Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 664

  • Pouce levé vers l’Autriche, un voyage européen – par Louise d’Espagnac

    Autiche-stop-id-Une.jpg

     

    30/08/2014 – LYON (NOVOPress)
    C’est un défi que nous nous sommes lancé : rejoindre l’Autriche en 48 heures depuis Lyon. 1.000km pouce levé. Cette idée nous est venue au cours de l’Université d’été de Génération Identitaire à laquelle nous participions, dans les montagnes de Savoie. De nombreux Européens s’étaient joints à nous, et parmi eux deux jeunes Allemands qui avaient ceci d’original de faire le tour d’Europe en stop, pendant un an et sans argent. Si nous nous moquions d’eux au début à cause de leurs pieds nus, leur exemple m’a pour ma part vite fascinée. Aussi quand l’un de mes amis m’a dit qu’il comptait se rendre au Sommerfest organisé la semaine suivante en Carinthie (Autriche du Sud), j’ai sauté sur l’occasion, lui déclarant que je voulais me joindre au voyage.
    Nous en avons décidé le dimanche. Lundi nous préparions nos sacs et mardi matin nous partions de Lyon, direction l’Italie.

    Notre itinéraire était simple : passer la frontière par le tunnel du Fréjus, puis traverser tout le nord de l’Italie, Turin, Milan, Venise, et enfin remonter vers l’Autriche et notre lieu d’arrivée.

    La pratique ne fut pas aussi simple… Il est en effet quelque peu compliqué de sortir d’une ville pour rejoindre l’autoroute, surtout lorsque l’on débute en stop et que l’on se place dans des endroits fort peu propices à l’arrêt d’une voiture. Cependant, après une longue demi-heure, une voiture s’arrête, escaladant à moitié le trottoir. Nous courons vers elle : c’est une gentille dame (catholique) qui « d’habitude ne prend jamais d’auto-stoppeurs », mais nous avions des bonnes frimousses. Elle nous dépose au péage d’où nous repartons 30 minutes plus tard dans un minibus conduit par une charmante Anaïs. Nous nous approchons de la frontière puisqu’elle nous laisse à proximité de Saint-Jean de Mauriennes. A peine descendus – je n’avais pas fini d’écrire notre nouvelle destination sur mon carnet -, un fourgon s’arrête sur le bas-côté et un garçon tout bronzé en sort en nous faisant signe. Ce fou furieux du volant, fort sympathique au demeurant, était étudiant en pharmacie la journée, livreur en pharmacie le reste du temps. Il nous a confié qu’il effectuait ses 35 heures hebdomadaires de trajets en 25 heures. Autant vous dire que les feux rouges et les lignes blanches, il ne connaissait pas trop…

    Après une course mouvementée, il nous laisse à l’embranchement du Tunnel du Fréjus, nous assurant que dans 45mn, nous serions en Italie. Et nous y croyions… Nous avons attendu 4h à l’orée de ce tunnel, maudissant l’humanité et particulièrement les automobilistes, enchaînant les blagues bêtes, avant de voir un poids lourd s’arrêter, que dis-je, déraper à notre hauteur. Nous croyions à une blague et étions prêts à insulter le chauffeur, mais celui nous fait signe de monter. O joie !

     

    C’était un chauffeur turc, qui devait se rendre en Sicile, ou très loin au Sud. Il nous prit donc, et nous fîmes avec lui une grande partie du trajet. Il faut savoir que les camions n’ont la plupart du temps que deux places, aussi s’arrêtent-ils rarement pour prendre des auto-stoppeurs. Mais celui-ci nous a offert de s’asseoir sur la banquette-lit, à l’arrière de sa cabine. De là, nous regardions défiler la route, discutions avec lui dans un mélange d’allemand, français et espagnol, faisions chauffer du café sur un réchaud (oui ,oui), jusqu’à arriver au niveau de Milan.

    Il s’arrêta dans une station-service où il nous laissa, nous souhaitant bonne chance. Il faisait nuit, et nous n’avions pas très envie de dormir sous un camion, alors après avoir vainement cherché une voiture au départ, nous décidions de quitter la station et de planter la tente dans les champs environnants.

    L’endroit idéal trouvé, il fallait dîner. Prévoyants, nous avions apporté réchaud, pâtes, casseroles et tutti quanti. L’eau frémissait, il était temps d’y plonger les coquillettes. Mais là, manque de chance : plus de gaz dans la bouteille… Il fallut donc finir une casserole de pâtes mi-cuites, encore loin de l’aldante. Ah, les joies du camping.

    Mais il est l’heure d’aller dormir. Je tiens à préciser que mon ami est straight edge et que mon cœur est déjà pris, nous voyagions donc seulement en camarades.

    Autiche-stop-id-2.jpg

    Le lendemain matin, à peine de retour à la station, une sympathique vieille dame que j’aborde avec mon plus grand sourire accepte de nous conduire jusqu’à Venise, où elle se rend avec son mari. Nouvelle station, nouvelle recherche de voitures. L e sourire aux lèvres, le panneau Österreich à la main, je vais de voiture en voiture. Une fille, ça passe toujours mieux… Deux bons Italiens acceptent de nous prendre, ils allaient tout près de notre destination. Après avoir bien ri, ils nous laissent à Arnoldstein, petit village d’Autriche, dont, m’assure mon ami, est originaire Arnold Schwarzenegger, ce que je crois bien évidemment. (Il est en fait originaire de Graz, qui n’est pas si loin).

    Une pluie fraîche commençant à tomber, c’est sous un abribus que nous attendons Patrick, l’identitaire autrichien qui doit nous conduire au lieu de camp. A ce moment, nous nous réjouissons du parcours effectué : 1.000km en un plus de 24 heures, il y a de quoi être content.

    Patrick arrive, nous sommes tout joyeux de le revoir, et nous nous laissons conduire.

    L’endroit dans lequel nous arrivons est paradisiaque. Figurez-vous une route de campagne, entourée de hautes montagnes, serpentant dans une plaine verdoyante. A notre droite s’élevait le flanc des montagnes et sur la gauche s’étendait d’immenses lacs aux eaux sombres, où se miraient des rayons voilés de brume. Ce lieu portait au recueillement, à la contemplation.

    Après un si long voyage, je fus heureuse de découvrir ce grand chalet de bois aux volets rouges et blancs, niché aux pieds de la montagne, le jardin donnant sur le lac. Tout était sérénité, loin de la frénésie de la ville. C’est pour cette raison d’ailleurs que je ne souhaite que repartir à chaque retour : l’atmosphère de la ville me paraît irrespirable, la vie semble artificielle, j’ai besoin de retourner à la nature et aux valeurs essentielles.

    Autiche-stop-id-3.jpg

    Ce Sommerfest dans un cadre idyllique, en compagnie de nos amis autrichiens et allemands m’a donc comblée. Ces trois jours en terre autrichienne furent des instants de camaraderie, des sourires plein les yeux, des chants mélancoliques ou au contraire diablement entraînants lancés autour du feu, accompagnés à la guitare et rythmés par nos cris joyeux. Nous avons ri, dansé, chanté, nous avons parlé. Oh oui, nous avons beaucoup parlé. Je ne comprends pas l’allemand alors ils me parlaient anglais. Mais le rire est universel alors nous n’étions jamais seuls. Une après-midi, nous sommes partis marcher, à la conquête d’un sommet. Sacrée montée, mais une fois là-haut, c’est avec bonheur que nous avons posé nos sacs à l’auberge, où on servait ce dessert délicieux, plus encore après une randonnée, que l’on appelle Kaiserschmarrn ! Le temps se rafraîchissant, nous avons investi l’étage, où la tiède chaleur du poêle nous a saisis. Dans une douce torpeur, je réalisais combien ces instants étaient précieux et uniques. Combien ont-ils la chance d’avoir des camarades un peu partout en Europe, qui les accueillent à bras ouverts, les initiant à leur culture, leurs traditions et leur joie de vivre ?

    C’est dans ces moments que je ressens avec le plus d’intensité ma fierté d’appartenir à la grande Europe, dans ces moments que je sens la fraternité qui nous unit tous, au-delà de la barrière de la langue et de la culture. Plus encore, nous avons par-delà les frontière cet idéal qui nous rassemble, l’amour et la défense de notre identité. Et c’est en créant des échanges tels que ceux-ci avec des garçons et des filles d’Europe que nous pourrons faire renaître la lumière dans notre civilisation.

    La construction d’un avenir européen passe par ces instants, j’en suis convaincue.

    Mais il est déjà temps de repartir, nous devons redescendre. Je m’enivre de nature, mes yeux sont absorbés par la montagne et le ciel.

    Le temps s’écoule vite, trop vite, nous devons déjà rentrer en France.

    Dans la nuit du dimanche, nous quittons ce lieu de bonheur avec deux Allemands, en route pour Hanovre. C’est le début de longues péripéties, que je résumerai rapidement par un détour de 600 km, une rencontre avec la Polizei parce que nous avions eu la mauvaise idée de faire du stop sur le bord de l’autoroute, 2 fois coincés à l’aéroport (Munich et Lyon), à tel point que la deuxième fois nous avons dû y passer la nuit. Mais nous avons aussi fait la connaissance d’un routier moldave, le cœur sur la main, qui a partagé son repas avec nous ; nous avons dormi dans la forêt, rencontré d’autres Français au même “spot” que nous. Et puis nous sommes arrivés. Il était 6 h du matin quand nos pieds ont foulé les pavés du Vieux-Lyon.

    Nos têtes bourdonnaient encore de sonorités allemandes, nos yeux étaient remplis de ciel que cachaient désormais les toits des maisons. Nous sommes de retour, mais bientôt nous repartirons.

    Je ne peux me résoudre à m’arrêter là. J’ai poussé la porte du voyage, l’appel de la route se fait trop pressant. Je n’aurai pas assez de temps pour découvrir le monde dans ses moindres recoins. Mais j’en ai bien assez pour vivre, prendre mon sac un matin et partir à l’aventure.

    Louise d’Espagnac
    militante Rebeyne – GI Lyon

    Crédit photos : Louise d’Espagnac

  • La menace jihadiste pourrait gagner l'Europe en quelques semaines, met en garde le roi d'Arabie

    30/08/2014 à 11:31 - Mis à jour à 12:02

    Le roi Abdallah d'Arabie saoudite a prévenu les pays occidentaux qu'ils seraient la prochaine cible de la menace jihadiste, en l'absence d'une réaction "rapide".

    965241.jpg

    Le roi Abdallah d'Arabie s'entretenant avec l'américain John Kerry, Chargé des Affaires étrangères, à Jeddah, en juin 2014 © Reuters

    Cité samedi par le quotidien saoudien Asharq al-Awsat et la chaîne de télévision Al-Arabiya à capitaux saoudiens, le souverain saoudien a précisé que "le terrorisme ne connaît pas de frontière et son danger peut toucher plusieurs pays en dehors du Moyen-Orient", où les jihadistes de l'Etat islamique (EI) sévissent avec brutalité sur les territoires conquis en Syrie et en Irak.

    Le roi Abdallah, qui s'exprimait vendredi en recevant de nouveaux ambassadeurs accrédités en Arabie saoudite, dont celui des Etats-Unis, un proche allié de Ryad, a ajouté que l'inaction face à ce phénomène "est inadmissible". "Vous voyez comment ils (les jihadistes) procèdent à des décapitations et font que des enfants exhibent des têtes coupées dans la rue", a-t-il encore dit, en s'élevant contre "la cruauté" de tels actes. "Ce n'est pas un secret pour vous, ce qu'ils ont commis et ce qu'ils vont commettre encore. Si on les néglige, je suis sûr qu'ils parviendront au bout d'un mois en Europe, et un mois plus tard en Amérique", a-t-il prévenu. Le président américain Barack Obama reste indécis sur des frappes aériennes contre les jihadistes de l'EI en Syrie après celles menées dans le nord de l'Irak.

  • Crimes de guerre de l'Armée rouge pendant la Seconde guerre mondiale

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Crimes_de_guerre_de_l'Arm%C3%A9e_rouge_pendant_la_Seconde_Guerre_mondiale

  • Patrick Bruel, " Qui a le droit ?"

     
  • Vladimir Poutine compare l'armée ukrainienne à l'occupant nazi - L'Ukraine veut intégrer l'OTAN


    L'Ukraine veut intégrer l'OTAN par euronews-fr

  • Béziers et Maaloula jumelées : bonne nouvelle pour ces chrétiens qui se sentaient « abandonnés par la France » (plus d'informations)

    29 août 2014 par CharlotteO 

    Capture d’écran 2014-08-29 à 09.46.17Robert Ménard, maire de Béziers, vient d’annoncer le jumelage de sa ville avec le petit village syrien et chrétien de Maaloula.  Un village martyr, occupé pendant sept mois par les djihadistes de Jabat-al-Nosra, qui reprend vie depuis sa libération par l’armée syrienne aidée du Hezbollah le 14 avril dernier. Reportage à Maaloula.

    Une bonne nouvelle puisque ses habitants confiaient il y a quelques jours se sentir « abandonnés par la France ». Ils sont nombreux à regretter le temps où la diplomatie française faisait exception en honorant ses promesses dans la région, tout particulièrement celle d’être protectrice des Chrétiens…

    La politique française, alignée sur celle des Etats-Unis depuis quelques temps n’a cessé d’accroître l’insécurité dans laquelle vivent les Syriens depuis trois ans, et tout particulièrement ces Chrétiens menacés doublement par les djihadistes, comme Syriens puis comme Chrétiens.

     

    Libéré il y a quelques mois, la village reprend doucement vie et quelques 300 familles ont déjà choisi de s’y installer à nouveau, le curé hésite encore et reste pour l’instant à Damas, conscient que s’il revenait à Maaloula, tous le suivraient : « les djihadistes sont nombreux et sont encore dans les parages, je ne peux pas prendre ce risque tout de suite » confiait-il.

    Mais il revient régulièrement pour dire la messe aux courageux, suivre l’évolution des travaux dans les maisons de ses fidèles mais également dans les églises sérieusement abîmées… Partout demeurent les traces d’une haine anti-chrétienne glaçante : églises brûlées, évangiles déchirés, icônes cassées, statues décapitées… Mais le spectacle n’altère pas la détermination des habitants. Quelques bénévoles de l’association française SOS Chrétiens d’Orient sont là pour financer la restauration de l’une des églises, Saint Georges, et les habitants sont heureux d’accueillir ces pèlerins qui, en plus de les aider, annoncent un retour de la vie presque normale… « Nous avions énormément de touristes et de pèlerins avant la guerre, ces jeunes sont les premiers étrangers à venir si l’on oublie les journalistes. Quelle joie, merci » lance une habitante.

    « Nous sommes quelques uns à être rentrés tout de suite » confie Saba, un épicier d’une quarantaine d’année qui a combattu avec les « gardes » du village en septembre lors de la prise du village, comme en avril lors de sa libération.

    Depuis, il nettoie, répare et restaure sa petite boutique : « il faut que ces monstres comprennent qu’ils ne gagneront jamais la Syrie. Nous résisterons tant qu’il le faudra pour retrouver le pays calme et paisible que nous avons perdu il y a trois ans » affirme-t-il avant d’ajouter : « mais les occidentaux doivent comprendre que leurs gouvernements se trompent… Si la liberté et la démocratie impliquent la destruction de nos églises millénaires, nous n’en voulons pas. Qu’ils nous laissent vivre ! » 

    Tous tiennent un discours encourageant, même si l’avenir est parfois difficile à imaginer. Parmi les djihadistes à s’être révoltés à Maaloula, il y avait de nombreux habitants du village et la confiance sera difficile à regagner… Mais tous n’ont qu’une envie : y arriver. « Comme avant, ceux qui refusent la présence chrétienne en moins » sourit Fadi, jeune maçon revenu le jour même de la libération.

    Contre-info.com

  • Le FMI renouvelle sa "confiance" à Christine Lagarde après sa mise en examen

    images.jpg

    http://www.leparisien.fr/faits-divers/le-fmi-renouvelle-sa-confiance-a-christine-lagarde-apres-sa-mise-en-examen-29-08-2014-4096329.php

    Tous pourris, tous complices!

     

  • Un premier malade d'Ebola au Sénégal

    FDS

     

  • Des militaires russes capturés en Ukraine

     

    PHO4a695fba-2d4c-11e4-914f-eeab255dff79-805x453.jpg

    Ces militaires russes ont été capturés à une vingtaine de ­kilomètres de la frontière.

    La nouvelle a embarrassé Moscou alors que se tenait à un sommet avec la présence des présidents russe et ukrainien ainsi que de la haute représentante de la diplomatie européenne, Catherine Ashton.

     

    Des militaires russes participent activement au conflit en Ukraine: le secret de Polichinelle obstinément entretenu par Moscou depuis des mois est éventé pour la première fois. Les autorités ukrainiennes ont diffusé mardi les témoignages de trois parachutistes russes capturés la veille près du village ukrainien de Dzerkalné, à une vingtaine de kilomètres de la frontière. Membres du 331e régiment de la 98e division aéroportée, basée à Kostroma. Ils affirment avoir été tenus dans l'ignorance de leur mission, présentée à l'origine comme un exercice, ne découvrant que brusquement, à l'issue d'un bombardement, qu'ils se trouvaient en réalité sur le sol ukrainien. Leurs visages sont exhibés, comme ceux des prisonniers de guerre ukrainiens, forcés par les séparatistes à défiler dimanche dans les rues de Donetsk, et leurs propos, coupés. Pour les besoins de la propagande ukrainienne, tous avouent, face caméra, avoir été trompés par leur pays. «Cette guerre n'est pas la nôtre, les vrais Slaves sont ceux qui défendent leur pays, les autres sont des étrangers… notamment des militaires russes qui ne savent pas ce qu'ils font», témoigne le sergent Alexeï Generalov. Au total, dix soldats ont été faits prisonniers.

    L'épisode ne pouvait qu'assombrir le sommet de consacré mardi à la crise ukrainienne.

    Selon une source au ministère russe de la Défense, ces derniers auraient traversé la frontière par «accident, sur un tronçon sans démarcation». Par le passé, accuse la même source, des militaires ukrainiens auraient également traversé du côté russe, des groupes de «500 hommes» parfois, sans que Moscou ne rende l'incident public… «Cette explication est absurde mais la Russie va continuer à la servir: un grand classique», ironise l'expert militaire indépendant Alexander Goltz. L'épisode n'a pu qu'assombrir le sommet de Minsk consacré mardi à la crise ukrainienne, où Vladimir Poutine et Petro Porochenko se rencontraient pour la seconde fois. Le chef de l'État ukrainien a simplement annoncé l'ouverture de consultations en vue de sécuriser la frontière ainsi qu'un cessez-le-feu «aussi vite que possible». Par ailleurs, le chef du Kremlin a pour sa part menacé Kiev de représailles économiques à la suite de la signature de l'accord euro-ukrainien de libre-échange.

    Depuis plusieurs jours, les preuves de l'implication militaire russe en Ukraine s'accumulent. Lundi, des photos des tombes de deux militaires russes enterrés le jour même dans un cimetière de Pskov avaient déjà été publiées sur les réseaux sociaux. Ces parachutistes avaient été tués les 19 et 20 août dans la région de Louhansk - l'une des deux principales places fortes séparatistes. Le black-out des autorités accentue l'inquiétude des familles, tenues parfois dans l'ignorance du sort de leurs proches, envoyés en Ukraine. Mardi, des parents des soldats faits prisonniers se sont réunis afin d'obtenir des explications de la hiérarchie militaire. Bien que les médias russes aient pratiquement fait l'impasse sur l'affaire de leurs prisonniers, le Kremlin semble étudier une nouvelle riposte médiatique, censée être plus convaincante que la thèse de l'erreur d'orientation.

    Le Figaro

     

  • Marine Le Pen: "Nous sommes prêts à gouverner"

    PHO616689a0-2f94-11e4-85a1-f7f4ae422908-805x453.jpg

    INTERVIEW - En cas de dissolution, Marine Le Pen affirme au Figaro que si son parti obtenait la majorité, il assumerait «les responsabilités».

     

    LE FIGARO. - Une telle dissolution n'est pas souhaitée à l'UMP, où la cohabitation semble exclue…

    Marine LE PEN. - La droite montre son vrai visage, purement électoraliste. On voit bien qu'ils ne défendent que leur intérêt personnel. Mais comment peuvent-ils refuser une cohabitation qu'ils ont eux-mêmes théorisée? C'est le jeu des institutions. Comment expliqueront-ils aux électeurs qui votent pour eux qu'ils refuseront de prendre leurs responsabilités pour changer la situation dramatique dans laquelle est plongé le pays? En tout cas, je peux vous dire une chose très clairement: nous, si nous obtenons une majorité, nous assumerons les responsabilités que nous aurons confiées les Français.

    Quelle est votre priorité?

    Montrer à nos concitoyens que nous sommes prêts à gouverner. Au fil des prochaines semaines, nous allons multiplier les collectifs pour attirer la société civile dans notre dynamique. Ils seront tous liés à des sujets mal connus de notre programme, comme la retraite, la dépendance, le logement et la grande politique de la mer à laquelle je suis très attachée. Dès le prochain congrès du 29 novembre, nous améliorerons encore le fonctionnement de notre mouvement, qui n'est qu'un outil d'accession au pouvoir.

    Retrouvez l'intégralité de l'interview en zone payante ou dans notre édition du 30 août.

  • Poutine avance ses pions militaires dans l'est de l'Ukraine

    http://www.lefigaro.fr/international/2014/08/29/01003-20140829ARTFIG00351-poutine-avance-ses-pions-militaires-dans-l-est-de-l-ukraine.php

    + PHOTO SATELLITE et INFOGRAPHIE

  • Logement: abandon de la loi Duflot sur l'encadrement des loyers

    Parmi les mesures destinées à relancer la construction de logements neufs, Manuels Valls a annoncé vendredi que l'encadrement des loyers prévu dans la loi de l'ex-ministre écologiste Cécile Duflot sera limité finalement à et ne se fera qu'«à titre expérimental».

    Cet encadrement des loyers était une promesse du candidat en 2012.

     
       

     Mais le Premier ministre a estimé avoir assez de recul aujourd'hui pour prendre en compte les difficultés de sa mise en œuvre, jugeant même que les conditions techniques ne seront pas réunies avant des mois, voire des années pour l'appliquer à une plus grande échelle que .

    «Il faut être pragmatique. L'encadrement des loyers a provoqué de l'inquiétude et de l'attentisme chez les investisseurs» a commenté de son côté la nouvelle ministre du Logement Sylvia Pinel qui devra mettre en œuvre les nouvelles mesures.

    Comme attendu, Cécile Duflot a vivement réagi en dénonçant l'abandon d'une mesure à ses yeux «essentielle pour le pouvoir d'achat puisqu'elle faisait baisser une dépense contrainte qu'est celle du loyer».

    Le Parisien - 29 08 14

  • Compte facebook de l’Education nationale : une apologie du Grand Remplacement

     

    Le compte Facebook officiel de l’Education nationale a mis à jour sa photographie de profil et le moins que l’on puisse dire, c’est que le ton de celle-ci ne fait pas mystère de l’idéologie défendue par ses administrateurs. Est-ce pour saluer l’arrivée aux commandes de l’étrangère homosexualiste Najat Vallaud-Belkacem ?

     

    2014-08-29-09_13_47-1-Éducation-nationale.png

    La mise en place de cette photo a heureusement suscité une avalanche de commentaires étonnés, ironiques ou mécontents, poussant les administrateurs à les épurer largement et à préciser hypocritement :

  • Mohamed est le prénom masculin le plus fréquent à Oslo : l’équivalent norvégien de l’INSEE juge la nouvelle « très excitante »

    Ecrit le 29 août 2014 à 14:00 par Eric Martin dans Nos brèves

     
     
    2
     
    image_pdf

    Statistics Norway (Statistisk Sentralbyrå – SSB) a compté la population d’Oslo et a constaté que Mohammed est le prénom masculin le plus fréquent à Oslo pour la première fois.

    Jørgen Ouren du SSB a déclaré que : « C’est très excitant. »

    Source : Thelocal.no via FDesouche.

    NDF

  • Pour Hollande, Bachar al-Assad est "un allié objectif des djihadistes et ne peut pas être un partenaire dans la lutte contre le terrorisme"


    Hollande : "Bachar al-Assad ne peut pas être un... par 6MEDIAS

  • Robert Ménard fait de Maaloula en Syrie la ville jumelle de Béziers

    13h38

    La municipalité de Robert Ménard a annoncé mercredi un prochain jumelage de Béziers avec la ville syrienne de Maaloula.

    À quelques heures du rassemblement organisé en faveur des chrétiens et des minorités d’Irak, la Ville a annoncé un prochain jumelage avec la ville syrienne de Maaloula.

    « Depuis des mois, des populations entières du Moyen-Orient sont persécutées par des fous d’Allah en raison de leur foi. Les chrétiens sont particulièrement menacés. Face à ses persécutions, la municipalité de Béziers ne peut rester inactive. Elle a décidé de témoigner de sa solidarité et de sa compassion », écrit le service communication de la Ville.

    Le maire, Robert Ménard, vient donc de nouer « des contacts en Syrie pour faire part de sa proposition, qui a été très bien accueillie, d’un jumelage avec Maaloula ». La procédure devrait donc bientôt aboutir.

    midilibre.fr

     

    FDS