Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/05/2012

Nouvel Ordre mondial : le premier acte de soumission de François Hollande!

Nouvel Ordre mondial : le premier acte de soumission de François Hollande!

 
IRIB- Le site d'Europe 1 révèle, aujourd'hui, que «le retrait anticipé des troupes françaises d'Afghanistan était négocié depuis des mois ..

..avec Washington » via « l'envoyé spécial de François Hollande», «l'actuel ministre de la Défense : Jean-Yves Le Drian». « Bien avant l'élection présidentielle, les équipes de campagne de François Hollande ont pris des contacts le plus discrètement possible avec les Américains. » L'intervention militaire de l'Otan n'a bien sûr permis en rien d'éradiquer les forces talibanes mais Le Parisien le rappelait opportunément, dans les faits nos soldats déployés dans la région Est et placés sous commandement américain ne seront pas tous de retour à la fin de l'année, ne serait-ce que pour des raisons logistiques.

«Evacuer nos 3 400 soldats ne devrait nécessiter qu'une douzaine de rotations d'Airbus Paris-Kaboul. Mais c'est le matériel qui pose un problème (...) : 900 véhicules (dont 500 blindés), 1 400 conteneurs, 3 Mirage 2000 et 14 hélicoptères. Techniquement, ce retrait prendra du temps et coûtera cher. D'autant plus que la France ne dispose pas d'avions-cargos et devra sans doute louer des Antonov à 35 000 € l'heure de vol. La France pourrait aussi se heurter à l'engorgement des aéroports de Kaboul et de Bagram par lesquels transitent les 23 000 soldats américains devant quitter le pays d'ici à la fin de septembre».

Sur le blog Secret défense, Jean-Dominique Merchet indiquait qu' «il y aura toujours des militaires français en Afghanistan en 2013... et sans doute après. Tout l'enjeu est de trouver la bonne formule, celle qui satisfera tout le monde : les Afghans, les militaires français, les Américains, la gauche française, etc. C'est avant tout une question de vocabulaire : à la Maison Blanche, François Hollande a évoqué le retrait des troupes combattantes. Celles qui resteront seront-elles des troupes non-combattantes? »

Europe 1 signalait encore que «des garanties sur trois sujets» ont été données par les socialistes à Barack Obama, des «engagements (qui) ont été reformulés, au mois d'avril, à Bruxelles, devant les responsables de l'Otan. C'est ce qui a permis que le sommet de Chicago soit considéré comme un succès diplomatique».

Les «garanties» en questions sont «d'abord que François Hollande élu ne sortirait pas la France du commandement intégré de l'OTAN. Ensuite, que le départ d'Afghanistan ne serait pas une retraite et que les troupes françaises resteraient dans la coalition jusqu'en 2014. Enfin, que la France ne s'opposerait pas par principe au projet de bouclier antimissile, le grand projet des États-Unis»

Et il est d'ailleurs intéressant de noter que la sortie du guêpier afghan occulte opportunément ce ralliement français au développement du système ABM, au projet yankee de bouclier antimissile en Europe. Une mesure soi-disant essentielle pour protéger les populations des menaces balistiques des « Etats voyous » selon la terminologie américaine, et notamment de l'Iran.

Sur le blog Réalpolitik.tv, Emmanuel Archer, expert français installé à Moscou, indiquait qu' «en février 2012, ( Vladimir) Poutine alors encore premier ministre déclarait que le bouclier antimissile américain qui est en train d'être déployé en Europe, vise la Russie».

La Russie a en effet «proposé à plusieurs reprises une alternative plus efficace consistant au déploiement de missiles intercepteurs à proximité immédiate des frontières de l'Iran, en Turquie, au Koweït, ou même encore en Irak. Propositions restées lettre morte. Ensuite parce que la Russie ne partage pas les craintes des États-Unis concernant la politique extérieure iranienne. Enfin, parce que nombre de spécialistes s'accordent à dire que l'Iran ne possède ni la technologie ni le potentiel industriel permettant de concevoir et de fabriquer des missiles intercontinentaux capables de parcourir les quelques 10 000 Km qui les séparent des États-Unis».

«La confiance que la Russie accorde aux États-Unis et à l'Otan est aujourd'hui sapée par de lourds antécédents », elle « reste méfiante sur la politique étrangère du BAO, à qui elle reproche une attitude générale belliciste et d'ingérence».

Moscou «n'a pas digéré les libertés que l'Otan a pu prendre en Libye pour renverser le gouvernement en place» et «le refus de l'administration américaine de fournir des garanties juridiques attestant que le système déployé ne sera pas dirigé contre les forces de dissuasions russes, inquiète le Kremlin».

Bref, «la Russie considère que l'implantation du bouclier antimissile en Europe est une tentative de prendre un avantage stratégique structurel décisif sur la Russie au profit de la puissance américaine».

Enfin, M. Archer note que l'implantation du bouclier antimissile en Europe est perçue «comme un danger mortel» par l'Iran, la Russie et la Chine. L'Iran, parce qu'il craint que ce bouclier défensif ne puisse se transformer en un bouclier offensif pour une future attaque contre son territoire. La Russie par sa crainte de voir son potentiel stratégique neutralisé et donc son influence sur la scène internationale diminuer. Et enfin la Chine, qui craint avec l'affaiblissement de ses principaux alliés, de se retrouver dans une situation d'isolement à la fois économique et stratégique».

Ainsi, l'implantation du système ABM, pourrait devenir (...) le symbole d'une ligne de démarcation, voire même de fracture entre deux conceptions du monde qui s'affrontent aujourd'hui sur la scène internationale. D'un côté celle des américains soutenue par l'Alliance Atlantique, perçue par de plus en plus de pays, comme interventionniste et unipolaire. Et d'un autre côté, celle des pays comme la Russie, la Chine ou encore l'Iran, favorable à un monde multipolaire et à un équilibre des forces».

En promettant d'ores et déjà à Washington que la France ne s'opposerait pas au projet de bouclier antimissile et resterait au sein du commandement intégré de l'OTAN, François Hollande, note Bruno Gollnisch, a donc donné sa «conception du monde». Il a confirmé qu'il serait comme son prédécesseur un féal bien soumis au bras armé du Nouvel ordre mondial. Mais le PS et ses dirigeants nous ont-ils déjà donné des raisons d'en douter ?

http://www.gollnisch.com

02:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Famille Kosciusko-Morizet

http://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_Kosciusko-Morizet

Généalogie - Notes et références

 

 

02:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Mystérieux décès du frère cadet de Nathalie Kosciusko-Morizet

 

Etienne Kosciusko-Morizet, le jeune frère de l'ancienne ministre et porte-parole de Nicolas Sarkozy, a été retrouvé mort chez lui. L'étudiant avait 25 ans.

Le décès du frère de Nathalie Kosciusko-Morizet, l'ancienne ministre de l'Ecologie et porte-parole de Nicolas Sarkozy, est mystérieux. Son corps a été retrouvé à son domicile de la Riche, près de Tours en Indre-et-Loire, mardi 22 mai au matin. C'est le site "La Nouvelle République" qui a révélé cette information. La police judiciaire de Tours est chargée d'enquêter sur ce décès. Une autopsie pour chercher les causes de cette mort a été menée aujourd'hui.

Etienne Kosciusko-Morizet était étudiant en doctorat de chimie. Il effectuait, depuis un an, une thèse au commissariat atomique et aux énergies alternatives de Monts. Etienne Kosciusko-Morizet était également le frère de Pierre Kosciusko-Morizet, fondateur du site de vente PriceMinister.com. L'ancienne ministre de l'Environnement Nathalie Kosciusko-Morizet n'a, pour l'instant, pas fait de déclaration publique suite au décès de son frère.

Publié le 23 mai 2012, 15h01

 

01:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

La mairie de Montpellier interdit le spectacle de Dieudonné


La mairie de Montpellier interdit le spectacle... par TVSud

 

23/05/12

01:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Grèce: les méthodes de l'Aube dorée pour nettoyer Athènes de la criminalité des immigrés

23/05/12

01:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Manuel Valls salue "la symbiose entre la République et le judaïsme français" - CRIF Marseille Provence

http://www.crif.org/fr/lecrifenaction/manuel-valls-salue-...

 

+ 3 vidéos

 

23/05/12

 

00:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

23/05/2012

Florian Philipppot invité de "Bourdin 2012" - 23.05.12

Cliquez sur "Visionner sur Youtube"  pour voir la vidéo

23:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Montebourg condamné pour injure publique! Il reste au gouvernement...

Posté par le 23 mai 2012

 

Alors que François Hollande avait pourtant promis durant la campagne qu’aucun membre de son futur gouvernement ne devra avoir de casseroles judiciaires pour en faire partie, le tribunal de grande instance (TGI) de Paris vient de condamner ce jour, mercredi 23 mai 2012, Arnaud Montebourg à un euro de dommages et intérêts pour avoir publiquement injurié les anciens membres de la direction de SeaFrance.

En visite à Calais en septembre 2011, durant la campagne de la primaire socialiste, Arnaud Montebourg avait rencontré les salariés CFDT de la compagnie de ferries en grande difficulté. A l’issue de cette rencontre, il avait déclaré : « On parle souvent de patrons voyous, là il s’agit d’une entreprise publique, c’est curieux… On ne fera pas de miracle, mais on peut dire à la SNCF que s’ils sont des incapables et qu’ils ont mis des escrocs à la tête de SeaFrance, ils vont l’aider à se relever ».

Le ministre du Redressement productif doit faire appel de cette décision, il reste donc présumé coupable.

Après Ayrault, Fabius, Taubira, la liste hollandienne des repris de justice, ou ayant eu affaire aux tribunaux, s’allonge… A qui le tour ?

Source

23:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

David Pujadas a été "maladroit" lors du débat Marine Le Pen face à Jean-Luc Mélenchon...

Posté par le 23 mai 2012

 

Dans une interview accordée au Nouvel Observateur et diffusée sur internet, David Pujadas, journaliste et présentateur sur France 2, la première chaîne de service public, revient sur l’organisation du débat imposé à Marine Le Pen face à Jean-Luc Mélenchon dans l’émission « Des paroles et des actes ».

David Pujadas avoue que Marine Le Pen n’a pas été traitée de la même manière que les autres invités à cette émission : « Elle n’a pas eu le choix de son contradicteur ».

« Nous-mêmes avons été maladroits dans la façon de présenter les choses à Jean-Luc Mélenchon, il a communiqué, dès lors nous étions engagés. »

23:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Pyrénées Orientales - Le Front National en campagne pour le Rassemblement Bleu Marine

Clip du FN66

21:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Florian Philippot invité d'Europe1 Matin


Nom du FN: "débat après les législatives" par Europe1fr

20:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Quand l'UMP sollicitait Taubira pour entrer au gouvernement !

Posté par le 23 mai 2012

 

Communiqué du Front National

La machine à perdre qu’est devenue l’UMP est prête à tout pour tenter d’enfumer les électeurs à quelques jours des élections législatives.

Toute honte bue, Jean-François Copé vient ainsi de déclarer « quand on vote Front National, on a la gauche qui passe et on a Taubira. »

Outre que le secrétaire général de l’ex-majorité présidentielle oublie opportunément que son parti a systématiquement appelé à voter à gauche contre les candidats du Front National, notamment lors des élections cantonales de 2011, il devrait se souvenir que c’est Nicolas Sarkozy qui, de l’aveu même de Christiane Taubira, l’a sollicitée pour entrer en 2007 dans le gouvernement d’ouverture.

Les critiques des amis de M. Copé contre la nomination de Christiane Taubira dans le gouvernement Hollande ne pourront pas faire oublier la réalité : hier comme aujourd’hui, l’UMP reste le meilleur allié de la gauche.

20:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Belgique - Diana, 4 ans, a été retrouvée morte dans le congélateur de sa maman

Diana Farkas, la fillette de 4 ans qui était portée disparue depuis lundi après-midi, a finalement été retrouvée morte au domicile de sa mère, Juliana Santana Duran, à Châtelet, en Belgique.

La macabre découverte a été faite ce mardi, en fin de matinée, une équipe de la Cellule disparition, accompagnée du juge d'instruction Pierre Hustin et du Procureur du Roi par interim Pierre Magnien.

Le corps a été retrouvé dans le congélateur.

Juliana Santana Duran, la mère de la petite Diana, a avoué avoir étranglé sa fille dimanche soir avant de la couper en morceaux et de les placer, dans des sacs, dans un congélateur.

Elle n'a pour l'instant pas donné d'explication sur les raisons de son geste.

Diana Farkas, 4 ans, avait été signalée disparue lundi, quand sa mère était venue la chercher dans son école, située à Gerpinnes, en Belgique. Elle avait d'abord raconté avoir laissé sa fille dans le couloir jouxtant sa classe, lundi matin. Mais la classe était exeptionnellement déplacée ce jour-là. Elle avait ensuite changé plusieurs fois de version.

La mère était privée de liberté depuis lundi soir.

 
Faits Divers.org - 23/05/12
 

20:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Paris: un homme poignardé et passé à tabac par une dizaine d'individus

 

Les faits se sont déroulés lundi soir dans le 13ème arrondissement de Paris.

Aux environs de 19H30, un homme se trouvait près de la rue de la Glacière, lorsqu'il a été pris à partie par une dizaine d'individus.

Ces derniers l'ont poignardé à plusieurs reprises et l'ont frappé avec une barre de fer au visage.

Grièvement blessée, la victime a été transportée à l'hôpital. Son pronostic vital n'est pas engagé.

Trois suspects ont été interpellés quelques instants plus tard et ont été placés en garde à vue.

Une enquête a été ouverte.

 
 
Faits Divers

20:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Le lapsus de Vincent Peillon qui confond Martine Aubry avec Marine Le Pen...


Lapsus : Vincent Peillon confond Marine Le Pen... par LeLab_E1

23/05/12

 

 

20:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Pierre Moscovici - Pourquoi je suis Juif Sioniste et Socialiste et pourquoi cette déclaration. Par Claudine Douillet 20/05/2012

 

 

 

Pierre-Moscovici_0.jpgAprès l'intervention d'Alexandre Adler en vidéo qui à l'occasion de la sortie de son livre Le peuple-monde (éd. Albin Michel) au Centre communautaire laïc juif, s'exprimait sur son statut de juif diasporique et revient sur la singularité de la condition juive, - comme une réponse avec le texte de l'interdiction de la double loyauté reproduit sur Alliance,

voici à présent Pierre Moscovici , ministre des finances, qui s'exprime, à son tour , sur son sionisme - Pourquoi je suis Juif Sioniste et Socialiste, cliquez ici pour visionner sa déclaration.

Ce qui me surprend dans ces deux déclarations, celle d'Alexandre Adler et à présent celle de Pierre Moscovici c'est leur "coïncidence" dans le calendrier, leur similitude dans leur dimension d' hommes de gauche, l'un journaliste ,l'autre devenu ministre des finances, qui ont soudainement, cette urgence de proclamer haut et fort leur appartenance au peuple juif et qui plus est leur sionisme.

Pourquoi cette urgence ? Si je m'en souviens bien, lors du débat télévisé du 2 mai entre les deux candidats , Hollande avait vertement épinglé Sarkozy sur son "partisianisme" et qui  serait ,selon lui , la cause de sa non-réelection.

Et si au travers de ces déclarations, il fallait y voir l'indice d'un judaïsme français menacé ?
Et si finalement nous devenons une minorité méprisée, et que, eu égard aux fondements républicains, l'urgence est d'apaiser les craintes, justifiées cependant, parce qu'il y a un réel malaise lorsque l'on comprend que si Hollande a été élu c'est grâce à 10 millions de musulmans qui nous contemplent à présent du haut de leur "victoire".

Cette élection "partisane" ne ressemble à aucune autre et elle a toute les raisons de nous faire craindre le pire.

Alors oui il y a urgence d'affirmer haut et fort que le nombre ne suffit pas à écraser une minorité, Israël en est l'exemple, il est d'autant plus courageux d'affirmer son appartenance à son peuple, ses convictions, comme pour nous dire en substance "Je ne vous abandonne pas".

Mais est-ce suffisant pour se sentir en sécurité ? L'avenir nous le dira.

Claudine Douillet

ALLIANCE

19:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

La civilisation sumérienne


Les jardins de Babel par LPDE

02:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Un nationaliste à Belgrade : de Serbie, les médias, une fois de plus, n'avaient rien vu venir

    

La surprise est générale : « Serbie : l'ex-ultranationaliste reconverti en pro-européen est devenu le nouvel homme fort de la Serbie. », tel est le sous-titre de la Une du site Le Point.fr, du 22/05/2012.
Tomislav Nokolic sort vainqueur des élections présidentielles serbes du 20 mai 2012. Mais tout en étant le pro-européen de la dernière heure, tout en proclamant qu’en dehors de l’Europe, point de salut, Tomislav Nikolic n’en demeure pas moins nationaliste. Il sera donc intéressant d’observer ses prises de position et surtout de suivre le déroulement des négociations, si toutefois elles ont bien lieu, lancées pour l’intégration de la Serbie dans l’Union européenne.
Pour Jean Bonnevey contributeur régulier de Metamag.fr, chez qui Polémia a prélevé son article, le succès de Tomislav Nikolic traduit d'abord une défaite de l’Europe.

Polémia

_______________________________________________________________________________________

 

C’est une défaite pour l’Europe de Bruxelles. Le candidat de la prétendue « communauté internationale» qui a fait la guerre à la Serbie a perdu la présidentielle. Cet échec n’avait pas été envisagé, surtout pas par nos médias, même si, comme nous l’avions écrit, le vote du premier tour mettait le candidat nationaliste en bonne position, avec un report des ultra-nationalistes et surtout des partisans du parti socialiste de l’ancien président Milosevic, malgré des consignes contraires.

Au premier tour, Boris Tadic, candidat adoubé, était sorti en tête, avec 26,7% des voix contre 25,5% à Tomislav Nikolic et, depuis, le président sortant a pu compter sur le ralliement des socialistes de l'ancien président Slobodan Milosevic, qui devraient conclure un accord de coalition avec DS (Parti Démocratique de Boris Taric) à la suite des législatives. Pour les observateurs, c’était donc joué. Voilà ce que l’on pouvait lire le jour du vote sur Figaro.fr : « Avec près de 58% des voix, selon le dernier sondage réalisé avant le scrutin, Boris Tadic devait être confortablement réélu dimanche à la présidence serbe, face au nationaliste Tomislav Nikolic. Fort de ses soutiens sur la scène internationale »… etc. Ce magnifique article n’est plus accessible, comme par hasard, sur Internet. Bien vu, cher confrère… Il n’était pas le seul.

Un vote de fierté nationale contre une stratégie de repentance et de livraison-marchandage

Ce vote n’est pas, cependant, un vote contre le rapprochement de Belgrade avec l’Union européenne et même pas, véritablement, un vote de défiance vis-à-vis de la crise actuelle de la dette et de l’euro, qui rend cette communauté bien moins attrayante pour les candidats. C’est une sanction de la méthode. C’est un vote de fierté nationale contre une stratégie de repentance nationale et de la livraison-marchandage des anciens combattants des guerres post-yougoslaves, traités comme des bourreaux, mais considérés encore comme des héros par nombre de leurs compatriotes ; à tort ou à raison, là n’est pas le problème. La Serbie a voté pour une voie européenne, mais sans humiliation.

Tomislav Nikolic a obtenu 49,5% des voix, contre 47,3% pour Boris Tadic. Pro-européen fervent, ce dernier (54 ans) a conduit la Serbie, isolée politiquement et économiquement dans les années 1990, au seuil de l'UE. Il a affirmé qu'un éventuel abandon du chemin européen représenterait « une erreur tragique », ajoutant : « En tant qu'ancien président de la Serbie, si mes propos sont encore entendus, j'exhorte au maintien de la stratégie menant vers l'UE ».

Tomislav Nikolic a immédiatement tenu à rassurer sur l'option européenne de son pays. « La Serbie maintiendra sa voie européenne (…) Ce scrutin n'a pas porté sur qui conduira la Serbie vers l'UE mais sur qui réglera les problèmes économiques créés par le Parti démocratique » (DS de M. Tadic). « La Serbie doit développer son économie et doit enrayer la pauvreté. Nous devons commencer à œuvrer pour nous débarrasser de la corruption », a poursuivi Tomislav Nikolic, ancien allié de l'ex-homme fort de Serbie, Slobodan Milosevic.

L’ombre de Milosevic a plané

La Serbie s'est vu octroyer, en mars, le statut de candidat à l'intégration dans l'UE et attend d'obtenir une date pour le début des négociations. Pour ce faire, Boris Tadic avait livré au Tribunal pénal international les anciens dirigeants politique et militaire des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic et Ratko Mladic, inculpés de génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre. Il paye le prix de ce comportement. Il avait également amélioré les relations de Belgrade avec le Kosovo, comme le réclame Bruxelles, sans toutefois reconnaître l'indépendance proclamée en 2008 par la majorité albanaise de ce territoire. Il paye le prix de ce comportement.

L'abstention des anciens électeurs de Milosevic refusant l’alignement n'est pas la seule cause de la défaite des « démocrates ». Les accusations de « fraude électorale » formulées entre les deux tours et le rappel de la question du Kosovo, qui avait quelque peu disparu, ont porté leurs fruits. S'y ajoute un discours très centré sur des valeurs morales (« l'intégrité », la « dignité » et le « patriotisme ») qui a fait mouche. Vouloir rejoindre l'UE dans son état actuel ne suffit pas comme programme.

Tomislav Nikolic, qui avait perdu, de peu, les deux précédents scrutins présidentiels face à Boris Tadic, dit vouloir une Serbie « à la fois dans l'Ouest et l'Est ». Le vote a donc été bien accueilli à Moscou et à Athènes. En même temps que le premier tour de la présidentielle, le 6 mai, se tenaient des élections législatives et municipales mais les scrutins n'ont pas permis de départager le camp des pro-européens et celui des nationalistes, tandis que le Parti socialiste serbe (SPS), fondé par Slobodan Milosevic, s'est retrouvé en position d'arbitre.

C’est un vote européen contre la repentance et la soumission pour obtenir l'entrée dans un ensemble en crise et pour résoudre des difficultés internes imputées au pouvoir sortant. C’est aussi un vote populiste qui aura des répercussions comme d’autres dans toute l’Europe. Même si le rêve, de certains Grecs, d’une communauté orthodoxe hors de l’UE, avec Moscou et Belgrade paraît tout de même peu réaliste.

Jean Bonnevey
Metamag.fr
22/05/2012

Correspondance Polémia – 22/05/2012

Image : Tomislav Nikolic

01:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Manuel Valls, la communauté juive et Israël

00:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

22/05/2012

Résumé du dîner du CRIF de Marseille lundi 21 mai 2012

Deux ministres, Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée en charge des Personnes handicapées et, bien entendu, Manuel Valls, ministre de l’Intérieur et des Cultes, hôte d’honneur de la soirée, étaient venus participer avec un nombreux public au dîner du CRIF organisé par l’équipe du CRIF Marseille Provence, présidée par Michelle Teboul qui commença la soirée par un discours remarquable et très complet.

« Manuel Valls a rendu hommage au rôle du CRIF dans la République et aux liens qu’il avait tissés avec les autres communautés »

Les autorités politiques, Michel Vauzelle, président du Conseil régional Provence Alpes Côte d’Azur, Eugène Caselli, président de la communauté urbaine, Renaud Muselier, premier adjoint au Maire de Marseille, représentant Jean Claude Gaudin, maire de Marseille, Guy Teissier, député-maire du 5e arrondissement de Marseille, président de la Commission de Défense à l’Assemblée Nationale ainsi que de nombreux autres élus de la ville et de la région, le Préfet de Région et le préfet délégué à la sécurité, les autorités judiciaires et universitaires, les représentants des cultes, étaient présents à cette soirée.

 

Le discours de Manuel Valls a reçu du public un accueil particulièrement chaleureux. Ce fut en effet un grand discours, profondément empathique, clair et sans concession.

 

Le ministre, pour lequel le mot communauté implique regroupement pour l’ouverture, et en aucun cas pour repli dans l’entre-soi, a rendu hommage au rôle du CRIF dans la République et aux liens qu’il avait tissés avec les autres communautés, liens symbolisés en ce diner par la présence du président du CFCM, Mohamed Moussaoui, et par celle de Hassen Chalghoumi, l’imam de Drancy.

 

Il a insisté sur la volonté du gouvernement d’être impitoyable envers toutes les formes d’antisémitisme et a dit comprendre les inquiétudes qui s’exprimaient dans la communauté juive, si peu de temps après l’horrible attentat de l’école Ozar Hathora, devant le développement au côté de l’antisémitisme « classique », d’un très actif antisémitisme issu de l’islamisme radical et alimenté par un antisionisme exclusif et virulent . Il a promis que les prêcheurs de haine, que celle-ci s’exprime de façon violente ou insidieuse, ne seraient pas acceptés dans notre pays et que les organisations qui avaient à leur égard un comportement ambigu seraient rappelées à leurs devoirs.

 

Il a souligné la trahison de Vichy par rapport aux Juifs et s’est étonné qu’il eût fallu si longtemps (1995) pour que la responsabilité de la France fût reconnue. Il a enfin insisté sur les liens d’affection particuliers qu’éprouvaient tout normalement les Français juifs (terme qu’il préfère à celui de Juifs de France) envers l’Etat d’Israël.

 

Deux prix du CRIF furent ensuite remis au cours de la soirée. Le premier, présenté par Alain Chouraqui, président de la Fondation du camp des Milles, grand lieu de mémoire qui sera inauguré en septembre 2012, fut remis au romancier Alexandre Jardin, dont le livre «des Gens très bien » porte le fer de la mémoire dans l’histoire familiale, celle du grand-père, directeur de cabinet de Laval. Alain Chouraqui dans sa présentation insista sur le rôle de ces « gens bien » qui ont apporté par leur silence ou leur approbation une légitimation aux pires crimes. Alexandre Jardin, dans un discours bouleversant, a raconté sa démarche personnelle, ses difficultés et ses exigences et a dit en se référant à Marc Alain Ouknine son amour pour le judaïsme, pour le questionnement éthique qui se trouve en sa profondeur et son désir de voir les Juifs « heureux ».

 

Le second prix fut attribué à la Fondation de Jérusalem, créée par Teddy Kollek, il y a quarante ans, représentée par Nathalie Bidermann en France et pour son travail de soutien à d’innombrables initiatives, telle celle d’accueil des enfants sourds-muets qui fut montrée dans un film émouvant.

 

Une superbe soirée qui restera dans les souvenirs de tous ceux qui y ont participé.

 

Richard Prasquier

Président du CRIF

20:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)