Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 3

  • Israël et le racisme ant-africains

     

     

  • Une tentative d'assassinat politique...

    bruno-gollnisch.jpg

    Communiqué de presse de Bruno Gollnisch, Député Européen

    Avec ma mise en examen signifiée aujourd’hui par Mme Thepaut, juge d’instruction français, le Parlement européen a ajouté à la persécution politique et au mépris du contradictoire, le délit d’escroquerie au jugement.

    Par une procédure arbitraire interne, dirigée exclusivement contre des députés d’opposition, son administration hostile et politisée tente de me ruiner malgré la production de preuves surabondantes du travail effectif et considérable de mes collaborateurs, travail conforme en tous points à la législation et aux usages de la vie parlementaire.

    Il s’agit en fait d’une tentative d’assassinat politique qui vise à ruiner nos formations politiques et leurs dirigeants en leur extorquant des sommes faramineuses avant tout jugement et au mépris de toutes les règles de droit.

    Devant le tribunal du Luxembourg que j’avais saisi, l’administration parlementaire européenne avait affirmé n’avoir entamé aucune procédure contre moi, ni au civil, ni au pénal. Son mensonge éclate au grand jour.

    Je continue bien sûr à formuler tous les recours possibles en France et à Luxembourg pour faire valoir mon bon droit et me rendre justice. En outre, j’envisage de porter plainte contre les responsables européens concussionnaires qui sont à l’origine de cette persécution parfaitement relayée.

  • Nantes (44) : « Toute la famille doit venir d’Algérie », le voleur de l’écrin du cœur d’Anne de Bretagne veut sortir de prison pour se marier

     

    13h52

    L’un des voleurs présumés du coeur d’Anne de Bretagne, dérobé au musée Dobrée à Nantes, souhaite sortir de prison pour une raison bien particulière : son mariage, organisé en septembre prochain à Nantes. «Toute la famille doit venir d’Algérie. Il y a le traiteur, la salle ou encore le DJ… 10 000 euros ont été engagés» explique son avocate à Ouest France.

    Sa première demande de remise en liberté a été écartée par la chambre d’instruction de Rennes, car l’affaire est encore en cours et qu’il y a «un risque de concertation avec d’autres personnes». […]

    (merci à Hrvatska38)

    Le Figaro

  • Le GRAND REMPLACEMENT...

  • JOURNAL TVL Vendredi 06/07/2018

  • Huit mois de prison ferme requis contre le chef des identitaires lillois pour une bagarre

     

    21h22

    Fondateur du bar la Citadelle, chef du mouvement Génération Identitaire dans le Nord, Aurélien Verhassel était jugé ce mardi après-midi pour une bagarre à Masséna-Solférino en juillet 2015. Un affrontement apolitique, mais aussi bref que violent.

    Que s’est-il passé le 12 juillet 2015, au petit matin ? Rue Nationale, Ouassim et Zakaria dégustent une pizza. Deux hommes débouchent de la rue Masséna. Quelques minutes plus tard, les convives sont groggy et en sang. La police rattrapera très vite le duo, dont Aurélien Verhassel. Cet habitué des nuits lilloises, 31 ans à l’époque, est surtout le chef du mouvement Génération Identitaire Flandre-Artois-Hainaut. Un an plus tard, il ouvrira le bar associatif la Citadelle dont l’inauguration sera saluée à coup de manifestations antiracistes.[…]

    La voix du Nord

    Aurélien Verhassel@A_Verhassel
     
     

    8 mois ferme pour avoir défendu mon honneur face à 2 racailles... http://www.lavoixdunord.fr/409570/article/2018-07-03/huit-mois-de-prison-ferme-requis-contre-le-chef-des-identitaires-lillois-pour 

    La Voix du Nord

    Huit mois de prison ferme requis contre le chef des identitaires lillois pour une bagarre

    Fondateur du bar la Citadelle, chef du mouvement Génération Identitaire dans le Nor...

    lavoixdunord.fr
  • Les Pays-Bas votent l'interdiction de la burqa

  • Omar Sy arrêté par la police après avoir insulté un agent SNCF (Màj : Selon la SNCF, l’acteur n’a traité personne de « petite bite »)

     

    15h42

    05/07/2018

    Hier, mercredi 4 juillet, l’acteur Omar Sy a fait les gros titres de la presse. En cause, une supposée insulte de l’ancien acolyte de Fred Testot à un agent de la SNCF, qui aurait conduit à son arrestation alors qu’il s’apprêtait à embarquer dans un train à la Gare de Lyon. Selon Closer, le comédien avait été arrêté par les policiers de la surveillance ferroviaire pour « outrage à agent ».

    Groupe SNCF
     
    @GroupeSNCF
     
     

    1/2 La regrette vivement que les échanges un peu vifs survenus cet après-midi en Gare de Paris Lyon entre M. @OmarSy et un de ses agents fassent l'objet d'un traitement médiatique fondé sur l'exagération des faits et sur des propos que M. Omar Sy n'a jamais tenus. 1/2

    CNEWS
     
    @CNEWS
     

    #OmarSy interpellé pour avoir traité un contrôleur SNCF de «petite b***» https://bit.ly/2u6yeqN 

    Voir l'image sur Twitter
     

     

    Groupe SNCF
     
    @GroupeSNCF
     

    1/2 La regrette vivement que les échanges un peu vifs survenus cet après-midi en Gare de Paris Lyon entre M. @OmarSy et un de ses agents fassent l'objet d'un traitement médiatique fondé sur l'exagération des faits et sur des propos que M. Omar Sy n'a jamais tenus. 1/2 https://twitter.com/cnews/status/1014557775727398913 

    Groupe SNCF
     
    @GroupeSNCF
     

    2/2 comme l’a confirmé l’agent SNCF auprès de sa hiérarchie.
    Cet incident est clos et M. @OmarSy a pu poursuivre son voyage.

     

     

    L’information a été démentie par la SNCF, qui a apporté plus de précisions concernant cet incident. Car oui, il y a bien eu un incident entre le comédien d’Intouchables et l’un des agents de l’entreprise ferroviaire. Interrogé par sa hiérarchie, l’agent impliqué dans le différend avec l’acteur a par contre formellement nié avoir été insulté par ce dernier. Sur Twitter, la Société nationale des chemins de fer français a simplement évoqué des « échanges un peu vifs ».

    Voici


    04/07/2018

    Il aurait traité un agent SNCF de « petite bite »: l’acteur Omar Sy a été arrêté ce mercredi 4 juillet à la gare de Lyon, à Paris, pour « outrage à agent », selon Closer.
    (…)

    Le comédien, qui avait reçu un César pour le film « Intouchables », en 2011, serait monté dans un train avec sept bagages. Lorsque des contrôleurs sont venus lui dire qu’il ne pouvait emporter que trois valises avec lui, ils lui ont rappelé qu’il y avait « d’autres voyageurs ».
    (…)

    Il l’aurait ensuite légèrement bousculé afin de monter dans le train, avant d’être arrêté par la police. On ignore si le contrôleur bousculé et insulté va porter plainte.

    Le Dauphiné

  • ALGERIE FERIES

    IMG_2364.jpg

  • Macron dépassé par la Hongrie d’Orban, par Ivan Rioufol

    Viktor-Orban-600x450.png

     

     
     
     
     

     

    Le sol se dérobe sous Emmanuel Macron et Angela Merkel. Leurs voix ne portent plus, à force de rester dans l’entre-soi des encouragements mutuels. La chancelière est, ce lundi, à la merci de son ministre de l’intérieur, Horst Seehofer (CSU) : il menace de faire éclater l’alliance historique (1949) avec la CDU s’il n’obtient pas d’ici mercredi des engagements sur un revirement de la politique migratoire. Lors de l’émouvant hommage rendu, dimanche, à Simone Veil avant son entrée au Panthéon avec son mari Antoine, le président a évoqué “les vents mauvais (qui) à nouveau se lèvent”. Macron visait-là les mouvements populistes.

    Or, ce sont eux qui résistent au nouvel antisémitisme porté par l’islam politique en Europe. La “France des collabos”, évoquée par Macron pour se réhausser, est aujourd’hui celle qui se tait ou pactise devant la “peste verte”. Dans une note confidentielle écrite il y a deux semaines, l’ambassadeur de France en Hongrie, Eric Fournier, a fustigé “la presse française et anglosaxonne” : le diplomate soupçonne les médias, qui accusent la Hongrie d’antisémitisme, de vouloir détourner l’attention du “véritable antisémitisme moderne”, celui des “musulmans de France et d’Allemagne”. Pour avoir osé écrire cette vérité interdite, l’ambassadeur a été limogé samedi par Macron. Parlant de Orban le 15 avril lors d’un entretien télévisé, le chef de l’Etat avait déjà dit : “Je ne partage rien de ses valeurs”. Mais c’est le premier ministre hongrois qui trouve, de plus en plus, l’écoute de ceux qui s’inquiètent de leur survie dans un monde ouvert et relativiste.

    Le 15 mars, Orban a déclaré ceci, en désignant Bruxelles et les mondialistes : “Ils veulent qu’en quelques décennies, de notre propre gré, nous donnions notre pays à d’autres : des étrangers venus d’autres coins du monde, qui ne parlent pas notre langue, ne respectent pas notre culture, nos lois ni nos modes de vie, qui veulent remplacer les nôtres par les leurs (…) Bruxelles ne défend pas l’Europe (…) Nous avons renvoyé le sultan et ses janissaires, nous avons renvoyé l’Empereur Habsbourg et ses soldats, les Soviets et leurs camarades et maintenant nous allons renvoyer George Soros et ses réseaux. Nous lui demandons de retourner en Amérique“.

    Au prétexte que Soros est Juif, le procès en antisémitisme est ouvert contre Orban par ceux qui ne veulent surtout pas l’entendre. Or c’est Orban qui, en avril dernier, a déclaré à l’adresse de Benyamin Netanyahou, premier ministre d’Israël et soutien du Hongrois : “La Hongrie fera preuve de tolérance zéro contre l’antisémitisme (…) La Hongrie a commis un crime durant la seconde guerre mondiale en échouant à protéger les Juifs, mais cela n’arrivera plus”. En considérant la Hongrie comme un “modèle” dans sa “gestion des mouvements migratoires illégaux”, l’ambassadeur Fournier n’a certes pas craint d’aller à contre-courant du récit macronien. La réponse brutale du chef de l’Etat est conforme à ce qu’il a déjà montré de son autoritarisme mal venu. Mais c’est lui, Macron, qui est en train de perdre pied.

    Ivan Rioufol

    Texte daté du 2 juillet 2018 et repris du blog d’Ivan Rioufol

  • JOURNAL TVLibertés 04/07/18

  • G-B: Magid Magid, immigré somalien musulman devenu Lord Maire de Sheffield, bannit Donald Trump de sa ville

     

    8h03
     

    Le plus jeune Lord Maire de l’histoire de Sheffield a annoncé que le président Donald Trump n’était pas le bienvenu dans la ville de l’acier.

    Magid Magidqui est aussi le premier membre du Parti Vert à assumer ce rôle, est entré dans une réunion du conseil municipal avec ses chaînes de maire et un t-shirt disant « Donald Trump est un raté ».

    Sheffield Greens@SheffieldGreens
     
     

    "Can everyone be seated for the right honourable Lord Mayor" @MagicMagid

     

    Que tout le monde s’assied pour l’honorable Lord Maire

    Il portait également un sombrero, et lors d’un entracte – conformément à sa décision d’amener des artistes locaux à se produire dans les entractes de la fête du conseil – des membres de la communauté mexicaine de la ville sont venus pour exécuter une danse traditionnelle mexicaine.

    Magid Magid a ensuite affiché une photo de lui-même sur Twitter dans sa tenue de réunion du conseil avec l’annonce : « Il est désormais banni de la grande ville de Sheffield ! »

    Il a également annoncé que le 13 juillet – date de la visite proposée par Trump – sera connu sous le nom de « Journée de solidarité avec le Mexique ».

    <span class="TweetAuthor-name Identity-name customisable-highlight" title="
  • Trump met fin à la discrimination positive dans les universités, un système qui attribuait des bonus ou des malus en fonction de la couleur de peau

     

    22h47

    Donald Trump met fin à la discrimination positive, une directive mise en place par Barack Obama, qui attribuait des bonus ou des malus en fonction de la couleur de peau. Pour un examen d’entrée à Harvard par exemple, les Blancs partaient sans bonus ni malus, les Asiatiques partaient avec un handicap de 140 points tandis que les Afro-Américains partaient avec un bonus de 310 points.
    – France 2, 4 juillet 2018, 20h26

    https://youtu.be/O8PTMWa_u4w

  • Ces belles âmes qui s’indignent des exécutions de terroristes en Irak

    irak-executions-terroristes-daech.png Irak.png

     

    Toutes les occasions sont bonnes pour donner une leçon de morale

     

    L’Irak est un pays martyr. Il y eut la dictature de Saddam Hussein, l’atroce guerre Iran/Irak, la première guerre du Golfe, le blocus alimentaire – qui, à la satisfaction de l’Américaine Madeleine Albright et du Britannique Tony Blair, tua des enfants par milliers -, l’agression américaine, et pour finir (pour l’instant) l’abomination islamiste de Daech.

     

    Ce qui tient lieu d’État récupère difficilement la maîtrise de son territoire et fait passer en jugement les criminels avérés. Un certain nombre d’entre eux ont été condamnés à mort. Aussitôt, glapissements des officines américaines et des belles âmes de chez nous.

    Les « no border » sont « no limit »

    Ce qu’il y a d’intéressant avec ces gens, qui prennent leurs coquetteries pour des convictions, c’est qu’ils sont « no limit ». Capables de s’emparer de n’importe quelle cause pourvu qu’elle leur permette de donner aux masses qu’elles méprisent des leçons de morale. Compte tenu de la profusion récente, on ne va pas dresser une liste, qui aurait rapidement l’épaisseur du catalogue de La Redoute.

    En Irak, Daech, qui dispose encore du pouvoir de nuire, a enlevé huit citoyens innocents pris au hasard et réclamé en échange de leur vie la libération des condamnés. Devant le refus du gouvernement irakien, Daech a exécuté les huit innocents et publié la vidéo de leur martyr. Pour mettre fin à ces chantages, les autorités irakiennes ont procédé aux exécutions des criminels condamnés. À partir d’un raisonnement difficilement réfutable : ainsi leurs libérations ne pourraient plus être revendiquée.

    A lire aussi: Droit au retour des djihadistes: une provocation signée Libération

    Toutes les belles âmes de chez nous se sont précipitées pour protester au nom de leurs principes supérieurs, non pas contre l’exécution des otages mais contre celle des condamnés. Dressées sur leurs ergots, brandissant plumes et stylos, elles caquettent en donnant des leçons de morale à un peuple martyrisé. En évitant soigneusement de dire comment il faudrait faire pour protéger les Irakiens. Parce que, quelle est la seule question posée ? Celle de l’arbitrage que doit rendre le gouvernement d’Irak entre la vie d’abominables massacreurs et celle de citoyens innocents. Il a choisi celle des innocents. Et c’est là où le bât blesse pour nos professeurs d’humanisme qui eux prennent le parti du sacrifice de ces derniers au nom du respect des principes à eux qu’ils ont. Et qui sont supérieurs à tous les autres puisque ce sont les leurs !

    L’Irak, un pays en guerre

    Reprenons notre sang-froid et, dans le souci du débat démocratique, rappelons-leur d’abord une évidence : l’Irak est un pays en GUERRE. Et que, s’il existe un droit qui organise la façon de la faire, ce n’est pas pour rien. Rappelons-leur aussi quelques petites histoires. Après la bataille de Bir Hakeim, où les Français libres s’étaient distingués, l’Etat-major allemand avait fait savoir qu’il considérerait les combattants français libres faits prisonniers comme des « irréguliers sans uniforme » et qu’ils seraient tous exécutés. De Gaulle avait répondu que si l’armée allemande entendait se déshonorer de cette façon, elle s’exposerait à la réciproque, et que tous les prisonniers allemands subiraient le même sort. Ce qui calma les nazis qui renoncèrent à perpétrer leur crime. Aux yeux de nos petits mondains, Charles de Gaulle est donc un assassin avide de vengeance. Il avait pourtant simplement fait la même chose que Lincoln durant la guerre de sécession, quand les confédérés firent savoir que tout officier yankee, commandant à des troupes noires, et fait prisonnier, serait exécuté. Lincoln fit répondre qu’un même nombre de prisonniers confédérés seraient alors passés par les armes. Et les sudistes firent marche arrière. Plus récemment, les troupes américaines, confrontées en décembre 1944 à la contre-offensive allemande dans les Ardennes, constatèrent le massacre de prisonniers américains par des unités SS à Malmédy. Sans formalité particulière, elles reçurent l’ordre de fusiller tous les SS qui se rendaient. Est-il aussi nécessaire de rappeler l’existence du tribunal de Nuremberg, et des condamnations à mort exécutées des dirigeants nazis ? Ou la pendaison d’Adolf Eichmann en Israël, pays qui avait pourtant aboli le châtiment suprême dès sa création ?

    « N’oublie pas camarade… »

    Il est en revanche nécessaire de dire clairement les choses. Nos faux-humanistes, manipulant leurs arguments boiteux, font plus que renvoyer des belligérants dos à dos, ils font la leçon à ceux qui sont du bon côté, et qui ont subi et subissent encore l’horreur. C’est une attitude que l’on connaît et que l’on peut qualifier de purement pétainiste. Une attitude qui renvoie aussi à celle de ces trotskistes dévoyés qui disaient aux FTP combattants les nazis : « N’oublie pas camarade que, sous l’uniforme SS, il y a un travailleur allemand. »

    Il faut le savoir et le dire, nos belles âmes nous font une nouvelle démonstration qu’elles ne sont jamais économes du sang des autres dès lors qu’il s’agit de s’acheter une bonne conscience et de prendre la pose.

    CAUSEUR

  • JOURNAL TVL 03/07/2018

  • Plainte déposée contre Nyssen pour racisme anti-blancs

    1036019.jpg

    Ce mardi 3 juillet, au travers d’un communiqué de presse, l’Organisation de lutte contre le racisme anti-blanc (OLRA) annonce qu’elle porte plainte contre Françoise Nyssen pour des propos jugés stigmatisants à l’égard des « hommes blancs », rapporte RT France.

    « Stigmatiser et ostraciser une catégorie de la population… »

    « On a une télévision d’hommes blancs de plus de 50 ans, et ça, il va falloir que cela change », avait affirmé Delphine Ernotte en 2015 au moment de prendre la tête de France Télévisions. Un avis partagé par Françoise Nyssen, le 4 juin dernier. « Delphine, tu as dû te sentir bien seule lorsque tu portais un constat, à la fois évident et courageux. Tu sais : ‘l’homme blanc de plus de 50 ans’. Vous vous en souvenez ? », avait alors lancé la ministre de la Culture.

    « Si nous reconnaissons l’exigence d’améliorer la représentativité des Français dans le paysage audiovisuel, stigmatiser et ostraciser une catégorie de la population ne peut aboutir qu’à produire davantage d’injustice », écrit ainsi l’organisation.

    « Hommes blancs » contre « Mâles blancs »

    Mentionnons tout de même que dans son communiqué, l’OLRA se réfère à l’expression « mâles blancs » et affirme qu’à l’inverse, le terme « femelles Noires » ne saurait être toléré. Sauf que ni la ministre ni la présidente de France Télévisions n’ont semble-t-il utilisé l’expression, et s’en sont tenues à celle d’ « hommes blancs de plus de 50 ans ». Emmanuel Macron, lui, n’avait en revanche pas hésité à utiliser ces mots au mois de mai lorsque Jean-Louis Borloo lui avait remis son plan banlieue.

     

    NdB: La Nyssen veut des jeunes et de la couleur à la télé !

     
  • Les voleurs lui arrachent ses dents en or en pleine rue ! Aïe !

    Dents arrachées ouille… J’en ai mal pour lui.

    D’après BFM,  « un homme de 37 ans qui marchait vendredi soir dans une rue d’Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, a été agressé par plusieurs personnes qui lui ont arraché, en même temps que son téléphone portable, quatre dents en or, rapportent plusieurs sources policières ce samedi ».

    « Tout ça pour gagner 50 euros… », a soupiré la source policière… « La victime, qui a reçu des coups, a été transportée à l’hôpital de Saint-Denis, mais ses jours ne sont pas en danger. »

    Comme quoi, l’or reste très convoité, et comme quoi, la délinquance atteint des sommets épouvantables en région parisienne et de façon générale dans nos grandes villes.

    Charles SANNAT

    Source BFMTV ici