Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/06/2015

Ni Lampedusa ni Bruxelles, être Européen !

Institut ILIADE pour la longue mémoire européenne

(Merci à Dirk)

19:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Taubira à la Fête de la musique avec des cymbalettes

03:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Alain Finkielkraut sur l'expansionnisme islamique en Europe

Breiz Atao 18 06 15

03:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

L’ONU derrière le « Grand Remplacement »

remplacement-588x330.jpg

 

 

♦ Camille Galic, journaliste, essayiste, écrivain.

Les envahisseurs, requalifiés migrants par les orfèvres de la Novlangue, assiègent l’Europe que son autorité suprême, la Commission de Bruxelles, a sommée de les accueillir selon un système de quotas – ce qui, au sommet de l’Etat, a donné lieu à une belle cacophonie. Qui faut-il croire, en effet, du ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve qui, le 11 mai, estimait ce système « normal » et affirmait que « les propositions de Jean-Claude Juncker s’inspirent de celles faites par la France », ou de Manuel Valls qui, le 16 mai, dénonçait au contraire tout « système de quotas »? Mais dès le 19 mai, l’expert ès-synthèses qu’est François Hollande rectifiait le tir à Berlin.

Qu’on se le dise : il est hostile à tout « système de quotas » mais favorable au « système de répartition »… qui revient exactement au même ! Peu importe à quelle sauce, aïoli ou harissa, nous serons mangés, mais nous le serons.


L’ONU contre l’Europe

Conformément aux oukases de l’ONU.

En guise d’étrennes à la vieille Europe, la Division de la population de l’Assemblée new-yorkaise lui avait en effet offert le 1er janvier 2000 un rapport — auquel avait participé le démographe français Joseph-Alfred Grinblat — l’avisant que, compte tenu de sa démographie faiblarde, elle aurait « besoin de près de 160 millions de travailleurs immigrés de plus d’ici à 2025 »! Et que la France par exemple, qui accueillait alors 100 000 immigrés environ par an (officiellement, du moins), devrait « multiplier ce quota par 7,6 dans le quart de siècle à venir ». Explication du sieur Grinblat : « À évolution constante, l’Union comptera 5 millions d’habitants de moins en 2025, 40 millions de moins en 2050, Le ratio entre actifs et inactifs, qui tourne actuellement entre 4 et 5 travailleurs pour un retraité, sera grosso modo divisé par deux dans les vingt-cinq ans à venir. Par simple projection mécanique, l’Europe, pour simplement maintenir sa population active à son niveau absolu de 1995, aurait besoin de 24 millions d’immigrés d’ici à 2025. Mais s’il s’agit de préserver l’équilibre actuel entre actifs et inactifs, les besoins de main-d’œuvre étrangère montent carrément à 159 millions de personnes, dont 23 millions pour la France, 26 millions pour l’Italie et même 44 millions pour l’Allemagne. »

72 millions d’immigrés en plus entre 2000 et 2008 !

Où en est-on à dix ans de l’échéance fixée par les Nations-Unies ?

Dans son n° 63 de février 2014, le bulletin Infos migrations édité par le DSED (Département français des Statistiques, des études et de la documentation) nous confirmait que « le phénomène migratoire mondial prend de l’ampleur », avec une augmentation entre 2000 et 2008 de 40 % en Asie et Europe, laquelle — contrairement à ce que prétendait France Inter le 24 mai — « reste néanmoins première destination (72 millions) devant l’Asie (71 millions) et l’Amérique du Nord (53 millions) », car « aujourd’hui, c’est davantage vers les pays développés que les migrants se dirigent (136 millions, soit + 65 % en 25 ans). »

Selon l’ancien ministre villepiniste Azouz Begag, 15 millions d’immigrés sont déjà « chez eux chez nous ». 15 millions d’immigrés dont la moitié de naturalisés, soit 19,3 % de sa population, c’est aussi ce que compte l’Allemagne dont le ministre des Finances, le conservateur Wolfgang Schäuble, trouve pourtant que ce n’est pas assez : «  Nous avons aujourd’hui besoin de l’immigration. Nous devons évidemment vivre avec les immigrés. Cela va changer notre vie de tous les jours, concède-t-il, non pas pour le pire, mais pour le meilleur. »

Or, lors de sa conférence de presse commune avec François Hollande le 19 mai, la chancelière Merkel avait indiqué à propos des quotas : « Je suis sûre que là-dessus, nous aurons une position franco-allemande d’ici peu. » Position dont les propos irénistes de son ministre Schaüble donnent une idée.

Le mondialisme fossoyeur des peuples

Comme on le voit, les désirs de l’ONU sont des ordres, tant pour nos gouvernements successifs que pour l’Exécutif européen, tous asservis au Nouvel Ordre mondial. Et ce n’est bien sûr pas un hasard si le site www.nouvelordremondial.cc/, à forte connotation maçonnique, citait justement avec faveur à la mi-mai une étude de l’Institut Bertelsmann soulignant que la chute du nombre de travailleurs en Allemagne étant « susceptible de devenir chronique » et donc de provoquer une récession économique, « un demi-million d’immigrants seront nécessaires chaque année pendant 35 ans ». Tandis qu’autre bidule mondialiste, Amnesty International préférait, lui, tirer sur la corde compassionnelle. Ainsi son directeur pour la France, Jean-François Dubost, déclarait-il le 24 avril au Figaro : « Il faut considérer qu’une fois que ces personnes sont en mer, nous sommes obligés de leur porter secours, et qu’une fois arrivées en Europe, elles sont bien reconnues comme des réfugiés » car « les vingt-huit États-membres sont tout à fait capables de gérer ces arrivées. Ce n’est pas simplement Amnesty qui le dit, mais un rapport de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) qui estimait que l’Europe est en capacité d’absorber ces arrivées ».

La machination est bien rôdée, les lobbies immigrationnistes s’appuyant les uns sur les autres pour imposer une submersion provoquant à court terme la ruine de notre petit cap occidental et un inéluctable chaos.

Dans une longue étude intitulée « The Nature of Conflict » et publiée aux Etats-Unis en avril par le National Bureau of Economic Research, trois économistes reconnus, Cemzal Eren Arbatli, Quamrul Ashraf et Oded Galor, ont démontré que, « de 1960 à 2008, la probabilité d’éclatement d’une guerre civile a été cinq fois plus élevée dans des pays très diversifiés génétiquement (au premier décile de la répartition, là où se situe la République démocratique du Congo) que dans des pays peu diversifiés (au neuvième décile, comme la Corée du sud) » même quand les migrations à l’origine de ces différences génétiques remontent à plusieurs millénaires. On imagine l’acuité et la violences des conflits quand ces migrations sont toutes récentes et concernent des peuples que tout oppose — race, religion, culture — aux habitants des pays d’accueil. Des pays auxquels ils ne peuvent d’ailleurs rien apporter, contrairement aux illusions de M. Schaüble. Le ministre imagine-t-il sérieusement des bergers maliens, des bédouins irakiens, des pêcheurs érythréens compensant les départs à la retraite chez Volkswagen, chez Airbus ou chez Baccarat ?

La doxa nous assure certes que ce sont les réfugiés les plus diplômés qui affluent chez nous. Outre que cela reste à vérifier (et qu’un sociologue ne fait pas automatiquement un bon soudeur à l’arc), il faut savoir aussi que, comme l’a établi l’ethnographe néerlandaise Marion van San, ce sont les jeunes allogènes musulmans « les plus diplômés et les mieux intégrés qui se radicalisent ».

Que l’on continue à se soumettre au Diktat onusien et, en effet, cela « changera notre vie de tous les jours ». Mais pas « pour le meilleur ». Pour le pire.

 

 

Camille Galic
5/06/2015

Source : Présent

Correspondance Polémia – 19/06/2015

Image : Division de la population des Nations Unies

01:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Plutôt que le vagin de la Reine, le ventre de la Reine

 

Le domaine de Versailles est enlaidi par les installation d’Anish Kapoor, et ce jusqu’au 1er novembre 2015. Parmi les objets exposés, le « vagin de la reine » est particulièrement laid et scandaleux. Cet ignare de Kapoor a-t-il pensé à la portée sacrilège de son tas de gravas surmonté d’une tube ? Une occasion pour nous de lire ce magnifique texte de Jacques Trémolet de Villers sur le ventre de la reine :

« Coulent les fontaines de vin et sonnent les cloches de toutes les églises. Flambent les feux de joie dans la nuit des villes et des villages. La nouvelle se répand plus vite qu’aujourd’hui ne la portent les ondes : « Il nous est né un petit roi. »

Nous en sommes certains, puisque l’œuvre s’est accomplie en public, devant les sages, les notables, clercs et laïcs du pays afin qu’aucun subterfuge ne soit possible. Par eux, le royaume tout entier a contemplé, ouvert et nu, ce réservoir sacré : le ventre de la reine. La reine a crié, elle a gémi, elle a mordu ses lèvres, elle a planté ses dents dans le morceau de bois que lui tendaient les médecins, elle a pleuré, et puis, au milieu du sang et de l’eau, un enfant lui est né, un fils lui a été donné.

L’empire est sur ses épaules, la couronne est sur sa tête. Il sera le prince de la paix. Avec lui se fermeront les siècles de fer et renaîtra l’âge d’or.

Qui n’a pas rêvé devant un enfant? Qui ne sait que toute l’espérance du monde est dans un berceau? (…) (L’) homme, devant son fils qui vient de naître, (…) veut que son fils soit heureux. C’est ça l’espérance temporelle. Quand l’enfant est le fils d’un roi, alors c’est tout un royaume qui est dans l’espérance. (…)

En ce temps-là, on fêtait les naissances et l’on pleurait les morts. On se réjouissait aux fiançailles et on faisait la noce aux mariages.

En ce temps-là, on ne comptait pas les bulletins dans l’urne pour savoir qui allait gouverner.

En ce temps-là, c’était le ventre de la reine qui réglait la destinée des nations. Ventre fécond, ventre stérile ? Ventre donnant des filles ou des garçons ? Le roi est abandonné au hasard le plus arbitraire. Tout roi qu’il est, il peut avoir moins de bonheur que le vilain des champs à qui viennent en foule et plus qu’il n’en voudrait, gros garçons et belles filles.

Elle est là, la véritable égalité des chances, au creux du lit, dans les bras d’une femme qu’il n’a pas choisie la plupart du temps, mais que les nécessités du royaume lui ont imposée.

Le roi est un être sacrifié, donné. Il ne s’appartient pas, même dans ses passions. C’est pour cela qu’il est placé si haut et que, comme un évêque du dehors, il est sacré.

Mais avant cette entrée dans l’âge adulte, qui ressemble au commencement des mystères douloureux, il y a, pour lui comme pour les autres, l’enfance. Il y a le berceau, et le lait, les jeux et les sourires. Et encore avant, pendant neuf mois, il y avait eu le ventre de la reine.

Jamais cette civilisation n’aurait pu admettre, ni même seulement imaginer, que l’on fournirait un jour la force de la loi à un avortement volontaire. La reine souffre trop de trop fréquents avortements involontaires. Comment pourrait-elle penser à l’avortement volontaire ?

Les peuples vivaient de leurs rois. Aujourd’hui ils vivent de leurs vedettes, qui sont des rois de substitution. C’est toujours la cour qui donne le ton, qu’elle soit à Versailles ou dans les studios de télévision.

En ce temps-là, il n’y avait pas de politique familiale, car la politique, par nature, était familiale. Au-dessus du roi, la continuité de l’Etat dormait dans le ventre d’une femme.

En ce temps-là, il n’y avait pas de politique féministe car, dans cet Etat qui était une maison, une femme était reine.
Le ressort de la monarchie, c’est l’obéissance; celui de l’aristocratie, c’est l’honneur; celui de la démocratie, c’est la vertu. Ainsi parle quelque part Montesquieu. Rien n’est plus faux. Au moins pour la France. Le seul ressort de notre royaume, c’était l’amour. (…)

Mais, dira un politologue, on ne gouverne pas avec l’amour. Il faut accepter, parfois, de n’être pas aimé. Le roi régnait avant de gouverner et c’est ce qui fait la différence. Et tant pis pour le politologue si le premier conseil de haute politique que saint Louis donne à son fils, au début de son testament, est un conseil d’amour : « Mets ton cœur à aimer Dieu. »

C’est dans le cœur du souverain que réside le bonheur des peuples. Et c’est dans le ventre de la reine que commence à battre le cœur du souverain.

Voici des choses simples, vraies, chamelles, que tout un chacun peut comprendre, et, mieux que comprendre, sentir. Qu’attendons-nous pour retrouver ces rythmes de la nature? S’il n’y a plus de famille royale, il reste des familles, en France. Qu’elles se lèvent, ensemble, pour refaire un État qui soit une maison.

Et si les hommes sont accablés par la honte, la peur et le respect humain, que les femmes prennent l’initiative. L’espérance politique, aujourd’hui comme hier, comme toujours, est dans le ventre des mères. »

Jacques Trémolet de Villers, Les fleurs d’Ulysse, Edition DMM, 1996 (merci à EVR)

NDF

01:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

21/06/2015

Violences conjugales: un secrétaire du PS forcé de démissionner

http://www.leparisien.fr/politique/gouvernement-du-ps-une...

4880577_chaouat_545x460_autocrop.jpg

Yacine Chaouat

20:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Twitter: Gaëlle Mann vous informe

Retrouvez tous mes tweets sur ma page:

https://twitter.com/gaellemann

19:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Le site antique de Palmyre truffé d'explosifs par l'Etat islamique

2105959.jpg

 

21/06/15 à 17:25 - Mise à jour à 17:25

Source : Belga

Les jihadistes du groupe État islamique (EI) ont truffé de mines et d'explosifs le site antique de Palmyre, en Syrie, a indiqué dimanche l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.

19:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Le message de Mgr Rivière pour le ramadan

mgr-rivière-770x375.jpg

 20 juin 2015                                       

Communiqué de Monseigneur Benoît Rivière aux musulmans :

« Chers amis,

En ce début de Ramadan qui commence pour vos communautés de Saône-et-Loire, c’est avec beaucoup d’amitié et de respect que je vous écris aujourd’hui ce message d’encouragement et de prière.

Je souhaite que chaque musulman et chaque musulmane puissent vivre ce temps privilégié consacré à Dieu dans la sérénité personnelle et la joie de se retrouver ensemble.

Avec vous, frères musulmans, nous dialoguons régulièrement, sur les questions pressantes qui se posent à notre société. La violence, le racisme, nous les condamnons sans cesse, ensemble. La protection des faibles, le soutien aux plus démunis, l’accueil de l’étranger, nous les portons, ensemble.

Au lendemain de la parution de la Lettre encyclique du Pape François sur l’écologie, la solidarité universelle pour la protection de la terre constitue un appel urgent qui concerne l’humanité entière. Pour nous, croyants, nous voyons dans la nature ce surcroît de sens lié à sa création par Dieu. Cette préoccupation de « sauvegarde de la maison commune », nous la partageons donc aussi, ensemble.

Vous allez vivre un mois pour Dieu et pour votre communauté : que ces jours constituent, pour chacun de vous, ressourcement spirituel et approfondissement de foi.

Que la paix soit avec vous.

Je vous renouvelle mes salutations les plus fraternelles. »

Voici ce que disait son grand-père, Edmond Michelet, en 1970, à propos de sa position sur le nazisme :

Capture d’écran 2015-06-20 à 18.39.54

RIPOSTE CATHOLIQUE

NdB: Voilà un bel exemple de cul-bénit !

04:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Eugène DELACROIX (1798-1863)

eugene-delacroix-grece-expirant-sur-les-ruines-de-missolonghi.jpg

La Grèce expirant
sur les ruines de Missolonghi  (1826)
 

04:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

La Corée du Nord affirme avoir trouvé un remède contre le Sida et Ebola

7778421140_kim-jong-un.jpg

 

Une photo de Kim Jong-Un transmise par l'agence officielle nord-coréenne KCNA le 19 mai 2015.
Imprimer

Un vaccin miracle pour guérir des maladies les plus graves existerait-il dans l'enclave de la Corée du Nord ? C'est l'agence de presse nord-coréenne (KCNA), reprise par le média anglais The Guardian, qui annonce que les scientifiques du pays ont développé un remède à base de micro quantités de ginseng et d'autres produits naturels rares. Autres "ingrédients" surprenants contenus dans le "Kumdang2", nom donné à l'injection qui se veut révolutionnaire : des particules d'or et de platine

Les Nord-coréens n'auraient toutefois apporté aucune preuve de l'efficacité de ce vaccin. La Corée du Nord avait fermé ses frontières pendant six mois en raison de ses craintes de propagation d'Ebola au début de l'année 2015. 

Capture.PNG Corée du Nord.PNG

 RTL

04:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Le faux "appel du 18 juin"

bbc-1.jpg

L’appel du 18 juin 1940 n’est qu’un leurre devenu « historique ».

796
SHARES
 
 
      

L’appel du 18 juin 1940 n’est qu’un leurre devenu « historique ».
         
Il ne s’agit pas du tout du texte écrit le 18 juin par de Gaulle mais de celui corrigé et diffusé le 22 juin.

C’est pour cette raison que cette phrase « célèbre » qui débute son discours du 18 juin – « Un gouvernement de rencontre qui a capitulé, cédant à la panique, oubliant l’honneur, livrant le pays à la servitude » – est un « faux » puisqu’elle a été rajoutée le 22 juin.

Rajoutée pourquoi ? Dans le but de faire croire aux Français qu’il avait volontairement « fui » à Londres avec l’objectif bien déterminé d’organiser la résistance contre l’envahisseur alors qu’il était en Angleterre sans aucune possibilité matérielle de quitter ce pays.

Cette modification est totalement occultée, on n’en retrouve aucune trace, ni dans les textes remis à la presse, ni dans les « Mémoires » de De Gaulle.

C’est un « faux » appel qui est célébré chaque année à cette date. Cela est confirmé par l’historien François Delpla. Il affirme qu’il n’existe aucun enregistrement de l’appel du 18 juin. Son dossier officiel sur ce sujet est déposé à l’UNESCO. Les archives de la BBC sont également formelles. Elles ne laissent aucun doute sur la date réelle du 22 juin. Il ne sera lu par les Français, qui n’ont pas fui l’avance allemande, que sur les affiches placardées en août 1940, plusieurs semaines plus tard.

Pourquoi un tel imbroglio ? Le gouvernement anglais était, le 18 juin, toujours en négociation avec le gouvernement français et ne souhaitait en aucun cas froisser le maréchal Pétain. Le « général » de Gaulle fut purement et simplement interdit d’antenne pendant trois jours, jusqu’au 22 juin.

C’est donc ce texte remanié, enregistré et diffusé le 22 juin qui est l’authentique « appel ». Aucun chef militaire des trois armées, même pas quelques officiers qui avaient été sous son commandement, aucun homme politique, aucun diplomate n’y a répondu. De Gaulle se trouve à Londres totalement isolé et sans mission officielle.

Les Anglais décident donc de jouer prudemment la carte de Gaulle et Winston Churchill lui avoue : « Vous êtes le seul ? Eh bien, je vous reconnais tout seul. » Sa stratégie a parfaitement fonctionné puisque, grâce à son opportunisme, il est devenu l’homme providentiel qui a organisé la résistance extérieure de la France contre l’envahisseur.

Dès le 22 juin de cette même année 1940, le général Weygand annule la promotion temporaire au grade de général de brigade et met le « colonel de Gaulle » à la retraite d’office : « Ministère de la Défense nationale et de la Guerre. État-Major Général. Par décision ministérielle du 22 juin 1940, la promotion au grade de général de brigade à titre temporaire de M. le colonel d’infanterie breveté de Gaulle (Charles, André, Joseph, Marie) est annulée » (Journal officiel de la République française, page 4470).

« Infanterie – Admission à la retraite – Armée active. Par décret en date du 23 juin 1940, M. le colonel d’infanterie breveté d’état-major de Gaulle (Charles, André, Joseph, Marie) est admis d’office à la retraite par mesure de discipline. »

Rappelons qu’à cette date du 22 juin 1940, la France était encore sous le régime de la IIIe République, présidée par Albert Lebrun. Ce n’est que le 10 juillet 1940 que le vote des pleins pouvoirs au maréchal Pétain, à une écrasante majorité, met fin à la IIIe République. Il ne s’agit donc pas d’un texte issu du régime de Vichy ni de l’État français dont tous les actes ont été déclarés nuls après la Libération.

 
BOULEVARD VOLTAIRE

02:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Au Danemark, l’extrême droite pose ses exigences après son score historique

dautJYL.jpg

23h12

Déjà premier ministre entre 2009 et 2011, Lars Lokke Rasmussen, président du Parti libéral (Venstre), a la charge de tenter de former un gouvernement. Au sein du bloc de droite, son parti (19,5 %), jusqu’ici en tête, n’est cette fois arrivé qu’après le Parti du peuple danois (DF, 21,1 %), mouvement populiste et anti-immigrés.

 

[...]

Kristian Thulesen Dahl, dont le nom circule toutefois comme un possible ministre des finances, a évoqué quatre points présentés comme non négociables : avoir une politique d’immigration et d’asile propre au Danemark et annuler les assouplissements amenés sur l’asile ; réformer l’Union européenne en soutenant les efforts du Royaume-Uni, qui doit devenir un allié proche du Danemark ; réintroduire le contrôle aux frontières ; et enfin, s’assurer que le développement économique consolide l’Etat-providence, notamment pour les malades et les personnes âgées. [...]

Source


Les quatre ressorts du succès de l’extrême droite au Danemark

C’est la grande nouveauté des élections législatives du jeudi 18 juin. [...] Le DF remporte 21,1 % des voix, soit 8,8 points de plus qu’en 2011, ce qui constitue son meilleur score depuis sa création en 1995.[...]

Le refus de l’immigration

Le DF va réclamer un rétablissement du contrôle aux frontières. Le parti arrive d’ailleurs largement en tête dans les comtés limitrophes de l’Allemagne, dans le sud du Jutland. Si de telles mesures sont effectivement prises, le Danemark pourrait se retrouver en conflit direct avec ses voisins, et la Commission européenne, chargée de veiller au respect du Traité de Schengen.

Le programme du parti spécifie que « le Danemark n’est pas un pays d’immigration et ne l’a jamais été ». Le DF ne peut « donc pas accepter une transformation multiethnique du pays ». Le politologue Ove K. Pedersen rappelle qu’« une grande partie de la classe moyenne danoise a toujours été nationaliste ». [...]

La défense de l’Etat-providence

Comme l’explique le politologue Ove K. Pedersen, « le DF est un parti d’extrême droite social-démocrate ». Conservateur et nationaliste sur les questions d’immigration et d’asile, il défend l’Etat providence et reprend largement les valeurs traditionnelles social-démocrates, s’adressant aux plus démunis.

Ce sujet a, avec l’immigration, dominé les débats de la campagne électorale, alors que le Danemark a lui aussi souffert de la crise économique. Contrairement au Parti libéral, qui souhaite geler les dépenses de l’Etat-providence, le DF estime que le vieillissement de la population et les besoins accrus en dépenses de soins nécessitent une croissance modérée du secteur public. Le DF veut aussi réduire l’aide à la coopération afin de consacrer plus de moyens à l’Etat-providence danois. [...]

L’euroscepticisme

« Plus de Danemark, moins d’UE. Le Danemark doit assurer son indépendance ». Tel est le mot d’ordre du DF. Le parti ne milite toutefois pas pour un retrait du Danemark de l’UE. [...]

Les scandales du Parti libéral

L’extrême droite danoise a enfin profité du recul des partis de droite traditionnelle, affaiblis par les scandales. Déjà premier ministre de 2009 à 2011, le président du Parti libéral, Lars Lokke Rasmussen, a connu une longue descente aux enfers après les affaires à répétition qui ont écorné sa crédibilité ces dernières années. Il a été pris en flagrants délits répétés d’utilisation de fonds de son parti ou d’institutions pour ses dépenses privées, comme des cigarettes ou des billets en première classe à l’autre bout du monde, parfois en famille. [...]

Source

01:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

UK - Bradford: un enfant blanc tabassé par de jeunes musulmans

 

00:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

20/06/2015

La Russie veut enquêter sur la réalité des missions lunaires des États-Unis

 

En riposte aux investigations de la justice américaine sur la FIFA, la Russie envisage d’ouvrir une enquête sur les alunissages entre 1969 et 1972.

Les premiers pas de l’homme sur la Lune, le 21 juillet 1969, la Russie n’y croit pas. Moscou envisagerait de lancer une enquête sur tous les alunissages menés par les États-Unis entre 1969 et 1972, selon un article du Moscow Times. Une initiative surprenante qu’un représentant russe a justifiée comme une réponse aux investigations de la justice américaine sur la FIFA.

Des soupçons de corruption pèsent notamment sur les conditions d’attribution du Mondial 2018, qui aura lieu en Russie. « Les autorités américaines ont franchi une ligne en lançant des accusations de corruption visant neuf officiels de la Fifa », écrit le quotidien russe. La riposte du pays de Vladimir Poutine n’aura donc pas tardé.

Dans le collimateur des enquêteurs russes : la disparition d’enregistrements de l’équipage d’Apollo 11. La Nasa avait admis en 2009 avoir supprimé les bandes originales de l’alunissage de l’équipage de Neil Armstrong pour « des raisons d’économie ». Un lot de 200 000 cassettes, comprenant le célèbre « petit pas pour l’homme et grand pas pour l’humanité », avait ainsi été effacé. L’agence spatiale américaine affirme toutefois avoir copié des enregistrements de l’alunissage grâce notamment à des archives de la chaîne de télévision CBS News.

« Nous ne soutenons pas qu’ils n’ont pas volé (sur la Lune), et que tout a été tourné dans un studio. Mais tous les artefacts scientifiques – ou culturels – font partie de l’héritage de l’humanité et leur disparition sans laisser de trace est une perte commune. Une enquête va révéler ce qui est arrivé », a expliqué Vladimir Markin, porte-parole du Comité d’enquête de la Russie, dans une tribune publiée par le journal russe Izvestia.

21:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Suède : une gamine de 19 ans héberge 3 Roms, elle se fait violer par la bande

violence-a-l-egard-des-femmes-en-inde.jpg

 

L’histoire se passe à l’automne 2014 dans une petite ville suédoise de 30 000 habitants. Une jeune femme de 19 ans prend en pitié trois mendiants Roms et les invite chez elle afin qu’ils se lavent, se restaurent et dorment au sec. Pendant la nuit, les trois ordures d’une vingtaine d’années ont brutalement violé la jeune suédoise. C’est beau le multiculturalisme…

Source : friatider.se via Breiz Atao

21:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Philippe Bilger soumet à la question Florian Philippot

20:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Domaine de Versailles : Pégard, Pellerin et Kapoor plus ridicules que jamais

 

9

Selon Le Figaro, Catherine Pégard, présidente de l’établissement public du Château de Versailles, a porté plainte suite au vandalisme perpétré mercredi matin par des individus non identifiés contre « Dirty Corner », surnommé par Anish Kapoor lui-même « le vagin de la Reine » dans les colonnes du JDD, cet énorme tas de gravas surmonté d’un tube rouillé qui occupe le tapis vert et gâche la perspective voulue par Le Nôtre. En effet, les traces de peinture jaune sur l’acier Corten sont beaucoup plus importantes que ne le laissaient présumer les premières informations émanant mercredi soir du Château de Versailles, précise le quotidien. Fleur Pellerin, notre sinistre de la Culture, aurait quant à elle fait part en privé de « sa vive émotion ». Sérieusement. Une formule qu’elle avait déjà utilisée lors de l’attaque terroriste perpétrée contre le musée du Bardo à Tunis, qui avait causé la mort de 24 personnes… Quant à Anish Kapoor, il doit venir ce vendredi au domaine de Versailles où il décidera de faire restaurer l’installation ou de la laisser en l’état. Bref, la farce continue et ses protagonistes sont plus ridicules que jamais mais ils ne s’en doutent pas un instant !

Plus sérieusement, le groupe d’opposition Versailles Famille Avenir vient de saisir à ce sujet le procureur de la République :

gravats

 

NdB: Il faut faire cesser immédiatement ce scandale! En aucune manière, cette installation n'est de l'art, même conteporain. C'est une horreur, une saloperie contre Versailles et contre le simple bon goût. C'est vulgaire.  Que Kapoor aille installer "le vagin de la reine" à Buckingham Palace!

VN:D [1.9.22_1171]

20:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

WATERLOO : MERDE, PLUS QUE JAMAIS D’ACTUALITÉ

 

WATERLOO :  MERDE, PLUS QUE JAMAIS D’ACTUALITÉ - Aimer la France comme Napoléon, cela leur fait honte.

 


Aimer la France comme Napoléon, cela leur fait honte.



Jean Ansar
le 19/06/2015
C’est Zemmour une fois de plus qui a raison. « Napoléon incarne le guerrier, la patrie et l'État : tout ce que nos bien-pensants vomissent ».

Tout est dit. La République d’aujourd’hui  a peur de Napoléon et le déteste, car ce républicain à la César mettait la France au-dessus de tout et notamment des systèmes politiques. C’est pourquoi les traîtres à notre histoire n’ont pas célébré Austerlitz mais participé aux commémorations de Trafalgar.

Toute victoire française mérite repentance et même les défaites glorieuses sont subversives pour l’esprit de renoncement au roman national français. C’est pourquoi on veut faire chanter les jeunes corses en arabe et c’est pourquoi, alors que la Hongrie dresse un mur, en France, on construit des logements pour les clandestins devenus des migrants si émouvants.

L’Histoire est derrière nous, pour nos dirigeants, l’histoire de France car pour l’histoire de la république des immigrés et migrants tout va bien, la mémoire fonctionne. Et l’autre écolo-gauchiste de parler de Waterloo moral. Ils ne savent rien et confondent tout. Ils ne voient dans l’histoire que ce qui peut servir leur totalitarisme idéologique. Mais la commémoration de Waterloo, la fascination de la bataille est une défaite pour l’esprit anti-national de l’Europe de Bruxelles.

Les nations vibrent encore au souvenir de leur gloire et, de tous les Européens, Napoléon est le plus connu  et le plus admiré à juste titre au delà des jugements sur son règne et son bilan.  Quelque 200.000 personnes au total, dont plusieurs dizaines de milliers venues de l'étranger, sont attendues en Brabant wallon pour assister aux divers événements programmés à l'occasion du bicentenaire de la bataille de Waterloo, disputée le 18 juin 1815. Cette commémoration officielle rassemble, autour du roi Philippe et de la reine Mathilde, le couple royal des Pays-Bas, les Grands-Ducs du Luxembourg, le prince Edward, cousin de la reine d'Angleterre, ainsi que les descendants des chefs d'armées de l'époque.

La France, défaite à Waterloo il y a deux cents ans, n'y sera représentée par aucun ministre ou président d'assemblée, mais simplement par son ambassadeur en poste à Bruxelles, Bernard Valero. 

Héritière de l'ancienne Prusse, qui joua un rôle décisif dans la défaite de Napoléon à Waterloo, l'Allemagne n'enverra pas non plus de haut représentant à cette cérémonie officielle, mais juste son ambassadeur en Belgique, Eckart Cuntz.

Comment peut-on être aussi frileux et minable vis à vis de l’Histoire. La France craint la gloire et depuis Hitler, l’Allemagne n’a plus le droit de célébrer une victoire. Plus de 5.000 reconstitueurs (autre terme pour "figurants") en costumes d'époque rejoueront l'illustre bataille, ce qui en fera la plus grande reconstitution historique du Premier Empire. Plus de 300 chevaux et une centaine de canons seront également mis à contribution pour l'occasion. Jusqu'à dimanche, ces 5.000 reconstitueurs seront logés dans quatre bivouacs, comme à l'époque. Au total, 10 millions d'euros ont été monopolisés pour l'organisation de ces spectacles d'envergure qui doivent contribuer à relancer l'intérêt touristique du célèbre champ de bataille aussi bien en Belgique qu'à l'étranger.

Waterloo prouve que  ce sont les hommes et les nations qui font l’histoire. La défaite de Waterloo est la victoire de ceux qui peuvent encore dire merde,  face à la mort, et cracher contre le mauvais sort des armes avec fiérté.

Oui l’Histoire est une histoire d’hommes- Waterloo est là pour nous le rappeler – sinon franchement pour qui se serait levé le soleil d' Austerlitz.

Plus facile de commémorer l’appel de De Gaulle qui d’ailleurs n’est pas du 18 juin et que personne n’a entendu.

Notre république est une morne plaine ; pas notre histoire de France… Merde alors ! Décidément face à la république de Bruxelles, c’est Cambronne notre empereur !
 
METAMAG

18:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

226 "migrants" du XVIIIème arrondissement ont été pris en charge par l'Etat

http://www.fdesouche.com/619759-226-migrants-du-xviiieme-...

C'est très bien!

03:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)