Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/05/2013

De Kyenge Kashetu à Kabobo, ou de l’antiracisme au génocide – Par Flavien Blanchon

sans-titre.png noirs italie.png

  

Mada Kabobo (à droite sur l’image), le clandestin à la pioche, a finalement fait trois morts. Daniele Carella, le jeune livreur de journaux, puis Ermanno Masini, le retraité qui promenait son chien, ont succombé à leur tour aux coups que le Ghanéen leur avait assenés avec une particulière férocité.

Pour le correspondant du Monde, fidèle écho, à son ordinaire, des médias politiquement corrects de la péninsule, « ce fait divers tragique tombe mal pour la ministre de l’intégration, Cécile Kyenge » (à gauche sur l’image). D’autres auraient dit qu’il tombait surtout mal pour les victimes…

 

La Repubblica, de son côté, au moment où le bilan n’était encore que d’un mort, avait conclu à un malheureux concours de circonstances : « Un homme qui n’aurait pas dû être là, mais chez lui à dormir, et un autre qui n’aurait pas dû être en Italie, mais dans son pays, le Ghana, mais qui était resté en raison des contradictions législatives qui règlent la vie des migrants ». Qu’un Italien aille à l’aurore prendre un café au bar du coin, et qu’un clandestin violent multi-délinquant se promène dans les rues avec une pioche, c’est bien sûr du même ordre. Le livreur de journaux, lui non plus, n’aurait pas dû livrer ses journaux. Quand un Italien, comme à Florence en décembre 2011, tue deux Sénégalais, c’est un crime raciste ; quand un Ghanéen massacre trois Italiens à coups de pioche, c’est un fait divers, c’est-à-dire, pour les bobos demi-savants du Monde et de La Repubblica, quelque chose qui n’arrive qu’aux pauvres de souche et ne présente donc aucun intérêt. Ils n’avaient qu’à ne pas être là, les pauvres de souche. Lorsqu’un député de la Ligue du Nord a évoqué le drame de Milan à la Chambre, la présidente, l’ultra-immigrationniste Laura Boldrini, a ricané ostensiblement devant les caméras de télévision.

S’il faut blâmer dans cette affaire autre chose que la fatalité, c’est la société. Un député de Scelta Civica (la « grande coalition » de Mario Monti) n’a pas craint de déclarer que Kabobo était « un fou qui avait agi à cause des conditions de vie dans lesquelles il se trouvait. Le malaise psychique est favorisé par le malaise social ». Et le député de dénoncer « les connotations racistes » de la Ligue du Nord.

Le racisme, voilà qui est sérieux, voilà qui est grave, voilà qui mérite une lutte sans relâche. Pendant que Kabobo déambulait avec sa pioche, tout un détachement de la police antiterroriste faisait une descente à Macerata chez le responsable local du parti nationaliste Forza Nuova et saisissait dans son garage « un pot de colle fraîche et un pinceau ». Pièces à conviction décisives dans la gravissime affaire d’une petite affiche artisanale, collée sur un mur de la ville, qui a provoqué un scandale national, puisqu’on y lisait, horreur : « Kyenge, retourne au Congo ». Le responsable de Forza Nuova a été mis en examen « pour propagation d’idées fondées sur la haine raciale, ethnique et religieuse ».

En Italie comme ailleurs, le système a besoin du « racisme ». Le nouveau président du Conseil, Enrico Letta – membre du comité européen de la Commission Trilatérale, participant en 2012 à la réunion du Groupe Bilderberg aux États-Unis, publiquement parrainé par la Goldman Sachs –, a délibérément nommé la ministre Kyenge Kashetu pour créer du « racisme ». Kyenge n’a pas d’autres objectifs que son prédécesseur Andrea Riccardi sous Monti – l’abolition du délit de clandestinité, le passage au droit du sol, et la transformation de l’Italie en société « multiculturelle » et « métissée ». Mais Riccardi, avec ses odeurs de sacristie et ses grimaces de Tartuffe pour théâtre de province, était très Italien – très typique, hélas, d’une certaine Italie. Il ne choquait pas. Kyenge a multiplié les provocations, se vantant d’être entrée illégalement en Italie, d’être la fille d’un père polygame et d’avoir 38 frères et sœurs, protestant que, quoique naturalisée, elle n’était pas Italienne « mais Italo-congolaise », et clamant : « On dit que je suis le premier ministre de couleur. Je ne suis pas de couleur, je suis noire et fière de l’être ».

Pareilles sorties provoquent fatalement des réactions, surtout dans un pays où la liberté de parole était, jusqu’à présent, un peu moins limitée qu’ailleurs. Autant de proies pour les chiens de garde de l’antiracisme, autant de prétextes pour accélérer toujours davantage la machine de la répression contre tout ce qui s’écarte tant soit peu du politiquement, religieusement et culturellement correct. Un cas bien révélateur est celui de l’abbé Alessandro Loi, ce curé de campagne sarde qui s’est retrouvé au pilori médiatique pour avoir osé s’interroger : « Y avait-il vraiment besoin d’une ministre de couleur ? » L’abbé Loi célébrait la nouvelle messe, celle de Paul VI, mais, suivant les principes de la « réforme de la réforme liturgique » prônée en son temps par Benoît XVI, il était revenu à la position orientée traditionnelle, dos au peuple. Quel rapport ? L’évêque d’Ogliastra, Mgr Antioco Piseddu, en a vu un. En même temps qu’il lançait une enquête sur le « racisme » du curé, il lui a ordonné de célébrer désormais face au peuple : le curé, terrifié, s’est hâté d’obéir.

La droite de gouvernement trouve aussi son profit dans l’affaire. Les gesticulations de la Kyenge font oublier que c’est le gouvernement de Silvio Berlusconi, PDL et Ligue du Nord, qui a laissé rentrer en Italie des clandestins par dizaines ou centaines de milliers, sous le beau nom d’« urgence migratoire » : qui a envoyé les garde-côtes chercher les clandestins en haute mer pour les remorquer jusqu’à Lampedusa, les a installés à grands frais dans des centres d’accueil, leur a distribué des permis de séjour « humanitaires ».

De Kyenge Kashetu à Kabobo, ou de l’antiracisme au génocide – Par Flavien Blanchon

Emeute Bari.

Voilà bien pourquoi Roberto Maroni, secrétaire fédéral de la Ligue du Nord et nouveau gouverneur de Lombardie, s’est hâté de désavouer – et dans La Repubblica, comme de juste – ceux qui, dans son propre parti, avaient mis en cause la Kyenge à l’occasion du massacre de Kabobo. « Je ne fais aucun lien, a-t-il assuré, entre les propositions de la ministre Kyenge et l’incroyable épisode de Milan : cet immigré est un fou ». Et pour cause : Maroni était ministre de l’Intérieur de Berlusconi au moment de l’émeute de Bari, le 1er août 2011, quand Kabobo et ses amis avaient mis la ville à feu et à sang et, au lieu d’être expulsés, avaient reçu en récompense des dossiers de demandeurs d’asile.

Le droit du sang est un symbole qui, comme tel, a son importance, mais qui a peu de conséquences pratiques : les enfants d’étrangers nés en Italie obtiennent la citoyenneté italienne par simple demande à leurs 18 ans. Sur l’essentiel, c’est-à-dire le grand déversement de population d’Afrique en Italie, le remplacement progressif des Italiens par des Africains, la gauche bourgeoise et la droite de gouvernement sont d’accord, au moins pour ne pas s’y opposer : les uns veulent, les autres acceptent. Et comment s’en étonner puisqu’ils servent les mêmes maîtres ?

Cette substitution de population a un nom : cela s’appelle un génocide. La politique d’immigration conduite par les gouvernements italiens depuis des années – et par les gouvernements français depuis des décennies –, c’est le génocide littéral et effectif des autochtones. La tuerie de Milan n’est que la manifestation brutale d’un processus qui s’accomplit ordinairement dans la discrétion ou dans les bons sentiments. Pendant que Kyenge amuse la galerie, les Kabobo continuent de débarquer par centaines tous les jours, sous les regards attendris des journalistes.

Dans un très beau texte, Gabriele Adinolfi (http://www.qelsi.it/2013/gli-assassini-siete-voi-buonisti-e-progressisti/) a lancé aux « progressistes » : « Les assassins, c’est vous ». « C’est vous qui armez les Kabobo. Et qui armerez aussi les Contre-Kabobo ». « Aujourd’hui, vous sifflotez, vous faites mine de rien, vous attendez que l’émotion retombe, que les gens oublient. Et demain vous recommencerez imperturbables, comme si rien ne s’était passé, à diaboliser les Italiens, particulièrement s’ils sont blancs, particulièrement s’ils sont hétérosexuels, particulièrement s’ils ont une profession libérale, et à chanter votre péan pour démanteler notre nation, que vous haïssez à la fois parce que c’est la nôtre et parce que c’est une nation ».

Les assassins sont les antiracistes, et nous sommes les victimes, nous autres, Européens par le sang. Nous n’avons pas tous le malheur – la malchance, comme dit La Repubblica – de tomber sur un Kabobo avec sa pioche, mais nous sommes tous en sursis, promis à l’extermination. Les victimes de Milan n’ont été que les premiers appelés. Daniele Carella, Ermanno Masini, Alessandro Carole – le chômeur qui souffrait d’insomnie et qui avait dit à sa mère : « Je sors prendre un café » –, c’est nous, c’est le sort qu’on nous réserve, c’est l’avenir qu’on nous prépare.

Flavien Blanchon

Crédit images : DR.

[cc] Novopress.info, 2013. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]

19:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Marine Le Pen s'est blessée en tombant dans une piscine vide

La présidente du Front national a été victime d'une fracture du sacrum, situé à la base de la colonne vertébrale. Elle est contrainte de limiter ses déplacements.

 

Attendue à Limoges pour un meeting dans le cadre du lancement de la campagne des municipales et des européennes, Marine Le Pen n'a pas pu se déplacer ce samedi. Son père, Jean-Marie, qui la remplaçait, a ainsi justifié son absence: «Marine n'a pas pu venir car elle a été victime d'un accident assez grave qui l'empêche de se déplacer. Elle est tombée dans sa piscine vide et s'est fait une fracture de la colonne vertébrale».

Dans un communiqué, le Front national précise qu'il s'agit d'une «fracture du sacrum», l'os situé à la base de la colonne vertébtrale. Le parti «rassure les militants et les adhérents sur l'état de santé de la présidente et les remercie des nombreux témoignages de sympathie qui lui sont adressés», et confirme que Marine Le Pen voit son emploi du temps allégé.

 

Cet accident, intervenu il y a une semaine, contraint Marine Le Pen à limiter ses déplacements mais ne l'empêche pas de participer à des réunions et de faire des interventions médiatiques. Elle était ainsi présente, mercredi, sur le plateau de LCP pour réagir aux violences qui ont émaillé la célébration du titre du PSG au Trocadéro.

Le Figaro - 18/05/13

19:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

La France furieuse après le vote de l'ONU sur la Polynésie française

Lire:  http://www.france24.com/fr/20130517-polynesie-paris-inger...

02:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Rosa, rosa, rosam, rosae, rosae, rosa...

photo.JPG roseraie.JPG

photo.JPG roses 2 XXX.JPG

photo.JPG roses 3 YYY.JPG

Photos EB - 15 mai 2013

02:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Accueil de Taubira à Lyon le 17 mai

02:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Frigide Barjot sur la validation du mariage homo: "on est en train de changer de régime et de république" - 17/05/13

01:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Fiona: des proches se mobilisent pour afficher des avis de recherche

Lien vidéo: http://www.lamontagne.fr/accueil/brightcove/2013/05/14/di...

 

01:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Disparition de Fiona: la vengeance d'un ex-ami de la mère?

Auvergne > Clermont-Ferrand 17/05/13 - 20h17

 

 - BRUNEL Richard

- BRUNEL Richard

C’est sans doute le premier véritable tournant dans l’enquête sur la disparition de Fiona. Cette petite fille de 5 ans est toujours portée disparue depuis dimanche dernier, alors qu’elle jouait dans le parc Montjuzet, à Clermont-Ferrand, à côté de sa mère.
 
Un nouvel axe d’investigation intéresse particulièrement les enquêteurs depuis quelques jours : ils sont sur la piste d’un homme de 34 ans, ancien ami de Cécile Bourgeon. Par le passé, cet homme, qui a entretenu une relation avec la maman de Fiona au printemps 2012, aurait menacé d’enlever la fillette et de l’emmener en Algérie.
 
Depuis un mandat d’arrêt international est lancé contre lui : Cécile Bourgeon avait porté plainte contre lui pour viol et séquestration, le 5 mai 2012. Il y a un an tout juste. Etrange coïncidence avec la date de la disparition de Fiona, dont on est sans nouvelle depuis le dimanche 12 mai. Mais l’homme demeure toujours introuvable.
 
Des informations exclusives de La Montagne, confirmées par le procureur de la République Pierre Sennès : « Toutes les pistes sont étudiées, celle-là aussi ».
 
 
 
 
La Montagne

01:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

La maison de Barbie à Berlin: une Femen brûle de rage un crucifix!

sans-titre.png Crucifix avec Barbie.png

 

Plusieurs dizaines de femmes, dont des membres du groupe Femen, s’étaient rassemblées pour manifester leur mécontentement et dénoncer « l’image parfaite » (et irréaliste) renvoyée par Barbie. « Nous ne voulons pas de cet idéal. Nous ne voulons pas que les enfants se construisent des rêves impossibles à atteindre, si ce n’est par le biais d’opérations de chirurgie esthétique ou de je ne sais quelle autre modification physique », a expliqué à l’AFP Lars, un manifestant qui portait une perruque blonde et des grosses lunettes de soleil.

Les Femen, elles, connues pour leurs actions coup de poing, ne se sont pas arrêtés aux mots et l’une d’entre elles a brûlé un crucifix sur lequel se trouvait non pas Jésus mais une poupée Barbie. Sur son torse (nu, comme d’habitude), le slogan « Life in plastic is not fantastic » (en référence à la chanson Barbie Girl du groupe Aqua). Une brève bousculade a suivi (lorsque le service de sécurité a essayé de la maîtriser) mais personne n’a été blessé.

E&R

NdB: La célèbre poupée Barbie, qu'aiment toutes les petites filles, et que détestent les "féministes" mondialistes, est une jolie blonde aux yeux bleus, de type nettement européen et nordique. Du racisme anti-Barbie? 

 

 

00:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

17/05/2013

Journal de bord de Jean-Marie Le Pen n° 319

23:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Florian Philippot sur France 2 - 17/05/13

23:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Gollnisch reçu à haut niveau en Russie : face au mondialisme, la nécessaire préservation des indépendances nationales

sans-titre.pngGollnisch russie.png

       

Bruno Gollnisch rentre aujourd’hui de Russie après deux jours de rencontres et de débats aussi intéressants que fructueux qui ont retenu l’intérêt des médias russes. A la tête, de facto, d’une délégation de plusieurs parlementaires et élus européens (autrichien, néerlandais, letton, polonais, tchèque), le président de l’Alliance Européenne des Mouvements Nationaux, accompagné également de plusieurs membres de l’AEMN, dont Valerio Cignetti, répondait notamment à l’invitation de la Commission des droits de l’homme à Moscou. Ils ont été reçus à la Douma (parlement russe) avant de se rendre jeudi en République autonome de Karatchaïévo-Tcherkessie.

A la Douma, nos amis russes étaient intéressés par l’opinion de Bruno Gollnisch et de ses collègues sur les activités, rarement désintéressées, des associations, ONG et autres fondations, quand celles-ci sont financées par l’étranger.En présence notamment de plusieurs dizaines de députés russes de différents courants politiques, les débats ont été supervisés par Yaroslav Nilov, jeune et brillant président de la Commission parlementaire pour les organisations sociales et religieuses.

Ouvrons ici une parenthèse pour rappeler que M. Nilov fut un des parlementaires qui, en pleine tempête médiatique générée par les provocations du groupe anarchiste Pussy riot contre les chrétiens orthodoxes , fut à l’origine d’une résolution de la Douma portant sur « les meurtres de chefs spirituels », « le vandalisme contre des propriétés de l’Eglise », et «les actes blasphématoires de hooliganisme». Ladite résolution appelait à des peines plus sévères contre toute personne qui offenserait les sentiments religieux.

Chroniqueur pour l’agence de presse RIA Novosti, Alexandre Latsa rappelait dernièrement –nous nous en faisions l’écho sur ce blog en septembre 2012- que cette question revêt en Russie une importance cruciale.« La Russie notait-il, sort de 70 ans de communisme (…) de relatives tensions interreligieuses et intercommunautaires à la dislocation de l’Union-Soviétique et à ce titre, les Russes ont conscience de l’importance de faire respecter les lieux de culte (…). »

« La Russie est un pays multiconfessionnel, pluriculturel (…) encore aujourd’hui victime du terrorisme fondamentaliste et qui maintient assez habilement une cohabitation entre des groupes religieux et ethniques très variés, sur un territoire gigantesque (…). Au sortir de presqu’un siècle de dictature athéiste, le renouveau de la foi est quelque chose de particulièrement sensible. »

Autant dire que les menaces sur la paix civile, de déstabilisation, que portent en germe les atteintes à la foi religieuse, sont prises au sérieux par le gouvernement et les élus russes, toutes étiquettes politiques confondues.

Menaces de déstabilisations qui sont aussi réelles, au regard des activités des « ONG », « associations » et « fondations » évoquées plus haut, qui doivent être comme telles portées à la connaissance des citoyens, et qui étaient donc l’objet des discussions à la Douma évoquées plus haut.

Rappelons que cette subversion sous faux drapeaux ne concerne pas que la Russie. Un spécialiste comme Eric Denécé, ancien du renseignement, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement (Cf2R), le soulignait il y a quelques mois -voir notre blog- au sujet des révolutions du « printemps arabe », celles-ci étaient en préparation depuis plusieurs années et n’avaient pas de caractère « spontané. »

« Dès 2007-2008, des conférences organisées sous l’égide d’ONG américaines, comme Freedom House, l’International Republican Institute ou Canvas, et où étaient présents la plupart des blogueurs et des leaders de ces mouvements, ont instillé le germe de la démocratie, créant un contexte favorable aux révolutions. Le processus était le même que celui qui a précédé le démantèlement de l’URSS, la Révolution serbe, la Révolution orange en Ukraine ou encore celle des Roses en Géorgie. »

A titre d’exemple, l’Open Society Institute, un des « outils » du milliardaire mondialiste George Soros, très impliqué dans la défense des Roms, mais aussi partisan de la poursuite d’une politique d’immigration soutenue des pays du Sud vers l’Europe, est intervenu à de nombreuses reprises en Amérique latine et en Europe de l’Est, pour favoriser la mise en place de dirigeants ayant l’aval de Washington.

La « Fondation Soros » joua également un rôle de tout premier plan dans la déstabilisation des ex-républiques yougoslaves et de la Russie, par le biais du soutien apporté à certaines révolutions « colorées » (Ukraine, Géorgie …).

Bruno Gollnisch a été également reçu par la vice-ministre de la justice de Vladimir Poutine, pour un entretien portant sur la nécessaire préservation des indépendances et des intérêts nationaux face aux menées du mondialisme.

Jeudi, Bruno Gollnisch et la délégation européenne se sont rendus à plus de 1500 kilomètres de Moscou, en République autonome de Karatchaïévo-Tcherkessie, membre de la Fédération de Russie, pour la commémoration très émouvante d’un des drames de la Seconde guerre mondiale. A savoir la déportation meurtrière (plus de 40 000 morts) par Staline du peuple Circassien (Tcherkesse), au prétexte que celui-ci fut accusé de collaboration avec l’armée allemande.

Le président de l’AEMN a été reçu avec beaucoup de sympathie par le président de la République autonome qui a tenu à rappeler à ses invités son attachement indéfectible à l’unité de la Fédération de Russie, mais aussi que contrairement à ce que martèle une certaine propagande « occidentale », on peut s’exprimer librement en Russie !

23:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Sur quels fondements s’engagent les chrétiens ?

 

Tribune libre de Cyril Brun*

Sur quels fondements s’engagent les chrétiens ?

L’homme du XXIe siècle semble avoir deux visages, deux peaux même. Une peau en lambeaux, déchiquetée par les conséquences de la crise financière, lacérée par une véritable culture de mort qui en fait un fauve hagard et blessé. Un homme qui ne ressemble plus guère à un homme, tête baissée vers cette terre qui l’aspire, épaules fourbues sous le fardeau de l’errance qui l’accable. Un homme traqué, en quête d’un pré d’herbe fraîche où se reposer, d’un ruisseau où refaire ses forces.

Et pourtant, sous cette carcasse éprouvée, que de signes d’espérance ! Accablé par la crise financière ou morale, prisonnier de ses chaînes que le vieil homme ne cesse de resserrer de jour en jour, l’homme le plus défiguré reste capable de vibrer et de témoigner de la lumière qui l’habite au plus profond de lui-même. Face au déferlement actuel qui oppresse, menace la dignité de l’homme, le réduit bien souvent à poser tant d’actes « inhumains », percent de puissants signes de sa dignité. Qu’il se rebelle contre l’injustice, qu’il refuse le politiquement correct, nous trouvons, toujours dans notre presse quotidienne, maints signes de cette humanité profondément ancrée en chaque homme. Ces signes, parfois isolés, souvent épars, n’en sont pas moins, comme des traits de lumière et d’espérance qu’il nous faut accompagner. Car là est bien le problème. Face au rouleau compresseur du politiquement correct, ces manifestations de la grandeur de l’homme font souvent l’effet d’une simple fusée de détresse lancée dans la nuit épaisse et le brouillard entretenu savamment par quelques groupes puissants ou simplement bruyants. La question du ‘mariage homosexuel’ est assez révélatrice. Celle du gender tout autant. Nos contemporains sentent bien que quelque chose ne va pas. Mais dans l’ambiance relativiste moderne comment peuvent-ils se positionner ?

Le fondement de toute réflexion est là. Il faut rendre l’homme à l’homme. Toutes les propositions électorales, toutes les réformes que peuvent souhaiter les chrétiens se résument à cela. Restaurer la dignité de l’homme. Tel est le crible ultime et unique auquel le chrétien passera tout programme électoral. C’est la clef de lecture des pistes de réflexion de l’Institut éthique et politique Montalembert. Aucun chrétien ne pourra jamais être séduit par d’autres critères sans renier le Christ.

Or le problème fondamental de l’homme d’aujourd’hui est d’avoir perdu son identité. Ne sachant plus qui il est, il ne sait plus ce qu’il lui faut et court, hagard, à la recherche d’un bonheur dont il ne connaît pas le contenu. Deux points déshumanisent particulièrement l’homme d’aujourd’hui : la course à l’avoir et son corollaire inévitable, l’individualisme. Toute mesure politique restera, à moyen comme à long terme, stérile si elle ne prend pas en compte ces deux points.

Comment expliquer cela ? L’homme est fondamentalement fait pour être heureux. La perspective de la souffrance le plonge dans une telle angoisse qu’il fait tout pour fuir la douleur. Lorsque l’homme n’est pas heureux, c’est qu’il lui manque l’objet de son bonheur. C’est ce manque qui le fait souffrir et qu’il va donc chercher à combler par des palliatifs. Aussi, l’homme qui est détourné de lui-même, qui ne peut jamais jouir de ce pour quoi il est fait, sera irrésistiblement attiré par les produits de compensation. Au lieu d’être, il cherchera à avoir. Et cet avoir, il va chercher à le défendre. Et ainsi nous basculons dans le matérialisme (combler par l’avoir un besoin spirituel) et l’individualisme (car l’avoir ne se partage pas sans le perdre). Or l’individualisme éloigne d’autant plus l’homme de ce qu’il est, puisque l’homme est fondamentalement un être qui se trouve dans la relation aux autres, dans l’amour, c’est-à-dire le don de soi.

« Il faut rendre l’homme à l’homme. Toutes les propositions électorales, toutes les réformes que peuvent souhaiter les chrétiens se résument à cela. Restaurer la dignité de l’homme. »

Maintenir l’homme dans un rapport faux avec sa vérité propre est un formidable dopant pour le consumérisme. C’est une spirale infernale, car le matérialisme offre des produits périssables, des plaisirs temporaires et éphémères qu’il faut sans cesse renouveler. Favoriser l’isolement, en brisant les structures traditionnelles, en entretenant le mal-être qui replie sur soi, entretient admirablement le système économique et financier actuel qui repose sur l’accroissement de la consommation et le renouvellement des produits de seconde nécessité. Ainsi, pour avoir les moyens de s’offrir du secondaire compensatoire, on n’hésite pas à acheter une nourriture de moins bonne qualité.

Sauver l’économie et le système financier dans sa forme actuelle équivaut à avilir l’homme encore davantage en le rendant toujours plus dépendant. Même si c’est long et douloureux, voire même dangereux, il ne faut pas vouloir sauver l’économie, mais l’homme, car c’est bien cela qui sauvera l’économie.

Comment envisager la chose ? En premier lieu, promouvoir une nouvelle image de l’homme, plus vraie, plus conforme à sa réalité, c’est-à-dire non déconnectée de la nature dans laquelle il s’insère. Pour cela, il faut replacer la science à sa place de servante de la dignité de l’homme. La science n’est pas là pour créer un homme artificiel. Cette promotion passe par l’éducation, mais aussi par les lois générales. L’avortement, comme l’euthanasie ou l’eugénisme, contribue à faire de l’homme un être non soumis aux lois naturelles, un être déconnecté du réel et aseptisé. Il faut au contraire encourager la place et le rôle de la famille dans la promotion de la personne humaine, en opposition à l’individualisme et à l’égoïsme, par la restauration des solidarités traditionnelles, mais aussi de la stabilité.

Pour s’épanouir, l’homme a besoin de stabilité. La sérénité exige la stabilité. Lorsqu’on est dans la crainte du lendemain, l’incertitude de l’avenir, instinctivement on se replie sur soi. Lorsqu’on est seul, isolé, on n’est peu enclin à l’ouverture gratuite. On est plus souvent captateur. La famille est le lieu de la stabilité et du soutien traditionnel. Promouvoir la famille est l’atout le plus sûr. Promouvoir, renforcer, défendre la famille, c’est lutter contre l’isolement et l’individualisme ; c’est laisser aux proches le soin d’accompagner celui qui est plus faible, avec des coûts moindres et une humanité plus grande. On objectera que cette charge est trop lourde pour les familles. Il faut ici faire la part de l’égoïsme qui refuse de prendre en charge ceux qui sont proches, et la part de ce qui est effectivement insupportable par des particuliers. Mais l’État, en garantissant les conditions nécessaires à l’aide de ceux qui veulent prendre leur rôle au sérieux, peut puissamment œuvrer au retour de cette solidarité du quotidien, si importante pour le rétablissement du lien social dans la Cité, sans justement faire à leur place.

Mais il faut au préalable fortifier les familles. Il y a des valeurs qui ont été trop méprisées depuis un siècle. La fidélité est de celle-là. Mais la fidélité est une vertu qui demande un effort de volonté colossal. On ne stabilisera pas la famille sans éduquer les jeunes au sens de l’effort. Tout ce qui favorise cela doit être mis en œuvre, à commencer par une remise à plat des politiques d’assistanat. Mais ne nous y trompons pas, on triomphe par la volonté, si le désir d’avancer est fort. Il y a une carence fondamentale dans la société d’aujourd’hui. Carence qui explique et qui s’explique par la perte d’identification du bonheur de l’homme. Si l’homme ne sait pas où est son bonheur, il ne se donnera pas les moyens de l’atteindre. Comme tout enfant, l’homme naît avec ce désir d’être heureux, mais il n’a pas, de façon innée, les dispositions vertueuses pour y parvenir. Même l’athlète le mieux disposé doit s’entraîner pour remporter la victoire. C’est bien aux familles et à l’éducation de former les jeunes au combat de la vie. La déficience incontestable de l’Éducation Nationale à ce niveau a des conséquences humaines, sociales et financières terrifiantes, puisque ces jeunes incapables de se gouverner, de se prendre en main, de s’orienter, doivent être pris en charge par d’autres services de l’État (psychologues, Pôle emploi, prisons…).

De même, l’économie doit contribuer au développement de l’homme en étant un service qui lui procure son nécessaire et non un concurrent qui s’impose à lui en lui créant des besoins inutiles. Il faut revenir à l’économie réelle, ce qui évitera certaines surproductions ou certains sous emplois. Travailler doit être considéré comme un service pour le Bien Commun, pour le développement des autres. Utopiste? Que dire alors de ceux qui trouvent leur joie dans le travail bien fait et la satisfaction du client ? Voilà encore un lieu où promouvoir l’altruisme.

C’est dans cette optique que les chrétiens promeuvent la défense de la vie sous toute ses formes, la famille et le mariage entre un homme et une femme, la dignité de la personne humaine, la liberté de conscience, une économie raisonnée et juste, des marchés régulés (et non contrôlés ou soumis) par le politique, garant du Bien Commun. Dans cette ligne les chrétiens sont attentifs à une écologie responsable dont l’homme est le sommet et le gardien.

*Cyril Brun est le délégué général de l’Institut éthique et politique Montalembert à Paris.

Nouvelles de France 

20:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Hollande avertit les anti-mariage homo ! 17/05/13

20:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Valérie au Mali !

20:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Marion Maréchal-Le Pen sur l'amnistie des faits commis lors de mouvements sociaux

17/05/13

19:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Mariage gay: la loi sera promulguée samedi

18:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Sondage du Huffington Post pour I>TELE - 16/05/13

sans-titre.png sondags.png

01:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Violences policières gare de Lyon à Paris contre des manifestants pacifiques

Un jeune homme perd connaissance après avoir été gazé, alors qu'il n'y avait pas de trouble à l'ordre public, juste un peu de chahut.

Michel Janva

Le Salon Beige

01:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Hollande sur le droit de vote des étrangers

00:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)