De nombreuses sociétés russes sont contrôlées par des holdings appartenant à des Russes mais basés à l'étranger, souvent Chypre dont le régime fiscal est très favorable.

Vladimir Poutine a depuis des années fait une priorité de la lutte contre les paradis fiscaux mais cette nécessité s'est renforcée avec la crise ukrainienne et les sanctions occidentales qui ont entraîné des fuites de capitaux massives du pays.

Début décembre, le président russe a ainsi proposé une "amnistie totale" à ceux qui rapatrieraient leurs capitaux en Russie, et qui ne seront pas inquiétés concernant l'origine de ces fonds.