Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/05/2012

Le NPA accueille à bras ouverts le terroriste Rouillan

 

Le NPA acceuille à bras ouverts le terroriste Rouillan
 
 
 

19/05/2012 – 12h00
MARSEILLE (NOVOpress) –
L’ancien terroriste Jean-Marc Rouillan (photo), dernier membre du groupe armé Action directe, qui était emprisonné aux Baumettes à Marseille vient de bénéficier d’une surprenante liberté conditionnelle.

Pour rappel Jean-Marc Rouillan a été condamné en 1989 et en 1994 à la réclusion criminelle à perpétuité pour les assassinats du PDG de Renault Georges Besse en 1986, et de l’ingénieur général de l’armement René Audran en 1985. Ayant déjà tiré profit des largesses de la justice française avec le port d’un bracelet électronique pour de tels crimes, Rouillan recouvre une liberté que d’autres n’ont jamais eu la chance de se voir accorder en particulier pour des faits moins graves. Mais surtout, cet adepte de l’idéologie de gauche la plus extrême et la plus sectaire qui soit retrouve le chemin du militantisme au Nouveau Parti Anticapitaliste dans le cadre de la campagne des élections législatives à Marseille. Le NPA qui révèle une nouvelle fois son vrai visage empreint de haine et de nihilisme en acceptant Rouillan en son sein.

Employé chez la très gauchisante maison d’édition Agone, Rouillan n’a jamais rompu avec la politique, poursuivant son engagement derrière les barreaux ou en dehors. “C’est la vie qui continue» a ainsi déclaré sans fard celui qui n’a jamais exprimé le moindre regret pour ses gestes odieux. Une vie qui par contre s’est arrêtée net en 1986 et 1987 pour Besse, Audran et leurs familles respectives.

Rouillan poussa même la provocation jusqu’à ne pas respecter l’obligation qui lui était faite de s’abstenir de toute intervention publique relative aux infractions pour lesquelles il a été condamné. Il écopa pour ce manquement d’une aggravation de sa peine, faisant dire à la veuve de Georges Besse : “Rouillan ne pourra jamais payer sa dette. Sa dette, c’est deux vies: mon mari, le général Audran et peut-être d’autres… Il faut assumer ses actes et les conséquences de ses actes. On n’est pas impunément révolutionnaire tueur”.
Assumer, la grande inconnue du côté de l’extrême gauche !

Crédit photo : DR.

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine

23:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Hénin-Beaumont - Le FN selon Mélenchon: " quatre alcooliques et dix dégénérés"

Le député européen assure que sa bataille contre Marine Le Pen n’est pas « personnelle » et qu’il ne souhaite pas « un combat de catch ». Mais il ne peut s’empêcher de décrire à des journalistes le FN local comme « quatre alcooliques et dix dégénérés ». « Au visage de la haine », il veut opposer celui de la « fraternité et du partage ». Si M. Mélenchon a fait de la lutte contre l’extrême droite le moteur de sa candidature, il ne se privera pas d’instaurer un autre bras de fer, avec le PS local. Tout comme Mme Le Pen, il espère bien rassembler autour de sa candidature des socialistes qui pourraient être lassés des guerres intestines et des affaires qui minent la fédération du Pas-de-Calais.

« A tous ceux qui sont fâchés et pas fachos, je propose de venir se mettre en colère avec nous », a lancé M. Mélenchon au public de Méricourt. Sur le premier tract de campagne tiré à 55 000 exemplaires, il se présente, avec M. Poly, comme les représentants de « la gauche sans complexe et sans casserole ». Sur cette terre de gauche, majoritairement socialiste, M. Mélenchon ne manque pas non plus de rappeler ses années au PS. « Pour beaucoup, je reste un socialiste et ce n’est pas pareil que de voter communiste », dit-il.

Suite et source : Le Monde, merci à Veilleur

Défrancisation - 19/05/12

20:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Adoption d'une résolution majeure pour lutter contre la haine sur internet à l'échelle globale

Le mercredi 2 mai 2012, la délégation du CRIF qui s’est rendue aux Etats-Unis, a rencontré à Washington l’avocat Christopher Wolf, expert du droit de l’internet et co-directeur de la Task Force sur la haine sur internet de la Coalition Interparlementaire pour combattre l’antisémitisme (ICCA), pour faire le point sur les démarches de la société civile visant à lutter contre la haine sur internet.

« Après la rencontre préalable avec l’avocat Christopher Wolf, et dans le suivi de ses échanges constant avec ADL, le CRIF correspond avec le projet en France »

 

Ils ont pu réfléchir à des stratégies communes pour lutter contre les contenus racistes et antisémites de sites internets, dont la plupart sont hébergés aux Etats-Unis, un pays qui a une interprétation large du droit à la liberté d’expression.

 

Le lundi 7 mai, à Palo Alto, sous les auspices de l’université de Stanford, la Task Force sur la haine sur internet de la Coalition Interparlementaire pour combattre l’antisémitisme (ICCA), a pu faire adopter une résolution majeure visant à la formation d’un groupe de travail contre la haine sur internet avec les acteurs principaux de l’industrie comme Google et Facebook et les associations de la société civile.

 

L’organisation Anti-Defamation League (ADL) doit être en charge de la mise en œuvre de ce groupe de travail dont un des objectifs sera de rendre compte régulièrement des mesures prises par les entreprises pour faire face à la haine sur internet.

 

Après la rencontre préalable avec l’avocat Christopher Wolf, et dans le suivi de ses échanges constant avec ADL, le CRIF correspond avec le projet en France.

 

Eve Gani

20:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Quand les prostitué(e)s du bois de Boulogne défilent contre le "harcèlement policier et juiciaire"...

Le Monde.fr | 18.05.2012 à 20h52

 
"On subit une répression continue, journalière. On nous prend à la sortie du client, mais on ne racole jamais dans notre camionnette ou notre voiture", dénonce une prostituée.

Une cinquantaine de prostituées et transsexuels exerçant au bois de Boulogne dans des véhicules ont manifesté vendredi 18 mai pour dénoncer le "harcèlement policier et judiciaire" dont ils se disent victimes. Selon Me Stéphanie Marcie-Hullin, avocate présente à la manifestation, depuis un arrêté en date du 1er mars interdisant le stationnement de véhicules au bois de Bologne, des prostituées sont arrêtées "quotidiennement" par la police pour racolage, "alors même qu'il n'y a pas d'infraction", puisqu'elles exercent dans leur véhicule sans interpeller le client, explique-t-elle.

"On subit une répression continue, journalière. On nous prend à la sortie du client, mais on ne racole jamais dans notre camionnette ou notre voiture. On est emmenées systématiquement pour racolage, pour vingt-quatre heures, et on nous met au dépôt de la cité judiciaire", a dénoncé Corinne, une autre prostituée, porte-parole du Collectif 16e arrondissement des prostituées du bois de Boulogne, qui vient de se créer. La prostitution n'est pas illégale en France, rappelle Me Marcie-Hullin.

Au bout de vingt-quatre heures, les prostituées sont présentées au délégué du procureur, et ressortent libres, parfois avec un rappel à la loi et une amende, parfois sans condamnation, explique Me Marcie-Hullin. "Cette procédure pénale rapide, dite de troisième loi, permet d'éviter d'aller au procès, où un avocat dénoncerait le scandale et où un magistrat indépendant prononcerait forcément la relaxe", affirme-t-elle.

L'avocate et le Collectif demandent à rencontrer le préfet de police de Paris et le procureur de la République. En attendant, "dès qu'on vous arrête, il faut demander un avocat", a-t-elle insisté auprès des prostituées présentes. C'est à cause de la loi de 2003 pénalisant le racolage passif que les prostituées et transsexuels se sont mis à exercer dans des véhicules, afin d'être "plus discrètes et plus protégées", a jugé l'avocate.

20:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Hollande cravaté au G8...

19:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Florian Philippot dans "Mots croisés"

19:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Terrorisme/Action directe - Jean-Marc Rouillan est libre

Posté par le 19 mai 2012

 

Le dernier membre du groupe terroriste d’extrême gauche Action directe, Jean-Marc Rouillan, bénéficie depuis hier matin d’une liberté conditionnelle. Le cofondateur de l’organisation terroriste d’extrême gauche qui, à 59 ans, en a passé au total 24 en prison, a dit ne pas ressentir « d’excitation particulière ». « C’est la vie qui continue », a-t-il simplement déclaré, toute honte bue. Les familles des victimes apprécieront.

Il avait été arrêté en 1987 avec d’autres membres du groupe, puis condamné en 1989 à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d’une période de sûreté de dix-huit ans, pour l’assassinat de l’ingénieur général de l’armement René Audran en 1985 et celui du PDG de Renault Georges Besse en 1986.

Il avait bénéficié d’un régime de semi-liberté du 17 décembre 2007 au 2 octobre 2008. Ce régime a été suspendu puis révoqué pour des propos tenus lors d’une interview à L’Express en 2007. Il bénéficie de nouveau d’un régime de semi-liberté le 19 mai 2011.

Désormais, il a été définitivement libéré. Il peut donc recommencer…

19:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Polémique en Grèce après des propos négationnistes de l'Aube dorée

 Source : tempsreel.nouvelobs.com

 

 

Le gouvernement grec et la communauté juive ont vivement condamné lundi des propos du dirigeant du parti d’extrême-droite Aube dorée niant l’existence des chambres à gaz et des fours crématoires dans les camps de concentration allemands pendant la Seconde guerre mondiale.

Nikolaos Mihaloliakos, dont le parti a réalisé un score historique de près de 7% lors des élections du 6 mai, a également remis en cause la mort de six millions de Juifs pendant la guerre au cours d’une interview accordée dimanche à la chaîne de télévision privée Mega.

"Il n’y avait pas de fours, c’est un mensonge (...) Il n’y avait pas de chambres à gaz non plus", a déclaré le chef d’Aube dorée, dont les membres se sont déjà illustrés en faisant le salut nazi.

Nikolaos Mihaloliakos a qualifié d’"exagération" la mort de six millions de Juifs, arguant que "beaucoup de gens de pays différents" ont succombé dans les camps de concentration allemands comme, a-t-il ajouté, de nombreux Japonais dans les camps américains.

Lire la suite de l’article : tempsreel.nouvelobs.com

 

Egalité & Réconciliation

00:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

18/05/2012

A la crèche Babyloup dans les Yvelines, le cochon est banni sous toutes ses formes !

23:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Cantines de Villeurbanne: jetons verts pour les musulmans... Et la laïcité ?

23:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Des cadeaux corréziens pour Michelle Obama

Publié le 18 mai 2012 à 12h34Mis à jour le 18 mai 2012 à 15h01

 

 

François Hollande et Valérie Trierweiler à côté de Michelle et Barack Obama. © Reuters

Pour la visite de Hollande aux États-Unis, Valérie Trierweiler a décidé d'innover niveau cadeaux.

Valérie Trierweiler rompt avec la tradition. Dans le cadre de la visite de François Hollande aux États-Unis, elle a emporté dans ses bagages des cadeaux plus originaux qu'à l'accoutumée pour le couple Obama. Habituellement, une liste est suggérée par les hôtes. Sauf que Valérie Trierweiler a décidé de ne pas prendre en compte ces suggestions.

Le "made in France" à l'honneur

Cette dernière a ainsi acheté à Michelle Obama des produits issus du savoir-faire corrézien, rapporte le quotidien La Montagne. L'épouse du président américain va ainsi recevoir "un sac à main haut de gamme de la marque Le Tanneur. Une marque implantée sur le site des tanneries de Bort-les-Orgues, à une heure de Tulle. Ses 340 employés fabriquent des produits maroquiniers de luxe. Un cadeau pas si corrézien que ça. L’entreprise a été reprise, il y a un an, par Qatar luxury group.

Contactée par Europe 1, la marque assure ne pas être à l'initiative de cadeau. "Nous n'avons pas fourni de sac. Le sac a été acheté dans un magasin parisien. (…) Il n'y a donc pas eu de préparation particulière. Ce cadeau a été fait à l'initiative de François Hollande ou de ses proches", assure un membre du personnel.

Un bon coup de pub

Le Tanneur se réjouit toutefois que Valérie Trierweiler ait souhaité promouvoir une marque française. "Pour nous, le fait qu'il y ait une espèce de promotion d'une marque française à ce niveau est très positif. Nous sommes très contents que nos dirigeants s'intéressent aux produits fabriqués en France", ajoute-t-il. La marque n'a toutefois pas été en mesure de donner des détails sur le modèle du sac offert à Michelle Obama. Il s'agirait d'un sac tressé qui fait l'objet de nombreuses publicités ces derniers temps.

Valérie Trierweiler a également acheté des produits de la marque Sothys, fabriqués à Meyssac, près de Brive. Le groupe Sothys, crée dans les années 1960 par la famille corrézienne Mas, a implanté ses marques de produits de beauté dans le monde entier, notamment aux États-Unis.


Europe1- 18/05/12

20:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Fini de rire !

sans-titre.png couverture du point.png

20:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Cannibalisme en Corée du Nord

Plusieurs cas ont été avérés par un organisme sud-coréen dans ce pays au bord de la famine.

C'est une première : un organisme public sud-coréen, l'Institut pour l'unification nationale (KINU), confirme des faits de cannibalisme en Corée du Nord dans son Livre blanc annuel en Corée du Nord, comme le révèle Le Monde vendredi.

Jusqu'ici, le cannibalisme nord-coréen n'était qu'une rumeur persistante. Mais l'enquête approfondie menée en 2011 auprès de 230 transfuges nord-coréens par le KINU lève les doutes.

Un phénomène étendu ?

Plusieurs témoignages font état de chair humaine vendue sur les marchés comme viande de mouton. Et trois exécutions publiques pour cannibalisme sont avérés entre 2006 et 2011, comme celui d'un habitant de la ville de Hyesan, exécuté en décembre 2009 pour avoir tué et mangé une fillette.

L'an dernier, des missionnaires sud-coréens s'étaient déjà procuré un document de la police nord-coréenne relatant d'autres cas de cannibalisme, laissant entendre que le phénomène était plus étendu.

Pénurie alimentaire chronique

La Corée du Nord, où sévit une dictature totalitaire, est en situation chronique de pénurie alimentaire. En mars 2011, 6 millions de personnes y étaient gravement menacées par la famine selon le Programme alimentaire mondial des Nations unies.

Les organisations internationales ont pourtant le plus grand mal à acheminer l'aide alimentaire aux populations en danger. Les autorités du pays sont souvent accusées de détourner ces aides, ce qui a plusieurs fois conduit l'ONU à interrompre ses livraisons.

De son côté, la Corée du Nord nie tout en bloc, se contentant de dénoncer le "complot international" fomenté contre elle.

Europe1 - 18/05/12

20:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Le plan contre le "racisme" est déjà prêt

Le : 18 Mai 2012

 

En mars dernier Pierre Milloz a analysé pour Polémia le plan d’action antiraciste 2012/2014, un plan que François Hollande trouve ainsi tout prêt dans les cartons que lui a laissés Nicolas Sarkozy. L’essayiste Jean Madiran souligne ici une étrangeté : un plan national d’action, touchant aux libertés publiques, préparé et mis en œuvre avant une élection majeure et indépendamment de tout résultat électoral ! Ce qui illustre qu’en ces matières le peuple français a perdu sa souveraineté.

Polémia

________________________________________________________________________________________

 

Sans faire beaucoup de bruit (mais la Fondation Polémia de Jean-Yves Le Gallou en a opportunément diffusé le texte intégral), le ministère de l’Intérieur a fait imprimer le 15 février dernier un incroyable Plan national d’action contre le racisme et l’antisémitisme 2012-2014. (*)

L’action du gouvernement est fixée… avant sa mise en place

Il existerait donc une autorité capable de fixer d’avance l’action du prochain gouvernement et de la prochaine assemblée nationale.

Ce « plan » ne porte aucune signature, sauf : « République française, Liberté, Egalité, Fraternité ». Il ne compte pas moins de 138 pages de format A4 pour décider jusque dans le détail ce que sera jusqu’en 2014 la nécessaire action publique se disant antiraciste. C’est une discrète mais radicale anomalie. Dès les premières pages, on comprend comment une telle anomalie a pu s’installer.

Sept lois « antiracistes »… votées sous Pompidou, Mitterrand, Chirac, Sarkozy

Le Plan énumère en effet (p. 7-8) les sept lois antiracistes (sept, pas moins) qui ont été promulguées sous la Ve République de 1972 à 2008. Elles manifestent « un perfectionnement progressif de la législation », toujours dans le même esprit. Même si plus de la moitié (quatre sur sept) ont vu le jour sous la présidence Chirac, ces sept lois furent rédigées et votées par des assemblées nationales et sous des gouvernements politiquement très divers. Mais ces lois successives ne sont pas diverses. Elles vont exactement dans le même sens, bien qu’elles aient été promulguées par les présidents Pompidou, Mitterrand, Chirac, Sarkozy. Elles n’ont pas été créées dans la dépendance du président, du gouvernement, de l’assemblée qui se trouvait au pouvoir. Elles se sont développées comme une croissante et menaçante tumeur autonome.

Donc, chers lecteurs, quel qu’ait été votre vote le dimanche 22 avril et quel qu’il soit le dimanche 6 mai, et quel que soit votre vote ultérieur en juin pour l’Assemblée nationale, le « plan d’action », qui est un plan de répression, n’en sera aucunement affecté, il ne dépend pas de votre suffrage, il n’en a jamais dépendu, il échappe à votre souveraineté, comme il l’a toujours fait dans cette République. Un plan « antiraciste » qui échappe à la souveraineté de l’électeur

Ce plan de répression 2012-2014 fait le point de l’immense opération dite antiraciste entreprise depuis 1972 et constamment « perfectionnée ». Malgré une action fortement encadrée et développée par pas moins d’une dizaine de commissions et comités permanents (cf. p. 20-24 et 26), le plan en constate le triste résultat : le « racisme », nous dit-il, n’en a pas été diminué, il a au contraire augmenté en France, il va donc falloir sévir davantage.

Mais l’explication de cette prétendue extension du racisme réside dans le fait que la qualification arbitraire de « raciste » a été étendue à tous les domaines comportant des « discriminations ». Or, tous les domaines en comportent, sans aucun rapport avec l’existence de races ou avec une idéologie raciste. Dès 1972, la première loi dite « antiraciste » décrétait sous ce prétexte la condamnation de toute préférence nationale ou religieuse. Aujourd’hui la tumeur antiraciste s’en prend à l’homophobie, à l’islamophobie, à l’ « intégrisme » religieux, à l’éducation familiale des enfants plutôt que leur enrégimentement par l’Etat dès l’âge de trois ans. La tumeur entend régenter finalement tous les domaines.

MRAP, Licra, Ligue des droits de l’homme, SOS-Racisme : les experts qui nous gouvernent

Si la tumeur est autonome, elle n’est pas anonyme. Page 35 et page 93 on trouve énumérés le MRAP, la Licra, la Ligue des droits de l’homme, SOS-Racisme, qui sont les seuls experts en la matière et les inspirateurs de l’ « action » ; ce sont toutes des associations qui relèvent idéologiquement de la gauche socialo-communiste dont elles sont en quelque sorte la conscience. Elles pratiquent cette invention communiste, la nouvelle forme d’une guerre dialectique : la « lutte contre toute discrimination », qui remplace dans l’arsenal léniniste ce qui naguère s’appelait aussi trompeusement la « lutte de classes ». Naturellement, le « Plan d’action » feint d’ignorer l’existence de l’Alliance générale contre le racisme (AGRIF) fondée et présidée par Bernard Antony. La tumeur est spécifiquement, elle est jalousement de gauche et d’extrême gauche. Nous aurons à en reparler.

Jean Madiran
5/05/2012

Avec l’aimable autorisation du quotidien Présent

(*) Plan national d’action contre le racisme et l’antisémitisme 2012-2014.

 

Correspondance Polémia – 18/05/2012

Image : LICRA

 

Jean Madiran

19:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Quand la nouvelle ministre Cécile Duflot pensait que la Bretagne était un pays étranger...

18:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Ramadan 21 juillet : un phénomène totalitaire importé en Europe

 

Ramadan le 21 juillet : un phénomène totalitaire importé en Europe
 
 
17/05/2012
ALGER (NOVOpress) –
Le samedi 21 juillet devrait être le premier jour du Ramadan cette année. Dans un article mis à jour dernièrement, le site Slate Afrique rappelle le caractère totalitaire de l’islam, sous le titre : « Ne pas faire le ramadan est dangereux en terre d’Islam ».

Pierre Cherruau, l’auteur de l’article, constate qu’à « Tanger ou Tétouan, des chrétiens avouent bien volontiers qu’ils se sentent en liberté surveillée ». Le Maghreb est un univers totalitaire où « les conversions de musulmans au christianisme donnent lieu à des levées de boucliers. Les évangéliques américains qui tentent de faire du prosélytisme au Maroc comme en Algérie sont obligés de se dissimuler », peut-on lire.

Via l’immigration massive, cette hégémonie de la haine gagne le continent européen. En août dernier, un homme de 17 ans « a été retrouvé ligoté dans un appartement de Miramas, dans les Bouches-du-Rhône » après avoir été roué de coups, pour non respect de cette prescription islamique. En avril dernier, sept « jeunes » ont été condamnés à Mulhouse (Haut-Rhin) pour avoir frappé « trois hommes au motif qu’ils buvaient de la bière pendant le Ramadan ». Soutenu par la grande distribution et les pouvoirs publics, le Ramadan est un cheval de Troie de l’islamisme en Europe.

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine

18:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

Valérie Trierweiler ou la "First girlfriend"...

Valérie Trierweiler a décidé d'accompagner François Hollande aux États-Unis malgré son statut particulier qui lui est donné par la presse américaine. La compagne du président de la République n'est en effet pas considérée par certains médias comme une "First lady" mais comme la "First girlfriend".

 
Valérie Trierweiler accompagne François Hollande aux États-Unis
 

Valérie Trierweiler ne pose aucun problème. Sa venue aux États-Unis pour le G8 est entendue depuis l'élection de François Hollande. Dans le protocole, les choses sont bien établies. Convenues d'avance. La journaliste est invitée à tous les événements organisés par Michelle Obama en marge des sommets, et le fait qu'elle ne soit pas mariée au président français n'est pas un souci. La Maison Blanche l'a encore répété.

« Il n'y a pas de règle établie sur la façon dont ces questions sont gérées », a expliqué une porte-parole de la présidence américaine, Caitlin Hayden, interrogée sur le protocole concernant l'accueil d'un couple présidentiel non marié aux Etats-Unis. « Mme Trierweiler a été invitée à participer à tous les programmes des conjoints (des dirigeants) aussi bien au G8 qu'à Chicago. Nous nous réjouissons de l'accueillir aux Etats-Unis », a-t-elle conclu. Tout va bien donc. Mais la presse se moque ouvertement du statut un peu particulier de la compagne de François Hollande. Certains médias dont CNN l'ont même surnommé : « La First girlfriend » (la première petite amie, en anglais dans le texte). Savoureux...

Cliquez ici !

Une robe Yves Saint-Laurent

Malgré cela, Valérie Trierweiler ne semble pas perturbé par ces railleries. La journaliste a même décidé de mettre les petits plats dans les grands pour ce déplacement outre-Atlantique, allant même acheter une robe Yves Saint-Laurent. Il faut ce qu'il faut.

Et le programme est dense. François Hollande se rend vendredi à la Maison Blanche, avant d'aller à Camp David (Maryland, est), à 100 kilomètres de Washington, pour participer au sommet des dirigeants du G8 en soirée, ainsi que samedi. Il est aussi attendu dimanche et lundi à Chicago (Illinois, nord), le fief politique d'Obama, afin d'assister au sommet de l'Otan. La Première dame des Etats-Unis Michelle Obama guidera ses invités lors de ces événements, notamment lors de la visite guidée de la Maison Blanche. Rendez-vous qui sera suivi d'un « déjeuner intime » samedi.

Le lendemain, les conjoints des dirigeantes et dirigeants participant au sommet de l'Otan ont été invités par Michelle Obama à se rendre avec elle dans un centre d'aide aux jeunes dans les quartiers Sud défavorisés de Chicago. Un spectacle de danse y est prévu. Dimanche soir, la première dame des États-Unis offrira un dîner aux épouses et époux de chefs d'Etat et de gouvernement de l'Alliance atlantique.

Actu France-Soir

17:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Cécile Duflot en jeans à l'Elysée: quelle importance ?

 

Damien Licata Caruso | 18.05.2012, 11h59 | Mise à jour : 14h59

 
Qu'est ce qu'une ministre «normale» ? Cécile Duflot en a donné un premier aperçu jeudi à la sortie du tout premier conseil des ministres. La nouvelle ministre de l’Egalité territoriale et du continue de tweeter, de prendre le RER et.
 
.. de porter ses jeans favoris même lors du premier rassemblement du nouveau .

Tout le monde n'apprécie pas le style décontracté de la secrétaire nationale d'Europe Ecologie (EELV). «Je trouve que quand on représente les Français, il faut faire la différence entre la dilettante du week-end et la tenue du Conseil des ministres», critique l'ex-ministre Nadine Morano vendredi matin sur RTL. Partisane du tailleur en vogue chez les femmes dirigeantes, la candidate aux législatives à Toul, connue par ses prises de position remarquées, poursuit sur la solennité d'un conseil des ministres : «c'est un moment protocolaire de la République où nous représentons tous les Français».

Aucun règlement ne stipule pourtant quelle doit être la tenue la plus appropriée d'un ou d'une ministre mais la patronne des écologistes a franchi une ligne jaune que l'une de ses prédécesseuses, Dominique Voynet, n'avait pas osé tenter. L'ancienne ministre de l'Aménagement du territoire et de l'Environnement (1997-2001) l'a rappelé avec humour jeudi soir dans un reportage de France 2 : « J'ai été impressionnée que Cécile ait résisté à la pression de son entourage et qu'elle soit venue en jeans».

Une ex-ministre vole au secours de Cécile Duflot

Sur Twitter, c'est Roselyne Bachelot, ministre sortante des Solidarités et de la Cohésion sociale, qui défend avec légèreté le look un peu trop moderne pour certain(e)s de Cécile Duflot.

leparisien.fr

17:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Vincent Peillon, ministre de l'Education nationale

Vincent Peillon est issu du côté maternel d'une famille alsacienne[1]. Sa mère Françoise Blum, née en 1930, fut directrice de recherche à l'INSERM, spécialiste en physiopathologie de l'hypophyse et de la prolactine, son grand-père était le professeur Léon Blum (1878-1930), grand spécialiste de la physiopathologie rénale à Strasbourg, initiateur de l'insulinothérapie en France, fils aîné du rabbin Félix Blum (1847-1925) et de Jeannette Lederman, et sa grand-mère Thérèse Lion (1894-1985), née à Caen, fille d'un assureur de Moselle, avocate et féministe, dont le militantisme marqua particulièrement le jeune Vincent[2]. Son oncle maternel est Étienne-Émile Baulieu (né Étienne Blum), professeur honoraire de médecine du Collège de France et membre de l'Académie des sciences, et sa tante maternelle est Suzanne de Brunhoff, née en 1929, une ancienne économiste du CNRS, belle-fille du créateur de Babar[3].

Son père Gilles Peillon (1928-2007) était banquier et communiste, il fut directeur général de la première banque soviétique hors URSS[4], la Banque commerciale de l'Europe du Nord, puis de la banque franco-algérienne Union méditerranéenne de banque.

Vincent Peillon est le frère du journaliste Antoine Peillon, né en 1959[5]. Il est père de quatre enfants, deux filles, Salomé et Maya, issues de son premier mariage, et deux fils, Elie et Isaac, nés de son union avec sa femme actuelle, la journaliste Nathalie Bensahel[6].

 Wikipédia

 

02:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)

17/05/2012

Premier Conseil des ministres pour François Hollande

Par François-Xavier Bourmaud Mis à jour le 17/05/2012 à 22:41 | publié le 17/05/2012 à 20:01

Fin de la pose à l'issue du premier Conseil des ministres.
Fin de la pose à l'issue du premier Conseil des ministres.Crédits photo : Sébastien SORIANO/Le Figaro
 

Le président de la République a choisi la baisse du salaire des ministres comme première mesure.

Les socialistes se plaignaient que la droite ne leur ait laissé que des dettes à régler. Mais en arrivant jeudi dans leurs ministères, les membres du gouvernement de Jean-Marc Ayrault ont trouvé autre chose: le mode d'emploi des éléments de langage, aussitôt mis à profit pour décrire en deux mots les premières mesures adoptées à l'issue du premier conseil des ministres du quinquennat de François Hollande. «Efficacité et exemplarité», a ainsi énoncé la porte-parole du gouvernement et ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem.

Concrètement, cela se traduit par une mesure hautement symbolique, puisqu'elle restera comme la première décision de François Hollande: la baisse de 30 % de la rémunération du président de la République et des ministres. Adoptée par décret, cette mesure fait passer le salaire du président de la République et de son premier ministre de 21.300 euros mensuels aujourd'hui à 14.910 euros. La rémunération des ministres passe de 14.200 euros à 9.940 euros, selon les chiffres communiqués par le gouvernement.

«Imposture!» s'est immédiatement écrié Jean-François Copé qui a fait ses comptes. Pour le patron de l'UMP, «on passe de 15 ministres, 4 secrétaires d'État et 1 haut commissaire (dans le premier gouvernement Fillon, NDLR ) à 34 ministres et ministres délégués, soit une hausse de 65 %. La baisse des salaires de 30 % ne peut pas masquer cette réalité: le gouvernement de François Hollande va coûter beaucoup plus cher au contribuable». Quoi qu'il en soit, l'adoption de cette mesure aura surtout été l'occasion pour les nouveaux ministres de prendre la mesure du décorum républicain dans lequel ils vont désormais évoluer. Pesant, contraignant, impressionnant. Surtout après dix ans dans l'opposition et sans avoir jamais exercé de responsabilités ministérielles, sauf pour cinq d'entre eux. Et encore, avec Jacques Chirac comme président de la République et Lionel Jospin comme premier ministre.

Prendre la pose ou pas?

De tout le gouvernement, Laurent Fabius est le seul à avoir connu la gauche au pouvoir à la fois à l'Élysée et à Matignon. D'où sans doute une certaine décontraction du nouveau ministre des Affaires étrangères à son arrivée dans la cour de l'Élysée, encadré de Bernard Cazeneuve (Affaires européennes) et de Yamina Benguigui (Français de l'étranger). Pour les autres, saisis par une «émotion» unanimement partagée, la remontée vers le perron de l'Élysée s'avérait un peu plus crispée, beaucoup de ministres arrivant les mains vides, sans dossier, ne sachant pas trop s'il fallait ou non s'arrêter devant la presse, répondre ou non aux questions des journalistes, prendre la pose ou pas pour les photographes.

Au cours du Conseil des ministres proprement dit, François Hollande a insisté sur «trois mots: rigueur, devoir, honneur», a rapporté Najat Vallaud-Belkacem. Les membres du gouvernement se sont par ailleurs vu présenter une charte de déontologie qui prévoit notamment d'utiliser le train pour les voyages de moins de trois heures ou la remise aux domaines des cadeaux de plus de 150 euros. Cette charte «vise aussi a écarter tout risque de conflit d'intérêts», et, «dans les jours à venir», les ministres sont invités à remplir «une déclaration d'intérêt», a rapporté Najat Vallaud-Belkacem.

De son côté, Jean-Marc Ayrault a redit durant ce premier Conseil des ministres qu'il allait demander à la Cour des comptes un «rapport d'évaluation sur l'exécution de la loi de finances 2012 et sur l'état des comptes publics» qui devra être remis «d'ici le 1er juin». Message final de la journée: les socialistes sont «au travail».

À son départ de l'Élysée, Benoît Hamon (Économie sociale) confiait avoir trouvé «très impressionnant» ce premier conseil. Un peu plus loin, Marylise Lebranchu (Réforme de l'État, Fonction publique) assurait: «On ressort de là très imprégné de ce qu'est la République.» Elle figure pourtant parmi les rares à avoir déjà éprouvé ce cérémonial.

LIRE AUSSI:

» Un gouvernement qui ménage toutes les sensibilités

 

Le Figaro - 17/05/12

23:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)