Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/01/2018

ISRAËL DONNE L’EXEMPLE DE LA FERMETÉ ENVERS LES IMMIGRÉS CLANDESTINS

March2015-Hiba-640x416.jpg

 
 

Le marais centriste « En Marche » de Macron, face à la marée migratoire de plus de 300.000 immigrés extra-européens par an, ne fait que pratiquer la politique d’Henri Queuille.

Économiste

Ancien haut dirigeant d'entreprise

 
 
 
 

Macron, espérons-le, sera le Gorbatchev de la pensée unique avec, pour succéder à « En Marche », une union des droites et une révolution conservatrice que le peuple de France attend depuis cinquante ans, suite à la folle plaisanterie irresponsable de Mai 68 !

Son gouvernement semble prendre conscience, mais avec des mots seulement, de la gravité du problème migratoire, du Grand Remplacement en cours de la France par les immigrés économiques extra-européens. Alors que rien n’est fait en pratique, si ce n’est pour se donner bonne conscience face aux pays africains et aux belles âmes, d’affréter les premiers avions qui nous ont déjà amené à nos frais quelques immigrés de plus en provenance d’Afrique. Quant au ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, il a tenu à faire savoir publiquement qu’il ne voulait surtout pas « passer pour le facho de service »

C’est paradoxalement d’Israël, d’une façon très opportune, que nous vient l’exemple en matière migratoire. Après l’Australie, Israël nous démontre que seules des actions fermes au nom du réalisme, du bon sens, de l’efficacité, de l’éthique de la responsabilité, de la raison d’État, de l’identité des peuples et leur sécurité, et non des discours humanistes au nom de la morale individualiste ou chrétienne, peuvent régler le problème migratoire.

En effet, 40.000 immigrants africains arrivés illégalement sur le sol israélien seront confrontés, dès début janvier 2018, au dilemme suivant : départ « volontaire » vers le Rwanda ou la prison. Le gouvernement de Netanyahou souhaite expulser les Érythréens et les Soudanais infiltrés sur le territoire israélien. Il considère, à juste titre, que l’immense majorité d’entre eux sont des demandeurs d’asile « fictifs » attirés uniquement par de meilleures conditions de vie, bref, des immigrés économiques – ce qui est aussi le cas en France.

 

Des ghettos sont apparus dans le sud de Tel Aviv. Kigali a accepté d’accueillir 10.000 migrants moyennant 5.000 dollars par personne. Les contribuables européens devront sans doute, eux aussi, payer un jour une deuxième fois pour réparer les erreurs laxistes bien-pensantes de leurs dirigeants, style François Mitterrand (« Ils sont ici chez eux ») ou de madame Merkel (« Wir schaffen das »/On peut le faire, c’est-à-dire, résoudre sans difficulté le problème migratoire).

 

Les immigrés africains qui accepteront de plier bagage en Israël recevront un pécule de 3.500 dollars. Ceux qui refuseront auront, au moment de la prolongation de leur permis de résidence, trois mois pour partir ou se retrouver sinon derrière les barreaux d’une prison, et non pas dans un centre de rétention avec un régime de semi-liberté. Tout est fait pour les pousser au départ.

Il convient de noter également que l’immigration sauvage s’est totalement tarie en Israël avec la construction d’une clôture électronique le long des 240 kilomètres de frontière avec l’Égypte par où passaient les immigrés clandestins. Cela n’est pas sans nous rappeler ce que vient de réaliser la Hongrie en Europe et le mur de Trump, déjà construit en partie par les gouvernements états-uniens précédents, avec le Mexique.

Qui veut la fin doit se donner les moyens ! Tout le reste n’est que littérature. Israël, après l’exemple « fasciste » couronné de succès de l’Australie, montre à nos supposées élites, aux Macron, Raffarin, Juppé, Pécresse – qui osent revendiquer une filiation avec de Gaulle, ce même de Gaulle qui ne voulait pas que son village s’appelle un jour « Colombey-les-Deux Mosquées » -, qu’on peut le faire, pour reprendre la fameuse phrase de Mme Merkel !

Winston Churchill disait que « le courage est la première des qualités humaines car il garantit toutes les autres ». Le marais centriste « En Marche » de Macron, face à la marée migratoire de plus de 300.000 immigrés extra-européens par an, ne fait que pratiquer la politique d’Henri Queuille. Elle ne consiste pas à résoudre les problèmes, mais à faire taire d’une façon malhonnête ceux qui les posent, afin de se faire élire !

BV


 

 

 

21:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

JOURNAL TVLIBERTES 02/01/2018

21:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

ACHILLE EST NOIR

david-gyasi-achilles-cropped-1.jpg achille noir.jpg

 

 
 

Je crois qu’au tournant de cette année, nous en sommes rendus au stade de l’allégorie. Tout y est.

 
   
 

La BBC a tourné une série sur la guerre de Troie et va la diffuser sur Netflix. Pas très original. Du coup, la chaîne publique britannique s’est rattrapée sur le casting : Achille sera joué par un Noir, en l’occurrence l’acteur David Gyasi. Je crois qu’au tournant de cette année, nous en sommes rendus au stade de l’allégorie. Tout y est.

Dans l’œuvre d’Homère, Achille est notamment connu comme le guerrier « aux blonds cheveux ». Là, on peut dire que c’est mort, à moins d’une teinture à la Djibril Cissé. Par ailleurs, on l’appelle aussi « le bouillant Achille » ou « Achille aux pieds rapides », par opposition à Ulysse « aux mille ruses », dont le fascinant destin rassemble les joies et les écueils qui guettent (guettaient ?) tout Européen de sexe masculin : par conséquent, je ne veux pas être lourd, mais si la BBC avait voulu éviter les ennuis, c’est le rôle d’Ulysse qu’elle aurait fait jouer par un Noir, et pas le rôle du gars violent qui court vite…

A contrario, on n’imagine pas Brad Pitt en Malcolm X, Johnny Depp en Miles Davis ou Gérard Depardieu en Martin Luther King (sans parler de Chaka Zulu ou Ménélik, qu’on pourrait imaginer – avec un peu de mauvaise foi – sous les traits de Pierre Niney ou Romain Duris…) : ce serait de la confiscation de patrimoine. On crierait (à raison) au racisme. Mais quand ce sont des rôles de Blancs joués par des Noirs, ce n’est pas pareil. Parce que les Blancs ont été méchants. Ils doivent payer.

On avait imaginé, il y a quelques années, un James Bond noir. Je pense que ce ne serait pas honnête : un officier de marine noir, d’origine écossaise, né d’une mère suisse, c’est déjà costaud, me direz-vous. Mais je pense qu’il faudrait que ce soit une femme. Pas une femme fatale, non. Une femme dégenrée, à la Judith Butler, qui roule en ZOE blanche et exécute ses contrats avec des étuis pleins de germe de blé sans pesticide (redoutable contre les voleurs, cela dit) en sirotant des jus de carotte (« au shaker en bambou, pas à la cuillère en carton recyclé ») dans des bars vegan. Là, on tuerait le mal(e) à la racine.

 

Généralisons cette affaire. Faisons, nous aussi en France, des biopics de l’excuse, financés par nos impôts et tournés pour la télé publique : Jamel en Macron, Omar Sy en de Gaulle, Mimie Mathy en Joséphine Baker (sauf si deux minorités s’annulent… je ne connais pas encore tous les théorèmes).

 

Je ne sais pas si, en poussant le bouchon si loin, la BBC va atteindre son but – qui est d’apaiser les tensions, je présume. Mais c’est là qu’on voit qu’on est entré résolument dans un autre monde. Lequel ? À vous de juger.

Ainsi donc, en 2018, retenez bien : Achille est noir, avoir un enfant est l’affaire de deux mamans ou de deux papas, les réfugiés syriens sont nés à Kaboul, le féminisme s’arrête à l’entrée du XVIIIearrondissement, coucher avec une fille de 11 ans n’est pas si grave mais draguer sa voisine fait de vous un porc. Je ne crois pas que Huxley, Orwell, Dick ou Bradbury y croiraient. Ça marche trop bien, trop vite. Pas besoin de brûler les livres comme dans Fahrenheit 451 : plus personne ne les lit (à part les futurs classiques : Papi débranche sa perf ou Maman couche avec la boulangère). Pas besoin d’organiser les deux minutes de la haine, comme dans 1984 : il y a Twitter, qui fait ça très bien. « Le mensonge, c’est la vérité » : pas compliqué à faire avaler, dans un monde comme celui-ci.

En guise de bonne résolution, faisons de cette année celle du retour collectif au réel, pourquoi pas ?

Bonne année à tous.

BV

(merci à Dirk)

21:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Un document exceptionnel: les 100 ans de crimes communistes

A voir absolument

03:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Macron n'a pas tenu sa promesse pour les sans-abri

 Petit reportage au bois de Vincennes 

"Je ne veux plus de femmes et d'hommes dans les rues d'ici la fin de l'année" déclarait Emmanuel Macron en juillet dernier. À quelques heures de l'échéance, le constat est tout autre. Dans le bois de Vincennes (Île-de-France), les sans-abri sont deux fois plus nombreux que l'an dernier.

03:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Stains (93) : des policiers se font caillasser après avoir sauvé in extremis trois enfants d’un incendie

Capture_d_e_cran_2018_01_01_a_16_12_40.jpg

 

16h33

Des policiers ont sauvé in extremis trois enfants de 4, 7 et 11 ans d’un incendie d’appartement, samedi soir. Un acte héroïque terni par des tirs de projectiles sur les forces de sécurité.

 

Trois enfants âgés de 4, 7 et 11 ans ont été sauvés in extremis des flammes par des policiers, samedi soir avenue François-Bégué dans le quartier Cité-Jardin à Stains, alors que leur mère était partie faire une course.

   

« On a reçu des bouteilles de parfum… Qu’on se fasse caillasser pour un trafic de drogue, on a l’habitude, mais quand on sauve trois enfants… Je n’arrive pas à comprendre »

Le Parisien

Merci à leblob

02:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Agression d'une policière à Champigny : l'urgence d'une réforme de la légitime défense des forces de l'ordre !

 

Communiqués / 1 janvier 2018 / /
 

Communiqué de presse de Marine Le Pen, députée du Pas-de-Calais, Présidente du Front National

Cette nuit, une soirée organisée à Champigny-sur-Marne (94) a dégénéré en véritable émeute urbaine. Des vidéos diffusées sur internet montrent une centaine d’individus, dont certains armés, renversant des voitures et s’en prenant au mobilier urbain.

Plus grave encore, une vidéo montre l’agression d’une policière, au sol, isolée, par une quinzaine de voyous, la lynchant à coups de pied sans la moindre hésitation.Les cris de cette femme glacent le sang…

Ces scènes d’une rare violence viennent rappeler que perdure et s’amplifie dans notre pays, à côte de la menace terroriste, une insécurité confinant parfois à la guérilla urbaine.

Il est du devoir du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb de réagir avec toute la force qui s’impose à cette ignoble agression :
– En mettant tous les moyens en œuvre (y compris en offrant une récompense) pour identifier et interpeller les barbares s’en étant pris à cette policière, et en s’assurant que la justice passe.
– En instaurant la présomption de légitime défense pour l’ensemble des forces de l’ordre.

Cette mesure, que je défendais dans mon projet présidentiel et que nos parlementaires ont défendue dans la mandature précédente, est réclamée depuis longtemps par les policiers. L’ancien ministre Bernard Cazeneuve avait fait une inflexion dans ce sens, sans jamais aller jusqu’au bout.
Il s’agit désormais, tant face au terrorisme que face à l’ultra-violence, de réformer le cadre de la légitime défense des policiers : quand ils sont agressés, quand leur vie peut être menacée, ils doivent savoir que la République et la justice seront de leur côté. Seule une modification législative peut leur garantir.

Dans les jours à venir, le groupe des députés du Front National fera des propositions dans ce sens.

01:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

«Le bouton nucléaire est ici sur mon bureau» : pour ses bons vœux, Kim Jong-Un met en garde Washington

5a4a01fc488c7b856e8b4567.jpg corée.jpg

 

 
 

Dans son adresse du Nouvel An à la nation, Kim Jong-Un a manié le feu et la glace. Rappelant qu'il disposait de l'option nucléaire, il a également ouvert la porte à une rencontre avec les autorités sud-coréennes dans le cadre des jeux de Pyeongchang.

Dans son adresse télévisée du 1er janvier 2018, Kim Jong-Un a tenu à rappeler à ses concitoyens que les Etats-Unis étaient à portée de tir de Pyongyang.

«Nous avons atteint une puissante dissuasion contre la menace nucléaire des Etats-Unis. Les Etats-Unis ne peuvent nous déclarer la guerre. Le territoire entier des Etats-Unis est à notre portée de tir et le bouton nucléaire est juste ici sur mon bureau», a déclaré le dirigeant de la Corée du Nord, selon une traduction de la télévision américaine NBC. «Ce n'est pas un danger, mais la vérité», a-t-il ajouté.

«On verra, on verra» a réagi le président américain Donald Trump, interrogé à ce sujet par des journalistes, dans sa résidence de Mar-a-Lago, en Floride.

 

«Nous devons toujours nous tenir prêts à mener des contre-attaques nucléaires immédiates contre les projets ennemis de guerre nucléaire», a encore martelé Kim Jong-Un dans son discours, appelant à «produire en masse des têtes nucléaires et des missiles et accélérer leur déploiement».

Changeant de registre, le troisième «dirigeant suprême de la dynastie Kim» a également eu un mot pour les jeux olympiques d'hiver qui se tiendront en Corée du Sud en février 2018.

Les autorités du Nord et du Sud pourraient se retrouver dans un avenir proche

Selon la traduction publiée par l'AFP, il a déclaré : «J'espère sincèrement que les jeux olympiques d'hiver de Pyeongchang seront menés avec succès. [...] Nous sommes disposés à prendre les mesures nécessaires, y compris à envoyer notre délégation. A cette fin, les autorités du Nord et du Sud pourraient se retrouver dans un avenir proche.»

Kim Jong-un semblerait donc sur le point d'entamer des pourparlers avec ses voisins de la Corée du Sud à l'occasion des jeux.

RT

01:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Aulnay-sous-Bois (93) : 4 voitures incendiées la nuit dernière, un policier roué de coups ce soir, son collègue ouvre le feu pour se protéger

1801020151480102.jpg

 

21h22

Un policier a été blessé lundi après-midi à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). C’est dans le secteur de Tourville et de la cité des 3000 que les forces de l’ordre sont intervenues pour contrôler un scooter volé et chargé.

 

Les fonctionnaires ont été pris à partie. Un fonctionnaire a été blessé et son collègue a ouvert le feu avec son arme de service. Le policier blessé a été transporté à l’hôpital Robert Ballanger pour subir un pour examen. Il a reçu plusieurs coups au niveau de la tête et souffre de contusions. […] trois suspects ont été interpellés avant d’être placés en garde à vue.


Une association de mères de famille a passé la soirée à « patrouiller » dans la cité de l’Europe, avec l’objectif de prévenir les débordements de la nuit du nouvel an. […] Dans la nuit de dimanche à lundi, 4 voitures ont été incendiées à Aulnay-sous-Bois. « Zéro à la cité de l’Europe », indique la ville.

Le Parisien

00:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

La réaction de Nicolas Dupont-Aignan : La racaille ne doit plus faire la loi en France !

 

Hier soir, la pire des racailles a hélas montré une fois encore qu’elle pouvait impunément faire régner la terreur en France.

Comme tant de Français, j’ai découvert cet après-midi les images ignobles et terrifiantes des violences perpétrées à Champigny et du passage à tabac insoutenable d’une policière et de son coéquipier. Mes pensées vont bien sûr à ces Français courageux, qui assuraient notre sécurité comme des milliers de fonctionnaires dévoués. Je pense aussi à leurs proches meurtris par cette sauvagerie et cette lâcheté alors que l’uniforme devrait inspirer le respect le plus absolu.

Comme tant de Français, je suis aussi en colère car cet acte barbare est très loin d’être isolé. C’est à quelques kilomètres seulement de Champigny, à Viry-Châtillon que des policiers avaient été pris dans un guet-apens : leurs voitures avaient été incendiées par des cocktail Molotov et deux agents gravement blessés. Un mouvement historique de mobilisation des forces de l’ordre, soutenu par une écrasante majorité de Français, s’était organisé. Les pouvoirs publics avaient promis des mesures mais rien n’a changé par la suite. Combien faudra-t-il de morts et de blessés parmi la police, la gendarmerie, la douane, les pompiers et même les médecins sur le terrain pour que le gouvernement protège enfin ceux qui le servent et pour que la Justice punisse les criminels.

Comme tant de Français, je ne peux que constater que les autorités préfèrent cacher la vérité plutôt que de remplir leur premier devoir républicain : assurer la sécurité de tous. Nous avons appris ce qui s‘était passé à Champigny par les réseaux sociaux et la nouvelle chaîne RT. Durant des heures, aucun média national n’a réagi, aucune information officielle n’a été communiquée du Ministère de l’Intérieur. Dans une société de l’information immédiate, cette carence d’information n’est pas anodine. Pire, elle ne peut être que volontaire.

En effet, c’est un morceau de la terrible réalité vécue par des millions de Français qui est apparu en plein jour. Ce n’était plus les chiffres frelatés des statistiques officielles qui tentent de banaliser l’inacceptable mais des images brutes, terrifiantes qui sont le quotidien de plus en plus de territoires. Les zones de non droit, où les délinquants règnent en petits caïds sont la honte de la République. Ce que Jean-Pierre Chevènement appelait déjà il y a 20 ans avec trop d’indulgence des « sauvageons » savent qu’ils n’ont rien à craindre de la justice et que les policiers qui les arrêtent seront déjugés, les témoins menacés, les victimes terrorisées. D’ailleurs, l’impunité est telle que les images de Champigny étaient diffusées fièrement par des voyous qui n’ont même plus peur d’être identifiés pour leurs méfaits, devenus des titres de gloire dans certains quartiers !

Comme maire de banlieue pendant ces vingt dernières années comme député, je n’ai cessé de combattre le laxisme d’Etat. Lors de la dernière présidentielle, mon programme pour éradiquer les zones de non-droit en France était très clair : peines-plancher contre les récidivistes, sanctions renforcées pour les agressions contre les fonctionnaires, remplacement de tous les postes de force de l’ordre supprimés depuis dix ans, attribution de moyens supplémentaires pour l’équipement et la protection des agents. Par ailleurs, c’est l’esprit général de la justice qu’il faudra aussi changer en promulguant des lois pénales qui ne laisseront aucune marge d’interprétation à certains juges laxistes et en garantissant aux magistrats qui appliquent la loi la construction des 40 000 places de prison supplémentaires dont ils ont besoin.

Ce qui s’est passé à Champigny doit éveiller les consciences : la racaille ne doit plus faire régner sa loi en France !

E&R

00:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Nouvel An: 1031 véhicules brûlés, 510 interpellations: chiffres en hausse sur 2017

 

Au cours de la nuit de la Saint-Sylvestre, 1031 véhicules ont été incendiés et 510 personnes ont été interpellées en France, des chiffres en hausse par rapport à l'an dernier, a indiqué lundi le ministère de l'Intérieur dans un communiqué publié sur Twitter.

La nuit de dimanche a notamment été marquée par la violente agression dont ont été victimes deux policiers à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne). Au total, le ministère de l'Intérieur a comptabilisé huit policiers et trois militaires de l'opération Sentinelle blessés.

 

» LIRE AUSSI - Nouvel an : deux policiers violemment molestés près de Paris

Le nombre de véhicules incendiés, soit directement, soit par propagation, est pourtant passé de 935 l'année dernière à 1031, précise le communiqué, soit une "légère hausse", selon la place Beauvau. "L'augmentation de cette année résulte principalement de la hausse constatée dans quelques départements", ajoute l'Intérieur, sans plus de précisions.

Selon le décompte du ministère, 510 personnes ont été interpellées, soit une "augmentation sensible" par rapport à aux 456 interpellations de 2016. Même constat pour le nombre de personnes placées en garde à vue passé de 301 en 2016 à 349 en 2017.

140.000 policiers, gendarmes, militaires, sapeurs-pompiers et personnels de secours avaient été mobilisés durant la nuit de la Saint-Sylvestre.

00:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)