25/08/2014

Un mort et deux blessés, dont un policier, lors d'une course-poursuite à Marseille

 

 
Publié le Dimanche 24/08/2014 à 21H06
 
 

Mise à jour 23h10. La passante touchée par un éclat d'ogive à la jambe est hors de danger. En revanche, souffrant de multiples fractures, le pronostic vital du policier était ce soir réservé.

Mise à jour 22h47. La passante, qui attendait devant un camion pizza, a été touchée par un éclat de balle. Transportée à l'hôpital Nord, elle est néanmoins sérieusement blessée.


Le conducteur d'une voiture a volontairement percuté un policier de la Bac ce soir peu après 20h à proximité de la cité Consolat (15e arrondissement de Marseille) le blessant très grièvement.

Le fuyard s'est ensuite dirigé vers le port de l'Estaque où il a de nouveau refusé de s'arrêter face aux forces de l'ordre. Bloqué il a ouvert le feu sur les policiers qui ont aussitôt répliqué, le touchant à plusieurs reprises. Un projectile aurait également atteint une passante de 39 ans. Elle se trouve dans un état jugée très grave et a été transportée à l'hôpital Nord.

Quant à l'auteur des faits, il vient de succomber à ses blessures. 

LA PROVENCE

 

 

00:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Philippe Conrad : “L’Institut Iliade pour la longue mémoire européenne vise à promouvoir et transmettre cette mémoire dans toute la richesse de ses formes historiques, culturelles et civilisationnelles”

Philippe-Conrad-institut-iliade.jpg

 

 

24/08/2014 – PARIS (NOVOpress)
Annoncé lors du colloque en hommage à Dominique Venner le 17 mai dernier, l’Institut Iliade pour la longue mémoire européenne a été fondé à la veille du solstice d’été sur les hauteurs du Mont Olympe en Grèce. L’objectif de cet institut est de “faire connaître au plus grand nombre l’histoire de la civilisation européenne par tout moyen (conférences, randonnées, formations, ateliers, stages, visites d’exposition, etc.)”. Nous avons interrogé Philippe Conrad (photo de Une), son président – qui a pris la suite de Dominique Venner à la tête de la Nouvelle Revue d’histoire – , sur les raisons de la fondation de l’Institut Iliade et les buts de cet institut.

L’Institut Iliade est présent sur les réseaux sociaux. Sur Facebook et sur Twitter.

NB : A compter du 1er septembre, vous pourrez écrire à l’Institut Iliade à cette adresse : ILIADE BP 75225 – 49052 ANGERS cedex 2. Jusqu’à cette date, pour écrire à l’institut, vous ne pourrez utiliser que l’adresse courriel : contact@institut-iliade.com

Propos recueillis par Arnaud Naudin


Au début de l’été a été fondé l’Institut Iliade sur les hauteurs du Mont Olympe. S’agissait-il de rappeler nos racines grecques ou de manifester une certaine prise de hauteur par rapport au monde actuel ?

La référence aux racines grecques de la civilisation européenne – tout comme le nom de l’Institut le suggère – est en effet manifeste, mais elle n’est pas exclusive. L’Institut Iliade pour la longue mémoire européenne vise en effet à promouvoir et transmettre cette mémoire dans toute la richesse de ses formes historiques, culturelles et civilisationnelles. Dominique Venner avait exprimé le souhait que son œuvre puisse être poursuivie, à savoir un travail d’historien méditatif sur la longue histoire et la mémoire de l’Europe. C’est ce que nous entreprenons aujourd’hui. Non par nostalgie bien sûr, mais parce que nous sommes persuadés, comme l’était Dominique Venner, que cette histoire et cette mémoire sont à la fois la matrice et levier de la prise de conscience du nécessaire réveil civilisationnel des peuples européens. Nietzsche ne déclarait-il pas que “le futur appartient à celui qui a la plus longue mémoire” ? L’enjeu est de faire face au phénomène de “grand remplacement” justement dénoncé par l’écrivain Renaud Camus, et que Dominique Venner estimait être, dans sa dernière lettre, la menace principale pesant sur l’avenir des peuples européens : “Alors que je défends l’identité de tous les peuples chez eux, je m’insurge aussi contre le crime visant au remplacement de nos populations”. Nous souhaitons donc inciter les peuples européens à un “grand ressourcement”, à une reconquête de la fierté de leurs origines, de leurs racines, en un mot de leur identité afin de refuser leur sortie de l’histoire, leur “grand effacement” – prélude à leur “grand remplacement” par des populations autres sur le sol de leurs ancêtres.

Or la réponse au défi du risque de dilution de l’identité et de la mémoire européennes est moins politique – au sens étroit du terme – que préalablement culturelle, voire spirituelle. Lorsque Dominique, toujours dans sa dernière lettre, s’élève “contre les poisons de l’âme et contre les désirs individuels envahissants qui détruisent nos ancrages identitaires et notamment la famille, socle intime de notre civilisation multimillénaire”, et contre “la métaphysique de l’illimité, source néfaste de toutes les dérives modernes”, il en appelle à un sursaut qui est d’abord intérieur. La réappropriation de notre identité est un défi personnel autant que collectif, car c’est la qualité de l’Etre qui est en jeu. Dès lors, l’ascension du Mont Olympe peut être certes interprétée comme une prise de hauteur. Mais peut-être davantage comme une forme de “recours aux forêts”, au sens où l’entendait Ernst Jünger, avec lequel Dominique partageait de nombreuses affinités.

mont-olympe-institut-iliade.jpg

Le Mont Olympe

Choisir “Iliade” comme nom, est-ce se placer dans les pas de Dominique Venner qui voyait l’œuvre d’Homère comme une des œuvres fondamentales pour les Européens ?

Effectivement, le choix du nom de l’Institut est un hommage explicite au texte homérique, ce “poème de la destinée” très bien décrit par Dominique. Mais avec lui, il faut y voir “la source oubliée de notre tradition, l’expression grecque de tout l’héritage indo-européen, celte, slave ou nordique, avec une clarté et une perfection formelle sans équivalent”. L’Iliade reste donc d’une brûlante actualité pour qui cherche les sources et les ressources nécessaires au réveil des peuples européens. L’Institut Iliade pour la longue mémoire européenne s’inscrit dans cette filiation afin de promouvoir et maintenir le patrimoine éthique et esthétique commun à l’ensemble des peuples de la “Vieille Europe”, dans la diversité de leurs cultures particulières.

 

A qui s’adresse cet institut, quelles actions compte-t-il entreprendre ?

L’Institut Iliade a pour objet officiel de “faire connaître au plus grand nombre l’histoire de la civilisation européenne par tout moyen (conférences, randonnées, formations, ateliers, stages, visites d’exposition, etc.)”. Sa vocation principale est la transmission de la longue mémoire européenne. Cette transmission est de nature “verticale”, en direction prioritaire des jeunes Européens qui souhaitent retrouver ou affermir les racines de leur identité dans un monde en crise. Car les “temps de confusion” dont parle notamment Christophe Levallois pour caractériser la fin d’une certaine forme de Modernité appellent un réarmement intellectuel et moral qui passe par la réappropriation de ce que nous sommes. Cet objectif de transmission relève certes de la formation, mais pas seulement. Il est également “horizontal”, basé sur la communication, la diffusion de toute information ou analyse utile à cette démarche d’ordre didactique. Une place essentielle sera bien sûr accordée à l’histoire, dont Dominique Venner faisait à juste titre la matrice d’une méditation profonde de l’à-venir et le lieu de l’imprévu, où tout reste possible. Mais notre approche se veut aussi plus large, en abordant les autres aspects de la civilisation européenne, comme le renouveau des traditions populaires ou la promotion de notre patrimoine, tant naturel qu’architectural et plus généralement artistique. La reconquête identitaire relève également du domaine du sensible !

C’est pourquoi, à côté des cycles de formation, des réunions que nous organiserons ou conseillerons à nos amis au regard de leur intérêt, et de commissions de travail interne sur des sujets particuliers, comme l’éducation, nous allons lancer un site Internet qui sera à la fois une plateforme de diffusion, une “caisse de résonance” des meilleures initiatives, et un centre de ressources où seront notamment mis en ligne une “bibliothèque idéale”, un recueil de citations choisies, des suggestions de parcours touristiques “clé en mains” sur les hauts lieux de la culture et de la mémoire européennes… Comme vous vous en doutez, le chantier est vaste ! Nous tablons sur un lancement de ce site Internet, comme du premier cycle de formation, au début de l’année 2015.

En quoi les initiatives de l’Institut ILIADE seront-elles différentes de ce qui se fait déjà, notamment en termes de conférences et de formation ?

logo-institut-iliadeL’Institut n’entend en aucun cas se substituer à ce qui se fait déjà, parfois de manière très efficace. Il est de compléter l’offre existante par la valorisation, dans tous les domaines, de la civilisation des peuples européens. Il fera donc aussi office de plateforme, de relais pour les meilleures initiatives autour d’un objectif global de reconquête identitaire. Il existe beaucoup de revues, mouvements ou cercles de réflexion qui participent de cet effort de réveil de la conscience européenne, et qui méritent d’être mieux connus. L’action de l’Institut Iliade pour la longue mémoire européenne se veut à la fois singulière et articulée avec l’existant. Ainsi, ses cycles de formation intégreront des modules originaux, conçus par ses animateurs, et des colloques ou conférences proposés par d’autres organisations, auquel les auditeurs de l’Institut seront invités à participer.

L’originalité de notre démarche sera, notamment par un travail de reformulation et d’actualisation des connaissances, d’allier le sérieux irréfutable des contenus à leur facilité d’appréhension par le plus grand nombre, en particulier par l’usage du numérique. L’objectif est de faire preuve d’une authentique pédagogie et de fournir des cartouches intellectuelles à tous ceux qui le souhaitent, sans esprit de chapelle.

Le colloque d’hommage à Dominique Venner sera-t-il le premier d’une série qui rappellera les aspects multiples de son œuvre (chasse, armes, etc.) ?

L’Institut organisera en effet chaque année un colloque qui, une fois l’hommage légitime rendu spécifiquement à Dominique Venner, comme ce fut le cas en 2014 pour le premier anniversaire de sa mort, s’attachera plus particulièrement à approfondir un aspect de son œuvre, ou du caractère de l’homme lui-même, mais pour élargir cet aspect à des préoccupations plus globales, inscrites dans l’actualité et le devenir de l’Europe. L’Institut n’a pas une vocation nécrologique mais, comme le voulait Dominique, d’inscription dans la longue durée des préoccupations qui sont les nôtres. Très naturellement, l’Institut pour la longue mémoire européenne est conçu pour durer dans le temps et à travers les générations successives, au-delà de la personne périssable de ses fondateurs. C’est d’ores et déjà aux jeunes Européens de reprendre le flambeau !

Crédit photos : DR

00:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

24/08/2014

Netanyahu: "Le Hamas est en train de payer, et continuera à payer cher ses crimes"

Le Vif

Source: Belga
dimanche 24 août 2014 à 11h41

Israël poursuivra ses opérations militaires contre le Hamas dans la bande de Gaza jusqu'à ce qu'il ait restauré sa sécurité, a dit dimanche son Premier ministre Benjamin Netanyahu.

4000704993302.jpg

Opération "Ordure protectrice" 

© Image Globe

"Bordure protectrice", l'opération lancée le 8 juillet, "se poursuivra jusqu'à ce qu'elle ait atteint son objectif (...) cela peut prendre du temps", a dit le chef du gouvernement à Tel-Aviv dans des propos retransmis par les médias.

M. Netanyahu a constamment déclaré que le but de "Bordure protectrice" était de mettre fin à la menace venue de la bande de Gaza, que ce soit celle des infiltrations par des tunnels ou les tirs de roquettes palestiniennes contre le territoire israélien. Ces tirs se sont poursuivis dimanche.

Israël a continué pour sa part ses frappes aériennes. "Le Hamas est en train de payer, et continuera à payer cher ses crimes", a dit M. Netanyahu en faisant référence à la mort d'un garçon de quatre ans vendredi, le premier enfant tué depuis le début de la guerre côté palestinien. "J'appelle tous les habitants de Gaza à quitter immédiatement les lieux d'où le Hamas mène ses activités terroristes contre nous, tous ces endroits sont des cibles pour nous", a-t-il dit. "Il n'existe, et il n'existera aucune impunité pour quiconque tire sur des citoyens israéliens, et cela vaut pour tous les secteurs et toutes les frontières", a-t-il dit dans une apparente référence aux tirs de roquettes venues du Liban et de Syrie depuis samedi soir.

23:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Quarante chrétiens d'Irak accueillis en France

Ils sont arrivés jeudi à Paris, à bord d’un avion français qui avait effectué une livraison d’aide humanitaire à Erbil, la capitale de la région autonome du Kurdistan irakien. Quarante chrétiens d’Irak, qui ont dû abandonner leur maison sous la menace des jihadistes de l’Etat islamique, ont été accueillis par Laurent Fabius sur le tarmac de l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle.

NDF

02:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Cessons de nous repentir!

Le-Marche-aux-esclaves-Jean-Leon-Gerome-vers-1866-Domaine-public-partie.jpg

Le Marché aux esclaves - Jean Léon GERÔME

 

 

23/08/2014 – AIX-EN-PROVENCE (NOVOpress) – Pendant plus d’un siècle, de la fin du IXème jusqu’à la fin du Xème, suite aux grandes incursions du VIIIème siècle, les musulmans ravagèrent la Provence. Solidement installés dans le massif des Maures, ils saccagèrent les principales villes et abbayes de la région en toute impunité. Antibes, Fréjus, Vence, Toulon, Marseille, Aix, Embrun, Apt, Riez, Senez, Manosque, Sisteron furent toutes pillées et détruites. Il fallut l’action d’Hugues d’Arles et du comte de Provence Guillaume pour mettre fin à ces violences. Pourtant, l’expulsion des Sarrasins du massif des Maures n’arrêta pas leurs excursions. Sur les côtes de Provence et d’Italie, elles durèrent jusqu’au XVIIIème siècle !

L’évêque de Crémone Liutprand écrivit vers 950 une histoire de son temps intitulée Antapodosis. Il nous décrit ce que subît la Provence pendant cette période difficile. René de Beaumont nous en donne un extrait dans son livre Les croisades franques d’Espagne. « La nation barbare des Sarrasins ayant attaqué la métropole d’Aix, et l’ayant prise, la dépouilla entièrement, emmenant une grande quantité de prisonniers. Tout le reste périt par le fer et le feu. Ils écorchèrent vifs plusieurs hommes et plusieurs femmes, comme les Sarrasins ont coutume de faire aux hommes de notre nation, et comme nous l’avons vu nous-mêmes depuis. Après ce désastre ils retournèrent chez eux. » Cette dure réalité (qui nous renvoie à l’Irak d’aujourd’hui) va durer pendant plus de cent ans. Avons-nous demandé des excuses à l’islam pour ces nombreux crimes commis sur notre territoire contre nos ancêtres ? Bien sûr que non, à quoi cela servirait-il ? Est-ce que cela aurait un sens ? De leur côté, les Espagnols ont subi cette situation de pillage et de guerre permanente pendant plus de sept siècles. Aucune ville de la péninsule ibérique ne put échapper à la destruction. Nous oublions trop souvent de dire que tout ceci commençât près de quatre siècles avant la première croisade ! Est-ce que les Espagnols ont exigé des excuses ? Pas plus que les Provençaux, ils n’ont pas accablé de reproches les descendants de ceux qui avaient martyrisé leurs provinces. Nous pourrions compléter cette liste avec l’Italie, la Grèce, la Serbie… et bien d’autres pays.

 

Pourquoi en serait-il différent de nous ? Pourquoi l’Occidental devrait-il être toujours dans la posture de la repentance ? Pourquoi l’Européen d’aujourd’hui devrait-il être coupable des crimes commis dans la passé ? Il devient insupportable de voir nos dirigeants mettre genoux à terre dès que le politiquement correct exige un acte de repentir de leur part. Il est grand temps de retrouver un peu de fierté, de dignité et d’assumer notre histoire telle qu’elle est. Jean Sévilla nous disait dans son ouvrage Historiquement correct « de l’histoire à la mémoire, de la mémoire à l’histoire c’est la question du lien social qui est posé. » Si nous continuons à salir la mémoire de nos pères, si nous continuons à déformer notre histoire uniquement pour satisfaire les demandes des minorités visibles, influencées à agir ainsi par l’idéologie antiraciste, nous risquerons d’oublier qui nous sommes. Notre histoire nous deviendra bientôt complètement incompréhensible, étrangère. Nous deviendrons des déracinés pour le plus grand bonheur des défenseurs de la mondialisation et de l’altermondialisation.

Vincent

 

01:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Laurent Fabius invité de Bourdin Direct - 22 08 14

01:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

François Hollande y croit toujours

 

 

Depuis Mayotte, où il poursuit sa tournée dans l'océan Indien, le président ne s'est pas départi de son optimisme, persuadé que sa politique est la bonne malgré la situation économique préoccupante.

Philippe Martinat | Publié le 23.08.2014, 07h04

 

 

                                

4080505_11-1-352655608.jpg

Mamoudzou (Mayotte), hier.

                                                                            
Un été sans vacances ou presque et une rentrée couleur outremer... pour se redonner du courage ? Durant ces trois jours dans l'océan Indien, la chaleur des habitants de Mayotte a compensé l'accueil plutôt froid des Réunionnais. Mais là n'était pas l'essentiel pour , qui souhaite que son propos, « même centré sur l'outre-mer, reste en cohérence » avec sa politique économique.

Devant les élus de ces deux départements ultramarins comme lors d'une rencontre avec les journalistes, le chef de l'Etat est apparu insensible à la météo économique globale qui plombe la croissance et contredit ses promesses. Et garde la volonté de faire partager cet optimisme -- qui est le fond de son caractère -- à un pays qui en manque singulièrement. Il s'en dégage parfois un curieux mélange de démonstration économique argumentée et de... foi du charbonnier.

Depuis deux mois, Hollande, secondé par son Premier ministre, Manuel Valls, martèle le même message : pas question de revenir en arrière sur le pacte de responsabilité. « Si à chaque étape on se demande si c'est le bon chemin, difficile de convaincre les autres », justifie-t-on à l'Elysée. Le chef de l'Etat lui-même en est convaincu : la relance de la compétitivité des entreprises « va marcher ». Car, ajoute-t-il, « toute autre politique enfoncerait le pays soit dans les dettes, soit dans la désagrégation sociale. » Conséquence, puisque la croissance est toujours faible, il faut accélérer : « On maintient le cap, on est dans le mouvement, on force l'allure. »

Hollande : « Si je commence à me projeter en 2017, je n'avance plus. »

François Hollande a donc annoncé dans un aparté à La Réunion qu'il y aurait « des annonces dès la semaine prochaine » sur quatre sujets prioritaires : le , l', les professions réglementées, et la simplification pour l'investissement. Le chef de l'Etat reconnaît que « le pacte de responsabilité n'aura d'effet qu'à moyen terme ». Et n'exclut d'ailleurs pas que « le mandat suivant pourrait en bénéficier », tout en souhaitant évidemment que cela soit pour lui ou un candidat de son bord.

Mais, quand on lui demande s'il songe déjà à la prochaine échéance présidentielle, il répond sans détour : « Si je commence à me projeter en 2017, je n'avance plus. » Faisant flèche de tout bois, même s'il est bien mince, Hollande maintient que la croissance, même « faible et fragile », est bien là avec 0,5 % prévu par le gouvernement en 2014 : « On n'est plus dans la crise, mais l'enjeu, c'est de libérer et de mobiliser toutes les énergies pour sortir de la stagnation. »

Hier soir sur la place de Dzaoudzi-Labattoir, à Mayotte, le 101 e département français, le président a soudain rencontré une chaleur populaire qui lui a rappelé celle connue ici même durant la campagne de 2012. « C'est bien qu'ils soient restés encore aussi fidèles », a-t-il lâché, presque surpris, au milieu de la foule. Et il n'a pas raté l'occasion de faire le lien avec la politique nationale : « Chacun a des difficultés dans tous les territoires. Après, est-ce qu'on a confiance ou pas confiance ? Même quand on a beaucoup de difficultés, on doit être capable de se dire que l'avenir peut être meilleur. C'est une leçon pour toute la population française et pour tous les élus. »

   

Le Parisien

01:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Le bilan "confidentiel" des pertes israéliennes ?!

samedi, 23 août 2014 05:13

          

 
 
 
IRIB-Ce bilan des pertes  de l'armée israélienne, bien confidentiel,
est parvenu au journal tunisien Al Chorouk qui le publie dans son intégralité : il s'agirait des chiffres qui ont fuité à travers les rapports de l'expert des questions militaires du journal Haaretz et conseiller du cabinet sécuritaire, Amos Harel, selon les rapports rédigé par l'intéressé , " depuis le 7 juillet, date à laquelle l'offensive Roch invincible a été déclenchée, 497 soldats israéliens ont été tués. 113 officiers sionistes ont également péri. Le bilan des blessés s'élève à 879 soldats et à 362 officiers qui se trouvent d'ailleurs dans un état grave" . toujours selon le journal, " l'armée israélienne a perdu 270 mercenaires tandis que 629 autres (mercenaires ) sont blessés" (ndlr : le rapport ne précise pas ce qu'entend l'armée israélienne par le terme mercenaire) " 166 militaires israéliens ont commis une tentative de suicide. 311 militaires se sont tirés une balle dans leur pied pour ne pas partir au front" et le journal d'ajouter : " 332 soldats et 418 réservistes sont allés jusqu'à blesser voir amputer l'un de leurs membres pour ne pas faire la guerre"!!
 
 

 

 

00:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

23/08/2014

Ebola : le FN réclame la suspension des vols d’Air France pour protéger les Français

Pour « protéger les Français contre le risque de propagation », le FN estime qu’Air France doit suspendre ses vols vers les pays affectés par le virus Ebola.

Le Front national estime jeudi que la compagnie Air France doit suspendre ses vols vers les pays affectés par l’épidémie du virus Ebola pour « protéger les Français contre le risque de propagation », selon un communiqué. « Marine Le Pen et le Rassemblement bleu Marine pressent le gouvernement français à prendre toutes dispositions pour obtenir » d’Air France « la suspension de ses liaisons aériennes en provenance ou à destination des pays à risque, dont la Guinée, la Sierra Leone et le Liberia ».

Marine Le Pen

Pour le FN, la France « doit prendre notamment exemple sur l’Afrique du Sud qui vient de fermer ses frontières aux vols provenant de trois pays particulièrement touchés par la maladie », évoquant la « nécessité de protéger les Français contre le risque de propagation de cette maladie contagieuse ». Le parti d’extrême droite rappelle que « seules trois compagnies internationales continuent de desservir régulièrement les pays affectés : Royal Air Maroc, Brussels Airlines et Air France ».

Des personnels navigants d’Air France ont déjà refusé d’embarquer pour des vols vers des destinations à risque.

source: Le Point

 

ALTERMEDIA

NdB: Ce n'est pas être d'extrême-droiteque de vouloir protéger les Français des risques de contagion de cette pandémie africaine: c'est la réaction de bon sens que devrait avoir le président de la République française !  A-t-il le sens de ses responsabilités de chef d'état? On en doute...

21:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Ukraine: retour en Russie du convoi humanitaire, Merkel en visite à Kiev

4081375_nem697-961384-01-02.jpg

http://www.leparisien.fr/international/ukraine-angela-mer...

+ VIDEOS

20:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Israël pilonne sans répit la bande de Gaza - 23 08 14

4081497_gaza.jpg

http://www.leparisien.fr/international/israel-pilonne-la-...

+ 2 VIDEOS

NdB: la vie d'un enfant israélien aurait-t-elle plus de valeur que celle d'un enfant palestinien ? 

20:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Ebola: le FN demande qu'Air France suspende ses vols vers les pays à risque

capture-d_c3a9cran-2014-02-28-c3a0-12-03-20.png

http://airinfo.org/2014/08/22/virus-ebola-le-front-nation...

01:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Exécution de James Foley: une vidéo bien étrange...

  • Publié le : vendredi 22 août 2014
  • Auteur(s) : Rédaction E&R                              

     

    arton27391-03ced.jpg

     

  

Depuis plus de trois ans, la guerre en Syrie nous a livré des images de multiples atrocités commises par des groupes islamistes, armés et financés par l’Occident et les monarchies du Golfe.

 

L’État islamique d’Irak (une prétendue émanation d’« Al-Qaïda » associée à diverses autres bandes armées sunnites) apparaît en octobre 2006 dans le but de prendre le pouvoir dans un pays dirigé depuis quelques mois par un premier ministre chiite, Nouri al-Maliki.

Ce groupe fusionne avec le Front al-Nosra, en lutte contre Damas, et devient en avril 2013 l’État islamique en Irak et au Levant. Enfin, en juin 2014, il entame une nouvelle mue en proclamant le califat en Irak, et se renomme État islamique.

Les nombreuses exactions que commettent ces combattants envers les troupes de Bagdad ou les civils des minorités chrétiennes ou Yézidis sont relatées par l’ensemble des médias depuis plusieurs semaines et ont suscité l’indignation de ceux qui, hier encore, n’en faisaient pas état lorsque les victimes étaient de nationalité syrienne, sauf pour en attribuer le destin tragique à Bachar al-Assad...

La profusion des vidéos de jihadistes opérant au Proche-Orient exprime une volonté manifeste de communiquer, ou plutôt de produire du matériel de propagande de guerre. Ces nombreuses images, qui servent notamment à illustrer les sujets de JT de monde entier, provoquent la frayeur des masses occidentales : un barbu égorgeant un civil, la victime fût-elle elle-même musulmane, aura bien plus d’impact auprès de l’opinion publique que mille actes quotidiens témoignant de la capacité des adeptes de l’islam à vivre en harmonie au sein des sociétés occidentales.

Mais le comble de l’horreur pour les médias occidentaux ne réside pas dans les montagnes de cadavres sanguinolents mais dans le double crime : le meurtre d’un journaliste, qui plus est américain...

Revenons sur la mort du journaliste états-unien, James Foley , qui a travaillé pour le GlobalPost, l’AFP et Stars and Stripes (quotidien publié par et pour les forces armées des États-Unis à l’étranger) et tout particulièrement sur la vidéo de son exécution.

Les nombreux petits films tournés par les jihadistes du monde entier sont en général d’assez mauvaise facture : cadrage incertain, image de mauvaise qualité, son médiocre. Parfois un effort est fait dans l’habillage : incrustation d’un logo et alternance entre discours et chants de guerre.

La vidéo de la décapitation de Foley, est quant à elle, particulièrement soignée tant sur le fond que sur la forme :

 

Un support HD et une mise en scène troublante

  • Qualité Haute Définition de l’image et du son.
  • La scène est filmée par deux caméras sur pieds.
  • Un petit logo animé dans le coin en haut à gauche, représentant soit un minaret surmonté d’un croissant, soit le drapeau noir de l’État islamique, selon les versions.
  • Les protagonistes sont équipés de micro-cravates afin de bien entendre leurs paroles, celles-ci ne sont pas parasitées par le vent qui souffle.
  • Détenu depuis des mois, Foley et son comparse semblent en bonne santé : ni épuisés, ni amaigris malgré leur captivité.
  • Les deux otages portent des tenues oranges, visiblement neuves, rappelant les uniformes des détenus de Guantanamo.
  • Bien qu’il soit à quelques minutes de perdre la vie, Foley ne sourcille pas, ne bafouille pas, ne transpire pas : il reste d’une dignité surprenante.
  • Le débit de Foley ressemble à un jeu d’acteur : solennel lorsqu’il récite son discours, puis maladroitement ému lorsqu’il s’adresse à sa famille.

 

Un message efficace

  • Le discours est à destination d’un public occidental : pas de prêches en arabe, pas même les habituelles Allahu akbar qui saluent l’égorgement ou la décapitation des prisonniers, toutes les paroles sont en anglais.
  • L’État islamique n’est pas présenté comme un simple rassemblement de hordes islamistes en pick-up mais comme une entité puissante, qui suscite l’adhésion des masses musulmanes du monde entier :

Le bourreau :

« Vous ne combattez plus une insurrection : nous sommes une armée islamique et un État qui a été accepté par un grand nombre de musulmans dans le monde. »

  • Le président et le gouvernement des États-Unis sont directement mis en cause et son peuple menacé :

Foley :

« Je demande à mes amis, ma famille et ceux que j’aime de s’en prendre à mes vrais assassins, le gouvernement des États-Unis. Aujourd’hui, votre force aérienne militaire a attaqué nos positions en Irak. Vos frappes ont causé des pertes parmi les musulmans. (…) Donc, toute tentative de toi, Obama, de dénier le droit aux musulmans de vivre en sécurité sous leur califat aura pour conséquence un bain de sang de ton peuple. »

 

Le season finale et son cliffhanger

Après le discours de Foley, sa mise à mort intervient. Chose étrange et d’une pudeur inédite dans les vidéos de meurtres à l’arme blanche tournées par les jihadistes, la scène est rapidement coupée. Quelques images montrent le bourreau cisaillant avec une lame assez modeste la gorge du malheureux et cela sans qu’aucune goutte de sang ne gicle. On ne voit ni la totalité de la décapitation, ni la tête ôtée et brandie fièrement. Seul un plan fixe présentant une tête très abîmée posée sur un corps couché sur le ventre.

Réapparaît alors notre bourreau, propre comme un sou neuf et tenant cette fois sous sa domination Steven Sotloff, pigiste pour Time, World Affairs et le Christian Science Monitor, kidnappé en août 2013 à Alep et affublé de la même tenue orange que Foley.

L’homme en noir attrape Sotloff par le col et prononce l’ultime mise en garde :

« La vie de ce citoyen américain, Obama, dépend de ta prochaine décision. »

 

Authentifiée par le FBI... on est surpris par la qualité de la vidéo (images, son et mise en scène) et interpellé par son contenu : une véritable déclaration de guerre de l’État islamique, se prétendant soutenu par la majorité du monde musulman aux États-Unis et illustrée par la mise en scène de la mort d’un beau et jeune journaliste US par un bourreau issu nos contrées occidentales (celui-ci s’exprime dans un anglais à l’accent britannique).

Les vidéos d’hommage à Foley se multiplient sur la toile, ainsi que certaines informations qui tombent à pic, comme la rançon de 100 millions d’euros réclamée par ses ravisseurs ou encore la prétendue tentative de sauvetage pour libérer des otages, dont Foley, détenus en Syrie lors d’une opération coup de poing, ordonnée par Obama « cet été ».

Scandaleux ! barbare ! inhumain ! Les commentaires des médias et des politiciens occidentaux sont unanimes et nul ne saurait réclamer autre chose qu’un soutien inconditionnel à l’Oncle Sam sur le mode : « Aujourd’hui nous sommes tous des journalistes américains ! »

Déjà, le Pentagone a clairement averti le public étasunien : l’État islamique, c’est du sérieux, une masse de professionnels surentraînés, surarmés, aux poches pleines de dollars et qui ont prévu de s’en prendre aussi bien aux populations du Proche-Orient qu’au peuple américain. Chuck Hagel, le secrétaire à la Défense des États-Unis a d’ailleurs affirmé jeudi, lors d’une conférence de presse commune avec le général Martin Dempsey, chef d’état-major des armées des États-Unis :

« La menace de l’État islamique va au-delà de ce que nous avons déjà connu. »

Et d’ajouter qu’en plus des frappes sur le territoire irakien, il faudra aussi mener des raids aériens en Syrie...

Chassez l’envahisseur yankee par la porte, il reviendra par la fenêtre... Damas l’a bien compris puisqu’elle a averti Washington qu’elle ne saurait accepter des bombardements de l’US Air Force sur son sol.

01:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Nigel Farage veut la déchéance de la nationalité des djihadistes britanniques

p3uIjx.png

 

20h38

Nigel Farage a exhorté le gouvernement à bloquer le retour au Royaume-Uni des ressortissants britanniques djihadistes qui sont allés combattre aux côtés de l’Etat Islamique au Moyen-Orient.

 

Le gouvernement peut et doit retirer la citoyenneté britannique aux individus possédant la double nationalité. Les djihadistes dont la nationalité est uniquement britannique auront leurs passeports retirés et concernant ceux qui ne possèdent pas la citoyenneté britannique mais ayant néanmoins un permis de séjour : ce droit sera révoqué.

Nigel Farage a déclaré à la presse : « Les combattants de l’EI ne sont comparables à personne d’autres. La barbarie pure commise dans des pays comme l’Irak à laquelle nous assistons est sans précédent aucun dans l’ère moderne. Il serait totalement impardonnable et inexcusable de permettre à ces personnes qui ont pris la décision d’aller combattre au Moyen-Orient, de pouvoir revenir tranquillement parmi notre société et de profiter à nouveau des nombreux avantages que la moderne Grande-Bretagne peut offrir.

« Nous ne voulons pas nous retrouver face à une situation où ces combattants intégristes pourraient de nouveau bénéficier des soins médicaux, des prestations sociales, des logements sociaux et ainsi de suite à partir du moment où ils ont décidé de combattre les valeurs occidentales. Nous ne pouvons pas non plus prendre le risque de voir ces personnes revenir au Royaume-Uni en ramenant avec elles leurs idéologies et pratiques barbares »

Le gouvernement se doit de modifier la loi « Foreign Enlistment Act » qui s’adresse aux britanniques combattant au profit d’états étrangers contre nos intérêts, mais également à ceux qui combattent comme acteurs non-étatiques comme par exemple ceux appartenant à la liste des organisations terroristes.

Traduction FDS de l’UKIP

 

00:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

22/08/2014

Le 23 août 1939 : pacte germano-soviétique et devoir d’oubli !

Car comme chacun le sait l’Histoire est écrite par les plus puissants et les vainqueurs qui masquent leurs turpitudes et leurs crimes –dont celui de Katyn, attribué pendant 50 ans aux Allemands par les juges du Tribunal de Nuremberg, alors que c’était bien les troupes de l’URSS qui étaient coupables- afin de salir encore plus les vaincus. Contrairement à ce que les gouvernements tentent de nous faire croire, le Bien n’est pas forcément où l’on pense et le Mal souvent très éloigné de ce que l’on veut bien nous montrer.

Pacto Molotov Ribbentrop

Il y a déjà 75 ans!
Deux hommes sont à la manœuvre. Joachim VON RIBBENTROP, Ministre des Affaires Etrangères du 3ème Reich allemand, de 1938 à 1945. Le tribunal de Nuremberg le condamna à mort et il fut pendu en 1946. Viatcheslav Mikhaïlovitch SKRIABINE dit MOLOTOV, Commissaire du peuple aux Affaires Etrangères soviétiques de 1939 à 1949, puis de 1953 à 1956. Fidèle de Staline, il fut écarté du pouvoir en 1957 pour avoir voulu éliminer Nikita Khrouchtchev (autre grand humaniste). Il meurt dans son lit en 1986, à l’âge de 96 ans.
Le 23 août 1939, ils signent à Moscou le traité de non agression conclu entre l’Allemagne et l’URSS, dont une annexe prévoit le partage de la Pologne.

La mémoire à l’endroit.
Et pendant plus de sept décennies, aucun prof d’Histoire, de Lille à Nice ou de Colmar à Biarritz, n’a jamais appris à ses élèves que le 24 août 1939 le quotidien « L’Humanité » salue dans ce pacte « une politique à la fois énergique et intelligente, seule conforme à la cause de la paix… ».
Mais le 26 septembre 1939, le PCF est dissous par le gouvernement.
Le 28 septembre, un nouveau traité est signé entre l’Allemagne et l’URSS, après l’invasion de la Pologne, « traité d’amitié et de délimitation des frontières » qui permet ainsi à Moscou et à Berlin de resserrer leurs liens politiques et économiques.
Le 1er octobre, Jacques DUCLOS, premier secrétaire du PCF écrit à Edouard HERRIOT, président de l’Assemblée nationale, pour exiger l’ouverture de négociations de paix avec l’Allemagne.
Le 4 octobre, c’est Maurice THOREZ, numéro 1 du PCF qui déserte sa compagnie pour s’enfuir à Bruxelles, avant de s’installer à Moscou jusqu’en août 1944.

Mois après mois, les communistes français et leurs complices en Italie, ou en Belgique ont été, au début de la seconde guerre mondiale les véritables collaborateurs du 3ème Reich. Du haut en bas de la hiérarchie du PCF, c’est avec conviction et allégresse que les militants appelaient au défaitisme et à la désertion. Dans les usines d’armement, les communistes et leurs complices sabotent le matériel ce qui contribuera à tuer d’innombrables compatriotes en mai 1940.
« Non à la guerre impérialiste », et « Contre les impérialistes de Londres et de Paris » peut-on lire dans la prose clandestine de l’Humanité.

Le 18 juin 1940, la direction clandestine du Parti Communiste Français a très clairement défini sa position : du côté de l’alliance Hitler-Staline !

Le 14 juillet 1940, on peut lire dans le quotidien communiste interdit, l’Humanité : « Au sujet de la fraternité franco-allemande, les conversations amicales entre travailleurs parisiens et soldats allemands se multiplient. Nous en sommes heureux ! ».

OUI, les communistes français (et européens) ont été les premiers collaborateurs avec l’Allemagne nationale-socialiste, aidés par les valets de la finance apatride, et ce, jusqu’au 22 juin 1941 – soit pendant presque 2 ans – ils ont encouragé et soutenu la politique menée par Adolf Hitler.
Aujourd’hui, les marxistes et leurs alliés peuvent tout juste « fermer leur gu..le », arrêter de nous donner des leçons de civisme ou de patriotisme et retourner dans les poubelles de l’Histoire ! Crapules !

Pieter KERSTENS

ALTERMEDIA

23:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Kiev accuse la Russie d'"invasion directe" après l'entrée de son convoi

Le Vif

Source: Belga
vendredi 22 août 2014 à 13h35

Le chef des services de sécurité ukrainiens a accusé vendredi la Russie d'"invasion directe" après la décision de Moscou de faire entrer en Ukraine son convoi humanitaire sans attendre son inspection.

4000724347210.jpg

© Reuters

"Nous disons que c'est une invasion directe. Il s'agit de véhicules militaires sous le couvert cynique de la Croix-Rouge", a déclaré Valentin Nalivaïtchenko, le directeur du SBU ukrainien, cité par l'agence Interfax-Ukraine.

Près de 100 des quelque 300 camions ont franchi la frontière, selon un observateur de l'OSCE sur place, Paul Picard. Sur ce nombre, 34 avaient été inspectés jeudi et pendant la nuit de jeudi à vendredi, les autres passant sans aucun contrôle de leur cargaison, selon la même source.

Le ministère des Affaires étrangères ukrainien a pour sa part dénoncé "les violations flagrantes du droit international et de l'inviolabilité des frontières" et dit craindre "des provocations délibérées".

"Ni la partie ukrainienne, ni la Croix-Rouge ne savent ce qui se trouve dans ces camions, ce qui nous inquiète particulièrement", a indiqué le ministère dans un communiqué.

"Nous ne savons pas non plus quels sont les accords ente la partie russe et les combattants et n'excluons pas des provocations délibérées", ajoute le ministère.

"La Russie porte toute la responsabilité pour la sécurité de cette cargaison", conclut le ministère.

23:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Le drapeau ukrainien a flotté trois heures sur Moscou

4075403_drapeau-ukrainien-2.jpg

http://www.leparisien.fr/international/le-drapeau-ukraini...

21:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

RDC : le bilan de la "maladie inconnue" s'alourdit à 75 morts

Le Vif

Source: Belga
vendredi 22 août 2014 à 13h45

Septante-cinq personnes sont mortes d'une maladie non identifiée qui serait une fièvre hémorragique "d'origine indéterminée" dans la province de l'Equateur (nord-ouest de la République démocratique du Congo), a indiqué vendredi la radio onusienne Okapi, citant les autorités provinciales.

© Belga

Ce bilan est largement supérieur à celui donné jeudi par le ministre congolais de la Santé, le Dr Félix Kabange Numbi.

Radio Okapi, parrainée par l'ONU, avait fait état jeudi de la mort de 65 personnes en environ quatre semaines dans l'aire de santé de Djera, dans les aires de santé de Wetsikengo, Lokalia et Wafanya, dans le territoire de Boende, une localité située à 300 km à l'est de Mbandaka, le chef-lieu de la province de l'Equateur.

Cette "maladie inconnue" a fait dix morts de plus, a indiqué vendredi la radio.

Un porte-parole au siège de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) à Genève, Gregory Härtl, a quant à lui fait état de "cas de gastro-entérite".

Selon M. Numbi, quelque 80 personnes qui ont été en contact avec les malades décédés sont suivies à leur domicile.

L'apparition de cette maladie intervient alors qu'une épidémie de fièvre hémorragique Ebola sans précédent depuis l'émergence du virus en 1976 - lors de deux flambées simultanées au Soudan et en RDC (à l'époque Zaïre) - a fait au moins 1.350 morts sur 2.473 cas dans quatre pays d'Afrique de l'Ouest (Liberia, Sierra Leone, Guinée et plus récemment Nigeria).

Trop tôt pour parler de fièvre hémorragique meurtrière, selon OMS et MSF

Il est encore trop tôt pour affirmer que c'est une fièvre hémorragique qui a causé la mort d'au moins treize - voire 75, selon la radio onusienne Okapi - personnes dans le nord-ouest de la République démocratique du Congo (RDC), ont averti vendredi l'OMS et Médecins sans frontières (MSF).

"Beaucoup sont morts en présentant des symptômes hémorragiques, mais il y a aussi des paludismes graves qui peuvent aussi donner ce type de symptômes, ou la fièvre typhoïde", a déclaré un responsable de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) basé à Kinshasa sous le couvert de l'anonymat.

"On attend toujours des confirmations biologiques pour déterminer de quel type de maladie il s'agit", a indiqué à l'AFP Amandine Colin, chargée de communication à Kinshasa pour MSF, dont des équipes sont présentes dans la zone touchée, à Boende, un territoire de la province de l'Equateur (nord-ouest).

Le ministre congolais de la Santé, le Dr Félix Kabange Numbi, a annoncé jeudi que "13 personnes sont mortes depuis le 11 août d'une fièvre hémorragique d'origine indéterminée", soulignant qu'elles ont présenté, "en phase terminale, des vomissements de matières noirâtres".

Des prélèvements ont été effectués et doivent être traités à l'Institut national de recherche biomédicale (INRB) ainsi qu'au laboratoire de Franceville, au Gabon, pour déterminer l'origine exacte de la maladie. "Nous devrions avoir les résultats dans sept jours", selon le ministre.
Vendredi, le bilan des victimes restait "inchangé", a précisé le docteur Kabange Numbi à l'AFP, alors que la radio onusienne Okapi faisait état d'un bilan de 75 morts.

Lokolia et Watsikengo, distantes d'une trentaine de kilomètres, sont les épicentres de la maladie. Les autorités y ont créé des commissions chargées du suivi des malades, de l'hygiène, de l'assainissement et des enterrements sécurisés.

20:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Gaza : 18 hommes exécutés pour "collaboration" avec Israël

Le Vif

Source: Belga
vendredi 22 août 2014 à 14h53

Dix-huit hommes accusés d'avoir "collaboré" avec Israël ont été exécutés vendredi dans la bande de Gaza, en plein conflit avec l'armée israélienne, a annoncé la télévision du mouvement Hamas qui contrôle le territoire palestinien.

4000691662131.jpg

© Image Globe

Parmi eux, six ont été exécutés en place publique par des hommes portant l'uniforme des Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, ont affirmé des témoins.

Ces six exécutions ont eu lieu devant des centaines de fidèles qui sortaient de la prière hebdomadaire du vendredi, devant la plus importante mosquée de la ville.

Au moins onze autres hommes ont été abattus par balles près du siège de la police dans le centre-ville de Gaza, selon des témoins et le site Majd proche du Hamas. Un dernier a été exécuté sur une autre place à proximité.

Ces exécutions sont intervenues au lendemain de l'élimination de trois commandants de la branche armée du Hamas, tués par une frappe israélienne sur un immeuble à Rafah (sud de la bande de Gaza). Israël, qui passe pour avoir ses informateurs dans la bande de Gaza, était  renseigné pour pouvoir mener à bien cette opération.

19:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Palestine

21 août 2014

 

Propos du P. Malawal Musallam, longtemps curé de la paroisse catholique de Gaza, aujourd’hui directeur d’une école dans la bande de Gaza :

« Par ses actions actuelles, Israël ne se défend pas, mais défend son occupation de la Palestine. Israël n’est pas disposé à mettre fin à l’occupation de la Palestine. Son seul but est le développement, le progrès et a sécurité de ses habitants. Les dirigeants israéliens se rendent compte que répandre la peur parmi leur propre peuple est la seule façon de le convaincre qu’ils ne doivent pas se retirer de Palestine. Ils ont convaincu le peuple qu’ils doivent rester là pour assurer sa sécurité. »

A propos des discussions du Caire entre Israéliens et Palestiniens, le P. Musallam déclare :

 « Au Caire, les Palestiniens n’ont pas de visées stratégiques : ils ne discutent pas du retrait israélien, du retour de Jérusalem ou du problème des colonies. Ils demandent seulement l’accès à la mer, l’ouverture au commerce, du travail, pouvoir nourrir leurs enfants. Ils veulent vivre, mais Israël empêche cela. C’est une question de droits de l’homme. »

Le blog d'Yves Daoudal

19:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)