

    De votre point de vue, à quoi ressemblaient les combats auxquels vous avez participé : guerre régulière, guérilla, guerre civile, chasse aux terroristes ?

    [Long moment d’hésitation] Quand j’étais près de Metalist, dans les environs de Louhansk, nous occupions nos positions et on nous tirait dessus avec des lance-roquettes Grad et des mortiers, mais en réalité on ne voyait pas ceux qui nous tiraient dessus. Il y avait l’artillerie ukrainienne à une centaine de mètres qui tirait, et ceux d’en face tiraient dans notre direction. Je savais que l’endroit d’où les tirs provenaient était tenu par les séparatistes, mais je ne les voyais pas. Je ne peux pas dire combien il y avait de gens de la région dans les rangs des séparatistes et combien de Russes. Nous savions qu’il y avait aussi des gens venus de Russie, mais je ne peux pas dire quelles étaient les proportions. Du point de vue militaire, c’est une guerre régulière qui se déroule là-bas, avec des tirs de notre artillerie contre les lance-roquettes Grad d’en face.

    Plus tard, quand nous étions à Verhounka [également dans les environs de Louhansk, ndlr], quand j’ai été blessé, les gars se sont encore battus pendant plusieurs heures et après, quand j’étais à l’hôpital, ils m’ont dit qu’ils avaient trouvé des papiers russes sur plusieurs des types d’en face. Aujourd’hui on entend parler d’une présence non dissimulée de troupes russes, mais quand j’y étais, c’était encore ce concept de « guerre hybride » qui prévalait : on ne les voyait pas vraiment. On savait qu’ils avaient des instructeurs russes, qu’il y avait des Spetsnaz en face, mais on voyait aussi un nombre important de gens de la région qui avaient cru à la propagande russe.

     

    Justement, quel était le rapport des gens du coin à l’armée ukrainienne ? Vous paraissaient-ils hostiles ou au contraire favorables à votre présence ?

    Quand j’étais près de Metalist, il y avait un petit village près de nous. J’y avais été une fois avant la guerre, il comptait peut-être une centaine d’habitants. Aujourd’hui il en reste une quarantaine. Et les gens qui restent ont bien compris maintenant à qui ils ont affaire. Les séparatistes leur tiraient dessus depuis Louhansk avec leurs lance-roquettes Grad, alors que nos positions étaient à près d’un kilomètre de là. Il n’y avait aucune unité ukrainienne dans ce village, mais ils essuyaient des tirs de roquettes quand même. Plusieurs maisons avaient été détruites. Une fois, mon supérieur m’a demandé de prendre quelques hommes de mon peloton et d’aller voir s’il n’y avait pas des blessés à secourir dans ce village. Par bonheur personne n’avait été blessé. Nous avons discuté un instant avec des habitants, et une famille nous a raconté que quand leur village avait essuyé des tirs de roquettes depuis Louhansk la semaine d’avant, sept de leurs neuf cochons avaient été tués. La femme nous dit « Mais quand cette guerre sera-t-elle donc finie ? ». Et moi je lui réponds qu’elle sera finie quand nous aurons réglé leur compte à ces imbéciles qui leur tirent dessus depuis Louhansk. La paysanne me dit alors : « Tuez-les tous, les gars, tuez-les tous le plus rapidement possible ! ».

     

    Je vous pose la question par curiosité : cette dame parlait-elle en ukrainien ou en russe ?

    En russe. Elle a même utilisé la même expression que Poutine une fois, pour dire qu’il fallait tuer les terroristes jusque dans les chiottes.

    À chaque fois que j’ai eu l’occasion de discuter avec des gens, ils étaient pro-ukrainiens.

     

    Donc pour vous ce n’est absolument pas une guerre civile mais une guerre contre les Russes ?

    Ce n’est pas si simple que cela. Il y a bien des habitants de la région dans les rangs des séparatistes. Des gens qui pensaient qu’il fallait se défendre contre les « fascistes venus de Kiev », comme leur a expliqué la télévision russe qu’ils regardent. Mais les habitants voient que la réalité est différente, que l’armée ukrainienne n’est pas venue pour les massacrer. Ils voient bien que nous ne nous attaquons pas aux civils. Et en face ils voient tous ces bandits à moitié saouls de la « République populaire » de Louhansk et de Donetsk qui pilonnent des villages où il n’y a que les habitants, et ils commencent à comprendre qu’ils se sont fait avoir.

     

    Qu’est-ce qui vous a le plus incité à vous engager dans cette guerre ? Vous n’étiez-pas obligé, n’est-ce pas ?

    Bien entendu que je n’étais pas obligé. Je vous l’ai dit, j’étais volontaire. Je n’avais pas été mobilisé. Dans le bataillon Aïdar, il n’y a pas de gars mobilisés, nous sommes tous des volontaires. Les seuls soldats mobilisés, il y en avait quatre, c’étaient des gars qui avaient demandé ensuite à rejoindre notre bataillon. Il y en avait un dans mon peloton, il était d’abord stationné à Kiev et il avait demandé à être affecté dans la zone de l’opération antiterroriste dans l’est.

    Ce qui m’a incité à m’engager ? Vous savez, c’est mon pays. Je vois que mon pays ne peut pas vivre normalement, ses habitants ne peuvent pas vivre normalement, parce que des gens viennent de Russie et parce que les Russes poussent des Ukrainiens à se soulever avec leur propagande. En plus, j’ai des amis à Horlivka, à Donetsk. Des collègues traducteurs-interprètes comme moi, des gens qui travaillent à l’université, et d’autres encore. Certains ont dû partir ou faire partir leur femme et leurs enfants et ils disent : « On ne peut pas vivre et travailler normalement chez nous, parce qu’il y a ces idiots de ces « républiques populaires » qui occupent nos villes, qui tuent des gens, etc. »

    Quand j’ai rejoint Aïdar et que j’ai été mis à la tête d’un peloton de 25 hommes, il y en avait onze qui provenaient du groupe d’autodéfense local, des villages du coin, du district de Starobielsk, dans l’oblast de Louhansk. Ils m’ont raconté comment ça avait commencé, comment ils avaient essayé de convaincre les gens de ne pas croire à toutes ces foutaises de la propagande russe, qu’ils n’avaient rien à gagner avec ces « républiques populaires ». Et après ils ont rejoint le bataillon Aïdar parce qu’ils ont vu qu’il fallait se battre s’ils voulaient pouvoir recommencer à vivre normalement.

    Pour moi, c’est ma deuxième guerre. En 1993 je me suis porté volontaire pour me battre aux côtés des Géorgiens avec une unité d’Ukrainiens. Nous étions tous volontaires. J’ai chez moi un document qui certifie que Maksym Kozub a participé à la défense de la souveraineté et de l’intégrité de la Géorgie. Si j’ai pris part à la défense de la Géorgie, comment est-ce que j’aurais pu ne pas prendre part à la défense de mon propre pays ?

     

    Vous aviez déjà une expérience militaire avant la Géorgie ?

    J’avais uniquement fait mes deux ans de service militaire de 1986 à 1988 dans l’armée soviétique dans l’Extrême-Orient russe.

     

    Vous vous considérez comme antirusse ?

    Ce qui est triste aujourd’hui pour moi, c’est que la Russie, un pays qui m’est proche, un pays que j’aimais bien, où j’ai énormément d’amis, que cette Russie se comporte de cette manière. Ma femme est citoyenne russe. Elle va demander maintenant la nationalité ukrainienne, mais elle est encore citoyenne de Russie. Elle a quitté la Russie il y a onze ans. L’année dernière nous avons fait venir sa mère à Kiev. C’est triste qu’une partie aussi importante des Russes aient cru à toute cette propagande qu’on leur sert et qu’ils soutiennent Poutine. Bien sûr, parmi mes amis, la proportion est différente. Il y en a avec qui on ne se parle plus, mais les trois quarts de mes amis russes m’écrivent qu’ils regrettent profondément ce qui se passe, qu’ils ont honte de ce que fait leur pays et qu’ils soutiennent l’Ukraine. Quand j’écris quelque chose sur mon profil Facebook, j’ai des tas d’amis russes qui expriment leur soutien.

    Il ne faut pas non plus confondre la Russie et son gouvernement actuel. Moi et ma femme, nous ne remettrons pas les pieds en Russie tant qu’il n’y aura pas un changement radical là-bas. Cela ne veut pas dire que je suis antirusse. Il y a des gens ici qui n’aiment pas les Russes en général, mais ce n’est pas mon cas. Je regrette simplement qu’une grande partie de la population russe semble souffrir de troubles mentaux en ce moment.

     

    Vous parlez le russe à la maison, avec votre épouse : que pensez-vous de la loi votée par le parlement après la révolution du Maïdan, qui a retiré au russe son statut de langue officielle en Ukraine ?

    Ce que je peux dire, c’est qu’aucune des personnes qui ont parlé de cette loi à la télévision russe ne l’avait lue avant de donner son avis. Moi, je l’ai lue et je peux donc en parler.  Il n’y a rien de si terrible que cela dans cette loi, même si c’était une très mauvaise idée de faire une loi de ce type, surtout à ce moment-là. Je comprends qu’on ait voulu défendre la langue ukrainienne, mais ce n’était pas la meilleure manière de le faire, même si ce n’était absolument pas la loi fasciste qu’on a présentée. Et surtout cette loi n’a jamais interdit aux russophones de parler le russe !  Un exemple de ce que stipule cette nouvelle loi, c’est que quand un patient se rend chez un médecin dans un centre de santé public, si le patient ne connaît pas l’ukrainien, qu’ils n’ont pas de langue commune et qu’il faut faire venir un interprète, l’interprète est à la charge du patient.

     

    Pour revenir aux opérations de guerre, quand vous étiez au front, quel type de matériel militaire utilisiez-vous ? Avez-vous des équipements américains et avez-vous été témoin d’un soutien des États-Unis en faveur des opérations militaires de l’armée ukrainienne ?

    Non, nous n’avions pas d’équipements américains, mais par contre il y avait parfois des rations alimentaires américaines.

     

    Vous n’avez jamais vu d’armes américaines ?

    Non, jamais. Nous avons des kalachnikovs et des équipements de l’armée ukrainienne.

     

    Et avez-vous rencontré des volontaires américains ou européens ?

    Je n’ai jamais rencontré d’Américains, mais il y avait dans le bataillon Aïdar un Canadien d’origine ukrainienne. J’ai aussi vu deux volontaires suédois. Mais quand j’ai demandé une fois de leurs nouvelles, mon collègue m’a dit qu’ils étaient repartis une fois leur temps de séjour légal de 90 jours terminés.

     

    Ils étaient d’origine ukrainienne ?

    Pas autant que je sache, c’étaient bien des Suédois.

     

    Sur votre site professionnel de traducteur-interprète, vous expliquez que vous êtes chrétien orthodoxe et que par conséquent vous ne traduisez pas par exemple les sites érotiques. Votre foi a-t-elle joué un rôle dans votre décision de risquer votre vie pour défendre votre patrie ?

    Non. Pour être franc il faut que je mette mon site professionnel à jour, même si je ne vais toujours pas traduire ce genre de site. Je suis devenu chrétien quand j’avais 33 ans, après un long cheminement vers Dieu, mais j’ai quitté l’Église il y a un an, à 45 ans. J’ai enlevé la croix que je portais. Je ne suis pas devenu athée, mais j’ai décidé que je ne voulais pas penser à l’éternité. Je veux vivre ma vie sur cette Terre sans penser à ce genre de choses. La foi n’a joué aucun rôle dans ma décision. Je sais que ce qui est écrit dans les Évangiles est vrai, je suis resté ami avec des chrétiens, y compris avec quelques prêtres orthodoxes et catholiques, et aussi avec des protestants. Je ne suis pas devenu hostile à la religion chrétienne, mais je ne veux plus m’y intéresser.

     

    Vous avez l’intention de retourner au front ?

    Je dois attendre encore un mois et demi pour pouvoir utiliser mon bras normalement. Je pensais que d’ici là la guerre serait finie, mais il semble aujourd’hui que cela doive durer plus longtemps [l’entretien s’est déroulé alors que les séparatistes appuyés, d’après les Ukrainiens, par des unités de l’armée russe venaient d’ouvrir un nouveau front en direction de Marioupol, ndlr]. Si la guerre dure encore quand je pourrai à nouveau me battre, j’y retournerai.

    Nouvelles de France - 10 09 14

  • Le vol MH17 de Malaysia Airlines rempli de cadavres plastinés ?

    9 septembre, 16:47

      
     

    Par La Voix de la Russie | Un rapport intermédiaire du Bureau d'enquête néerlandais pour la sécurité sur le crash du MH17 a été publié ce mardi 9 septembre à 10 heures, mais n'apporte rien sur les détails concernant les corps car c'est le document final qui devrait en faire cas. Comme l'explique Alain Benajam du comité France-Donbass pendant la conférence de presse donnée à Paris samedi 6 septembre « la Hollande est sous la domination américaine et rien ne sortira ! ».

    Une secouriste ukrainienne arrivée sur le lieu du crash de l'avion de la Malaysia Airlines a apporté un témoignage inédit en expliquant que les corps sentaient la chimie de manière très forte à en brûler les yeux et que les cadavres n'étaient pas des Occidentaux mais surtout des Asiatiques et que la majorité des corps étaient sans vêtement (seuls 20 avaient des habits). Cette odeur de chimie à en brûler les yeux est ce phénomène qu'on ressent en approchant les corps de la plastination, la grosse usine de recyclage de cadavres basé en Allemagne dans la ville de Guben mais aussi en Chine à Dalian avec l'immense filiale de la société allemande. Au delà de Plastinarium, une autre société allemande, Tutogen, commande entre autres, comme le montre un livre de 2008 et un reportage de 2011, ses cadavres en Ukraine par Kiev pour alimenter le marché lucratif mondial en pièces détachées humaines qui passe par l'Allemagne en direction des Etats-Unis.

    Dans les cadavres du crash du MH17, selon le témoignage de la secouriste, il n'y avait pas de sang, « les corps étaient comme s’ils avaient été vidés de leur sang » et ils ressemblaient à des mannequins. Berlin soutient Piotr Porochenko. La CDU a fondé le parti UDAR du maire de Kiev. Les autorités allemandes autorisent le recyclage de cadavres sur son territoire dans la fabrique de Guben et la construction cet automne à Berlin d'un musée de cadavres recyclés. En tenant compte du témoignage de la secouriste, est-ce que les cadavres de l'avion malaisien seraient des produits de la fabrique allemande et le résultat d'une mise en scène macabre sortie des bureaux berlinois et de Washington pour accuser la Russie ?

    La plastination et Tutogen Medical GmbH. Le crash du vol MH17 n'a pas dévoilé tous ses secrets ce 9 septembre mais souligne l'horreur de la guerre en Ukraine et l'abominable commerce des corps au niveau industriel à des fins inavouées. Les deux sociétés Plastinarium et Tutogen sont allemandes. La plastination qui a son siège historique dans la ville de Heidelberg a mis en place un vaste programme de recyclage des cadavres à la chaîne où sous couvert de recherche scientifique, des millions de dollars sont réalisés en quelques semaines. Du grand public, la fabrique est connue pour transformer des cadavres en œuvres d'art et réaliser des expositions mondiales en Allemagne, au Royaume Uni, en Belgique, en Autriche, en Italie, aux Etats-Unis …, sauf en France où les autorités ont décidé à son premier essai en 2009 à Paris de l'interdire pour atteinte à la dignité humaine. Sur le site de Tutogen Medical GmbH on lit «Tutogen Medical, dont la maison mère est en Allemagne, est une filiale de RTI Biologics, Inc., une société née en février 2008 de la fusion de Tutogen Medical, Inc. et de Regeneration Technologies, Inc. La société est l'un des principaux fournisseurs au monde de greffons tissulaires stériles à des fins chirurgicales» et « en développant le procédé Tutoplast® dans les années 1970, la société a intégré dans un procédé unique tous les aspects importants associés à la conservation de tissus ». Courrier International a publié en novembre 2009 un article qui dénonce le trafic d'organes prélevés en Ukraine par Tutogen en évoquant la collaboration entre le ministère de la Santé ukrainien et Tutogen. Selon la journaliste allemande Martina Keller, auteur du livre « Ausgeschlachtet. Die menschliche Leiche als Rohstoff » (« Dépecé. Le corps humain comme matière première », publié en 2008), un seul corps, une fois découpé en plusieurs éléments et traité, peut rapporter jusqu’à 250 000 dollars. La télévision allemande a réalisé un reportage sur ce commerce en 2011 et explique que ce trafic continue et que le Land de Bavière n'a rien fait pour l'interdire car Tutogen se trouve à Neunkirchen, en Franconie. Sur le site de Plastinarium on lit que le lancement de la plastination à grande échelle a commencé en 1977. Nous ne pouvons pas encore établir un lien entre les deux sociétés allemandes ni affirmer une implication de leurs activités dans le vol MH17. En tout cas le trafic d'organes et de corps a eu lieu avant la crise en Ukraine, durant les tueries de Maïdan, et ont toujours lieu aujourd'hui en Ukraine, comme le révèle de nouveau la découverte de corps dépecés en Ukraine où des organes manquent. Ces industries de recyclage existent et possèdent les moyens techniques et financiers comme la matière première pour pouvoir participer à la réalisation de la mise en scène macabre du vol MH17. Comme une secouriste insiste sur la présence de formol à très forte dose et de corps en plastique, pourquoi ne pas envisager cette piste, surtout que l'Allemagne ne dit rien sur ces commerces qui ne sont qu'un immense trafic de corps humains et que le premier rapport hollandais ne parle pas de l'état des cadavres ?

    Odeur de chimie et auréole verte. La télévision Anna News a publié le témoignage d'une femme secouriste qui commente les photos du crash du vol MH17. « Je suis arrivée 20 minutes après le crash. Les corps qui gisaient sur la route asphaltée étaient entourés d'une auréole humide. Ce n'était pas du sang. C'est peut être du gras ou un liquide, tout mais pas du sang. Et dans la nuit ces morceaux de corps émettaient une lumière phosphorescente verte. En plus ça sentait incroyablement fort et pas la décomposition comme les précédents témoignages le disent mais ça sentait un produit chimique. C'était impossible de rester à côté du plus gros débris de l'avion. Cela piquait les yeux. Cela sentait le formol, un produit employé pour la conservation des corps » - Dans la fabrique de Guben (Plastination), pour exemple, les ouvriers, souvent des chômeurs en fin de droit obligés par l'Arbeitsagentur d'y travailler sous la menace de perdre leurs allocations, mettent les cadavres dans des cuves et les dépècent. « Les cadavres n'étaient pas dispersés sur la scène de l'accident. La plupart des corps étaient réunis en un tas même si des corps ont été trouvés dans un rayon de 10 kilomètres. Sur le lieu du crash on a trouvé de nombreux oiseaux morts. Sur ces oiseaux on a trouvé du sang frais et sec. Mais parmi les cadavres nous n'avons pas trouvé une seule goutte de sang même dans le cas où les têtes étaient scindées en deux. Quand nous avons travaillé sur le site, une femme reporter habituée à plusieurs scènes de crashs d'avion a expliqué que normalement il y a un océan de sang. Durant les premières 30 minutes où je me trouvais sur le lieu de la catastrophe je ne pouvais pas croire que ces corps étaient vrais. Ils étaient comme des mannequins d'un magasin ». En montrant une photo à la journaliste de Anna News, la secouriste dit, « Regardez ici ! Ce corps est totalement abîmé et on ne voit pas de sang ! », et quand la journaliste dit qu'il y avait donc une forte odeur de formol et de décomposition, la secouriste reprend, « non, pas de décomposition, de formol ». Montrant une autre photo la secouriste dit que les corps étaient « comme gonflés, comme en plastique, comme des corps en plastique de couleur jaune ». La secouriste parle de la présence de nombreux documents comme les passeports qui sont restés intacts avec beaucoup de papier et que rien n'a été brûlé. « Il y avait un grand nombre de valises avec des vêtements d'hiver alors que nous étions en été et toutes les photos des appareils photos ou des téléphones portables dataient de l'année 2013 », fait remarquer la secouriste. /N

     

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.
    Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_09_09/Le-vol-MH17-de-Malaysia-Airlines-rempli-de-cadavres-plastines-2630/

  • Michèle Delaunay (PS) veut “de nouveaux droits pour les lesbiennes, gays, bi et transsexuels (LGBT) âgé-e-s”

    michele_delaunay.jpg

     

    11/09/2014 – BORDEAUX (via Infos Bordeaux)
    Dans un communiqué de presse, Michèle Delaunay (photo),député socialiste de Bordeaux, annonce avoir déposé « un amendement visant à reconnaitre de nouveaux droits aux lesbiennes, gays, bi et transsexuels (LGBT) âgé-e-s ou vieillissant-e-s ».

    Très en pointe dans le soutien au communautarisme homosexuel, l’ancien ministre souhaite « préciser par circulaire le cadre réglementaire qui prévoit que l’admission en établissement est examinée sous l’angle de la capacité de soins de la structure et qu’elle doit respecter le droit commun et donc la non-discrimination (face à la pathologie, l’identité de genre, l’orientation sexuelle,…) ».

    La fille de l’ancien préfet de région demande également que « l’Etat accorde son soutien à un lieu de mémoire et d’archives de la communauté homosexuelle ».

    Déposé hier à l’assemblée nationale, cet amendement n’a pas été jugé recevable. La socialiste assujettie à l’ISF (impôt sur la fortune) défendra cependant cette cause « dans le cadre du projet de loi de finances pour 2015 ».

    Crédit photo : DR.

  • Paris: un chauffeur de taxi battu par des clients meurt après une crise cardiaque

    4127317_taxi-lp.jpg

    Un chauffeur de taxi d’une cinquantaine d’années est mort ce jeudi à Paris, après avoir été violemment agressé par des clients et fait un malaise cardiaque. Selon Europe 1, qui a révélé l’information, une patrouille de police, vers 8h20, a découvert le taxi, portières ouvertes au bord de la voie, à proximité des Invalides (7e arrondissement).

     

    Le véhicule était vide et les fonctionnaires ont découvert un peu plus loin le chauffeur allongé sur le sol, chevauché par une femme qui lui assénait des coups de talons aiguilles.

    D’après les informations recueillies par le Parisien, le chauffeur et ses trois passagers, deux femmes et un homme âgés d’une vingtaine d’années auraient eu une altercation verbale au cours du trajet pour une raison qui reste à déterminer. Le conducteur aurait alors demandé à ses passagers de sortir de son véhicule. Devant leur refus, il prévoyait de se rendre au commissariat quand ses passagers auraient commencé à le frapper violemment. Le chauffeur de taxi continuait de subir des coups quand les fonctionnaires de police l’ont découvert allongé au sol. Il était néanmoins conscient et envisageait de porter plainte contre ses «clients», interpellés par la police.

    C’est à l’arrivée au commissariat que l’homme a été victime d’un malaise cardiaque et a succombé. Ses trois agresseurs présumés ont été placés en garde à vue.

    Le  Parisien

  • La France en première ligne en Irak

    PHOa8743d70-39cf-11e4-82e9-981a21cf099a-805x453.jpg

    François Hollande se rend vendredi à Bagdad pour marquer l'engagement français dans la guerre contre l'État islamique.

     
     

    François Hollande sera vendredi en Irak pour une visite éclair visant à apporter le soutien de la France au gouvernement fraîchement formé à Bagdad et à préciser sa stratégie à l'encontre des djihadistes de l'État islamique (EI). Un mouvement que Barack Obama s'est promis, lors d'une allocution solennelle depuis la Maison-Blanche, de «détruire» grâce à une «stratégie antiterroriste globale et soutenue».

    Pour d'évidentes raisons de sécurité, le programme du voyage est resté secret jusqu'au dernier moment. Outre Bagdad, le chef de l'État pourrait se rendre à Erbil, la capitale du Kurdistan irakien. Il sera accompagné de Laurent Fabius et de Jean-Yves Le Drian. Le chef de la diplomatie s'était rendu dès le 10 août au Kurdistan irakien, pour y superviser une livraison d'aide humanitaire française aux réfugiés qui fuyaient la progression fulgurante des djihadistes.

    À Bagdad, François Hollande devrait rencontrer le président irakien, Fouad Massoum, et le premier ministre, Haïdar al-Abadi, dont le gouvernement de rassemblement a été approuvé lundi par le Parlement irakien. Plusieurs portefeuilles clés, dont ceux de la Défense et de l'Intérieur, restent toutefois à pourvoir.

    Lundi prochain, François Hollande retrouvera son homologue irakien à Paris pour une conférence sur «la paix et la sécurité» en Irak qu'ils coprésideront autour de trois objectifs: affirmer le soutien de la communauté internationale au nouveau gouvernement irakien, coordonner la lutte contre l'EI et engager les efforts humanitaires et de reconstruction de l'Irak.

    Sa visite en Irak sera l'occasion pour le chef de l'État de fixer la stratégie de la France à l'égard de l'EI, au sein de la coalition internationale annoncée en marge du sommet de l'Otan, la semaine dernière. Sur le plan militaire, l'engagement français «est en cours de planification», indiquait-on à l'état-major des armées où l'on se refusait à commenter l'information d'Europe 1, évoquant un prochain déploiement sur le terrain de 250 soldats des Forces spéciales.

    Mercredi, la France avait annoncé, par la voix de Laurent Fabius, qu'elle participerait «si nécessaire à une action militaire aérienne» en Irak. Dès la fin de la semaine dernière, au pays de Galles, François Hollande avait indiqué que Paris était disposé à concourir, «dans le respect du droit international», à la coalition internationale que Washington s'efforce de réunir contre l'EI.

    «La détermination des égorgeurs de Daesh (acronyme de l'État islamique en arabe) est forte, la nôtre doit l'être plus encore», a encore souligné le chef de la diplomatie française mercredi devant l'Assemblée nationale.

    Les États-Unis ont exclu de déployer des troupes au sol pour lutter contre les djihadistes. Barack Obama a néanmoins annoncé l'envoi en Irak de 475 conseillers militaires supplémentaires - une initiative saluée par Bagdad. Cela portera à 1600 le nombre de militaires américains présents dans le pays. Depuis le 8 août, les États-Unis ont effectué plus de cent frappes contre l'EI en Irak. La Grande-Bretagne semblait réticente à mener des frappes en Syrie, mais David Cameron a toutefois précisé que «rien n'est exclu». Pour sa part, la Russie s'est fermement opposée à des frappes en Syrie. Sans aval de l'ONU, celles-ci constitueraient une «violation grossière» du droit international, a estimé jeudi le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

    LE FIGARO

  • Allocution de Jean-Marie Le Pen aux Jeunes du Front National présents à l’Université d’été de Fréjus.

     8.9.14

     

     
      
    Chers amis,
     
    Vous avez un point commun, et vous l’ignorez certainement, avec le Parlement européen, c’est que je suis son doyen et le vôtre.
     
    Fréjus, ville symbole des combattants tombés pour la plus grande France, celle d’au delà des mers.
     
    Ville symbole aussi de nos espérances réalisées ici par la victoire électorale de son jeune maire David Rachline.
     
    Ville symbole de l’engagement patriotique du Front National de la jeunesse.
     
    En exergue, permettez-moi de vous lire un texte, que je crois essentiel :
     
    La jeunesse n'est pas une période de la vie,
    Elle est un état d'esprit, un effet de la volonté,
    Une qualité de l'imagination, une intensité émotive,
    Une victoire du courage sur la timidité,
    Du goût de l'aventure sur l'amour du confort.
     
    On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d'années :
    On devient vieux parce qu'on a déserté son idéal.
    Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l'âme.
    Les préoccupations, les doutes, les craintes et les désespoirs
    Sont les ennemis qui, lentement, nous font pencher vers la terre
    Et devenir poussière avant la mort.
     
    Jeune est celui qui s'étonne et s'émerveille. Il demande
    Comme l'enfant insatiable : Et après ? Il défie les événements
    Et trouve de la joie au jeu de la vie.
     
    Vous êtes aussi jeune que votre foi. Aussi vieux que votre doute.
    Aussi jeune que votre confiance en vous-même.
    Aussi jeune que votre espoir. Aussi vieux que votre abattement.
    Vous resterez jeune tant que vous resterez réceptif.
    Réceptif à ce qui est beau, bon et grand. Réceptif aux messages
    De la nature, de l'homme et de l'infini.
     
    Si un jour, votre cœur allait être mordu par le pessimisme
    Et rongé par le cynisme, puisse Dieu avoir pitié de votre âme de vieillard.
    Général Mac Arthur
     
     
    La jeunesse a des droits
    Et d’abord, celui de l’espérance,
    Celui de vivre libre dans un pays digne de son passé, droit à l’héritage conquis par ses ainés, par leurs efforts et par leurs sacrifices,
     
    Mais la jeunesse a aussi des devoirs
    Et d’abord, celui d’assurer l’avenir de la France, celui de transmettre l’héritage de liberté, d’égalité et de fraternité gagné dans le respect du travail, l’amour de la famille, le dévouement à la patrie.
     
    Notre présence, ici à Fréjus, les commémorations dont usent et abusent les cloportes de cimetières nationaux doivent vous rappeler que c’est la jeunesse qui meurt sur les champs de bataille.
     
    14-18 - un million et demi de morts – 4 millions de blessés
    39-45 - 650 000 morts et depuis, l’Indochine, l’Algérie, les théâtres d’opérations extérieurs
     
    Le pays est en décadence dans tous les domaines après 50 ans de gouvernements UMPS, gauche et droite. Leur crime : l’immigration massive et ses conséquences directes et indirectes : insécurité, chômage, déficits budgétaires et sociaux, régression économique, dégradation de l’éducation nationale. C’est le problème n°1, celui dont va dépendre notre avenir !
     
    Toutes les courbes vont dans le mur.
     
    Tout est apparemment perdu, même l’honneur.
     
    Mais vous ne devez jamais oublier que dans la longue histoire de notre peuple français, il y a des situations désespérées, des sursauts salvateurs, parfois providentiels, comme celui de Jeanne d’Arc, celui toujours d’une minorité de patriotes, finissant par entrainer le peuple.
     
     
    Le sursaut
     

     
    Nous avons la chance d’avoir Marine comme Présidente. C’est elle qui va conduire le combat de la renaissance.
     
    Mais, vous, vous les jeunes, réunis ici, symboles de la jeunesse française en désarroi, c’est vous qui serez le fer de lance de ce combat, qui devra être mené chaque jour, pour convaincre les Français et les mobiliser.
     
    Nous allons vivre ensemble l’épisode le plus important peut-être de notre histoire.
     
    Et nous allons avec tous les Français, et par votre exemple, tous les patriotes européens, remporter la victoire.
     
     
    Vive Marine, Vive le Front National de la jeunesse, Vive la France!
  • Treize ans après le 11 Septembre, l’aveuglement persiste

     

    Thierry Meyssan fut le premier à démontrer l’impossibilité de la version officielle des attentats du 11 septembre et à en conclure à une modification profonde de la nature et de la politique du régime états-unien. Alors que la plupart de ses lecteurs continuent à se passionner pour cette journée, il a poursuivi son chemin et s’est engagé contre l’impérialisme au Liban, en Libye, et aujourd’hui en Syrie. Il revient ici sur cette folle journée.

    Les évènements du 11 septembre restent gravés dans la mémoire collective sous la forme planifiée par les médias : des attentats gigantesques ont frappé New York et Washington. Mais l’enjeu de pouvoir qui a profondément changé le monde ce jour-là est toujours occulté.

    Vers 10 h le matin, alors que les attentats contre le World Trade Center et le Pentagone avaient déjà eu lieu, le conseiller anti-terroriste de la Maison-Blanche, Richard Clarke, a enclenché le programme de « continuité du gouvernement ». Ce programme vise à remplacer l’Exécutif et le Législatif en cas de destruction lors d’une guerre nucléaire. Il n’avait aucune raison d’être mis en œuvre ce jour-là. Dès lors, le président George W. Bush a été démis de ses fonctions au profit d’un gouvernement militaire.

    Durant toute cette journée, les membres du Congrès et leurs équipes ont été pris en charge par le Pouvoir militaire et placés aux arrêts dans deux bunkers sécurisés, situés à proximité de Washington, Greenbrier complex (Virginie occidentale) et Mount Weather (Virginie).

    Le pouvoir n’a été rendu par les militaires aux civils qu’en fin de journée et le président Bush a pu s’adresser à ses concitoyens à la télévision vers 20 h.

    Durant cette journée, l’ex-président George W. Bush a erré dans le pays. Sur les deux bases militaires dans lesquelles il s’est rendu, il a exigé de traverser le tarmac dans un blindé, craignant d’être tué par un de ses soldats. Le président Vladimir Poutine, qui a cherché toute la journée à le joindre par téléphone pour éviter un malentendu et une accusation lancée contre la Russie, n’y est pas parvenu.

    Vers 16 h, le Premier ministre israélien, Ariel Sharon, intervint à la télévision pour dire aux États-Uniens que les Israéliens connaissaient depuis longtemps les affres du terrorisme et partageaient leur douleur. Au passage, il a annoncé que les attentats étaient finis, ce qu’il ne pouvait savoir qu’en y étant mêlé.

    Nous pouvons discuter indéfiniment des incohérences de la version officielle de ces attentats, mais il n’y a pas de place à la discussion sur ce fait : le programme de continuité du gouvernement a été activé sans raison. Dans tout pays, la destitution du président et l’arrestation des parlementaires par l’armée a un nom : c’est un coup d’État militaire.

    On objectera que le président Bush a recouvré ses fonctions en fin de journée. C’est précisément ce que conseillait le néo-conservateur israélo-états-unien Edward Luttwak dans son Manuel du coup d’État. Selon lui, un bon coup d’État est celui dont personne n’a conscience car il maintient au pouvoir ceux qui l’exercent, mais il leur impose une nouvelle politique.

    Durant cette journée, le principe de l’état d’urgence permanent aux États-unis a été validé. Il s’est bientôt traduit en actes avec l’USA Patriot Act. Et le principe des guerres impérialistes a également été validé. Il a été acté par le président Bush quelques jours plus tard à camp David : les États-unis devaient attaquer l’Afghanistan, l’Irak, la Libye et la Syrie via le Liban, le Soudan et la Somalie, et enfin l’Iran.

    À ce jour, seule la moitié de ce programme a été réalisée. Le président Obama a annoncé hier soir qu’il le poursuivrait en Syrie.

    La plupart des alliés des États-unis ont refusé l’évidence, il y a treize ans, est se sont privés ainsi de prévoir la politique de Washington. Si l’on ne peut juger de la vérité qu’avec le temps, ces treize années ont pu trancher : tout ce que j’annonçais — et que mes contradicteurs qualifiaient d’« anti-américanisme » — a eu lieu. Et, par exemple, ils sont restés stupéfaits lorsque l’Otan s’est appuyé sur Al-Qaïda pour renverser la Jamahariya arabe libyenne.

    Je suis fier d’avoir alerté le monde sur ce coup d’État et sur les guerres qui devaient le suivre, mais désolé de voir que l’opinion publique occidentale s’est perdue dans une discussion sur l’impossibilité matérielle de la version officielle. J’observe cependant que certains éléments de cette journée sont toujours occultés, tel l’incendie qui ravagea les bureaux de l’Eisenhower Building, l’annexe de la Maison-Blanche, ou encore le missile enregistré par la télévision new-yorkaise tiré devant le World Trade Center.

    La guerre continue à détruire le monde musulman, tandis que les Occidentaux, décidément aveugles, poursuivent leurs débats sur l’effondrement des tours.

    E&R

  • Le calvaire d'Angèle, 4 ans: son père avait alerté les services sociaux !

    4124961_11-1-404482145_640x280.jpg

                                                                                                                                  

    Le calvaire subi en Vendée par Angèle, 4 ans, torturée à mort par sa mère et son compagnon était-il prévisible ? Une évaluation par les services du conseil général du Val-de-Marne avait été menée fin 2011 pour déterminer si la fillette ne risquait rien en vivant avec sa mère à Limeil-Brévannes, a-t-on appris ce

    jeudi matin. 



    Cette avait été diligentée «à la demande du père », indique Michèle Creoff, directrice générale adjointe chargée du pôle enfance et famille au conseil général. À l’époque, le couple venait de se séparer. Le père était visiblement inquiet pour sa fillette, jugeant la mère fragile. Les conclusions de l’évaluation étaient «très rassurantes, précise Michèle Creoff. Il y avait une bonne relation mère enfant. La fillette était en bonne , avec un bon développement psychomoteur».

    Angèle était placée en crèche la journée. Sa mère ou sa grand-mère chez qui tout le monde vivait à Limeil-Brévannes venait la chercher. Rien ne laissait deviner d’éventuelles maltraitances. L’enfant est restée en crèche jusqu’à ses trois ans. Les services du conseil général perdent ensuite sa trace...

     

    Ce mercredi soir, la mère et son compagnon ont été mis en examen pour meurtre et acte de torture ou de barbarie, son compagnon pour acte de torture et placés en détention.

    LeParisien.fr

     

    Ces services sociaux qui ne servent à rien ! Quel scandale!

  • C’était un 11 septembre…

    11 septembre 2014 par admin4 - Contre-info.com

    1912 : le Français Fourny réalise le premier vol aérien de plus de 1000 km.

    1917 : Georges Guynemer, « as des as » à 23 ans, héros des ailes françaises, disparaît dans le ciel de Flandre, entre Dixmude et Ypres.
    Citation lue au pied du drapeau dans toutes les bases aériennes françaises : « mort au champ d’honneur, à Poelkapelle, le 11 septembre 1917.
    Héros légendaire, tombé en plein ciel de gloire après trois ans de lutte ardente. Reste le plus pur symbole des qualités de la race : ténacité indomptable, énergie farouche, courage sublime.
    Animé de la foi la plus inébranlable dans la victoire, il lègue au soldat français un souvenir impérissable qui exalte l’esprit de sacrifice et provoquera les plus nobles émulations.
    »

    Source

  • Nicolas Sarkozy traite les défenseurs du mariage de « fascistes en loden » et annonce qu’il ne reviendra pas sur la loi Taubira (+add)

     

     

    Nicolas Sarkozy

    L’ancien président de la République, qui avait énormément déçu l’électorat de droite, a peut-être déjà perdu le deuxième tour de l’élection présidentielle de 2017 face à Marine Le Pen. « Le mariage pour tous, je m’en fous. Ce n’est pas un sujet. Moi, de toute façon, j’avais toujours défendu une union civile » a-t-il récemment déclaré à l’un de ses visiteurs au cap Nègre cet été, rapporte Le Nouvel Obs. Nicolas Sarkozy en a profité pour qualifier le gigantesque mouvement d’opposition de « fascisme en loden »… « Devant les animateurs du mouvement Sens commun, issu de la Manif pour tous, il a expliqué pourquoi on ne pourrait pas revenir sur la loi Taubira », ajoute notre confrère. Au moins, les choses sont claires.

    Addendum 11h30 : réaction de la Manif pour Tous sur Twitter…

     

     

    et de Sens Commun :

     

     Si ce n’est pas vrai, que Nicolas Sarkozy se hâte d’apporter des précisions !

    NDF

  • La phrase de bon sens du jour est signée... Michel Onfray

  • Les pitreries de Taubira, qui oublie qu'elle est filmée, sur France Inter


    Quand Christiane Taubira oublie qu'elle est... par franceinter

    Les Français souffrent, les injustices se multiplient, mais la sinistre de la Justice s’amuse. C’était ce mercredi sur France Inter.

    NDF