Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2013

Le Pape bénit un enfant à naître

Après avoir prié une trentaine de minutes devant l’icône de la Vierge, Salus populi Romani, et en la chapelle Sixtine de Sainte-Marie-Majeure, devant le corps de saint Pie V, le pape François a salué l’ensemble du personnel de la basilique. Un jeune homme l’interpelle, désignant sa jeune épouse à côté de lui :
 
« S’il vous plaît, Saint-Père, bénissez mon fils, il n’est pas encore né, il a cinq mois, cinco meses… »
 
Aussitôt le pape revient vers la jeune femme, se penche, bénit l’enfant.
 
Cela aura été l’un des premiers actes publics du pape François.
 
Riposte catholique

18:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Jean Bastien-Thiry, il y a cinquante ans...

sans-titre.png Jean Bastien-Thiry.png

sans-titre.png Bastien-Thiry.png

13/03/2013 – 08h00
PARIS (via le site de Dominique Venner) - Si l’on en croit le journaliste Jean-Raymond Tournoux, spécialiste des secrets d’État, au lendemain de l’exécution de Jean Bastien-Thiry, le 11 mars 1963, voici cinquante ans, le général de Gaulle aurait dit : « Celui-là, ils pourront en faire un héros, il le mérite ! » Vrai ou faux, ce propos donne à réfléchir.

 

Il n’est pas nécessaire d’approuver l’action de Jean Bastien-Thiry pour reconnaître à sa figure une hauteur qui détonne dans notre époque de médiocrité.

Ajoutons qu’il est naturel et légitime que les proches et les admirateurs de Jean Bastien-Thiry voient en lui la victime d’une injustice et d’une vindicte qui n’ont pas grandi l’homme contre qui il s’était dressé. Ce n’est pourtant pas le visage de la victime qui me semble à retenir. Après s’être levé par lucidité et volonté pure contre le puissant personnage qui, à ses yeux, avait corrompu tant de valeurs constitutives de notre patrie, Bastien-Thiry est allé jusqu’au bout de son engagement.

Il fut l’organisateur de l’attentat du Petit-Clamart, le 22 août 1962, qui avait pour but d’assassiner le général de Gaulle, président de la République, en raison de la politique ayant conduit à l’indépendance de l’Algérie, à l’expulsion brutale des Français vivant sur cette terre depuis des générations, et au massacre des harkis.

Comme l’a écrit son frère Gabriel dans un livre émouvant, « Ce qu’aucun homme de métier n’avait osé faire, il l’a tenté ». De fait, bien qu’officier, il n’était pas un homme de guerre, mais un savant et un intellectuel. Il fut pourtant l’homme d’un projet conduit envers et contre tout, le seul projet cohérent, il faut bien le dire, de la résistance française à la politique d’abandon de nos compatriotes d’Algérie. Puis, devant le tribunal qui le jugeait sur ordre, loin de chercher à esquiver, il a prononcé contre l’homme qu’il combattait, un réquisitoire implacable qui le condamnait à une mort certaine. Il était trop lucide pour ne pas en être conscient.

Seul celui qui met sa vie en jeu échappe à l’imposture fréquente du discours moral. Le discours peut mentir, l’acte ne ment pas. Et seul celui qui répond de son honneur sur sa vie est authentifié dans sa vérité. La mort de Jean Bastien-Thiry atteste qu’il existe des valeurs plus hautes que la vie elle-même. Voilà ce qui mérite d’être retenu, au-delà de toute pensée partisane.

Dominique Venner

[cc] Novopress.info, 2013. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]

02:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Laurent Louis dénonce le sionisme

Après la visite du président Shimon Peres en Belgique, Laurent Louis, député belge, dénonce sans langue de bois la politique étrangère israélienne.

E&R - 13/03/13

01:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (24)

Marine Le Pen opposée au projet de conseil territorial d'Alsace

sans-titre.png MLP.png

sans-titre.png Alsace.png

13/03/2013 – 13H30
MULHOUSE (NOVOpress Breizh) –
Lors d’une conférence de presse donnée lundi après-midi à Mulhouse, Marine Le Pen a fait part de son opposition au projet de conseil territorial d’Alsace (CTA), qui sera soumis à un référendum local le 7 avril prochain. Un projet novateur, fondé sur l’identité alsacienne, qui sème l’inquiétude chez les jacobins de droite comme de gauche.

 

Réunies simultanément le 25 janvier dernier les trois assemblées du Conseil Général du Bas-Rhin, du Conseil Général du Haut-Rhin et de la Région Alsace avaient adopté, par des délibérations concordantes, le projet de création de la Collectivité territoriale d’Alsace.

Le 7 avril prochain, les Alsaciens vont donc être appelés à se prononcer par référendum sur la fusion de leurs deux départements avec le conseil régional. Pour toute création d’une nouvelle collectivité, un référendum est en effet imposé par la loi. Pour être adopté, le projet de fusion devra recueillir, dans chacun des départements existants, une majorité absolue des suffrages exprimés, correspondant à un nombre de voix au moins égal au quart des électeurs inscrits. Par la suite, la fusion de la région et des départements qui la composent en une unique collectivité territoriale devra faire l’objet de l’adoption d’une loi spécifique par le Parlement, déterminant son organisation et les conditions de son administration dans le respect des grands principes approuvés par les électeurs.

On est en présence d’« un début de détricotage de la France, un éloignement de la nation», a affirmé la présidente du Front national. Pour cette dernière le CTA« revêt une importance fondamentale pour l’avenir de l’Alsace et d’ailleurs pour l’avenir de toute la France. Ce projet est tout sauf technique, administratif ou anodin… Il est éminemment politique et comme tel, il doit être regardé de près. Je suis donc venue porter la parole du ‘non’, que je veux, que je crois populaire ».

Enfonçant le clou, Marine Le Pen estime que ce projet se traduira inévitablement par une hausse de la fiscalité locale et ne fera que renforcer le pouvoir « de quelques seigneurs locaux ». Un avis que ne partage pas Jacques Cordonnier, président du mouvement régionaliste Alsace d’abord : « L’Alsace sait mieux faire, plus vite et moins cher que l’Etat, alors laissons-là faire ».

« Par principe, je considère qu’on ne touche pas à l’administration d’un pays région par région – sinon, c’est le foutoir intégral ! Si jamais ce projet devait passer, ce serait un précédent dangereux. Ce serait (…) une grande victoire pour l’Union européenne et les technocrates de Bruxelles, qui œuvrent sans cesse à la dissolution des nations. Et nous sommes en guerre, nous, contre l’Union européenne », a-t-elle conclu.

Des propos plus mesurés que ceux tenus par Pascal Erre, membre du Bureau politique du Front national et patron du FN dans la Marne. Selon l’hebdomadaire Minute (13/03/2013), ce dernier affirme en effet que le projet du Conseil unique consiste à « aller plus loin dans la destruction de l’Etat nation France, en permettant à l’Alsace de s’ériger en Etat quasi-indépendant ». Faisant allusion au « Rapport congrès d’Alsace » édité par le Conseil régional et les deux assemblées départementales en novembre 2012, M. Erre soutient que « pour les auteurs du rapport, il est clair que l’Alsace n’est pas française », que « la nation rhénane n’existe pas et n’a jamais existé », que d’ailleurs celle-ci « était aussi le rêve des nazis pendant la Seconde Guerre mondiale ». Pas moins.

Pour mémoire, Patrick Binder, président du groupe FN au conseil régional d’Alsace s’était de prime abord montré favorable au projet de CTA, avant de s’abstenir lors du congrès d’Alsace organisé en novembre 2012. Depuis lundi, manifestement, au sein du parti frontiste, la discussion est close.

Il est vrai que dans cette opposition au projet de CTA, M. Le Pen est rejointe, toujours selon Minute, par le député PS de Strasbourg, Armand Jung, qui voit dans le Conseil unique « des réminiscences du passé revenant sur la scène de manière insidieuse » (sic), affirmant haut et fort que l’avenir des Alsaciens « est au sein de la France et de la République ». Une opposition partagée également par le Front de gauche Alsace, pour qui le CTA est carrément révélateur du « démantèlement programmé de la République » ; par quelques élus alsaciens, pour la plupart issus de la droite souverainiste et du Modem, avec pour slogan « J’aime l’Alsace, je dis non » (?!) ; par le syndicat Force ouvrière, hostile au projet parce que « cette recomposition territoriale induirait une perte de 40 % des effectifs d’agents publics en Alsace » ; ou encore par Roland Ries, le maire socialiste de Strasbourg, qui estime que le projet est une «usine à gaz ».

Mais ces opinions jacobines demeurent très minoritaires en Alsace. Selon un sondage CSA, si les Alsaciens avaient voté dimanche dernier, 75% d’entre eux auraient mis un bulletin ‘oui’ dans l’urne. Le projet de Conseil unique est en effet approuvé très majoritairement par les électeurs UMP, socialistes, écologistes et FN. Pour Philippe Richert, président UMP du conseil régional, « ce référendum est historique et les Alsaciens le comprennent. A eux de choisir la voie pour affronter les grands défis du XXIème siècle ». Réponse le 7 avril prochain.

 

[cc] Novopress.info, 2013. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]

01:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Amis alsaciens, votez non le 7 avril prochain, le sort de la France est entre vos mains

 

Les électeurs d’Alsace vont devoir dire, lors du referendum qui leur est proposé, s’ils acceptent de voir disparaître les deux conseils généraux pour les fusionner avec le Conseil Régional.

L’argument le plus souvent avancé serait qu’on fera des économies…

Argument et fallacieux et qui sert de poudre aux yeux.

En effet, il suffit de voir les tractations et réunions entre les différents conseillers et les promesses d’usines à gaz (autrement dit de commissions, de structures parallèles etc.) faites pour rassurer les différents élus, assurés, s’ils voient disparaître leurs postes, de ne pas voir disparaître petits avantages et prébendes en tout genre…

Qui y gagne ? Surtout pas l’électeur, qui va payer autant, voire plus… avoir moins de proximité et, surtout, va voir disparaître un peu plus la France pour une Europe des régions toute puissante et anti-patriotique.

Parce que, tout de même, l’important est là. Le gravissime est là.

Il s’agit bien de faire de l’Alsace une région expérimentale, prémisse à généralisation à toute la France de la disparition des départements, rien que ça. Et, à travers la disparition des départements, c’est la disparition de l’Etat-nation qui est visée, seule solution pour le rêve de nos dirigeants depuis 40 ans, celui d’une Europe des régions.

En effet, les départements c’est la décentralisation intelligente, parce que le Préfet des Pyrénées atlantiques est le représentant de l’Etat et est donc tenu de faire appliquer la même loi, les mêmes règles, les mêmes répartitions… que son voisin de la Creuse ou du Morbihan. Il est donc tenu, et l’Etat avec lui, de veiller à l’égalité des services publics sur tout le territoire, que son département soit riche ou pas. Ecoles, distribution du courrier ou de l’électricité, présence d’hôpitaux… c’est le B.A-BA que nous voyons déjà s’effilocher avec la mise en concurrence de la distribution du courrier et de l’énergie mais qui n’aura plus aucun garde-fou si le département saute. Plus de solidarité inter-départements, plus de compensations de l’Etat, hausse inévitable des impôts… A la différence des départements, les régions, en effet, sont autonomes et ne sont pas tenues, en-dehors de l’application des lois générales, de faire la même politique dans les mêmes régions. C’est le retour assuré, en quelques décennies à la Grèce ou l’Espagne des années 60 : des régions prospères en côtoyant d’autres qui semblaient sortir du Moyen Age. C’est la remise en cause, de fait, en sus des services publics et des droits sociaux, de la constitution même de notre République qui était, jusqu’à présent, une, indivisible et garante d’égalité…

Pire encore, c’est offrir sur un plateau non seulement le cadre de la ratification de la Charte des langues régionales et minoritaires, porte ouverte et à la babélisation de la France et aux droits des minorités aux dépens de l’intérêt général mais aussi à la main-mise de l’UE sur ce qui reste de notre pauvre pays pour le faire éclater. Il ne suffit pas à nos dirigeants d’imposer l’anglais partout et notamment à l’Université, il faut, en plus, que le français ne soit plus obligatoire, nulle part, même dans les tribunaux, les écoles et les administrations?

Il est fort à craindre que cette fusion alsacienne soit la première marche de ce que l’Europe (et surtout l’Allemagne) veut nous imposer depuis longtemps : l’explosion de nos frontières –et de nos pays – pour une Europe des ethnies et des régions, constituées par-delà les frontières actuelles pour former un nouveau pays basque franco-espagnol, une Catalogne franco-espagnole… et ne laisser qu’une France dépecée, réduite à peu près à ce qu’elle était il y a un millier d’années… Imaginez un instant, en effet, ce qui se passera en France si l’Alsace, qui a une forte identité culturelle renforce son indépendance régionale. Quid de la Bretagne, de la Corse, du pays basque ? Imaginez, et regardez ce qui est déjà en train de se faire, avec les menaces de sécession de l’Ecosse, du pays de Galles, de la Catalogne, du pays basque…

Enfin, cerise sur le gâteau, Hollande voudrait faire de Strasbourg une « eurométropole » qui prendrait ses (nouvelles ) compétences aux départements, aux régions et à l’Etat, devenant un monstre à part, incontrôlable, qui, finalement, appartiendrait plus à l’Europe qu’à la France. Il y a eu des époques où on faisait la guerre pour moins que cela !

Pour le moment, la « droite » comme la « gauche socialiste » sont côte à côte pour défendre ce projet. On ne s’en étonnera pas. Cela fait 30 ans qu’on voit que l’UMPS c’est la même chose. Mais on a du mal à comprendre que l’UMP accepte le soutien enthousiaste des Verts sur le sujet… Cela devrait leur mettre la puce à l’oreille, non ? Ils n’ont toujours pas compris que si les Verts applaudissent c’est que c’est mauvais pour la nation, pour l’identité française, et pour la France ? On ne s’étonnera pas de voir les Identitaires soutenir le projet, leur attachement à l’identité locale, régionale, et leur opposition au jacobinisme leur met parfois des œillères sur les yeux et ils ne se rendent pas compte qu’ils font le jeu de leurs plus grands ennemis, de nos très grands ennemis communs…

Qui ne voit pas que les coups de canif dans ce qui reste de notre constitution et le dépeçage de notre pays ne sont pas les outils de mise à mort afin de permettre à la mondialisation débridée et à la spéculation financière, jouant de l’islam au passage, de continuer ses effets délétères en étant assurées de ne plus rencontrer d’obstacles ?

Qui ne voit pas, non plus, que tout cela fait partie d’un plan global ? Je vous renvoie à l’excellente analyse de Pierre Hillard qui montre bien, par la référence précise à tous les textes européens depuis trente ans, que tout est organisé, voulu, et que lorsque l’on fait semblant de demander l’avis aux Alsaciens, c’est un piège, mortel.

Faisons tout pour qu’il en soit des Alsaciens comme il en a été des Corses en 2003, ils ont fait capoter en beauté le honteux projet de Jospin, le fameux processus de Matignon, qui devait sonner le coup d’envoi du démantèlement de la France, quand tous, de Sarkozy à Jospin, en passant par Raffarin et Chirac, avaient déjà prévu d’étendre le modèle à la Bretagne et à l’Alsace.

Les Corses ont tiré les premiers, merci à eux, ils nous ont sauvés il y a dix ans. Nous attendons, forcément, que les Alsaciens fassent aussi bien et tirent la deuxième salve, salvatrice ! Nous sommes tous français d’abord, et, si ils parviennent à faire l’Europe des régions, plus jamais les Corses ne pourront sauver les Basques, plus jamais les Bretons ne pourront sauver les Alsaciens… et notre pays aura disparu à jamais.

Christine Tasin

Résistance républicaine

RIPOSTE LAÏQUE

01:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Mgr Jorge Bergoglio est le nouveau Souverain pontife

sans-titre.png François 1er.png

13/03/2013 – 20h25
ROME (NOVOpress) - Mgr Jorge Mario Bergoglio, Cardinal-Archevêque de Buenos Aires, vient d’être élu Souverain pontife. Jésuite, pasteur d’Amérique du Sud, il est réputé proche des pauvres. Il est le premier pape non-européen depuis le Moyen-Âge. Il a pris le nom de François Ier.

Mgr Jorge Mario Bergoglioi était l’évêque ordinaire des fidèles de rite oriental. Un signe annonciateur de la fin du Grand Schisme entre catholiques de rite romain et ceux de rite grec.

Comme signe de son engagement social : membre depuis la fin des années 1960 de l’organisation péroniste Organización Única del Trasvasamiento Generacional (OUTG), il octroie fin 1974 le contrôle de l’Université del Salvador à d’ex-membres de cette organisation, dissoute à la mort de Juan Perón.

 

[cc] Novopress.info, 2013. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]

 

00:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (17)

13/03/2013

Jean-Pierre Elkabbach s'entretient avec Shimon Pérès- 12/03/13

23:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Le pape François 1er s'exprime pour la première fois

Regarder  la vidéo en mode plein écran

21:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

François Ier : le nouveau pape élu est le cardinal argentin Bergoglio

 Du cardinal protodiacre Jean-Louis Tauran :

Annuntio vobis gaudium magnum :
Habemus Papam,
eminentissimum ac reverendissimum Dominum,
Dominum Jorgium Marium,
Sanctæ Romanæ Ecclesiæ Cardinalem Bergoglio,
qui sibi nomen imposuit Francesco.

sans-titre.png pape.png


Jorge Mario Bergoglio, né le 17 décembre 1936 à Buenos Aires en Argentine, est un cardinal argentin, jésuite et archevêque de Buenos Aires depuis 1998.

En 2007, il déclarait :

"Nous disons que nous ne sommes pas d'accord avec la peine de mort, qu'elle est une injustice, mais en Argentine nous avons la peine de mort. On peut condamner à mort un enfant conçu à la suite du viol d'une femme retardée mentale. Soyons conscients que nous ne pourrons pas occulter la culture du rejet avec des euphémismes".

En 2009 :

"Chaque enfant doit être accompagné pour toute la vie (...) Il faut veiller à ce que les enfants grandissent sainement, soient suffisamment nourris, reçoivent une bonne éducation fondée sur de solides principes moraux.

C'est une bataille à soutenir contre les nombreux attentats à la vie humaine, contre la diffusion de la culture de mort. Une bataille, qui doit être soutenue aussi pour les personnes âgées, qui sont la sagesse de la vie, et quand la vie humaine est proche de s'éteindre. Cela, évidemment, demande des dévouements et du sacrifice (...)

Nous ne pouvons pas embrasser la culture de la vie si nous ne mettons pas nos racines en Jésus, si nous ne sommes pas unis à lui comme le sarment de la vigne au tronc. Parce que Jésus est le patron de la vie. Il s'est défini comme le chemin, la vérité et la vie. Ce n'est qu'avec Jésus que nous pouvons répandre cette ardeur, que nous pouvons avoir cette ferveur pour proclamer le message de la vie (...)"

Et en 2010, à propos de la dénaturation du mariage :

"Ne soyons pas naïfs : il ne s'agit pas d'un simple combat politique : c'est le projet de détruire le plan de Dieu. Il ne s'agit pas d'un simple projet législatif (celui-ci est seulement un instrument), mais une « movida » du père du mensonge qui prétend embrouiller et tromper les enfants de Dieu. Jésus nous dit que, pour nous défendre face à cet accusateur mensonger, il nous enverra l'Esprit de Vérité. Aujourd'hui la Patrie, devant cette situation, a besoin de l'assistance spéciale de l'Esprit Saint qui mette en lumière la Vérité au milieu des ténèbres de l'erreur ; elle a besoin de cet Avocat qui nous défende des sortilèges de tant de sophismes par lesquels on tente de justifier ce projet de loi, qui embrouillent et trompent même des gens de bonne volonté.

C'est pourquoi j'ai recours à vous et vous demande oraison et sacrifices, les deux armes invincibles qu'avouait détenir la petite sainte Thérèse. Suppliez le Seigneur pour qu'Il envoie son Esprit aux Sénateurs qui doivent exprimer leur vote. Qu'ils ne fassent pas, mus par l'erreur ou par des situation de conjoncture, mais selon ce que la loi naturelle et la loi de Dieu leur dicte. Demandez-le pour eux, pour leurs familles : que le Seigneur les visite, les fortifie et les console. Demandez qu'ils fassent un grand bien pour la Patrie."

Michel Janva

Le Salon Beige - 13/03/13

 

21:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Le nouveau pape est argentin, il s'appelle François 1er

Le conclave est terminé. Une fumée blanche est sortie de la cheminée de la Chapelle Sixtine. Il s'agit de l'Argentin Jorge Mario Bergoglio, archevêque de Buenos Aires.

 

Une fumée blanche est sortie de la cheminée de la Chapelle Sixtine. Benoît XVI a désormais un successeur. Son identité sera connu dans quelques minutes. Il aura fallu seulement 5 tours de votes aux 115 cardinaux-électeurs pour désigner le nouveau chef de l'Eglise catholique. Cette élection met un point final à quatre semaines inédites et mouvementées, depuis l'annonce surprise le 11 février par Benoît XVI de sa démission à l'âge de 85 ans.

Après quelques instants d'incertitude, la foule a acclamé les volutes de fumée qui n'étaient pas d'un blanc très distinct au départ. Mais quelques instants plus tard, les cloches de la Basilique Saint-Pierre se sont mises à sonner à toute volée comme les jours de fête, confirmant le choix d'un nouveau pape.

20h15 : Le nouveau pape est l'argentin Jorge Mario Bergoglio, archevêque de Buenos Aires. Il a choisi de s'appeler François Ier.

TF1 News

20:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Une fumée blanche au-dessus du Vatican, un nouveau pape est élu - 19h07

Réunis en conclave, les cardinaux viennent jeudi soir d'élire un nouveau Pape. Une fumée blanche s'est échappée de la chapelle Sixtine. Les cloches de Saint-Pierre ont retenti au même moment.

L'élection du pape, au terme de la première journée pleine du conclave, a été plus rapide que beaucoup ne le pensaient en l'absence de véritable favori. Mgr Jean-Louis Tauran, cardinal protodiacre, viendra dévoiler son identité dans l'heure qui vient au balcon de la basilique Saint-Pierre.

Le Figaro

19:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Laurent Obertone au Virgin Megastore à Marseille

photo.JPG Laurent Obertone.JPG

Laurent Obertone dédicace "France Orange mécanique" le 12 mars  au Virgin Megastore à Marseille (photo EB)

Nul n'est censé ignorer la réalité

 

 

03:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (18)

Ibis: vous avez dit "identitaire" ?

sans-titre.png Ibis.png

12/03/2013 – 10h00
PARIS (NOVOpress) – Selon le site Décision Achats, la chaîne d’hôtellerie Ibis a lancé une ligne de vêtements de travail pour l’ensemble de ses 8.000 collaborateurs de ses établissements. Il s’agirait d’une « nouvelle garde-robe identitaire » dans le cadre d’une opération d’aide au développement au Mali.

Le premier réseau d’hôtellerie économique en Europe n’hésite donc pas à galvauder le terme « identitaire », qu’il transforme en : les autres (Africains), avant les nôtres (Européens). A l’image de sa vaste campagne publicitaire qui véhicule depuis des mois une promotion de la société multiculturelle en Europe (image ci-dessus).

Crédit photo : DR

[cc] Novopress.info, 2013. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]

02:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Découverte en Syrie de matériel israélien d'espionnage

sans-titre.png espionnage matériel.png

Une unité électronique d’observation et de transmission, dissimulée dans de faux rochers, a été découverte sur le littoral syrien. Il s’agit d’un matériel israélien qui permettait à Tel-Aviv de renseigner des jihadistes sur les mouvements de troupes de l’armée arabe syrienne.

Réseau Voltaire - 8 mars 2013

01:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Essonne: un homme de 37 ans tabassé à mort par une vingtaine d'individus

Une fracture du crâne. Des plaies saignantes au visage. Un homme de 37 ans a été tabassé par une vingtaine de personnes dans la nuit de samedi à dimanche à Vigneux-sur-Seine (Essonne). La victime, qui vit dans la commune, a été retrouvée inanimée sur le trottoir vers 1 heure du matin. Elle a été conduite à l’hôpital de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne).

 
Le pronostic vital est engagé. Un état de cérébrale a même été évoqué.

Cet homme est inconnu des services de police. Son casier judiciaire ne porte trace que d’une bagarre ancienne. Ses agresseurs n’ont pas été retrouvés. La sûreté départementale est chargée de l’enquête.

 

LeParisien.fr - 11/03/13

00:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Marine Le Pen rencontre les pêcheurs bretons à Quiberon - 9 et 10 mars 2013


Marine Le Pen : rencontre avec les pêcheurs... par MarineLePen

00:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

12/03/2013

Un chauffeur de bus gravement blessé au couteau à Marseille

sans-titre.png Bus.png

Un homme de 40 ans, chauffeur de bus de la RTM, a été gravement touché à la joue après avoir reçu un coup de couteau vers 18h30 boulevard Vauban. Les faits se sont produits dans son bus de la ligne 57. Un suspect est activement recherché dans le 7e arrondissement.

Rapidement prévenu de l'agression du chauffeur de bus de la ligne 57, Kérim Zéribi s'est dit "scandalisé par de tels actes. Porter des coups de couteau, c'est de la folie pure. L'émoi est vif au sein de la régie. Je suis sens dessus dessous, j'espère que les voyous seront rapidement interpellés", ajoute le président de la RTM qui a confirmé que la régie avait demandé le droit de retrait de ses chauffeurs sur la ligne. "En revanche, le reste du réseau continue de fonctionner pour le moment", note-t-il. L'agression tombe au moment où une réunion sur la sécurité avait été programmée avec la RTM vendredi en Préfecture.

Plus d'informations à venir sur LaProvence.com

Zoomer sur le trajet de la ligne 57

12/03/13

23:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Le président israélien Peres plaide pour une intervention de la Ligue arabe en Syrie

sans-titre.png Sh Pérès.png

 

Le président israélien Shimon Peres a souhaité mardi qu’une force de la Ligue arabe intervienne en Syrie pour mettre fin au massacre et éviter que ce pays s’effondre.

La Ligue arabe peut et doit créer un gouvernement provisoire en Syrie pour arrêter le massacre et empêcher la Syrie d’imploser. Les Nations unies doivent soutenir une force de casques bleus arabes, a dit M. Peres devant le Parlement européen réuni à Strasbourg.

On ne peut rester les bras croisés alors que le président syrien (Bachar al-Assad) massacre son propre peuple et ses enfants, a dit M. Peres qui a reçu une ovation debout de la plupart des députés à la fin de son discours.

La meilleure solution pour mettre fin à la tragédie syrienne et de permettre à la Ligue arabe, dont la Syrie est un État membre, d’intervenir, a-t-il insisté.

Une intervention occidentale serait perçue comme une ingérence étrangère, a-t-il fait remarquer.

C’est la première fois qu’un président israélien s’exprimait devant le Parlement européen depuis près de 30 ans.

Au cours de son intervention qui a duré environ 45 minutes, M. Peres a dénoncé le régime iranien, accusé de représenter la plus grande menace pour la paix dans le monde et a demandé aux Européens de placer le Hezbollah, soutenu par l’Iran, sur la liste noire des organisations terroristes.

E&R

21:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

L’essai nucléaire en Corée du Nord n’a laissé aucune trace

 

 
 
12.03.2013, 23:09, heure de Moscou
Imprimer l'article Recommander à un ami Ajouter au blog

кндр полигон ядерное оружие ядерный полигон Пунге-ри северная корея карта Google Earth

 
© Capture d'ecran : Google Earth

Les experts du Comité préparatoire de l’Organisation du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (OTICE) n'ont trouvé aucune trace de matières radioactives sur le sol après l’essai nucléaire souterrain réalisé par la Corée du Nord, a déclaré mardi la représentante du comité Annika Thunborg.

Les experts n’arrivent pas à identifier quel combustible nucléaire a été utilisé en Corée du Nord pour le troisième essai nucléaire en raison de l'absence des traces de radioactivité, soulignant le fait que la RPDC a empêché la fuite des matières nucléaires après l'explosion.

La Voix de la Russie

20:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Nouveau reportage russe : « Dans 23 ans, la Ve République sera musulmane ! »

 

La télévision russe revient sur l’islamisation de la France. Extraits tirés de la vidéo ci-dessus :

« Ici, une personne sur cinq est musulmane. Dans cette course démographique, l’islam a depuis longtemps vaincu l’Europe ! En général, les Français de souche ont un enfant par famille, alors que les musulmans en ont cinq ! »

« A ce rythme-là et d’après les sociologues, dans 23 ans, la cinquième république sera musulmane, les Français n’auront plus qu’à se résigner ! »

« En France, il y a 2.200 mosquées, qui occupent une surface de 300.000 m². Selon l’évaluation du conseil des musulmans de France, chaque musulman a besoin d’au moins un mètre carré pour l’accomplissement des rites religieux, ce qui signifie qu’il faudra multiplier par deux le nombre de mosquées. »

Contre-info.com

Regarder la vidéo en mode plein écran

20:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)