Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/05/2014

Entretien avec Gilad Atzmon

arton25068-da997.png

 Propos recueillis et traduits de l’anglais pour E&R par Alimuddin Usmani, le 29 avril 2014

Alimuddin Usmani : L’écrivain Emmanuel Ratier a publié un nouveau livre intitulé Le vrai visage de Manuel Valls. Dans ce livre, il fait de surprenantes révélations à propos du premier ministre, considéré à l’heure actuelle comme un sioniste particulièrement zélé. Alors qu’il était maire d’Evry, ville habitée par de nombreux musulmans, il avait un discours pro palestinien. Certains pensent qu’il souffre de troubles bipolaires d’autres que c’est la confirmation qu’un politicien souhaitant faire une carrière aboutie en France est obligé d’adopter un discours sioniste. Est-ce que ce changement de la part de Manuel Valls vous surprend ?

Gilad Atzmon : C’est loin d’être surprenant, c’est la réalité occidentale contemporaine. Aux États-Unis, le lobby juif dicte au secrétaire d’État la terminologie qu’il peut utiliser et lui explique celle qu’il doit éviter. Cependant, ce phénomène est également présent au sein du mouvement de solidarité palestinien. Ce sont aussi les groupes juifs qui dictent leur terminologie dans le but de détourner l’attention sur le fait qu’Israël se définit comme un État juif. En résumé, la politique occidentale a été « jérusalémisée » et l’émancipation a pris du retard.

Lorsque la réalisatrice franco-israélienne Esti a demandé à l’écrivain Agnès Michaux C’est quoi être juif ?, elle a répondu ceci : « C’est faire partie d’un vieux moment de l’histoire du monde, d’où la difficulté d’être juif aujourd’hui, être juif c’est être archaïque ». Qu’en pensez-vous ?

C’est de toute évidence faux et trompeur. La judéité est l’identité politique la plus adaptable. 2 500 ans d’identité en exil ont mené à un développement évolutionnaire d’une multiplicité de stratégies juives de survie. La politique juive peut transformer toute idée, pensée ou même un simple événement en une religion juive.

On a beaucoup écrit sur l’Holocauste comme étant la nouvelle religion juive. Il possède tous les éléments qui sont nécessaires à une religion organisée-des sanctuaires, des leaders spirituels, la rédemption par la vengeance, l’apostasie, l’hérésie, et même une sorte de Dieu chrétien-le juif, celui qui a été réduit en cendres et qui a ressuscité en une force politique totale et sans précédent. Mais en fait, le judaïsme et l’Holocauste sont juste deux religions juives parmi d’autres. Le marxisme, le bolchévisme, les droits de l’homme, les droits des homosexuels, l’interventionnisme au nom de la morale, sont tous des formes de religions juives. Ils sont moralisateurs et déterminés par la notion d’élection (progressisme). Ils impliquent tous que les autres sont inférieurs. En réalité les nouvelles religions juives ont fait transformer l’humanité en « Autre ».

Zbigniew Brzezinski a parfois eu des positions courageuses. Il a défendu le livre de Walt et de Mearsheimer Le lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine. Cependant, il a apporté tout récemment son soutien à ceux qu’il appelle « les héros de Maïdan ». En agissant de la même manière que BHL, où se situe sa cohérence ?

De manière générale je ne cherche pas à suivre la trace d’une quelconque cohérence dans les déclarations politiques. Il est plus que probable que Brzezinski, ancienne figure de la guerre froide, échoue à comprendre la situation en Europe orientale et sa signification.

Vous étiez récemment en Turquie. Le Premier ministre Erdogan dénonce de manière régulière la politique israélienne à l’égard des Palestiniens. Pourtant, il apporte son soutien à l’opposition armée en Syrie, ce qui fait le jeu d’Israël. Que pensez-vous de lui ?

Il est intéressant de noter que j’ai soulevé précisément cette question dans chaque réunion à laquelle j’ai participé à Istanbul. En occident nous avons tendance à interpréter la politique turque à l’égard de la Syrie comme étant motivée par l’avidité. Nous pensons que la Turquie considère le régime d’Assad comme un obstacle en ce qui concerne le transit du gaz entre les pays du Golfe et l’Europe. Néanmoins, les universitaires turcs et les officiels avec qui je me suis entretenu démentent ceci. Ils insistent sur le fait que la Turquie porte un intérêt marqué pour la Syrie à cause du fait que les villes du nord de la Syrie ont appartenu en son temps à l’Empire ottoman et que les problèmes des droits humains en Syrie ont des répercussions près de leurs frontières. Je ne suis pas en position d’émettre un jugement mais je peux affirmer que les affaires turques sont bien plus compliquées que la conception qui en est faite en occident. Nous avons affaire à une puissance montante sur la scène régionale qui commence à comprendre sa propre histoire et l’importance de son rôle politique et militaire.

Les Femen ont manifesté contre le Front national hurlant « Stop à l’épidémie fasciste ». Elles ne feraient jamais une chose pareille à propos de l’idéologie nationaliste israélienne. Est-ce que ces femmes pratiquent la Haskala ? (éthique duale de la philosophie émancipée juive)

Pour commencer, je dirai que si le fascisme suffit à pousser les femmes nues à marcher dans les rues, alors je suis pour la montée de la droite. Plus sérieusement, il a été établi depuis longtemps que la gauche et les progressistes sont immergés dans une culture du slogan. La gauche étiquette tout ce qu’elle ne comprend pas comme du fascisme. Ces filles, pour certaines magnifiques, ne savent pas ce que le fascisme veut dire ni ne comprennent la signification de l’épidémie. Elles ne saisissent pas que le fascisme se réfère en fait à un mouvement puissant qui poursuit une idéologie nationale et socialiste. C’est la croyance que le bien-être et le patriotisme peuvent coexister et même faire avancer la société. C’est un secret à peine voilé qu’une telle perception du bien-être patriotique est la seule réponse à la globalisation et au sionisme interventionniste. Les Femen sont, de toute évidence, financées par les sionistes mondialistes, certains suggèrent que c’est le réseau de Soros qui les soutient. Par conséquent, je ne les imagine pas combattre Sion, elles font plutôt partie d’un front financé par les sionistes. 

Dans un récent entretien vous avez dit que vous ne participiez pas au jeu démocratique. Vous ne voteriez même pas pour une personne comme George Galloway ? 

Certainement pas, je ne vote pas et je possède un intérêt nul pour le jeu politique et pour les acteurs impliqués dans ce jeu. Je suis intéressé en tant qu’intellectuel dans la signification de ce jeu politique.

 

NdB: Qui est Gilad Atzmon ? http://fr.wikipedia.org/wiki/Gilad_Atzmon

 

E&R

03:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Gare du Nord. Le légionnaire mis en examen pour homicide volontaire

http://www.leparisien.fr/paris-75/il-poignarde-son-agress...

Moralité: si l'on est agressé, il faut se laisser tuer gentiment. Mais le militaire n'était pas un gentil... voilà le hic.

01:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Manifestation de surveillants de prison à Marseille contre leurs conditions de travail

 

Des surveillants de prison ont manifesté ce lundi matin au rond-point du Prado à Marseille. La circulation n'a pas été perturbée. Ces gardiens protestent contre leurs conditions de travail. Ils réclament des effectifs supplémentaires et protestent contre les cadences qu'ils jugent infernales.

  • Par Olivia Malongo
  • Publié le 05/05/2014 | 08:51, mis à jour le 05/05/2014 | 12:27

manif_matons_prado.jpg

© Olivia Malongo/ France 3 Provence-Alpes Une dizaine de surveillants de prison manifestent ce lundi matin au rond-point du Prado à Marseille.
 
      Des  surveillants du centre pénitentiaire des Baumettes ont distribué des tracts ce lundi matin au rond-point du Prado à Marseille. Ils manifestent à l'appel du syndicat pénitentiaire des surveillants. Ce personnel demande des effectifs supplémentaires et proteste contre des cadences de travail qu'il juge infernales. Ces surveillants dénoncent une surpopulation carcérale à Marseille et des agressions physiques et morales dont ils sont l'objet en milieu carcéral. Leur syndicat réclame des moyens humains et matériels. La circulation n'a pas été perturbée autour du rond-point du Prado par cette manifestation.

Nous souhaitions informer directement la population sur ces problèmes d'effectifs, qui affectent directement le quotidien des surveillants. Il manque environ 35 agents, alors que la surpopulation carcérale de 160%, avec 1.900 détenus, conduit à des rythmes de travail infernaux"


a déclaré le secrétaire local du SPS, Jeremy Joly. Les manifestants ont ralenti la circulation au rond-point du Prado, au centre de ce boulevard très passant du 8e arrondissement, distribuant des tracts au son des klaxons.


Reportage de Claire Lacroix et de Jo Lowett

C'est la première fois qu'une manifestation des surveillants se déroule à l'extérieur des Baumettes pour sensibiliser la population, alors que, d'habitude, les opérations de blocage se font juste devant l'établissement"


a souligné M. Joly, précisant que la section locale du SPS avait été créée "il y a quatre mois". "Tout ce qui est fait pour parler des problèmes d'effectif est positif. Mais nous regrettons que cela ne se passe pas dans le cadre d'une intersyndicale", a commenté de son côté David Cucchietti, secrétaire local de la CGT pénitentiaire (majoritaire).
 
FRANCE 3
 
NdB: Je possède un de ces tracts dont la lecture est édifiante! On y apprend des choses que cet article ne dit pas. Ce qui se passe actuellement  dans les prisons françaises est proprement scandaleux. Il ne s'agit pas seulement d'un problème d'effectifs...

01:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Théorie du genre : « Les petits monstres » (paru dans la revue Éléments n°151)

enfant-triste.jpg

 

 

Par Xavier Eman. Chronique parue dans la revue Éléments n°151 (avril-juin 2014) - « Tu n’envisages tout de même pas de sortir avec nous habillé comme cela ? » Noémie avait frémi de surprise et de colère en voyant apparaître Etham, son fils de 7 ans, qu’elle venait d’appeler pour la promenade familiale dominicale. Elle n’en croyait pas ses yeux et agitait la tête de gauche à droite dans une expression d’incompréhension et d’accablement mêlés. Pour un peu elle en aurait fait tomber son Télérama sur la moquette à boucles épaisses couleur « ventre de taupe » du salon. Dans l’encablure de la porte, stoppé net dans l’élan qui le conduisait aux bras de sa mère, le gamin était déjà aux bord des larmes. Vêtu d’une salopette, d’une chemise bleue à carreaux et d’une paire de baskets à scratch, Etham hésitait entre fureur et sanglots, tremblotant de tout son petit être frustré de l’affection attendue.

« Ha, ne commence pas à pleurer, je t’ai dit cent fois de ne pas prendre les affaires de ta sœur ! Remonte vite et va mettre la robe que Mum t’a préparé ! »

« Mum » c’était quand même moins plouc que « maman ». Bien sûr, cela restait encore assez largement hétéro-normé, encore confiné dans le dualisme périmé du père/mère, mais elle n’était toutefois pas mécontente d’avoir réussi à imposer ces anglicismes « Mum » et « Dad » qui lui semblaient moins agressivement archaïques.

 

« Dad » d’ailleurs, entra à son tour dans la pièce et interrogea du regard Noémie sur la raison de son courroux.

« Je te jure, ce projet parental finira par me rendre folle ! » s’exclama-t-elle pour toute réponse. André insista donc :
« Qu’est-ce qu’il a encore fait ? »
« Il voulait sortir avec une salopette de sa sœur ! Tu imagines ce qu’auraient dit les voisins s’ils avaient vu ça ? » hurla presque Noémie, comme terrorisée par la perspective.

Soucieux d’apaiser le trouble de sa compagne-partenaire, André engagea alors une stratégie de détournement en déclarant : « Oh, eux, ils n’ont pas grand chose à dire, hier encore j’ai surpris leur petite dernière en train de jouer avec un poupon dans le jardin. Elle s’amusait à le changer, tu imagines ! Dans le genre formatage domestico-sexué, on peut difficilement faire pire ! » Mais l’argument ne porta qu’à moitié car l’aîné des voisins, lui, avait fait son coming-out il y a un peu plus d’un an et vivait depuis lors avec un immigré clandestin gabonais en attente d’une opération de changement de sexe, ce qui conférait à l’ensemble de la famille une inattaquable respectabilité et même une sorte d’autorité morale sur tout le quartier.

Le plus dur avait été de faire accepter par André le fait de se laisser sodomiser en levrette afin de rompre avec l'oppression machiste de la pénétration hétérosexuelle…

Le plus dur avait été de faire accepter par André le fait de se laisser sodomiser en levrette afin de rompre avec l’oppression machiste de la pénétration hétérosexuelle…

Noémie souffrait, sans vouloir jamais le formuler, de ne pas se sentir totalement au niveau de cette rude concurrence. Elle sentait bien, malgré ses efforts incessants, toutes les scléroses, les vétustés et les anachronismes qui encombraient encore son organisation familiale : Etham qui avait abandonné la gymnastique rythmique pour le football (« Dad » ayant cédé après des nuits entières de larmes et une dramaturgie digne d’une sorte de « Billy Elliot » inversé…), les grands-parents qui s’acharnaient à offrir des opuscules fascistes à leurs petits-enfants (Cendrillon,la Belle au bois dormant, le Prince Eric… toutes les saloperies occidentalo-machistes y passaient…) et elle-même qui, encore entravée par des vestiges de son éducation étriquée et obscurantiste, n’avait pas pu retenir un léger haut-le-coeur en assistant à la séance obligatoire de projection de la « Vie d’Adèle » organisée par l’école primaire de son fils. Le broutage de minou en gros plan au Ce2, à sa grande honte, elle avait encore quelques difficultés à intégrer toute la portée pédagogico-citoyenne de la chose…

Pourtant, elle avait fait de considérables progrès, grâce notamment à ses abonnements à Technikart et Libé, et sentait bien que, sans être arrivée à la totale plénitude de la libération de tous les carcans hérités, elle s’était largement avancée sur la voie de l’interchangeable et de l’indéfini, vers le monde merveilleux où chacun n’est déterminé que par ses désirs de l’instant.

Le plus dur finalement avait été de faire accepter par André le fait de se laisser sodomiser en levrette, à l’aide d’un godemichet-ceinture, afin de rompre définitivement avec l’oppression machiste de la pénétration hétérosexuelle unilatérale qui imprégnait leurs relations intimes depuis trop d’années. Dorénavant, il avait régulièrement les fesses douloureuses mais pouvait au moins regarder les voisins droit dans les yeux.

Xavier Eman

Crédit photo : winjohn via SXC (cc)

00:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Normandie/Marine Le Pen agressée : « Un jour, tout cela se terminera mal »

 

Addendum 05/05/14

Au lendemain des manifestations de Sotteville-lès-Rouen (Seine Maritime), Marine Le Pen porte plainte et demande à la justice l’exploitation des images de BFM-TV de «l’agression» dont elle estime avoir été la cible.

«Il est étonnant qu’une grande chaîne d’information comme BFM ne diffuse aucune image», regrette Marine Le Pen lundi matin, au lendemain des manifestations anti-FN organisées la veille à Sotteville-lès-Rouen, en Haute Normandie, où la présidente du Front national était en campagne. [...]

«Je commence à en avoir marre, souffle-t-elle, je viens pour faire un marché et je suis agressée par plus d’une centaine de nervis d’extrême gauche qui nous canardent de projectiles et nous empêchent de passer. Cela a nécessité d’ailleurs une charge des CRS et la protection des policiers pour éviter que je sois blessée. Mais aujourd’hui, on présente cela simplement comme un chahut entre différents belligérants. C’est faux : il y a eu des agresseurs et des agressés !»

L’eurodéputée estime «normale» une telle évolution de la violence contre son parti car, selon elle, «l’extrême gauche fait l’objet d’une impunité coupable depuis plusieurs mois de la part du gouvernement». Elle accuse : «Cette impunité se transforme maintenant en incitation. Lorsqu’on laisse des gens commettre de tels actes de manière récurrente sans qu’aucune sanction ne tombe, c’est de l’incitation à la violence.»

Marine Le Pen prévient : «Je ne me laisserai pas intimider. Je tiens à la disposition de ceux que cela intéresse l’enfoncement de la carrosserie de la portière de ma voiture qui a pris une pierre. A cinq centimètres près, la vitre sautait. Et un jour, tout cela se terminera mal.» [...]

Le Figaro

00:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Marine Le Pen sur France Info


Le Pen appelle les Français à "bloquer" l'Europe par FranceInfo

00:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

05/05/2014

Tirs croisés avec Marine Le Pen

23:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Turquie : les nouveaux réseaux pédo-satanistes, par Laurent Glauzy

 

« Le Festival Bar était fréquenté par Frits Salomonson, avocat personnel jusqu’en 1996 de la reine des Pays-Bas, Beatrix, et amant du prince Claus (le mari de la princesse Beatrix). »

« En 1995, en Turquie, un adolescent de douze ans déclare à la police avoir été enlevé et violé sur un yacht de luxe, qui a jeté l’ancre dans un port touristique. La police est intervenue et a surpris des Européens en pleine activité sexuelle, avec des enfants. Des centaines de disques compacts pédopornographiques, produits par les « touristes », ont été saisis.

Un gros poisson est même arrêté. Il s’agit de Joris Demmink, secrétaire général du ministre de la Justice néerlandais. Les enfants étaient fournis par un fonctionnaire de la police turque, Mehmet Korkmaz, attaché à la sécurité de Demmink pendant ses « vacances ».

Les services turcs profitent de cette aubaine pour faire chanter le gouvernement hollandais.

Ils demandent une faveur contre une relaxe de Demmink. La contrepartie du troc consiste à faire arrêter Hussein Baybasin, un dangereux opposant kurde. Son activité dans la vente de la drogue sert au financement de la résistance du Kurdistan. L’accord aurait été directement passé entre le Premier ministre turc et le ministre de la Justice hollandais, Winnie Sorgdrager.

Baybasin, qui opère en toute impunité à Londres, est arrêté dès son entrée sur le territoire néerlandais. Demmink s’occupe en personne de l’inculpé pour qu’il soit tenu isolé. Même les membres de sa famille ne peuvent pas le visiter. La Justice hollandaise le condamne à une peine à perpétuité. Cependant, Ankara exerce des pressions pour se faire remettre Baybasin : le ministère hollandais de la Justice (appelons-le ainsi) y consent, mais le processus est bloqué par la Cour suprême, qui refuse l’extradition, car celle-ci signifierait une condamnation à mort par la justice d’Ankara. Ce ne serait pas politiquement correct.

La raclure pédophile fréquente le Pinocchio Bar.

L’affaire connaît des fuites. Demmink nie s’être déjà rendu en Turquie. La police turque des frontières, qui confirme cette version, soutient qu’il n’y a pas d’enregistrement de son passage. Néanmoins, en avril 2013, certains journaux turcs (alors que tous les journaux européens taisent le scandale) publient l’original du rapport des douanes, démontrant que Demmink ment. Demmink s’est rendu officiellement en Turquie en 1996, dans les fonctions de secrétaire aux Affaires internationales du Ministère néerlandais. Il faisait partie du Comité européen pour la question kurde. La presse découvre qu’il s’est également rendu dans le Bosphore en 1997, 1998, 1999, 2000, 2001, 2002 et 2003, et qu’il utilisait plusieurs passeports avec trois pseudonymes différents.

Des agents de douane déclareront que Demmink est effectivement allé en Turquie durant ces années, en tant que touriste. Quant aux journalistes turcs, ils révèlent que Demmink a beaucoup voyagé dans le monde entier pour satisfaire son hobby et que sa piste est restée dans plusieurs hauts-lieux de la pédérastie comme le Pinocchio bar, à Prague, dans lequel, en 1990, affluait toute la raclure pédophile nord-européenne et britannique.

Le chef des services secrets turc passe à tabac une victime

En Turquie, une des victimes, qui a tenté de porter plainte contre Demmink, a été menacée et passée à tabac par le chef des services secrets, Emin Arslan. Ce haut fonctionnaire connaissait bien Demmink. Ils avaient organisé ensemble l’arrestation de Baybasin.

L’affaire continuant de faire des vagues, il faut à tout prix empêcher que le scandale ne s’étende à l’Europe. En 2012, un journaliste d’investigation néerlandais, Micha Kat, est arrêté à l’aéroport de Schipol, à Amsterdam : il connaissait les noms des hautes autorités qui avaient couvert Demmink. Kat possédait le témoignage d’une des victimes de Demmink, qui affirmait avoir été présent lors de la réalisation de snuff movies (qui se concluent par le meurtre de la victime après son viol) à Prague, où un adolescent serait mort après avoir été sodomisé avec un vibromasseur. Un drame parmi tant d’autres : en 1998, des magistrats d’Amsterdam ont engagé des enquêtes sur le « cas Rolodex » : il s’agit de hautes personnalités mouillées dans un réseau de viols sur mineurs, impliquant notamment deux hauts magistrats. La police, qui les a tous arrêtés, a procédé à de nombreuses perquisitions. Mais l’enquête n’est pas allé plus loin. Joris Demmink donna l’ordre aux policiers de cesser leurs recherches. Le Secrétaire général de la Justice avait joué un double-jeu : il avait mouchardé des informations sur des clubs pédérastes (auxquels il appartenait) et avait sauvé sa tête en noyant l’enquête.

Un adolescent se réveille dans un bordel de pédophiles

Pendant ces événements, devant le comité d’Helsinki, un jeune Hollandais de quatorze ans a témoigné de sa fugue et de la manière dont il avait été abordé à la gare d’Amsterdam par un homme lui proposant un abri, avant de se réveiller nu, dans un bordel de pédophiles. L’adolescent a été contraint de tourner des vidéos pornographiques et de participer à des orgies. Il raconte que des garçons étaient drogués pour desserrer leurs freins inhibiteurs, et qu’ils étaient loués lors de fêtes privées. L’adolescent a parlé de snuff movies. Il a relaté avoir travaillé au Festival Bar, un bordel hollandais fréquenté, depuis les années 1980, par d’importants pédérastes anglais. Certains sont établis aux Pays-Bas, car la législation y est plus souple. Le célèbre journaliste italien catholique traditionnel et anti-conspirationniste Maurizio Blondet écrit qu’en plus de Demmink, « le Festival Bar était fréquenté par Frits Salomonson, avocat personnel jusqu’en 1996 de la reine Beatrix, et amant du prince Claus (le mari de la princesse Beatrix) ».

[Ndlr : Ajoutons que ces pratiques sont fréquentes dans la hiérarchie satanique, c’est-à-dire la « noblesse noire » qui prétend descendre de la lignée de Dan (Cf. : Robin de Ruiter, Les 13 lignées sataniques). L’écrivain le plus traduit des Pays-Bas, Robin de Ruiter, avec lequel j’ai écrit Témoins de Jéhovah, les missionnaires de Satan, démontre dans cet ouvrage récemment traduit en français que le satanisme est la religion la plus secrète au monde. On rappellera également qu’en 1954, le prince Bernhard de Lippe-Biesterfeld, père de la reine Béatrix, a fondé le Bilderberg Club, sur l’initiative de David Rockefeller. Chaque année, une réunion du Bilderberg se tient à huis clos dans des hôtels où même le personnel est momentanément remplacé (Cf. : L. Glauzy, Illuminati)].

La jeune victime a témoigné qu’au Festival Bar, les enfants étaient accueillis par Geer van Roon, un professeur d’université, qui les présentait à Demmink. L’implication de van Roon a été relevée par la police néerlandaise. Le professeur van Roon connaissait notamment Marc Dutroux et Lothar Glandorf. Ce producteur de film pornographique pour homosexuels, d’origine allemande, avait débuté sa carrière dans la branche import/export d’enfants d’Europe de l’Est pour les bordels hollandais.

Des enfants loués pour des soirées.

L’enquête révéla que des VIP influentes se rendaient fréquemment dans le Sud-est asiatique et dans les pays de l’Est, comme la Pologne et la Roumanie. Des écoutes téléphoniques démontrent que Demmink commandait des enfants pour des soirées très huppées. Malgré tous ces faits, le gouvernement de La Haye a promu ce pédo-sataniste aux plus hauts postes, jusqu’à sa nomination de premier secrétaire du ministère de la Justice. Demmink est resté à ce poste jusqu’à sa démission, en 2012.

Devant tous ces faits accablants et le silence gardé par la presse occidentale, il serait bien temps de se demander si la pédophilie et le satanisme ne sont pas des conditions requises pour accéder aux plus hautes fonctions dans l’appareil des États. Il ne faut donc plus se demander si un ministre, un prince, un président, est franc-maçon, mais s’il est sataniste et participe à des crimes rituels sur des enfants.

D’après le site marocain Alif Post, « la justice marocaine ferme les yeux sur les crimes sexuels des ministres français sur des mineurs marocains ». Il est fait allusion à un « ancien ministre français, que la police a pris sur le fait pendant qu’il violait des jeunes enfants à Marrakech » et dont le nom n’est pas révélé.

Que doit donc faire le peuple contre ses assassins d’enfants, si aux Pays-Bas ou en France les pédophiles, admirateurs de Lucifer, ne sont pas condamnés par une magistrature entre les mains des loges ?

  Laurent Glauzy

Contre-info.com

 

20:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Le mur de Bruxelles, tentative de L’OTAN de séparer la Russie de l’Europe

11img.jpg

Xavier Moreau

 

Crédit photo : Xavier Moreau

Crédit photo : Xavier Moreau

Par La Voix de la Russie | Alors que les événements en Ukraine semblent traduire une dégradation de la situation globale du pays, la Voix de la Russie a souhaité recueillir l’opinion de Xavier Moreau, qui suit de très près les événements en Ukraine.

La Voix de la Russie : Xavier Moreau bonjour, pourriez-vous vous présenter ?

Xavier Moreau : Je suis un homme d’affaires français, installé en Russie depuis 14 ans, je dirige un cabinet de conseil.

LVdlR : Vous suivez de très près l’évolution de la situation en Ukraine et avez écrit 15 articles à ce sujet depuis le début de l’année 2014, quel regard portez-vous sur l’involution forte de la situation sur les 3 derniers mois ?

Xavier Moreau : Nous assistons à la tentative par les Etats-Unis de transformer sa défaite humiliante en Ukraine en une victoire géopolitique globale en Europe. Il s’agit pour l’OTAN de soutenir une guerre civile durable en Ukraine et de séparer la Russie du reste de l’Europe, au moins économiquement. C’est ce que le géopoliticien Aymeric Chauprade appelle l’édification du mur de Bruxelles.

LVdlR : On parle beaucoup de sanctions ces temps-ci. Certains Etats y sont plutôt favorables et certains plutôt défavorables. Vous avez écrit que concernant la France, le complexe militaro-industriel avait beaucoup à perdre et que de toute façon la Russie se préparait à la guerre économique. En tant qu’entrepreneur français en Russie mais également analyste, quels conseils donneriez-vous à la diplomatie française sur le dossier ukrainien ?

Xavier Moreau : La diplomatie française doit remplacer les lobbies idéologiques qui dominent actuellement dans sa diplomatie, par un lobby industriel, bancaire et commercial. Le lobby atlantiste qui domine sacrifiera sans aucun scrupule les intérêts de la France à ceux des Etats-Unis.

LVdlR : La France semble parler de deux voix différentes, selon que l’on écoute la fréquence Fabius ou la fréquence Chevènement. Dans le même temps une certaine cacophonie a régné autour des Mistral et on voit bien qu’au sein des partis, à droite comme à gauche, des lignes de fractures existent. Comment expliquez-vous cette totale absence d’unité politique et diplomatique française ?

Xavier Moreau : Je pense que la classe politique française est majoritairement favorable à une politique d’entente réaliste avec la Russie et n’est pas dupe du jeu de Washington. La voix à suivre est celle de Jean-Pierre Chevènement. Concernant Laurent Fabius, je serai plus nuancé. Son fameux message sur les Mistral était avant tout dirigé vers Londres. En conditionnant la suspension de la livraison des Mistral au gel des avoirs russes en Angleterre, il rendait la chose tout simplement impossible. La presse française a consciemment manipulé ses propos et malheureusement, la presse russe l’a recopiée.

Il ne faut pas non plus sous-estimer la peur que suscitent désormais les Etats-Unis pour les pays européens, qui faute de soutenir Washington dans ses aventures militaires, risquent de voir le Département d’Etat américain soutenir les groupuscules radicaux islamistes ou fascistes sur leur propre territoire. Ce doit être d’ailleurs une préoccupation majeure dans la perspective d’une sortie de l’UE ou de l’OTAN. Les Etats-Unis ont prouvé en Syrie ou en Ukraine, qu’ils étaient prêts à s’allier avec le diable, plutôt que de renoncer.

LVdlR : Vous semblez penser qu’une rupture s’établirait entre une Europe réticente aux sanctions et une Amérique plus belliqueuse. Les raisons économiques sont-elles d’après vous les uniques raisons de cette différenciation ?

Xavier Moreau : Les Etats-Unis ont tout à gagner d’une rupture économique entre la Russie et le reste de l’Europe, alors qu’une intégration de la Russie dans une nouvelle structure économique européenne diminuera considérablement son influence.

L’aspect civilisationnel est également très important mais ne concerne pas toute l’Europe. L’Europe du Nord de tradition protestante a accueilli le modèle sociétal américain comme le sien et sans heurts, tandis que l’Europe de tradition orthodoxe ou catholique le rejette farouchement. Dans un pays laïc comme la France, le gouvernement actuel a dû faire marche arrière sur la GPA/PMA sous la pression populaire. La politique familiale de l’Espagne, de la Croatie ou de la Hongrie est bien plus proche de celle de Moscou que de Washington.

LVdlR : Peut-on imaginer que la crise ukrainienne contribue à l’affaiblissement de l’UE puisque celle-ci n’arrive pas à parler d’une voix unie ou qu’au contraire l’UE ne sorte renforcée malgré elle de par justement son refus d’obéir aux injonctions américaines ?

Xavier Moreau : L’UE est prête à suivre les Etats-Unis sur toute leur ligne antirusse. Ce sont les nations qui résistent, car les gouvernements européens auront des comptes à rendre aux milliers de chômeurs provoqués par les sanctions contre la Russie. Les élections au Parlement européen auront une importance cruciale. Si les souverainistes l’emportent, l’alignement de l’UE sur les Etats-Unis sera contesté. Si les députés pro-américains sont mis en minorité, une paix à court terme en Ukraine est tout à fait envisageable.

LVdlR : Vous pointez du doigt l’utilisation active des radicaux proches de Pravy Sektor et Svoboda par des puissances étrangères, notamment l’Amérique. Vous comparez du reste ces radicaux avec les islamistes de Syrie qui y jouent le même rôle d’agents déstabilisateurs. Pourquoi pensez-vous que l’Amérique souhaite à ce point déstabiliser l’Ukraine ?

Xavier Moreau : Les Etats-Unis avaient besoin de faire rentrer l’Ukraine dans l’OTAN, pour liquider le « problème européen » et concentrer leurs forces vers l’Asie, contre la Chine essentiellement. La réunification de la Crimée à la Russie est une véritable catastrophe pour Washington. Les Etats-Unis ont besoin d’une Ukraine unifiée sous la botte de Svoboda, car ils sont conscients que l’Ukraine ne peut survivre sans le poumon industriel de l’Est. Ils savent que le suffrage universel aboutira à la défaite de Svoboda, aussi préfèrent-ils un scénario de guerre civile qui justifie un état d’urgence et donc le maintien de leurs alliés néonazis au pouvoir. Washington tente de faire subir à l’Ukraine le même sort qu’à la Yougoslavie, sans se rendre compte que les situations intérieure et extérieure sont très différentes et que le contrôle total des opinions publiques européennes est devenu impossible à cause d’internet.

LVdlR : Le terrible massacre d’Odessa a vu la mort de 42 personnes. Dans votre dernier article, vous relevez les déclarations incroyables de ministre de Svoboda se félicitant de ces évènements, des membres de Pravy Sektor se filmant goguenards sur les cadavres calcinés ou ce radical ouvrant le feu sur les civils tentant d’échapper aux flammes. On sait aussi désormais que ceux qui ont pu échapper à l’incendie meurtrier se sont fait molester violemment par ces mêmes radicaux. Pourquoi d’après vous les médias français se sont-ils totalement abstenus de mentionner des éléments aussi graves ? Pensez-vous que la couverture médiatique occidentale et française des évènements en Ukraine soit objective ?

Xavier Moreau : La couverture par les médias français de la crise ukrainienne est aussi mensongère que le fut celle de la crise yougoslave. C’est internet qui change totalement la donne et qui finit par mettre la pression sur les médias traditionnels. Au bout d’un mois et demi, BFMTV et Marianne ont fini par reprendre les informations sur les snipers de Maïdan. Jusque-là, seuls les sites internet d’analyse et d’information en avaient parlé. C’est finalement la publication sur le site lescrises.fr d’une émission allemande sur la question qui a forcé une petite partie des médias français à en parler. Les journalistes français sont coincés entre la pression de leur rédaction et celle d’internet. Mentir ne leur a jamais posé de problème du point de vue moral, mais internet a étalé leur malhonnêteté sur la place publique. Cela sied mal à une corporation convaincue de sa prééminence morale.

LVdlR : Dans votre épisode 1 vous concluez de façon extrêmement pessimiste sur l’avenir de l’Ukraine. Pensez-vous que l’Ukraine continuera à exister comme nation ?

Xavier Moreau : Au risque de vous choquer, je pense que le moyen de maintenir une Ukraine viable est de la protéger de la Galicie, qui historiquement n’en a jamais vraiment fait partie. La population de Galicie hait profondément tout ce qui n’est pas elle, non seulement les Russes, mais les Ukrainiens russophones et même les Polonais. Les Etats-Unis se sont appuyés sur la Galicie car ils avaient besoin de cette haine pour transformer l’Ukraine, terre russe par excellence, en un pays ennemi de la Russie. L’Ukraine ne peut survivre que dans le cadre d’une fédéralisation très poussée où la Galicie ne pourra plus exporter sa haine vers le reste de l’Ukraine.

LVdlR : Depuis quelques jours, les populations de l’Est de l’Ukraine se révoltent contre le nouveau pouvoir central et des combats ont lieu autour de certaines villes. Quelle devrait être selon vous la prochaine étape ?

Xavier Moreau : La junte de Kiev est limitée dans ses moyens, comme nous venons de le voir à Kramatorsk. C’est une chose de faire rentrer de BTR dans la ville, de tirer plus ou moins au hasard. C’en est une autre que de tenir une ville totalement hostile, surtout une fois la nuit tombée. Les blindés sont d’ailleurs repartis avant la tombée de la nuit. Les milices d’auto-défense connaissent les règles de base de la guérilla et ne vont pas s’opposer aux blindés dans un combat frontal.

Il est en revanche probable que la junte s’attaque à de petits villages de quelques centaines d’habitants, en y menant une campagne de terreur et de terre brûlée pour faire intervenir la Russie. N’oublions pas que c’est Washington qui dirige les opérations et que c’est aujourd’hui son objectif principal.

LVdlR : comment expliquez-vous le positionnement politique des partis français vis-à-vis des forces néonazies partageant le pouvoir en Ukraine ?

Xavier Moreau : Je pense que le positionnement des politiques français vis-à-vis du fascisme est le même qu’en 1940. Une partie de la gauche le combat au nom de valeurs humanistes à la Malraux, c’est le cas notamment de Jean-Luc Mélenchon ou de Jean-Pierre Chevènement. Une partie de la droite, Front National en tête, y voit une métastase de l’envahisseur nazi et le rejette dans un patriotisme sans compromission à la d’Estienne d’Orves, c’est le cas notamment d’Aymeric Chauprade.

Enfin, on trouve une majorité d’attentistes qui se répartissent à la fois à droite et à gauche, qui pour différentes raisons, par lâcheté ou par idéologie « souhaitent la victoire de l’OTAN et de l’UE », comme Laval souhaitait la victoire de l’Allemagne. Ils refusent de voir la réalité de la junte ukrainienne et partagent l’acharnement de Washington contre la Russie. Bruno Lemaire est sans doute celui qui incarne le mieux cet aveuglement idéologique. Il ne s’agit pas bien entendu, de faire un parallèle, même lointain, entre les idéologies nazie et atlantiste, mais de donner des clés de compréhension de cette étrange bienveillance de la majorité de la classe politique envers un mouvement néonazi.

LVdlR : merci Xavier Moreau, les lecteurs souhaitant en savoir plus peuvent consulter vos articles sur le site de Realpolitik-TV.
 http://french.ruvr.ru/2014_05_05/Le-mur-de-Bruxelles-tent...

 

20:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Odessa ou les fantômes d'Auschwitz

 
Aujourd'hui, 19:21
 

 Odessa ou les fantomes d'Auschwitz

 
 

Par La Voix de la Russie | Washington, rejoint en cela par l'Allemagne, fait cause commune avec le nazisme. L'Histoire n'aurait-elle donc rien appris à Berlin ? Obama, ne serait-il pas le nouvel Hitler ?

Dans l'une de ses récentes interventions consacrée au retour de la Crimée dans le giron russe, Bruno Gollnisch, député européen FN, a fait le constat suivant: « L'Histoire ne se répète pas mais elle bafouille ». Cette affirmation n'est sans doute pas dénuée de sens par rapport au cas criméen. En revanche - et je crois que même les élites pro-juives de France l'ont enfin capté - les cas de Slaviansk, de Kramatorsk et d'Odessa présentent une horrible similitude avec les scénarios de la IIe Grande Guerre. Oui, cela est fort triste, mais l'Histoire se répète ... à une différence près: si les Allemands sont entrés à Slaviansk en 1941 l' « épurant » sur le champ de ses Juifs, on pouvait bel et bien parler d'Allemands. Aujourd'hui, parlant des nazillons du Pravy Sector, on sous-entend aussitôt un vaste arrière-plan garni de protagonistes cravatés et parlant des langues autrement plus connues en Occident que l'ukrainien et le russe. Peut-on philosopher après Auschwitz se demandaient les existentialistes français? La question est à reposer : peut-on philosopher EN PAIX après le long martyre des fédéralistes d'Odessa?

Relisant la presse occidentale à travers ses multiples éclairages de la tragédie occidentale, j'éprouve comme un sentiment de dissonance cognitive. Quelque chose ne va pas. On ne peut pas mentir aussi effrontément. Si je poussais le bouchon plus loin, j'évoquerais un sentiment plus nauséeux que la Nausée sartrienne. Que les Américains mentent, on comprend encore. Mais la France ? Une France tellement dévouée à la mémoire de 41-45, une France où l'on nous racontait déjà en CM2, alors que nous étions de petits gamins insouciants, ce qu'était l'ignomonie des chambres à gaz et des fours crématoires, une France où l'on commémore encore le jour de la déportation pensant à part égale à Jean Moulin ou à Sainte Marie de Paris (Skobtsov) exterminés pas les nazis. Or, lorsque ces derniers ont relevé la tête en appelant de la place Maïdan, dès janvier 2014, à liquider les Russes et les Juifs (l'expression russe employée, « na noji », pourrait se traduire littéralement comme « poignarder »), la majeure partie du mainstream médiatique occidental a crié à la calomnie en répétant après le soi-disant grand défenseur de la cause juive, M. BHL, qu'il n' « avait aperçu aucun antisémite ou russophobe parmi les contestataires du Maïdan ». Il s'agissait en somme d'une version montée de toutes pièces par ces grands cyniques de Russes et les jeteurs de cocktail Molotov n'étaient rien d'autre que des europhiles éclairés avides de liberté ... de frêles étudiants de surcroît.

Ainsi, comme l'Histoire se répète quand même et que mentir devient de moins en moins aisé, le massacre d'Odessa et les exécutions de Slaviansk présentent comme minimum deux similitudes frappantes avec deux évènements dont l'un précéda la IIe Grande Guerre, l'autre intervint à ses débuts.

- L'incendie du Reichstag (28 février 1933) fut orchestré par les nazis. Récupéré aussitôt par Hitler et ses acolytes, il donna lieu à un décret annulant l'essentiel des libertés civiles et politiques établies par la Constitution. Si Paul von Hindenburg, président du Weimar, céda, si les Allemands votèrent nazi à 92 % en novembre 1933, si les élites politiques européennes ne s'inquiétèrent que très peu de cette élection, c'est bien que, de un, la menace nazie était largement sous-estimée car camouflée par des discours populistes assez rassurants, de deux, c'est sur une Allemagne minée par la récession et l'humiliation de Versailles qu'Hitler réussit à greffer sa doctrine. Considérons maintenant ce qui s'est passé à Odessa: la Maison des syndicats fut brûlée par le Praviy Sector (donc des nazis). Or, les médias ukrainiens loyalistes - ce sont d'ailleurs les seuls qui ont le droit de s'exprimer - pointent du doigt d'obscurs agents russes qui à de fins de provocation auraient brûlé vifs une quarantaine d'Odessiens. Comme la version de la provoc russe semblait un peu trop surréaliste, Tourtchinov préféra finalement s'en tenir à une autre, beaucoup plus vague, désignant comme seule coupable la police ukrainienne »incapable de faire régner l'ordre» dans la ville. Conclusion: comme aux grands maux il faut appliquer les grands remèdes, la sagesse de M. Tourtchinov l'a poussé à ordonner la création d'un bataillon de défense territoriale. Vu que la police s'est montrée incompétente, on se demande qui en fera partie. Vous donnez votre langue au chat? Non, je suppose que vous avez deviné! Il s'agira des braves gars de M. Dimitri Iarosh, les mêmes qui ont incendié la Maison des syndicats. Résultat: c'est de nouveau, comme en 1933, un incendie orchestré qui a renforcé le pouvoir des milices nazies. Mme Timoshenko, la favorite des médias bien-pensants, a quant à elle salué les défenseurs d'Odessa tout en ... se rendant ultérieurement dans les hôpitaux pour soi-disant rencontrer les rescapés de la tuerie. Normal, il fallait bien envoyer un documentaire touchant et surtout vraisemblable aux chaînes européennes qui se font tant de soucis pour l'intangibilité des frontières ukrainiennes.

- Les combats ont repris à Slaviansk avec aujourd'hui, vers midi heure de Moscou, un bilan s'élevant à une vingtaine de morts. Il y a presque 73 ans, le 28 octobre 1941, Slaviansk fut occupé par les nazis. Ceux qui y faisaient la loi - des polizei ukrainiens, donc, des collabos - avaient fusillé en décembre 1941 plus de mille Juifs femmes, enfants, vieillards tous confondus. La ville ne fut libérée qu'en février 1944 par l'Armée rouge. Que voit-on aujourd'hui? Les nouveaux collabos ukrainiens - en fait, des restes de l'armée ukrainienne qui ont fait leur choix en connaissance de cause - aidés par les mercenaires US de Greystone n'hésitent pas à tirer sur des boucliers humains composés de femmes et de vieillards. Faut-il s'en étonner si l'on sait qu'avant d'être envoyés dans les espaces vitaux US les glorieux soldats de Greyston signent un formulaire où l'on peut voir la question suivante: êtes-vous prêts à tirer, en cas de nécessité, sur les femmes? S'ils répondent »non», leur candidature est refusée. Il est donc assez difficile de faire le distinguo entre les polizei de 1941 et les »libérateurs» américains de 2014.

Il y a aussi un autre aspect ou plutôt une autre similitude générale qui n'a jamais été mentionnée jusqu'ici. C'est d'ailleurs à contre-coeur que j'en fais mention. Le Vatican auquel on reprocha très longtemps son silence face aux atrocités nazies ne fut pas seulement coupable d'avoir été silencieux. L'un des réseaux d'exfiltration des criminels nazis métaphoriquement désigné par l'expression »la route des rats» était très fortement soutenu par le Vatican. On peut à ce titre se souvenir de Monseigneur Hudel. Même s'il est vrai que Pie XII se démarqua par la suite de ce sinistre personnage, il n'en demeure pas moins que celui-ci garda après la guerre son poste de recteur d'un prestigieux collège italien et mourut de sa belle mort. Or, très récemment, le pape François a reçu en audience privée Yatseniouk, ce pantin des USA qui ne fait pas un pas sans l'aval de la CIA et qui a largement approuvé les violences perpétrées place Maïdan. Quel étrange déjà-vu! Et il est d'autant plus original que le Pape lui ait offert un stylo « pour écrire la paix avec la Russie »! François, ce pontife si subtil, serait-il né d'hier ? Croirait-il vraiment à ce qu'il dit?

Néanmoins et fort heureusement, il est encore des voix qui s'élèvent contre les sponsors de cette odieuse tragédie: le quotidien allemand Bild vient d'évoquer avec une clarté tout à fait inespérée la pleine responsabilité de la CIA et de la FBI en critiquant la position plus qu'ambiguë d'Angela Merkel. Parallèlement, neuf anciens du renseignement américain ont déjà demandé à Obama de garantir la non-adhésion de l'Ukraine et de la Géorgie à l'OTAN. Eux aussi ne manquèrent pas de désigner Kerry comme principal responsable de la guerre civile qui sévit dans l'Est et le Sud-est de l'Ukraine. Mais en dehors de ces prises de conscience sporadiques, il faut bien se mettre se soumettre à l'évidence: Washington, rejoint en cela par l'Allemagne, fait cause commune avec le nazisme. L'Histoire n'aurait-elle donc rien appris à Berlin ? Obama, ne serait-il pas le nouvel Hitler ?

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.
 http://french.ruvr.ru/2014_05_05/Odessa-ou-les-fantomes-d...

20:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Tensions en Ukraine: les Juifs s'apprêtent à quitter Odessa

 

Tensions en Ukraine: les Juifs s'apprêtent à quitter Odessa
 

MOSCOU, 5 mai - RIA Novosti / La Voix de la Russie La communauté juive d'Odessa est prête à quitter la ville en cas d'escalade de la tension en Ukraine, a annoncé lundi le quotidien israélien Jerusalem Post.

Plus de 40 militants pro-russes ont été brûlé vifs vendredi dernier lors de l'incendie perpétré dans la Maison des syndicats d'Odessa par des nationalistes radicaux ukrainiens, y compris par des membres du parti néonazi Pravy Sektor (Secteur droit).

"Ce week-end, nous avons fermé la Grande synagogue chorale après avoir demandé à tous les membres de notre communauté de rester chez eux", a déclaré le rabbin Raphaël Krouskal, cité par le journal.

Le rabbin a également fait savoir que des Juifs figuraient parmi les victimes des affrontements de vendredi et que la communauté était prête à transporter les enfants hors de la ville et, si nécessaire, à l'étranger.

La communauté juive d'Odessa et le Conseil international des Chrétiens et des Juifs ont affrété 70 bus pour évacuer les enfants et les adultes qui voudront quitter Odessa pour se rendre dans les villes voisines ou dans la capitale moldave, Chisinau, située à 2,5 heures de voiture.

RIA Novosti
Lire la suite:
http://french.ruvr.ru/news/2014_05_05/Tensions-en-Ukraine-les-Juifs-sappretent-a-quitter-Odessa-2113/

19:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Ukraine: plusieurs morts dans des combats intenses

Le Vif

lundi 05 mai 2014 à 12h38

Des combats intenses se déroulaient lundi matin près de Slaviansk (est) et "des morts" sont à déplorer, a annoncé le ministre de l'Intérieur, Arsen Avakov, à des journalistes à proximité de la zone de combats.

Séparatistes pro-russes dans la ville de Slaviansk. © Belga Image

Le ministre, qui se trouvait à un checkpoint à environ 6 kilomètres du lieu des combats, n'a pas précisé à quel camp appartenaient les victimes, ni leur nombre. Les combats avaient commencé environ deux heures plus tôt, selon un correspondant de l'AFP, qui a vu circuler des ambulances.

A Slaviansk, bastion des rebelles séparatistes pro-russes, "on nous livre une guerre, contre notre territoire" , a déclaré le ministre. "Ma mission est d'éliminer les terroristes", a-t-il souligné. "La seule tactique est d'avancer petit à petit vers le centre" de Slaviansk, a-t-il ajouté. "Il n'y a pas de solution militaire, elle doit être politique".

Le chef de la Garde nationale, Stepan Poltorak, également présent sur place, a pour sa part remarqué : "Nos adversaires sont bien entraînés et bien équipés". "On les a coincés dans le centre" de Slaviansk. "Les routes (de la zone des combats) sont fermées, on ne laisse pas passer les civils". "Ils font tout pour nous obliger à utiliser des armes lourdes, mais nous ne le ferons pas pour épargner la population civile".

NdB: Que faut-il croire de ces informations ?

19:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Dernières Nouvelles du Jazz par Jacques Aboucaya

982189581.jpg

Nouvelle édition revue et augmentée

Préface de Lucien Malson

Jacques Aboucaya est l'ancien directeur des pages littéraires et des Livres Propos de RIVAROL  sous le nom de P.-L. Moudenc

Quinze nouvelles drôles, délirantes, écrites dans une langue élégante et fluide, font de ce livre un grand moment de plaisir. On y rencontre des personnages mêlés à des situations réelles ou imaginaires avec le jazz pour invitation au voyage. Il n'est pas nécessaire d'être un spécialiste de cette musique pour tomber sous le charme de ces nouvelles qui s'imposent par leur originalité et leur grande qualité d'écriture.

J'en recommande vivement la lecture!

 

01:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Des milliers de partisans de l'Ukraine unie rassemblés dans les rue d'Odessa

 Flag_of_Ukraine_svg.png

http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=dmf2...

04 05 14

01:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Netanyahu proposera une loi à la Knesset sur la judéité de l’État d’Israël

arton25098-00833.jpg

 

Israël va chercher à ancrer dans la loi son statut d’État du peuple juif, a déclaré jeudi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

« L’une de mes principales missions en tant que Premier ministre d’Israël est de défendre le statut de l’État d’Israël comme l’Etat national de notre peuple », a déclaré M. Netanyahu lors d’un discours à Tel-Aviv, dont la transcription a été fournie par son bureau. « À cette fin, j’ai l’intention de soumettre une loi à la Knesset (Parlement) qui constituera un ancrage constitutionnel pour le statut d’Israël comme État national pour le peuple juif », a-t-il poursuivi.

Cette déclaration intervient alors que l’échéance des négociations entre Israéliens et Palestiniens a expiré mardi sans résultat, soldant l’échec des intenses efforts du secrétaire d’État américain John Kerry. Le Premier ministre israélien a fait de la reconnaissance d’Israël comme un État juif un élément cardinal d’un accord de paix, assurant que la « racine du conflit » entre les deux peuples était le rejet arabe d’un État juif, et non l’occupation des Territoires palestiniens depuis 1967. Les Palestiniens rejettent cette exigence, soulignant qu’ils ont reconnu Israël en 1993 et que l’accepter reviendrait à renoncer sans contrepartie au « droit au retour » des réfugiés, ainsi qu’à leur propre histoire.

Le président de la coalition de M. Netanyahu, Yariv Levin, a félicité le Premier ministre pour sa « décision historique, qui ramènera Israël sur une voie sioniste après des années de brèches juridiques infligés aux principes fondamentaux sur lesquels l’Etat a été fondé ». « Le Premier ministre m’a donné l’ordre de faire avancer une législation sans délai », a déclaré M. Levin, un membre du parti Likoud (droite) de M. Netanyahu.

En 2011, Avi Dichter, un membre du parti Kadima (centre), avait tenté de faire passer une loi similaire, mais le projet avait été torpillé par la chef d’alors de ce parti, Tzipi Livni, aujourd’hui ministre de la Justice et chargée des négociations avec les Palestiniens. En 2013, M. Levin avait de nouveau soumis une version amendée d’une loi similaire, qui n’avait pas abouti.

L’annonce de M. Netanyahu a été très mal accueillie au sein même de son gouvernement de coalition, Mme Livni promettant qu’elle ne laisserait pas passer une telle loi. « Mme Livni s’est opposée par le passé à des initiatives en faveur des juifs qui se font aux dépens des valeurs démocratiques, et elle le fera à l’avenir même si celui qui propose (la loi) est le Premier ministre », a indiqué sa porte-parole Mia Bengel sur Twitter.

Menachem Hofnung, un professeur de sciences politiques à l’université hébraïque, a estimé qu’une telle proposition n’aurait probablement pas la majorité dans le gouvernement. « Il existe déjà des lois stipulant qu’Israël est juif et démocratique », a-t-il rappelé. « Donc, je ne suis pas sûr de l’intérêt d’une autre loi, si ce n’est de mettre un nouvel obstacle au processus de paix ».

La semaine dernière, le président américain Barack Obama a jugé nécessaire de faire une « pause » dans les discussions de paix, prenant acte de l’impuissance de l’administration américaine à combler le fossé entre les deux camps sur les questions cruciales : la sécurité, les frontières, la colonisation et al-Qods.

E&R

00:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Immigration : les 13 solutions d’urgence – Par Guillaume Faye

Konk-Bateau-de-clandestins-immigration-877p.jpg

 Partager sur Facebook Tweeter

 

En février dernier, en réponse à la « Feuille de route pour la politique d’égalité républicaine et d’intégration » en 26 points du gouvernement socialiste – véritable ode au grand remplacement du peuple français – le Bloc Identitaire avait présenté en 26 points également sa “Feuille de route pour la politique d’identité et de remigration”.

Dans cet article Guillaume Faye propose des solutions d’urgence pour lutter contre la colonisation de peuplement dont l’Europe et en particulier la France sont victimes, 13 seulement mais détaillées.


Inutile de revenir une nouvelle fois sur les chiffres catastrophiques de la colonisation de peuplement par une immigration incontrôlée extra-continentale massive dont l’Europe occidentale – et surtout la France – est victime de sa seule faute (seule invasion auto-organisée de l’Histoire), ou plutôt de celle de ses élites hallucinées, décérébrées. Contre la volonté évidente de la majorité des peuples autochtones.

On notera à cet égard la formidable imposture que constitue le terme revendiqué avec outrecuidance de « démocratie » par la République française, et ses voisins : contre l’avis et l’intérêt évident des populations nationales, une oligarchie leur impose cette colonisation de peuplement qui bouleverse leurs mœurs et métamorphose brutalement le substrat de leur pays. (1)

Cette colonisation par le bas, qui n’a plus rien à voir avec une immigration de main d’œuvre utile, ne pèse pas seulement d’un poids financier énorme qui plombe l’économie et le système social, elle détruit le phylum ethno-culturel et dégrade la sécurité publique comme le cadre de vie. Elle ne présente pas un seul avantage.

On a, de toute évidence, dépassé un certain seuil, dès le début des années 90. Un seuil numérique. Il ne s’agit plus de revenir à la situation antérieure, sauf en cas d’une hypothèse révolutionnaire qui s’apparenterait à un séisme, et qu’on ne peut d’ailleurs pas écarter… Il s’agit tout simplement de sauver les meubles, pendant qu’il en est encore temps.

Les mesures qui suivent sont appliquées dans maints pays qui ont tous signés la Charte de l’ONU et respectent la Déclaration universelle des Droits de l’homme. (2) Elles visent, dans l’urgence, à arrêter l’inondation, à débrancher la pompe aspirante des flux migratoires invasifs. Elles impliquent une rupture de crise avec Bruxelles et les traités européens. Décourager les entrées est beaucoup plus facile que les expulsions, bien qu’il ne faille pas renoncer à ces dernières, on le verra plus bas.

 

1. Mise entre parenthèse des accords de Schengen sur la libre circulation des personnes ; rétablissement des contrôles systématiques à toutes les frontières, terrestres, maritimes, aériennes de la France ; avec refoulement de toute personne n’obéissant pas aux critères ci-dessous définis. (3) De plus : limitation de la libre circulation des personnes en provenance de l’UE et interdiction du ”dumping social”, l’emploi de salariés selon le régime de faibles charges sociales de leur pays.

2. Abolition de l’actuel droit d’asile, qui est la porte d’entrée des faux réfugiés, rarement expulsés même s’ils sont déboutés. Suppression de toute aide et prestation (notamment de logement) aux demandeurs d’asile déjà présents en attente de régularisation par recours. Fin de tous les examens de régularisation.

3. Suppression de l’AME (Aide médicale d’État) aux clandestins comme des droits sociaux afférents. Politique d’expulsion progressive des clandestins présents : voir mesure N° 10. Alourdissement considérable des sanctions contre les employeurs de clandestins au noir.

4. Restriction drastique des permis et visas de séjour aux seules personnes munies d’un contrat de travail ; avec obligation de départ immédiat en cas de rupture du contrat. Toute immigration hors travail est proscrite. Contrôle strict des visas touristiques : obligation d’un billet aller-retour et certificat de ressources ou d’emploi dans le pays de provenance. (4)

5. Abolition du regroupement familial pour tous les étrangers extracommunautaires présents sur le territoire, au titre d’un contrat de travail ou d’un permis de séjour.

6. Instauration d’un régime social spécial pour les étrangers extra-communautaires UE. : fin des prestations de la sécurité sociale française, de l’assurance maladie, des allocations familiales, du système de retraite, des allocations de chômage, de la scolarisation gratuite des enfants dans l’enseignement public. Les étrangers, même parfaitement régularisés, organisent et financent leur propre système à leur gré.

7. Verrouillage du système d’obtention de la nationalité et des naturalisations, avec durcissement considérable des conditions : dix ans de séjour avec emploi constant et examen culturel et linguistique. Interdiction constitutionnelle du vote des étrangers non ressortissants de l’UE.

8. Abandon du droit du sol et établissement du droit du sang pour l’obtention automatique de la nationalité, avec règle de la double parentèle nationale. (5) La simple naissance sur le territoire ne donne lieu à aucun droit, ni pour l’enfant ni pour les parents.

9. Abrogation de la double nationalité, sauf pour les ressortissants de l’UE et, au cas par cas, selon des accords binationaux avec conditions strictes. Déchéance automatique de la nationalité française pour les bi-nationaux actuels (non-rétroactivité respectée) condamnés pour un crime ou un délit grave.

10. Simplification et effectivité des mesures d’expulsion des clandestins avec interdiction de toute régularisation. Pour cela : déjudiciarisation des procédures, abolition des recours et monopole des décisions administratives préfectorales, immédiatement exécutoires. Rétablissement des peines pour tout hébergement de clandestins ou aide à leur séjour. Sanctions pénales pour tout expulsé qui reviendrait.

11. Contrôle strict des étudiants étrangers, uniquement admis en fonction d’un examen ou d’un dossier de capacité. Comme les faux réfugiés, les faux étudiants sont légion. Aucune aide sociale ni bourse pour les étudiants étrangers, sauf exception pour les élites après probation. Sélection = efficacité.

12. Rétablissement et durcissement de la “double peine” (abolie par Sarkozy) pour tout étranger condamné pour un crime ou délit même mineur. Peine principale effectuée et expulsion définitive au terme de celle-ci.

Ces mesures de bon sens sont appliquées par 80% des pays membres de l’ONU. Pratiquement seule, l’UE y a renoncé, ainsi qu’au principe de réciprocité. De telles dispositions arrêteraient immédiatement les flux d’entrées et feraient repartir un très grand nombre d’immigrés présents qui ne verraient plus aucun intérêt à rester en France.

Si de telles mesures ne sont pas prises, nous courons tout droit vers des désordres ethniques – de type moyen-oriental – au cours de ce siècle et vers l’explosion de la France et de bien d’autres pays d’Europe.

La solution pour appliquer ces mesures, évidemment contraires à l’opinion de l’oligarchie et aux intérêts liés des lobbies communautaristes islamiques, serait :

13. Un référendum global sur l’immigration. Dès l’élection d’un nouveau pouvoir populaire (populiste ? donc démocratique) en France, à la fois présidentiel et législatif, organisation d’un référendum sur les mesures précitées avec législation immédiate par ordonnances.

Un conflit s’ouvrira nécessairement, peut-être avec le Conseil constitutionnel qui jugera ”anti constitutionnel” un référendum sur ce sujet, certainement avec le pouvoir technocratique et judiciaire de l’UE, néo-totalitaire. La cause du peuple doit l’emporter sur celle de l’oligarchie et des groupes de pression et suppose de créer aujourd’hui une crise pour éviter un cataclysme demain.

NOTES

1) Après l’échec évident de l’ « intégration » de minorités qui le sont de moins en moins, ce sont les autochtones qui sont maintenant sommés de s’adapter aux migrants (la « diversité ») sous le nouveau vocable idéologique de « société inclusive ».

2) Cf. mon essai Mon Programme (Éd. du Lore)

3) Concernant les arrivées par avion, un contrôle à l’embarquement dès le pays de départ est indispensable.

4) Mesure applicable à tout non ressortissant de l’UE mais, par dérogation souveraine, applicable aussi aux ressortissants roumains et bulgares.

5) Un enfant né en France (ou ailleurs) d’un parent français mais de l’autre étranger non ressortissant européen n’a aucun droit à la nationalité française automatique.

 

Guillaume Faye

00:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

04/05/2014

60ème anniversaire de Diên Biên Phu : lettre ouverte de Roger Holeindre (CNC)

indochine.jpg

 

 

04/05/2014 – PARIS (NOVOpress) - Roger Holeindre, ancien d’Indochine et d’Algérie, Président du Cercle National des Combattants, adressait en date du 29 avril une “lettre ouverte aux antimilitaristes traîtres à leur pays aux pleureuses professionnelles et aux défaitistes… jamais lassés de raconter des inepties”. Texte beau et vivifiant d’un ancien combattant, Novopress le reproduit en intégralité.


Le centenaire de la déclaration de la guerre de 14-18 a permis à toute cette chienlit de déverser aussitôt, par médias interposés, des tombereaux de mensonges et de lamentations sur le sort des poilus de la Grande guerre… qui soi-disant… devait être la dernière. Bien sûr, notre président de la République, entre deux rendez-vous galants, y a été aussi des sa pleurnicherie. Mais, comme pour les premiers cités, pas un mot de bravoure… de patriotisme… d’élan national. Il n’y avait donc en 1914 que des “veaux” menés à l’abattoir !

Il est quand même scandaleux que tous ces gens, adeptes du dénigrement permanent, qui ont fait perdre à notre pays les notions de fierté et d’honneur… qui ont falsifié notre histoire, et pour qui la France a toujours tort, soient ceux qui donnent le tempo de la décadence à notre jeunesse. Celle-ci d’ailleurs ne sait plus d’où elle vient… et surtout… où elle va !

Si la vérité doit être dite sur cette guerre qui vit des tueries sans nom, et où nos soldats paysans montrèrent leur courage et leur abnégation… il est bien certain que de nombreuses erreurs commises les premiers mois de la guerre furent imputables au fait que le pouvoir civil avait promu un certain nombre d’incapables choisis pour leur seul “républicanisme”… au détriment de soldats de grande valeur, mais fichés par les francs-maçons comme catholiques pratiquants.

 

Il est aussi très significatif que, dans chacune de ces émissions, le nom du maréchal Pétain ne fut jamais prononcé, alors qu’il fut incontestablement l’un des principaux acteurs de la victoire et l’un des plus humains de nos généraux.

Il se trouve que cette année du centenaire de ce gigantesque conflit est aussi le soixantième anniversaire de la fin de la guerre d’Indochine, et donc de la chute de Diên Biên Phu.

Au nom de mes amis, anciens du Corps Expéditionnaire Français en Extrême-Orient… qui devait devenir l’Armée d’Indochine, je tiens à préciser à ces raconteurs d’histoire, que nous, “les anciens d’Indo”, nous n’avons besoin ni de leurs pleurs, ni de leurs regrets.

Le seul commentaire que j’ai entendu à ce sujet à la télévision était celui d’un olibrius qui, faisant parler des soldats de cette longue et lointaine guerre… les amenait à déclarer… « Ils nous ont volé notre jeunesse ! »

J’ai fait trois séjours complets en Indochine en unité opérationnelle, donc pendant plus de dix ans. Je n’ai jamais entendu un seul soldat déclarer ce genre d’élucubration. Nous étions tous volontaires… sachant pour la plupart d’entre-nous… exactement… pourquoi nous nous battions. Dès la première année du conflit, nous avions compris qu’il ne s’agissait plus d’une guerre de reconquête coloniale… mais d’une lutte à mort contre les communistes asiatiques… des fous furieux ! Officiellement certes, ils proclamaient leur désir d’indépendance et de liberté… mais en fait ne voulaient qu’une chose… instaurer une dictature communiste au Viêt Nam… au Cambodge… et au Laos.

Il est quand même un fait irréfutable… Jamais… nulle part… sur la grande terre… le communisme n’est arrivé au pouvoir démocratiquement ! Il est aussi incontestable, que jamais les peuples des trois pays de la fédération indochinoise n’ont désiré être “libérés” par les hommes d’Ho Chi Minh, de Giap et de Pham Van Dong. Alors, messieurs, racontez ce que vous voulez sur la guerre de 14-18… mais “lâchez-nous les baskets” au sujet de la guerre d’Indochine !

Nous avons fait cette guerre… terrible par moments… pour empêcher la mainmise marxiste sur des populations laborieuses dont des centaines de milliers se battaient à nos côtés, et n’ont jamais trahi.

Si vous voulez vraiment vous inquiéter des horreurs de cette guerre… de ses tueries… de ses goulags… de nos milliers de copains de toutes races et de toutes religions morts de désespoir dans les camps vietminh… penchez-vous donc sur la trahison généralisée qui, pendant huit longues années a été le fait de vos copains d’hier. Nous, nous n’oublions pas… qu’à plusieurs reprises le général Giap… désespéré par la résistance et l’allant de nos troupes, a déclaré… « Si nous désespérions… la lecture des journaux français nous rendait le moral… »

Oui, nous… personne ne nous a volé notre jeunesse ! C’est avec enthousiasme que nous sommes partis… délivrer l’Indochine de l’occupation japonaise… ensuite, pour la ramener dans l’Empire français… puis dans l’Union française… aidés par les gens de ces pays, pour empêcher la mainmise des fanatiques sur ces terres meurtries, mais qui furent paradisiaques.

Nous, la seule chose qui nous intéresse, c’est de savoir que ce n’est pas à Diên Biên Phu, mais à Paris que cette guerre a été perdue.

Je le répète… nous, nous savions pourquoi nous nous battions. Le gouvernement français qui nous avait envoyés là-bas, ne l’a jamais su ! Mais il n’y eut jamais en Indochine de “quillards” ni d’adeptes de la FNACA.

Ce que nous reprochons encore aujourd’hui à nos gouvernants, soixante-dix ans après le début de la guerre, c’est de ne pas nous avoir défendu face à la trahison des communistes prétendument “français”. Ceux-là même qui ont travaillé avec nos ennemis asiatiques, comme ils avaient “collaboré” avec les nazis, tant que leur patron, Joseph Staline, s’était acoquiné avec Adolf Hitler.

Matériel saboté… Renseignements militaires fournis à l’ennemi… Notes signalétiques récupérées par les cellules communistes en France… sur tous nos prisonniers… et fournies à leurs geôliers. Collectes de sang sabotées… Blessés jetés des trains dans des gares françaises !

Pour nous, ce n’est que cela qui compte, car nous avions fait don de notre jeunesse, de notre allant et de notre patriotisme à la France. Nous, anciens d’Indochine, pour la plupart à l’orée de notre vie… là, et là seulement, est notre regret le plus sincère… N’avoir pas été aimés par notre Patrie que nous servions avec honneur et fidélité ! Comme le disait fort justement le commandant Guillaume, le célèbre “Crabe-Tambour”, qui comme nous tous a aimé ce pays et ses peuples travailleurs… de tout son cœur… de toute son âme… et qui en avait fait sa devise de soldat de France, que beaucoup d’entre nous ont repris à leur compte…

Mon âme à Dieu…
Mon corps à la patrie…
Mon honneur à moi !

Oui, messieurs les “anti tout”, lâchez-nous les baskets, et laissez nous avec nos souvenirs… dans lesquels vous n’avez rien à voir !

Roger Holeindre

23:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Ukraine: traîner Kiev à La Haye (député russe)

1408305.jpg

MOSCOU, 4 mai - RIA Novosti/La Voix de la Russie Les autorités ukrainiennes actuelles doivent comparaitre devant la Cour pénale internationale (CPI) de la Haye sur fond du drame qui a eu lieu vendredi à Odessa, considère Mikhaïl Markelov, vice-président du Comité de la Douma pour les affaires des associations et des organisations religieuses.

« Après le carnage d'Odessa, après que d'autres massacres sont envisagés à Lougansk et dans une série d'autres villes ukrainienne, nous nous rendons compte du fait que l'Ukraine connaîtra un sort pire que celui de Yougoslavie. Il serait logique que (…) les autorités illégitimes de Kiev soient trainées sans délai devant la CPI de La Haye », a souligné le député russe.

« La communauté internationale doit se mettre d'accord sur le fait qu'il ne s'agit plus ni d'un conflit d'intérêts, ni d'un conflit politique. Il s'agit de l'extermination d'une nation. (…) C'est un système qui vise à anéantir les Ukrainiens du sud-est », a ajouté M.Markelov.

Ces derniers jours, les troupes régulières ukrainiennes mènent de vastes opérations spéciales dans la région de Donetsk. Le but de l'offensive est de réprimer les militants réclamant la fédéralisation de l'Ukraine, que Kiev qualifie de « terroristes ».

Vendredi soir, un drame s'est produit à Odessa, dans le sud de l'Ukraine, où plus de quarante personnes ont trouvé la mort dans des affrontements avec des nationalistes radicaux et dans un incendie dans la Maison des syndicats. D'après les témoins oculaires, la police n'a même pas tenté de mettre fin aux affrontements, ni à prévenir les meurtres.

 

RIA Novosti
Lire la suite:
http://french.ruvr.ru/news/2014_05_04/Ukraine-trainer-Kiev-a-La-Haye-depute-russe-7232/

22:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Seconde guerre mondiale: il faut défendre la vérité (Poutine)

poutine-israel.jpg

NETANYA (Israël), 25 juin 2012 - RIA Novosti

 

Il est inadmissible de refaire l'histoire, les générations futures devant connaître la vérité sur les héros de la Seconde Guerre mondiale, a indiqué lundi le président russe Vladimir Poutine, en visite en Israël.

"Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que les doctrines nazies criminelles, quel que soit leur déguisement, restent dans le passé, pour que les conclusions du Procès de Nuremberg soient toujours inébranlables. Il est de notre devoir de garder et de défendre la vérité sur la guerre, de nous opposer à toute tentative d'innocenter les acolytes du nazisme", a déclaré M.Poutine lors de la cérémonie d'inauguration d'un mémorial dédié à la victoire de l'Armée Rouge sur l'Allemagne nazie.

"Nous ne pouvons pas permettre et nous ne permettrons jamais de mettre sur un pied d'égalité bourreaux et victimes, nous ne permettrons pas de dénaturer la vérité ni de la remplacer par toute sorte de falsifications et d'inventions", a souligné le chef de l'Etat russe.

Et d'ajouter qu'une telle révision de l'histoire serait criminelle face à la mémoire de millions de personnes ayant payé la Victoire de leur vie.

"Elle serait criminelle devant les générations futures, qui doivent connaître les vrais héros de la Seconde Guerre mondiale et savoir distinguer la vérité du mensonge insolent et cynique", a-t-il conclu.

RIA Novosti

21:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

L'Iran propose de fournir du gaz à l'Europe 04/05/2014

  

L'Iran propose de fournir du gaz à l'Europe




    L'Iran est disposé à fournir du gaz naturel aux pays européens, a indiqué mercredi le ministre iranien du Pétrole Bijan Namdar Zanganeh.

"L'Iran, pays qui a la capacité de fournir du gaz en grandes quantités, est toujours disposé à exporter du gaz naturel vers l'Europe, par gazoduc ou sous forme de gaz naturel liquéfié", a déclaré M. Zanganeh, dont les propos ont été cités par la chaîne de télévision iranienne Press TV.

Les Européens sont désireux de diversifier leurs sources d'énergie, et la proposition de l'Iran n'est aucunement liée aux différends entre la Russie et l'Europe au sujet de la crise en Ukraine, a-t-il ajouté.

Le développement de différentes phases du projet du gisement de South Pars va permettre à l'Iran d'augmenter ses exportations de gaz naturel à partir de la prochaine année iranienne, qui débutera en mars 2015, a indiqué M. Zanganeh.

Le gisement de South Pars - North Dome, situé dans le golfe Persique, et que se partagent l'Iran et le Qatar, est l'un des plus grands gisements de gaz au monde.

Selon l'Agence internationale de l'énergie, ce gisement contient un volume estimé de 51 000 milliards de mètres cubes de gaz naturel et environ 7,9 milliards de mètres cubes de condensats de gaz naturel.

Ce gisement gazier, d'une superficie totale de 9 700 km2, se compose de South Pars, couvrant 3 700 km2 dans les eaux territoriales iraniennes, et de North Dome, couvrant 6 000 km2 dans les eaux territoriales qataries.

Bien que l'Iran possède l'une des plus grandes réserves de gaz au monde, le pays peine depuis des années à exploiter ses ressources en hydrocarbures en raison du retrait des investisseurs étrangers de son secteur de l'énergie soumis aux pressions occidentales.

Les négociations que l'Union européenne et les Etats-Unis mènent avec l'Iran devraient permettre d'assouplir l'embargo sur le pétrole et le gaz naturel, qui fait partie des sanctions visant à exercer des pressions sur l'Iran pour que le pays arrête les volets sensibles de son programme nucléaire controversé.

http://french.cri.cn/621/2014/05/04/502s381769.htm
 
ALTERINFO.NET

20:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)