Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2017

Ces femmes qui sont sorties du silence - vidéos

http://femmes.leparisien.fr/laparisienne/actualites/affai...

16/10/2017

Sous Trump, le Dow Jones atteint 23K pour la première fois de son histoire

MW-FV707_milest_20171005101817_ZH.jpg Dow Jones.jpg

21:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

JOURNAL TVL 16.10.17

21:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

15/10/2017

Sarkozy assimilé à un "délinquant chevronné" par le Parquet national financier

https://francais.rt.com/france/44573-parquet-national-fin...

03:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Nouvelle "prière" de rue à Clichy (13/10/17)

03:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

13/10/2017

OMAR SY RÉPOND À ERIC ZEMMOUR ET LE TRAITE DE «CRIMINEL»

7327482_sy_940x500.jpg

 

Par , 12 octobre 2017 | 20h47

L'acteur ne veut plus que le polémiste soit invité par les médias.

 

«Je n'ai pas envie de réagir en fait.» Pourtant, Omar Sy a fini par répondre à Eric Zemmour. Interrogé jeudi sur Europe 1 sur le «guignol» dont l'avait qualifié le polémiste mardi dans C à vous, l'acteur s'en est pris à l'éditorialiste de RTL, estimant qu'il ne devrait pas avoir droit de cité dans les médias.


«Dans l'extrait qu'ils ont montré dans C à vous, volontairement, je ne cite pas Éric Zemmour, car je n'ai pas envie de lui donner d'intérêt. Son système, c'est qu'il fait de la provoc’ pour la provoc’ et il dit des choses pour qu'après, justement, on reparle de lui, estime l'acteur, dont le prochain film "Knock" sort mercredi.

 
  

LIRE AUSSI
>Omar Sy père pour la cinquième fois

 

«Et là, Daphné (Bürki, animatrice de l'émission), sans le vouloir, vous êtes rentrée dans son système : on repasse son extrait, on reparle de lui et comme ça il est présent dans les médias jour après jour, poursuit-il. Il ne faut plus qu'il soit invité car c'est un criminel. Il a été condamné pour incitation à la haine et ça, personne ne le dit.»

 

«Pas envie d'être traîné dans la boue avec les cochons»

L'éditorialiste a en effet été condamné à payer 5 000 euros d'amende en juin, pour avoir estimé que les djihadistes étaient considérés «par tous les musulmans comme des bons musulmans». Il avait déjà été condamné à 3 000 euros d'amende pour provocation à la haine pour des propos tenus en 2014.


«Posez-vous la question la prochaine fois que vous faites un truc comme ça, vous lui faites un joli cadeau. Et Anne-Elisabeth Lemoine (l'animatrice de C à vous) en lui passant l'extrait qui date de deux ans, elle associe son nom au mien, c'est le pire qui puisse m'arriver, conclut-il. Je n'ai pas envie d'être traîné dans la boue avec les cochons.»

La Parisienne
 
Et la fameuse liberté d'expression ??? Ce n'est pas à sens unique.

20:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Cernunnos, un dieu gaulois au soleil levant

thumb.jpg

04:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

VIDEO- Weinstein, qui avait défilé contre le "sexisme" de Trump, est accusé de viols par trois femmes

03:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Quai de Valmy : les incendiaires gauchistes s’en tirent bien, très très bien !

Flic-Quai-de-Valmy.jpg

 

 
 
 
 

Chard Quai de ValmyPour avoir tenté d’assassiner un policier et sa collègue en incendiant leur véhicule, les casseurs du Quai de Valmy écopent de peines deux fois plus légères que les réquisitions du Parquet. Ces antifas ultra violents des beaux quartiers, représentés par Antonin Bernanos, ne vont vraisemblablement pas faire beaucoup plus de prison que leur préventive.

Le jugement est tombé sous les protestations et les insultes de leurs partisans rassemblés devant la salle. Deux des prévenus, Angel Bernanos et Bryan Morio, accusés de « participation à un groupement en vue de la préparation de violences volontaires », ont été relaxés. Le second a été condamné à une amende de 1000 euros pour refus de prélèvement ADN ce qui est assez commode pour ne pas savoir s’il s’est rendu coupable de violences.

Léandro Lopes, poursuivi pour la même raison, a écopé d’un an de prison avec sursis. Aucune interdiction de manifester n’a été retenue contre lui. 

En état de récidive, puisqu’il avait été condamné en 2013 pour des « violences aggravées », le chef de file, Antonin Bernanos, petit-fils de l’écrivain, accusé d’avoir porté des coups au policier Kevin Philippy alors qu’il était encore dans la voiture, prend cinq ans de prison (dont deux avec sursis). 

« Ce sont des faits d’une extrême gravité et il existe un risque de réitération au vu de votre absence de regrets »a déclaré le président.

Au cours du procès, Antonin Bernanos a en effet formellement refusé de condamner moralement l’agression. Le policier blessé, Kevin Philippy, avait alors demandé au président de reprendre la parole : « J’ai failli mourir, j’espère qu’ils prennent conscience de la gravité de leurs actes. »

Pour le ministère public, Antonin Bernanos, qui ne « se remet pas en cause », présente « clairement un risque de réitération ». [Il a été] condamné sans mandat de dépôt. Ce qui laisse planer un doute sur le fait qu’il fera bien ces années de prison. 

Tout comme Thomas Richaud, condamné à deux ans de prison (dont un avec sursis), pour avoir mis des coups de pieds et de poing dans le véhicule. David Bault alias « Kara », transgenre américain, reconnu coupable d’avoir jeté un plot métallique sur le pare-brise avant de la voiture alors que les policiers se trouvaient encore à l’intérieur, est condamné à quatre ans de prison (dont 2 avec sursis). Ari Rustenholz, accusé d’avoir blessé les policiers, a pris 5 ans de prison (dont 4 ans et demi avec sursis).

Au final, le principal accusé sur lequel pèse la plus lourde charge, celle d’avoir jeté le cocktail Molotov qui a entièrement brûlé la voiture de police, ne payera pas pour ses crimes. Il est en fuite et ne s’est pas présenté au procès. Condamné à 7 ans de prison, un mandat d’arrêt a été prononcé à son encontre.

Et bien sûr toujours aucun démantèlement en vue de ces milices d’extrême gauche, ces groupuscules criminels qui ont perturbé les délibérations du tribunal, tentant d’intimider les magistrats, obligeant les audiences à être reportées. En plus de leurs faits d’armes habituels : saccages, violences, pillages, harcèlement et agressions des forces de l’ordre. 

Caroline Parmentier

Article et dessins de Chard parus dans Présent

03:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Maintenance Hautetfort

Maintenance Hautetfort

Le backoffice pourra être indisponible à partir du Vendredi 13 Octobre (20h) jusqu'àu Lundi matin 8h. Nous vous prions d’accepter nos excuses pour la gêne occasionnée et nous vous remercions de votre compréhension.

02:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Harvey Weinstein organisait des parties fines au Festival de Cannes

epalive672824-3308083.jpg

 

Chaque année, Harvey Weinstein se montre à Cannes. / © Maxppp

De nouveaux témoignages d'actrices accablent le producteur de cinéma américain Harvey Weinstein, déjà accusé par d'autres femmes de harcèlement, d'agression sexuelle ou de viol. Les organisateurs du Festival de Cannes réagissent aux annonces de soirées graveleuses organisées par le magnat.

Par @annelehars

Pour les les dirigeants du Festival de Cannes, les agressions sexuelles dont est accusé le producteur de cinéma américain Harvey Weinstein "relèvent d'un comportement impardonnable qui ne peut susciter qu'une condamnation nette et sans appel".
C'est en ces termes qu'ils ont exprimé dans un communiqué leur avis sur l'affaire Weinstein.

► DIRECT Franceinfo -  Affaire Harvey Weinstein : de nouveaux témoignages accusent le producteur hollywoodien

 
"C'est avec consternation que nous avons découvert les accusations de harcèlement et de violence sexuelle récemment portées contre Harvey Weinstein, professionnel du cinéma dont l'activité et la réussite sont connues de tous, qui lui valent de séjourner à Cannes depuis de nombreuses années et d'avoir de nombreux films sélectionnés au Festival International du Film dont il est une figure familière", écrivent Pierre Lescure et Thierry Frémaux, président et délégué général du plus prestigieux festival de cinéma du monde.


Notre pensée va aux victimes, à celles qui ont eu le courage de témoigner et à toutes les autres. Puisse cette affaire contribuer à dénoncer une nouvelle fois des pratiques graves et inacceptables", concluent-ils. 


Ce jeudi 12 octobre, le quotidien  Le Parisien révèle que le producteur organisait des soirées "partouzes et cocaïne" lors du Festival de Cannes. Il aurait même, selon nos confrères un surnom localement : The Pig (le porc).
Harvey Weinstein, 65 ans, est accusé d'avoir harcelé sexuellement de jeunes actrices, mannequins et employées depuis les années 1990. 
 
FR3
 

01:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

12/10/2017

JOURNAL TVL 11.10.17

05:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Louis ALIOT invité de BOURDIN 11.10.17

05:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Voiture de police brûlée: des peines allant jusqu'à 7 ans de prison prononcées

 

Le tribunal correctionnel de Paris a prononcé aujourd'hui des peines allant jusqu'à sept ans de prison ferme contre sept personnes impliquées dans l'attaque et l'incendie d'une voiture de police en mai 2016 à Paris, sous les protestations de leurs partisans rassemblés devant la salle.

» Lire aussi - Voiture de police brûlée en 2016 : neuf personnes seront jugées

S'il a relaxé deux jeunes hommes qui étaient poursuivis pour participation à un attroupement violent, le tribunal a condamné le militant "antifasciste" Antonin Bernanos, prévenu le plus scruté de cette affaire retentissante, à cinq ans de prison dont trois ferme pour "violences aggravées". L'étudiant de 23 ans n'a toutefois pas été incarcéré immédiatement.

» Lire aussi - Transgenre, informaticien… ces casseurs aux profils hétéroclites

La justice française a, par ailleurs, prononcé une peine de sept ans de prison ferme contre le militant "antifasciste" suisse Joachim Landwehr, en fuite, auquel il est reproché d'avoir lancé une fusée de détresse à l'intérieur de la voiture de police.

Le Figaro

04:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

L’apostrophe de Minute à Danièle Obono : « Mais qu’on la fasse taire, bordel ! » Partager sur Facebook Tweeter

Danièle-Obono-600x375.jpg

 

 
 
 
 

11/10/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Ulcéré par les saillies indécentes et idiotes de Danièle Obomo, l’hebdomadaire Minute n’y va pas par quatre chemin en titrant cette semaine sur une photo de « l’afri-féministe » de Mélenchon : « Mais qu’on la fasse taire, bordel ! », ce dernier mot étant accompagné, en petits caractères, de cette précision malicieuse : « ©Macron ». Extraits de l’un des articles consacrés, dans ce numéro, à la porte-parole de la France insoumise.

Minute Danièle ObonoOn peut, comme Jacques Prévert, dire « tu » à tous ceux qu’on aime. A « Minute », on tutoierait plutôt ceux qu’on n’aime pas, mais alors pas du tout. Parce que « ta gueule ! », ça résonne un peu mieux que « je vous demande de vous arrêter ». Danièle Obono, député de Paris et porte-parole nationale de la France insoumise, les enfile, les collectionne, les arbore, fière d’elle, fière de son « afro-féminisme » agrémenté d’« islamo-gauchisme », en boucle sur les télés. Alors oui, ferme-la, plutôt que de débiter connerie sur connerie.

Oui, c’est con de refuser de dire « Vive la France », surtout quand on est un élu, surtout qu’on a été gentiment accueilli et tout aussi gentiment naturalisé français, et qu’on se retrouve député parce que dans ce pays raciste qu’est la France, on peut être gabonais et tout de même député français.

Oui, c’est con, très con, ce parallèle « entre toutes les religions » qui toutes auraient « une idéologie discriminante », la preuve par les djihadistes et par… la Manif pour tous ! Lis ci-contre, ça t’instruira, toi qu’on aurait presque envie de plaindre d’avoir été élevée dans un milieu si religieux puisque, à t’en croire, ton papa croyait (il était protestant, le bougre !), ta maman croyait (elle était catholique), une de tes sœurs avait un papa (un autre, c’est compliqué chez vous) qui croyait aussi, mais lui en Allah, et « tout ce petit monde était aussi animiste » as-tu confié à « Libération ».

Oui, c’est con de dire qu’un chauffeur de bus qui ne veut pas prendre le volant après une femme est un « sexiste pas forcément radicalisé ». Mais non, Obono, ce n’est pas un sexiste. Un sexiste, c’est juste les femmes son problème. Ton chauffeur de bus, son problème, c’est tout ce qui n’est pas islamiste. Tu comprends la différence ou il faut te le dire en anglais ?

Oui, en anglais, parce que ton idéologie, ce n’est pas la France, et, comme dirait Manuel Valls, ce n’est pas la république non plus. Ton idéologie, c’est l’Amérique, et pas celle des cow-boys, celle de la guerre des races, celle des dingos du KKK et des tarés de la Nation of Islam. Et ne me dis pas, Obono, que tu ne vois pas ce que je veux dire. Ton blog, « camaradobono », devrait être sous-titré. La moitié des articles est en anglais. Et que je te cite Malcom X, tu sais le gars sympa qui voulait qu’on bute des Blancs, et que je te cause des Black machin, et que je discute pour savoir si les femmes africaines peuvent être représentées par une femme à la peau noire claire,

Non mais tu crois vraiment que tu as été élue pour ça ? Au passage, je te remercie. Si, il faut. Tu as éliminé au premier tour un sacré sectaire, Ian Brossat du parti communiste. Tu étais sa suppléante à l’élection précédente et là, tu lui as piqué la vedette. Un petit remplacement en quelque sorte… Bien joué, Obono !

Danièle Obono MélenchonTu es fière d’être noire ? Pas de problème. Manquerait plus que tu en aies honte. Mais là, c’est de l’obsession. Tu t’es fait tatouer une carte d’Afrique sur la peau. Après tout, pourquoi pas. A l’origine, tu es gabonaise. Tu n’es française que depuis 2011. Les racines, c’est important, je comprends. Mais là, tu es en France. Tu as été élue par des Français et donc pas que des Africains même s’il y en a de plus en plus qui votent, comme cela n’a pas dû t’échapper, et certainement pas des Américains.

Tu dis que tu n’as jamais adhéré aux Indigènes de la République. Tu sais, ceux qui veulent lutter contre une « Europe impériale blanche » (ah les mythos !). Pourquoi l’aurais-tu fait ? Tu ne serais jamais devenue député. Comme ça, tu dépasses ton papa qui n’a jamais réussi à faire mieux que 0,5 % à l’élection présidentielle gabonaise en 1998. Comme quoi, la France « blanche et impérialiste », elle vote plus Obono que le Gabon.

A propos de ton papa, il a été un cadre important de la banque Paribas-Gabon. Un point commun entre toi et la plupart des gauchistes blancs. Tu es une fifille à papa de la bonne bourgeoisie. Quand il t’a envoyée en France faire tes études à Montpellier – c’était paschezles curés au moins ? –, tu n’as pas eu besoin d’entrer clandestinement. Tu es peut-être venue avec Air Gabon où maman travaillait.

Tout ça pour dire quoi ? Que tu n’es pas une fille de la banlieue mais bien un pur produit de la mondialisation qui réussit. Tu fantasmes sur Malcolm X, mais la société qui t’a produit politiquement, c’est Arnold et Willy.

Tu vois, Obono, pour nous le problème, ce n’est pas que tu sois noire, que tu sois une femme, que tu sois cultivée comme un champ de patates pour disette intellectuelle. Le problème est que, au fond, ce que tu dis est bête, que c’est une insulte à la classe ouvrière que Jean-Luc, ton patron, prétend défendre.

Quand tu dis […]

Extrait d’un article de Philippe Martin à lire en intégralité
dans Minute n° 2842 daté du 11 octobre 2017

04:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Accepter la Terreur Islamique comme une Nouvelle Normalité ?

  • « L'utilisation de la terreur tirée de cette doctrine [Targhib wal tarhib, « appâter et terroriser »] est une obligation légitimée par la charia ». — Salman Al Awda, cheikh musulman, prédicateur de l'émission « La Charia et la vie » sur Al Jazeera.

  • Le tarhib ou « action de terroriser » préconise des châtiments exemplaires contre ceux qui ne se plient pas aux exigences de l'islam. C'est pourquoi des pays comme l'Arabie saoudite et l'Iran, ou des entités comme l'Etat islamique (Isis), font de chaque décapitation, flagellation ou amputation une cérémonie publique.

  • Dans les territoires conquis, le djihad islamique a toujours misé sur le fait que les populations finissent par céder, abandonner et accepter le terrorisme comme un élément de leur cadre de vie, comme une catastrophe naturelle, comme un tremblement de terre ou une inondation.

Après les attentats terroristes, les médias occidentaux et nombre de politiciens répètent que nous devons accepter les attaques terroristes comme une « nouvelle normalité ».

Pour les citoyens occidentaux, cette phrase est dangereuse.

La doctrine islamique du djihad, de la conquête et de la dawah (propagande islamique, prosélytisme) repose sur la tromperie et la terreur. Targhib wal tarhib est une doctrine islamique qui signifie « appâter (leurrer) et terroriser » et qui se présente comme un outil pour la da'wah, soit la conquête des nations et la soumission de leurs populations à la charia islamique. Le but est de manipuler les parties instinctives du cerveau en exerçant des pressions contraires qui alternent sans transition plaisir et douleur - récompense, puis châtiment – afin d'aboutir à un lavage de cerveau qui amène au respect de l'islam.

Les musulmans ordinaires ignorent généralement tout de cette doctrine, mais plusieurs livres islamiques ont théorisé le sujet. Des prédicateurs en vue tels que Salman Al Awda en ont même développé les grands thèmes sur Al Jazeera TV. A l'occasion d'une émission appelée « La Sharia et la vie », Al Awda a ainsi recommandé l'utilisation d'extrêmes « pour amplifier successivement... la récompense et la punition, le moral et le physique... ». « L'usage de la terreur au moyen de cette doctrine », a-t-il expliqué, « est une obligation légitimée par la charia ».

Les Occidentaux croient que les djihadistes pratiquent la terreur sur les seuls non-musulmans, et c'est généralement le cas. Mais la terreur est aussi le moyen de faire régner l'ordre au sein de l'islam. En vertu de la loi islamique, les djihadistes qui se soustraient au djihad doivent être tués. La terreur maintient les djihadistes sur la voie du djihad, et contraint les autres à la charia.

Un manuel de recrutement en ligne de djihadistes contient cette description :

« Le Dawa individuel se produit en suscitant chez les recrues des réponses émotionnelles (ainsi que par la construction d'une relation personnelle). L'approche d'Abu 'Amr illustre un concept de recrutement appelé al-targhib wa'l-tarhib ; soit la technique de la carotte et du bâton pour exalter les mérites de l'action d'un côté, tout en rendant effrayant le coût de l'inaction. Le concept a été introduit dans le Coran et fait l'objet de savantes discussions entre docteurs de la foi islamique pour définir la meilleure façon d'amener les gens à l'islam. Plusieurs livres ont été publié sous le même titre al-targhib wa'l-tarhib. Abu 'Amr préconise ainsi que les recruteurs appliquent le concept tout au long du processus de recrutement, mais il estime que les mérites de l'action doivent être mis en valeur au début du recrutement ; les menaces quant à un éventuel relâchement ne devant apparaître que plus tard ».

Ainsi, les recruteurs de djihadistes placent d'abord l'« appât » et font miroiter les « bonnes choses », - la gloire future, la suprématie et l'accomplissement de désirs lubriques, comme les vierges au Paradis -. C'est ensuite qu'ils actionneront les leviers de la « terreur » et de la honte contre toute recrue qui renâclerait au djihad.

Le tarhib ou « action de terroriser » préconise aussi des châtiments exemplaires contre ceux qui ne se plient pas aux exigences de l'islam. C'est ainsi que des pays comme l'Arabie saoudite et l'Iran, et des entités type l'Etat islamique (ISIS) ont fait des décapitations, des flagellations et des amputations un spectacle public. Des pays comme l'Egypte, la Jordanie et la Turquie sont plus discrets, mais ils tolèrent et soutiennent les meurtres d'honneur, l'assassinat des apostats, les châtiments corporels contre les femmes et les enfants, ainsi que la torture et le meurtre dans leurs prisons. La doctrine de targhib et de tarhib est vivante et bien vivante, non seulement dans les théocraties islamiques, mais aussi dans les pays musulmans dits « modérés ».

Depuis sa création et jusqu'à aujourd'hui, l'Islam a utilisé l'alternance « plaisir - douleur » et les châtiments publics cruels et spectaculaires comme techniques de lavage de cerveau. Alors que la Bible – et la tradition judéo-chrétienne occidentale – se veut en harmonie avec la nature humaine, et flatte les bons sentiments, l'Islam lui fait le contraire : il manipule les instincts de préservation et de survie, pour laver le cerveau de la population et l'amener à la plus servile obéissance.

Quand je vivais en Egypte, j'ignorais tout – à l'instar de la majorité des musulmans - de cette doctrine islamique fondamentale. Mais elle a impacté ma vie – car elle imprègne tous les aspects de la culture islamique : la prédication islamique, les relations familiales islamiques, le fonctionnement des gouvernements islamiques et toutes les relations d'autorité en terre d'islam en général.

La doctrine islamique basée sur « le leurre et la terreur » a engendré une culture des extrêmes toxiques : la méfiance et la peur, la fierté et la honte, la permission de mentir (« taqiyya ») et le refus d'endosser la responsabilité de ses actes.

Ayant vécu la plus grande partie de ma vie sous un régime islamique, je suis au regret de dire que ceux que l'Ouest nomme « musulmans modérés » ne sont que des citoyens qui ont appris à vivre sous la terreur et pour qui la terreur est une habitude de vie. Pendant des siècles, beaucoup ont excusé la terreur, condamné les victimes de la terreur, sont restés muets ou équivoques et se sont même compromis avec les terroristes pour survivre. La culture islamique ou je vivais regardait ailleurs quand les femmes étaient battues. Quand les filles étaient assassinées au nom de l'honneur, la question était « qu'est-ce qu'elle a fait ? », et non « comment cela est-il possible ? » Lorsque les chrétiens ont été tués et persécutés par des musulmans, nombreux ont été ceux qui ont imputé aux chrétiens la raison de leur propre persécution. La réponse islamique normale à la terreur est devenue : « ce ne sont pas mes affaires ».

Aujourd'hui, la doctrine islamique de Targhib wal Tarhib, s'est déplacée à l'Ouest. L'humanisme occidental, le respect des droits de l'homme, la solidarité avec le prochain ainsi que les valeurs de liberté et de paix doivent être remplacées par d'autres « valeurs » comme la servitude, la terreur, la tyrannie et la peur.

Dans les territoires conquis, le djihad islamique a toujours misé sur le fait que les populations finiront par céder, abandonner et accepter le terrorisme comme un élément de leur cadre de vie, tout comme ils acceptent une catastrophe naturelle, un tremblement de terre ou une inondation.

Il n'a pas fallu longtemps pour que la doctrine islamique du Targhib wal Tarhib agisse sur la psyché des dirigeants et des médias occidentaux, qui expliquent aujourd'hui qu'il faut vivre avec le terrorisme et s'y habituer comme à une « nouvelle normalité ». L'islam compte transformer la palnète en musulmans « modérés » qui auront pris l'habitude de regarder ailleurs quand la terreur frappe la personne située juste à côté de vous.

GATESTONE Institute

03:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Tunisie: un Franco-Algérien en prison pour "attentat à la pudeur"

http://www.francetvinfo.fr/monde/tunisie/tunisie-en-priso...

03:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

11/10/2017

Le retour de Zemmour et Naulleau - 10/10/17

A écouter jusqu'au bout

(merci à Dirk)

04:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Remise en liberté du terroriste de Marseille: le préfet du Rhône limogé après des dysfonctionnements

 

-Remise en liberté du terroriste de Marseille: le préfet du Rhône limogé après des dysfonctionnements© THOMAS SAMSON 

Gérard Collomb
 

Gérard Collomb avait promis des «sanctions» : le préfet du Rhône est débarqué après qu'un rapport a souligné des «dysfonctionnements» ayant conduit à la remise en liberté du tueur de Marseille à la veille de l'attaque, revendiquée par Daesh.

Un rapport sur les circonstances ayant conduit à la remise en liberté de l'auteur de l'attentat du 1er octobre à Marseille, a été publié le 10 octobre. Le préfet du Rhône a été limogé à la suite de sa publication.

Ahmed Hanachi, un Tunisien de 29 ans, a tué au couteau deux jeunes femmes à la gare Saint-Charles de Marseille, avant d'être abattu. Interpellé deux jours avant pour vol dans un centre commercial de Lyon, l'intéressé avait été remis en liberté le lendemain, alors qu'il était en situation irrégulière.

Face à la polémique soulevée après cette attaque revendiquée par le groupe djihadiste Etat islamique (EI), le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb avait demandé un rapport à l'Inspection générale de l'administration (IGA), en plein débat sur le nouveau projet de loi antiterroriste.

Le rapport est sévère. Il met en exergue des «dysfonctionnements graves du dispositif d'éloignement» des étrangers en situation irrégulière dans la préfecture du Rhône.

En conséquence, le départ du préfet, Henri-Michel Comet, et celui de son secrétaire général, seront actés «dès demain [11 octobre]» en conseil des ministres, selon le ministre de l'Intérieur.

L'enquête administrative ne pointe certes pas de fautes individuelles dans la gestion du cas d'Ahmed Hanachi et lève les ambiguïtés sur le nombre de places disponibles au Centre de rétention administrative (CRA) de Lyon-Saint-Exupéry le 30 septembre.

Mais il relève des «erreurs de jugement» qui «s'expliquent au moins en partie par la manière défaillante dont la permanence de l'éloignement [des étrangers en situation irrégulière] et, pour partie, le suivi de la chaîne de l'éloignement, ont été organisés, responsabilité qui relève clairement du corps préfectoral».

Ces dysfonctionnements ne sont pas limités «à la seule journée du 30 septembre 2017», selon l'IGA, qui formule des recommandations largement reprises par le ministre. 

Gérard Collomb a en effet annoncé une série de mesures destinées à réformer la gestion de l'éloignement dans la préfecture du Rhône et partout en France, avec 200 places supplémentaires dans les CRA et une volonté d'utiliser en priorité les places disponibles dans ces centres pour les «étrangers en situation irrégulière qui présentent une menace pour l'ordre public».

En outre, «pour faciliter l'identification des personnes interpellées, un système biométrique relié au fichier de gestion des dossiers des étrangers (AGDREF) sera déployé dans les prochains mois.

Le président de la Catalogne signe une déclaration d'indépendance, le flou demeure

 

© JOSEP LAGO 

59dd30db488c7b6b228b4567.jpg

Carles Puigdemont signe une déclaration d'indépendance de la Catalogne
 

Après un discours ménageant Madrid et les indépendantistes, Carles Puigdemont a signé, avec d'autres hommes politiques de la région, un document attestant de l'indépendance de la Catalogne. Sa valeur juridique reste pourtant floue.

Le 10 octobre, après le discours de Carles Puigdemont devant le Parlement catalan, le président de la région et les députés indépendantistes ont signé un document attestant de l'indépendance de la région vis-à-vis de l'Espagne, dont la valeur légale est floue. 

«La Catalogne restaure aujourd'hui [10 octobre] son indépendance totale» peut-on lire sur le document, baptisé «Déclaration des représentants de Catalogne», selon Reuters.

 

Tous les députés indépendantistes signent la declaration d'indépendance un à un

Acabem de signar la Declaració d'Independència, sense cap suspensió, tal i com hem demanat nosaltres 

 

«Nous appelons tous les Etats et organisations internationales à reconnaître la République catalane comme un Etat indépendant et souverain. Nous appelons le gouvernement catalan à prendre toutes les mesures nécessaires pour rendre possible et pleinement effective cette déclaration d'indépendance», peut-on encore lire dans le texte.

Si l'AFP, citant un porte-parole du gouvernement catalan, affirme que la déclaration a été suspendue, le parti indépendantiste de gauche Candidature d'unité populaire (CUP), a tweeté : «Nous avons signé la déclaration d'indépendance sans aucune suspension, comme nous l'avions demandé.»

Un peu plus tôt, devant le Parlement de la région, Carles Puigdemont avait assuré que la Catalogne avait gagné son droit à l'indépendance, mais que les «effets» du référendum étaient suspendus afin de permettre des négociations avec Madrid.

Le gouvernement espagnol, cité par l'AFP a estimé que le président catalan ne savait pas où il allait. Une réunion extraordinaire du Conseil des ministres doit d'ailleurs avoir lieu le 11 octobre pour évoquer la crise en Catalogne.

Lire aussi : Carles Puigdemont réclame une Catalogne indépendante... mais suspend «les effets» du référendum

RT

01:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)