Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • ERIC ZEMMOUR

  • L'Épuisement Civilisationnel de l'Europe

  • Le "Royal Wedding": une opération de propagande anti-européenne

    royal-wedding-propagande-anti-europe-588x330.jpg

    C’était une évidence. Le mariage princier entre Harry de Galles et Meghan Markle n’était pas seulement une cérémonie religieuse. Aujourd’hui, le caractère multiculturaliste et pro-africain de l’événement est assumé par de nombreux médias. Le Monde ne s’y trompe pas, évoquant l’« identité noire » célébrée par les médias internationaux : « La chorale gospel, la présence d’Oprah Winfrey, le sermon du révérend Michael Bruce Curry : autant de symboles pour revendiquer la culture afro-américaine de Meghan Markle. »

    Des Africains en vedettes

    C’est un élément qui a été remarqué par tous les spectateurs de cet événement mondial. Le mariage entre Harry de Galles et Meghan Markle a mis en valeur de nombreuses personnalités d’origine africaine. Cette métisse afro-européenne avait en effet décidé de donner un ton cosmopolite à cette cérémonie : un choix militant qui s’est matérialisé par la présence de nombreux Africains.

    D’abord, le révérend Curry, primat de l’Eglise épiscopale des Etats-Unis et afro-américain. Il a prononcé un long sermon enflammé – tranchant avec la solennité de cette cérémonie – qui n’aura pas manqué de mettre mal à l’aise de nombreuses personnes dans l’assistance et parmi les téléspectateurs. Dans ce sermon, il a rappelé l’esclavage des Africains par les Européens et a rendu hommage à Martin Luther King.
    Deux autres hommes d’église d’origine africaine étaient en vedettes : Anba Angaelos, archevêque orthodoxe britannico-égyptien, et Rose Hudson-Wilkin, femme prêtre d’origine africaine. Ils ont tous les deux pris la parole lors de la cérémonie.

    Ensuite, une chorale de gospel afro-britannique était présente pour interpréter le tube de l’Afro-Américain Ben E. King « Stand By Me ».

    Enfin, le violoncelliste Sheku Kanneh-Mason, Britannique d’origine africaine, a joué de longues minutes plusieurs œuvres choisies par les mariés.

    L’identité noire célébrée

     

    Au lendemain du mariage entre Harry et Meghan, c’est Le Monde lui-même qui avoue que la cérémonie avait été pensée comme une opération de propagande multiculturaliste. Reprenant des analyses publiées dans plusieurs médias internationaux prestigieux, Le Monde admet en effet que Meghan a pensé la cérémonie comme un moment de propagande.

    Le Daily Mail ne s’y trompe pas : « Meghan Markle a lancé sa propre mini-révolution en se mariant au prince Harry avec une cérémonie multiculturelle et influencée par les Etats-Unis. Un mariage d’un genre que la famille royale et les millions de téléspectateurs n’avaient jamais vu auparavant. »

    En Grande-Bretagne toujours, la chroniqueuse anti-raciste d’origine africaine Afua Hirsch a vu la cérémonie comme une « célébration de la négritude » et n’a pas manqué de souligner que « Markle a utilisé son mariage pour initier ses nouveaux proches à la négritude ».
    Et de renchérir : « Le choix de Markle était clair et les gens ont répondu. »

    Côté musique, le violoncelliste Sheku Kanneh-Mason avait été « expressément demandé par Meghan Markle » selon Afua Hirsch.
    Sur le choix de la chorale et de la chanson « Stand By Me », la militante note qu’il s’agit d’une « chanson d’amour, oui, mais l’une des premières à avoir été utilisées dans le mouvement pour les droits civiques, devenant un symbole des protestations face aux injustices raciales ».

    Et l’article du Monde de conclure en citant Sarah Lyall dans le New York Times : « Il est clair que la mariée voulait faire ressortir son identité raciale, mettre son patrimoine à l’honneur devant un vaste auditoire. Dans une institution si blanche, dans un pays où il y avait de sérieux problèmes raciaux, c’était un geste marquant. Et ce fut un moment extrêmement symbolique sur la scène mondiale, incluant la possibilité de changer la vision du monde sur la famille royale, et peut-être même la vision de la Grande-Bretagne sur elle-même. »

    Une opération de propagande africaine et donc anti-européenne

    C’est donc un choix délibéré de Meghan Markle que d’avoir donné à cette cérémonie une énorme coloration africaine. Cette métisse, africaine par sa mère Doria Ragland – elle-même métisse puisque seule sa mère était africaine –, a donc choisi d’imprimer sa marque sur la tradition européenne.

    Il s’agissait clairement d’une opération de propagande africaine et donc anti-européenne.
    Plutôt que de se fondre dans le moule européen, Meghan Markle a choisi de faire primer ses origines africaines de manière frontale.

    Malgré le fait qu’elle soit simplement quarteronne, son identité noire a primé sur le reste et Meghan Markle a agi en militante multiculturaliste voulant révolutionner les traditions d’une famille prestigieuse, symbole de l’identité européenne.
    Loin d’être un acte anodin, ce militantisme anti-européen est un symbole de l’accélération dramatique de la guerre totale qui est menée à l’identité européenne.

    Nicolas Faure via Polemia
    20/05/2018

    Crédit photo : DR
    [cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

    (merci à Dirk)

     
  • Châteauroux : un Togolais de 36 ans égorge au cutter un homme au cri de « sale Français »

     

    36118
    0
     
     
    Share on Facebook
     
    Tweet on Twitter
      
     

    BREIZATAO – NEVEZINTIOU (17/05/2018) « Ce n’est pas du délire : c’est une chose réelle, je suis persécuté », maintient le prévenu de 36 ans, originaire du Togo, face au président Bataillé qui vient de lui lire le rapport du psychiatre. Les termes du médecin sont clairs : l’homme souffre d’une psychose paranoïaque et de troubles liés à la dépression. « Un délire ayant altéré le discernement sans abolir le contrôle. » L’homme nie qu’il a porté un coup de cutter au cou d’un quinquagénaire, dimanche matin, à Levroux (NR d’hier).

    Un témoin, arrivé sur place après avoir entendu des cris, décrit pourtant le prévenu en train de faire coulisser la lame du cutter qu’il tient en main alors que la victime se tient la gorge, tête baissée. Me Dubois-Dinant, avocat de la victime, demande la requalification criminelle des faits, pour que le tribunal renvoie l’affaire en cour d’assises. La victime a été soignée d’une plaie de 5 cm qui a demandé six points de suture : deux jours d’ITT.

    Selon la victime, le prévenu – connu pour ce type de remarques – aurait réagi alors qu’il lui disait bonjour en lui criant « Sale Français, je t’ai dit de pas me dire bonjour ! ». Un premier coup de poing puis le coup de cutter ont suivi. Me Dubois-Dinant insiste : le prévenu avait, selon lui, des intentions de meurtre, « il faut qu’il soit confronté à la réalité sous toute son ampleur, il lui a tranché la gorge ».

    L’homme a été condamné à dix-huit mois de prison, dont huit mois avec sursis, assorti d’une mise à l’épreuve de deux ans comprenant une obligation de soins. Il a aussi interdiction, pendant cinq ans, d’habiter Levroux et de posséder une arme. Le tribunal a aussi fait la demande d’une nouvelle expertise psychiatrique.

    (Source : La Nouvelle République)

  • ABATTOIRS : L'ENFER CONTINUE POUR LES ANIMAUX!

    Brigitte Bardot et Rémi Gaillard dénoncent de nouvelles maltraitances en publiant des images inédites tournées en caméras cachées (abattoir d'Alès - Février 2018). On y voit des reprises de conscience d’animaux mal étourdis : des bovins, se débattent sur la chaîne de découpe, un veau vomit le lait de sa mère au moment d’être tué. Des moutons et des bovins sont égorgés à vif (abattage rituel), un cochon est frappé alors qu’il tente de s’échapper... L’alliance inattendue de Brigitte Bardot et Rémi Gaillard a un double objectif : montrer que rien ne change derrière les murs des abattoirs et interpeller les politiques au moment où le Projet de loi « agricole » du gouvernement est en séance publique à l’Assemblée Nationale du 22 au 25 mai 2018. Dans leur appel, Brigitte Bardot et Rémi Gaillard demandent notamment : - La mise en place des caméras dans les abattoirs - L’étourdissement préalable de tous les animaux. 

    85 % des Français sont favorables à la vidéosurveillance dans les abattoirs !

    Il faut interdire l'abattage rituel (halal et cacher) dans tous les abattoirs français et exiger l'étourdissement préalable pour tous les animaux de boucherie. Les rites "religieux" archaïques n'ont pas leur place dans les abattoirs de notre pays! 

     

  • Italie : Giuseppe Conte est proposé par le Mouvement 5 étoiles pour diriger le nouveau gouvernement

    https://francais.rt.com/international/50856-italie-giuseppe-conte-mouvement-5-etoiles-gouvernement

    5b02f7ff09fac274278b4567.jpg

     

     

  • Marseille : énorme fusillade dans une enclave afro-islamique

    maxnewsworldfour380396-3666161.jpg

     

    0
    885
    Share on Facebook
     
    Tweet on Twitter
      
     
     

    BREIZATAO – ETREBROADEL (21/05/2018) Vers 17H00, cet après-midi, des individus cagoulés et armés de kalachnikovs ont ouvert le feu sur un groupe de jeunes dans le quartier de la Busserine, 14° arrondissement de Marseille. Un périmètre de sécurité est mis en place

    Selon un premier bilan, révélé par nos confrères du journal « La Provence », la fusillade aurait fait un blessé léger.

    Vers 17H00, cet après-midi, des individus cagoulés sont entrés dans le quartier de la Busserine, 14° arrondissement de Marseille, à bord de trois véhicule. Ces individus, armés de kalachnikovs, ont ouvert le feu sur un groupe de jeunes, à proximité de l’Espace culturel « La Busserine ». Un périmètre de sécurité a été mis en place, les forces de l’ordre et les marins-pompiers sont toujours sur place. Les enquêteurs procèdent aux premières investigations et interrogent les témoins.

    (Source : France 3)

     
  • Gare Saint-Charles évacuée: Le suspect interpellé à Marseille est un Bulgare de 48 ans

    960x614_militaires-patrouillant-devant-gare-saint-charles-samedi-19-mai.jpg

     

    JUSTICE L’homme, qui se dit tchétchène, a été placé en garde à vue pour « association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un crime »…

     

     

     — 

    Des militaires patrouillant devant la gare Saint-Charles le samedi 19 mai.
    Des militaires patrouillant devant la gare Saint-Charles le samedi 19 mai. — Boris HORVAT

    L’homme interpellé gare Saint-Charles à Marseille samedi avec du matériel électrique pouvant servir à fabriquer un engin explosif est un ressortissant bulgare de 48 ans, a indiqué dimanche à l’AFP le procureur de la République Xavier Tarabeux.

    Cet homme, dont la garde à vue a été prolongée dimanche à la mi-journée, a été identifié en fin d’après-midi. « Il aurait une fiche pour tentative d’homicide et serait recherché pour ces faits », a ajouté le procureur. Le suspect, qui se disait Tchétchène dans un premier temps et parlait russe, est entendu en garde à vue pour « association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un crime ».

    La gare avait été fermée pendant près de 4 heures

    La police tente d’élucider les intentions de cet homme, dont le comportement « étrange » avait inquiété une voyageuse, qui l’avait alors signalé aux militaires patrouillant dans la gare. Après son interpellation sans difficulté par la police, la gare avait été fermée pendant près de 4 heures pour laisser travailler les démineurs.

     
    Le matériel électrique et électronique découvert sur lui n’était « pas dangereux en soi » mais pouvait « entrer dans la composition d’un engin explosif », selon les termes employés par le procureur.

    Le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin a évoqué un « attentat déjoué »

    Samedi, l’homme, âgé d’une cinquantaine d’années, a refusé de donner son nom mais a assuré être tchétchène.

    Peu après son arrestation, le maire LR de Marseille Jean-Claude Gaudin a évoqué un « attentat déjoué », mais la section antiterroriste du parquet de Paris n’a pas été saisie.

    >> A lire aussi : Le supect interpellé à la gare Saint-Charles «dit être tchétchène»

    Il y a tout juste une semaine, un Français d’origine tchétchène âgé de 20 ans a poignardé à mort un passant et en a blessé quatre autres à Paris, une attaque revendiquée par le groupe djihadiste Etat islamique.

  • Marine Le Pen invitée de l' Emission Politique

    https://www.facebook.com/sharer/sharer.php?u=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FMarineLePen%2Fvideos%2F2173121499370829%2F&display=popup&ref=plugin&src=video

  • Evry (91) : harcèlement scolaire au collège Galilée, « mon fils, qui est un petit blondinet, a été victime de racisme »

    1008839.jpg

     

    21h28
     

    (…)Les brimades, elles, auraient commencé dès le premier jour de l’année.

    « Je n’ai pas peur de le dire, mon fils, qui est un petit blondinet, a été victime de racisme, affirme cette maman métisse. Les insultes sur sa coiffure et sa couleur de peau ont commencé dès son entrée au collège. En primaire, il n’y a jamais eu aucun problème. »

    Menacé avec des ciseaux

    D’une voix calme et sans jamais s’emporter, la mère poursuit son récit : « Les brimades étaient quasi quotidiennes, elles laissaient même parfois place à des menaces de mort, détaille-t-elle. Mon fils était sans cesse pris à partie, ils lui faisaient des croche-pieds, lui volaient son matériel… »

    Face à cette situation qui s’envenime, la maman prend contact avec l’établissement. « J’ai été reçue par l’adjoint de la principale, poursuit-elle. Mais j’ai eu l’impression qu’il minimisait les faits, seul un élève a été changé de classe. (…)

    Le Parisien

  • Rioufol à Joffrin : «Le nationalisme n’est pas la guerre, c’est le multiculturalisme qui est la guerre»

     

    9h21

    Ivan Rioufol sur le nouveau gouvernement italien Salvini-DiMaio : «Je comprends le désarroi de Laurent Joffrin (Libération) car c’est tout un monde qui s’effondre devant lui (…) C’est le réveil des peuples, des nations, des fiertés, des frontières, qui se manifeste en Israël comme en Italie où on assiste dans le fond à l’insurrection des peuples. Je trouve ceci formidablement encourageant. (…) Les Italiens se libèrent de la pensée unique qui forçait à se plier à des diktats technocratiques, européistes ou comptables (…) Cessez de dire que le nationalisme c’est la guerre. Aujourd’hui, c’est le multiculturalisme qui est la guerre. Vous avez là le réveil d’un peuple occidental qui ne veut pas être submergé par une culture extra-européenne parce que ce malaise italien, c’est naturellement la gestion de l’immigration, la place de l’Islam et la place du multiculturalisme
    – CNEWS, 19 mai 2018, 19h25

  • Grande-Bretagne. Mariage Harry/Meghan : une célébration de «l’identité noire et afro-américaine»

    1008281.jpg

     

    9h12
     

    Une cérémonie alliant le faste de la monarchie britannique aux accents de la culture afro-américaine : c’est ainsi que l’on pourrait décrire le mariage du prince Harry et de l’ex-actrice américaine Meghan Markle, qui a eu lieu samedi 19 mai à la chapelle St-Georges du château de Windsor. « Une mini-révolution [impulsée par la mariée] », analyse le Daily Mail.

     

    « Il est clair que la mariée voulait faire ressortir son identité raciale, mettre son patrimoine à l’honneur devant un vaste auditoire », écrit Sarah Lyall dans le New York Times.

    Les origines de Meghan Markle, née d’un père blanc et d’une mère noire, ont marqué cette «cérémonie multiculturelle». La chroniqueuse du quotidien britannique The Guardian, Afua Hirsch, parle ainsi d’une célébration de «l’identité noire» («blackness»). Elle se réjouit de voir que ce mariage a entraîné sur les réseaux sociaux la juxtaposition de deux hashtags, jamais associés jusqu’alors, #mariage royal et #blackexcellence.

    La chorale gospel, la présence d’Oprah Winfrey, le sermon du révérend Michael Bruce Curry : autant de symboles pour revendiquer la culture afro-américaine de Meghan Markle. […] Le violoncelliste Sheku Kanneh-Mason, 19 ans et premier musicien noir à remporter le Young Musician Award de la BBC dans ses 38 ans d’histoire, «expressément demandé par Meghan Markle», et qui a notamment chanté Après un Rêve de Gabriel Faure, ont concouru à renforcer l’identité afro-américaine de cette cérémonie , insiste le magazine Essence, publication dédiée aux femmes afro-américaines. […]

    Le Monde

  • Talonnés dans les sondages par les Démocrates de Suède (anti-immigration), les sociaux-démocrates au pouvoir durcissent la politique d’asile

     

    23h00

    A quatre mois des législatives, le social-démocrate Stefan Löfven restreint les règles d’asile pour contrer la droite et l’extrême droite.

    Le premier ministre suédois, Stefan Löfven, assure qu’il s’agit d’un « retour à une politique sociale-démocrate traditionnelle de l’asile ». Ses détracteurs, au contraire, y voient une droitisation de l’idéologie du parti, destinée à séduire les indécis et à regagner la confiance d’électeurs préférant voter en faveur des Démocrates de Suède (extrême droite), à moins de quatre mois d’un scrutin législatif où l’immigration et l’intégration s’annoncent déjà comme les principaux sujets de la campagne électorale.

    Le Monde


    […]

    Les sociaux-démocrates […] ont récemment présenté une nouvelle politique d’immigration plus stricte , en partie pour essayer de récupérer des électeurs des Démocrates de Suède [SD], selon Soren Holmberg, professeur de sciences politiques à l’Université de Göteborg.‎

    Au lieu de cela, davantage d’électeurs se sont tournés vers le SD et le parti côtoie désormais les sociaux-démocrates à 23 % dans les sondages, selon le dernier sondage d’opinion de Yougov effectué pour Metro. […]

    (Traduction Fdesouche)

    Metro

  • On a fait beaucoup Théo... pas pour Marin ! Les honteux dénis de la justice française

    Il n’a donc pas été fait, dans cette affaire, le procès de l’idéologie régressive qui porte constamment ses anathèmes contre l’ « impudeur » supposée de l’amour et des femmes : c’était pourtant la base et la cause directe de l’agression. On peut se demander, en effet, depuis quand il n’est plus devenu possible de s’embrasser librement sans qu’une police de la pudeur ne s’abatte.

    Le Beltrame de la société civile

    Marin, c’est le Arnaud Beltrame de la société civile, du quotidien de si nombreux Français confrontés à la violence, à la régression de la civilité dans l’espace public, à ce terrorisme de basse intensité de la sauvagerie qui rend le « vivre-ensemble », au nom duquel pourtant il se répand, impossible. Or, le traitement de cette affaire par les pouvoirs publics au moment des faits, ou plus exactement son absence de traitement, est le reflet de l’aveuglement et du déni qui entourent la réalité dont elle est pourtant le symptôme éclatant.

    Déni quant aux causes de l’agression tout d’abord, dont il aura été urgent de taire le motif déclencheur. Car il ne s’agit pas d’une banale altercation requalifiable en simple bagarre de rue qui aurait mal tourné ou en fait divers tragique : il s’agit d’un véritable problème social de régression des mœurs qui conduit des pans croissants de la population à considérer comme abominablement impudique et intolérable qu’un couple s’embrasse, que l’amour et les individus soient libres. Cet aspect de la réalité a été promptement passé sous silence alors qu’il constitue pourtant la source du problème ici posé, la cause de cette même violence que subissent de nombreuses jeunes filles dans de nombreux quartiers, qualifiées d’impudiques selon exactement la même rhétorique si elles osent présenter leur corps non dissimulé dans l’espace public.

    La dissimulation au secours de la récupération

    Si cette cause pourtant évidente n’a pas été évoquée avec le courage et la clarté requis, c’est parce que la seule obsession dans ce dossier, jusqu’à ces tout derniers jours, est de ne pas abonder dans le sens de la mystérieuse « fachosphère » dont on semble redouter en permanence l’action secrète et manipulatrice. Il ne s’agit manifestement pas de se méfier des délinquants ni de l’idéologie qui les encourage à la violence, non, il s’agit de redouter le halo paranormal et plus ou moins fantasmagorique de la « récupération » par l’extrême droite numérique. Cette dernière, dont on ignore où elle se situe exactement, probablement quelque part entre l’atmosphère et les confins de l’Univers, et qui semble toutefois obséder jusqu’à la paralysie bon nombre d’acteurs et d’observateurs, serait donc le véritable danger. A ceux qui se coltinent la réalité de se débrouiller tout seuls avec la violence concrète et d’en avoir le corps et l’esprit massacrés à vie.

    Au nom de cette inversion paradigmatique de la réalité, de ce déni du réel, les véritables causes et le sens de cette agression auront été passés sous silence. Si les pouvoirs publics s’emparaient du réel, le « récupéraient », justement, afin de le traiter, ce qui constitue normalement la base mais aussi l’objectif de leur action et donc leur seule légitimité, cela fournirait une excellente garantie contre ces mystérieuses récupérations nauséabondes dignes de la mythologie gréco-romaine dont on se préoccupe beaucoup. Mais la question ne sera toujours pas posée, elle dérange.

    Cet aveuglement, qui a pour hantise un hypothétique risque de « stigmatisation », préfère ne pas regarder en face celui qui, pour le coup, porte dans sa chair les vrais stigmates d’un vrai danger, bien réel celui-ci.

    Où est sa Légion d’honneur ?

    Ainsi, Marin ne s’est curieusement pas encore vu décerner la Légion d’honneur, malgré le mouvement populaire de soutien et de pression qui s’est constitué pour en faire la demande. Le ministre de l’Intérieur et ancien maire de Lyon, Gérard Collomb affirme pourtant en avoir activement saisi le président Emmanuel Macron et l’on suppose donc que cette Légion, pourtant tellement méritée tant il s’agit bien d’honneur et d’un honneur national, s’est perdue quelque part dans le trou noir du courage politique, errant entre la stratosphère et la fameuse « fachosphère » que d’éminents astrophysiciens découvriront peut-être un jour.

    Déni également quant à la réponse pénale apportée : l’auteur des coups, alors âgé de 17 ans et 8 mois (et l’on se doute bien que sa force physique de destruction n’aurait pas brutalement décuplé en 4 mois ni comme par enchantement le matin de ses 18 ans : elle était déjà là, adulte et bestiale, lorsqu’elle s’est abattue pour massacrer Marin), a bénéficié de la mansuétude de la Cour d’assises des mineurs de Lyon. Elle lui a appliqué l’excuse de minorité et l’a condamné à 7 ans et demi de prison ferme au lieu des 14 ans requis par l’avocat général, un verdict contre lequel la partie civile a annoncé toutefois ne pas souhaiter faire appel en raison de l’immense fatigue qu’un nouveau procès représenterait pour Marin. Dans ce cas pourtant, l’excuse de minorité aurait pu être levée, en raison du lourd passé de délinquance de l’accusé (18 condamnations à son actif dont certaines pour faits de violence), en raison de son imminente majorité au moment des faits, en raison du fait que son geste s’est apparenté, ce qui a été souligné, à une quasi tentative d’homicide. Mais non, c’est l’esprit rédempteur de l’ordonnance du 2 février 1945, organisant une justice pénale des mineurs de l’immédiat après-guerre, qui prévaudra dans cette affaire, en dépit de l’évolution du réel social et en marge du bon sens.

    Je dénie donc je suis

    Face à ces dénis de toute nature, aveuglement quant aux causes de l’agression, aveuglement quant à ses conséquences, aveuglement quant aux solutions à y apporter, Marin et sa famille sont restés dignes et héroïques, bien que très choqués par le verdict. Comme pour le colonel Beltrame, l’autre héros français, la foi a joué un rôle, notamment cette rencontre récente avec le Pape François, afin de se hisser à un niveau élevé d’engagement, de résistance à l’adversité, d’espérance et de courage face au réel, et même, d’aptitude au pardon.

    On peut à l’inverse espérer que dans le naufrage du traitement social, médiatique, politique et judiciaire de cette affaire, l’auteur des coups, le coupable du martyre de Marin, n’aille pas pour parachever son parcours criminel, se radicaliser dans une prison dont on doute qu’elle puisse, de toute façon, à elle seule résoudre le problème qui se pose ici et qui concerne le dysfonctionnement de la société française tout entière.

    CAUSEUR.fr

    Lire la suite

  • Marin, l’autre héros français

    marin-heros-lyon-proces-agresseur.jpg Marin.jpg

     

    Son histoire témoigne de plusieurs dénis français

     

    Tabassé puis laissé pour mort à Lyon alors qu’il défendait des amoureux qui s’embrassaient, Marin est depuis lourdement handicapé. A l’époque des faits, en novembre 2016, ni les grands médias ni François Hollande n’avaient jugé bon de s’émouvoir de son cas. Alors que son agresseur vient d’écoper de la moitié de la peine requise par l’avocat général, l’affaire Marin témoigne de plusieurs dénis français. 


    La vie de Marin a basculé le 11 novembre 2016 lorsque, prenant la défense d’un couple d’amoureux  pris à parti très agressivement parce qu’ils s’embrassaient, par ce qu’il est de coutume d’appeler euphémiquement des « jeunes » dans le quartier de la Part-Dieu à Lyon, il est victime de coups d’une rare violence et laissé pour mort. Très nombreux furent ceux qui suivirent avec émotion son combat héroïque pour ne pas mourir, pour revenir du coma et peu à peu tenter de se réapproprier les choses les plus élémentaires de la vie. Ce jeune homme brillant, sympathique et dévoué, étudiant en 3ème année de droit, titulaire d’un baccalauréat avec mention très bien, amoureux de sa petite amie présente au moment de la sauvage agression, bon fils, frère aimant, joueur de foot et fan inconditionnel de l’ASSE qui le soutiendra dans sa convalescence, va lutter en champion, point par point, pied à pied, pour tenter de se reconstruire en dépit des très graves et irréversibles séquelles qu’il conserve de l’insupportable attentat contre la vie dont il a été victime.

    François Hollande a préféré Théo

    Curieusement pourtant, son sort ne semble pas beaucoup émouvoir les pouvoirs publics ni le chef de l’Etat de l’époque François Hollande, plus prompt à se rendre, avec le ridicule et coupable empressement qui l’avait déjà caractérisé au moment de l’affaire Leonarda, au chevet d’un Théo plus que douteux. D’un côté, un fait de délinquance ordinaire érigé en combat social mystificateur et victimaire, de l’autre un acte de bravoure et de résistance face à l’ensauvagement de la société largement passé sous silence afin de ne pas « faire le jeu »…

    CAUSEUR

  • ITALIE : LES POPULISTES DE DROITE ET DE GAUCHE S’ACCORDENT POUR FORMER UN GOUVERNEMENT

    italie-1550x660.jpg

     

     
     

    Si le programme est qualifié de séditieux et d’irréalisable par les médias, il semble s’imposer comme tout à fait légitime dans l’esprit des citoyens.

    Journaliste

    résidant en Italie

     
     

    Incroyable mais vrai. Après plus de deux mois de piques à la limite de l’insulte, de refus catégorique d’alliance, puis de dures négociations, les représentants des deux partis dits « populistes » sortis vainqueurs des dernières élections, Matteo Salvini (Ligue) et Luigi Di Maio (Mouvement 5 étoiles) se sont mis d’accord sur un programme commun. Ce dernier, intitulé « contrat de gouvernement », est un compromis sur trente points cruciaux qui intéressent le pays, qu’ils s’engagent à respecter. Il est soumis à l’approbation des militants et sympathisants des deux formations, en ligne ou auprès des stands politiques qui seront présents dans les villes d’Italie jusqu’à dimanche.

    La substance du texte a de quoi « inquiéter » marchés financiers, technocrates et médias officiels. Car, sans être vraiment révolutionnaire – pas de sortie de l’euro, d’Italexit ou de renégociation de la dette –, elle est une remise en question totale de la politique italienne telle qu’elle a été menée ces dernières années sous les gouvernements technocrates ou de gauche.

    C’est, avant tout, un refus de l’austérité : c’est par « l’augmentation du PIB à travers la relance de la demande interne » que le nouveau gouvernement entend réduire la dette publique.

    Une réforme institutionnelle envisage une « réduction drastique du nombre de parlementaires », qui passent de 948 à 600, doublée d’une législation sévère contre la corruption. Les charges ministérielles sont interdites à quiconque est en procès ou a été condamné pour corruption, concussion ou mafia, aux francs-maçons et à toute personne qui se présente en conflit d’intérêts avec la matière de la charge.

    Une réforme fiscale « révolutionnaire » prévoit deux barèmes d’impôts pour particuliers et entreprises abaissés à 15 et 20 %.

    Un revenu de citoyenneté, cher au M5S, sera instauré (780 euros mensuels), mais n’en est pas vraiment un : il ressemble plus à une indemnité de chômage, puisque « le bénéficiaire devra accepter les offres de travail provenant des centres pour l’emploi ».

    Le chapitre concernant les mesures d’une politique nataliste y est assez synthétique, mais présent ; le minimum des retraites augmenté à 780 euros mensuels et l’âge de la retraite est abaissé : il sera possible de cesser le travail quand la somme de l’âge et des années de cotisation atteint 100.

    En matière d’immigration, « rapatriements et arrêt du business »sont les maîtres mots du programme. Il impose la renégociation du traité de Dublin sur la redistribution des migrants au sein de l’Union et prévoit toute une série de mesures visant à réduire les flux et la criminalité générée autour du phénomène, notamment celle des instituts privés qui s’en enrichissent ; une révision des normes concernant regroupement familial et allocation sociale. « Une partie des ressources affectées à l’accueil sera destinée au fonds pour les rapatriements. » Selon le texte, 500.000 migrants irréguliers seraient concernés.

    Au niveau de la politique étrangère, l’appartenance à l’Alliance atlantique est confirmée, mais un rapprochement avec la Russie, « partenaire économique et commercial, interlocuteur stratégique », est préconisé, tout comme un arrêt des sanctions à son égard.

    Ce « contrat de gouvernement » et le nom du Premier ministre seront présentés lundi au président de la République, Sergio Mattarella, qui donnera son aval. Ou non.

    Une chose est sûre : pour avoir les moyens de mettre en œuvre une telle politique, une remise en question du pacte de stabilité imposé par Bruxelles est nécessaire, ce qui suppose de gros litiges à venir avec la structure supranationale.

    Si le programme est qualifié de séditieux et d’irréalisable par les médias, il semble s’imposer comme tout à fait légitime dans l’esprit des citoyens.

    BV

     

  • Le chômage aux Etats-Unis est au plus bas depuis 17 ans. Celui chez les Noirs est au plus bas de l’Histoire.

     

    04/05

    Etats-Unis: le taux de chômage est tombé à 3,9% en avril

    Le taux de chômage aux Etats-Unis est tombé en avril à 3,9%, au plus bas depuis 17 ans, selon les chiffres du département du Travail publiés vendredi. Cette performance a été possible malgré des créations d’emplois un peu moins bonnes que prévues. L’économie a créé 164’000 nouveaux emplois, alors que les analystes s’attendaient à 190’000. La baisse de deux dixièmes de point du taux de chômage, à un plus bas depuis décembre 2000, est en partie due à une réduction du taux de participation au marché du travail.

    Swissinfo

     
    Jean-Eric Branaa (Maître de Conférences en politique américaine) : «4 mai 2018. +164000 emplois en avril : le chômage passe à 3,9% aux États-Unis, confirmant la bonne santé de l’économie (le taux le plus bas depuis 2000 avec une hausse des salaires de 2,6% en moyenne)»

  • Tulle (19) inaugure sa nouvelle mosquée dans les anciens locaux des Assedic. L’Imam arrive du Maroc.

     

    18h07

    Tulle inaugure sa nouvelle mosquée dans le quartier de Souilhac. Vendredi 18 mai 2018, l’établissement ouvrira ses portes aux fidèles en ce début de ramadan.

    400 mètres carrés sur deux niveaux. Deux salles de prière, la nouvelle mosquée pourra accueillir près de 200 personnes.
    Après 4 ans de démarches et de travaux, le président de l’association des musulmans de Tulle se dit très satisfait.

    Un investissement de 450 000 euros, financé par l’Union des mosquées de France.
    Un nouvel imam est venu du Maroc.

    (Merci à PierreTerrail)