Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/06/2014

Fabrice Robert : “Coupe du monde de football : les autorités doivent prendre des mesures contre les supporters algériens !”

fabrice-robert.jpg

 

  Partager sur Facebook Tweeter 

03/05/2013 – PARIS (NOVOpress) - Entretien avec Fabrice Robert, Président du Bloc Identitaire.

Novopress – En tant que dirigeant du Bloc Identitaire, vous tirez « le signal d’alarme face aux risques d’incidents graves entraînés par les supporteurs algériens » en France. Existe-t-il réellement un risque ?

Fabrice Robert : "Coupe du monde de football : les autorités doivent prendre des mesures contre les supporters algériens !"

 

Fabrice Robert - Il existe un réel risque d’embrasement de violence durant la coupe du monde de football avec les supporteurs algériens sur le sol français. Depuis le tristement célèbre match entre l’Algérie et la France en 2001, la violence franchit un nouveau palier à chaque événement footballistique où l’équipe d’Algérie évolue. L’après match en 2009, qui avait vu l’équipe d’Algérie se qualifier pour la coupe du monde en Afrique du Sud, avait tourné à l’émeute et à la guérilla urbaine dans plusieurs dizaines de villes ! À Marseille, plusieurs bateaux ont été incendiés, le mobilier urbain détruit et des dizaines de magasins saccagés. À Paris, les Champs-Elysées ont été le théâtre d’affrontements violents entre des supporteurs algériens et les forces de l’ordre. Plus de quatre ans après, les choses ont empiré ! Coupe du monde en Afrique du Sud, coupe d’Afrique des nations, matchs qualificatifs pour la coupe du monde au Brésil… Pratiquement à chaque rencontre de l’équipe d’Algérie, l’on assiste à un déchaînement de violences en France.

Selon vous, l’arsenal législatif existe pour éviter les débordements. Quelles sont donc les mesures demandées par le Bloc ?

Pourquoi ce deux poids deux mesures ? On réprimerait des supporters brandissant les couleurs de clubs français mais on fermerait les yeux sur les exactions commises par ceux qui défilent avec des drapeaux étrangers ?

Le Bloc Identitaire demande l’application du principe de réciprocité. Les supporteurs français subissent depuis plusieurs années un matraquage judiciaire de la part des autorités. On ne compte plus les interdictions pour toute personne considérée comme supporteur comme, par exemple, se déplacer dans une autre ville le jour de match (soit 24 h !). Et la définition d’un supporteur est extrêmement vague dans les arrêtés préfectoraux. D’un côté, il y a les supporteurs français de football dont les violences sont totalement inexcusables certes, mais qui représentent une part infirme des délits en France et qui sont victimes d’une répression sans précédent. De l’autre, les supporteurs de l’équipe d’Algérie responsables de nombreux embrasements de violence à travers le pays et à qui le pouvoir en place ne dit rien et ne fait rien. Pourquoi ce deux poids deux mesures ? On réprimerait des supporters brandissant les couleurs de clubs français mais on fermerait les yeux sur les exactions commises par ceux qui défilent avec des drapeaux étrangers ? Y aurait-il donc en France une préférence étrangère également dans le domaine sportif ?

Lire la suite

00:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

03/06/2014

Nicolas Bay Vs Razzi Hammadi, député PS

23:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Un an après le premier mariage gay, les roses sont fanées…

 

Kozzi
Le 28 mai 2014
En coupant la rose à la base pour décorer la table des mariés du 29 mai 2013, le PS de mesdames Mandroux et Belkacem l’a privée de ses racines.
 

Le 29 mai 2013, tout le gotha socialiste – politiques, journalistes et artistes, Najat Vallaud-Belkacem en tête – se rassemblait sous le soleil radieux de l’Hérault pour assister au tout premier mariage homosexuel célébré par le tout aussi radieux maire de Montpellier, Hélène Mandroux. Les époux ont été soigneusement sélectionnés : Vincent et Bruno, deux ravissants Adonis, militants LGBT, membres du PS local et fonctionnaires territoriaux de la cité.

Le peuple ayant été tenu à l’écart, la fête est splendide et, si l’on excepte l’irruption d’un gueux des quartiers populaires venu déclarer aux starlettes d’i>Télé qu’il « emmerdait les francs-maçons », la mise en scène est irréprochable : Montpellier a comme un faux-air de ville rose ensoleillée. Un an après, pourtant, l’heure n’est déjà plus à la fête : les parrains et les témoins du mariage ont reçu les factures jusque-là impayées et le bilan est pour le moins mitigé.

Moins de 8.000 mariages homosexuels ont été célébrés depuis ce mémorable 29 mai 2013. Ce sont donc à peine 4 % des couples de même sexe, officiellement répertoriés par l’INSEE, qui ont jugé opportun d’imiter les mariés de Montpellier et de bénéficier de cette loi Taubira qui avait pourtant été présentée comme une demande pressante de la communauté homosexuelle. Reconnaissons, cependant, que les militants les plus radicaux du mariage pour tous avaient avoué qu’ils se moquaient éperdument des gays et que leur objectif était simplement la déconstruction de la famille patriarcale et autres poncifs désuets. Il s’agissait d’un préambule nécessaire à l’introduction de la théorie du genre et de la propagande transsexuelle. De ce point de vue, il faut avouer que le calendrier est respecté.

Pourtant, d’un point de vue politique, la facture du mariage homo paraît exorbitante. Si la déroute des européennes doit d’abord être mise sur le compte de la dérive libérale du PS, celle des élections municipales est incontestablement liée à la dérive libertaire des partis de gauche. Le démographe Hervé Le Bras – peu suspect de conservatisme – leur avait d’ailleurs annoncé à l’avance qu’ils avaient commis une lourde erreur en se coupant de l’électorat culturellement catholique de l’Ouest qui avait assuré la victoire de 2012.

Les rares grandes gueules du PS comme Patrick Mennucci ont, par ailleurs, reconnu que cette loi imposée au forceps les avait coupés de l’électorat culturellement musulman des quartiers populaires. En clair, le PS a lui-même laminé ses deux principales réserves de voix et il a, in fine, plus perdu de conseillers municipaux qu’il n’a marié de couples gay !

En coupant la rose à la base pour décorer la table des mariés du 29 mai 2013, le PS de mesdames Mandroux et Belkacem l’a privée de ses racines. Les médias ont eu beau l’arroser, ce n’était plus qu’une question de temps : la rose ne pouvait que faner avant de mourir toute grise et rabougrie.

François FALCON

BOULEVARD VOLTAIRE

23:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Combs: 10 ans de prison pour le septuagénaire violeur d'une collégienne de 13 ans

3877293_11-1-115331559.jpg

Hamadoun Tandina, un artiste de 71 ans, également producteur et éditeur de CD et de livres de contes maliens, a été condamné ce mercredi soir à 10 ans de prison par la cour d’assises de Seine-et-Marne à Melun. Il était jugé pour avoir violé une de ses voisines à Combs-la-Ville alors qu’elle n’avait que 13 ans.



Le retraité l’avait également mise enceinte.

Les jurés sont allés au-delà des réquisitions de l’avocat général qui avait demandé une peine de 7 ans de prison avec l’obligation de suivre des soins. Durant le procès, l’accusé a expliqué que c’était la collégienne «qui avait tout fait pour le séduire». Son avocate, qui a plaidé l’acquittement, a expliqué que son client était «imprégné par sa culture africaine».

 

LeParisien.fr

20:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Réforme territoriale: la nouvelle carte des régions proposée par l'Elysée

http://www.leparisien.fr/politique/reforme-territoriale-l...

+CARTES et VIDEOS

3893399_ide-regions-hollande-01.jpg

 

20:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Mort d'un bébé oublié dans la voiture: aucune suspicion de maltraitance

http://www.leparisien.fr/languedoc-roussillon/aude-oublie...

20:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Soins gratuits pour les clandestins : coût en hausse de 25 % sur un an

3 juin 2014

Selon un rapport de la mission Santé, les clandestins ont coûté pour le seul poste des soins de santé, via l’Aide médicale d’État (AMÉ), 25 % de plus en 2013 qu’en 2012. Le contribuable français a été volé par le système pour les colons de 744 millions d’euros, 846 en incluant les frais avancés par l’assurance-maladie. Avec cet argent, l’État aurait pu payer pendant un an plus de 63.000 personnes au SMIC pour réaliser des travaux utiles à la France. L’augmentation de l’AMÉ est surtout due aux frais d’hospitalisation.
Cette « aide » est réservée par la République aux seuls immigrés clandestins ; elle permet à n’importe quel Afro-Maghrébin arrivé en France illégalement de bénéficier de tous les soins, totalement gratuitement, alors que de plus en plus de Français sont dans l’incapacité de se soigner correctement et parfois ne peuvent plus se payer des soins vitaux.
À la fin septembre, déjà 278.262 personnes ayant violé nos frontières avaient bénéficié de l’aide.

Source JN

Contre-info.com

19:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Autriche: arrêté, le Ghanéen musulman reçonnait avoir vandalisé six églises de Vienne

http://www.christianophobie.fr/breves/autriche-arrete-le-...

+ PHOTOS

19:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Médaille de la famille française à Dijon : seize mères décorées

DBQmPxd.jpg

 

15h28

Samedi, seize mères ont ­reçu l’insigne de la famille française des mains de ­Françoise Tenebaum, ­adjointe au maire et vice-présidente du CCAS de ­Dijon et du conseil régional, salle de Flore.

 

Accompagnée de représentants du CCAS, de la CAF, de l’Udaf, des familles de France de Côte-d’Or et des Familles dijonnaises, Françoise Tenenbaum a rappelé, au nom d’Alain Millot, tout le mérite de ces femmes et de ces familles qui ont su élever et accompagner leurs nombreux enfants jusqu’à l’âge adulte en leur transmettant les valeurs fondamentales de la vie en société.

Durant cette cérémonie, Mmes Addi, Affan, Allali, El Bakkouchi, Asnar, Boussouf, El Gharbi, El Moussaoui, Grenier, Kamli, Naui, Rabhi, Remili, Rousseaux, Stitou et Wiaouf ont reçu la médaille de la famille française, ainsi qu’un diplôme de l’Udaf, 700 € du CCAS et un bouquet de fleurs.

Source

Merci à Waterman

FDESOUCHE

 

18:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

La grande mosquée d’Amiens

02 juin 2014

 

La première pierre de la grande mosquée d’Amiens a été posée samedi en présence de 400 invités.

Le bâtiment de 5.500 m2, situé « boulevard de Roubaix », et dessiné par « l’architecte roubaisien Oussama Bezzazi », « s’inscrit dans l’histoire de la ville et va dialoguer avec la cathédrale ».

Oussama ne manque pas d’air. S’il croit qu’il suffit de faire gigantesque et de jouer sur la verticalité « avec des arcades très étirées »…

Mais le fait est que la verrue islamique va être édifiée non loin de l’une des plus belles cathédrales de la chrétienté.

La grande mosquée d’Amiens, ce sera ça :

Amiens-1.jpg

La cathédrale d’Amiens, c’est ça (une des superbes photos de la cathédrale sur ce blog) :

YTH9BvIjUVpFaxllDp1JwI2ifB0.jpg

Le blog d'Yves Daoudal

18:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Nemmouche, manifs anti-FN… le Système fait l’autruche

2 juin 2014 

  Autruche

Peut-on vraiment le(s) croire ? Selon un sondage BVA pour iTélé publié samedi, 65 % des sondés (dont 90% des sympathisants de gauche)  estimeraient  que le score du FN enregistré le 25 mai  est inquiétant pour la vie politique française. Un succès dans les urnes du FN aux européennes, l’air est connu,  qui serait une sorte de chant du cygne pour l’opposition nationale aimeraient croire les analystes de BVA. Ils en veulent pour preuve  que seulement 53 % des personnes interrogées affirmeraient   que le FN devrait être considéré désormais  comme un parti comme un autre, en recul de cinq points par rapport  au soir du second  tour des élections municipales. « Ce recul fait état d’un risque latent pour le Front National.  Si le parti de Marine Le Pen pouvait jusqu’alors bénéficier d’une certaine mansuétude d’individus le considérant plutôt comme un trouble-fête, la progression de ses scores électoraux suscite un regain de méfiance des Français. » Ben voyons !

Plus sérieusement, tout laisse penser que ce qui fait vraiment peur au Français c’est bien la balkanisation de notre pays, l’importation sur notre sol de conflits étrangers sur fond de radicalisme islamique.

 D’après les estimations fournies par  la DCRI,  environ 800 titulaires de la nationalité française  combattent ou ont combattu en Syrie dans les rangs du terrorisme fondamentaliste,  contre le régime laïc de Bachar el-Assad.  C’est l’un  deux, un délinquant multirécidiviste passé par la case djihad,  Mehdi Nemmouche,  qui a été  arrêté à Marseille vendredi.

 Il est selon toute probabilité celui qui a abattu quatre personnes au  Musée juif de Bruxelles le 24 mai. Une vidéo  de la camera placée devant ce musée, diffusée par la police belge,  permettait de constater  que le tireur n’était pas un amateur mais  un homme  sachant manier une kalachnikov

 Le cas  Nemmouche illustre l’échec et les limites dramatiques  de la politique d’intégration menée à coup de dizaines de milliards  par l’UMPS depuis des décennies, sur fond d’immigration de peuplement qui la rend très problématique. Certes, gardons nous de tout raccourci stupide, tous les musulmans vivant en France, très loin s’en faut,  ne sont pas habités par des pulsions djihadistes.

 Mais Bruno Gollnisch le notait déjà plus largement  au moment de l’affaire Mohammed Merah, Nemmouche, énième  Français de papier, est  l’exemple caricatural des dérives et du caractère obsolète de  « notre Code la nationalité  qui distribue la qualité de Français aussi bien à ceux qui l’on méritée qu’à ceux qui ne la méritent pas. A ceux qui la désirent comme à ceux qui la méprisent, à ceux qui aiment la France comme à ceux qui la haïssent. Et c’est là tout le problème! Un problème tabou, mais un vrai, un grave, un très grave problème ».

 Les médias ont rapporté que Nemmouche  était en  possession  au moment de son arrestation d’un drap portant le nom du groupe terroriste Etat islamique en Irak et du Levant (EIIL),  dont les guides spirituels sont principalement Tunisiens et Saoudiens.  Affilié à Al-Qaïda,  il regrouperait environ 13 000 djihadistes actifs  en Irak et en Syrie, et c’est en son sein  que Mehdi Nemmouche  aurait combattu contre l’armée syrienne, aux côtés de  centaines de combattants  Français,  Belges,  Maghrébins

 Nous nous en faisions l’écho,  le nom de l’EIIL  a souvent été cité ces derniers mois, notamment  à l’occasion d’ attaques meurtrières perpétrées contre des  villages chrétiens en Syrie,  et il   avait revendiqué en janvier  un attentat suicide au Liban dans un fief du Hezbollah.

 Pourtant, les Juppé, Fabius, Sarkozy,  Hollande,   les gouvernements occidentaux et leurs relais,  en diabolisant de manière bien maladroite le régime en place en Syrie, et surtout en menant une offensive diplomatique,  en  soutenant, y compris sur le plan logistique,   la déstabilisation de la Syrie par  des groupes terroristes,  ont  favorisé   l’afflux de candidats au djihad, notamment  en provenance  des banlieues des villes  européennes.

 Un aveuglement ( ?) dont fit preuve aussi  l’évêque d’Angoulême et membre de l’Académie française, Claude Dagens, qui  avait expliqué  l’année dernière  qu’il «(fallait)  faire très attention à ne pas diaboliser tous les djihadistes» !  Il avait aussi  attaqué   quelques mois plus tard  le «  Front National » et son  « discours qui ne fait pas appel à des valeurs mais qui fait appel à la peur, peur de l’inconnu, des inconnus, des gens qui viennent d’ailleurs ».

Une analyse bien simpliste pour un académicien, du niveau des slogans entendus dans la rue jeudi à l’occasion de plusieurs   manifestations contre le FN. Des « Marches citoyennes contre le F Haine» organisées à Paris et dans  plusieurs villes de province  à l’appel de pseudopodes  du PS (MJS, UNEF, UNL), FIDL) , des « antifa », d’Osez le féminisme, du Front de Gauche, des Jeunesses communistes, de l’Union des étudiants algériens de France (UEAF), de syndicats d’extrême gauche

Une mobilisation qui s’est transformée en aveu de faiblesse car elle s’est soldée par un bide retentissant : 4200 personnes à Paris selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, quelques centaines en province. Un échec qui en dit long sur l’incapacité d’une gauche démonétisée, sans soutien populaire, a réitéré l’arnaque des manifs post 21 avril 2002.

La bêtise affligeante, nous le disions, des slogans beuglés dans la rue, appelant à une lutte contre le fascisme, étiquette que plus personne ou presque n’ose accoler au FN, et à la poursuite de l’immigration, est d’ailleurs le signe tangible de ce décalage existant entre le Pays réel et  les chiens de garde du Système, ses  idiots utiles.  

Le PS et l’extrême gauche peuvent toujours faire crier leurs adhérents dans la rue contre le retour de la  «  bête immonde », leur faire ânonner « nous sommes tous des enfants d’immigrés » ou « la jeunesse emm… le Front National », la réalité  c’est que le 25 mai d’après Ipsos, 73% des moins de 35 ans ne se sont pas déplacés pour « faire barrage au FN » , tandis que 30%, des électeurs de cette classe d’âge ont voté pour les listes frontistes.

L’éditorialiste du Figaro Ivan Roufiol l’écrivait sur son blog le 26 mai, « le procès en antisémitisme qui est fait par certains au mouvement de Marine Le Pen masque la réalité de la haine antijuive qui s’observe dans des cités (…). Le populisme ne menace aucunement la démocratie, comme l’assurent les oligarques contestés par le peuple et qui s’accrochent, eux, à leur pouvoir. Le vrai danger est l’obscurantisme qui, à Bruxelles a assassiné (…); or cette menace-là mobilise beaucoup moins les belles âmes. La diabolisation du mouvement de Marine Le Pen est une paresse intellectuelle des politiques et des médias (…) . Il doit être jugé sur son programme. »

C’est en effet  tout ce que nous demandons et ce que les Français font déjà sans en demander l’autorisation aux hiérarques de l’UMPS.

Bruno GOLLNISCH

00:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Abdication de Juan Carlos

http://www.leparisien.fr/laparisienne/familles-royales/es...

+ VIDEOS

00:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

12ème Rencontre annuelle des Musulmans du Sud

photo.JPG  Coran affiche.JPG

(Photo EB - 2 juin 2014)

00:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

02/06/2014

Avignon : une nuit de sang et de feu sur la Rocade, onze véhicules incendiés

 

 
Avignon / Publié le Lundi 02/06/2014 à 05H38
 

Samedi soir, un homme a été tué et quatre autres personnes blessées dans une fusillade qui a éclaté dans un snack. Sans lien avec cet événement, onze voitures ont été incendiées. Hier, des CRS sont arrivés en renfort

Faits Divers - Justice - Actualités - Avignon : une nuit de sang et de feu sur la Rocade
Samedi soir, vers 23 heures, plusieurs personnes ont été visées par des tirs de gros calibre alors qu'elles se trouvaient à l'intérieur d'un snack qui avait ouvert ses portes voilà tout juste une semaine. Les policiers de la PJ ont passé une partie de la soirée et de la nuit sur place à la recherche d'indices. Les tireurs ont sans doute utilisé une kalachnikov.

Photos jérôme rey

 

Pas vraiment un soir de pleine lune. Et pourtant, samedi, les comportements violents ont été exacerbés à Avignon. Sapeurs-pompiers et policiers ont passé une nuit blanche. Fusillade mortelle, tentative de suicide et incendies de voitures à répétition ont émaillé le passage de samedi à dimanche.

22h30, il tente de se trancher la gorge

Début de soirée mouvementé. Rue du Dr-Colombe, à Monclar, les pompiers sont appelés. Un homme de 30 ans vient de tenter de mettre fin à ses jours. La scène est particulièrement violente puisqu'il a voulu se trancher la gorge avec une arme blanche. Fort heureusement, le suicidaire n'a pas réussi à accomplir son funeste dessein. Il s'est sérieusement entaillé le cou, mais ses jours ne sont pas en danger. Les secouristes l'ont transféré à l'hôpital dans un état grave.

23h05, fusillade mortelle dans un snack

Vers 23h05, samedi, plusieurs personnes étaient réunies dans un snack à l'angle de la Vénus d'Arles et de l'avenue du Moulin-Notre-Dame lorsqu'elles ont été prises pour cibles par deux hommes circulant à bord d'un véhicule. Armés et encagoulés, les tireurs ont visé un petit groupe et blessé cinq personnes avant de s'enfuir. L'établissement avait ouvert il y a environ une semaine. Parmi les victimes, un jeune homme de 21 ans a été gravement blessé à la cuisse. Les sapeurs-pompiers l'ont pris en charge à une centaine de mètres du snack, place de la Coupo-Santo, et l'ont transporté à l'hôpital. Dans le même temps, les quatre autres personnes touchées ont été transportées aux urgences de l'hôpital Henri- Duffaut par des proches et dans des voitures privées. L'une d'elles, un jeune homme âgé d'une vingtaine d'années, est décédée à son arrivée au centre hospitalier. Dans la salle d'attente de l'établissement sont arrivés plusieurs proches des victimes, au moins une quarantaine de personnes, dont les esprits se sont enflammés. Cris et pleurs ont fusé pendant que le personnel soignant tentait de faire son métier...

Hier, parmi les quatre blessés, des hommes âgés entre 20 et 40 ans, deux étaient encore hospitalisés. Les auditions de ces Avignonnais, tous connus des policiers, comme la victime, étaient en cours. La PJ d'Avignon est saisie de cette affaire qui a tout l'air d'un nouveau règlement de comptes.

Vers 4h, onze véhicules en feu

Sans lien apparent avec les événements précédents, en moins d'un quart d'heure, 9 voitures et deux fourgonnettes ont été incendiées dans les quartiers sud (place Berlioz, place de la Traverso, chemin du Lavarin). Hier matin, c'était la consternation au pied des immeubles où les voitures calcinées n'avaient pas encore été enlevées. Hier encore, la Préfecture a demandé à une demi-compagnie de CRS, soit 70 hommes, de se positionner pour la nuit dans les quartiers sud.

La Provence

21:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

En Israël, la mafia fait plus de morts que les attaques palestiniennes

arton25762-40c16.jpg

 

« La guerre des mafias cause, depuis la fin de la deuxième intifada, plus de victimes que le terrorisme palestinien » : c’est ce qu’affirme le journaliste belge Serge Dumont [1], de son vrai nom Maurice Sarfatti [2], correspondant au Moyen-Orient des journaux Le Soir (Bruxelles), Le Temps (Genève) et La Voix du Nord (France).

Passé sous silence par les médias occidentaux, le phénomène des violences liées aux activités mafieuses fait, en Israël plus de mort que la violence liée au conflit avec la population palestinienne. Composé d’environ 18 clans, le milieu israélien opère dans des secteurs aussi diversifiés que le trafic de stupéfiants (ecstasy), le racket (boîte de nuits, restaurants ou sur les nouveaux migrants), les contrats d’assassinat, le proxénétisme, l’évasion fiscale… Jusque-là rien de spécial. Mais ce phénomène rejaillit sur toute la société israélienne par les dégâts causés par les règlements de comptes entre les différentes familles du crime organisé. Face à ce phénomène de plus en plus préoccupant, une unité spéciale, la Lahav 433, a été mise en place en 2008 avec pour mission la lutte contre la criminalité organisée et la corruption. Sans succès.

Ainsi Libération (18 avril 2014) écrivait :

« Les éliminations se déroulent à ciel ouvert, dans des endroits parfois très fréquentés, comme celle qui a coûté la vie à un petit boss le 15 février juste à côté de la promenade du bord de mer à Tel-Aviv, un jour de shabbat, alors qu’elle grouille de familles. Dix jours plus tard, une grenade est lancée dans un bureau de change à Petah Tikva (au nord de Tel-Aviv), blessant cinq personnes, atteintes par des fragments d’explosif. Missiles. Voitures piégées, tirs à bout portant depuis une moto, voire utilisation de missiles antichars, la violence des crimes mafieux s’intensifie et les cadavres se multiplient. »

Le 10 janvier 2013, un attentat en plein cœur de Tel-Aviv, ciblant un parrain local, Nissim Alperon, avait fait neuf blessés. Entre la fin du mois d’octobre et le début du mois de novembre 2013, c’est la ville d’Ashkelon qui avait vécu ce climat de terreur. Située au nord de la bande de Gaza, cette ville balnéaire avait vu le déploiement de plusieurs centaines de policiers pour sécuriser la population suite à deux attentats à la voiture piégée, causés non pas par le Hamas, mais par des affrontements entre clans de la pègre israélienne.

Des violences qui noircissent jour après jour les colonnes de la presse en Israël, où le revenu des activités mafieuses est évalué à 190 milliards de shekels par an, soit environ 40 milliards d’euros (chiffres au 20 novembre 2013).

Pour présenter son livre L’Histoire vraie de la mafia israélienne, Serge Dumont résume :

« Les organisations mafieuses israéliennes comptent parmi les plus violentes et les moins connues au monde. […] Si certaines se contentent d’opérer à l’intérieur des frontières de l’État hébreu, la plupart étendent leurs activités sur tous les continents. »

20:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Florian Philippot sur TF1

http://www.wat.tv/video/replay-l-ecoute-juin-2014-6t889_2...

20:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Le renseignement français n'a pu empêcher Nemmouche de frapper

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/06/01/01016-...

19:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Tueur de Belgique : le coup du « facho », puis du « Français ». Nullité de la DCRI

2 juin 2014

parisienIl y a quelques jours, quatre personnes étaient abattues dans le « musée juif » de Bruxelles.

En dépit de l’affaire Merah (et 30 ans plus tôt, de l’attentat de la rue Copernic) où l’« extrême-droite » avait été immédiatement et à tort désignée par la caste politico-médiatique, on a tout de suite entendu à nouveau des « personnes autorisées » pointer du doigt l’opposition nationale.

Ainsi, la Ligue des droits de l’homme belge désignait-elle sans hésiter comme responsable le «contexte européen d’une montée en force des idées d’extrême-droite».

En France, le maire communiste de Montreuil, Patrice Bessac, accusait immédiatement les «forces d’extrême-droite [qui] attisent des haines». Dans le journal Le Monde, un sociologue affirmait que la « première hypothèse renvoie à l’extrême-droite », puis extrapolait doctement sur « l’espace idéologique ouvert aujourd’hui pour des ‘loups solitaires’ s’inspirant d’un antisémitisme d’extrême droite et agissant isolément, ou presque ».

Les premières accusations visaient à influencer l’opinion, appelée à voter le lendemain aux élections européennes.
Un blog illustre l’ambiance à chaud: «Un grand merci à tous les populistes, c’est grâce à leurs discours, réducteurs, haineux, stigmatisants qu’on se retrouve à vivre de tels actes». Un journaliste de LCP (La Chaîne Parlementaire) twitte ce mot d’ordre: «Veille des élections 1 attentat antisémite frappe Bruxelles. Demain, il faut barrer la route au populisme dans les urnes». (source)

Finalement, l’assassin s’appelle Mehdi Nemmouche. Les médias parlent donc maintenant unanimement d’un « Français » (tel le Parisien, couverture d’aujourd’hui ci-contre), insultant encore une fois un peuple dont ils feignent d’ignorer l’identité.

L’individu est un immigré de nos banlieues, criminel multirécidiviste, parti en Syrie chez les rebelles soutenus par Hollande et Fabius, avant de revenir après un an de jihad, sans pour autant être surveillé par la DRCI !
Comme des dizaines de milliers d’autres chaque année, il a été islamisé en prison.
Comme des centaines d’autres, il est parti se battre en Syrie avant de revenir en France encore plus déshumanisé, avec le goût du sang.

Contre-info.com

19:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Mehdi Nemmouche, un Français comme vous et moi ?

Mehdi-Nemmouche-565x250.jpg

 

Le 1 juin 2014
De qui se moque-t-on ?
         

Mehdi Nemmouche, Français âgé de 29 ans, est soupçonné d’avoir tué quatre personnes au Musée juif de la ville de Bruxelles. L’individu se serait rendu en Syrie en 2013, probablement pour participer au djihad. Plusieurs contributeurs de Boulevard Voltaire, dont moi-même, avaient souligné le danger mortel que représentaient ces jeunes radicalisés partis s’aguerrir en Syrie. Il n’a pas fallu attendre bien longtemps pour qu’un de ces psychopathes ne passe à l’action meurtrière.

Notre gouvernement, ridicule comme bien souvent, a pris les devants du problème par l’intermédiaire de son ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve. Dans un tweet du 26 mai 2014 devenu rapidement célèbre, celui-ci tend une main vers ces jeunes égarés : « Aux jeunes qui partent en Syrie, je veux dire qu’il y a 1.000 combats à mener dans la République, pour la France ». Ce discours transcendant aurait certainement convaincu messieurs Merah et consorts de renoncer à leurs sombres projets. Surtout que, désormais, le gouvernement a mis en place un Numéro Vert anti-djihad à la disposition des apprentis terroristes.

De qui se moque-t-on ?

Les djihadistes n’ont que faire de la « République » socialiste, ni même de la France ! Ils ne se sentent pas français, ils haïssent notre pays et sa culture et se fichent éperdument des bonnes intentions universalistes de Christiane, Najat et Bernard.

D’ailleurs, les commentaires sur le susnommé Nemmouche dans les médias étaient, comme bien souvent, empreints d’euphémismes. Le suspect est présenté comme un Français, « originaire » de Roubaix. Son ancienne avocate, Maître Soulifa Badaoui, s’est d’ailleurs complaisamment étalée à la télévision, elle parle d’un jeune homme « intelligent et vif d’esprit, respectueux des règles et respectueux des autres, de son avocat et des juges ». L’expert psychiatre qui l’avait auditionné dans le cadre d’une affaire de droit commun classique estimait même qu’il était d’« un niveau intellectuel légèrement supérieur à la moyenne ». Bientôt, on nous expliquera que c’est la faute de la société, de ces méchants Français qui ne lui ont pas donné sa chance. L’islam n’a rien à voir là-dedans, pas plus que la faillite totale de l’intégration des populations étrangères…

Cette culture de l’excuse n’a que trop duré, nous en avons assez. Aucun Français n’est responsable des meurtriers fanatisés, la France non plus. Et il est temps d’affirmer que l’identité légale n’a rien à voir avec l’identité réelle et vécue. Mehdi Nemmouche n’a de français que sa carte d’identité, rien de plus.

Gabriel ROBIN

BOULEVARD VOLTAIRE

19:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Jihad en Syrie: quatre arrestations en France, une en Belgique

http://www.leparisien.fr/faits-divers/jihad-en-syrie-bern...

+ 5 VIDEOS

19:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)