Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 674

  • Un lieu-dit du Loiret nommé « La Mort aux juifs » va-t-il être « rebaptisé » ?

    2k0aE4S.jpg

     

    14h08

    Va-t-on rebaptiser La Mort aux juifs ? Ce lieu-dit constitué d’une ferme et de deux maisons dans le petit village de Courtemaux de 290 habitants (Loiret) est dans le viseur du Centre Simon-Wiesenthal, aux Etats-Unis, qui réclame que ce nom disparaisse.

     

    Le centre fondé par le célèbre chasseur de nazis a écrit dans cette optique au ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve :

    « Que ce nom soit passé inaperçu pendant les soixante-dix ans qui ont suivi la libération de la France du national-socialisme et du régime de Vichy est extrêmement choquant. »

    Pour l’adjointe au maire du village de Courtemaux, une telle démarche n’est pas une première. «Un conseil municipal précédent, il y a au moins vingt ans, avait déjà refusé de débaptiser ce lieu-dit, confie-t-elle. C’est ridicule, ce nom a toujours existé. Personne n’en veut aux juifs, bien sûr. Cela ne m’étonne pas que cela revienne encore une fois sur le tapis.»

    «Il faudrait pour changer de nom une décision du conseil municipal, mais cela m’étonnerait bien, a-t-elle encore dit. Pourquoi changer un nom qui remonte au Moyen Age, ou à plus loin encore ? Il faut respecter ces vieux noms. » En 1992, le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples avait effectué la même demande auprès du maire de l’époque, des autorités préfectorales et du ministère de l’intérieur.

    En mai, un village du nord de l’Espagne baptisé « Castrillo Matajudios » (« Castrillo tue les juifs ») a voté lors d’un référendum en faveur du changement de nom de sa commune qui était, selon son maire, un peu lourd à porter. Vingt-six des 52 votants ont voté en faveur d’un nouveau nom, « Mota de Judios » (« la colline des juifs »).

    Le Point

    FDESOUCHE

  • Un ours sauve un oiseau de la noyade


    Un ours sauve un oiseau de la noyade par quoi2news

    Dans le zoo de Budapest, en Hongrie, une scène improbable a été filmée par un spectateur.

    Un ours qui était en train de déjeuner, est venu au secours d'une corneille. Alors que l'animal était en train de se noyer dans le bassin, l'ours s'est approché pour décoincer l'oiseau avec sa patte et sa gueule.

    www.quoidenews.fr

  • Ebola : le prêtre espagnol rapatrié du Liberia à Madrid est mort

     

    par Antoine Krempf mardi 12 août 2014 10:48
     
       

    L'épidémie de virus Ebola a fait sa première victime en Europe. Le prêtre espagnol contaminé au Liberia et soigné dans un hôpital madrilène n'a pas survécu, malgré l'administration d'un sérum expérimental. Le bilan de l'épidémie est désormais de 1.014 victimes d'après l'Organisation mondiale de la santé.

    Le missionnaire Miguel Pajares est mort ce vendredi à l'hôpital Carlos III de Madrid, d'après un communiqué de l'établissement de santé. C'est la première victime européenne du virus Ebola. 

    L'homme de 75 ans, très affaibli par la maladie, y a été pris en charge après avoir été rappatrié du Liberia jeudi dernier. Il avait contracté la maladie alors qu'il travaillait dans un hôpital de Monrovia. Confiné dans une des chambre de l'hôpital espangol, le religieux avait reçu le même sérum expérimental injecté aux deux humanitaires américains.

    Le ZMapp, produit de trios anticorps capables de reconnaître les cellules infectées par le virus, n'avait jusqu'à présent été testé que sur des singes. Mais, en attendant un vaccin, c'est l'un des grands espoirs pour lutter contre la propagation d'une  épidémie de plus en plus meurtrière. 

    A lire aussi ►►► Ebola : plus de 1.000 morts en Afrique de l'Ouest

    Du sérum expérimental envoyé au Liberia

    Le comité d'éthique de l'Organisation mondiale de la santé vient d'ailleurs d'annoncer ce mardi matin sur son site internet que "devant les circonstances de l'épidémie et sous réserve que certaines conditions soient remplies, le comité estime qu'il est ethique d'offrir des traitements non homologués dont l'efficacité n'est pas encore connue ainsi que les effefats secondaires, comme traitement potentiel ou à titre préventif". 

    Un peu plus tôt, la présidence  libérienne s'était réjouie de la décision de Washington d'nvoyer à Monrovia une livraison de "doses d'échantillons du sérum expérimental pour traiter les médecins libériens actuellement infectés". L'émissaire américain doit apporter ce sérum dans le courant de la semaine, ajoute la présidence.

  • Wissous Plage: les "mamans voilées" gagnent de nouveau contre la mairie

    4061019_wissous-maire.jpg

    http://www.leparisien.fr/essonne-91/wissous-plage-les-mamans-voilees-gagnent-de-nouveau-contre-la-mairie-12-08-2014-4061019.php

     

  • Gibraltar: près de 300 migrants africains secourus par l'Espagne

    4059317_ql1692-892598-01-02-new.jpg

    Environ 300 migrants d'Afrique subsaharienne à bord de bateaux pneumatiques ont été secourus dans le détroit de Gibraltar lundi, portant à plus de 370 le nombre d'immigrants clandestins secourus par les services de secours maritimes espagnols en trois jours.

    Trois bateaux pneumatiques ont été découverts dans la nuit de dimanche à lundi avec 32 personnes dont trois femmes et un enfant à bord, ont indiqué les services de secours.

    <btn_noimpr>

     

     Mais au total, ce sont 299 immigrés (253 hommes , 42 femmes et quatre enfants, dont l'âge n'a pas été révélé) qui ont été secourus. La plupart ont été transportés à Tarifa, en Andalousie, pour y être pris en charge par la Croix-Rouge.

    Les rescapés sont pris en charge par des membres de la Guardia Civil équipés de gants et de masques de protection en raison de l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola dans plusieurs pays d'Afrique qui a déjà fait près de mille morts.

    Beaucoup visent les enclaves de Ceuta et Melilla

    Le nombre d'immigrants clandestins qui tentent d'entrer en Espagne ou en Italie a fortement augmenté ces derniers mois. En Espagne, les migrants arrivent par bateaux de fortune dans le sud du pays ainsi que par Ceuta et Melilla, les enclaves espagnoles au Maroc. Un millier de migrants venus d'Afrique subsaharienne ont tenté sans succès le 23 juillet d'entrer à Melilla, où les autorités ont installé un dispositif de plus en plus sophistiqué, comprenant une nouvelle maille anti-escalade.

    Le 14 juin, les forces de sécurité marocaines et espagnoles avaient repoussé un millier de migrants africains qui tentaient d'escalader le grillage. Quatre jours plus tard, environ 400 personnes avaient tenté leur chance, à nouveau sans succès.

    Le 28 mai, plus de mille migrants subsahariens avaient tenté de franchir la frontière et près de 500 y étaient finalement parvenus lors de l'une des entrées les plus massives depuis 2005 dans cette ville, selon les autorités locales.

    LeParisien.fr

     

  • Propos sur Hitler et les gens du voyage: 3000 euros d'amende pour le maire de Cholet

    4060387_3698eb7993b4c923692e740c6da3be33dc56563f.jpg

    http://www.leparisien.fr/pays-de-la-loire/propos-sur-hitler-et-les-gens-du-voyage-legere-amende-pour-le-maire-de-cholet-12-08-2014-4060861.php

  • Liberia: des malades d'Ebola emmurés vivants

    http://actu.orange.fr/monde/dans-un-village-du-liberia-des-malades-d-ebola-emmures-vivants-afp_CNT0000003uXIx.html

  • «La France face à la question islamique : les choix crédibles pour un avenir français» par Aymeric Chauprade

    http://www.fdesouche.com/495895-la-france-face-a-la-question-islamique-les-choix-credibles-pour-un-avenir-francais-par-aymeric-chauprade

    tYxBkWZ.jpg

    NdB: "Quand on défend un monde fondé sur la souveraineté, on défend aussi la souveraineté d’Israël et son droit à la sécurité": de la défense des Chrétiens d'Irak à la défense de l'Etat juif...

  • FN: la France doit participer militairement à la destruction de l’Etat islamique en Irak

    11 août 2014   Marcel Dibe                                                

    Communiqué d’Aymeric Chauprade, député français au Parlement européen,  conseiller de Marine Le Pen sur les questions internationales

    L’existence de l’Etat islamique en Irak, autoproclamé Califat islamique mondial et auquel sont en train de se rallier nombre d’imams et de mouvements sunnites radicaux dans le monde (jusqu’en Indonésie) est le résultat tout à la fois de la politique américaine de destruction du régime de Saddam Hussein à partir du début des années 1990 et de la politique française de destruction des régimes libyen et syrien à l’instigation du Qatar et de l’Arabie Saoudite, sous les présidents Sarkozy puis Hollande. On ne le dira jamais assez fort : les Chrétiens de Syrie et d’Irak, et avec eux l’ensemble des minorités non sunnites (Yazidis, Alaouites, Chiites) sont aujourd’hui massacrés du fait même des erreurs stratégiques américaine, britannique et française en Libye et en Syrie à partir de 2011, lesquelles ont favorisé l’expansion du djihadisme dans tout le Moyen-Orient. Faut-il rappeler en effet que jusqu’au sage accord russo-américain de septembre 2013 sur les armes chimiques syriennes, le gouvernement de Hollande-Fabius réclamait encore à ses alliés une guerre contre le régime de Bachar al-Assad et envoyait des armes aux rebelles islamistes ? Il est pour le moins étonnant de voir aujourd’hui M. Fabius se contenter de superviser l’envoi de colis humanitaires aux Chrétiens et Yazidis lesquels subissent les conséquences apocalyptiques de ses erreurs stratégiques !

    Pour le Front national, le principe de non-ingérence militaire doit rester un principe clé de la défense d’un monde multipolaire fondé sur le respect des souverainetés nationales.

    Néanmoins, deux motifs fondent à nos yeux l’exception à la non-ingérence :

    1/ lorsque la sécurité de la France est en jeu.

    2/ lorsque l’honneur de la France est en jeu.

    Dans le cas irakien, ces deux conditions sont réunies. Pôle de référence djihadique mondial mais également point attracteur d’islamistes de nationalité française, l’Etat islamique doit rapidement être détruit, faute de quoi il est promis à un grand avenir.

    Le contrôle qu’il exerce sur des zones pétrolifères d’importance majeure lui permettra d’ajouter à sa détermination fanatique des capacités militaires fortes. Sans appui américain et plus largement occidental, les Etats syrien (de noyau alaouite et chrétien) et irakien (de noyau chiite) seront balayés et avec eux l’Etat libanais ami de la France.

    La France doit rapidement montrer à ces Etats qu’elle est encore un acteur politique majeur du Moyen-Orient. Notre alignement servile derrière le Qatar et l’Arabie Saoudite voulu par Sarkozy et validé par Hollande est largement responsable de la situation dramatique actuelle et il y a urgence à redéfinir notre politique au Moyen-Orient en renforçant nos relations avec la Syrie, l’Irak et l’Iran. L’influence de la France au Moyen-Orient, autant que sa sécurité intérieure future, sont directement en jeu dans la question des Chrétiens d’Irak.

    Mais il s’agit aussi d’une question d’honneur. Certes laïque, la France n’en est pas moins historiquement une nation catholique, fille aînée de l’Eglise. Elle a, depuis les Croisades et la libération du tombeau du Christ, un devoir particulier envers ses frères chrétiens d’Orient. Ces Chrétiens d’Irak et de Syrie, mais aussi les autres minorités non sunnites, qui sont aujourd’hui victimes de massacres, de viols, de décapitations ne peuvent être abandonnés à leur sort. Il en va de notre honneur de se poser en protecteur de ces femmes chrétiennes aujourd’hui réduites en esclavage et vendues dans les souks des villes contrôlées par l’Etat islamique. Nos colis humanitaires ne répareront pas les erreurs stratégiques funestes des gouvernements Sarkozy et Hollande. Il faut aller plus loin.

    L’intervention de l’aviation américaine en appui des forces gouvernementales irakiennes et des forces kurdes est un choix stratégique juste. Dans les plus brefs délais, le gouvernement français doit associer nos capacités aéronavales aux forces aériennes américaines dans le but de consolider les forces chiites et kurdes qui tentent de résister à la progression de l’Etat islamique.

    Il devrait également être demandé à nos services de renseignement et nos forces spéciales d’oeuvrer à la mise hors d’état de nuire des djihadistes français partis combattre en Syrie et en Irak. Il n’est pas concevable en effet, pour la sécurité des Français, de laisser revenir sur notre territoire des hommes qui auront acquis une telle expérience militaire, qui se seront autant affranchis des règles de la civilisation en commettant des exactions atroces (égorgements, décapitations, viols…), et qui même derrière les barreaux d’une prison constitueront les nouveaux référents djihadiques susceptibles d’accélérer l’islamisation radicale de nos populations délinquantes.

    Nations Presse Info

  • Le couple le plus haï d'Australie répond aux accusations de leur mère porteuse


    Le couple le plus haï d'Australie répond aux... par 6MEDIAS

    6Medias, 11/08/2014 - 22:45

     

    Le couple australien accusé par une mère porteuse thaïlandaise d'avoir abandonné un enfant parce qu'il était trisomique se sont confiés à une chaîne australienne. David et Wendy Farnell, les parents biologiques de Gammy, le petit garçon resté en Thaïlande se confient à Tara Brown, journaliste à Channel 9. Ils affirment que, contrairement à ce que prétend Pattaramon Chanbua, la mère porteuse, ils ne lui ont jamais demandé d'avorter une fois connus les risques de trisomie 21 concernant le fœtus.

    David Farnell, reconnu coupable d'abus sexuels sur des jeunes filles dans les années 90, se voit également confronté à son passé. Il promet qu'il n'a plus de pulsion pédophile, et que la sœur jumelle de Gammy, née en bonne santé et que le couple a ramenée en Australie, grandira en sécurité.

  • Patrick Balkany interpelle Marisol Touraine et assure qu'il y a plusieurs cas d'Ebola en France

    8YJZC2i.jpg

    LE SCAN POLITIQUE - Le député maire de Levallois adresse une question écrite au ministre de la Santé car il affirme que plusieurs cas ont été signalés en France. Le ministère de la Santé dément ces informations.

    «Selon des sources médicales fiables, plusieurs cas (de virus Ebola, ndlr) auraient été signalés sur le territoire français». Cette déclaration choc vient de Patrick Balkany. Et selon lui, le ministère de la Santé serait au courant de la présence de malades sur le territoire français. Il publie ce lundi soir sur son site la question écrite qu'il adresse à Marisol Touraine et qui sera publiée au journal officiel dans les prochains jours.

    Contacté par Le Scan, il confirme ses propos: «Je viens d'alerter en urgence le ministre des Affaires sociales et de la Santé sur les cas de virus Ebola recensés en France». Mais le parlementaire UMP refuse de livrer l'origine des «sources médicales» qu'il évoque dans sa question écrite. «Le ministère a été prévenu par mes sources et c'est tout de même curieux que l'on n'ait pas d'échos», estime le député des Hauts-de-Seine. «C'est une maladie grave, qui progresse vite et que l'on ne sait pas soigner», tient-il à préciser.

    «J'ai donc demandé dès aujourd'hui au ministre, par une question écrite qui sera publiée au Journal officiel dans les prochains jours, de bien vouloir m'indiquer combien de cas atteints par le virus Ebola avaient, à ce jour, été recensés en France ainsi que leur zone d'importation», écrit-il. «Je lui ai également demandé, au vu de ces cas déclarés en France, qu'une information plus large sur les symptômes de la maladie ainsi que sur la marche en suivre en cas de soupçon d'infection, soit mise en place dans les plus brefs délais», peut-on lire sur le site de Patrick Balkany.

    «Je parle de cas au pluriel mais pas encore d'épidémie. Mais je suis certain que ça va se savoir» affirme-t-il au Scan, sans livrer plus de preuves. «Au regard du caractère urgent de cette interpellation, j'espère obtenir une réponse rapide de la part de Mme le ministre», conclut-il sa question écrite.

    Contacté par Le Scan, le ministère de la Santé affirme que «aucun cas de contamination par le virus n'a été recensé à ce jour en France. Le risque d'importation reste assez faible». Pour autant le ministère assure qu' «une extrême vigilance s'impose» et renvoie vers son site pour toute information complémentaire sur les mesure prévues en cas d'arrivée de malades sur le territoire .

    Le Figaro

  • Sicile : Les policiers fuient en masse par peur des immigrés contagieux

    mare-nostrum-3.jpg

     

     

    09/08/2014 – PALERME (NOVOpress) – 90% d’absentéisme lors du dernier débarquement de clandestins à Palerme : c’est le chiffre donné dans un communiqué par la Consap, le syndicat autonome de la police. Le 7 août, alors que la marine nationale venait débarquer 530 clandestins, 90% des agents théoriquement en service se sont fait porter malades. La raison ? La peur d’être « contaminés par les virus dont les réfugiés [sic] seraient porteurs. Tuberculose, gale, Ebola, telles sont les maladies craintes par les hommes des forces de l’ordre ». Beaucoup de policiers employés dans le cadre de l’opération « Mare Nostrum » auraient déjà contracté la tuberculose.

    La Consap a annoncé qu’elle allait déposer une action de groupe (l’italien garde le terme anglais de class action) contre le Ministère de l’Intérieur, pour défaut de protection des agents. « Il semble, a déclaré le secrétaire de la Consap Giorgio Innocenti, que l’attention accordée aux forces de l’ordre employées dans le cadre de l’opération « Mare Nostrum » soit inversement proportionnelle à l’attention donnée aux migrants : toujours plus d’attention pour ceux qui arrivent en Italie, et toujours moins pour ceux qui défendent l’Italie et qui en garantissent la sécurité. Voilà la raison pour laquelle le nombre de policiers engagés dans les opérations d’accueil aux réfugiés et qui ont été contaminés par la tuberculose ou décelés positifs au test de Mantoux, augmente de manière inquiétante ».

     

    Comme de bien entendu, la préfecture de Palerme a démenti ces affirmations dans un communiqué de pur style administratif. « L’indisponibilité temporaire [de certains policiers] n’a nullement affecté l’efficacité ou compromis les conditions de sécurité des activités d’accueil qui, après s’être déroulées dans le plus grand respect des protocoles sanitaires en vigueur et en utilisant correctement les dispositifs de protection individuels, se sont même terminées en avance par rapport à l’horaire prévu ». Voilà qui est rassurant.

    Crédit image : copie d’écran du compte twitter de la Marine militaire italienne qui va chercher au large les clandestins, DR.

  • VIDEO La Palestine avant 1948, avant la création de l'état d'Israël par les sionistes

     Palestine before 1948, before Israel

    The video contains pictures of different Palestinian cities during the 1920's and 1930's, before the creation of the state of israel by the zionists in 1948.

    Regarder en mode plein écran

    (merci à Nelly)

  • Sortir des dangereuses ambiguïtés européennes

     

    http://www.france-palestine.org/Sortir-des-dangereuses-ambiguites


    Paris, Londres et Berlin, nous dit-​​on, appellent à un cessez-​​le feu immédiat à Gaza. Pour ces chan­cel­leries, « la trêve doit prévoir des mesures sus­cep­tibles de répondre à la fois aux pré­oc­cu­pa­tions d’Israël en matière de sécurité et aux demandes pales­ti­niennes en ce qui concerne la levée des res­tric­tions sur Gaza ». Le dis­cours est bien rôdé et l’initiative euro­péenne serait à saluer comme un exemple de bon sens et de juste équilibre.

    Sauf qu’en l’espèce l’équilibre est fon­ciè­rement faussé. Il renvoie à un dis­cours mal­heu­reu­sement clas­sique en ce qu’il traduit l’incapacité de penser la question israélo-​​palestinienne en termes d’égalité de droits. Les pré­oc­cu­pa­tions et besoins des Pales­ti­niens en matière de sécurité sont tout aussi fon­da­mentaux que ceux des Israé­liens. C’est vrai pour Gaza comme pour le reste de la Palestine. L’exigence de sécurité doit être la même pour tous. Cela veut certes dire l’arrêt des roquettes sur Israël, mais tout autant l’arrêt des opé­ra­tions de toute nature contre Gaza ou des exac­tions, de la répression et de la colo­ni­sation en Cisjordanie.

    Quant au dis­cours sur la « démi­li­ta­ri­sation » de Gaza, il est indécent face à une des plus grandes puis­sances mili­taires mon­diales, et lorsque l’on voit que la com­mu­nauté inter­na­tionale n’a rien su faire depuis 20 ans pour pro­téger les Pales­ti­niens des exac­tions de l’État d’Israël. Engager l’Europe dans cette voie la trans­for­merait en auxi­liaire de la « loi du plus fort » israé­lienne qui vient ce matin encore, avec des moyens colossaux et après avoir détruit sa maison, d’assassiner près de Naplouse un jeune cadre du Fatah. La vraie question est celle des condi­tions de la mise en place d’une pro­tection inter­na­tionale du peuple palestinien.

    La notion de « levée des res­tric­tions sur Gaza » de son côté est émi­nemment floue. Elle n’aurait de sens que s’il s’agissait d’une manière diplo­ma­tique de tra­duire « levée du blocus et du siège » qui seules répondent en effet aux besoins de la popu­lation martyre de Gaza. Le siège et le blocus ne peuvent que générer étran­glement éco­no­mique, appau­vris­sement massif, crise huma­ni­taire et catas­trophe sani­taire et donc menacer en retour Israël.

    La levée du blocus de Gaza, c’est per­mettre le libre redé­marrage des acti­vités éco­no­miques y compris la pêche, c’est per­mettre la recons­truction de l’aéroport détruit par Israël depuis 13 ans et la construction du port mille fois promise et jamais réa­lisée, c’est ouvrir le libre passage vers son arrière-​​pays naturel : la Cisjordanie.

    Faut-​​il rap­peler par ailleurs, qu’au delà de l’étranglement de Gaza, la question de la libé­ration des pri­son­niers poli­tiques reste incon­tour­nable pour per­mettre tout règlement politique ?

    Si les grands pays euro­péens mani­festent enfin la volonté d’affronter une occu­pation mili­taire qui concerne aussi la paix et la sécurité en Europe, ce ne peut pas être de façon aussi ambiguë. Ils ne peuvent être cré­dibles en passant pour pertes et profits les quelque 2000 morts et les mil­liers de blessés de Gaza. Ils ne peuvent faire comme si tout au long de ces années, Israël ne s’était arrogé le droit d’intervenir sans limite à Gaza pour y assas­siner qui bon lui semble. Ils doivent appuyer la com­mission d’enquête du Conseil des droits de l’homme de l’ONU et faire savoir qu’ils sou­tien­dront les démarches pales­ti­niennes pour signer le statut de Rome et intégrer la Cour pénale inter­na­tionale (CPI).

    La seule voie pos­sible aujourd’hui est la levée immé­diate et incon­di­tion­nelle du blocus de Gaza, associée à la revi­ta­li­sation du pro­cessus poli­tique amorcé par le gou­ver­nement pales­tinien d’entente nationale. L’État d’Israël, qui a tout fait jusqu’ici pour saboter cette voie, n’y viendra pas sans de réelles pres­sions de la com­mu­nauté internationale.

    Il faut faire entendre à Israël que l’ère de son impunité est ter­minée, et qu’il ne peut plus dicter ses condi­tions à l’Europe. Il faut sans délai cesser toute coopé­ration mili­taire avec Israël, mettre un embargo sur les armes et sus­pendre l’Accord d’association UE-​​Israël en s’appuyant sur la clause de sau­ve­garde de son article 2 qui le lie au respect des droits de l’homme.


    --

    Association France Palestine Solidarité (AFPS)
    21 ter Rue Voltaire 75011 Paris
    Tél. : 01 43 72 15 79
  • Gaza: sans levée du blocus, pas de paix durable selon l'ONU

    http://videos.leparisien.fr/video/gaza-sans-levee-du-blocus-pas-de-paix-durable-selon-lonu-11-08-2014-x23bdbb

  • Irak: Paris appelle l'UE à se mobiliser pour armer les Kurdes

    http://www.leparisien.fr/international/irak-plainte-du-premier-ministre-contre-le-president-deploiement-de-forces-a-bagdad-11-08-2014-4058415.php

    + 2 VIDEOS

     

  • Paris: il commet 16 braquages avec un bracelet électronique

    4058939_braceletlejeune.jpg

    (photo d'archives)

                                                                                                                                  

    Les commerces de proximités convenaient parfaitement à un Parisien de 27 ans porteur d'un bracelet électronique. Soupçonné de seize (pharmacies, boulangeries, supérettes... mais aussi de particuliers) , il a été interpellé dimanche. Condamné en mars 2013 à trois ans de prison dont deux avec sursis pour aggravé, il avait été placé sous surveillance électronique mobile.
     
     


    Casqué, le s'emparait de la caisse et, parfois, de médicaments, sous la menace d'un pistolet avant de prendre la fuite sur une motocyclette. Repéré dans le IIe arrondissement par les policiers, le deux-roues avait été mis sous surveillance. Il s'est avéré que son conducteur était l'auteur présumé des vols à main armée.

    Alors qu'il tentait de prendre la fuite, l'homme a été arrêté dimanche vers midi à Paris. «Il a été interpellé en possession d'une sacoche, contenant une réplique de pistolet automatique et une gazeuse, et d'un bracelet électronique», a expliqué une source policière.

    «Cet homme, très défavorablement connu des services de police - est soupçonné être l'auteur de 16 braquages commis depuis le 20 mai dans l'ouest parisien», selon un communiqué de la préfecture de police de Paris (PP).

    L'homme était toujours en garde à vue lundi après-midi. L'enquête est menée par le 1er district de la police judiciaire parisienne.

    LeParisien.fr  11 08 14

    NdB: Mais à quoi sert ce bracelet électronique ?