Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 922

  • Plus de 100 Russes évacués de Syrie

    26 Juin, 17:23                                      

       

    помощь конфликт Южная Осетия медицинская помощь самолет МЧС РФ аэропорт Раменское
     

    Le ministère russe des Situations d'urgence (MSU) a évacué la nuit dernière de Syrie 127 ressortissants de Russie et des pays de la CEI ayant décidé de quitter le pays pour des raisons de sécurité.

     Un avion ministériel en provenance de la ville syrienne de Lattaquié (ouest) a ramené à Moscou 127 personnes, dont 76 Russes, 23 Ukrainiens, 9 Biélorusses et 8 Moldaves.

     

     Mardi, le MSU a annoncé avoir envoyé en Syrie deux avions, un Il-62 et un Il-76, avec 25 tonnes d'aide humanitaire.

     

    La Voix de la Russie



     

  • Paris 8ème: un jeune homme poignardé dans le dos

    19H33

     

    Vendredi, vers midi, un jeune homme de 22 ans se trouvait près de la station de métro Monceau, dans le VIIIe arrondissement de Paris, quand deux hommes se sont approchés de lui.

    Ils lui ont demandé une cigarette, ce qu'il a refusé.

    L'un des deux individus l'a alors poignardé dans le dos avant de prendre la fuite avec son complice, par le métro.

     
    FAITS DIVERS - 28/06/13
  • Carla, 13 ans, tabassée à mort : 3 ans ferme seulement pour son meurtrier

    carlafrappeeamort2.jpg

     

     

     

    Les faits s'étaient déroulés le 20 juin 2011 à Florensac, dans l'Hérault.

    Carla, une adolescente de 13 ans, avait été tabassée à mort à la sortie de son collège.

    Selon le rapport du médecin légiste, la collégienne avait succombé à une hémorragie interne consécutive à un uppercut suivi d'un crochet au visage infligé par le garçon, champion régional de boxe.

    Son meurtrier, âgé de 16 ans au moment du drame, a été condamné à cinq ans de prison dont deux avec sursis par la chambre spéciale des mineurs de la cour d'appel de Montpellier.

    A l'audience, l'avocat général avait requis 8 ans de prison ferme. L'auteur des coups doit être placé en maison d'enfant jusqu'à sa majorité, fin janvier 2014. La cour d'appel n'a pas retenu la préméditation.

     
    FAITS DIVERS

     

  • Le soutien du député Jacques Bompard au prisonnier Nicolas

     

    M. Bompard, député du Vaucluse, a voulu visiter hier la cellule de Nicolas, prisonnier politique, mais l’accès ne lui a pas été rendu possible.

    Voici le communiqué que l’on peut lire sur le site du député :

    Jacques Bompard s’est rendu cet après-midi à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis. Il avait demandé à visiter la cellule de Nicolas Bernard Buss, détenu pour raisons politiques en raison de son opposition à la loi Taubira. La direction de la prison a refusé au motif que le dossier de Nicolas était « en cours d’instruction » et qu’il était « au secret ». Jacques Bompard s’étonne de cette réponse, alors même que Nicolas a été condamné mercredi dernier à quatre mois de prison dont deux mois fermes avec mandat de dépôt.

    Par ailleurs, Nicolas était détenu jusqu’alors dans le bâtiment D4 de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, bâtiment qui est très vétuste et insalubre. Il ne disposait ni de savon, ni de papier toilette, n’avait pas pu se doucher depuis le début de sa garde à vue il y a neuf jours et n’avait droit à aucune promenade alors que le Code de procédure pénale prévoit une promenade quotidienne d’une heure. Avant la visite du député, Nicolas a été transféré dans le bâtiment D3 qui est neuf et dans lequel chaque cellule dispose d’une douche. Les conditions de détention de Nicolas devraient donc s’améliorer et tel était le but de la visite.

    Encore une fois, Jacques Bompard est scandalisé de la différence de traitement, selon qu’il s’agisse d’un militant de La Manif Pour Tous ou d’un casseur du Trocadéro.

    L’action du député a donc permis une évolution significative des conditions de vie de Nicolas : il est passé d’un bâtiment insalubre à un bâtiment neuf.

    Toutefois, il ne s’agit pas de relâcher la pression : Nicolas serait toujours à l’isolement ce jour, selon nos informations.

     

    Le Rouge et le Noir - 26/06/13

     

  • Les Hommen VS Hervé Mariton | Béatrice Bourges : «Les Hommen parlent cash et ne sont pas hypocrites»

    Ecrit le 28 juin 2013 à 16:29 par Eric Martin dans Les grands entretiens

     
     Les Hommen VS Hervé Mariton | Béatrice Bourges : «Les Hommen parlent cash !»Alors qu’un visuel des Hommen critiquant Hervé Mariton crée la polémique sur Twitter, Nouvelles de France a posé trois questions à Béatrice Bourges, porte-parole du Printemps français :

    En critiquant Hervé Mariton, les Hommen ne vont-ils pas trop loin ?

    Hervé Mariton a été le fer de lance politique de l’opposition au mariage gay. Il a donc une responsabilité très grande dans la suite de la mobilisation. En annonçant qu’il célébrera des mariages, il devait bien sûr s’attendre à des réactions. La déception que nous ressentons est proportionnelle à son engagement durant tout le débat. Il donne un signe fort d’abandon, et les Hommen le font remarquer. Notre devise est « On Ne Lâche Rien ». C’est exigeant mais c’est le prix à payer pour la victoire de nos idées. Dès lors qu’on lâche à moitié, c’est qu’on lâche tout. Je rends hommage aux Hommen d’appuyer là où cela fait mal. Ils lèvent les tabous. Ils savaient qu’ils susciteraient des réactions. Ils ont osé. Bravo. Je comprends que cela crée un débat, en revanche, je ne comprends pas la violence de certaines réactions. Décidément, notre pays est bien malade et le « politiquement correct » a fait bien des dégâts… et pas seulement chez nos opposants !

    « Un maire qui se bat contre le mariage gay et qui accepte d’en célébrer, pour eux, c’est incohérent. Ils le pensent et ils le disent. »

    Quel est le sens de leur message ?

    Les Hommen sont très représentatifs de notre jeunesse, fière et courageuse. Ils parlent « cash » et ne sont pas hypocrites. Leur langage passe par l’image. Cela a le mérite d’être clair ! Ce qu’ils cherchent, c’est une cohérence entre les actes et les discours. Un maire qui se bat contre le mariage gay et qui accepte d’en célébrer, pour eux, c’est incohérent. Ils le pensent et ils le disent. De nombreux maires hésitent à franchir le pas de refuser de célébrer des mariages gay. C’est compréhensible car ils prennent des risques pour leur carrière. C’est là que nous allons pouvoir mesurer s’ils sont animés par des ambitions personnelles ou des ambitions au service du Bien commun. C’est un test grandeur nature.

    « Nous qui nous battons depuis des mois, sans relâche, nous attendons que nos élus ne nous abandonnent pas. »

    Que pensez vous des maires qui délèguent ?

    Pour moi, c’est la même chose. C’est trop facile de se décharger d’une telle responsabilité en la donnant à quelqu’un d’autre. Cette loi n’est pas légitime, il ne faut pas l’appliquer. La désobéissance civile s’impose. Nous demandons à nos hommes politiques d’être des modèles et d’aller au bout de leurs convictions. C’est la seule chose qui permettra que le peuple ait à nouveau confiance en ses élus. C’est aux actes que l’on peut juger celui pour qui l’on va voter, pas aux paroles. Ne soyons pas dans la compromission. Montrons aux les maires ce que nous attendons d’eux, avec fermeté et sérénité. Donnons leur du courage car c’est un acte difficile à poser. Nous qui nous battons depuis des mois, sans relâche, nous attendons que nos élus ne nous abandonnent pas. Ce sera bien sûr un critère majeur dans le choix que nous ferons lors des prochaines élections municipales. Nous saurons reconnaître les maires qui ont été de véritables résistants. ONLR, même et surtout lorsque c’est difficile !

    Nouvelles de France

  • C'était un 28 juin...

    Lire: http://www.contre-info.com/cetait-un-28-juin#more-28342

     

    + 2 VIDEOS   (Philippe Henriot - Mgr Mayol de Lupé)

      

    Contre-info.com

  • Il y a quarante ans : dissolution d’Ordre nouveau

    Mise en ligne le 26 déc. 2010

    Ordre nouveau était un mouvement d'extrême droite actif entre 1969 et 1973 et dont la croix celtique était l'emblème.
    Il est créé en novembre 1969 par d'anciens membres du mouvement Occident (Alain Robert, Gérard Longuet, François Duprat) regroupés au sein du Groupe union défense (étudiants en droit de la faculté d'Assas). La première présidence fut confiée à l'avocat Jean-François Galvaire.
    Le credo d'Ordre nouveau était « la renaissance du patriotisme, la promotion d'une hiérarchie des valeurs, ainsi que la restauration familiale et éducative ».


    La croix celtique, emblème d'Ordre nouveau et également celui de Jeune Nation
    Ordre nouveau fut à l'origine du rassemblement des nationalistes européens (les Phalangistes espagnols de Franco, le NPD allemand et le Mouvement social italien - MSI), pour une « patrie de demain ».
    Généralement, Ordre nouveau apporta son soutien à la droite de gouvernement contre la gauche et l'extrême gauche, participant aux campagnes électorales.
    Au cours de son deuxième congrès, les 10 et 11 juin 1972, Ordre nouveau adopta une stratégie qui donna naissance au Front national pour l'unité française (FNUF) dans la perspective des élections législatives de mars 1973.
    Lors d'une réunion publique sur le thème « Halte à l'immigration sauvage » à la salle de la Mutualité à Paris le 21 juin 1973, de violents affrontements opposèrent des contre-manifestants d'extrême gauche appartenant à la Ligue communiste d'Alain Krivine aux forces de l'ordre. Tout comme la LC, Ordre nouveau est dissous par décret du Conseil des ministres le 28 juin.
    À la suite de cette dissolution, l'essentiel des cadres de l'ex-Ordre nouveau créent les Comités faire front (très brièvement Faire face, mais la dénomination était déjà utilisée par une association) qui donnèrent naissance, après la rupture avec le FN, au Parti des forces nouvelles en novembre 1974.

      

    Suite à des incidents violents le 21 juin 1973, le gouvernement dissout Ordre nouveau et la Ligue communiste, qui avait attaqué le meeting nationaliste (autorisé).

    Images d’archives sur Ordre nouveau (qui lança le Front national)

    Contre-info. com

  • Les Veilleurs, 26 juin place de la République

    Publiée le 26 juin 2013

    Interpellation de 52 veilleurs le 26 juin, lors de la veillée parisienne place de la République.

    NB : petite erreur en début de vidéo : il faut lire bien sûr "26 juin"...

            
            

    Icône de chargement            

    Commentaires de l'utilisateur ayant mis en ligne la vidéo (Orior1638)

    • Orior1638

      Il y a une petite erreur qii s'est glissée dans le texte : il s'agissait bien du 26 juin et non 26 mai. À 5h du mat, ce sont des choses qui arrivent...

  • Marchandisation des ventres, un marché commun européen?

     

    GPAL’offensive libérale-libertaire en faveur du mariage  et de l’adoption pour les couples homosexuels ne date pas d’hier. Ce combat est mené avec constance depuis de nombreuses années par le lobby progressiste –pour casser le socle de la famille traditionnelle, un des piliers de la résistance au mondialisme- et  sa branche homosexualiste au nom « d’intérêts » privés ultra-minoritaires et du communautarisme. Une offensive qui s‘appuie sur une propagande constante, affichée ou sournoise, affirmée ou  insidieuse, dans les médias, les émissions  sérieuses ou de divertissements, au détour d’une publicité,  d’un téléfilm, et  qui dispose de puissants relais au sein de l’Europe de Bruxelles.

    Les humanistes éclairés des instances européistes cherchent  ainsi à légiférer sur la reconnaissance mutuelle des actes d’états-civils afin de faciliter  les adoptions à l’étranger pour les couples de même sexe. Et imposer de facto des mariages de cette nature dans les 13 pays de l’UE qui ne reconnaissent pas les unions homosexuelles.

    Le but poursuivi affirme Bruno Gollnisch est bien  une automaticité de la reconnaissance  de la parentalité homosexuelle et à la création d’un  marché intérieur du ventre féminin.

    A ce titre,  existe sur internet des sites donnant des conseils aux couples hétéros ou homos qui entendent avoir recours à la Gestation Pour Autrui (GPA),  quand bien même vous l’aurez compris celle-ci serait interdite dans leur pays.

    Le site Subrogalia, dans sa version en langue française,   prodigue ainsi  ses astuces  et offres ses services tarifés   pour mettre au point une « maternité de substitution » « en Californie,  à Moscou, en Inde, en Ukraine, en Géorgie, en Thaïlande ou au Mexique. »

    D’ailleurs en cas de  GPA dans un pays « exotique » comme l’Inde par exemple, il est précisé que  comme « beaucoup de parents le demandent » ils auront un   bébé  tout blanc , un pur «  causcasien » ;  tout juste cela prend il  « un peu plus de temps pour déterminer la mère porteuse » et « le coût du don d’ovules » est il «  un peu plus élevé »….

    Alors que la GPA est interdite sur notre sol (pour combien de temps encore ?) Subrogalia propose de « Traiter le processus nécessaire devant les tribunaux français et de légaliser le statut de votre nouvel enfant », « (superviser) la légalisation de l’enregistrement des bébé en France»?  qui « sera alors Français ».

    Il est précisé qu’il n’est pas nécessaire  d’être marié et qu’un « Gay célibataire peut accéder à la gestation pour autrui : Beaucoup de nos clients sont des personnes seules de toute condition sexuelle. Il n’y a pas d’obstacle pour un homme ou une femme gay, d’avoir un enfant par mère porteuse. Évidemment, vous pouvez le faire en tant que couple aux USA, mais pas dans autres pays ».

    Le président de l’AEMN constate une nouvelle fois la règle du  deux poids deux mesures qui règne au sein des sociétés dites « avancées » de notre continent.  Un  site  comme Subrogalia invitant à enfreindre la loi peut  s’afficher en toute légalité, à l’heure de la répression, du  flicage généralisé  par une Union européenne en pleine dérive orwellienne, de toutes pensées résistantes  non politiquement correctes et/ou rétives au « sens de l’histoire mondialiste » .  Faut-il s’en étonner ?

    AEMN ( Alliance Européenne des Mouvements Nationaux)

  • «Séminaire de formation sur la mémoire de la Shoah» obligatoire pour les policiers nouvellement parisiens

    Ecrit le 25 juin 2013 à 18:13 par Eric Martin  

     
     

    «Séminaire de formation sur la mémoire de la Shoah» obligatoire pour les policiers nouvellement parisiensIndiscret. Depuis un partenariat entre la Préfecture de police de Paris et le Mémorial de la Shoah conclu en 2009 sous l’impulsion de Pierre Mutz, préfet de police de la capitale à la fin des années 2000, tout policier nouvellement affecté à Paris, quel que soit son grade, est obligé de suivre un « séminaire de formation sur la mémoire de la Shoah ». Le séminaire dure deux jours et comprend notamment la visite d’une synagogue, la rencontre avec un rabbin et des cours sur la communauté juive ou l’antisémitisme dans l’Histoire.

     

    Nouvelles de France

  • Méric : ce que dit vraiment pour de vrai la vraie vidéo

    Certaines preuves dérangent. Pourquoi ?

    Publié le 26 juin 2013 à 11:20 dans PolitiqueSociété

     

    clement meric justice

    Je ne sais pas si la police partage les interprétations tirées par RTL de la vidéo du meurtre de Clément Méric, mais je sais qu’elle ne partage pas celles de Libération.
    Le brave quotidien de gauche hollandiste se fendait hier d’un article tortillard pour essayer de démonter, sous un titre accrocheur, ce que révélait le matin même RTL et ce que nos propres sources policières nous avaient confirmé il y a déjà trois jours : que la vidéo de la RATP, qui n’est certainement pas au ras du bitume, mais qui permet clairement d’identifier les combattants, joue clairement en défaveur du groupuscule d’extrême gauche. Ces images infirment donc définitivement la thèse hurlée sur toutes les ondes par une gauche de bonne conscience, Jean-Luc Mélenchon en tête, d’un malheureux Clément Méric victime d’un « assassinat », donc d’un meurtre avec préméditation. Il faut d’ailleurs qu’elle soit bien dérangeante cette vidéo qui, pour avoir été entre les mains de la police depuis le 6 juin, a dû attendre presque trois semaines avant d’être évoquée publiquement. Il faut croire que la gauche qui nous gouverne, qui a déjà selon toute probabilité trafiqué les images de la Manif pour Tous du 24 mars, a un sérieux problème avec les images en général, et en particulier quand elles appuient le réel contre ses rêves.
    Si l’on se résume, et toujours selon la police, Clément Méric et ses amis, cornaqués par un antifa dur-à-cuire réputé pour sa pratique des sports de combat, étaient venus spécialement à la vente privée de la rue Caumartin pour en découdre. C’est-à-dire que s’il y a eu préméditation, elle était de leur côté. Dans la boutique même, ils commencent à prendre à partie des skins peu soucieux d’en venir aux mains qui en appellent à la sécurité. Celle-ci expulse les chasseurs de skins qui, têtus, se postent en bas, dans la cour, en attendant leur proie. Quand celle-ci arrive, une deuxième fois elle requiert les services des videurs qui éloignent à nouveau Clément Méric et ses camarades. Et c’est quand les skins, rassurés, se dispersent que, dissimulée un peu plus loin dans la rue, la bande d’extrême gauche tombe à bras raccourcis sur l’un d’eux. Les autres, alertés, rappliquent : une bagarre d’une « violence extrême », selon la police, se déclenche. La tragédie se noue : alors qu’Esteban Morillo lutte contre deux assaillants, Clément Méric tente de le frapper par derrière. Morillo se retourne et lui assène deux coups en pleine figure mais, et les images le confirment, c’est sans poing américain. D’ailleurs, quand les policiers perquisitionneront chez lui, il en découvriront deux, l’un vert fluo qui serait parfaitement identifiable sur une vidéo, l’autre clouté, dont les marques auraient été trouvées sur le visage de Méric s’il avait servi. Un Méric qui, toujours selon nos informations, portait pour sa part un protège-dents, accessoire peu usité quand on est en mode shopping. La vidéo permet aussi de savoir que les mains de la  plupart des combattants étaient serties de bagues d’un genre contondant, qui ne poussent guère au pacifisme.
    Ce qui est troublant dans cette sinistre histoire c’est, outre la mort absurde d’un jeune homme, que ce qu’on peut appeler la gauche en l’occurrence, c’est-à-dire un mode d’être transpartisan, se soit accrochée à tout prix à une interprétation non fondée des événements qui s’est révélée très vite fausse. Il fallait à tout prix, semble-t-il,  que ce drame démontre que le démon fasciste avait encore frappé. Et d’ailleurs peut-être y avait-il des pulsions fascistes dedans, mais certainement pas du côté que l’on imaginait. Est troublante cette volonté malikoussékinienne, voire carpentriste, de trouver des boucs émissaires immédiatement, dans un lynchage médiatique général, sans même que la justice ait rendu la moindre conclusion. On se souvient tous avec dégoût de l’émotion, peut-être non feinte et c’est sans doute le pire, de dame Clémentine Autain à la télévision, sûre de son droit à dénoncer un assassinat, et sans preuves. Il n’y a pas si longtemps, on nous rebattait les oreilles avec la présomption d’innocence, me semble-t-il. Il faut croire que lorsqu’il s’agit d’une certaine catégorie de la population française, il y a au contraire présomption de nocence, pour employer le vocabulaire de Renaud Camus. Il faut croire qu’une certaine partie des Français est suspecte par principe. Les skins aiment la violence ? Certainement. Leurs jumeaux les antifas tout autant.
    Mais on est à Hollywood : il faut prouver que le bien ne peut être le mal. Selon nos informations toujours, le juge d’instruction saisi de l’affaire serait si impartial qu’on lui aurait dépêché un adjoint pour réenquêter à charge, un adjoint sûr de ne pas figurer sur le mur des cons. Il faut bien que les méchants paient. Puisqu’ils sont méchants. Comment disait Churchill déjà ? Ah oui : « Les fascistes de demain s’appelleront eux-mêmes antifascistes. » Il se peut que demain soit aujourd’hui.

    *Photo : France 2.

     

    Causeur.fr

  • Exclusif : le rapport de l’ECLJ au Conseil de l’Europe sur les violences contre les manifestants anti-dénaturation du mariage avec une centaine de témoignages

    Ecrit le 26 juin 2013 à 11:59 par Eric Martin dans Article

     
     

    Exclusif : le rapport de l'ECLJ sur les violences contre les manifestants anti-dénaturation du mariage avec une centaine de témoignages

    Voici le rapport de l’European Centre for Law and Justice qui sera présenté dès 13h ce mercredi 26 juin au Conseil de l’Europe lors de l’audition sur la « Manif pour Tous et la répression policière » organisée en marge de la session de l’Assemblée parlementaire. Cette audition est organisée par le Parti Populaire Européen (Groupe politique PPE) et le European Centre for Law and Justice, en présence de Luca Volontè, président du Groupe PPE, de Ludovine de la Rochère, Présidente de la Manif pour Tous, de Béatrice Bourges, du Printemps Français, de Madeleine Bazin et Jean-Baptiste Achard, des Veilleurs.

    Il contient plus d’une centaine de témoignages de personnes victimes d’abus policiers ayant eu lieu à l’encontre du mouvement social de défense de la famille et de contestation de la loi ouvrant le mariage et l’adoption d’enfants aux couples de même sexe. Pour la plupart, ces témoignages ont été communiqués par les avocats des victimes. Ils permettent de recouper, de corroborer et d’attester des faits qui, pour un pays tel que la France, sont graves et sans précédent depuis plusieurs décennies.

    Ce rapport va être remis aux organes compétents du Conseil de l’Europe et des Nations-Unies à Genève. Il viendra documenter les diverses procédures actuellement initiées auprès de ces instances par des victimes, des élus et des ONG.

    >>> consultez le rapport <<<

    Nouvelles de France

  • Manif pour Nicolas: intervention des Hommen

    Publiée le 24 juin 2013

    A l'occasion de l'hommage rendu à Nicolas, incarcéré pour se opinions politiques, les Hommen sont intervenus, adressant une lettre au Président de la République, lui rappelant le déni de démocratie et les atteintes aux droits de l'homme qui marqueront à jamais sa présidence.

  • France: autodissolution du groupuscule d'extrême-droite Troisième Voie 27/06/2013

    France: autodissolution du groupuscule d'extrême-droite Troisième Voie





        Le groupuscule français d'extrême droite Troisième Voie et son service d'ordre, les Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR), ont annoncé mardi leur dissolution, devançant en cela la volonté gouvernementale de les interdire depuis la mort début juin d'un militant antifasciste, Clément Méric, lors d'une rixe avec des skinheads.

    "J'ai dissous pour l'honneur, pour ne pas être dissous par d'autres. Ces tartufferies, c'est fini", a fait savoir leur chef, Serge Ayoub, tout en ajoutant que la demande de dissolution avait été déposée il y a quelques jours auprès de la préfecture.

    Les autorités avaient entamé une procédure à des fins de dissolution de plusieurs groupuscules appartenant à la mouvance extrémiste nationaliste, dont Troisième Voie, en raison de la proximité revendiquée avec cette entité par les personnes mises en examen après le décès du jeune étudiant antifasciste, Clément Méric, qui avait mis la France en émoi.

    Les JNR, dont les membres arborant la même allure très reconnaissable : crâne rasé, vêtements et bottes noirs et physique imposant, comptaient une trentaine de membres et assuraient la sécurité de la nébuleuse nationaliste révolutionnaire Troisième Voie, créée par cette figure notoire du mouvement skinhead en France, Serge Ayoub.

    Parallèlement à cette décision qui apparaît comme un pied de nez au gouvernement de gauche en place, deux autres groupuscules d'extrême-droite, les Jeunesses nationalistes et l' Œuvre française, se sont, elles, vu notifier un ordre de dissolution gouvernemental.

    Le leader des Jeunesses nationalistes et ancien cadre du parti politique, le Front national, dont il a été exclu en 2011, Alexandre Gabriac, avait considéré la bagarre ayant entraîné la mort de Clément Méric comme un "malheureux fait divers".

    Une vidéo de surveillance a récemment fait surface dans cette affaire, devenue un symbole du danger représenté par les ultranationalistes. Selon cet enregistrement audiovisuel, un coup aurait d'abord été porté par la victime à son tueur présumé, avant que ce dernier riposte d'un coup de poing mortel.

    De fait, ce nouvel élément de preuve conforte la charge finalement retenue par le juge d'instruction chargé de l'affaire Méric contre le principal suspect, Esteban Morillo : violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner.
     
    ALTERINFO.NET

  • Mariage gay à Arcangues: un adjoint accepte d'unir les deux hommes

                                                                                                                                  

    L' «affaire» du mariage gay d'Arcangues (Pyrénées-Atlantiques) devrait bientôt connaître son dénouement. Un adjoint au maire qui s'opposait depuis fin mai au mariage d'un couple d'hommes, a finalement accepté de célébrer leur union, a annoncé jeudi la mairie dans un communiqué.

    «Après un tour de table où chacun a pu s'exprimer, un adjoint a fini par se porter volontaire pour célébrer le mariage Taubira», a indiqué la mairie dans un communiqué transmis jeudi soir à l'issue d'une réunion entre le maire (), Jean-Michel Colo, et ses adjoints, sans préciser l'identité de l'adjoint volontaire.

    Jean-Michel Martin et Guy Martineau-Espel, en couple depuis 1997, ont déposé officiellement leur dossier de mariage le 17 juin à la mairie d'Arcangues. Fin mai, ils avaient averti le maire de cette commune de 3.000 habitants de leur projet d'union. M. Colo, 60 ans, avait informé le 7 juin la préfecture qu'il refuserait, tant qu'il serait à la tête de sa commune, de marier des couples de même sexe.

    Face à ce refus de célébrer leur union, le couple avait finalement porté plainte mercredi pour discrimination auprès du procureur de la République à Bayonne contre le maire et ses adjoints qu'ils ont également assignés en référé.

                                       

            LeParisien.fr  - 27/06/13

     

    Il se pourrait que la vérité soit triste (Renan)