Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/09/2012

Castres : bagarre entre jeunes et soldats, « sales militaires, sales Français »

            

Le commandant du 8e RPIMa de Castres a limité les quartiers libres et donné des consignes de prudence après de violents incidents avec des jeunes qui ont coûté un oeil à l’un de ses hommes.

 
Les parachutistes avaient eu le tort de défendre une jeune fille qu’importunaient des jeunes.

Une bataille rangée a opposé une soixantaine de soldats et de jeunes dans la nuit de vendredi à hier en marge d’une fête locale. Les soldats du 8e Régiment de parachutistes d’infanterie de marine (RPIMa) ont été insultés aux cris de « sales militaires » ou « sales Français » à leur sortie d’un bar du centre où ils avaient pris un verre, a rapporté le colonel Eric Chasboeuf, chef de corps du...

  Lire la suite…

 

Défrancisation

20:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Petite leçon d'Europe par Jean Gabin dans "Le Président"

Ajoutée par le 18 sept. 2010

Un monumental Jean Gabin dans le film "Le président" qui expose à l'assemblée nationale sa vision de l'Europe , des conflit d'intérêts , des connivences , les banques et le pétrole tout y passe .

Biographie du film :

Le Président est un film français réalisé par Henri Verneuil, sorti en 1961. Dialogue : Michel Audiard , avec notamment Jean Gabin , Bernard Blier .

Synopsis :

Ancien président du Conseil, Émile Beaufort consacre l'essentiel de son temps à écrire ses mémoires qu'il dicte à sa secrétaire, Mlle Millerand.

À l'occasion d'une grave crise politique ministérielle, les journaux annoncent la probable nomination par le président de la République de Philippe Chalamont, président du Groupe des Indépendants Républicains à la Chambre des députés.

Or, une quinzaine d'années auparavant, cet homme politique, intelligent, fin et galant et, à l'époque, directeur du cabinet à la présidence du Conseil fut à l'origine d'un scandale financier qui a coûté près de 3 milliards de francs anciens à la France. Blessé de cette trahison, le président Beaufort le limogea de son poste et garda les aveux écrits de Chalamont.

Mais, coup de théâtre, Chalamont revient avec l'ambition de devenir le chef du gouvernement. Brandissant la menace de donner la lettre à la presse, Beaufort contraint Chalamont à réfléchir aux conséquences s'il acceptait la proposition du chef de l'Etat...

20:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (16)

Cheikh Bassam Al-Kayed, directeur de l´association des savants islamiques au Liban : « Les Juifs sont à l´origine de presque toutes les dissensions au monde »

Publié le 7 Septembre 2012

 

MEMRI Middle East Media Research Institute, Dépêche Fr. n° 355

 

Ci-dessous des extraits d´une émission présentant le directeur de l´association des savants islamiques au Liban, le cheikh Bassam Al-Kayed, diffusée sur Al-Iman le 10 août 2012.

 

Bassam Al-Kayed : Si vous regardez dans le monde, vous aurez du mal à trouver une guerre civile dont le peuple juif n’est pas à l´origine.

 

Interviewer : Jusqu´à aujourd´hui ?

 

Bassam Al-Kayed : Oui. N’avez vous pas vu ce qui se passe à Burma ? Les bouddhistes sont entraînés par les Juifs à agir comme ils le font [envers les musulmans].

 […]

 Voir les extraits sous-titrés en anglais sur MEMRI TV : http://www.memri.org/clip/en/0/0/0/0/0/0/3550.htm

 

Pour consulter l´intégralité des dépêches de MEMRI en français et les archives, libres d´accès, visiter le site www.memri.org/french.

 

Crif

19:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Trafic d'organes au Kosovo: un suspect avait été arrêté en Israël en mai 2912

Tel Aviv, 29 mai 2012 - RIA Novosti

La police israélienne a confirmé l'arrestation de l'un des principaux suspects de "l'affaire Medicus", du nom de la clinique de Pristina tristement célèbre pour ces pratiques médicales, rapporte mardi le correspondant de RIA Novosti.

"La cour a prolongé à neuf jours l'arrestation de Moshe Harel, résident de la ville de Ramla né en 1950", a fait savoir le porte-parole de la police israélienne Alex Kagalsky.

Harel a été arrêté avec plusieurs autres personnes soupçonnées d'implication dans le trafic international d'organes humains. Jusqu'à présent, leurs noms n'ont pas été divulgués.

Selon M.Kagalsky, les détenus devront faire face à plusieurs chefs d'accusation (lésions corporelles graves, traite humaine, escroquerie et évasion fiscale).

D'après les enquêteurs, l'Israélien Moshe Harel a été chargé de recruter les donneurs d'organes et de les faire venir au Kosovo. Au total, plus de trente prélèvements de reins et transplantations ont été opérés illégalement dans la clinique Medicus. Les fraudeurs promettaient des dizaines de milliers d'euros aux donneurs d'organes, mais ces sommes n'ont jamais été versées.

Parmi les victimes de ces "transplantations clandestines" figurent des ressortissants de Russie, du Kazakhstan, de Moldavie, d'Azerbaïdjan, de Turquie et de différents pays d'Europe orientale et d'Asie.

 

NdB: que sont devenus ces criminels?  Procès, condamnations?

19:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Bernard Arnault: "je suis et je resterai fiscalement domicilié en France"

sans-titre.png B Arnault.png

 

Mise au point ou reculade ? Bernard Arnault, au coeur d'une polémique après sa demande de double nationalité franco-belge, a réaffirmé dimanche qu'il continuera «comme tous les Français» à payer ses impôts dans l'Hexagone et récusé toute «interprétation politique» à sa démarche.



«Je suis et je resterai fiscalement domicilié en et, à ce titre, je remplirai, comme tous les Français, l'ensemble de mes fiscales», a déclaré le patron du groupe de luxe , interrogé par l'AFP. «Notre pays doit compter sur la contribution de chacun pour faire face à une crise économique profonde», a-t-il souligné, assurant que sa «démarche personnelle engagée depuis plusieurs mois» en Belgique «ne doit faire l'objet d'aucune interprétation politique».

Samedi, Bernard Arnault avait déjà démenti tout exil fiscal en Belgique. Une source proche du dossier évoquait un «projet d'investissement sensible», «qui serait facilité par le fait que Bernard Arnault ait la nationalité (belge)». Un fin connaisseur du groupe LVMH avancait, sous couvert d'anonymat, la piste d'un «lien avec Albert Frère», le milliardaire belge ami de Bernard Arnault.
 
Le Parisien - 09/09/12

19:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Trafic d'organes au Kosovo: la Serbie affirme détenir un témoin

sans-titre.png drapeau albanais.png

La justice serbe détient un témoin affirmant avoir participé au trafic présumé d'organes sur des Serbes durant le conflit du Kosovo, dont est accusée la guérilla kosovare, affaire qui fait l'objet d'une enquête internationale.

Dans un entretien donné dimanche, le procureur serbe pour les crimes de guerre en charge de l'enquête est catégorique et donne des détails : "Nous avons une personne qui témoigne sur une procédure médicale, faite dans le nord de l'Albanie, portant sur des prélèvements d'organes sur des Serbes enlevés durant le conflit de 1998-99 au Kosovo" entre la guérilla indépendantiste albanaise kosovare et les forces serbes, affirme le procureur. Il précise que le témoin est "un Kosovar albanais ayant pris part au conflit" et qui affirme avoir suivi une formation de prélèvement d'organes tout en participant lui-même à au moins une telle opération.

Les informations qu'il fournit ensuite sont particulièrement éprouvantes : "Il décrit une opération de prélèvement du coeur d'un prisonnier serbe, dans un endroit près de Kukes (dans le nord de l'Albanie) à la fin des années 1990", poursuit le procureur. "Le coeur a été ensuite vendu sur le marché noir. Il décrit la procédure en détail", souligne le juge qui raconte aussi le transport de cet organe vers l'aéroport de la capitale albanaise, Tirana.

Un rapport du parlementaire suisse Dick Marty, adopté en janvier 2011 par l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, décrit un trafic d'organes présumé perpétré par des maquisards kosovars albanais sur le territoire albanais lors du conflit avec les forces serbes. Dick Marty évoque dans son rapport les noms d'anciens dirigeants de la guérilla indépendantiste kosovare albanaise, dont celui d'Hashim Thaçi, l'actuel Premier ministre du Kosovo. M. Thaçi et les autorités albanaises ont démenti ces accusations.

TF1 News - 09/09/12

18:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Syrie: Bernard-Henri Lévy devrait lancer une souscription

sans-titre.png avion.png

09/09/2012 – 11h00
PARIS (NOVOpress Breizh) –
Les va-t-en guerre réclament une intervention militaire en Syrie. A l’instar de ce qui s’était fait en Lybie. Malheureusement pour eux, ces petits marquis de Saint-Germain-des-Prés méconnaissent la réalité militaire… et financière.

Un spécialiste de la question, le général Jean Fleury, ancien chef d’état-major de l’armée de l’air, met les points sur les i. « Pour que l’aviation puisse détruire des chars ou les pièces d’artillerie menaçant les civils, il faut qu’elle ait au préalable la maîtrise du ciel, c’est-à-dire mis hors de combat batteries sol-air et chasseurs ennemis. Dans le cas libyen ce n’était pas trop difficile car la force aérienne du dictateur était peu opérationnelle et ses moyens terrestres de défense contre les avions ont été rapidement détruits ».

Le général poursuit : « Pour la Syrie, la chanson n’est pas la même. Son armée de l’air totalise environ cinq cents avions de combats, soit deux fois plus que la nôtre ; bien qu’une partie d’entre eux seulement soit moderne, leur nombre et la qualité d’un entraînement conduit en vue d’une guerre éventuelle contre Israël en font un adversaire sérieux. » La conclusion de ce spécialiste est sans appel : « Nous ne sommes pas de taille à l’affronter ».

Un rappel historique effectué par le général Fleury ne semble pas inutile. « Lors de la première guerre du Golfe en 1991, l’armée de l’air française disposait de 450 avions de combat auxquels s’ajoutaient 32 Mirage IV de la force aérienne stratégique. Le Livre blanc en vigueur ramène ces moyens à 230 Mirage 2000 ou Rafale dont les vecteurs nucléaires. La déflation de l’aéronautique navale a été similaire. » (Le Monde, 24/08/12)

En 2011, les crédits dépensés par la « mission défense » (préparation et emploi des forces, équipement des forces…) – distincte de celle intitulée « anciens combattants, mémoire et liens avec la Nation » – ont atteint 38,750 milliards d’euros. Dans la loi de finance 2012, la même « mission » bénéficie de 38 milliards de crédits de paiement. On annonce une baisse de deux milliards pour le budget 2013. Des coupes sévères sont à attendre pour la période 2013 à 2015 : plusieurs milliards d’économies seront à trouver.

Le ministre de la Défense nationale, Jean-Yves Le Drian, fait valoir que son ministère a consenti un effort exceptionnel en supprimant 54.000 postes entre 2008 et 2015, ce qui l’incite à adopter une position très ferme vis-à-vis de Matignon et de Bercy. (Le Figaro, 23/07/12). S’il défend becs et ongles son budget, pour autant les temps lui sont défavorables. Les priorités financières sont ailleurs. Ce qui nous évitera peut-être une guerre avec la Syrie.

Paul Le Guern

Crédit photo : Hemantphoto79/Wikimedia, licence CC.

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine [http://fr.novopress.info/]

18:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Florian Philippot invité de LCI

18:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Assad aurait dispersé les arsenaux d’armes chimiques à travers le pays 08/09/2012

 

Assad a dispersé les arsenaux d’armes chimiques à travers le pays



Les services de renseignement occidentaux sont persuadés que le gouvernement syrien a dispersé plusieurs centaines d'armes chimiques sur une vingtaine d’arsenaux à travers le pays, rapporte le site NEWS.ru Israel .

Si cela s’avère vrai, alors la mission de neutraliser les armes chimiques en cas d 'effondrement du régime d’Assad sera beaucoup plus complexe que cela n’était prévu, car ces arsenaux risquent de se retrouver dans les mains des différents groupes rebelles .

Le président américain Barack Obama a affirmé qu'il pourrait décider une intervention militaire en Syrie en cas de menace d’utilisation des armes chimiques et biologiques dans la région.

L'armée israélienne commencera immédiatement des actions de combat contre les islamistes radicaux, s'ils prennent le contrôle des stocks d'armes chimiques ou biologiques en Syrie, avait déclaré le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman le 25 juillet dernier dans une interview à une radio locale. « Pour nous, c'est un prétexte pour la guerre, et une ligne rouge » avait-t-il noté.
 

http://french.ruvr.ru/2012_09_07/assad-armes-chimiques/ http://french.ruvr.ru/2012_09_07/assad-armes-chimiques/    

ALTERINFO.NET


 

02:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

L’homme le plus riche de France veut devenir belge !

 
 
 

L’homme qui possède la première fortune de France a demandé la nationalité belge à la fin du mois dernier, mais dément un exil fiscal. Bernard Arnault a bien déposé son dossier auprès de la commission des naturalisations de la Chambre.

La décision de Bernard Arnault apparaît « curieusement » au moment où François Hollande confirmait vendredi sa décision de taxer les grandes fortunes à 75 %, à partir d’un million d’euros par an. A 63 ans, le patron du groupe de luxe Louis Vuitton Moët Hennessy (LVMH) est l’homme le plus riche de France et possède la quatrième fortune mondiale, selon le magazine Forbes.

Pourtant, dans un communiqué diffusé samedi, l’homme d’affaires dément avoir fait cette requête pour des raisons fiscales. « Contrairement aux informations publiées ce jour, M. Bernard Arnault précise qu’il est et reste résident fiscal français », souligne le texte diffusé par la communication du milliardaire.

Le patron de LVMH explique avoir sollicité la double nationalité pour développer ses investissements en Belgique. Le service de communication de Bernard Arnault rappelle par ailleurs que l’homme, originaire du nord de la France, a de nombreux liens personnels, familiaux et professionnels avec la Belgique. Admettons, mais cette demande d’acquisition de la nationalité belge est pour le moins porteuse d’interrogations…

Source

NPI

02:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

75%: ces "pleureuses" qui ont fait le forcing auprès de Hollande

Lire: http://tempsreel.nouvelobs.com/l-enquete-de-l-obs/2012090...

La taxe annoncée sur les très hauts revenus est en passe de s'assouplir. Et pour cause... Les riches patrons ont fait le siège de l'Elysée pour la torpiller.

01:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Gabegie : la République dilapide notre argent pour honorer ses lamentables maîtres

 

En pleine période de crise financière, la région Ile-de-France et le ministère de la Culture n’ont rien trouvé de mieux que de voter 800 000 euros de crédit pour restaurer la maison de campagne de … Léon Blum à Jouy-en-Josas.

Source : Faits & Documents n°341

Contre-info.com

01:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Le tortueux chemin de Damas de Frédéric Pons (et d’autres)

 

Excellent article d’Infosyrie sur le retournement de veste du « spécialiste » des pages « Etranger » de Valeurs Actuelles.

Difficile (de plus en plus) pour des conservateurs de droite de soutenir ce genre d’opposants syriens, même si Sarkozy et Juppé continuent de l’ordonner….

Décidément, c’est le proverbe – arabe – qui a raison : « Assieds-toi au bord de l’oued et tu verras passer le corps de tes ennemis« . Les cadavres de leur arrogance, de leur prédictions ou de leurs mensonges à tout le moins. Ainsi, c’est un plaisir de plus en plus affirmé que de lire les éditoriaux d’un Frédéric Pons, patron des pages « Étranger » de l’hebdomadaire « 2/3 UMP, 1/3 FN » Valeurs actuelles. Les plus anciens lecteurs d’Infosyrie se souviennent peut-être que nous avons assez tôt épinglé F. Pons pour ses analyses et articles aussi anti-Bachar que ceux que pouvaient commettre n’importe quel plumitif citoyen du Monde ou de Libération. Évidemment, Pons exprimait là une ligne habituelle à la droite pro-américaine et sioniste dont il est l’un des porte-parole les plus en vue (enfin, tout est relatif).

Lucidité tardive ou opportunisme ?
Lire la suite

01:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Le Journal de la Syrie 8 septembre 2012

00:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Strasbourg : création d’une faculté libre de théologie islamique pilotée par l’État turc

              

La formation d’imams sera enseignée dans un ancien centre de formation de la Poste. Le bâtiment est devenu la propriété d’une branche française de l’administration turque en charge des affaires religieuses.

 
Un souhait exprimé dès 2005 par Nicolas Sarkozy.

 

La mosquée de Strasbourg

En janvier devrait commencer à Strasbourg la formation d’imams. Cette filière, dans un institut piloté par l’État turc, viserait à répondre à un souhait français, exprimé dès 2005 par Nicolas Sarkozy, d’encourager l’émergence des futurs cadres d’un « islam de France, inséré dans la culture européenne ». Les locaux sont prêts, les esprits pas forcément.

« je tombe de mon fauteuil ». C’est un élu de la majorité socialiste de Strasbourg qui le dit. « Je ne savais rien du tout, personne n’en a jamais parlé au sein de la municipalité ».

Toute autre est la réaction de l’adjoint au maire Olivier Bitz, délégué aux cultes : « Il n’y a eu ni débat, ni dossier présenté au conseil municipal, tout simplement parce qu’il s’agit d’une initiative privée, montée sans aucun appel aux Lire la suite…

Défrancisation

00:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

OINU: la Palestine demande le statut exceptionnel d'Etat non membre "sous occupation" (Abbas)

sans-titre.png Mahmoud Abbas.png

La Palestine est déterminée à demander le statut exceptionnel d'Etat "sous occupation" non membre à l'Onu, a déclaré samedi lors d'une conférence de presse à Ramallah, en Cisjordanie, le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

"Nous voulons nous adresser à l'Onu pour être reconnus en tant qu'Etat sous occupation, conformément à la 4e Convention de Genève", a précisé M.Abbas.

(La 4e Convention de Genève protège les civils qui se trouvent aux mains de l'ennemi ou en territoire occupé contre les actes de violence et l'arbitraire, ndlr).

Et de rappeler que 133 Etats membres de l'Assemblée générale des Nations unies avaient déjà reconnu la Palestine en tant qu'Etat avec Jérusalem-Est comme capitale, et que la Palestine avait ses ambassades dans ces pays.

Le dirigeant palestinien a toutefois reconnu subir une puissante pression de la part de bien des pays, en particulier de la part des Etats-Unis et de certains pays de l'Europe de l'Ouest, qui s'opposaient à ce que la Palestine soit reconnue en tant qu'Etat au niveau international.

Selon les médias, le président Abbas présenterait sa requête le 27 septembre, le jour où il doit prendre la parole devant l'Assemblée générale de l'Onu.

En septembre 2011, M.Abbas avait déployé de grands efforts pour obtenir un statut de membre à part entière de l'Onu pour la Palestine, mais la demande n'avait jamais été présentée au Conseil de sécurité de l'Onu, où les Etats-Unis avaient prévenu qu'ils y mettraient leur veto.

Le seul Etat non membre au sein des Nations unies est le Vatican, représenté par le Saint Siège (la Suisse avait aussi ce statut jusqu'en 2002).Un Etat non membre a tous les droits d'un Etat membre sauf celui de voter et de présenter des candidats.

Moscou 8 septembre - RIA Novosti

00:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Le mythe de l'Espagne musulmane : entretien avec Serafín Fanjul

 

Le politiquement correct s’impose à coup de mensonges historiques répétés. Parmi ceux-ci on trouve le mythe d’Al Andalous : celui d’un royaume musulman pacifique, ouvert et tolérant. Une jolie construction idéologique sans grand rapport avec la réalité. L’hispanisant Arnaud Imatz fait le point ci-dessous avec le grand arabiste espagnol Serafín Fanjul. Selon ce dernier, les textes du Moyen âge démentent totalement l’interprétation contemporaine.

Auteur : Serafin Fanjul - ArnaudImatz sylvaingougenheim islamisme - le 08 Septembre 2012

Polémia

00:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

08/09/2012

"Est-ce que l'Allemagne veut encore de nous, les Juifs? "

sans-titre.png Crif.png

Charlotte Knobloch (photo), l’ancienne chef du Conseil central des juifs en Allemagne, a écrit un éditorial cinglant, publié mercredi 5 septembre 2012 dans le Süddeutsche Zeitung, à propos du débat sur la circoncision.

 

« Depuis 60 ans, j’ai défendu l’Allemagne en tant que survivante de la Shoah. Maintenant, je me demande si j’avais raison », écrit-elle. « En tant que survivante, à la veille de mon 80ème anniversaire, je n’imaginais même pas dans mes pires cauchemars que j’aurais pu assister à un pareil débat », poursuit-elle. Née à Munich en 1932, elle a survécu à la Shoah parce qu’un ancien employé de son oncle, Kreszentia Hummel, l’a prise sous son aile prétendant qu’il s’agissait de sa fille illégitime. Sa grand-mère a été assassinée à Auschwitz en 1944. Charlotte Knobloch a expliqué dans son éditorial que la circoncision est au cœur de l’identité juive. « Le zèle avec lequel ce débat traîne nos fondations religieuses dans la boue est inégalé. Des personnes qui, apparemment, n’ont aucune idée de la signification religieuse de la Brith Mila et qui n’ont probablement jamais parlé à un Juif, veulent maintenant nous dire si et comment nous pouvons suivre notre religion. » « Je ne veux pas rester silencieuse. Pas après tous les Juifs qui ont souffert en Allemagne », a-t-elle insisté. « Et je ne suis plus prête à aller de pair avec l’imposture dont les gens parlent : une nouvelle, fraîche, et florissante communauté juive en Allemagne ; dans le but de donner aux Allemands le sentiment que le temps peut guérir même la plus grande des plaies imaginables. » « Pendant six décennies, j’ai eu à me justifier parce que je suis restée en Allemagne – comme un vestige d’un monde détruit, comme une brebis au milieu des loups. J’ai toujours facilement porté ce fardeau parce que j’étais fermement convaincue que ce pays et son peuple le méritaient. Pour la première fois, mes convictions de base commencent à trembler. Pour la première fois, je me sens démissionner. Je me demande sérieusement si ce pays veut encore des nous, les Juifs » a-t-elle conclu.

 

Crif

23:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Tuerie de Chevaline: qui était le père ?

Des membres de la famille des fillettes britanniques ayant échappé à la tuerie visant leurs parents à Chevaline sont arrivés en France et pourraient rencontrer prochainement la cadette en présence d'un enquêteur.

L'identité des proches des deux fillettes, seules survivantes de la tuerie de Chevaline, n'a pas été révélée. Tout ce que l'on sait d'eux, c'est qu'il s'agit d'"un homme et d'une femme, accompagnés d'un enquêteur social britannique". Et qu'ils sont arrivés tout récemment en France. Pour le reste, le procureur de la République d'Annecy, Eric Maillaud, veut rester discret, et ses commentaires restent empreints de la prudence qu'il a manifestée depuis le début de l'enquête.

Quand ces membres de la famille des fillettes pourront-ils rencontrer la plus jeune, sortie miraculeusement sans blessure de la fusillade ? "Je ne sais pas quand ils pourront voir la petite fille. Il faut qu'on s'assure que ça puisse se faire sans difficulté", indique simplement le procureur de la République. Seule certitude : les rencontres se feront "systématiquement" en présence d'un enquêteur français, a-t-il précisé.

Zeena "ne sera plus réentendue"

Zeena, quatre ans, restée huit heures cachée dans la voiture avant que les enquêteurs ne la découvrent, "ne sera plus réentendue" par les enquêteurs, a précisé par ailleurs Eric Maillaud. "C'est terminé pour elle", a-t-il ajouté. La veille, lors d'une conférence de presse tenue dans l'après-midi, il avait déjà évoqué un probable départ de France dans les plus brefs délais : c'est "une petite fille qu'il importe de protéger", avait-il indiqué, assurant qu'"elle devrait gagner la Grande-Bretagne dans un délai bref", afin "qu'elle essaie d'oublier ce cauchemar".

Quant à sa soeur Zaïna, sept ans, grièvement blessée à la tête, "elle était toujours en coma artificiel hier soir tard", a-t-il expliqué samedi. "Ses blessures sont quand même extrêmement sérieuses", a-t-il ajouté.

Dernière précision sur le déroulement de l'enquête : les autopsies des corps des quatre victimes de la tuerie sont terminées. Mais leur résultat n'est toujours pas connu. "La dernière autopsie a commencé aux alentours de 23h30 (vendredi) et s'est terminée à 2 heures du matin" samedi, a détaillé le procureur. Eric Maillaud doit tenir une conférence de presse à 15 heures au palais de justice d'Annecy pour évoquer l'évolution du travail des enquêteurs.

TF1 News - 08/09/12

19:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Education nationale: un cas de discrimination politique à Guerlesquin

08/09/2012 – 09h30
GUERLESQUIN (NOVOpress Breizh) –
Le nouveau gouvernement le proclame haut et fort : le ministère de l’Education nationale recrute. Mais, manifestement, pas que sur des critères strictement professionnels. Un jeune Breton vient semble-t-il d’en faire la triste expérience. Une plainte pour discrimination a été déposée.

Répondant à une offre d’emploi d’assistant d’éducation émanant du collège Roz-Avel de Guerlesquin (29) diffusée le 13 juin par Pôle Emploi, le jeune Yann Vallerie adressait au principal de l’établissement son CV accompagné d’une lettre de motivation.

Son dossier ayant été retenu, M. Vallerie s’est rendu le 25 juin au collège de la petite cité du Trégor, où il a été reçu par le principal du collège Yannick Ezequel en présence de la conseillère principale d’éducation Mme Gurret. Après un entretien d’une demi-heure, durant lequel le postulant fit part de son expérience professionnelle et associative, le responsable du collège indiqua qu’il donnerait sa réponse quelques jours plus tard.

Trois jours plus tard, le collège contactait le jeune Breton pour lui demander si le poste l’intéressait toujours. La réponse de ce dernier étant positive, il lui était indiqué qu’il devrait se présenter à l’établissement à la fin du mois d’août afin de commencer son contrat de 12 mois, et qu’il recevrait une lettre de confirmation.

Dans l’après midi du même jour, la conseillère principale d’éducation rappelait M. Vallerie pour lui signaler que le principal souhaitait s’entretenir une nouvelle fois avec lui, sans en préciser les motifs. Rendez-vous fut donc pris pour le lendemain matin.

Et là, surprise : alors qu’il pénétrait dans le bureau du principal, Yann Vallerie raconte que ce dernier l’a informé « qu’il s’était renseigné sur sa personne via Internet, qu’il avait vu qu’il faisait de la politique, qu’il avait été candidat à une élection », lui faisant grief de ne pas lui en avoir parlé. L’intéressé précise qu’il a répondu que son engagement politique – il est responsable du mouvement Jeune Bretagne – relève de ses activités privées et qu’en aucun cas il ne les confond avec ses responsabilités professionnelles.

Selon l’intéressé, Yannick Ezequel lui aurait alors déclaré que le processus de recrutement s’arrêtait là, qu’il ne pourrait pas le faire intégrer l’équipe du collège car, selon lui, «ça passerait mal». Y. Vallerie affirme que le principal du collège lui a clairement dit « qu’il avait le profil correspondant à ce poste, notamment de par ses compétences en communication et son expérience d’encadrement de jeunes, mais qu’il ne souhaitait pas continuer le processus de recrutement eu égard de son engagement politique». Toujours selon M. Vallerie, Y. Ezequel aurait admis que ce refus d’embauche « constituait une discrimination » mais qu’il se serait dit « prêt à être attaqué devant les tribunaux pour cela.»

Une mise en demeure étant restée sans réponse, Yann Vallerie a donc décidé de porter l’affaire en Justice. Son avocat vient de déposer une plainte auprès du parquet du tribunal de grande instance de Brest pour discrimination. Le fait de refuser d’embaucher en raison des opinions politiques ou de subordonner une offre d’emploi, une demande de stage ou une période de formation en entreprise à une telle condition, constitue un délit puni de trois ans d’emprisonnement et de 45.000 euros d’amende. Affaire à suivre.

 

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine [http://fr.novopress.info/]

19:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)