08/09/2014

Deux nouvelles frappes américaines contre l'Etat islamique dans le nord de l'Irak

06/09/2014 à 19:44 - Mis à jour le 07/09/2014 à 09:41

Les Etats-Unis ont mené vendredi et samedi deux nouvelles frappes aériennes qui ont détruit sept véhicules de l'Etat islamique dans le nord de l'Irak, a annoncé le Centcom, le commandement militaire américain chargé du Moyen-Orient et de l'Asie centrale.

1168597.jpg

© REUTERS

Les avions de chasse et drones ont détruit "quatre Humvees (véhicules blindés), un véhicule de transport de troupes et deux camions" de l'Etat islamique, rapporte le Centcom. Ces nouvelles frappes étaient destinées à "protéger Erbil", la capitale du Kurdistan irakien, des combattants djihadistes.

Les Etats-Unis, qui ont mené un total de 133 frappes depuis le 8 août en Irak, veulent mettre en place une coalition internationale pour les épauler dans leur lutte contre l'Etat islamique, qui a décapité deux journalistes américains et promet le même sort à un otage britannique.

Au sommet de l'Otan au Pays de Galles, les représentants des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France, de l'Allemagne, de l'Italie, de la Turquie, de la Pologne, du Danemark, du Canada et de l'Australie ont jeté les fondements de cette coalition. Le secrétaire d'Etat américain John Kerry et le secrétaire à la Défense Chuck Hagel espèrent qu'elle puisse voir le jour d'ici fin septembre.

00:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

"Quand Nemmouche ne chantait pas, il torturait"

06/09/2014 à 15:30 - Mis à jour le 07/09/2014 à 13:04

Un ex-otage français en Syrie, le journaliste Nicolas Hénin, a révélé samedi que Mehdi Nemmouche, le jihadiste français auteur présumé de la fusillade au Musée juif de Bruxelles, avait été l'un de ses geôliers pendant sa détention.

Mehdi Nemmouche. © BELGAIMAGE/Benoît Peyrucq

L'information a été recueillie, selon une source policière, lorsque les quatre journalistes français otages en Syrie libérés en avril - Nicolas Hénin, Pierre Torrès, Didier François et Édouard Élias- ont reconnu Nemmouche sur des photos après son arrestation fin mai.

Elle devait rester secrète, mais l'hebdomadaire Le Point, employeur de Nicolas Hénin, a publié des extraits de son témoignage "glaçant" après que Le Monde a révélé que Nemmouche "aurait été l'un des geôliers des otages occidentaux détenus" en Syrie par l'Etat Islamique (EI).

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, sans entrer dans les détails, a confirmé que les services avaient "transmis à la justice des éléments laissant à penser qu'il (Nemmouche) aurait pu être le geôlier de nos otages" dès que les autorités ont été en possession de ces informations.

"C'est à la justice de faire son travail. Ce funeste personnage doit être jugé, il le sera," a poursuivi le ministre.

Dans les premiers extraits de son témoignage, Nicolas Hénin décrit un Nemmouche "membre d'un petit groupe de Français dont la venue terrorisait la cinquantaine de prisonniers syriens détenus dans les cellules voisines. Chaque soir, les coups commençaient à pleuvoir dans la salle dans laquelle j'avais moi-même été interrogé". "La torture durait toute la nuit, jusqu'à la prière de l'aube. Aux hurlements des prisonniers répondaient parfois des glapissements en français", ajoute-t-il.

"Quand Nemmouche ne chantait pas, il torturait", écrit le journaliste, dont le récit évoque selon Le Point un geôlier "égocentrique et affabulateur pour qui le djihad n'est finalement qu'un prétexte pour assouvir sa soif maladive de notoriété. Un jeune homme paumé et pervers".

Marie-Laure Ingouf, avocate de Nicolas Hénin, a confirmé à l'AFP que "Nemmouche était un de ses geôliers". "Tous les otages le confirment. Ils ont vécu avec lui pendant plusieurs mois," a-t-elle dit.

Le tueur présumé du musée juif de Bruxelles s'est "occupé" du journaliste entre juillet et décembre 2013, selon Le Point. Peu après la libération des quatre journalistes français, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius avait indiqué que certains de leurs geôliers s'exprimaient en français.

En France, une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris, en 2013, pour "enlèvement et séquestration en relation avec une entreprise terroriste" suite à l'enlèvement des journalistes français en Syrie. Une autre l'a été après l'arrestation de Mehdi Nemmouche pour "assassinat, tentative d'assassinat, détention et transport d'arme en lien avec une entreprise terroriste".

Belga

00:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Ukraine: Une femme tuée dans des tirs à Marioupol, 1er mort depuis la trêve

07/09/2014 à 13:09 - Mis à jour à 13:17

Une femme a été tuée par des tirs dans la nuit à Marioupol, première victime depuis le cessez-le-feu instauré vendredi, a annoncé dimanche la mairie de ce port stratégique du sud-est de l'Ukraine.

 

1168675.jpg

© REUTERS/Maxim Shemetov

"Une femme a été tuée et trois habitants de Marioupol blessés", a indiqué le mairie dans un communiqué, précisant que les rebelles prorusses ont tiré sur un check-point à la sortie est de la ville et détruit une station service. "Dans la nuit de samedi à dimanche, en violant l'accord du cessez-le-feu, les rebelles ont tiré sur le point de contrôle dans le district Vostotchny à l'entrée de la ville", souligne la mairie.

Dimanche matin, la situation à Marioupol était "calme et sous contrôle", ajoute la mairie.

Port stratégique sur les bords de la mer d'Azov dont le contrôle permettrait de relier la frontière russe à la péninsule de la Crimée, Marioupol craint depuis plusieurs jours un assaut des rebelles prorusses.

Kiev et les rebelles ont scellé vendredi à Minsk un cessez-le-feu à l'issue de négociations entre le "groupe de contact" (Russie, Ukraine, OSCE) et les séparatistes.

Tirs d'artillerie près de l'aéroport de Donetsk

Des tirs d'artillerie se sont produits dimanche près de l'aéroport de Donetsk, chef-lieu de la rébellion prorusse dans l'est de l'Ukraine, malgré un cessez-le-feu en vigueur depuis vendredi, a rapporté une journaliste de l'AFP.

A un check-point près de l'aéroport, théâtre d'intenses combats ces derniers mois entre forces gouvernementales et séparatistes prorusses, on pouvait entendre des bombardements mais il n'était pas possible d'établir leur origine.

 

Belga

00:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

07/09/2014

Gentil !

lemurien-tete-couronnee.jpg

Lémurien à tête couronnée -  Ne vit qu'à Madagascar

02:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Une mère saisit la justice pour appeler son fils Jean-Clode


Une mère saisit la justice pour appeler son... par leparisien

 

8908620-prete-a-tout-pour-que-son-fils-s-appelle-jean-clode.jpg

L'employée de l'état-civil n'a pas voulu prendre sa déclaration au pied de la lettre. Madeleine, une mère de famille de Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne) se bat pour appeler son fils "Jean-Clode" et non pas "Jean-Claude" comme indiqué sur son acte de naissance, rapporte Le Parisien vendredi 5 septembre.

 

"Une touche d'originalité", selon la mère

La maman assume son choix. "Je voulais apporter une touche d'originalité et aussi gagner une lettre parce que notre nom est assez long", explique-t-elle au journal. "Vous savez qu'ici, Claude s'écrit avec un 'au' et pas avec un 'o' ?", lui aurait répondu l'état-civil.

Madeleine a donc "cru qu'il était interdit de mettre une orthographe différente de Claude". "La remarque de la mairie était déplacée, presque insultante, comme si elle pensait qu'on ne savait pas écrire", dénonce-t-elle.

"Une incompréhension, répond au Parisien la mairie de Quincy-sous-Sénart, où a été déclaré l'enfant. Les gens font parfois des erreurs, sur les accents par exemple. On leur demande donc si c'est vraiment leur choix d'écrire le prénom ainsi."

Après avoir récemment appris qu'elle était libre de choisir l'orthographe du nom de son fils, Madeleine a entamé lundi des démarches auprès du procureur d'Evry. Pour qu'enfin son fils s'appelle "Jean-Clode".

Francetvinfo

02:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Ebola: Toute la population du Sierra Leone placée en quarantaine

6 Septembre 2014

Ebola: Toute la population du Sierra Leone placée en quarantaine

Une horreur

 

La Sierra Leone, l'un des pays les plus touchés par l'épidémie Ebola, a annoncé samedi que la population sera confinée à domicile du 19 au 21 septembre pour lutter contre la propagation du virus.

 

Face à la situation dramatique qui touche le pays, la Sierra Leone a pris une mesure radicale. Le pays va imposer à tous ses habitants un confinement de plusieurs jours pour essayer d’enrayer la propagation du virus Ebola à travers le pays, a annoncé son gouvernement samedi.

 

Les habitants ne seront en effet pas autorisés à sortir de chez eux entre le 19 et le 21 septembre, en étant mobilisés pour se préparer dès le 18. "Le confinement signifie que personne, encore moins un véhicule à l’exception de ceux qui sont essentiels pour le service, ne sera autorisé à circuler. La mesure s’appliquera à tout le monde ", a affirmé le porte-parole du gouvernement, Abdulai Barratay.

 

"Une approche agressive mais nécessaire pour traiter une fois pour toutes Ebola"

 

Le but : empêcher l’épidémie de se propager davantage et permettre aux autorités sanitaires de repérer les cas suspects dès l’apparition de la maladie, a déclaré Ibrahim Ben Kargbo, conseiller de la présidence au sein de la mission de lutte contre Ebola en Sierra Leone. "Cette approche agressive est nécessaire pour traiter une fois pour toutes la propagation d’Ebola", a-t-il ajouté à Reuters. "Le personnel de santé et celui des organisations non gouvernementales feront du porte-à-porte pour détecter des cas probables de maladie d’Ebola cachés par leurs parents dans les maisons", a ajouté Abdulai Barratay.

 

La Sierra Leone figure en effet parmi les trois pays (avec la Guinée et le Liberia) les plus touchés par l'épidémie. 491 personnes y sont mortes après avoir été contaminées par cette maladie.


David Perrotin

http://www.metronews.fr/info/virus-ebola-la-sierra-leone-met-toute-sa-population-en-quarantaine

01:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Ukraine: le cessez-le-feu au coeur d'un entretien Porochneko-Poutine

202332372.jpg

Moscou, 6 septembre - RIA Novosti

Les présidents ukrainien et russe, Piotr Porochenko et Vladimir Poutine, ont évoqué samedi par téléphone des mesures à adopter pour que le cessez-le-feu en Ukraine revête un caractère durable, rapporte le service de presse du Kremlin.

"Les deux chefs d'Etat ont constaté que le régime de cessez-le-feu était somme toute respecté. Piotr Porochenko et Vladimir Poutine ont évoqué des mesures à adopter pour conférer au cessez-le-feu un caractère durable", lit-on dans le communiqué.

Par ailleurs, les présidents de l'Ukraine et de la Russie ont insisté sur la nécessité d'impliquer l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) dans le suivi de la situation et la supervision du régime de cessez-le-feu dans l'est de l'Ukraine.

Les représentants de Kiev et des républiques populaires autoproclamées de Lougansk et de Donetsk ont signé vendredi à Minsk un protocole de cessez-le-feu dans l'est de l'Ukraine.

01:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Plus de 8 Français sur 10 ne souhaitent pas que Hollande se représente

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-politique/plus-d...

01:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Steven Sotloff le journaliste décapité était également israélien

stevenslotoff10-800x533.jpg

 

Le journaliste américain

Steven Sotloff

 

décapité par des jihadistes de l’État islamique (EI), détenait également la nationalité israélienne, ont rapporté mercredi des médias israéliens.

Le site du quotidien Haaretz a affirmé, en citant un porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, que Steven Sotloff avait la double nationalité américaine et israélienne.

Citant des amis et des confrères du disparu, la radio publique a précisé qu’il avait été étudiant au Centre d’études interdisciplinaires d’Herzliya au nord de Tel Aviv.

Steven Sotloff était originaire d’une famille juive de Miami en Floride, a ajouté la radio.

Haaretz

Tribune juive

00:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Les jeunes frontistes veulent "prendre le pouvoir"

À l'université d'été du Front national de la jeunesse ce week-end à Fréjus, le sondage Ifop évoquant une victoire possible de Marine Le Pen au second tour d'une élection présidentielle, est dans toutes les têtes.

 

De notre envoyé spécial à Fréjus

Ce week-end, deux cents jeunes adhérents et sympathisants du Front national de la jeunesse (FNJ) se retrouvent aux universités d'été organisées à Fréjus. Cette ville du sud-est, passée sous mandat FN depuis les dernières municipales et dirigée aujourd'hui par David Rachline (ex-responsable du FNJ), accueille, durant deux jours, cadres conférenciers et jeunes militants. Toutes les interventions ont été programmées pour survoler les thèmes majeurs du programme politique du parti. La présence de Jean-Marie Le Pen samedi et de Marine Le Pen dimanche devaient être les temps forts du rendez-vous.

La publication du sondage Ifop soulignant, pour la première fois, une victoire de Marine Le Pen dans une présidentielle face à François Hollande (54% contre 46%) ne laisse personne indifférent. Fabien, vingt ans, étudiant en droit: «Cela donne envie de poursuivre son engagement, explique-t-il, nous parlons beaucoup de ce sondage entre nous». À ses cotés, Jordan, 19 ans, étudiant en droit lui aussi: «il y a une portée symbolique dans ce sondage qui montre une avancée de la population. Beaucoup de gens pensent que le Front national peut changer les choses» juge-t-il avant d'ajouter «mais nous n'allons pas adapter notre politique ou notre militantisme en fonction de ces sondages. En 2012, on nous donnait derrière Mélenchon et finalement on est arrivé loin devant lui.»

Pour Julien Rochedy, directeur du FNJ et organisateur de ces deux journées, les mesures de l'Ifop sont un signe: «Cela veut dire que c'est vraiment possible. Nous ne sommes pas seulement dans le combat des idées, nous pouvons prendre le pouvoir». Selon lui, la possibilité d'une victoire du FN en 2017 accentuerait le «sentiment de responsabilité» au sein des jeunes militants. «Les jeunes du Front ont vraiment envie du prendre le pouvoir. C'est pour cela qu'ils aiment autant Marine d'ailleurs, parce qu'ils ressentent cette même envie chez elle.» Et pour expliquer la détermination de cette jeunesse, Julien Rochedy estime que la grande différence entre cette génération et les autres, c'est que la sienne aurait un «sentiment aigüe de sa précarité.» Pourquoi? «Nous avons conscience que si nous ne gagnons pas, avec une population majoritairement immigrée en 2050, tout est foutu pour le pays», estime-t'il.

Pour, David Masson-Weyl, président du collectif d'étudiants Marianne associé au Rassemblement Bleu Marine, l'impact du sondage sur les jeunes de l'université d'été ne peut être que positif: «Nous n'avions encore jamais vu un score supérieur à 50%. Cela donne du poids à ce que nous faisons sur le terrain». Le jeune militant croit aussi que de tels chiffres sont porteurs pour le mouvement parce qu'ils peuvent rassurer ceux qui hésiteraient encore à s'engager.

LE FIGARO - 06 09 14

00:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Plus les journaleux parisiens tapent sur Fabien Engelmann, plus il est populaire à Hayange

 

Hayangefetecochon.png

Les vautours sont lâchés sur Hayange. Et tout le monde veut sa part du festin. La proie : Fabien Engelmann, jeune maire de 35 ans, élu démocratiquement aux dernières élections municipales. Dans un article récent, j’avais décrit le harcèlement que subissait la nouvelle municipalité, et son maire, par des groupuscules qui ne représentent pas grand chose, mais font semblant d’exister en dénonçant un prétendu péril fasciste dans cette ville.

http://ripostelaique.com/fete-du-cochon-a-hayange-islamos...

Cette fois, ils ont trouvé un os à ronger qui paraît plus important. Un conflit oppose la première adjointe de la ville, Marie Da Silva, à son maire. Celui-ci décide de la démettre de ses mandats. Pas contente, la future évincée décide de balancer des choses laissant entendre que celui avec qui elle a fait campagne serait un homme peu scrupuleux, voire un peu magouilleur. Naturellement, Médiapart, Libération, Canal Plus et ses coups tordus, rivalisent d’articles particulièrement dégueulasses, de reportages manipulateurs et malveillants, pour salir à qui mieux mieux le nouveau maire.

Imaginons que la chose se passe dans une municipalité UMP, ou PS… Cela se passe d’ailleurs de temps en temps, dans des villes comme Hayange, un peu plus de 15.000 habitants. Cela n’intéresserait personne. De même, quand un adjoint socialiste, par ailleurs musulman, Ahmed Chekhab, tient, dans la ville de Vaulx-en-Velin, des propos ouvertement racistes, sur « les enculés de juifs », cela n’intéresse aucun média. Imaginons qu’un adjoint de Fabien Engelmann, ou d’une autre ville FN, dise la moitié de cela…

Bien évidemment, dans cette ambiance de lynchage, les bassesses sont inévitables. Quelques personnes règlent des comptes personnels, de manière peu élégante, avec un objectif : amener leur pierre à la lapidation.

Pourtant, 21 élus sur 23 ont soutenu le maire, quand il a décidé de retirer ses délégations à son adjointe. Et même une chaîne de télévision, faisant un micro trottoir, a dû constater que sur 30 citoyens d’Hayange, 28 soutenaient Fabien Engelmann. La raison ; au-delà du capital sympathie que le jeune maire paraît rencontrer dans sa ville, les habitants de province, par réflexe localiste, se mettent toujours du côté de celui de chez eux, quand les vautours de Paris veulent le punir.

Personne n’a oublié (même si les exemples sont différents du cas de Fabien) que Georges Frêche n’a jamais été aussi bien élu à Montpellier que quand l’ensemble du PS, Aubry en tête, l’a lynché.

On ignore, avec la justice trop souvent partisane que nous connaissons, comment les choses vont tourner. Mais il est certain que la Fête du Cochon, que la municipalité organise le dimanche 14 septembre, obtiendra un gros succès, qu’elle confortera la popularité d’un maire qui passe bien auprès de sa population, et que les quelques éventuels manifestants seront une poignée groupusculaire, totalement déconnectée de la vraie vie et du peuple.

Nous appelons tous les Gaulois sincères à amener leur soutien à Fabien et à son équipe, en se déplaçant pour contribuer au succès d’une initiative qui doit se multiplier dans un maximum de villes en France.

Paul Le Poulpe

RIPOSTE LAÏQUE

00:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

06/09/2014

Alain Juppé: l'UMP doit "attaquer" les idées "pernicieuses" du Front national

via FDS

22:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Lyon : il fume une cigarette, il est poignardé parce que « mécréant »

 

10h23

06/09 :

Une agression d’une rare violence s’est produite samedi dernier aux alentours de 12h30, à hauteur de l’arrêt de bus de la ligne C20, rue du Commandant Charcot dans le Ve arrondissement de Lyon. Parce qu’il avait eu le « malheur » d’allumer une cigarette, un homme de 49 ans a été très sérieusement blessé à coups de couteau par un inconnu. Ce dernier, rapidement interpellé, a été finalement hospitalisé d’office. Mais son profil ne manque pas d’inquiéter les policiers de la sûreté départementale du Rhône, en charge des investigations.

m3ck9Xa.jpg

 

« Des vérifications sont toujours en cours sur le passé de cet homme, confie une source proche de l’affaire. Il semble être en proie à de sérieuses difficultés psychologiques. Les recoupements permettront de déterminer s’il a pu être impliqué dans d’autres agressions similaires. »

Samedi, à l’heure du déjeuner, Jean-Pierre*, 49 ans, marche tranquillement rue du Commandant-Charcot dans le Ve arrondissement de la capitale des Gaules. Il allume une cigarette avant d’être interpellé par un passant.

Selon plusieurs témoins de la scène, ce dernier aurait prononcé le mot « mécréant » avant de se jeter, armé d’un couteau de cuisine, sur sa victime. Poignardé notamment au cou et au niveau du ventre, Jean-Pierre, dont le pronostic vital est engagé, est rapidement évacué vers l’hôpital le plus proche.

Aussitôt alertés, des policiers ne tardent pas à retrouver l’auteur de cette tentative de meurtre. Prostré sur la voie publique, l’homme, âgé de 24 ans, ânonne des « Allah akbar » (« Dieu est grand ») avant d’être maîtrisé.

A ses côtés, les fonctionnaires découvrent un sac renfermant un tapis de prière, un Coran et des documents relatifs à la compagnie aérienne Turkish Airlines. Ils mettent également la main sur un drap où sont inscrites plusieurs phrases relatives aux combattants du Front islamique Al-Nosra en Syrie…

« Une enquête de voisinage a permis d’éclaircir le déroulement des faits, ajoute la même source. Le suspect, après s’être coupé les cheveux en pleine rue et avoir pratiqué des ablutions, s’est soudainement jeté sur cet homme. Il ne connaissait pas sa victime. »

Conduit dans les locaux du commissariat, l’auteur des faits, connu des services de police pour des cambriolages et des outrages, s’en prend encore à une autre personne, également en garde à vue, en lui portant un coup de tête.

Au cours de son audition, le jeune homme prononce des paroles confuses, tout en se référant régulièrement à Dieu. « Il a été examiné par un médecin avant que son état de santé ne soit jugé incompatible avec une garde à vue, révèle un proche de l’affaire. A l’issue de cet examen, il a été hospitalisé d’office. » La perquisition de son appartement a permis la découverte de documents sur l’islam et d’une carabine à plombs.

* Le prénom a été changé par Le Parisien

leparisien.fr et lyonmag.com

Merci domi, jojo2 et Fdechoix
FDS

Il pratique sa religion, c'est tout...

22:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

87% des Français ne font pas confiance à François Hollande: la dissolution avant l'humiliation!

11.jpg

Communiqué de Presse de Nicolas Bay, Secrétaire général adjoint du Front National, Député français au Parlement européen

Le Président de la République vient de chuter à 13% de confiance dans le dernier sondage TNS/SOFRES. Une confiance toute relative, car selon cette enquête seulement 1% des Français interrogés lui feraient « tout à fait confiance », les autres 12% se contentant d’un timide « plutôt confiance ». Ces chiffres correspondent d’ailleurs aux résultats calamiteux du PS aux élections européennes de juin dernier (13,98%).

Ce sont donc en fait 87% des Français qui ne font pas, ou plus, confiance au Président de la République. Pire encore : ce sondage a été réalisé avant la démission de Thomas Thévenoud et les révélations du livre de Valérie Trierweiler dont on peut imaginer l’impact sur l’opinion.

Il est grand temps que ce Président dont personne ne voulait vraiment et dont plus personne ne veut en tout cas aujourd’hui prenne ce qui pourrait être la meilleure décision de son quinquennat calamiteux et procède à une dissolution de l’Assemblée Nationale ! Sans quoi il se pourrait bien que les « sans-dents » finissent par le pousser à la démission que sa dignité ne semble pas vouloir lui dicter.

20:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

L'extermination de familles entières met à nu les pulsions génociadaires d'Israël

http://www.egaliteetreconciliation.fr/L-extermination-de-...

20:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Marine Le Pen: "Ce sondage historique valide notre stratégie"

PHOfef3a610-3536-11e4-ab5b-1339e42c762e-805x453.jpg

INTERVIEW - La présidente du FN se confie au Figaro.fr après la publication du sondage Ifop l'annonçant, pour la première fois, en tête d'un second tour de l'élection présidentielle en cas d'opposition à François Hollande (54% contre 46%).

LE FIGARO - Comment observez-vous ces résultats?

Marine LE PEN -Nous sommes en situation de gagner une élection présidentielle. L'argument prétendant que le vote FN assure la victorie de la gauche, développé ad nauseam par l'UMP, est invalidé. L'UMP et le PS sont désormais contraints de sortir de l'ambiguïté et de débattre avec nous car nous sommes un parti de gouvernement, prêt à gagner des législatives et une présidentielle. Ce sondage est tout à fait historique. Il valide notre stratégie du «ni gauche, ni droite».

Face à la droite au second tour, il existe encore un écart entre le score du FN et ceux d'Alain Juppé, Nicolas Sarkozy et François Fillon. Comment analysez-vous cette projection?

Il reste deux ans et demi. Le moins que l'on puisse dire est que ce retard peut être comblé. Lorsque nous aurons démontré que l'UMP mène exactement la même politique que le PS, une forme de lucidité permettra aux électeurs de faire un choix à la présidentielle.

Selon vous, comment Nicolas Sarkozy peut-il appréhender un tel sondage où il apparaît devancé par Alain Juppé?

Il pourrait probablement en tirer un enseignement sur son positionnement et une question sur sa sincérité. Quand on se positionne en fonction des sondages, cela prouve que l'on n'a pas de convictions profondes.

Craignez-vous son éventuel retour sur une «ligne populaire»?

Nicolas Sarkozy a adopté tellement de tactiques et de stratégies, que l'on sait qu'il est capable de changer de position en fonction du vent. Mais les Français attendent d'abord de la sincérité. S'il arrivait brutalement sur une ligne centriste ou autre, il apparaîtrait immédiatement comme un arriviste et un opportuniste. Maintenant, les Français comprennent parfaitement ces stratégies. J'observe aussi que les résultats de ce sondage (60% ) ne sont pas spectaculaires pour un ancien président de la République. Je pense qu'il sortira de son ambiguïté à son détriment après deux années passées hors de l'arène et loin des contradictions auxquelles il pourrait être soumis, par exemple sur son propre bilan. L'accélération de la vie politique française en fera enfin un homme du passé. Ce sera son image dès son retour.

L'affaiblissement actuel du pouvoir exécutif ne favorise-t-il pas de tels chiffres?

C'est la Bérézina mais il n'arrive que ce que nous avions prévu. Un tel affaiblissement est la conséquence de choix politiques que nous avions dénoncés. Avec une autre politique, François Hollande pourrait avoir tous les Pieds nickelés de la terre au gouvernement et les Français s'en ficheraient mais aujourd'hui on ne lui pardonne plus rien. Sa responsabilité est d'être resté sur la pente de Nicolas Sarkozy. Évidemment, la déception d'un gouvernement entraîne un bénéfice pour l'opposition mais ce qui est révélé dans ce sondage est que le Front national est le premier opposant au Parti socialiste.

Vous réclamez une dissolution mais quel scénario envisagez-vous si cela devait se confirmer?

Je pense que François Hollande ne pourra pas rester en cas de gouvernement Front national. Soit il se soumettra, soit il se démettra. Évidemment, en cas de gouvernement UMP, il pourra rester puisque celui-ci mènera la même politique.

Quel est l'impact d'un tel sondage sur les militants et les cadres du FN?

Cela valide la ligne que je défends depuis quinze ans et qui, pourtant, avait fait l'objet de fortes contestations au début. Mais aujourd'hui, cette stratégie ne subit aucune opposition et c'est très bien car cela signifie que notre mouvement est en ordre de bataille. Il est plus efficace et plus performant. On peut donc lui fixer des objectifs partagés par chacun.

Et quelle résonnance peut-il avoir au sein de l'électorat français?

C'est très mobilisateur. Nous savons que notre électorat a tendance à se démobiliser quand il n'a pas de chances de victoire. Inversement, je crois que cela va nous renforcer. Quant aux éternels opposants, qui utilisent la bombe atomique contre le FN depuis vingt ans, la question est de savoir ce qu'ils peuvent encore inventer. Leur hostilité systématique perdra de son efficience. Je note aussi qu'une possibilité de victoire peut avoir un effet majeur de mobilisation sur les abstentionnistes car il faut savoir que, selon diverses études menées sur le sujet, leurs intentions de vote, leurs idées, sont exactement les mêmes, proportionnellement, que celles des électeurs.

20:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les sionistes sur tous les fronts

6 septembre 2014 par Pierrot 

Alors que l’armée israélienne termine juste l’opération bordure protectrice à Gaza, on apprend qu’un de leur centre d’espionnage est détruit au Liban, qu’un drone est abattu en Iran et qu’elle annexe 400 hectares de terres en Cisjordanie.

En Cisjordanie

L’armée israélienne a annoncé ce dimanche 31 août que 400 hectares de terres en Cisjordanie allaient être annexés par l’État hébreu. Les autorités palestiniennes dénoncent un crime de guerre. Il s’agit de près de 400 hectares de terres domaniales situées dans le secteur de Bethléem à proximité de la colonie de peuplement de Gva’ot. Israël a annoncé avoir entamé une procédure d’appropriation de ces terres en se fondant sur une loi ottomane de 1858 en vertu de laquelle l’État peut récupérer des terres non occupées et non cultivées, nous précise notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul.
Pour en savoir plus : rfi.fr

Au Liban

Un dispositif d' »espionnage » israélien aurait été détruit vendredi dans la région d’Adloun, au Liban-Sud près de Tyr, ont rapporté les médias libanais.
Selon des sources affiliées au Hezbollah, relayées par la chaîne al-Mayadeen, l’organisation considérée comme terroriste par Israël serait l’auteur de l’explosion du dispositif « d’écoute » israélien.
Pour en savoir plus : i24news.tv

En Iran

Les Gardiens de la révolution, l’armée d’élite du régime islamique iranien, ont affirmé dimanche dans un communiqué avoir abattu un drone furtif israélien au-dessus du site d’enrichissement d’uranium de Natanz (centre). «Un drone d’espionnage du régime sioniste a été abattu par un missile (…) Ce drone furtif tentait d’approcher la zone nucléaire de Natanz»
Pour en savoir plus : liberation.fr

 

Contre-info.com

20:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Comment arrêter Poutine? Par Gérald Papy

 

Source: Le Vif - 06 09 14

Vladimir Poutine a la mauvaise foi et l'aplomb des potentats. Malgré l'évidence (images satellite, prisonniers de guerre, mères russes éplorées...), le maître du Kremlin persiste à nier la présence de ses soldats dans l'est de l'Ukraine. Il avait opposé pareil démenti à l'accusation, en mars dernier, d'immixtion en Crimée ukrainienne avant de reconnaître... en avril le rôle des troupes russes dans le rattachement de la péninsule à la fédération.

 

1168353.jpg

Vladimir Poutine. © BELGAIMAGE

Le président russe se comporte aujourd'hui sur la scène internationale en voyou et ruine tous les efforts accomplis par la Russie depuis 1998 - et son accession au G8 - pour être pleinement actrice de cette "diplomatie de connivence" qu'autorise la participation aux cercles fermés des grandes puissances. C'est pourtant au nom de la grandeur de la Russie que Vladimir Poutine mène sa diplomatie belliqueuse. Pourquoi cette agressivité, source de discrédit international? Après les attentats du 11-Septembre, nous disent les politologues russes, Poutine a proposé aux Américains une union sacrée contre le terrorisme islamiste en échange de la sauvegarde des intérêts russes dans les anciennes républiques soviétiques d'Europe et d'Asie centrale. Le deal aurait été bafoué dans les grandes profondeurs...

L'Occident n'est en effet pas exempt d'erreurs dans ses relations avec la Russie post-soviétique. L'Union européenne aurait dû associer Moscou à son projet de partenariat oriental (politique de rapprochement avec les pays d'Europe de l'Est non-membres). Elle aurait dû garantir la double identité de l'Ukraine, pro-européenne et pro-russe, au lieu d'apparaître la phagocyter dans un accord d'association. Elle aurait dû réagir plus fermement à l'interdiction de la langue russe, une des premières décisions du nouveau gouvernement pro-européen de Kiev (finalement abrogée). Les desseins de Poutine en auraient-ils été réfrénés? Pas sûr...

La passivité face à Poutine n'est pas une option, au risque d'ouvrir la voie à un nouveau désordre mondial.

 

Si le doute prévaut sur les véritables intentions du président russe, c'est que les Européens expérimentent depuis plusieurs années sa malignité, qui semble toujours le gratifier du "coup d'avance". Vladimir Poutine n'a cessé d'entretenir le séparatisme de la Transnistrie (région prorusse de Moldavie). Il a contribué aux sécessions de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie (à la faveur du conflit géorgien de 2008 né d'une provocation du président Saakachvili). Il a rétabli la domination russe sur la Crimée, revendication non dépourvue il est vrai de fondement historique. Et, franchissant là une ligne rouge inacceptable, il appelle aujourd'hui à l'édification d'une Novorossia dans l'est de l'Ukraine. Où s'arrêtera ce Vladimir Poutine que certains, en Europe, osent parer des vertus du "dernier rempart de l'Occident chrétien" alors qu'il en viole chaque jour les valeurs fondamentales de démocratie?

Pour l'historienne Françoise Thom, l'ancien agent du KGB "joue sur les divisions entre Européens, sur le manque de coordination entre Washington et Bruxelles" mais aussi "sur le tropisme incurablement prorusse de certains pays". La dépendance de ceux-ci à l'égard de cette nouvelle économie explique que sanctionner la Russie nécessite légitimement plus de prudence que de punir le Zimbabwe. Elle ne doit pas pour autant conduire à la paralysie. C'est la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale qu'un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, garant de la stabilité mondiale, piétine la souveraineté d'un autre Etat, démocratie en construction. C'est pourquoi la passivité face à Vladimir Poutine n'est pas une option, au risque sinon d'ouvrir la voie à un nouveau désordre mondial aux répercussions incalculables.

19:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

IGNACE

ignace_trierweiler_livre-mpi-725x1024.jpg

01:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Une femme de 82 ans décapitée à Londres par un Noir converti à l'islam

NMiVXs.png

Tqr5qGS.jpg

http://www.fdesouche.com/506013-une-femme-de-82-ans-decap...

00:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)