Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/09/2012

L'indignation sélective d'un média gauchiste...

sans-titre.png  Casse-toi riche con.png

Source Contre-info.com - 11/09/12

 

20:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

L'info du jour la plus nulle!

sans-titre.png Dessus se marie.png

Jacques Chirac va devoir se tenir à carreaux s’il croise de nouveau Sophie Dessus. Sa blonde va épouser son compagnon le week-end prochain.

Il a toujours été un grand séducteur et les années ne l’ont pas changé. Il n’y a pas si longtemps, Jacques Chirac a plusieurs fois été pris en flag en train de draguer, et ce, en présence même de Bernadette. Deux séquences ont d’ailleurs été popularisées par Le petit journal de Yann Barthès.


Souvenez-vous, en 2009, l’ancien président de la République faisait des pieds et des mains pour faire asseoir à ses côtés Sophie Dessus, une jeune femme blonde, élue PS de Corrèze. Et pendant le discours de Bernadette, Jacques dragouillait, gentiment, avant de se faire prendre en flag par sa femme. Oups… Deux ans plus tard, rebelote. Jacquot a recommencé son petit manège : il a lui fait des blagues, des clins d’œil. Mais quand François Hollande a appelé Sophie pour travailler, Jacques s’est fâché tout rouge : « Tu es en train d’essayer de séduire ma copine. Pfiou… Il n’y a plus d’amis. »

Eh bien, on est désolés pour Jacques Chirac, mais Sophie Dessus a annoncé qu’elle allait se marier le week-end prochain à Uzerche. « J’ai invité François Hollande et Jacques Chirac, mais je pense que ce dernier ne viendra pas pour des raisons de santé », a confié la députée de Corrèze récemment élue au Parisien. Bernie, elle, devrait être de la partie. Pauvre Jacquot…


Retrouvez cet article sur voici.fr

 


 

20:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

De Bruxelles à Strasbourg : comment les médias s'efforcent de nous faire prendre des vessies pour des lanternes

Le  11 Septembre 2012

    

« Ras le bol d'être réduite à une paire de jambes arpentant le macadam, à une paire de fesses ondulant au-dessus du trottoir. Marre d'être prise pour de la chair fraîche prête à être consommée. C'est une clameur qui monte du web, le débat qui anime les dîners en terrasse : les femmes seraient harcelées dans la rue. » C’est le thème d’un documentaire tourné par une étudiante belge à l’aide d’une caméra cachée. Michel Geoffroy a vu le documentaire et exprime ci-après ses doutes sur l’universalité des séquences et surtout leur réel objectif.
Polémia

________________________________________________________________________________________

 

Les méchants sexistes bruxellois  ont révélé qu’à Bruxelles la police pourrait désormais dresser des amendes aux « Bruxellois » qui se livreraient à des injures dans la rue, sans passer par le parquet. Et tout le monde de se réjouir que « toute forme d’insulte sexiste, homophobe ou raciste ou autre est dorénavant réprimée par une amende de 75 à 250 euros » (leFigaro.fr du 5/9/2012). On va enfin faire reculer le sexisme en Belgique ! On nous dit aussi que la décision résulterait d’un documentaire « Femmes de la rue » dans lequel avaient été filmées en caméra cachée les injures dont la réalisatrice, Sofie Peeters, avait été victime « dans les rues d’un quartier populaire ».

On ne savait pas jusque-là que les Belges étaient particulièrement réputés pour leurs injures ou leur manque de galanterie à l’encontre des femmes, même si le Manneken-pis montrait son zizi à Bruxelles depuis fort longtemps.

Mais les quelques séquences (rares car vite censurées) de ce documentaire qui ont été diffusées en France nous éclairent sur l’identité de leurs auteurs : on y a vu en effet une femme, tête nue et en robe légère, se faire insulter ou poursuivre de leurs assiduités par des gens qui, malgré le floutage politiquement correct des visages, ne paraissaient ni wallons ni flamands. Quand on sait en outre que Bruxelles comporte une forte proportion de population d’origine extra-européenne et de religion non chrétienne, on commence à se douter de quelque chose.

Cacher la vraie information

Mais la fonction véritable des médias aujourd’hui n’est pas de nous « informer », ce qui impliquerait au moins de mettre en perspective les faits pour leur donner un sens. Elle consiste, au contraire, à essayer de dépeindre d’une couleur la plus aimable possible la cruelle réalité, à défaut de pouvoir la censurer.

La réalité n’est pas qu’on ait trouvé un nouveau moyen de lutter contre les « stéréotypes sexistes » en Belgique. Non, la véritable information, c’est qu’à Bruxelles comme dans beaucoup de « quartiers populaires », une femme européenne – donc impudique aux yeux de leurs nouveaux habitants – ne peut plus se promener tranquillement sans se faire insulter ou draguer outrageusement, puisque assimilée à une personne de petite vertu.

Mais cette information-là, taboue pour le Système, doit donc se trouver diluée dans un pathos destiné à faire croire que le problème viendrait d’un « sexisme » indéfini, alors qu’il résulte d’une situation bien identifiée mais politiquement incorrecte : le choc des civilisations sur le sol de l’Europe. Alors les journalistes, salariés du Système, font de leur mieux pour tourner autour du pot.

Une curieuse faculté

On nous a annoncé aussi l’ouverture d’une « faculté » de théologie musulmane à Strasbourg, destinée à la formation des imams turcs et mise en place avec le concours de la municipalité socialiste : une première en France, souligne le journaliste de service, chargé de saluer ce remarquable progrès vers un islam à la française (Le Monde du 31/8/2012, article de Guillaume Perrier).

Le pauvre s’y prend cependant bien mal, qui nous dit quand même que ce projet a été soutenu par la Turquie, que l’établissement a d’ailleurs été visité par le ministre turc des Affaires étrangères, que l’enseignement se fera en turc et que le diplôme sera délivré par le département de théologie de l’Université d’Istamboul. Les formateurs viennent aussi de Turquie. Le journaliste nous dit également que le projet a été défendu à la municipalité par un élu dont le nom a plutôt une consonance anatolienne et que ce dernier aurait d’ailleurs obtenu le jumelage de Strasbourg avec un sympathique village islamiste. Enfin, on comprend que les gentils Ottomans se sentent si soutenus qu’ils souhaitent désormais ouvrir à Strasbourg un établissement secondaire de même nature, calqué sur les lycées d’enseignement religieux, et des centres de formation d’imams dans plusieurs villes de France.

Curieuse « faculté », quand même, qui n’enseigne en turc qu’à des Turcs et se place sous le patronage du gouvernement turc. On ne voit pas très bien en quoi cela va faciliter la francisation de l’islam ou l’intégration des Turcs. Mais apparemment cela n’est pas un problème pour Guillaume Perrier.

L’info pour cacher la vérité

Le journaliste n’entre pas, bien sûr, dans ces considérations, même s’il se croit quand même obligé d’écrire le mot « faculté » entre guillemets. Il ne nous indique pas non plus l’importance de la communauté turque en Alsace, ni pour quelles raisons elle s’y est installée ni si elle « s’intègre » bien. Il n’aborde pas la nature des facilités offertes par la municipalité de Strasbourg.

Non. Ce serait là sans doute sortir de « l’info » pour aborder les rivages dangereux de l’opinion ! Surtout pas : le salarié du Monde a pour seule mission de nous faire croire que former en turc des imams turcs sur le sol français nous fait progresser collectivement dans la voie de la « laïcité positive ». La seule question qui semble le préoccuper, et qui conclut d’ailleurs l’article, est d’ailleurs de regretter que le diplôme délivré ne le soit pas en français.

« L’info » passe comme toujours à côté de l’essentiel. C’est même sa véritable fonction : submerger le lecteur, et plus encore le téléspectateur, sous un déluge d’insignifiance.

Les médias vous « informent » . Dormez, braves gens !

Michel Geoffroy
6/09/2012

Correspondance Polémia – 11/09/2012

Image : Sophie Peeters, réalisatrice de « Femmes de la rue »

20:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

KONK

sans-titre.png Konk.png

20:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Lens : il y a 70 ans, la rafle méconnue du 11 septembre 1942

Publié le 11 septembre 2012

 

À Lens, le 11 septembre 1942, à l'aube, 528 Juifs, soit à peu près la moitié de leur population, ont été arrêtés et déportés. Pour lutter contre l'oubli, la communauté israélite locale a décidé de commémorer de façon officielle le 70e anniversaire de cette rafle trop peu connue.

 

Ils s'appelaient Samuel, Marthe, Rachel, David... Portaient les noms de Morgenstern, Glikman, Goldberg, Steiner... Le plus jeune, Chaïm Ajchenbaum, avait 3 mois. Le plus âgé pas loin de 80 ans. Seule trace de leur existence : une immense plaque de marbre noir, fixée au mur de la petite synagogue de Lens, où chacun de leurs 528 patronymes a été gravé.

 

« Notre communauté est très réduite aujourd'hui, mais très ancienne et nous tenons à la maintenir en vie et à entretenir sa mémoire. Ce qui s'est passé le 11 septembre 1942 ne doit jamais tomber dans l'oubli pour que ça ne se reproduise pas », souligne Alain Tajchner, le président de la communauté juive de Lens, qui ne compte plus qu'une vingtaine de familles désormais. Avant la rafle, ils étaient environ un millier de Juifs, très majoritairement d'origine polonaise et très fervents, installés dans la capitale du bassin minier (lire leur histoire ci-dessous). La moitié, donc, n'est pas revenue des camps d'Auschwitz et Birkenau... « Proportionnellement à leur population, c'est énorme ! Nous ne sommes pas là pour obtenir un triste record, mais imaginez si la moitié de la communauté juive de Paris avait été raflée au Vel'd'Hiv... », remarque Jean-François Gintzburger (photo), directeur adjoint de Télés Nord - Pas-de-Calais, qui coproduit un documentaire pour Wéo, Les vies oubliées des Juifs de Lens, diffusé ce soir en avant-première, au Colisée de Lens.

 

De nombreux autres rendez-vous sont prévus ces trois prochains jours commémoratifs, avec des rescapés des camps, des conférenciers, des écrivains, mais aussi un invité de marque : Gilles Bernheim, le Grand Rabbin de France. « On est à Lens, ici. On n'est pas à Cracovie, ni même à Lille. Sa présence est un signe fort, non ? Avec la médiatisation que ça va susciter, on ne pourra pas dire qu'on ne savait pas ce qui s'est passé le 11 septembre 1942 », estime Henri Dudzinski, président de Millenium 2000. Association de l'église catholique polonaise de Lens, elle a aidé, comme le consulat de la République de Pologne à Lille, la communauté juive de Lens à préparer ce 70e anniversaire.

 

« À 5 h du matin, on a tapé très fort à notre porte »...

 

Avant sa diffusion télé en octobre, « Les vies oubliées des Juifs de Lens », le documentaire de Carine Mournaud, est projeté en avant-première, ce lundi 10 septembre, au Colisée, à Lens. Une plongée dans le quotidien d'une communauté laissée de côté. Fuyant la misère et l'antisémitisme dans leur pays, ils sont arrivés dans les années 20 à Lens, où travaillaient déjà à la mine nombre de leurs compatriotes catholiques. Les Juifs de Pologne commencent par vendre des tissus dans les corons, puis sur les marchés, et certains d'entre eux finissent par ouvrir leur propre commerce. « La ménagère catholique polonaise des cités minières peut négocier avec eux dans sa langue natale, alors globalement ils sont plutôt bien accueillis », raconte dans le film Danielle Delmaire, historienne et professeur émérite à Lille 3. Peu d'images témoignent du quotidien de cette communauté d'un millier de personnes, mais le récit d'une poignée de rescapés de la rafle du 11 septembre 1942 replonge le téléspectateur dans le contexte. Et montre à quel point les Juifs de Lens étaient implantés. « Il y avait une école juive, un café juif, un boucher kasher, un bain rituel. C'était une communauté véritablement installée dans le tissu social », souligne Jean-François Gintzburger, de Télés Nord - Pas-de-Calais, qui coproduit ce film-documentaire de 52 minutes. Mais c'est aussi une communauté nouvelle et jeune, qui a confiance en la République française et accepte facilement de se faire recenser. « On est allé de nous-mêmes se faire enregistrer à la mairie », témoigne une rescapée... Et une communauté beaucoup moins importante qu'à Paris par exemple et qui n'a donc pas ou peu de réseaux de renseignements et de possibilités de se cacher. Après ce « recensement transmis par l'administration française aux Allemands, première étape de la persécution », selon l'historien Yves Le Manner, tout est allé très vite. Le 11 septembre 1942, « à 5 h, on a tapé très fort à notre porte », se souvient une survivante. Rassemblés place du Cantin, 528 Juifs de Lens sont ensuite emmenés en gare de Lens, sous les yeux des habitants, dont ils auraient reçu très peu d'aide. En tout cas, selon Danielle Delmaire, il n'existe aucun témoignage d'enfants sauvés au moment de cette rafle. « Nous avons pris un train en direction de Lille, où nous ont rejoints d'autres convois venant de Douai, Valenciennes et Bruay, poursuit la rescapée. Ce n'était pas encore les wagons à bestiaux, on avait des wagons de voyageurs. Et puis nous avons été emmenés à Malines, le Drancy belge, et Auschwitz-Birkenau. »

 

 

Source : http://www.nordeclair.fr/Actualite/2012/09/10/il-y-a-70-a...

 

19:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Les militants identitaires sur le terrain contre les partisans de l'immigration

sans-titre.png identitaires.png

11/09/2012 — 18h00
PARIS (NOVOpress) — Ces jours derniers, les militants identitaires se sont mobilisés contre le partisans de l’immigration.

A commencer par Rouen, où une section locale de Patrons sans frontières (photo ci-contre) a manifesté bruyamment son soutien à la reprise des Cercles du Silence dans la ville normande. S’inspirant de leurs homologue parisiens, les militants de Vague Normande ont “organisé cette action humoristique et ironique afin de mettre en avant la bêtise de cette utopie humaniste d’un monde sans frontières. Un monde ne profitant en fin de compte qu’aux esclavagistes modernes sans moral, aux multinationales et grandes entreprises avides de bénéfices. Ceux-ci profitant de cette catastrophe humaine qu’est l’immigration, encouragée par les associations de gauche.”

C’est ensuite dans la région lyonnaise qu’une centaine de militants ont répondu à l’appel de Rebeyne pour signifier aux participants du festival “Meltin-Potage” (sic !) que : “Votre rêve est africain, le nôtre est européen”, comme l’indique clairement la banderole (photo en Une) derrière laquelle les militants se seront rassemblés. But de ce rassemblement ? Dénoncer le dangereux discours propagé par les organisateurs de cet évènement politique et les subventions scandaleuses qui lui sont accordées chaque année. Face au discours tenus par le organisateurs de ce festival (des militants du NPA et des bobos lyonnais), les Identitaires demandent :
“1°/ l’arrêt immédiat des subventions d’initiatives faussement antiracistes qui ne visent qu’à détruire notre identité lyonnaise, française et européenne ;
2°/ la mise en avant et la valorisation (à l’école, dans la presse, dans nos rues, etc.) de nos cultures ancestrales et de nos véritables racines.”

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine [http://fr.novopress.info/]

19:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

La police du Bade-Wurtemberg lance un site Internet qui appelle à dénoncer "l'extrémisme de droite"

sans-titre.png Polizei.png

10/09/2012 — 14h00
STUTTGART (NOVOpress via Lionel Baland) — En Allemagne, l’office criminel du Land de Bade-Wurtemberg a lancé un site Internet qui appelle à dénoncer l’“extrémisme de droite”.

Voici une traduction du texte contenu sur ce site :

“Aidez dans le combat contre l’extrême-droite ! Nous garantissons votre anonymat.

L’extrémisme de droite, sous ses nombreuses formes, est dirigé contre les principes constitutionnels de la République Fédérale Allemande et est ainsi un grand danger pour la société. Ainsi en novembre 2011, les organes de sécurité et le peuple ont appris que depuis des années, un groupe terroriste jusque-là inconnu, le NSU (Nationalsozialistischer Untergrund), a commis des actes criminels graves. À côté de ces faits lourds, il existe des incidents significatifs au cours desquels des personnes sont discriminées en raison de leur race ou origines.

Il existe assez de raison de s’engager activement pour la défense de la démocratie et le combat contre l’extrémisme de droite afin de promouvoir au sein de notre société une vie paisible incluant toutes les personnes. Afin d’éviter d’autres faits de violence ou des activités extrémistes du même genre, nous sommes à l’écoute de vos informations. Souvent, les personnes isolées n’osent pas communiquer les informations de peur de subir des désagréments.

Cette plateforme de communication sécurisée doit permettre d’écarter de tels scrupules. Ainsi vous pouvez donner votre avis de manière anonyme. Jusqu’à présent les informations atteignaient le parquet par la voie postale ou le téléphone. Ainsi, les questions en retour étaient impossibles ou limitées. Dans de nombreux cas, la constatation des faits est une condition indispensable pour l’exécution avec succès par la police de mesures appropriées.

Seulement avec votre aide, les activités d’extrême-droite peuvent être connues à temps, des enquêtes sur les auteurs et les organisations conduites et l’apparition d’autres dommages évitée.”

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine [http://fr.novopress.info/]

 

19:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Simone Veil Grand Croix de la Légion d'honneur

 

sans-titre.png sW.png

http://fr.wikipedia.org/wiki/Simone_Veil

 

Son nom reste associé à la cause des femmes, à la mémoire de la Shoah et à la construction européenne. A 84 ans, Simone Veil a été élevée, lundi 10 septembre 2012, à la dignité de Grand Croix de la Légion d’honneur, la plus haute distinction de l'ordre fondé par Napoléon. François Hollande lui a remis cette décoration, au cours d’une cérémonie à l’Elysée.

  

 

Rescapée du camp de la mort nazi d'Auschwitz durant la Deuxième Guerre mondiale, Simone Veil a eu un parcours hors norme qui l'a mené tour à tour à la présidence du Parlement européen, à l'Académie française et au Conseil constitutionnel. Son engagement au centre-droit l'a amené à participer deux fois à des gouvernements de 1974 à 1979 sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing et de 1993 à 1995 durant la cohabitation entre Edouard Balladur et François Mitterrand. Simone Veil, âgée de 90 ans, fait partie des personnalités préférées des Français et a joué un rôle important en mettant en garde son camp contre la tentation d'une alliance avec le Front national.

Crif - 11/09/12

18:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

« C’est l’histoire normale d’un mec normal qui naît à Bagdad… »

 

Contre-info veut donner un indice aux experts français en difficulté, avec cette photo d'un pistolet-mitrailleur de marque (israelienne) UZI équipé d'un silencieux "Mossad-II Gemtech Suppressor".

Un conte d’Emmanuel Ratier, sur l’affaire de l’Irakien tué en Savoie avec ses proches, à propos de laquelle les médias parlent toujours d’une « famille normale » :

« Dans les années 70, sa famille immigre au Royaume-Uni pour raison politique. Normal !
En 2002, cet Irakien obtient la nationalité britannique. Normal!
En 2002 juste avant que l’Angleterre n’attaque l’Irak ! Normal !
Il s’avère que le mec est un chef d’entreprise, ingénieur-consultant qui bosse dans les satellites… Normal !
Son dernier client était l’entreprise SSTL, Surrey Satellite Technology Ltd, entreprise travaillant pour l’agence spatiale britannique et faisant partie du groupe EADS, complexe militaro-industriel français. Le job normal quoi !
Le mec, il habite avec toute sa famille dans un quartier aisé de la capitale londonienne dans une maison cossue d’une valeur minimum d’1 million d’euros;
mais il aime aller en France régulièrement pour aller faire du camping avec sa caravane. Normal !
Toute la famille est sous surveillance des services secrets britanniques, normal !
Le mec, il décide juste au moment de la rentrée scolaire et du business, en septembre, de partir en vacances avec toute sa famille. Normal !
Il part avec sa voiture, prend le ferry pour aller dans un camping français en Haute-Savoie, mais sans sa caravane qui, elle, est restée en Angleterre. Normal !
Par contre, le mec, en plus de son passeport britannique, il prend également son passeport irakien pour aller en France! Normal !
Ah oui, y a aussi la grand-mère dans la voiture…et. elle, elle a un passeport suédois. Normal !
Bon, le mec, il arrive avec toute cette famille dans un camping près d’Annecy un lundi matin et le mercredi après-midi, il emmène toute la famille faire une petite excursion (sans oublier mamie suédoise) dans la montagne, en prenant soin d’emmener tous les bagages dans sa voiture. Normal !
Et le mec, une fois arrivé sur le parking de cet endroit isolé en pleine montagne, il a même pas le temps de dire ouf et d’arrêter le moteur de la voiture qu’il se fait buter, lui, sa femme et la grand-mère au pistolet-mitrailleur. Normal !
Chacun avec une balle dans la tête.…Normal !
La voiture, elle, est restée intacte, sans avoir reçu de balles.…Normal !
Ah oui, quand même, la voiture, elle a un pneu dégonflé……Normal !

Ah et puis, tant qu’on y est, y a aussi à côté de la voiture un cycliste français qui s’est fait buter en même temps. Normal !
Le cycliste, il bossait pour Cezus du groupe Areva dans le secteur des combustibles nucléaires. Normal !

Alors, pour résumer la situation, le cycliste français d’Areva, l’ingénieur britannique d’origine irakienne bossant à la fois pour l’agence spatiale anglaise et EADS, sa femme et puis la grand-mère irakienne avec un passeport suédois se sont fait buter par un ou plusieurs pros de la gâchette avec 15 douilles retrouvées, mais la gamine de 8 ans, elle, elle s’est uniquement fait tabasser et est toujours vivante.…Normal !

Juste après la tuerie, y a un témoin qui se pointe. Normal !
Lui aussi, c’est un cycliste. Normal !
Lui aussi, il est britannique. Normal !
Et c’est un ancien de la Royal Air Force. Normal !
Quand il arrive sur les lieux, la voiture est toujours en marche, la gamine titube encore, debout, mais les agresseurs, eux, ont disparu…Normal !
Après avoir secouru la gamine et appelé les secours à 15h48, le cycliste anglais de la RAF casse la vitre du conducteur pour rentrer dans la voiture, au lieu d’ouvrir simplement la portière…Normal !
Les secours arrivent sur place, constatent le décès des 3 adultes dans la voiture sans remarquer la présence d’une deuxième gamine de 4 ans à l’arrière aux pieds des 2 passagères. Normal !
L’enquête est tout de suite confiée à des experts parisiens au lieu des experts lyonnais quasiment sur place…Normal !
Les experts parisiens (qui eux sont pros et réactifs) arrivent sur la scène du crime 8 heures après le premier appel au secours. Normal !
Et là, parce qu’ils sont de vrais bons experts, ils découvrent la deuxième gamine de 4 ans dans la voiture. Normal !
Tandis que les policiers d’Annecy, eux, ils ont cherché cette deuxième gamine pendant des heures dans la montagne sans la trouver. Ben ouais, puisqu’elle s’était cachée dans la voiture !!! Normal !
La gamine de 8 ans, elle, elle a été déclarée morte dans un premier temps, puis en vie et sauvée dans un deuxième temps, et enfin, dans un troisième temps, plongée dans un coma artificiel pour une seconde opération médicale lors de la conférence de presse du procureur d’Annecy…Normal !
Toujours à cette conférence de presse, le procureur nous explique qu’il faut être prudent, qu’il n’est pas sûr de l’identité des victimes, que l’enquête commence tout juste. Par contre, il nous présente le déroulement des faits avec précision, intégrant d’office la version du cycliste britannique. Normal !
Une dernière news nous apprend que l’ingénieur irakien d’EADS était aussi un cycliste passionné, tout comme le cycliste français d’Areva et le cycliste britannique de la RAF !… Normal !
Personne ne pense au Mossad. Normal !

Bref, pas de quoi en faire un gruyère, c’est juste une histoire normale de 3 cyclistes en balade en Haute-Savoie !…

Emmanuel Ratier »

Contre-info.com

03:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

"Washington entrera en action, unilatéralement, pour renverser le gouvernement syrien" (Clinton)

 

"Washington entrera en action, unilatéralement, pour renverser le gouvernement syrien" (Clinton)
 
IRIB- Pour les Etats-Unis, la secrétaire d'Etat Hillary Clinton a répété à ses interlocuteurs russes, que toute résolution à présenter au Conseil de sécurité, au sujet de la Syrie, doit contenir des menaces de sanctions.

Clinton a réitéré : "Si le différend persiste avec la Russie, les Etats-Unis œuvreront avec les Etats partageant le même point de vue, pour soutenir l'opposition syrienne et hâter la chute de Bachar al-Assad". Hillary Clinton, qui parlait, après ses négociations, avec le Président russe, Vladimir Poutine, et le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, en marge du Forum international de coopération économique entre les pays d'Asie et du Pacifique, (APEC), à Vladivostok, dans l’Est de la Russie, a précisé que, comme les points de vue de Washington et de Moscou divergent au sujet de la Syrie, les Etats-Unis et leurs alliés tentent d’accélérer la chute de Bachar al-Assad, tout en soutenant les opposants syriens.

02:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

N'oublions pas les massacres de Sabra et Chatila !

 

 
N'oublions pas les massacres de Sabra et Chatila !
 
IRIB-Semaine du 11 septembre … Propagande sans fin de l’Axe américano-sioniste pour le « 11 septembre » …


Il y a un autre anniversaire significatif cette semaine, mais celui-ci n’attire pas la même attention que les commémorations du 11 septembre. 16-17 Septembre 1982, Sabra et Chatila…

Au matin du samedi 18 septembre 1982, les journalistes qui sont entrés dans les camps de réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila, près de Beyrouth au Liban ont eu une vision horrible. Des piles de corps jonchaient les rues poussiéreuses des camps, des fosses communes avaient été construites à la hâte et les bâtiments avaient été rasés au bulldozer sur les cadavres. Les personnes assassinées étaient des hommes âgés, des femmes et des enfants. Un massacre avait eu lieu. Le nombre de morts était estimé à des milliers.

Que s’y était-il produit ? Qu’est ce qui avait pu provoquer ce type de massacre inhumain ? Qui avait fait cela ?

C’étaient les questions qui ponctuaient le silence du matin après l'arrêt du massacre. On se pose encore aujourd’hui ces questions, plus de deux décennies après les événements.

Pour essayer de répondre à ces questions, relisons une nouvelle fois l’histoire :

Le 6 juin 1982, l’armée israélienne – Tsahal, la soi-disant « force de défense » - a envahi le Liban dans ce qu’elle a décrit comme étant des "représailles" pour la tentative d’assassinat sur l’Ambassadeur israélien à Londres, Argov, le 4 juin. L’invasion, appelée ensuite "Opération Paix en Galilée", a progressé rapidement. Le 18 juin 1982, Israel avait cerné les forces armées de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) dans la partie occidentale de la capitale libanaise. Un cessez-le-feu, négocié par l’envoyé des Etats-Unis, Philip Habib, a eu comme conséquence l’évacuation de l’OLP de Beyrouth le 1er septembre 1982.

Le 11 septembre 1982, le ministre de la défense israélien, Ariel Sharon, l’architecte de l’invasion, a annoncé que "2.000 terroristes" étaient restés à l’intérieur des camps de réfugiés palestiniens autour de Beyrouth.

Le mercredi 15 septembre, le lendemain de l’assassinat du chef de la milice phalangiste (fascistes libanais) alliée des Israéliens et président élu libanais, Bashir Gemayel, l’armée israélienne a occupé Beyrouth-Ouest, "encerclant et bouclant" les camps de Sabra et Shatila, où vivaient des civils libanais et palestiniens. Israël a justifié son initiative dans Beyrouth-Ouest par un besoin de maintenir l’ordre et la stabilité après l’assassinat de Gemayel.

Cependant, plusieurs jours plus tard, Ariel Sharon a déclaré à la Knesset, le parlement israélien : "Notre entrée dans Beyrouth-Ouest était destinée à faire la guerre contre l’infrastructure laissée par les terroristes." L’armée israélienne a alors désarmé, dans la mesure où elle le pouvait, les milices anti-israéliennes à Beyrouth-Ouest, alors qu’elle a laissé ses armes aux milices phalangistes chrétiennes de Beyrouth.

A midi le 15 septembre 1982, les camps de réfugiés étaient complètement encerclés par des tanks et des soldats israéliens, qui ont installé des points de contrôle aux endroits stratégiques et aux carrefours autour des camps afin d’en surveiller toutes les entrées et les sorties.
En fin d’après-midi et toute la soirée, les camps ont été bombardés.

Le jeudi 16 septembre 1982 vers midi, une unité d’environ 150 Phalangistes armés (c’est ce que prétend Israël) est entrée dans le premier camp.
Pendant les 40 heures suivantes, les membres de la milice phalangiste ont violé, tué et blessé un grand nombre de civils non-armés, dont la plupart étaient des enfants, des femmes et des personnes âgées à l’intérieur des camps encerclés et bouclés. L’estimation des victimes varie entre 700 (chiffre officiel des Israéliens) et 3.500.

 

LES VICTIMES ATTENDENT TOUJOURS JUSTICE

Les victimes et les survivants des massacres n’ont jamais eu droit à une enquête officielle sur la tragédie, puisque la Commission Kahan d’Israel n’avait pas de mandat juridique et n’avait pas de pouvoir judiciaire.

Ce massacre est considéré comme le seul massacre sanglant de l’armée terroriste israélienne et il revendique la participation d’alliés, mais on peut penser qu’il ne sera pas le dernier. En particulier, après ce que nous avons vu dans la dernière guerre israélienne contre le Liban.

Si les Américains préparent chaque année avec agitation l’anniversaire du 11 septembre, beaucoup d’habitants du camp de Chatila et de son voisin plus petit, Sabra, redoutent la date importante qui marque des décennies de souffrance et d’enquête futile de la justice.

Pour les Palestiniens, ce sera certainement un rappel bien loin des cérémonies de New York et de Washington où les responsables américains demanderont à nouveau raison au monde entier. Les survivants palestiniens des massacres de 1982 se réuniront probablement pour entendre des discours à l’endroit où leurs proches ont été enterrés dans des fosses communes : une parcelle vide et poussiéreuse signalée par un pathétique monument provisoire en parpaings.

Mais le monde de Washington, de Tel-Aviv et de l’OTAN, n’observera pas une minute de silence pour les victimes innocentes de Sabra et Chatila, ni de reportages au sujet des survivants et de leur existence malheureuse sur les lieux de ce crime horrible.

Le monde pas, mais nous oui ! Non, nous ne « sommes pas tous américains ».

02:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Le Kosovo accède à la pleine souveraineté

Le Kosovo accède lundi à sa "pleine souveraineté" quatre ans et demi après la proclamation de son indépendance de la Serbie, mais les célébrations sont assombries par des révélations de Belgrade sur un trafic présumé d'organes durant le conflit serbo-kosovar (1998-99).

Le Groupe d'orientation sur le Kosovo (ISG, "International Steering Group"), qui a supervisé le Kosovo depuis la proclamation de son indépendance en 2008, se réunit dans l'après-midi à Pristina pour prononcer sa dissolution marquant ainsi la pleine souveraineté de ce territoire.

Mais la veille, une nouvelle polémique a éclaté entre Belgrade et Pristina après que le procureur serbe chargé des crimes de guerre eut révélé que ses services disposaient d'un témoin ayant participé au trafic présumé d'organes prélevés sur des Serbes durant le conflit du Kosovo, dont est accusée la guérilla kosovare.

Cette affaire fait également l'objet d'une enquête internationale menée par le procureur américain John Clint Williamson.

Les responsables kosovars ont constamment nié ces allégations dont les premières remontent à 2008.

Pristina a répondu par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Enver Hoxhaj, qui a dénoncé une "tentative de la Serbie de ternir un grand jour pour le Kosovo".

Au printemps 1999, pour mettre fin à la répression des forces serbes contre la guérilla indépendantiste kosovare albanaise, l'Otan avait mené des raids aériens au Kosovo et en Serbie qui se sont traduits par le départ des force serbes du Kosovo.

Puis un médiateur de l'ONU, le Finlandais Martti Ahtisaari, avait fait adopter un processus d'accession à l'indépendance du Kosovo, "sous surveillance internationale", notamment avec une administration sur place de l'ONU, processus constamment rejeté par la Serbie.

Lundi, la présidente du Kosovo, Atifete Jahjaga, s'est réjouie de la décision attendue de l'ISG, soulignant qu'ainsi, son pays remplissait "toutes les conditions pour devenir un Etat avec des perspectives claires d'intégration dans les structures euro-atlantiques".

Présent à Pristina, le sous-secrétaire adjoint du département d'Etat américain, Philip Reeker, a une nouvelle fois souligné "le soutien des Etats-Unis à la souveraineté, l'indépendance et l'intégrité territoriale du Kosovo sur son chemin vers l'intégration euro-atlantique".

La dissolution de l'ISG "ne représente pas la fin du puissant soutien international y compris celui des Etats-Unis" accordé au Kosovo, a-t-il ajouté.

A Belgrade, le Premier ministre serbe, Ivica Dacic, a réitéré que la Serbie ne reconnaissait pas l'indépendance du Kosovo, "qu'elle soit supervisée ou non-supervisée".

La dissolution de l'ISG qui regroupe 25 pays ayant soutenu l'indépendance du Kosovo -- dont les Etats-Unis, plusieurs Etats de l'Union européenne et la Turquie --, se traduira sur le terrain par la fermeture du Bureau civil international (ICO) dirigé par le diplomate néerlandais Peter Feith qui est également le Représentant spécial de l'UE. L'ICO jouissait de pouvoirs discrétionnaires pouvant imposer des lois ou sanctionner des responsables gouvernementaux, qu'il n'a toutefois jamais utilisés.

Qualifiée par Belgrade d'"erreur historique et tragique", la décision de l'ISG ne change toutefois rien aux missions en cours de l'Office Eulex de police et de justice de l'Union européenne, dont le mandat vient d'être prolongé jusqu'en 2014, et de la Force de l'Otan au Kosovo (Kfor).

L'indépendance du Kosovo a été reconnue par quelque 90 pays, dont la Belgique, mais la Serbie, qui s'y oppose fermement, encourage les 120.000 Serbes qui représentent 6% de la population et vivent essentiellement dans le nord du Kosovo, à braver les autorités de Pristina.

Néanmoins, l'amélioration des relations avec le Kosovo est la principale condition à remplir pour que la Serbie, qui a obtenu le statut de candidat à l'adhésion à l'UE en mars, puisse obtenir une date pour l'ouverture des négociations avec Bruxelles.

7sur7 - 10/09/12

02:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

L'auteur franco-syrien Adnan Azzam: le mouvement sioniste se trouve à l'origine de la Révolution française et du soulèvement syrien

Lire: http://www.crif.org/fr/actualites/l%C2%B4auteur-franco-sy...

01:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Taubira: les homosexuels français pourront se marier et adopter

sans-titre.png taubira.png

Les homosexuels pourront se marier et adopter "dans les mêmes conditions que les hétérosexuels" aux termes d'un projet de loi qui sera présenté en octobre en conseil des ministres, annonce la ministre de la Justice. Ils n'auront en revanche pas accès à la procréation médicalement assistée.

Le projet de loi ouvrant le mariage aux couples homosexuels leur permettra d'adopter "dans les mêmes conditions que les hétérosexuels", mais ne prévoit pas d'élargir l'accès à la procréation médicalement assistée, précise Christiane Taubira dans un entretien à paraître mardi dans La Croix. "Le projet de loi va étendre aux personnes de même sexe les dispositions actuelles du mariage, de la filiation et de la parenté", déclare la ministre de la Justice, chargée d'élaborer le texte. "Nous ouvrirons donc l'adoption aux couples homosexuels et ce, dans un cadre identique à celui actuellement en vigueur", ajoute Christiane Taubira.

"Ils pourront, comme les autres, adopter de façon individuelle ou conjointe (de façon simple ou plénière)", précise-t-elle. L'adoption plénière entraîne la rupture définitive des liens de filiation avec les parents biologiques, alors que celle-ci demeure en cas d'adoption simple. "Ainsi, les personnes homosexuelles désireuses de devenir ‘parent' de l'enfant biologique de leur conjoint pourront accéder à la procédure d'adoption dans les mêmes conditions que les hétérosexuels", souligne la garde des Sceaux. "A l'heure actuelle, la procédure d'adoption est sérieuse, elle sera appliquée de la même façon pour les couples de même sexe", poursuit-elle, assurant que "l'intérêt de l'enfant est une préoccupation majeure du gouvernement".

Interrogée sur une ouverture de l'aide médicale à la procréation (AMP) aux couples de femmes, la ministre répond que ce projet de loi "ne prévoit pas d'élargir l'accès à la procréation médicalement assistée". "L'accès à la PMA ne rentre pas dans son périmètre", ajoute-t-elle. "Quant à la gestation pour autrui, elle ne sera pas légalisée. Le président de la République a toujours été très clair sur ce sujet lors de la campagne", précise Christiane Taubira. Dans son discours de politique générale début juillet, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault avait promis qu'"au premier semestre 2013, le droit au mariage et à l'adoption" serait "ouvert à tous les couples, sans discrimination", conformément à un engagement de campagne du président François Hollande.

TF1 - 10/09/12

 

01:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Le Journal de la Syrie 10 septembre 2012


Journal de Syrie 10.09.2012 par Alchimie33

 

La chaîne d'information internationale FRANCE 24 mise en cause dans la justification et la promotion de l'organisation du terrorisme contre la Syrie

 

01:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Charia - Des milliers de fillettes mariées par des imams en Angleterre

sans-titre.png mosquée angleterre.png

 

 10/09/12 – 18h00

 
LONDRES (NOVOpress via Observatoire de l’islamisation) - Une information largement commentée dans la presse britannique (par exemple ici), évidemment censurée en France.

 Une enquête a révélée la banalité des mariages impliquant des fillettes de 12 ans, fondés sur la charia.

 Deux imams interrogés en caméra cachée par des journalistes du Sunday Times ont dit qu’ils seraient prêts à officier lors du mariage d’une jeune fille mineure avec un homme dans la vingtaine.
Ces révélations ont conduit le ministère de l’Intérieur (Home Office) à confirmer que ces cérémonies seront examinées dans le projet de loi à venir du gouvernement visant à interdire les mariages forcés.

 Plus de 1.000 des 8.000 mariages forcés en Grande-Bretagne, chaque année, concernent des filles âgées de 15 ans ou moins, avec un cas l’année dernière impliquant une petite fille de cinq ans.

 L’imam Mohammed Kassamali du très officiel Centre islamique Husaini de Peterborough a précisé que le mariage devait se faire dans le secret. Il a affirmé: “Si le mariage n’était pas possible, je vous aurais dit de passer votre chemin, mais j’aimerais que votre fille rentre au plus tôt dans la maison de son prochain mari”

 L’imam Abu Haq d’une mosquée de l’est de Londres à Shoreditch a prévenu pour une même demande: “présentez-ça comme un engagement, mais ce sera bien un mariage. En islam, c’est possible dès la puberté. Mais personne ne doit être au courant. Si elle en parle à l’école, les travailleurs sociaux vont se saisir de l’affaire. Et on aura des problèmes.”

 Un autre imam bien intégré a confirmé : “Dans la loi islamique, la charia, marier une fille de 12 ans n’est pas un problème “.

Photo : une mosquée en Angleterre. Crédit : AlHabib Ali AlJifri+ via Flickr, licence CC.

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine [http://fr.novopress.info/]

 

 

00:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

"S'il y a insulte, n'est-ce pas de la part de Bernard Arnault ? "

sans-titre.png Libération.png

 

00:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Grèce - L'Aube dorée contrôle les marchands immigrés

10/09/12 – 08h00
ATHENES (NOVOpress) -
Nouvelle action de choc, et nouveau scandale, de l’Aube dorée vendredi soir, à Rafina, en Attique, pendant la célébration de la Vigile de la Nativité de la Vierge. En l’absence de la police, une cinquantaine de militants, conduits par deux députés du parti, ont contrôlé eux-mêmes les marchands ambulants immigrés qui s’étaient installés sur le marché traditionnel. Ceux qui ont justifié d’être en règle ont été laissés en paix ; les autres ont été chassés et leurs étals détruits.

 

Giorgos Germenis, député d’Athènes (et par ailleurs bassiste du groupe de Black Metal Naer Mataron), a ainsi expliqué cette action : « Nous sommes venus pour honorer la fête de la Sainte Vierge. En même temps, nous avons appris qu’il y avait ici beaucoup d’immigrés clandestins sans papiers. Nous les avons dénoncés à la police et l’Aube dorée a fait ce qu’il fallait faire ».

Les militants de l’Aube dorée ont ensuite participé à la procession de l’icône de la Vierge.

Les partis de gauche ont dénoncé le « terrorisme fasciste » et sommé le ministre de l’Ordre public et de la Protection des citoyens, le conservateur Níkos Déndias, « d’arrêter les grands discours et d’imposer l’ordre » – comprenons, de réprimer l’Aube dorée. La police a ouvert une enquête pour « usurpation d’autorité ».

L’Aube dorée a annoncé de son côté que des actions similaires allaient être menées dans tout le pays, « jusqu’à ce que les politiciens inexistants qui dirigent le ministère de l’Ordre public et de la Protection des citoyens décident de faire leur travail et de cesser de favoriser l’illégalité ».

Pris entre les immigrationnistes et l’Aube dorée, le gouvernement grec semble avoir résolu de ne rien faire : ni vraie lutte contre l’invasion des clandestins ni répression de l’exaspération populaire. Il faudra bien pourtant qu’il finisse par choisir.

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine [http://fr.novopress.info/]

00:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

10/09/2012

Inauguration du Camp des Milles : vers un plan d'action contre l'antisémitisme et le racisme

 

 
Publié le lundi 10 septembre 2012 à 19H37
 

Le site mémorial du camp des Milles, près d'Aix, a été officiellement inauguré aujourd'hui en présence de Jean-Marc Ayrault. Ce dernier a annoncé que "la lutte contre le racisme et l'antisémitisme est une priorité de mon (son) gouvernement".

Le camp d'internement et de déportation a été inauguré par le Premier ministre et Alain Chouraqui, président de la Fondation du Camp des Milles.

Photo La Provence

Jean-Marc Ayrault a annoncé aujourd'hui lors de l'inauguration du Mémorial du camp des Milles à Aix-en-Provence qu'un "plan d'action" contre l'antisémitisme et le racisme serait présenté "dans les prochaines semaines". "La lutte contre le racisme et l'antisémitisme est une priorité de mon gouvernement", a-t-il assuré dans son discours d'inauguration du Mémorial du camp des Milles, seul grand camp d'internement et de déportation sous commandement français encore intact. "Je réunirai un comité interministériel sur ce sujet dans les prochaines semaines, pour adopter un plan d'action", a-t-il annoncé.

Ce plan sera "d'abord fondé sur l'éducation, la volonté de combattre les préjugés sur l'étranger, sur l'autre, qui restent ancrés dans bien des mentalités et que des vents mauvais ont à nouveau attisés au cours des années passées", a précisé le chef du gouvernement.

 

La Provence

23:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Castres : faisons respecter les soldats de la France

 

 
 

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National

SOS Racisme et le MRAP vont-ils se porter partie civile contre ces « jeunes » qui ont agressé les parachutistes de Castres en les traitant de « sales Français » ? Le silence persistant de ces associations d’un antiracisme unilatéral, mais néanmoins subventionné, montre éloquemment leur véritable nature.

Pourtant, un soldat de ce régiment durement éprouvé en Afghanistan a perdu un œil. Il ne pourra plus exercer son métier. Ses camarades du 8e Régiment de parachutistes d’infanterie de marine (RPIMa) sont consignés. Sont-ils punis ou ne sont-ils plus en sécurité dans leur propre garnison ? La vérité est que Castres n’est pas la seule ville de France où les militaires français sont désormais soumis à un couvre-feu, sous la pression de bandes de racailles qui imposent ainsi leur loi.

Il appartient au gouvernement de faire respecter les soldats de la France, sur les théâtres extérieurs bien sûr, mais aussi sur le territoire national. Tous les voyous de Castres doivent être retrouvés et poursuivis sans faiblesse.

23:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)