16/04/2014

Ces prisonniers du FLN à jamais disparus !

    boulevard-voltaire-fln-565x250.jpg

Le 16 avril 2014
Que sont-ils devenus ? Où se trouve leur dernière demeure ? Qui aura le courage d’honorer leur mémoire ?
         

Après les élections de demain, l’Algérie poursuivra avec le même Président et notre Président de la République, François Hollande, conforté par le gouvernement de Valls, rendra un vibrant hommage à cette très large réélection de Bouteflika.

Bien entendu, il ne sera surtout pas question des plus de 3.000 enlèvements, disparitions et exécutions survenus après le cessez-le-feu du 19 mars 1962 !

Pas question, non plus, d’évoquer les 1.380 civils et militaires retenus prisonniers avant cette date et qui ne nous ont pas été remis comme cela était convenu dans les « accords d’Évian », pas plus que les dizaines de milliers d’Algériens qui ont servi dans l’armée française et dont le choix était limité : soit le ralliement, soit l’exécution.

Bien entendu, et surtout, il ne sera nullement question d’exiger une quelconque repentance du gouvernement algérien. D’ailleurs, ce n’est pas cette repentance algérienne qui nous préoccupe, mais plutôt la repentance des gouvernements successifs de la France qui, de par leur silence et avec la complicité des médias, nous imposent une « omerta » qui nous couvre de honte.

L’hebdomadaire Jeune Afrique, dans son numéro daté du 9 mars 2014, informait ses lecteurs sur le tout récent livre de Raphaëlle Branche Prisonniers du FLN édité par Payot. Raphaëlle Branche (qui n’a jamais caché de quel côté penchait son idéologie : voir son livre sur la torture pendant la guerre d’Algérie) apporte tout de même la preuve qu’à la date du 19 mars 1962 on comptait 1.350 prisonniers (civils et militaires, algériens et français) entre les mains du FLN et de son bras armé l’ALN, et qu’avant cette date on pouvait les estimer à environ 500 civils et 430 militaires. Plus de la moitié de ces 2.280 prisonniers restent à jamais disparus sans que cela ait le moins du monde provoqué une indignation des gouvernements successifs de la France.

Le quotidien algérien El Watan du 8 avril 2014 a fait sa une d’une interview de Raphaëlle Branche dans laquelle elle confirme ses écrits : « Les disparus ? Aucune trace ne peut permettre d’en savoir plus sur leur sort une fois l’indépendance acquise. Jamais de demandes de rançons. Il s’agissait uniquement de faire pression sur l’opinion publique en médiatisant leur sort. Après le 19 mars 1962, les administrations française et algérienne se contentaient de faire parvenir un “avis de décès” attestant l’ignorance totale de la situation. En ce qui concerne les Français, les archives permettent de les identifier nominativement. »

Il est affligeant de voir ainsi confirmer la soumission au pouvoir des médias français. Il est affligeant de constater qu’il faut lire le quotidien algérien El Watan et l’hebdomadaire Jeune Afrique pour s’intéresser, à travers le livre de cette historienne parisienne, au sort de ces milliers de disparus, et remettre enfin à l’ordre du jour ces questions si gênantes auxquelles personne en France ne veut répondre : que sont-ils devenus ? Où se trouve leur dernière demeure ? Qui aura le courage d’honorer leur mémoire ? N’est-ce pas là, pourtant, un devoir national ?

Manuel GOMEZ

BOULEVARD VOLTAIRE

20:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Paris : la police veut «évincer» les Roms des beaux quartiers

 

Une note interne au commissariat parisien du VIe arrondissement préconise «d'évincer systématiquement» les Roms de l'arrondissement. Une directive illégale qui provoque des remous.

Céline Carez (avec F.L.) | Publié le 15.04.2014, 07h13

                                  

 

                                                 

 

3768829_11-0-4288080711.jpg

Paris (VIe), hier. Les familles roms se sont récemment installées en nombre dans cet arrondissement huppé de la capitale. | (LP/Humberto de Oliveira.)

                                                                       

  

QUI A VRAIMENT ORDONNÉ de « recenser et évincer les Roms avec ou sans enfants, avec ou sans animaux » ? Qui est derrière cette note interne qui n'aurait jamais dû sortir du commissariat du VI e arrondissement de , mais que nous avons pu consulter ?

Difficile d'obtenir des réponses claires de l'administration. <btn_noimpr>

Il faut dire que le contenu de la note, rédigée vendredi dernier au commissariat de la rue Bonaparte, est particulièrement sensible. Cibler une population sur des critères ethniques est interdit en (lire ci-dessous).

Le document est rédigé par un officier de police, « sur instruction de la commissaire centrale ». Cette note demande « dès à présent et jusqu'à nouvel ordre, pour les effectifs du VI e arrondissement, de jour et de nuit, de localiser les familles roms vivant dans la rue et de les évincer systématiquement » .

Parmi les gradés de la police parisienne, le document ne laisse pas indifférent. « C'est violent et surtout illégal ! » commente sous couvert d'anonymat un haut fonctionnaire de la préfecture de police, « choqué ». Si ce fonctionnaire rappelle qu'il est illégal de mendier avec un enfant de moins de 6 ans, il estime néanmoins que « cette consigne maladroite et inadmissible stigmatise une population. Et de quel droit les évincer ? » poursuit-il.



A la mairie du VI e, la lecture n'est pas la même. Le maire , Jean-Pierre Lecoq, lui, n'est « pas choqué » par le ton de cette note interne. « On joue sur les mots. Ce qui me choque, c'est de voir des familles de Roms dans la rue avec des enfants en bas âge. Ce n'est pas acceptable sur le plan humain et social. »

L'élu dénonce l'arrivée massive depuis deux mois de familles de Roms qui dorment dans la rue avec de jeunes enfants, autour de Saint-Germain-des-Prés. « Ils cachent des matelas dans des bosquets. Les familles ont triplé. C'est un vrai problème. » Jean-Pierre Lecoq a d'ailleurs eu une « conversation le mois dernier avec le préfet sur le sujet ». Selon l'édile, ces Roms ont traversé la Seine, depuis le début de l'année, « chassés du quartier de la Bastille (XI e) par la police ».

« C'est le jeu du mistigri, déplore Jean-Pierre Colombies, délégué du syndicat de police Snop-SCSI. On chasse les Roms d'un endroit à l'autre, d'un arrondissement à l'autre, ça ne résout rien. » Au passage, le syndicaliste des cadres de la sécurité intérieure regrette que « les fonctionnaires de police aient à exécuter des consignes de la préfecture de police qui elle-même est fort influencée par le pouvoir politique ».

 

A la préfecture de police de Paris, on est embarrassé, « choqué que cette note soit sortie du commissariat » à laquelle cependant on reconnaît « une facilité de langage malheureuse » dans la rédaction. Mais, « des instructions ont bien été passées au commissariat » du VI e, et c'est à la suite de l'alerte de Jean-Pierre Lecoq « qu'il a été décidé d'organiser des opérations coordonnées à vocation sociale ». Selon la préfecture, il s'agit bien d'une « opération de recensement, même si le terme n'est pas très heureux ».

Evangéline Masson, du Secours catholique, « scandalisée » par les termes de la note, confirme cependant l'arrivée massive de familles roms depuis deux mois sur le VI e. La jeune femme, qui fait des tournées sur le VI e pour voir les Roms, dénonce des « délits au faciès et la stigmatisation d'une population pauvre ». « Les recenser pour les évincer, c'est déplacer le problème. »

Au cabinet du préfet, on indique : « Au final, notre seule motivation, c'est que les enfants ne dorment pas dans la rue. » Et de citer le dernier enfant rom recensé qui dormait rue Danton, en plein coeur de Saint-Germain-des-Prés. Le nourrisson n'avait même pas trois mois, né le 8 février dernier...


«Cette note échappe à tout cadre légal»
« SUR LE PLAN de la procédure judiciaire, cette note échappe à tout cadre légal. » La circonspection domine lorsqu'on interroge des juges parisiens sur le contenu de la note du commissariat du VI e que nous révélons. Première remarque, les mots et le style général employés échappent à tout formalisme habituel.

« Cela ressemble davantage à un genre de mémento que l'on se passe entre collègues plutôt qu'à une note de service officielle telle que les chefs ou les commissaires peuvent parfois en rédiger », remarque un haut magistrat.

Au-delà de la forme, c'est le contenu même des consignes qui interpelle. Il y a bien sûr ces Roms, désignés en toutes lettres comme les cibles de la note. « La jurisprudence est très claire : aucun contrôle de police ne peut être effectué en ciblant une personne en fonction de son apparence ou de sa nationalité réelle ou supposée », poursuit cette source.

Le but affiché ensuite : débarrasser les rues de l'arrondissement huppé de leur présence. « Il ne s'agit pas ici de prévenir ou de réprimer telle ou telle infraction mais de faire le vide. Légalement aucun texte n'autorise ce type d'initiative. » Les consignes éditées font également référence à une « instruction parquet » dont découlerait cette même note. « Aucune instruction en ce sens n'a été donnée à ce commissariat », tranche une source judiciaire parisienne.

« Le parquet autorise parfois des contrôles d'identité ciblés pour prévenir certains délits, comme le vol par ruse, commis dans des quartiers touristiques et souvent attribués à des Roms, mais il n'est pas question de les viser directement, ni de les évincer purement et simplement », complète un autre magistrat, pour qui la note diffusée « constitue, a minima, une maladresse ».
Thibaut Raisse

Le Parisien

 

20:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Acheter nazi, une honte ou une liberté ?

arton24753-a3401.jpg

 

Vendre des objets nazis aux enchères n’est pas un délit. Et, donc, les acheter non plus.

Dans une démocratie et un état de droit se flattant d’être à la hauteur, on pourrait penser que c’est le point crucial, décisif.

Apparemment non.

En effet, une partie de la vente aux enchères prévue pour le 26 avril, intitulée « Prises de guerre de la 2e DB au Berghof le 5 mai 1945 », a été annulée le 14 avril. Elle se serait rapportée notamment à des passeports de Göring et de sa femme, à un coffre en bois d’Adolf Hitler incrusté de croix gammées et à un napperon en dentelle orné d’un aigle (Le Parisien).

[...] Comment cette interdiction pour le 26 avril a-t-elle été décidée ?

Dès le 11 avril, le Crif s’était « indigné du commerce » de ces pièces nazies et le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA), qui avait jugé la vente « obscène », s’est félicité de l’annulation.

Les associations juives, durant le week-end, ont exigé l’interdiction de la vente et la saisie des objets, car, selon elles, il s’agissait « d’une atteinte à la mémoire des victimes de la barbarie nazie ».

Leur démarche a été appuyée par le ministre de la Culture Aurélie Filippetti. Sous la pression de celle-ci, une réunion de crise a été organisée au CVV, « les gendarmes du marché de l’art ».

Face à une telle situation ostensiblement intimidante, Nathalie Vermot, qui initialement avait résisté à la volonté d’interdiction au nom de la liberté, a cédé et pris les devants alors qu’elle était convoquée par le CVV le 15 avril.

Elle a obtempéré aux injonctions non pas du droit mais de la morale si l’on en croit la ministre qui a salué « une décision nécessaire au regard de l’histoire et de la morale ».

[...] Au risque de me faire agonir sur ce sujet périlleux, je ne vois pas au nom de quoi les désirs des associations juives, à considérer certes avec attention et respect, devraient être forcément perçus comme des ordres par l’autorité politique.

Lire l’intégralité de l’article sur philippebilger.com

 

Voir aussi, sur E&R :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

19:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Canonisation de Jean-Paul II : que Valls s'y rende comme un pèlerin

 

Julie Graziani, porte-parole du collectif Ensemble pour le bien commun, réagit dans Famille chrétienne à l'annonce de la présence du Premier ministre aux canonisations de Jean XXIII et Jean-Paul II.

"[...] Je ne peux que me réjouir de voir que notre voix a porté et que le gouvernement se sent obligé d’adresser un signal d’apaisement. C’est le deuxième signal positif donné par Manuel Valls, le premier ayant été sa très ferme condamnation, comme Ministre de l’Intérieur à l’époque, des profanations du Sacré-Cœur, quelques heures après la dénonciation que j’en avais faite dans les colonnes du Figaro.

Mais l’effet ne va-t-il pas tomber à plat ? Car enfin, Manuel Valls va assister à la célébration avec les égards dus au représentant de la  France. Il aura donc « les bonnes places » tandis que ceux qu’il a fait matraquer et asperger de gaz lacrymogène l’année dernière piétineront dans la foule. Ceux qui viennent  à Rome, non par calcul politique, mais par tendresse pour la mémoire de Jean-Paul II, ceux qui auront dormi place Saint Pierre à la belle étoile, regarderont le symbole d’une féroce répression politique, confortablement installé, feindre un recueillement de circonstance. Il y a de quoi être amer.

S’il veut venir, qu’il vienne, mais alors les mains vides, le cœur humble, en pèlerin et sans l’apparat de sa fonction. Voilà le signe qui nous toucherait réellement."

Michel Janva

Le Salon Beige

19:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

« NatRep »? « Identitaires »? Une jeunesse française - par Bruno Gollnisch

 

FNJ

La discipline est la force des armées, la désobéissance ou pire, l’insubordination, ne peut conduire qu’au désastre. Bruno Mégret en sait quelque chose lui qui a mené une fronde contre le FN en 1998 qui a failli  briser les reins de l’opposition nationale et dont les effets délétères, calamiteux, se sont très longtemps  fait sentir. Si la plupart de ceux qui l’avaient  suivi ont réintégré le FN, l’ex-président du Mouvement National Républicain (MNR) reste sur son Aventin dans l’indifférence quasi générale. Il a cependant  repris la parole dans un entretien accordé à parismatch.com et publié hier. Contrairement à  Alain Finkielkraut, M. Mégret ne va pas jusqu’à juger Marine Le Pen «infréquentable ». Il se réjouit même des bons résultats  électoraux du Front, qui serait la résultante de « sa » théorisation d’une « stratégie de dédiabolisation ». Il  juge cependant  que «le FN actuel, c’est le discours ancien de Jean-Marie Le Pen réorienté à gauche sur le plan économique». «Sur la question de l’économie ou celle de l’Europe, le projet du FN manque de crédibilité» affirme-t-il encore. Homme tout aussi intelligent que l’est M. Mégret, Paul-Marie Coûteaux, à la tête jusqu’alors du Siel , petite structure  affiliée au RBM,  entendait lui aussi réorienter le FN. Mais lui aussi a failli à la plus élémentaire discipline a jugé Marine. La présidente du Front National   vient  de mettre fin à sa collaboration avec ce dernier  dans un courrier daté du 7 avril, aujourd’hui commenté dans les médias.

 Candidat RBM aux municipales dans le 6e arrondissement de Paris, Paul-Marie Coûteaux  s’était  prononcé sans en avoir le mandat   dés le lendemain du premier tour,   pour proposer une alliance à la militante antinationale  NKM au nom de « l’union des droites » !

 Au-delà des maladresses politiques, de communication et de langage,  des états d’âme  qui ont été aussi reprochés à M.  Coûteaux ces derniers mois, un épisode a également  été  très mal vécu par de nombreux adhérents et sympathisants du FN.  En l’espèce celui  ou on le voit  dans un documentaire de canal plus, diffusé en décembre,   expliquer qu‘il ne veut surtout pas être filmé à proximité d’une permanence FN ou de  militants frontistes. Et ce, afin de  ne pas écorner  son image de modéré…unificateur des droites ?Actuel président exécutif du Siel, Me Karim Ouchikh, à qui Marine a renouvelé sa confiance,   devrait en prendre la tête  avant l’été, M. Coûteaux n’étant pas candidat à sa propre succession.

 D’orientations politiques, de discipline et de cohérence aussi,  il est encore question dans le long article que le site Rue 89 consacre sous la plume de Nolwenn le Blevennnec aux « tensions » qui existeraient  au sein du Front National de la Jeunesse (FNJ)  présidé actuellement par Julien Rochedy. « Avant, au Front, on se disputait entre catholiques traditionalistes et païens, antisionistes et anti-Arabes (sic). Depuis que Marine Le Pen est à la tête du FN, il existe de nouvelles fractures. Le parti fait coexister une sensibilité souverainiste incarnée par Florian Philippot » « et une sensibilité identitaire » est-il écrit sans s’embarrasser de finesse.

« Chez les jeunes frontistes, les tensions pourraient se cristalliser autour de Gaëtan Dussausaye, favori à la présidence du FNJ, et souverainiste » croit savoir Rue 89 qui évoque aussi la nomination de David Masson-Weyl, étudiant en relations internationales, de même sensibilité, à la tête du collectif étudiant  Marianne.

 Bref, en  l’occurrence d’un côté les  « souverainistes »  auto-baptisés  NatRep (nationaux républicains),  de sensibilité gaulliste ou gaullienne,  pour lesquels le combat contre l’Europe de Bruxelles serait la  priorité principale.  Et de l’autre  les « identitaires », qui a contrario considèrent que  la submersion démographique des populations non européennes et  les bouleversements  socio-culturels  qu’elle engendre sont un enjeu vital et principal.

 Les termes du débat ont été l’objet d’une formule symbolique,  forcément réductrice, utilisée  par certains NatRep qui affirment  que le  problème du grand remplacement (en référence au livre éponyme de Renaud Camus)  n’est pas celui de la population de souche française et européenne par les peuples venus du sud, mais la disparation du drapeau français au profit de  celui de l’Europe.

 Rappelons à nos sympathiques NatRep qui célèbrent la Geste d’un  De Gaulle bataillant pour l’indépendance  de la France  face à Bruxelles et Washington,  que celui-ci était aussi très  attaché  à l’identité physique du peuple français. A tel point que Jean-Marie Le Pen  affirmait même il y a quelques années, analyse partagée par d’autres,  que  le  largage de l’Algérie française pouvait aussi s’expliquer en partie  par « le racisme » de  De Gaulle vis-à-vis des populations arabes.

 Ce n’est pas le lieu  d’ouvrir ici  le débat sur le bilan du gaullisme, mais au contraire de nous réjouir qu’au nom de ses aspects les plus  recevables,   des jeunes Français comprennent que le  FN est  l’outil le plus efficace pour défendre la France et les Français d’abord. D’ailleurs, le phénomène n’est pas  si nouveau et le Front National  a  accueilli dans ses rangs dés le milieu des années 80 de nombreux gaullistes issus  du RPR, mais plus proches de Barrès et de Marie-France Garaud,  que de Chirac et Alain Juppé…

 Certes le FN-FNJ n’est pas un parti de godillots, comme dans d’autres  formations  politiques,  il est traversé par  des sensibilités différentes. Il n’y pas lieu d’y voir forcément un risque de « fractures » comme l’affirme Rue 89 mais plutôt la coexistence d’idées qui  enrichissent le débat interne, créent une saine émulation intellectuelle. Pour autant, doit exister chez tous  les adhérents l’acceptation du plus grand dénominateur commun,   des fondamentaux  défendus  dans notre  programme et par Marine Le Pen. 

 Encore une fois, la cohérence, l’efficacité, la discipline   commandent de ne pas être hémiplégique. La défense de notre  souveraineté nationale face à Bruxelles est éminemment complémentaire de la défense  de notre  identité, dans toutes ses dimensions, dans toute l’acception du terme affirme Bruno Gollnisch. Ce refus de dissocier ces deux aspects est  d’ailleurs consubstantiel au  FN.  C’est cela  qui explique la diabolisation du Mouvement national  par les différentes officines  et chapelles du Système. C’est la raison de l’adhésion  croissante de millions de nos compatriotes aux idées frontistes…notamment en premier lieu, c’est vrai,  le refus de l’immigration-invasion  et la défense des valeurs traditionnelles.   C’est cette volonté de restauration nationale pleine et entière qui confère au FN  sa dimension  révolutionnaire, au sens noble du terme, et partant son pouvoir d’attraction sur une jeunesse française qui refuse l’ordre (mondialiste) établi.

19:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Renaud Camus: "Mon message est simple, je ne « l’adapterai » pas !"

 

Le 16 avril 2014

Renaud Camus, vous venez d’être condamné à 4.000 euros d’amende et à 500 euros de dommages et intérêts pour « provocation à la haine raciale ». Dans quel état d’esprit êtes-vous aujourd’hui ?

J’ai surtout été dans l’incertitude quant aux suites à donner à cette condamnation. Mon instinct me dictait de ne pas en faire appel. Je peux encore écrire des livres, même si je dois les publier moi-même. Je peux m’exprimer ici ou là, et notamment ici, grâce à votre hospitalité. Le débat, Dieu merci, n’a pas pour seul terrain les cours de justice. En première instance, j’ai été traîné devant les tribunaux par le MRAP, je n’ai pris aucune initiative. Si je fais appel, en revanche, j’ai l’air d’admettre que mon honneur, le point de savoir si j’ai raison ou tort, si ce que je dis est la vérité ou pas, dépend du système judiciaire. Or, ce système, il est partie intégrante du système général, de ce que j’appelle le pouvoir remplaciste. Ce serait une illusion complète que de voir en lui une entité sous vide, soustraite à l’air du temps et au rapport de force, objective, impartiale. Il est mon adversaire, je suis le sien. Il me jugera et rejugera comme tel.

Toutefois il pourrait me juger moins mal : pas forcément avec moins de sévérité, mais moins mal. Les attendus de ce jugement ne tiennent pas debout. Je veux bien être condamné pour avoir dit et pensé que nous sommes colonisés, que les indigènes de France et d’Europe sont les victimes d’un Grand Remplacement, que ce que certains appellent la racaille et moi les nocents, la nocence, les voyous, en somme, sont le bras armé de la conquête que nous subissons. Mais je renâcle à être condamné pour avoir dit que les musulmans sont des voyous, ce que je n’ai évidemment jamais dit, ni pensé une seule seconde ; ou bien pour avoir affirmé qu’ils sont, eux, les musulmans, le bras armé de la conquête, ce qui ne veut strictement rien dire, car alors qui seraient les conquérants ? ou bien pour avoir appelé à la violence, bien que pas un mot de mon texte n’aille en ce sens, mais ce serait implicite parce que je ne présenterais aucun projet politique cohérent : or, je préside un parti qui, certes, n’est pas très large mais qui, en dix ans, a émis deux mille communiqués et dont le programme forme un volume de cinq cents pages, dûment publié.

Qui pourrait accepter d’être condamné pour de si mauvaises raisons, et si manifestement fausses ? Sans compter que mes compagnons de combat m’adjurent de ne pas laisser se créer un précédent, fatal à la liberté d’expression. Donc, réflexion faite, appel.

Comment envisagez-vous l’avenir ? Vous allez devoir bon gré mal gré « adapter » votre discours ?

Non. Mon discours tient en trois mots et je les ai prononcés cent fois : auprès du changement de peuple et de civilisation, les autres problèmes ne sont pas rien mais ils sont secondaires, car l’histoire qui se continuerait ne serait plus la nôtre. Il faut tout faire pour mettre d’urgence un terme au Grand Remplacement. Ce message est la simplicité même : je ne vois pas en quoi il pourrait être adapté.

Par un procès, on en apprend souvent long sur la nature humaine… Vous êtes-vous senti lâché ou soutenu dans cette affaire ? Avez-vous été déçu ou agréablement surpris par les réactions des uns et des autres ?

Ni l’un ni l’autre : chacun tient son emploi, comme au théâtre. Les traîtres sont traîtreux, les louvoyeurs louvoient, les calculateurs calculent, les bons sont généreux, les nobles sont altiers, les tendres se font du souci, les va-t-en-guerre ne rêvent que plaies et bosses, les timorés voient partout des abîmes et les sages ne se prononcent pas. De même qu’on a pu dire qu’en art il n’y avait pas de goûts, seulement des états culturels, en politique il n’y a guère d’opinions, seulement des états sociaux, économiques, professionnels, confessionnels, ethniques. Sur ce point, je suis assez marxiste, ou larochefoucaldien, ce qui est souvent la même chose. En tout cas, je n’ai à me plaindre de rien, bien au contraire.

BOULEVARD VOLTAIRE

18:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

SAINT LOUIS, ROI DE FRANCE

http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_IX_de_France

03:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

“Le quartier Barbès a-t-il été annexé par l’Algérie ?” par Fabrice Robert

fabrice-robert-barbes-algerie.jpg

 

 

15/04/2014- PARIS (via Boulevard Voltaire)
Le quartier Barbès, dans le XVIIIème arrondissement de Paris, est bien connu : il s’agit d’un laboratoire grandeur nature du Grand Remplacement en cours. Ses boutiques halal, ses prières de rue, ses coiffeurs avec emplacement réservé pour les femmes voilées, ses trafics à ciel ouvert… Si les Parisiens connaissent bien cette destination exotique, un certain nombre d’entre eux ont toutefois pu être surpris — et cela à juste titre — d’y découvrir des tracts et des affiches pour une campagne électorale algérienne. En effet, alors que l’élection présidentielle mobilise les énergies à Alger, les portraits d’Ali Benflis et d’Abdelaziz Bouteflika s’affichent aussi dans les rues de Paris.

Quel silence assourdissant de la part des autorités publiques, des médias et des politiques, mis à part, peut-être, la réaction du député UMP Éric Ciotti qui a écrit sur son compte Twitter : « Je m’étonne du silence du gouvernement et du préfet de police face aux différentes publicités électorales algériennes en plein Paris [...] Ces tracts et affiches électoraux pour les élections présidentielles algériennes n’ont pas leur place dans notre capitale. » Une simple déclaration non suivie d’effet, car la règle est de tout faire pour ne pas froisser un électorat potentiel, même si celui-ci se sent aussi concerné par des élections en Algérie…

 

La publicité et l’affichage sont très réglementés pour les élections françaises. Mais personne ne trouve donc rien à redire lorsqu’il s’agit d’un affichage sauvage, qui plus est pour des élections étrangères ?  Les Parisiens ont pu, par exemple, admirer une affiche géante du candidat Ali Benflis déployée sur la façade d’un immeuble du quartier Barbès. Mais les partisans d’Ali Benflis sont allés bien plus loin en collant des affiches jusque sur les murs de l’église Notre-Dame-Réconciliatrice qui se trouve à l’angle de la rue de la Fontaine-au-Roi. Que des Algériens s’amusent à transformer un lieu de culte catholique en panneau électoral pour un candidat musulman, en plein Paris, ne semble pas déranger les propagandistes du vivre ensemble. Ils préfèrent certainement réserver leur discours d’indignation pour les actes qui touchent les mosquées.

Cette campagne électorale algérienne en plein Barbès n’est pas sans rappeler l’ambiance particulière qui règne dans ce quartier les jours où l’équipe de football d’Algérie joue un match. Les façades d’immeubles sont décorées aux couleurs algériennes même quand l’équipe de France joue le même jour. Les défilés exubérants de ces « supporters » constituent, chaque fois, une véritable démonstration de force étrangère. Il ne faut donc pas grand-chose — un rendez-vous électoral, une rencontre sportive — pour réveiller l’instinct patriote de ces populations et ainsi donner le sentiment désagréable qu’une partie du XVIIIème arrondissement de Paris a déjà été annexée à l’Algérie. Mais il y a un léger problème. Ici, c’est Paris et pas l’Algérie.

Fabrice Robert

01:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Procession en l’honneur de Saint Louis à Paris le 17 mai

saint-louis.jpg

 

Cette grande procession en l’honneur de saint Louis se terminera à la cathédrale Notre-Dame par une ostension des reliques de la Passion et de celles du Roi très chrétien. Trois paroisses parisiennes sont associées à cet événement.

ALTERMEDIA

01:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

VIDEOS - Aux Invalides Hollande rend un hommage solennel à Dominique Baudis aux Invalides

3770479_000-par7855605_640x280.jpg

http://www.leparisien.fr/midi-pyrenees/videos-francois-ho...

 

NdB: Dominique Baudis n'était pas un militaire et n'est pas mort pour la France

01:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Présidentielle: la France déconseille fortement l'Algérie à ses ressortissants

http://www.leparisien.fr/international/presidentielle-la-...

VIDEO  INFOGRAPHIE

01:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Traité transatlantique : l’Europe à la botte des multinationales

union-europeenne-565x250.jpg

    

Le 15 avril 2014
L’affaiblissement de la souveraineté des nations se poursuit.
         

Interrogé par un auditeur de France Inter il y a quelques jours, Michel Sapin s’est déclaré défavorable à l’organisation d’un référendum sur la ratification du traité de libre-échange transatlantique. Sa position n’est pas surprenante : depuis le rejet de la Constitution européenne en 2005, notre classe dirigeante est très réticente à interroger directement les électeurs. Elle est bien consciente que, compte tenu de la profonde défiance envers l’Union européenne, la consultation directe des citoyens aboutirait probablement, une fois encore, au refus de l’initiative proposée.

Mais loin pour autant de renoncer à leur feuille de route, nos dirigeants avancent désormais masqués, afin de contourner l’opposition de l’opinion publique. Débutées il y a près d’un an, les négociations entre l’Union européenne et les États-Unis sont en effet absentes du débat public et beaucoup d’observateurs dénoncent le manque de transparence des pourparlers entre Européens et Américains. Les citoyens ne sont donc même pas tenus informés du contenu des discussions en cours.

Les enjeux sont pourtant considérables. Ce projet consiste d’abord en la suppression des barrières tarifaires et non tarifaires – c’est-à-dire notamment les normes sanitaires, juridiques ou environnementales – entre l’Europe et les États-Unis. La disparition de ces normes contraindrait les pays européens à aligner leurs réglementations sur le moins-disant venu d’outre-Atlantique. Par exemple, non contente de démunir notre agriculture face aux gros producteurs américains, et donc d’affaiblir l’un des derniers secteurs encore un peu protégés, la mise en œuvre de ce traité nous obligerait à importer le bœuf aux hormones et le porc javellisé américains.

Ces accords prévoient également la création d’une juridiction privée chargée de contraindre les États à appliquer ces règles de libre-échange. Au mépris des règles démocratiques les plus élémentaires, des gouvernements légitimement élus pourraient ainsi être attaqués en justice par des multinationales puis condamnés par une entité privée, au nom de textes législatifs discutés en catimini et impossibles à remettre en cause.

Les négociations de ce traité sont révélatrices des nombreux travers de l’Union européenne. Cela atteste d’abord du poids démesuré pris par les grandes firmes multinationales, dont les intérêts divergent bien souvent de ceux des États, et qui se trouveraient encore renforcées par la mise en application de ce traité. Cela met ensuite en exergue l’extrême faiblesse démocratique de cette construction européenne : les négociations dont l’opacité exclut de fait les citoyens du débat sont menées par des experts qui n’ont jamais reçu de mandat populaire, alors que la prolifération du droit international réduit toujours davantage le champ d’action du politique.

Ainsi, l’affaiblissement de la souveraineté des nations se poursuit. Cette évolution est la conséquence du croisement entre les intérêts privés des multinationales et la volonté opiniâtre d’une partie de nos élites de déconstruire les nations, qui sont pourtant le cadre naturel de l’expression démocratique. Le milliardaire David Rockefeller déclarait en 1999 dans Newsweek que « quelque chose doit remplacer les gouvernements, et le pouvoir privé me semble l’entité adéquate pour le faire ». Son vœu est sur le point d’être exaucé.

Paul-Marie ANDREANI

Ingénieur

BOULEVARD VOLTAIRE

00:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

L’incendie ukrainien

Kozzi    

Le 14 avril 2014
 
Le coup d’État renversant Ianoukovitch fut une « réussite ». Il a permis de créer une hostilité complète entre l’UE et la Russie.
         

Alors que la violence s’accentue dans tout l’est de l’Ukraine au point que l’on peut évoquer un début de « bosnisation » de la zone, il est capital de connaître les concepts de la géopolitique anglo-saxonne pour comprendre les répercussions en Ukraine. L’Anglais Halford Mackinder (1861-1947) a théorisé le principe qu’aucune puissance européenne ne devait unifier l’ensemble du continent eurasiatique (Europe et Russie) car le monde anglo-saxon n’y survivrait pas économiquement.

Les deux guerres mondiales menées par Londres et Washington avaient pour but d’empêcher l’Allemagne de concrétiser ce rêve. Le cœur géographique du continent eurasiatique, « la zone pivot » (Heartland) [PDF], ne doit pas s’étendre jusqu’aux mers chaudes. Toute la politique anglo-saxonne est de contrôler les « terres du bord » du continent eurasiatique (le Rimland) [PDF], selon le géopolitologue américain Nicholas Spykman (1893-1943), afin de contenir l’expansion de la puissance principale du continent européen : Allemagne autrefois, URSS et Russie aujourd’hui.

Dans les rivalités entre Moscou et Washington, l’Ukraine est âprement disputée. Les hostilités ont été officiellement lancées par les États-Unis, en 2002, quand le secrétaire d’État Colin Powell a rédigé un document appelant aux préparatifs d’intégration de l’Ukraine dans l’OTAN à partir de 2004, de la Serbie en 2005, de l’Albanie et de la Croatie en 2007, complété par l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne en 2007. Le tout devrait être intégré dans les institutions euro-atlantiques pour 2010, comme l’a rapporté le Financial Times Deutschland, le 24 octobre 2002. [PDF]

Cependant, l’échec de la « révolution orange » en 2004 a déréglé et retardé ce plan de bataille. La relance d’intégration de l’Ukraine dans l’UE par la voie d’un accord de libre-échange – et en arrière-fond dans le marché transatlantique – qui devait être signé les 28 et 29 novembre 2013 à Vilnius a tourné court. Kiev ayant un besoin urgent de liquidités a refusé de signer l’accord car l’UE ne promettait que 600 millions d’euros alors que Poutine, conscient qu’une Ukraine intégrée au bloc euro-atlantique constituait un tournant fatal pour son pays, mettait le paquet en proposant 15 milliards de dollars. Face à une telle offre, le président ukrainien se jeta dans les bras de Poutine.

La situation était déjà tendue car Vladimir Poutine avait proposé à la chancelière Merkel, en novembre 2010, l’instauration d’une vaste zone de libre-échange entre l’UE et la Russie (« de Lisbonne à Vladivostok »), principe renforcé par le projet de création d’une union eurasienne, en octobre 2011, comprenant la Russie, la Biélorussie et le Kazakhstan (« une puissante union supranationale »), « servant de pont entre l’Europe et la région Asie-Pacifique », construction s’inspirant de « l’UE et non de l’URSS », comme s’est plu à l’affirmer le Premier vice-Premier ministre Igor Chouvalov. Pour les Anglo-Saxons, c’était une véritable déclaration de guerre, d’autant plus que Washington met la pression pour imposer un marché transatlantique sous son égide. Le casus belli fut officialisé lors du sommet UE-Russie à Bruxelles, le 28 janvier 2014, quand le dirigeant russe réitéra sa demande en insistant sur la nécessité de « la création d’un espace économique et humanitaire commun de Lisbonne à l’océan Pacifique ».

Le coup d’État renversant le Premier ministre ukrainien Ianoukovitch, en février 2014, fut une « réussite ». Il a permis de créer une hostilité complète entre l’UE et la Russie, cassant l’idée d’une vaste zone de libre-échange unifiée russo-européenne pour le plus grand profit de Londres et de Washington qui, désormais, savent que cette tentative d’unification continentale est passée à la trappe pour longtemps.

Il est vrai que les Anglo-Saxons, mais aussi les Allemands, ont mis le paquet en soutenant les partis pro-européens sur la place de Maïdan à Kiev. Il suffit de rappeler que le site Internet du parti UDAR pro-européen, dirigé par Vitali Klitschko, affiche sans complexe ses soutiens : l’« International Republican Institute » dirigé par le sénateur John McCain, le « National Democratic Institute » dirigé par l’ancienne secrétaire d’État Madeleine Albright et le parti de la chancelière Merkel, la CDU. Avec de tels représentants, l’affaire ukrainienne risque d’allumer un vaste incendie.

Pierre HILLARD

Docteur en science politique

BOULEVARD VOLTAIRE

 

00:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

15/04/2014

Marseille : quand les tueurs jouent avec la vie des automobilistes

 

 
Marseille / Publié le Mardi 15/04/2014 à 14H57
 

Deux assassinats en trois semaines sur l'A7, en plein milieu de la circulation

20140415_1_6_1_1_0_obj6269491_1.jpg

La police judiciaire a longuement analysé la scène de crime, afin de retrouver des détails permettant de remonter les tueurs, qui ont disparu dans la circulation.

Photo thierry garro

 
 

Les victimes collatérales de règlements de comptes restent, comme par miracle, exceptionnelles. Mais les temps changent. Si la pratique qui consiste à éliminer un rival ou la cible de toutes les vengeances en plein milieu de l'autoroute se perpétue, sans doute faudra-t-il compter aussi les morts parmi les automobilistes hors de tout soupçon. En trois semaines, deux hommes ont été assassinés par des malfaiteurs encagoulés et armés qui ont ouvert le feu au milieu du trafic, sur la chaussée, sans se soucier une seconde du reste de la population. Après la fusillade du 25 mars dernier (lire ci-dessous), les coups de feu ont retenti hier après-midi, sur l'A7, à l'entrée nord de Marseille, à une centaine de mètres de la sortie Plombières (3e).

Comme précédemment, la victime, Mehdi Berrebouh, 27 ans, était récemment sortie de prison. Et à l'instar de ce qui s'est produit à proximité du péage de Lançon, les tueurs se sont acharnés sur leur cible. Les premiers témoignages évoquent une BMW blanche dont l'un des passagers aurait commencé à tirer au fusil sur la voiture du jeune homme, une Renault Megane de location, de couleur marron foncé. Sans doute blessé, le conducteur s'est immobilisé en percutant un autre véhicule, une Renault Clio dans laquelle une mère et son fils ont échappé au pire. À peine arrêté, Mehdi Berrebouh aurait tenté de s'enfuir, mais les malfaiteurs, vêtus de noir, auraient de nouveau ouvert le feu, à dix reprises.

L'homme, originaire de la cité des Flamands (14e), avait été libéré il y a trois semaines. Il purgeait une peine de 8 ans de prison après avoir tué le client d'une boîte de nuit du cours d'Estienne d'Orves, en mars 2009, en lui roulant sur le corps avec son 4X4. Bénéficiant d'une mesure de libération conditionnelle, Mehdi Berrebouh était en route vers le cabinet de son avocat, dans le centre-ville, au moment où il a été assassiné. Porteur d'un bracelet électronique, il devait évoquer l'éventuel assouplissement de ses obligations judiciaires.

La justice du milieu ne lui en a pas laissé le temps.

Benjamin d'une fratrie de dix enfants, il avait semble-t-il été mêlé à des affaires de stupéfiants. En fin d'année dernière, l'un de ses frères avait échappé à une tentative d'homicide.

Leur mère, Hadda fait pourtant partie des militantes les plus influentes en matière de lutte contre la délinquance et pour le bien vivre dans les quartiers Nord. Elle est même la première femme algérienne à avoir reçu les insignes de chevalier de la Légion d'honneur, en janvier 2001. Un symbole de plus pour illustrer la déliquescence dans laquelle baigne désormais une partie des cités marseillaises.

 


Deux mêmes scénarios sur l'A7

Lorsqu'il a croisé la route de ses tueurs, sur l'A7 le 25 mars dernier, à quelques centaines de mètres après le péage de Lançon, Yassine Aunay, 35 ans, était libre depuis moins d'une heure. Comme hier, un déluge de plomb s'est abattu sur lui, le tuant presque sur le coup et blessant gravement sa compagne, dont la main avait été arrachée par un projectile de kalachnikov.

LA PROVENCE

20:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Djihadistes "français" : le député Jacques Bompard relaie la proposition des identitaires et interroge le gouvernement

 

Début avril, le Bloc Identitaire lançait une campagne afin de déchoir de notre nationalité les centaines de musulmans djihadistes partis faire la guerre en Syrie. En effet, plus de 700 de ces "Français", ayant parfois conservé la nationalité de leur pays d'origine, ont montré par leur engagement que pour eux il n'existait qu'une patrie, l'oumma, la communauté mondiale musulmane.

 

La déchéance de nationalité est possible de par la loi française. Le cas des djihadistes correspond parfaitement à ce cadre juridique.

 

L'initiative lancée par le Bloc Identitaire est d'ores-et-déjà relayée à l'Assemblée nationale par le député Jacques Bompard qui vient de s'emparer de la proposition des identitaires en posant une question écrite au gouvernement.

 

Une fois encore, fidèle à son rôle d'aiguillon idéologique, l'action du Bloc Identitaire a permis de mettre en branle un mouvement qui traverse l'ensemble des droites.

 

Le Réveil des identités - 15 04 14

 

20:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Florian Philippot invité par Yves Thréard


Philippot: «Il faut lutter contre cette chose... par lefigaro

20:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

L'Ukraine lance une offensive contre les séparatistes prorusses

20140415PHOWWW00830.jpg

http://www.lefigaro.fr/international/2014/04/15/01003-201...

19:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

« La mafia juive et la révolution ukrainienne » – par Laurent Glauzy

15 avril 2014

Viktor Pintchouk

[article de Laurent Glauzy en exclusivité pour Contre-info]

Dans l’article Mafia ebraica a Kiev, e loro animali parlanti (La mafia juive et leurs animaux parlants), Maurizio Blondet, journaliste et écrivain catholique traditionaliste italien, expose que l’Ukraine a elle aussi son propre milliardaire, à la façon de Mikhaïl Khodorkovski : nommé Viktor Mykhaïlovytch Pinchouk, le plus riche oligarque d’Ukraine soutient l’entrée de ce pays dans l’Union européenne (UE).

Né en 1960, à Kiev, dans une famille d’ingénieurs métallurgistes ayant appartenu à la nomenklatura communiste de la ville industrielle de Dniepropetrovsk, Viktor Pinchouk suivit l’exemple de ses parents en devenant lui-même ingénieur en métallurgie.

Les privatisations frauduleuses

Lire la suite

 

Contre-info.com

19:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Quand la Patrie est trahie par la République – par Jean Raspail


J’ai tourné autour de ce thème comme un maître-chien mis en présence d’un colis piégé. Difficile de l’aborder de front sans qu’il vous explose à la figure. Il y a péril de mort civile. C’est pourtant l’interrogation capitale. J’ai hésité.
D’autant plus qu’en 1973, en publiant « Le Camp des saints », j’ai déjà à peu près tout dit là-dessus. Je n’ai pas grand-chose à ajouter, sinon que je crois que les carottes sont cuites. Car je suis persuadé que notre destin de Français est scellé, parce qu’« ils sont chez eux chez moi » (Mitterrand), au sein d’une « Europe dont les racines sont autant musulmanes que chrétiennes » (Chirac), parce que la situation est irréversible jusqu’au basculement définitif des années 2050 qui verra les « Français de souche » se compter seulement la moitié - la plus âgée - de la population du pays, le reste étant composé d’Africains, Maghrébins ou Noirs et d’Asiatiques de toutes provenances issus du réservoir inépuisable du tiers monde, avec forte dominante de l’islam, djihadistes et fondamentalistes compris, cette danse-là ne faisant que commencer.
 


TOUTE L’EUROPE MARCHE À LA MORT
 
La France n’est pas seule concernée. Toute l’Europe marche à la mort. Les avertissements ne manquent pas - rapport de l’ONU (qui s’en réjouit), travaux incontournables de Jean-Claude Chesnais et Jacques Dupâquier, notamment -, mais ils sont systématiquement occultés et l’Ined pousse à la désinformation. Le silence quasi sépulcral des médias, des gouvernements et des institutions communautaires sur le krach démographique de l’Europe des Quinze est l’un des phénomènes les plus sidérants de notre époque.
 
Quand il y a une naissance dans ma famille ou chez mes amis, je ne puis regarder ce bébé de chez nous sans songer à ce qui se prépare pour lui dans l’incurie des « gouvernances » et qu’il lui faudra affronter dans son âge d’homme. Sans compter que les « Français de souche », matraqués par le tam-tam lancinant des droits de l’homme, de « l’accueil à l’autre », du « partage » cher à nos évêques, etc., encadrés par tout un arsenal répressif de lois dites « antiracistes », conditionnés dès la petite enfance au « métissage » culturel et comportemental, aux impératifs de la « France plurielle » et à toutes les dérives de l’antique charité chrétienne, n’auront plus d’autre ressource que de baisser les bras et de se fondre sans moufter dans le nouveau moule « citoyen » du Français de 2050.
 
LA PREMIÈRE HYPOTHÈSE : LES ISOLATS RÉSISTANTS
 
Ne désespérons tout de même pas. Assurément, il subsistera ce qu’on appelle en ethnologie des isolats, de puissantes minorités, peut-être une quinzaine de millions de Français - et pas nécessairement tous de race blanche - qui parleront encore notre langue dans son intégrité à peu près sauvée et s’obstineront à rester imprégnés de notre culture et de notre histoire telles qu’elles nous ont été transmises de génération en génération.
 
Cela ne leur sera pas facile.
 
Face aux différentes « communautés » qu’on voit se former dès aujourd’hui sur les ruines de l’intégration (ou plutôt sur son inversion progressive : c’est nous qu’on intègre à « l’autre », à présent, et plus le contraire) et qui en 2050 seront définitivement et sans doute institutionnellement installées, il s’agira en quelque sorte - je cherche un terme approprié - d’une communauté de la pérennité française.
Celle-ci s’appuiera sur ses familles, sa natalité, son endogamie de survie, ses écoles, ses réseaux parallèles de solidarité, peut-être même ses zones géographiques, ses portions de territoire, ses quartiers, voire ses places de sûreté et, pourquoi pas, sa foi chrétienne, et catholique avec un peu de chance si ce ciment-là tient encore.
 
Cela ne plaira pas.
 
Le clash surviendra un moment ou l’autre. Quelque chose comme l’élimination des koulaks par des moyens légaux appropriés.
 
Et ensuite ?
 
Ensuite la France ne sera plus peuplée, toutes origines confondues, que par des bernard-l’ermite qui vivront dans des coquilles abandonnées par les représentants d’une espèce à jamais disparue qui s’appelait l’espèce française et n’annonçait en rien, par on ne sait quelle métamorphose génétique, celle qui dans la seconde moitié de ce siècle se sera affublée de ce nom.
 
Ce processus est déjà amorcé.
 
LA SECONDE HYPOTHÈSE : LA « RECONQUISTA »
 
Il existe une seconde hypothèse que je ne saurais formuler autrement qu’en privé et qui nécessiterait auparavant que je consultasse mon avocat, c’est que les derniers isolats résistent jusqu’à s’engager dans une sorte de « Reconquista » (lire «De la Reconquête Française» - de Marc Noé) sans doute différente de l’espagnole mais s’inspirant des mêmes motifs. Il y aurait un roman périlleux à écrire là-dessus.
 
Ce n’est pas moi qui m’en chargerai, j’ai déjà donné.
 
Son auteur n’est probablement pas encore né, mais ce livre verra le jour à point nommé, j’en suis sûr.
 
Ce que je ne parviens pas à comprendre et qui me plonge dans un abîme de perplexité navrée, c’est pourquoi et comment tant de Français avertis et tant d’hommes politiques français concourent sciemment, méthodiquement, je n’ose dire cyniquement, à l’immolation d’une certaine France (évitons le qualificatif d’«éternelle» qui révulse les belles consciences) sur l’autel de l’humanisme utopique exacerbé.
 
Je me pose la même question à propos de toutes ces associations omniprésentes de droits à ceci, de droits à cela, et toutes ces ligues, ces sociétés de pensée, ces officines subventionnées, ces réseaux de manipulateurs infiltrés dans tous les rouages de l’État (éducation, magistrature, partis politiques, syndicats, etc.), ces pétitionnaires innombrables, ces médias correctement consensuels et tous ces « intelligents » qui jour après jour et impunément inoculent leur substance anesthésiante dans l’organisme encore sain de la nation française.
 
LES RENÉGATS DE LA FRANCE
 
Même si je peux, à la limite, les créditer d’une part de sincérité, il m’arrive d’avoir de la peine à admettre que ce sont mes compatriotes. Je sens poindre le mot « renégat », mais il y a une autre explication : ils confondent la France avec la République.
 
Les « valeurs républicaines » se déclinent à l’infini, on le sait jusqu’à la satiété, mais sans jamais de référence à la France. Or la France est d’abord une patrie charnelle. En revanche, la République, qui n’est qu’une forme de gouvernement, est synonyme pour eux d’idéologie, idéologie avec un grand « I », l’idéologie majeure.
 
Il me semble, en quelque sorte, qu’ils trahissent la première pour la seconde. Parmi le flot de références que j’accumule en épais dossiers à l’appui de ce bilan, en voici une qui sous des dehors bon enfant éclaire bien l’étendue des dégâts. Elle est extraite d’un discours de Laurent Fabius au congrès socialiste de Dijon, le 17 mai 2003 : « Quand la Marianne de nos mairies prendra le beau visage d’une jeune Française issue de l’immigration, ce jour-là la France aura franchi un pas en faisant vivre pleinement les valeurs de la République. »
 
Puisque nous en sommes aux citations, en voici deux, pour conclure: « Aucun nombre de bombes atomiques ne pourra endiguer le raz de marée constitué par les millions d’êtres humains qui partiront un jour de la partie méridionale et pauvre du monde, pour faire irruption dans les espaces relativement ouverts du riche hémisphère septentrional, en quête de survie. » (Président Boumediene, mars 1974.)
 
Et celle-là, tirée du XXe chant de l’Apocalypse : « Le temps des mille ans s’achève. Voilà que sortent les nations qui sont aux quatre coins de la terre et qui égalent en nombre le sable de la mer. Elles partiront en expédition sur la surface de la terre, elles investiront le camp des saints et la ville bien-aimée. »
 
LE GAULOIS

18:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Dominique Baudis, parti pour de bon, parti sans rien dire.

 

12 avril 2014, 18:55 Auteur :                                      

Dominique-Baudis_scalewidth_961

A l’heure où les louanges pleuvent concernant Dominique Baudis, décédé ce 10 avril 2014 d’un cancer généralisé, peu de médias s’attardent sur la page la plus sombre de la carrière de ce célèbre homme politique et de médias, ex-présentateur de JT, ex-maire de Toulouse, ex-président du CSA, aujourd’hui ex-tout.

Concernant l’épisode malheureux de la sordide affaire Alègre, tous les médias évoquent la « terrible rumeur », la « calomnie », ou encore l’acharnement médiatique. C’est oublier un peu vite qu’en fait de rumeur, la mise en cause de Dominique Baudis résulte d’une accusation de deux anciennes prostituées, présentée en bonne et due forme devant les autorités judiciaires de l’époque.

Petit rappel des faits : Au début des années 90, Dominique Baudis est maire de Toulouse. Il le restera jusqu’en 2001. Patrice Alègre, à cette même période, a gravi les échelons du crime en passant de la petite délinquance au viol et au meurtre. Il laisse un premier cadavre derrière lui en 1989, d’autres suivront jusqu’à son arrestation en 1997. Durant cette décennie, Patrice Alègre hante le quartier de la gare de Toulouse, avec un statut de petit caïd. Une cellule d’enquête spéciale de la gendarmerie, Homicide 31, est mise en place en 2000, avec pour mission de répertorier d’éventuelles autres victimes de Patrice Alègre. C’est l’une de ces présumées victimes, Line Galbardi, une prostituée assassinée dans un hôtel toulousain en 1992, qui va être à l’origine de l’affaire dans laquelle vont être mis en cause Dominique Baudis et d’autres notables de la ville rose.

En effet, dans le cadre de cette enquête, deux anciennes prostituées, Fanny et Patricia accusent notamment Dominique Baudis d’avoir participé à des parties fines à tendance sado-masochiste. Sado-masochiste est un euphémisme, car il s’agit bien de viols, de tortures et d’actes de barbarie. Après un sordide feuilleton judiciaire qui va durer six ans, et qui pour certains, dure encore, Dominique Baudis est innocenté et les ex-prostituées condamnées pour diffamation. Le bien triomphe, les méchants sont punis, la morale est sauve et la vie est belle. Ouf.

Seulement voilà. A Toulouse, ce non-lieu est loin de faire l’unanimité et dix ans après les graves accusations portées contre Dominique Baudis, la mort de ce dernier pourrait bien réveiller de mauvais souvenirs, ainsi que de nouvelles velléités de mise au jour de la vérité.

Je n’ai ni la prétention de rouvrir l’enquête, ni celle de réécrire l’histoire. Cependant, je me souviens de ce sentiment de malaise à la vue des grosses gouttes de sueur perler sur le front de Dominique Baudis, alors qu’il annonçait lui-même sa mise en cause dans l’affaire, le 18 mai 2003 sur le plateau du JT de 20h sur TF1. Alors sans vouloir tirer sur le corbillard, considérons simplement ces quelques faits :

Dominique Baudis a notamment été innocenté grâce à son agenda, qui attestait d’un rendez-vous à la date de l’une de ces soirées viols et tortures. J’ignore encore s’il est d’usage, dans le milieu politique, de conserver ses agendas dix ou quinze ans après un rendez-vous, mais bon, admettons. Admettons également que je sois un notable ivre de mon pouvoir et adepte de ces sordides orgies, d’où les moins nantis ne ressortent pas forcément vivants. C’est bien ce soir-là qu’il me faudrait un alibi, et c’est donc bien ce soir-là qu’il me faudrait consigner soigneusement un rendez-vous fictif, dans un agenda que je prendrais bien soin de conserver toute ma vie, à l’instar de mes bulletins de salaire.

Un agenda peut servir à consigner ses dates importantes, les événements à ne pas manquer et ses rendez-vous. Il peut aussi servir à écrire ce que l’on veut, à la date que l’on veut, pour dissimuler ce que l’on veut.

N’oublions pas non plus que Dominique Baudis n’a pas été le seul notable toulousain lié à l’affaire Alègre. Marc Bourragué, substitut du procureur de Toulouse, a même reconnu avoir rencontré une fois Patrice Alègre. Or d’ordinaire, les notables rencontrent d’autres notables, les marginaux rencontrent d’autres marginaux, etc. Et pourtant, la mise en équation de notables et de marginaux paumés ou délinquants apparaît dans de nombreuses affaires criminelles :

Dans l’affaire des disparues de l’Yonne, Emile Louis, présenté comme un tueur isolé, n’était qu’un élément d’un réseau de trafic de jeunes femmes handicapées, comme le rappelle ce site.

Même schéma dans l’affaire de pédophilie d’Outreau et d’autres, certainement, bien que moins médiatiques.

Donc, même en supposant que Dominique Baudis ait été réellement innocent des faits dont il a été accusé, il n’en demeure pas moins que tout n’a pas été dit sur l’affaire Alègre, de même que tout n’a pas été dit dans un grand nombre d’autres affaires criminelles françaises.

Mais le plus consternant peut-être, c’est que pour avoir une autre version de l’histoire, il faut se rendre sur des sites comme celui d’Alain Soral, qui ne manque pas d’en rajouter une couche sur les réseaux pédo-criminels talmudo-sionistes:

Je veux croire que l’on peut chercher la vérité sans sombrer dans le complotisme crasse et sans mettre en cause à tout bout de champ l’Etat d’Israël. Il aurait été courageux, de la part de Dominique Baudis, de laisser en testament une confession ou tout au plus, sa version des faits, sincère et non édulcorée. Hélas, ce ne sera pas pour cette fois.

 Enquête&Débagt

00:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)