Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 924

  • Malgré la censure et la répression, la parole est encore aux Français (VIII)

    Francois-Hollande-Credit-Parti-socialiste-Flickr-cc-640pix-500x332.jpg Hollande.jpg

    Chronique de Michel Geoffroy.

    François Hollande (photo) avait promis, pour mobiliser la gauche, de taxer les contribuables les plus riches à hauteur de 75%. Mais, à la différence du mariage homosexuel, cette promesse a fait long feu.
    Par contre, F. Hollande est bien devenu Monsieur 75%… d’opinions défavorables ! Une première sous la Ve République. M.G.

     


     

    Plus de 75% des Français inquiets pour leur avenir

    79% : c’est le mauvais moral des Français mesuré par l’indicateur synthétique de confiance des ménages de l’INSEE, soit son plus bas historique depuis la création de l’indicateur en 1972 (Les Echos du 29 mai 2013).

    77% des personnes interrogées se disent « moins confiantes » concernant l’avenir économique de la France (baromètre de l’économie BVA/Axys Consultants des 28 et 29 mars 2013).

    66% des personnes interrogées estiment que la France ne sortira pas de la crise avant 2015 (sondage CSA/BFM TV des 23 et 24 avril 2013).

    72% des personnes interrogées estiment que leurs enfants à leur âge vivront moins bien qu’elles (sondage européen Ipsos/CGI/Publicis du 14 mars au 7 avril 2013).

    76% des personnes interrogées disent ne pas faire confiance « au gouvernement pour assurer l’avenir des retraites » et 71% se déclarent inquiètes pour leur niveau de vie (sondage Ipsos /Union mutualiste retraite /Liaisons sociales des 12 et 13 avril 2013) ; 83% des personnes interrogées et 76% des 18 à 24 ans se déclarent inquiets pour leur retraite (institut CSA /L’Humanité, Les Echos du 21 juin 2013).

    Une défiance croissante vis-à-vis du Système institutionnel

    77% des personnes interrogées estiment que le personnel politique est corrompu ; le sentiment de « dégoût » vis-à-vis de la classe politique a progressé de 13 points en 3 ans (sondage Opinion Way/LCI/Le Figaro des 4 et 5 avril 2013).

    75% des personnes interrogées jugent l’Union européenne inefficace (enquête BVA/Le Parisien/IRIS des 14 et 15 février 2013).

    Seules 29% des personnes interrogées trouvent F. Hollande « compétent » mais 54% ne regrettent pas N. Sarkozy pour autant (sondage CSA/RTL des 26 et 27 mars 2013).

    84% des personnes interrogées sont opposées au port du voile ou du foulard islamique en travaillant dans des lieux privés accueillant du public (sondage Ifop/Dimanche Ouest France des 19 et 21 mars 2013, soit après l’annulation par la Cour de cassation du licenciement d’une employée voilée de la crèche Baby Loup).

    François Hollande, le second tant pire

    74% des personnes interrogées sont « mécontentes » de l’action de F. Hollande (enquête Opinion Way/Le Figaro/LCI des 16 et 17 avril 2013).

    26% seulement des personnes interrogées se déclarent satisfaites de F. Hollande (baromètre Ipsos/Le Point des 5 et 6 avril 2013) ; 24% selon le baromètre TNS Sofres/Le Figaro Magazine du 24 au 27 avril 2013, soit un record de faiblesse au bout d’un an de mandat ; 26% selon le baromètre Ifop/Le Journal du dimanche du 14 au 22 juin 2013.

    73% des personnes interrogées ne perçoivent pas de changement en France depuis l’élection de F. Hollande (baromètre Clai-Métro-LCI /Opinion Way du 2 au 7 mai 2013).

    67% des personnes interrogées déclarent ne pas faire confiance à F. Hollande pour « affronter efficacement les principaux problèmes » (baromètre CSA/Les Echos des 2 et 3 avril 2013). Dans le même baromètre sa cote de confiance s’établit à 29%, soit un score inférieur au plus mauvais de N. Sarkozy en mars 2011.

    Seules 15% des personnes interrogées se déclarent favorables à une augmentation de 10% des impôts et taxes (sondage Ipsos/CGI Business consulting du 15 au 20 mars 2013).

    Michel Geoffroy

    Voir ou revoir :
    Et si l’on donnait la parole aux Français ? (I)
    Et si l’on donnait la parole aux Français ? (II)
    Et si l’on donnait la parole aux Français ? (III)
    Et si l’on donnait encore une fois la parole aux Français ? (IV)

    Et si l’on donnait encore une fois la parole aux Français ? (V)
    Et si l’on donnait la parole aux Français (VI)
    Et si l’on donnait la parole aux Français (VII)

    Source : Polémia.

    Crédit photo : Parti socialiste, via Flickr (cc).

    [cc] Novopress.info, 2013. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]

  • Fillette violée pendant des mois: les auteurs présumés laissés en liberté...

    viol-un-crime-particulier.jpg fillette.jpg

    07/07/2013 – 08H30
    RENNES (NOVOpress Breizh) –
    Trois jeunes âgés de 20 à 24 ans ont été mis en examen mercredi dernier à Rennes pour « viols et agressions sexuelles commis en réunion sur mineure de moins de 15 ans ». Les auteurs présumés ont aussitôt été remis en liberté sous contrôle judiciaire.

     

    Selon Ouest-France, qui révèle cette sordide affaire, une fillette âgée au moment des faits de seulement 7 ans, a été victime de viols répétés pendant des mois, entre 2004 et 2006. A l’époque des faits les violeurs présumés étaient âgés de moins de 13 ans pour l’un d’entre eux, de13 et 16 ans pour les deux autres. L’affaire aurait été découverte en 2010 lorsque la victime a osé en parler à la directrice de son école et à sa tante.

    Ce n’est que mardi dernier – près de trois ans plus tard – que le trio a été interpellé par la police. Présentés à un juge d’Instruction le lendemain, les trois jeunes ont été mis en examen et aussitôt relâchés sous contrôle judiciaire. Cette mesure a suscité l’indignation de la tante de la victime. « Je ne comprends pas que la justice ait décidé de les placer sous contrôle judiciaire. Ma nièce, depuis mercredi soir, est terrorisée. Elle ne mange plus et n’ose plus sortir. Elle est terrifiée de les rencontrer à nouveau même si la justice leur a interdit de rentrer en contact avec elle. Dimanche, elle va avoir 16 ans… » a-t-elle déclaré au quotidien rennais.

    Cette décision du juge des libertés et de la détention (JLD) souligne une fois de plus les contradictions du gouvernement en matière de politique pénale. Alors que Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits de la femme, prétend lutter contre les violences faites aux femmes, Christiane Taubira défend de son côté une politique pénale favorisant – du moins pour les vrais délinquants* – les aménagements de peine et les voies alternatives à la prison. Pour le plus grand bénéfice, dans le cas présent, de nos trois violeurs présumés.

    * Nicolas, le jeune veilleur opposé au mariage homosexuel incarcéré à Fleury-Mérogis aussitôt après avoir été condamné à deux mois de prison, n’entre bien entendu pas dans cette catégorie. Pour la justice de Mme Taubira, son cas est beaucoup plus grave…

    Crédit photo : DR.

    [cc] Novopress.info, 2013. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]

  • Besançon : les babouins vandales expulsés du zoo

    2953955_preview-20130704-par-auj-cnat-16-17-2-0-1143265278-1_640x280.jpg Babouins.jpg

     

                   

    PHILIPPE SAUTER | Publié le 04.07.2013, 11h34 | Mise à jour : 11h35

                                                                                   

    A Besançon (Doubs), les babouins de Guinée du zoo ont pris l’habitude de démonter les pierres des murailles qui les entourent mais ils s’attaquent à... la citadelle de Vauban, inscrite au Patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco. | (PhotoPQR/«l’Est Républicain »/Arnaud Castagne.)

                                                                      

       

    Le zoo de la Citadelle à Besançon (Doubs) est en train de se débarrasser de sa colonie de babouins de Guinée, présente dans ces lieux depuis une quarantaine d’années. Les primates ont, en effet, pris depuis quelque temps de mauvaises habitudes.

    Lentement mais sûrement, ils démontent les pierres historiques qui les entourent.                                        

     
     
    Une occupation comme une autre, sauf que les pierres de la citadelle imaginée par au XVIIe siècle forment un ensemble inscrit depuis cinq ans au Patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco.

    « Ils aiment grattouiller, ça les occupe. Mais c’est vrai que cela a pris des proportions importantes, note Gérard Galliot, conservateur du muséum de la Citadelle. Impossible de tenter de raisonner les babouins, ils n’ont rien à faire de notre classement Unesco! » Un vandalisme intolérable pour les défenseurs du patrimoine.
     
    Par conséquent, il a été décidé d’expulser toute la colonie avant que les dégâts ne soient trop importants. Une partie des babouins est déjà partie. Parmi les 42 primates, une trentaine d’individus a déjà été dirigée vers le zoo d’Alger et le parc African Safari, près de Toulouse. Les 13 singes restants continuent à gratter les murs classés qui les enferment. « On leur cherche une destination, ajoute Gérard Galliot. Mais ils ne sont pas si faciles que ça à placer ailleurs. »

     

    Aujourd’hui en France 

  • Gay pride à Seattle (Washington) : un chrétien violemment agressé

    On remarquera la particulière laideur physique des agresseurs

    Nouvelles de France

     

  • La France se tiers-mondise - Par Bruno Gollnisch

    5 juillet 2013

    romsL’ex responsable  de SOS Racisme et désormais ancienne ministre Delphine Batho expliquait hier que le gouvernement Ayrault est totalement inféodé au monde de la finance.

    Le même jour,  Jean-François Copé réagissait au rejet par le Conseil constitutionnel du compte de campagne de Nicolas Sarkozy, entraînant une ardoise de 10 millions d’euros pour l’UMP. En réalité un incident de parcours bénin  ou presque au regard du pactole engrangé chaque année et de la fortune immobilière de ce parti.  Son  patron contesté  a aussitôt commis une vidéo sur son site internet. Il y appelle les Français, même ceux qui ne partagent pas les idées de sa formation,  à  mettre la main à la poche dans le cadre d’une grande souscription nationale.

    Il s’agit dit-il de ne pas laisser le champ libre au PS et  de faire barrage au FN, qualifié ici par lui de  « parti extrémiste. »

     Tout cela bien sûr  au nom de la démocratie et du pluralisme, sur lesquels l’Etat-major  l’UMP s’assoit régulièrement quand il est en situation  de le faire pour  museler l’opposition nationale.

     Nos compatriotes s’étonneront aussi  peut être  que les Fillon, Copé, NKM et consorts maintiennent leur confiance républicaine  et l’étiquette de leur parti au « sénateur milliardaire », directeur du Figaro   et ex maire omnipotent  de Corbeil-Essonnes, Serge Dassault.

     Le jour même de la levée de l’immunité de Marine Le Pen au parlement  européen, le bureau du Sénat rejetait le 3 juillet la demande de levée de celle de Serge Dassault …qui du haut de son carnet d’adresses et sa  très grande fortune  se fera certainement  un devoir de participer au renflouage de l’UMP (?).

     Cette demande de levée de l’immunité formulée à son encontre  indiquait Le Monde, « devait permettre l’audition de M. Dassault sous le régime de la garde à vue, dans le cadre d’une enquête sur une tentative d’assassinat dans le fief de l’ancien maire de Corbeil-Essonnes. »

    Deux procédures parallèles sont actuellement  menées par les parquets de Paris et d’Evry  « dans un contexte de manipulation électorale et de corruption à Corbeil-Essonnes. Une ville dirigée par M. Dassault de 1995 à 2009. »

    « A Evry, une instruction est menée sur deux tentatives d’homicides perpétrées à Corbeil début 2013 contre deux hommes, Rachid T. et Fatha O.. Le premier avait expliqué au Parisien que la tentative de meurtre était liée au système clientéliste existant dans la commune. A Paris, une information judiciaire a été ouverte en mars pour corruption, abus de biens sociaux, blanchiment et achat de votes présumé pour les élections municipales de 2008 à 2010. »

    Certes, les médias ont semblé plus ému par les propos de Jean-Marie Le Pen qui était à Nice  hier pour  présenter  la candidature de la vice-présidente du Front National, Marie-Christine Arnautu, aux municipales de 2014.

    « Je vais vous faire un pronostic a notamment déclaré le président d’honneur du FN: vous avez quelques soucis, paraît-il, avec quelques centaines de Roms qui ont dans la ville une présence urticante et disons… odorante. (…) Ceci n’est que le petit morceau de l’iceberg!», a-t-il prédit.

    «Je vous annonce que dans le courant de l’année 2014, il viendra à Nice 50 000 Roms au moins puisqu’à partir du 1er janvier, les 12 millions de Roms qui sont situés en Roumanie, en Bulgarie et en Hongrie auront la possibilité de s’établir dans tous les pays d’Europe», a-t-il poursuivi, estimant que la politique gouvernementale vis-à-vis de cette minorité avait «un effet de recrutement fantastique».

     Il faudra bien  que les gaulois fassent de la place et payent pour les accueillir constate Bruno Gollnisch, alors que le quotidien  L’Union l’ardennais le  29 juin  citait déjà le cas de ces douze  jeunes français du Foyer jeunes travailleurs (FJT) de Clacy-et-ThierretLaon dans l’Aisne)  qui ont été sommés de faire leurs cartons  pour permettre à ce  foyer d’héberger la trentaine de demandeurs d’asile qui vont débarquer le 1er août.

    Si chaque société possède toujours un seuil incompressible de marginaux  vivant en dehors des règles communes,  nul n’ignore pourtant le nombre sans cesse croissant de Français précarisés basculant dans la misère, et dits Sans domicile fixe.

    Selon une étude de l’Insee rendue publique mardi 2 juillet,  environ 141 500 personnes, dont 30 000 enfants, étaient sans domicile début 2012 en France, soit une progression de près de 50% depuis 2001!

     Sur les 81 000 adultes sans domicile recensés dans les agglomérations de plus de 20.000 habitants, 53% étaient d’origine étrangère, alors qu’ils n’étaient que 38% en 2001. Ce chiffre est en augmentation nous explique-t-on en raison de la hausse du nombre des demandeurs d’asile sans places en Cada.

    Un terrible indicateur, un parmi d’autres,  des effets des politiques euromondialiste, laxiste et immigrationniste des partis dit de gouvernement, qui tiers-mondisent la France et les Français.

  • Contre le racisme à sens unique

     6 juillet 2013

    Communiqué de presse de Bruno GOLLNISCH
    Président du groupe FRONT NATIONAL à la Région Rhône-Alpes

    Zemanta Related Posts Thumbnail

    Lors de la tenue de la commission « Vie associative, éducation populaire, démocratie participative, lutte contre les discriminations, égalité hommes/femmes » ce vendredi matin (5 juillet 2013) à la Région Rhône-Alpes, les élus du FN ont assisté à la présentation de la nouvelle application smartphone de la LICRA (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme) pour dénoncer les actes racistes.

    Se bornant à faire vivre le débat et affirmer nos positions, nos élues Liliane Boury, Marie Favre et Mireille d’Ornano ont souhaité que soit alors traité avec la même équité toutes les formes de racisme, en insistant sur ceux toujours oubliés : le racisme anti-blanc, anti-chrétien et anti-français.

    L’élue de l’exécutif socialiste, Lela Bencharif a, à cette occasion, insulté le Front National en parlant de son « hypocrisie ». Elle avait précédemment, lors de cette même matinée, justifié les propos passés de l’animatrice Sophie Aram à la télévision, qui avait traité les électeurs du Front National de « gros cons ». Sophie Aram apparaissait en effet dans le clip vidéo de présentation de l’application, vidéo réalisée par la LICRA.

    Un courrier de vive protestation a immédiatement été envoyé à Jean-Jack Queyranne afin de protester contre cet agissement indigne. Nous attendons avec impatience les explications du Président de la Région.

  • Muriel Robin va jouer avec sa compagne à la télévision

    Muriel-Robin-va-jouer-avec-sa-compagne-a-la-television_exact810x609_l.jpg  Muriel Rob in.jpg

    Dans le téléfilm "Passage du Désir", sur France 2, Muriel Robin forme un duo d'enquêtrices de choc avec Fatou N'Diaye. L'humoriste française incarne Lola, une ex-commissaire qui mène l'enquête dans le quartier parisien du Désir. Epicurienne désabusée, amatrice de puzzles et de bons vins, le personnage de Lola Jost forme avec Ingrid Diesel, la jeune masseuse délurée à la fois cool et sexy, un tandem plein de fantaisie.

    Alors que Muriel Robin vient récemment de remonter sur scène avec un nouveau spectacle après plus de huit ans d'absence, elle ne semble pas pour autant prête à remonter sur la scène des Enfoirés. En 2012, une intervention chirurgicale l'avait contrainte à renoncer à participer au show caritatif. "J'adorerais (revenir) mais à chaque fois que la date approche, j'ai comme une phobie parce qu'il y a trop de monde sur scène", expliquait l'humoriste en février dernier, dans les colonnes du Parisien avant d'ajouter : "Et, comme ça roule sans moi, j'ai décidé de faire avancer les choses moins dans la lumière."

     

    Mais que ses fans se rassurent, celle qui n'a visiblement pas envie d'avoir des enfants va bel et bien revenir à la télévision, pour la suite de "Passage du désir". Dans ce deuxième opus baptisé "Passage du désir, le secret de Manta Corridor", Muriel Robin jouera au côté d'Anne Le Nen, sa compagne dans la vie depuis 2006. Le Parisien nous apprend que cette dernière devrait reprendre le rôle d'Ingrid Diesel, jusqu'alors interprété par Fatou N'Diaye. Les deux femmes se lanceront cette fois, sur la piste d'un shampouineur disparu ... Le couple avait été aperçu en mars dernier, à l'inauguration du premier concept store parisien de Karl Lagerfeld.



    CloserMag.fr

     

     

  • Châteauroux: rafle d'un père de famille devant ses enfants

    Vendredi 5 Juillet à Châteauroux, des familles sont venues exprimer bruyamment mais pacifiquement leur opposition à la loi Taubira qui dénature le mariage et instaure le droit à l’enfant, à l’occasion de la venue du ministre socialiste Michel Sapin.

    Le Préfet de l’Indre, Jérôme Gutton, n’a visiblement pas supporté que des citoyens osent manifester. Il est sorti précipitamment de la salle de conférence pour donner lui-même l’ordre d’arrêter le père de famille muni d’un mégaphone.

    Après une arrestation musclée suivie d’une heure et demie passée au poste de police sans notification de motif d’interpellation, le père de famille a été relâché avec un simple PV de contrôle d’identité.

    Nouvelles de France - 06/07/13

  • Benoît XVI et le pape François inaugurent une statue de St Michel au Vatican

    Posté le 6 juillet 2013 à 11h51 | Lien permanent 
     

     

    S.Michael 003Le pape François a inauguré vendredi matin sur la place du Gouvernorat de la Cité du Vatican une statue de Saint Michel archange, haute de 5 m. Elle est située dans les jardins du Vatican, à proximité du palais du Gouvernorat. L’État de la Cité du Vatican a aussi été consacré à Saint Joseph et Saint Michel.

    Dans l’acte de consécration, le pape François a confié à Saint Joseph « les attentes et les espoirs de l’Église ». Il a prié l’archange Michel de veiller sur le Siège apostolique, de défendre l’Église d’une quelconque « machination qui menace » sa sérénité et, enfin, de rendre les hommes « victorieux contre les tentations du pouvoir, de la richesse et de la sensualité ». Dans son discours, il a demandé à l’archange Michel qu’il « nous défende du Malin et qu’il s’en débarrasse ». Le souverain pontife a en effet rappelé que Saint Michel est celui qui lutte pour rétablir la justice divine, qu’il défend le Peuple de Dieu contre ses ennemis et surtout contre son ennemi par excellence, le Diable.

    BJuste avant le début de la cérémonie, le pape émérite Benoît XVI est arrivé sur place, invité par le pape François, arrivé peu après. Le pape émérite a été salué par les personnes présentes et par le personnel du gouvernorat. Benoît XVI et le pape se sont ensuite embrassés et sont restés côte à côte durant toute la cérémonie. Ils ont pris place dans deux sièges placés devant le monument.

     

    sans-titre.png Statue  St Michel.png

    sans-titre.png Statue St Michel 2.png

     

    Michel Janva

    Le Salon Beige

  • 6 juillet 1962 : l’assassinat sordide de Roger Degueldre

    6 juillet 2013

    par la République version De Gaulle.

    Ci-dessous un texte de José Castano à ce sujet :

    «  Le jour où les « fells » entreront à Alger, j’espère trouver trois compagnons pour garder les faces du Monument aux morts et tomber en tirant une dernière salve de PM – R.D –

    C’est quelques heures seulement après le génocide du 5 juillet 1962 qui, rappelons-le, fit plus de trois mille victimes parmi la population civile européenne, que De Gaulle prit sa décision de faire fusiller le lieutenant Roger DEGUELDRE qui, fidèle à son engagement « La mort plutôt que le déshonneur! », avait justifié son action dans l’OAS par ces mots : « Mon serment, je l’ai fait sur le cercueil du Colonel Jeanpierre.
    Plutôt mourir, Mon Colonel, que de laisser l’Algérie aux mains du FLN, je vous le jure !
    »

    Le lendemain, 6 juillet 1962, à l’aube, au fort d’Ivry, Degueldre se présenta devant le peloton d’exécution en tenue de parachutiste, le drapeau tricolore sur la poitrine, drapeau auquel il avait tout sacrifié et qu’il avait choisi comme linceul.
    Autour de son cou, il avait noué un foulard de la légion. Dans la poche intérieure de sa vareuse, il y avait la photo d’un bébé, son fils qu’il n’avait jamais vu. Il avait conçu cet enfant dans la clandestinité. Le bébé était venu au monde alors que le père se trouvait dans sa cellule de condamné à mort.
    « Dites que je suis mort pour la France ! » s’écria-t-il à l’adresse de son défenseur.
    Puis il refusa qu’on lui bande les yeux et, au poteau cria : « Messieurs, Vive la France ! » avant d’entonner la Marseillaise.
    Les soldats qui devaient l’exécuter, émus par son courage, hésitèrent à tirer. La première salve le blessa seulement : Une seule balle l’atteignit sur les douze qui furent tirées : au ventre dirent certains… au bras affirmèrent d’autres.
    Quoiqu’il en soit, le fait certain c’est que Degueldre ne fut pas atteint de manière décisive.

    L’adjudant chargé de donner le coup de grâce se précipita, l’arme à la main, pour accomplir sa sinistre besogne et se rendit compte que le condamné était toujours en vie. Sa tâche ne consistait désormais plus à achever un quasi-mort censé avoir reçu douze bouts de métal… mais bel et bien de tuer un vivant. Et ce sont là deux choses bien différentes… Il en eut si terriblement conscience, que sa main pourtant préparée à cette macabre mission trembla, et que le revolver se déchargea dans le vide.

    Parmi l’assistance, c’était la stupéfaction. Cette situation eut pour effet d’agacer le procureur qui, réveillé un peu tard, n’avait pas eu le temps de prendre son petit déjeuner. Et son estomac gargouillait. Mécontent, il fit signe à l’adjudant de se dépêcher. Pensant ce temps, Degueldre, à demi recroquevillé souffrait. Les coups de feu résonnaient encore à ses oreilles et il se demandait quand son calvaire prendrait fin.

    L’adjudant, toujours tremblant, pointa une nouvelle fois son arme sur la tête de l’officier parachutiste, ferma les yeux et appuya sur la détente. Stupeur ! Rien ne se produisit. L’arme s’était enrayé. Une rumeur monta de l’assistance. Degueldre tourna la tête vers son exécuteur comme pour l’interroger. Aucune haine dans son regard… juste de l’incompréhension.
    Exaspéré par cette situation –unique dans les annales de l’exécution- le procureur ordonna qu’une nouvelle arme soit amenée. Mais personne parmi les militaires présents n’en possédaient. Il fallait courir en chercher une… Et pendant ce temps, Degueldre était toujours vivant… et il souffrait.

    A partir de ce moment là, tous les juristes s’accordent à dire que la sentence ayant été exécutée, puisque le condamné étant encore en vie, il fallait le détacher du poteau et lui donner les soins nécessaires. Autrement dit, on n’avait pas le droit d’achever le blessé. Mais les ordres étaient formels; Il fallait que Degueldre soit tué ! Il incarnait à lui seul, l’OAS, cette puissance qui avait fait trembler les Etats Majors, le FLN et l’Elysée… Il fallait exorciser jusqu’à son souvenir.

    Et pendant que l’on s’affairait à se procurer une arme, celui qui, à cet instant, aurait pu changer le cours des événements ne réagit point. Pétrifié par la scène, glacé d’effroi, le défenseur du condamné demeurait inerte. Pourtant, il lui appartenait de tenter quelque chose, de courir jusqu’au supplicié, de le prendre dans ses bras et de le couvrir de son corps en invoquant la justice, en appelant à l’amour, en exigeant au nom de toutes les traditions humaines et chrétiennes qu’on fît grâce qu condamné. Cela s’était déjà produit dans l’Histoire quand la corde du pendu avait cassé et que la grâce lui avait été accordée. Mais non, l’avocat demeurait prostré, sans voix, mort… alors que Degueldre, lui, était vivant et qu’il le regardait.

    Enfin on remit un pistolet à l’adjudant qui, blanc comme un linge, écoeuré par cette boucherie… mais servile au commandement de tuer, devait en finir puisque tels étaient les ordres et que le défenseur du condamné qui, seul avait qualité pour tenter quelque chose, se taisait.

    Un nouveau coup de feu claqua. Stupeur ! Celui-ci fut tiré, non pas au-dessus de l’oreille comme l’exige le règlement, mais dans l’omoplate… Une douleur atroce irradia le corps du supplicié. Il regarda vers le ciel et ouvrit grand ses yeux. Peut-être perçut-il à cet instant que son calvaire prenait fin. Il était tout illuminé des illusions radieuses de ceux qui vont mourir et il lui sembla entendre, là haut, les voix des martyrs du 5 juillet lui murmurer : « Roger… Roger… dès aujourd’hui tu seras avec nous dans le Paradis ».

    Puis une nouvelle détonation retentit… et ce fut la fin.

    C’est ainsi qu’après Claude PIEGTS et Albert DOVECAR, Sergent au 1er Régiment Etranger de Parachutistes, mourut, assassiné, le lieutenant Roger DEGUELDRE, également du 1er R.E.P, Chevalier de la Légion d’honneur… Et les salves du peloton couvrirent un instant les plaintes et les râles qui montaient d’Oran, tandis que la France, en vacances, n’entendit rien. Et nous nous devons de ne jamais oublier son ultime message adressé au petit peuple d’Algérie : « Si je ne suis pas de leur race, ni né sur leur sol, je les ai beaucoup aimés et je les aime toujours ! »

    Huit mois plus tard, le 11 mars 1963, le Colonel Jean BASTIEN-THIRY, Polytechnicien, tombait à son tour à 35 ans, sous les salves du peloton.

    Décidément, le crime était profondément enraciné !…

     

    Contre-info.com

  • Le Venezuela accorde l'asile humanitaire à Edward Snowden

         

    Эдвард Сноуден утечка информация сша прослушка телефон
     

    Le Venezuela a annoncé qu'il accordait l'asile à Edward Snowden, l'ancien consultant de la National Security Agency (NSA) à l'origine des révélations sur l'ampleur des programmes de surveillance et d'espionnage des services américains, indique Reuters.

     

     « J'ai décidé d'offrir l'asile humanitaire à ce jeune Américain, Edward Snowden, de sorte qu'il puisse venir dans la patrie de Bolivar et de Chavez et y vivre à l'écart de la persécution impérialiste nord-américaine », a dit le président Nicolas Maduro lors d'un défilé marquant l'indépendance du Venezuela.

     Un autre pays latino-américain, le Nicaragua, s'est dit lui aussi prêt à accueillir le jeune informaticien « si les circonstances le permettent ».

     Edward Snowden est bloqué depuis le 23 juin en zone de transit de l'aéroport de Moscou-Cheremetievo, où il est arrivé en provenance de Hong Kong. Sa présence prolongée commence à indisposer les autorités russes, qui ont exclu de lui accorder l'asile et l'ont appelé jeudi à « choisir un endroit où aller ».

     Recherché par les Etats-Unis qui veulent le juger pour espionnage et ont annulé son passeport, il a déposé des demandes d'asile auprès d'une vingtaine de pays mais peine à trouver un pays d'accueil.


    Lire la suite: http://french.ruvr.ru/news/2013_07_06/Le-Venezuela-accorde-lasile-humanitaire-a-Edward-Snowden-6178/

    La Voix de la Russie

  • "Fierté" gay et droits de l'Homme

    67711_171906622981772_1339774651_n.jpg gay.jpg

    Contre-info.com - 06/07/13

  • Henry Kissinger souhaite le démantèlement d la Syrie et des nations dissidentes

    Lire:  http://www.egaliteetreconciliation.fr/Henry-Kissinger-souhaite-le-demantelement-de-la-Syrie-et-des-nations-dissidentes-18955.html

  • Tunisie: Hollande annonce 500 millions d'euros de prêts et de dons...

    Lire:  http://www.leparisien.fr/international/tunisie-francois-hollande-annonce-500-millions-d-euros-de-prets-et-dons-05-07-2013-2957457.php

    +  VIDEO

     

    NdB: Il n'y a plus d'argent pour la France (ni pour Batho) mais il y en a pour la TUNISIE !

  • Nigel Farage prévoit «une tempête électorale l’année prochaine lors des élections européennes»

    Ecrit le 4 juil 2013 à 11:14 par Eric Martin  

     
     

     Ce 28 juin, le député anglais Nigel Farage dénonce au Parlement européen les milliards d’euros que l’Union européenne s’apprête à dépenser pour « résorber » le chômage chez les jeunes et revient sur le caractère anti-démocratique de l’entité, avec l’entrée de la Croatie dans l’Union sans réel appui du peuple et sans vrai débat. Farage prévoit une tempête électorale l’année prochaine lors de l’élection européenne…

     

    Nouvelles de France

  • Marseille: démantèlement d'un important trafic d'ames de guerre: deux légionnaires arrêtés

    20130705_1_6_1_1_0_obj4179171_1.jpg armes de guerre.jpg

    C'est un réseau d'importance qui vient de tomber. Un de ces réseaux faits d'intermédiaires fourmis, où la discrétion est la règle, où les protagonistes cultivent le secret, gage évident de réussite, où chacun doit rester à sa place, au risque de faire éclater l'ensemble de la pyramide. Mais cette fois, deux renseignements anonymes ont aiguillonné les enquêteurs . "D'un côté la police judiciaire, de l'autre le Service départemental d'information générale (Sdig, ex-Renseignements généraux), mais des renseignements complémentaires et convergents",explique le directeur adjoint de la PJ, Christian Sivy.

    Des semaines d'écoutes et de filatures avec l'aide de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) et de la Brigade de répression du banditisme (BRB) pour un coup de filet samedi à proximité de la zone commerciale de Plan-de-Campagne. Six interpellations.

    Un joli coup aux allures de flagrant délit

    Un joli coup aux allures de flagrant délit. Quand les policiers interviennent, ils saisissent 14 armes de guerre, des pistolets mitrailleurs de type Scorpio, de calibre 7.65, de conception tchèque, très prisées pour les combats rapprochés, dangereuses à faible distance. Une arme d'autant plus appréciée qu'elle est courte - moins de 30 centimètres de long -, et très compacte - elle pèse à peine plus d'un kilo. 12 armes sont découvertes dans la voiture des acheteurs, 2 sont encore dans celle des fournisseurs.

    Les enquêteurs saisissent aussi en perquisition quelque 6 000 euros en espèces. Mais surtout, ils mettent la main sur au moins deux fournisseurs au profil singulier, deux légionnaires âgés d'une trentaine d'années. L'un est d'origine hongroise, l'autre roumaine. Un légionnaire de troupe et un sous-officier. L'un faisait partie du 1er Régiment étranger d'Aubagne, le second du 1er Régiment étranger de Génie de Laudun (Gard). "Ils font partie du groupe auquel on attribue la fourniture de ces armes", précise le procureur adjoint de la République de Marseille, Christophe Barret. Faisaient-ils cela depuis longtemps ? Et, surtout, qui ont-ils approvisionné jusque-là ? Des caïds de cités ? Des membres du milieu traditionnel ?

    Il semble pour l'heure que les acheteurs soient des membres de la communauté des gens du voyage. Les deux principaux sont, en l'état de l'enquête, âgés de 36 et 38 ans, et ils avaient déjà été condamnés pour infraction à la législation sur les stupéfiants. Les armes étaient-elles destinées à les protéger d'éventuels rivaux dans le cadre de quelque "guerre de territoire" sur fond de stups, surtout quand on sait que les réseaux brassent des recettes quotidiennes qui dépassent parfois les 20 000 à 30 000 euros ? "Nous sommes très satisfaits d'avoir mis hors du circuit ces 14 armes de guerre, destinées à se retrouver entre des mains très dangereuses",a insisté hier le procureur Barret.

    Les six auteurs interpellés ont été mis en examen par la juge d'instruction Isabelle Coudert pour "association de malfaiteurs, fabrication ou commerce de matériel de guerre en bande organisée, importation d'armes ou de munitions de 1er et de 4e catégorie et recel".

    Cinq d'entre eux ont été écroués mercredi soir, le sixième a été déféré hier. Ils risquent jusqu'à 10 ans de prison. Outre les deux militaires, les quatre autres hommes sont des civils. Interrogés, ils ont minimisé le sens de leur présence sur les lieux. Mais les armes ont été découvertes soigneusement conditionnées et emballées. Du travail "propre", qui est rarement la signature de béotiens du banditisme.


    Des pistolets mitrailleurs vendus de 1 400 à 1 600 euros

    À combien devaient se monnayer les pistolets mitrailleurs de type Scorpio saisis cette semaine à Plan-de-Campagne ? Selon nos sources, ils devaient être vendus de 1 400 à 1 600 euros pièce. Combien devaient encaisser les fournisseurs ? Entendus, ils auraient, au moins pour certains d'entre eux, contesté qu'ils devaient toucher quelque commission que ce soit. Un scénario peu crédible.

    On sait aussi que des kalachnikovs par dizaines traversent l'Europe dans les camions ou par la mer, parties de Croatie ou de Serbie, puis sont retrouvées dans les caves des cités de Marseille. Un fusil d'assaut, qui se vendait 3 000 euros il y a encore quelques années, se brade aujourd'hui 1 000 euros, voire la moitié du prix si on n'est pas trop regardant sur la qualité. Certains trafiquants marseillais vont même jusqu'à traverser l'Europe pour aller chercher en Albanie des kalachnikovs à petits prix.

     

    "La kalach', c'est devenu un Opinel"

    "La kalach', c'est devenu un Opinel", nous confiait récemment un syndicaliste policier, pour dire que l'arme s'est banalisée et qu'on la trouve presque partout. Les uns s'en serviront pour "monter au braquage", comme disent les "flics" marseillais. Les autres l'utiliseront comme "bouclier" pour préserver leur vie contre les appétits de la concurrence sur fond de marché parallèle.

    "Ceux qui avaient de la drogue mais pas d'armes, le Maroc et l'Espagne, ont rencontré ceux qui avaient des armes et qui voulaient de la drogue, les pays de l'Est", analysait il y a peu Me Pierre Caviglioli, avocat et fin connaisseur de la matière. La France ayant une position centrale, elle a "profité" de ces échanges, facilités par la porosité des frontières." Un pistolet Glock s'achète environ 500 euros et se revend jusqu'à 3 000 euros. Un kilo de dynamite peut dépasser les 4 000 euros.

     

    La Provence - 05/07/13

     

  • Le mariage qui fait honte à la France

    Drapeaux-500x399.jpg Drapeaux algérie.jpg

    Lui se nomme Sofiane Ben Ahmed, elle Yamina El Attari. Leur récent mariage, à Orange, n’est pas passé inaperçu. On y a hissé les couleurs, mais pas celles de la France. Celles du Maroc et de l’Algérie. Pour le mariage d’un soldat avec une gendarmette, voilà qui fait désordre.

    C’est une histoire symptomatique des ravages de la double allégeance ; une histoire de Français de « la France d’après »; une histoire comme on en voit tous les samedis ou presque mais qui cette fois, par la personnalité singulière des protagonistes, touche le corps social dans ce qu’il devrait avoir de plus fiable : ses forces armées.

     

    Nous sommes le samedi 22 juin à Orange, la cité du Vaucluse connue pour son théâtre antique, ses chorégies et son député-maire, Jacques Bompard, à cheval sur les principes et le respect du drapeau tricolore. Dans la salle des mariages de la mairie a lieu l’union de Sofiane Ben Ahmed et de Yamina El Attari. Il n’y a rien de secret : conformément à la loi, les bans ont été affichés publiquement durant les dix jours précédant leur union.

    Deux signatures pour rien au bas d’une charte

    Tous deux sont français. Leur métier exige qu’ils le soient. Sofiane Ben Ahmed est sous-officier dans l’armée. Yamina El Attari est gendarme. Honneur et patrie. Lever des couleurs. Hymne national. Ordre. Discipline. Force à la loi. Ils ont choisi Orange pour s’unir parce que leurs parents y sont domiciliés.

    Comme tous les futurs époux, ils ont signé une charte. Echaudé – et exaspéré, comme les habitants du centre ville – par quelques mariages qui ont transformé les abords de la mairie en défilé de la victoire un soir de victoire de l’équipe algérienne de football, Jacques Bompard a décidé, en décembre 2011, de soumettre une charte de bonne conduite aux futurs époux. Depuis, plusieurs villes ont fait de même comme Nice, Beauvais, Cavaillon ou Forbach.

    La Charte pour le bon déroulement de la cérémonie de mariage, longue de deux pages, rappelle les règles élémentaires de la politesse (veiller à être à l’heure, par exemple) et attire l’attention des futurs époux sur le nécessaire respect du Code de la route par le cortège. Elle se conclut ainsi: « Je reconnais avoir pris connaissance des instructions ci-dessus énoncées et je m’engage à les respecter et à les faire respecter par les participants. » On date et on signe, ce qui fut fait.

    Pour les voitures, y’a pas mieux que les Allemands

    Le mariage s’est bien déroulé; c’est après que ça s’est gâté. Quand les mariés et leurs invités ont repris leurs voitures – ou celles qu’ils avaient louées, ou empruntées. De bien beaux véhicules. Qualité allemande (BMW, Audi…) mais exubérance nord-africaine. Les Orangeois n’en ont pas cru leurs yeux. Les caméras de surveillance non plus…

    Les amis du soldat et de la gendarmette, son épouse, faisant ronfler leurs puissants véhicules – dont un, allez savoir pourquoi, immatriculé en Roumanie – se sont déployés dans la ville avec des drapeaux marocains et algériens ! Comme on dit dans la gendarmerie: « Pour la patrie, l’honneur et le droit. »

    Et ni le soldat, ni la gendarmette son épouse, n’ont fait quoi que ce soit pour faire respecter les engagements qu’ils avaient pris.

    Deux signatures au bas d’une feuille de papier de la mairie, qu’est-ce que ça vaut ? « Gendarme de France, soldat de la loi », à d’autres ! Le souk, pour rester dans le ton, a gagné la Nationale 7, qui traverse la ville. « Tout excités, on chante, on fête/Les oliviers sont bleus, ma p’tite [Yamina], L´amour joyeux est là qui fait risette/On est heureux Nationale 7. » Puis la rue de la République. Y’a des jours comme ça où les symboles parlent d’eux-mêmes.

    Tandis que scooters et motos bloquaient un carrefour pour faire passer le cortège (tutut et youyous), la voie de gauche était occupée par un véhicule remontant (à contresens donc) la petite dizaine de voitures archi-pleines pour les filmer. Le cameraman amateur a dû avoir du mal à ne manquer personne car il y en avait partout: assis sur le coffre, assis ou debout, nez au vent, aux portières grandes ouvertes, sur le capot et même sur un pare-brise. C’était à qui ferait le plus le guignol et à qui brandirait le mieux, le plus haut, son drapeau marocain ou algérien.

    La police municipale, qui ne s’attendait pas à de tels débordements vu la personnalité des mariés, a été débordée. Mais à Orange, les caméras de vidéosurveillance sont bien faites: elles enregistrent.

    Plainte a donc été déposée auprès de l’officier du ministère public, avec un descriptif détaillé des faits, films des événements, nom et qualité des époux. Théoriquement, Sofiane Ben Ahmed et Yamina El Attari, responsables des infractions commises par leurs invités, devraient être convoqués devant le tribunal de police. Et écoper d’une amende.

    Et Yamina El Attari devrait se faire remonter sérieusement les bretelles. Un courrier a été envoyé au colonel de gendarmerie commandant le département, histoire qu’il localise la donzelle. Idem pour le beau militaire, qui n’avait pas indiqué son affectation. Il serait caporal dans les troupes de Marine. Et il s’est vanté, à la mairie, d’avoir servi… au Mali.

    Marc Bertric

    Article de l’hebdomadaire “Minute” du 3  juillet 2013 reproduit avec son aimable autorisation. Minute disponible en kiosque ou sur Internet.

    Crédit image : DR.

     

    [cc] Novopress.info, 2013. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]

  • La France donne 30 millions CFA aux homosexuels de Côte-d’Ivoire

     

    Après l’adoption par le Parlement français de la loi sur le mariage gay dans ce pays, la Côte-d’Ivoire va-t-elle très bientôt emboîter le pas à la France ?

    Nous ne sommes pas encore là. Mais le moins qu’on puisse, c’est que la France de François Hollande encourage les homosexuels de Côte-d’Ivoire à mieux s’organiser pour défendre leurs droits.

    Là où, dans d’autres pays, les homosexuels sont vus comme des parias, ce pays a posé, mardi, un acte à polémique qui tend au renforcement des droits des minorités sexuelles en Côte-d’Ivoire, autrement dit des homosexuels. Une convention a été signée au siège de l’ONG Alternative Côte-d’Ivoire sis à Cocody-Angré entre cette ONG d’homosexuels présidée par l’homosexuel Touré Claver et qui regroupe tous les gays de Côte-d’Ivoire et la France.

    Par le biais de la Coopération française qui a octroyé à cette ONG 30 millions Fcfa pour ses activités de promotion et de vulgarisation des droits des homosexuels de Côte-d’Ivoire. Le montant du projet de cette ONG qui porte sur cette promotion et cette vulgarisation soumis à la Coopération française est de 43 millions Fcfa.

    Ce financement des activités des homosexuels de Côte-d’Ivoire n’est pas nouveau. Le Programme d’urgence du président des États-Unis pour la lutte contre le sida (Pepfar) finance déjà les activités des minorités sexuelles. 


    Cette convention a été signée par l’ambassadeur de France en Côte-d’Ivoire, Georges Serre, et le président de cette ONG, M. Touré Claver. Le consul de l’ambassade des États-Unis en Côte-d’Ivoire et un représentant de l’ambassade d’Allemagne en Côte-d’Ivoire étaient présents à cette cérémonie.



    E&R