19/08/2014

Reprise des hostilités à Gaza: "pas de progrès dans les négociations de cessez-le-feu"

http://www.leparisien.fr/international/gaza-trois-roquett...

+ VIDEO

 NdB: Pourquoi le Hamas s'obstine-t-il à envoyer des roquettes qui retombent TOUJOURS dans le désert, dans des zones inhabitées ? Ces roquettes existent-elles? Jamais une photo à l'appui de ces informations auxquelles on finit par le plus croire... 

 

 

 

19:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Libye : le fils du colonel Kadhafi pourrait rétablir la paix

 

C’est du moins l’opinion de Bernard Lugan.

Lu sur son blog : Au moment où le parlement libyen appelle à une intervention étrangère « pour protéger les civils », nous pouvons lire dans le quotidien Le Monde en date du 12 août 2014 un titre insolite: « La transition en Libye est un échec, il faut la repenser ».
Que s’est-il donc passé pour que la « bible des bien-pensants », ce point oméga du conformisme intellectuel français, se laisse ainsi aller à une telle constatation après avoir soutenu avec une arrogante indécence l’intervention militaire contre le colonel Kadhafi, cause directe de la situation actuelle ?

Le but de la guerre calamiteuse décidée par Nicolas Sarkozy était officiellement l’établissement d’un Etat de droit à la place d’un régime dictatorial. Après le lynchage du colonel Kadhafi par les islamo-mafieux de Misrata, un processus démocratique fut imposé aux nouveaux maîtres du pays. Il se mit en place à travers plusieurs élections et par la rédaction d’une Constitution. Les observateurs, à commencer par les journalistes du Monde, louèrent alors ces « avancées démocratiques », preuve de la « maturité politique » des « démocrates » libyens. La « guerre du droit » ayant été gagnée, accompagné de BHL, Nicolas Sarkozy alla ensuite sur place goûter aux félicités triomphales du « libérateur »…

Le résultat de ces illusions, de cet aveuglement, de ce décalage entre l’idéologie et la réalité, de cet abîme existant entre les spasmes émotionnels et les intérêts nationaux français, est aujourd’hui tragiquement observable. Les dernières structures étatiques libyennes achèvent en effet de se dissoudre dans des affrontements aux formes multiples s’expliquant d’abord par des logiques tribales. Sur ces dernières viennent, ici ou là, se greffer avec opportunisme des groupuscules islamistes soutenus par le Qatar et la Turquie.

 

Un retour au réel s’impose donc afin de tenter de sortir la Libye de l’impasse. Or, ce réel tient en quatre points:

1) La Libye n’a jamais existé comme Etat de facture occidentale.
2) Le colonel Kadhafi avait réussi à établir une réelle stabilité en se plaçant au centre, à la jonction, des deux grandes confédérations tribales de Cyrénaïque et de Tripolitaine.
3) Son assassinat a fait que, ayant perdu leur « point d’engrenage », ces deux confédérations se sont tournées sur elles-mêmes dans une logique d’affrontements tribaux régionaux ayant pour but la conquête du pouvoir dans chacune des deux grandes régions du pays éclatées en cités-milices aux intérêts tribalo-centrés.
4) La clé de la stabilité libyenne passe par la reconstitution du système d’alliances tribales mis en place par le colonel Kadhafi. Or, les responsables politiques libyens ne sont pas en mesure de mener cette politique car ils sont tous sont ethno-géographiquement liés par leurs origines.

Le seul qui, dans l’état actuel de la complexe situation libyenne pourrait jouer ce rôle de rassembleur-catalyseur est Seif al-Islam, le fils du colonel Kadhafi. Actuellement détenu avec des égards par les miliciens berbères de Zenten qui constituent le fer de lance des forces anti-islamistes en Tripolitaine, il est soutenu par les Warfallah, la principale tribu de Tripolitaine, par les tribus de la région de Syrte, par sa propre tribu et il pourrait l’être également par les Barasa, la tribu royale de Cyrénaïque, sa mère étant Barasa. Autour de lui pourrait être refondée l’alchimie politico-tribale, le pacte social tribal de Libye.

Mais pour cela il importe que la CPI, perçue en Afrique comme un instrument du néocolonialisme « occidental », lève le mandat d’arrêt de circonstance lancé contre lui.

Contre-info.com

19:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

C’est si dur de dire la vérité…

18 août 2014

 Il paraît que la vérité finit toujours par être connue, même s’il faut attendre longtemps… De fait, il aura fallu attendre le 18 août 2014 pour lire dans Le Monde (du moins sur le site) un article titré :

« Nous chrétiens pouvions vivre sous le régime de Saddam Hussein »

Du moins c’est ce que j’ai lu ce matin. Le titre étant entre guillemets parce qu’il s’agissait d’une citation, d’une interview d’un prêtre irakien.

Mais c’était trop violent. Et le titre a été changé. Ce soir, c’est une autre citation du même prêtre que l’on peut lire :

« Pour beaucoup d'Arabes, ici, l'Etat islamique n'est pas un mouvement terroriste »

Cela dit, c’est également une information importante, qui confirme de nombreux autres témoignages, et qui détruit la stupide propagande du « vivre ensemble ».

Voici les derniers mots de l’interview :

« La politique menée par les Etats-Unis en Irak a conduit à monter les communautés les unes contre les autres pour parvenir à leurs fins. Mais ici, les équilibres sont très anciens et fragiles, ils ont privilégié une stratégie à très court terme, et maintenant, le pays est dans un chaos indescriptible. Nous, chrétiens, pouvions vivre sous le régime de Saddam Hussein, ce n’est plus le cas aujourd’hui. »

Le blog d'Yves Daoudal

19:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Les jumeaux séparés à la naissance révèlent l'impact de la génétique sur nos comportements

Le Vif

Céline Bouckaert

Céline Bouckaert

Source: Live Science, De Morgen
mardi 19 août 2014 à 11h20

Selon une gigantesque étude entamée en 1979 par l’université américaine de Minnesota et relayée par le magazine scientifique en ligne Live Science, la génétique explique pourquoi certains jumeaux monozygotes élevés séparément adoptent le même comportement et souffrent des mêmes problèmes de santé.

4000720970829.jpg

© iStock

Les chercheurs ont étudié 137 paires de jumeaux élevés séparément. Parmi les participants, il y a avait 81 paires de "vrais jumeaux" ou de jumeaux monozygotes et 56 paires de "faux jumeaux" ou de jumeaux dizygotes.

"Nous étions surpris par certains comportements qui montraient une influence génétique, telle que la religion et les attitudes sociales", explique Nancy Segal, une psychologue de l’Université d'État de Californie qui a participé l’étude, au magazine scientifique en ligne Live Science. "Cela nous a surpris, car nous étions persuadés que ces caractéristiques venaient de l’environnement familial".

Ainsi, les chercheurs citent l’exemple de Jim Lewis et Jim Springer, des jumeaux monozygotes élevés séparément depuis l’âge de 4 semaines. Réunis en 1979 à l’âge de 39 ans, ils ont constaté qu’ils se rongeaient tous les deux les ongles, qu’ils souffraient de maux de tête liés au stress et qu’ils passaient leurs vacances annuelles sur la même plage de Floride.

L’étude globale se compose de plus de 170 études qui se concentrent chacune sur certaines caractéristiques médicales ou psychologiques. Les scientifiques ont notamment démontré que les gènes déterminent à 70 pour cent les différences de quotient intellectuel parmi les jumeaux et à 50 pour cent si l’on est croyant ou non. En outre, la génétique joue un rôle clé dans les affections de la gencive, ce qui démontre que les problèmes de gencive ne sont pas causés uniquement par les bactéries.

18:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Emeutes à Ferguson: la Garde nationale déployée, le couvre-feu levé

4071079_7-scott-olson.jpg

http://www.leparisien.fr/faits-divers/emeutes-a-ferguson-...

+ 2 VIDEOS

18:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Rassemblement anti-islamistes à Nice : le Front national envoie des messages de soutien à Philippe Vardon

manif-garibaldi-soutien-identitaires-fn.jpg

 

 

12/08/2014 – NICE (NOVOpress)
Les lignes bougent-elles enfin dans le bon sens ? On peut se le demander quand on apprend que des cadres du Front national (FN) des Alpes-Maritimes ont adressé des messages de soutien à Philippe Vardon suite au rassemblement anti-islamistes organisé le 2 août dernier place Garibaldi à Nice (photo).

Ainsi, Lydia Schénardi, secrétaire départemental du FN, a-t-elle adressé un message de soutien mais surtout a envoyé à la manifestation ses adjoints Bruno Ligonie et Hubert de Mesmay.

Ensuite, comme le souligne Philippe Vardon, «  j’ai aussi reçu un mail de félicitations de Luce Féron, élue siégeant désormais au sein du groupe FN “dissident” au conseil municipal de Nice. »

Ce qui fait dire à Philippe Vardon : « Voilà qui me rappelle un slogan (du mouvement indigène Tupamaros) que nous utilisions beaucoup dans ma jeunesse : “Les mots nous séparent, l’action nous unit”. »

Crédit photo : DR

02:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Discours intégral d'Alexandre Soljenitsyne en Vendée - 25 septembre 1993

    From Libertas

 
         
Texte intégral du discours prononcé par Alexandre Soljenitsyne, le samedi 25 septembre 1993, aux Lucs-sur-Boulogne, pour l'inaugration du Mémorial de Vendée.


M. le président du Conseil général de la Vendée, chers Vendéens,

Il y a deux tiers de siècle, l'enfant que j’étais lisait déjà avec admiration dans les livres les récits évoquant le soulèvement de la Vendée, si courageux, si désespéré. Mais jamais je n'aurais pu imaginer, fût-ce en rêve, que, sur mes vieux jours, j'aurais l'honneur inaugurer le monument en l'honneur des héros des victimes de ce soulèvement.

320px-Génocide_vendéen_3.jpg

 

Vingt décennies se sont écoulées depuis : des décennies diverses selon les divers pays. Et non seulement en France, mais aussi ailleurs, le soulèvement vendéen et sa répression sanglante ont reçu des éclairages constamment renouvelés. Car les événements historiques ne sont jamais compris pleinement dans l'incandescence des passions qui les accompagnent, mais à bonne distance, une fois refroidis par le temps.

Longtemps, on a refusé d'entendre et d'accepter ce qui avait été crié par la bouche de ceux qui périssaient, de ceux que l'on brûlait vifs, des paysans d'une contrée laborieuse pour lesquels la Révolution semblait avoir été faite et que cette même révolution opprima et humilia jusqu'à la dernière extrêmité.

Eh bien oui, ces paysans se révoltèrent contre la Révolution. C’est que toute révolution déchaîne chez les hommes, les instincts de la plus élémentaire barbarie, les forces opaques de l'envie, de la rapacité et de la haine, cela, les contemporains l'avaient trop bien perçu. Ils payèrent un lourd tribut à la psychose générale lorsque le fait de se comporter en homme politiquement modéré - ou même seulement de le paraître - passait déjà pour un crime.

C'est le XXe siècle qui a considérablement terni, aux yeux de l'humanité, l'auréole romantique qui entourait la révolution au XVIIIe. De demi¬-siècles en siècles, les hommes ont fini par se convaincre, à partir de leur propre malheur, de que les révolutions détruisent le caractère organique de la société, qu'elles ruinent le cours naturel de la vie, qu'elles annihilent les meilleurs éléments de la population, en donnant libre champ aux pires. Aucune révolution ne peut enrichir un pays, tout juste quelques débrouillards sans scrupules sont causes de mort innombrables, d'une paupérisation étendue et, dans les cas les plus graves, d'une dégradation durable de la population.

Le mot révolution lui-même, du latin revolvere, signifie rouler en arrière, revenir, éprouver à nouveau, rallumer. Dans le meilleur des cas, mettre sens dessus dessous. Bref, une kyrielle de significations peu enviables. De nos jours, si de par le monde on accole au mot révolution l'épithète de « grande », on ne le fait plus qu'avec circonspection et, bien souvent, avec beaucoup d'amertume. Désormais, nous comprenons toujours mieux que l'effet social que nous désirons si ardemment peut être obtenu par le biais d'un développement évolutif normal, avec infiniment moins de pertes, sans sauvagerie généralisée. II faut savoir améliorer avec patience ce que nous offre chaque aujourd'hui. II serait bien vain d'espérer que la révolution puisse régénérer la nature humaine. C'est ce que votre révolution, et plus particulièrement la nôtre, la révolution russe, avaient tellement espéré.

La Révolution française s'est déroulée au nom d'un slogan intrinsèquement contradictoire et irréalisable : liberté, égalité, fraternité. Mais dans la vie sociale, liberté et égalité tendent à s'exclure mutuellement, sont antagoniques l'une de l'autre ! La liberté détruit l'égalité sociale - c'est même là un des rôles de la liberté -, tandis que l'égalité restreint la liberté, car, autrement, on ne saurait y atteindre. Quant à la fraternité, elle n'est pas de leur famille. Ce n'est qu'un aventureux ajout au slogan et ce ne sont pas des dispositions sociales qui peuvent faire la véritable fraternité. Elle est d'ordre spirituel.

Au surplus, à ce slogan ternaire, on ajoutait sur le ton de la menace : « ou la mort », ce qui en détruisait toute la signification. Jamais, à aucun pays, je ne pourrais souhaiter de grande révolution. Si la révolution du XVIIIe siècle n'a pas entraîné la ruine de la France, c'est uniquement parce qu'eut lieu Thermidor.

La révolution russe, elle, n'a pas connu de Thermidor qui ait su l'arrêter. Elle a entraîné notre peuple jusqu'au bout, jusqu'au gouffre, jusqu'à l'abîme de la perdition. Je regrette qu'il n'y ait pas ici d'orateurs qui puissent ajouter ce que l'expérience leur a appris, au fin fond de la Chine, du Cambodge, du Vietnam, nous dire quel prix ils ont payé, eux, pour la révolution. L'expérience de la Révolution française aurait dû suffire pour que nos organisateurs rationalistes du bonheur du peuple en tirent les leçons. Mais non ! En Russie, tout s'est déroulé d'une façon pire encore et à une échelle incomparable.

De nombreux procédés cruels de la Révolution française ont été docilement appliqués sur le corps de la Russie par les communistes léniniens et par les socialistes internationalistes. Seul leur degré d'organisation et leur caractère systématique ont largement dépassé ceux des jacobins. Nous n'avons pas eu de Thermidor, mais - et nous pouvons en être fiers, en notre âme et conscience - nous avons eu notre Vendée. Et même plus d'une. Ce sont les grands soulèvements paysans, en 1920-21. J'évoquerai seulement un épisode bien connu : ces foules de paysans, armés de bâtons et de fourches, qui ont marché sur Tanbow, au son des cloches des églises avoisinantes, pour être fauchés par des mitrailleuses. Le soulèvement de Tanbow s'est maintenu pendant onze mois, bien que les communistes, en le réprimant, aient employé des chars d'assaut, des trains blindés, des avions, aient pris en otages les familles des révoltés et aient été à deux doigts d'utiliser des gaz toxiques. Nous avons connu aussi une résistance farouche au bolchévisme chez les Cosaques de l'Oural, du Don, étouffés dans les torrents de sang. Un véritable génocide.

En inaugurant aujourd'hui le mémorial de votre héroïque Vendée, ma vue se dédouble. Je vois en pensée les monuments qui vont être érigés un jour en Russie, témoins de notre résistance russe aux déferlements de la horde communiste. Nous avons traversé ensemble avec vous le XXe siècle. De part en part un siècle de terreur, effroyable couronnement de ce progrès auquel on avait tant rêvé au XVIIIe siècle. Aujourd'hui, je le pense, les Français seront de plus en plus nombreux à mieux comprendre, à mieux estimer, à garder avec fierté dans leur mémoire la résistance et le sacrifice de la Vendée.

(merci à Nelly)

01:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

L'Université d'été de Génération Identitaire 2014

Par le 17/08/2014

19h48

Depuis 2003, fidèles à la devise « S’instruire pour vaincre », les jeunes identitaires se retrouvent chaque année pendant une semaine au cœur du mois d’août. Ces universités d’été ont prouvé leur utilité et permis l’émergence de générations de cadres ainsi que d’une communauté militante soudée. C’est notamment grâce aux formations dispensées lors de ces journées que des actions telles que l’occupation du chantier de la mosquée de Poitiers ou les tournées de sécurisation dans les transports en commun ont pu voir le jour.

Cette douzième session se déroulera du 11 au 16 août 2014 en Savoie dans un cadre naturel magnifique. Tout au long de cette semaine le programme alternera des conférences (avec le mythe arthurien et la chevalerie comme fils rouges cette année), des rencontres avec des intellectuels ou des responsables politiques, des débats, du sport, et bien entendu des ateliers de perfectionnement aux techniques de l’action politico-culturelle.

Au fil des années, l’UdT identitaire est devenue une véritable institution. Elle est le passage obligé des futurs responsables. Elle est aussi le lieu où l’on apprend, transpire, chante ensemble et si la formation (intellectuelle, morale et militante) est le but premier de ce rendez-vous, l’émergence et le renforcement d’une fraternité est sans doute sa plus belle réussite. D’autant plus que depuis deux ans l’UdT accueille aussi des participants venant de nombreux pays européens et seront ainsi présents cette année en Savoie des Italiens, des Autrichiens, des Suisses, des Tchèques et des Allemands.

Génération Identitaire

FDESOUCHE

00:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Rectificatif : Saleem al-Saqqa déclare maintenir la plainte palestinienne devant la CPI

 

 
| 9 août 2014
  
 

Le ministre palestinien de la Justice, Saleem al-Saqqa, a déclaré au journal palestinien Al-Resalah s’être opposé au retrait de la plainte de l’Autorité palestinienne devant la Cour pénale internationale.

Rappelant qu’il est la seule personne à avoir le pouvoir de retirer cette plainte, il a souligné ne pas l’avoir fait et a martelé : « Je ne la retirerai pas ».

Nous avions annoncé que le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, avait donné ordre de retirer la plainte contre crimes de guerre.

Nous avions cru, à tort, que son ordre avait été exécuté [1].

 

00:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

18/08/2014

Bernard Lugan censuré par l’Elysée

Dans ce numéro de l’Afrique Réelle je publie l’intégralité[1] du texte de mon intervention censurée par l’Elysée (voir mon communiqué du 9 juillet 2014).
Pour mémoire, le 24 juin 2014, à la demande des Armées, je devais présenter aux Attachés de Défense français en poste dans une quinzaine de pays africains, la question de l’interaction entre l’Afrique du Nord et le Sahel à travers le temps long. Le but de cette intervention très spécialisée était de donner à ces hauts responsables militaires une vision globale ainsi que des clés de lecture dépassant les frontières de leurs affectations respectives. Cette intervention de type universitaire n’avait aucun caractère politique ou polémique et les abonnés à l’Afrique Réelle le constateront d’évidence en en lisant le texte. Continuer la lecture

ALTERMEDIA

23:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Israël: un mariage entre un musulman et une juive cristallise les tensions

4071249_mariage-2.jpg

Mahmoud et Morel n'avaient pas imaginé que, le jour présumé le plus heureux de leur vie, ils devraient se frayer un chemin sous les hurlements haineux de manifestants de l'extrême-droite israélienne opposés à ce mariage entre un musulman et une juive convertie.

L'union de Mahmoud et Morel a été troublée dimanche soir au sud de Tel-Aviv par les vociférations de plusieurs centaines de jeunes manifestants répondant à l'appel de l'organisation d'extrême-droite israélienne Lehava («la Flamme»), qui milite contre «l'assimilation des juifs et les mariages mixtes».

 

 



Vêtus de tee-shirts aux slogans racistes, chauffés par des semaines de guerre dans la bande de Gaza, les manifestants ont passé leur à jouer au chat et à la souris avec la centaine de policiers déployés, à essayer de s'approcher des invités pour les insulter et à échanger des invectives avec quelques dizaines de sympathisants anonymes émus par l'histoire de Mahmoud et Morel.

Les supporteurs des deux mariés ont distribué des roses et brandi des pancartes proclamant «l'amour est plus fort que tout» ou encore «juifs et musulmans refusent d'être ennemis». Un message qui n'est pas passé auprès de tout le monde. «Mort aux Arabes» et «vous n'aurez pas ma soeur», leur ont lancé les protestataires agitant des drapeaux israéliens. Les incidents ont été retransmis en direct par les télévisions passionnées par l'image ainsi rendue des réalités israéliennes du moment.

«Ce genre d'extrémisme est insupportable»

Les Roméo et Juliette israéliens, lui entrepreneur de 26 ans, elle éducatrice de 23, se sont rencontrés il y a cinq ans. Morel Malka, juive, s'est convertie à l'islam depuis. Morel et Mahmoud Mansour s'attendaient à ce que leur mariage crispe les relations familiales. Pas à ce qu'il cristallise les tensions qui traversent le pays et que la guerre a Gaza a exacerbées. La situation leur a complètement échappé le jour où ils ont découvert, qu'après avoir posté leur faire-part de mariage sur , l'organisation d'extrême-droite Lehava appelait à manifester devant la salle de réception. «Rien ne nous atteindra, on aura un beau mariage, le plus beau mariage que l'on puisse imaginer», disait avant la cérémonie Mahmoud, jeune homme au visage rond et souriant.



 Quatre heures avant la grande réception, dans le petit appartement de la famille Mansour à Jaffa, quartier portuaire de Tel-Aviv connu pour sa douce coexistence entre juifs et Arabes israéliens, on a poussé les meubles, décoré le salon et garni les plateaux de pâtisseries orientales. La mariée fait son entrée en musique, vêtue d'une robe blanche décolletée, écrasée par les marques de tendresse de sa belle-famille. «Morel c'est ma deuxième fille, j'en avais une, maintenant j'en ai deux», s'amuse Mohammed Mansour, son futur beau-père.

Des gardes du corps recrutés par les mariés

Le père de la mariée est absent. Il a annoncé à la télévision qu'il ne viendrait pas au «mariage de sa fille avec un Arabe». Le futur marié a passé une partie du jour J au tribunal de Rishon LeZion, pour tenter de faire interdire la manifestation prévue dans la soirée. Son avocat a fait valoir les tentatives d'intimidation et de harcèlement dont le couple est victime depuis des jours. Mais le juge a autorisé le rassemblement, à condition qu'il se tienne à 200 mètres de distance de la salle de réception. L'affaire, largement relayée par les médias locaux, est remontée jusqu'au président israélien Reuven Rivlin, qui s'est inquiété en apprenant la tenue de la manifestation qu'on ne franchisse là «une ligne rouge». La ministre de la Justice Tzipi Livni a pour sa part affirmé lundi que la manifestation de Lehava qui «sème la haine sur le dos d'un couple» lui faisait honte. «Ce genre d'extrémisme est insupportable», a-t-elle ajouté à la radio publique.

Les mariés ont donc dû recruter des gardes du corps pour fouiller les invités et vérifier les listes. A 20h, dans la zone industrielle de Rishon LeZion, où a lieu le mariage, les centaines d'invités doivent eux, se frayer un chemin au milieu des manifestants. «C'est un mariage, mais il n'y a rien à célébrer car l'assimilation (les mariages de juifs avec des non juifs) est un fléau», explique le responsable de l'organisation Lehava, Bentzi Gopstein, militant d'extrême droite et habitué des déclarations racistes sur les plateaux de télévision.

LeParisien.fr

23:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Portrait d'une famille de chrétiens réfugiés d'Irak (à Erbil)

Depuis le début de l’offensive des jihadistes de l’Etat islamique, le nord de l’Irak est plongé dans le chaos. Des milliers de chrétiens ont dû quitter leur maison pour éviter d’être persécutés ou tués. De nombreuses familles ont fait une demande de visa pour l’Europe, et notamment pour la France. Les envoyés spéciaux de BFM TV ont rencontré l’une d’entre elles.

NDF  18 08 14

21:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Ukraine : de "nombreux morts" après des tirs rebelles sur des réfugiés

Le Vif

Source: Belga
lundi 18 août 2014 à 13h18

Kiev a accusé lundi les séparatistes prorusses d'avoir tiré au lance-roquettes multiple Grad sur une colonne de réfugiés près de Lougansk (est), causant de "nombreux morts" dont des femmes et des enfants.

4000720134081.jpg

© Image Globe

"Les rebelles ont tiré sur une colonne de réfugiés près de Lougansk sur la route entre Khriachtchouvate et Novosvitlivka avec des Grad et des mortiers livrés par la Russie", a déclaré le porte-parole militaire Andriï Lyssenko.

"Beaucoup de civils ont été tués dont des femmes et des enfants", a-t-il ajouté sans être en mesure de préciser le nombre des victimes.
Le drame est survenu vers 09H40 locales (06H40 GMT), a-t-il précisé.
Selon le porte-parole, cette colonne a emprunté un couloir humanitaire au nord de Lougansk, bastion des séparatistes prorusses, par lequel plus de 1.800 personnes ont fui la ville en deux jours.

La localité de Khriachtchouvate a été reprise par les forces ukrainiennes mais ensuite les rebelles ont contre-attaqué et la colonne s'est retrouvée lundi matin "en pleine zone de combats", selon M. Lyssenko.

Il a par ailleurs fait état de neuf soldats tués et 20 blessés en 24 heures dans l'Est.

20:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

En Corée du Sud, le nombre de catholiques a triplé en trente ans

Pour son premier déplacement en Asie, le pape François a choisi la Corée du Sud, un pays où le nombre de fidèles catholiques a été multiplié par trois en 30 ans. Une augmentation fulgurante qui s’explique notamment par le rôle de l’Église dans la démocratisation du pays.

NDF  18 08 14

20:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Gouvernement: les Français n'y croient plus

Plus de huit Français sur dix ne font pas confiance au gouvernement de Manuel Valls pour améliorer la situation économique, selon un sondage Ifop pour Le JDD publié dimanche

Nouvelles de France - 18 08 14

19:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Citation de L.-F. Céline

"C’est triste des gens qui se couchent, on voit bien qu’ils se foutent que les choses aillent comme elles veulent, on voit bien qu’ils ne cherchent pas à comprendre eux, le pourquoi qu’on est là. Ça leur est bien égal. Ils dorment n’importe comment, c’est des gonflés, des huîtres, des pas susceptibles, Américains ou non. Ils ont toujours la conscience tranquille."

Louis-Ferdinand Céline - Voyage au bout de la nuit

ZENTROPA

03:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

UE: Israël n'exportera plus les volailles et produits laitiers issus des colonies

4069877_Of-tov.jpg

http://www.leparisien.fr/international/ue-israel-n-export...

 

+ 3 VIDEOS sur  GAZA

01:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

17/08/2014

Comment passer de victime à agresseur en une leçon

  Gun-Pointed-565x250.jpg

Le 16 août 2014
Le pauvre type qui tente de se défendre chez lui, car il sait que l'État ne viendra pas à son secours, est mis en prison sans façon.
         

Et voilà encore ce que l’on peut appeler « un renversement de situation ». Vous êtes chez vous, la nuit, bien au chaud sous votre couette.

Vous dormez… Soudain, vous vous réveillez car la porte du salon, qui est fermée, vient de faire son bruit caractéristique à l’ouverture.

Inquiet, d’abord vous ouvrez un œil et, l’oreille tendue, vous essayez de calmer les battements de votre cœur qui s’emballe, vous venez d’identifier un autre bruit qui est significatif. Quelqu’un rôde dans votre maison. Ce n’est pas bobonne, car elle est partie (sans espoir/chance de retour, il y a bien une dizaine d’années).

Votre bras descend lentement le long du sommier et votre main rencontre l’acier froid du canon de votre « Holland-Holland » rassurant qui repose sur le sol, sous le lit.

Ce n’est pas la première fois que vous êtes victime d’un cambriolage. La gendarmerie, malgré toute sa bonne volonté, n’a, bien sûr, pas pu élucider l’affaire la dernière fois. Trop de cas semblables. Trop d’appels au secours certaines nuits. Bref, la gendarmerie viendra voir ce qui se passe demain, lorsqu’il fera jour…

Vous apparaissez en haut de l’escalier, et constatez que les criminels sont en plein travail. Ils ne vous ont pas entendu. L’argenterie est entassée dans un canapé, ils cherchent du cash en fracturant de jolies boîtes en loupe d’orme laquée, au pied de biche.

Votre sang ne fait qu’un tour ! « Les mains en l’air, bande de voyous ! »

Les deux hommes (que je ne décrirai pas… pour ne pas stigmatiser) sursautent et, sans se retourner, abandonnent leur activité. L’une des deux nouvelles victimes (leur statut vient de changer !) sort un beau couteau pointu, comme un glaive romain, et monte l’escalier lentement d’un air menaçant et décidé. Vous hurlez à ces messieurs de se rendre. Que nenni ! Ils approchent plus près… Alors au jugé (c’est-à-dire, la crosse du calibre 12 posée sur votre hanche, comme John Wayne aux heures de sa gloire), vous appuyez sur la première détente. Le coup part. Le malfaiteur a un sursaut et part s’étaler sur la moquette toute neuve. L’autre voyou disparaît dans la nature par la porte-fenêtre, elle aussi fracturée.

Tout le tralala habituel. Vous avez appelé les gendarmes qui prennent leur temps pour faire les constatations d’usage. Ils appellent le sous-préfet, qui décide d’ouvrir le « parapluie ». Ce dernier donne l’ordre de vous embastiller. Et voilà ! Vous avez fait le tour ! Vous êtes passé du statut de victime à celui d’agresseur.

Le tribunal va vous juger pour meurtre avec préméditation, il vous accuse d’avoir volontairement donné la mort… Tous les jours, de nouveaux « assassins » qui rêvaient tranquillement dans leur lit sont arrêtés « courageusement » par les représentants de la loi. Pendant que ces pauvres cambrioleurs meurent sous les tirs chez les citoyens…

Cette nouvelle société de « progrès » a réussi le tour de force de faire passer l’agresseur pour une victime et inversement. Mais où cela va-t-il s’arrêter ?

Les Français vont-ils continuer à supporter d’être désarmés (par les magistrats, tant que ceux-ci ne sont pas les victimes) devant la violence et les exactions, face à l’expansion de la criminalité ? Toutes les banlieues de France sont des lieux de trafic d’armes. Le pauvre type qui tente de se défendre chez lui, car il sait que l’État ne viendra pas à son secours, est mis en prison sans façon. Le monde (en France) tourne vraiment à l’envers !

François FIEVET

BOULEVARD VOLTAIRE

23:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Une eurodéputée de l’UKIP demande le rétablissement de la peine de mort en Grande-Bretagne

9zlNG6.jpg

 

J-1

Louise Bours, représentante de la région Nord Ouest de l’Angleterre au Parlement européen, a déclaré qu’il n’y avait aucune «raison éthique» à vouloir garder en vie les tueurs d’enfants ainsi que les assassins d’agents de police.

 

Cette déclaration tombe tout juste cinquante ans après la dernière exécution capitale en Grande-Bretagne ( ndlr : le 13 août 1964 par pendaison )

Madame Bours estime que la population éprouve un effet de « ras le bol » vis à vis du système pénal actuel.

« Un enfant innocent a plus le droit à la vie que le monstre qui lui a retiré,  je ne vois donc aucune raison éthique de vouloir à tout prix garder en vie un tueur »

LQ7mrf.png

« Il n’y a pas eu de débat en Angleterre au sujet de la peine de mort depuis plus 10 ans. Or, L’UKIP croit en la démocratie directe par referendum qui est de plus, une demande récurrente de la population « .

Pour commémorer l’anniversaire de la dernière peine capitale de 1964, un sondage YouGov a été initié dans le pays et a donné le résultat suivant : 45 % de la population est en faveur du rétablissement de la peine de mort et 39 % y est opposée.

Il y a 4 ans en arrière, un sondage avait déjà donné 51 % de la population favorable à la réintroduction de la peine capitale.

Concernant la méthode la plus appropriée pour les exécutions, il en ressort que : 51 % des gens seraient plutôt largement favorables à l’injection létale, 25 % pour la chaise électrique, 23 % pour la pendaison, 19 % pour la chambre à gaz, 17 % pour le peloton d’exécution et enfin 9 % pour la décapitation.

Traduction FDS du Daily Mail

21:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Au Liberia, malades d'Ebola et dans la nature


Au Libéria, malades d'Ebola et dans la nature par euronews-fr

20:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)