Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 1229

  • Réponse au journal Le Point...

     

    Réponse au Point  de Bruno Lemaire, Professeur émérite HEC, et de Jean-Richard Sulzer, Professeur à l’Université Paris Dauphine

    "Les principaux candidats à l’élection présidentielle sont tous d’accord. La dette de la France ne peut plus augmenter. Il faut en finir avec les déficits pour enfin réduire l’endettement du pays. Chacun d’eux a fixé un horizon pour revenir à l’équilibre des finances publiques. Pour le gouvernement et François Bayrou, ce sera 2016, pour François Hollande, 2017, et pour Marine Le Pen, 2018. En quête de crédibilité économique, la candidate frontiste a tout particulièrement soigné la présentation de son plan, à coups de conférences de presse. Le 13 janvier, elle a littéralement noyé les journalistes économiques sous les chiffres et les courbes. Objectif : montrer qu’elle est la seule à proposer un modèle économique capable de réduire la dette « sans anéantir la protection sociale ». (Le Point)

    Première erreur : c’était le 12 janvier. Par ailleurs, elle a fait ce que tout candidat sérieux devrait faire, préciser point par point les recettes et les dépenses contenues dans son projet, ce qui change des 2 ou 3 tableaux et des quelques chiffres jetés en pâture par le candidat-qui-se-voit-déjà-président. C’est fort dommage, effectivement, que les journalistes dit économiques soient incapables d’appréhender ce genre de présentation. Peut être un défaut de formation dans les écoles de journalisme, ou encore une légère tendance à la pensée unique ? Lire la suite de cet article »

  • Sauterie ethniciste à l'Elysée aux frais du contribuable !

     

    Communiqué de Bertrand Dutheil de La Rochère

    Le vendredi 3 février 2012, le crypto-candidat Nicolas Sarkozy a invité, aux frais du contribuable, à l’Élysée, 900 citoyens français d’origine asiatique pour fêter le nouvel an chinois. Eva Joly a proposé un jour férié par religion. Nicolas Sarkozy l’instille en l’étendant aux communautés ethniques. Peut-être même, d’ici le 22 avril, il aura à cœur de ne pas oublier le nouvel an des sikhs, le 14 mars, et celui des zoroastriens, le 21 mars. Malheureusement, pour celui des pharaons, le 19 juillet, il ne pourra plus disposer des mêmes facilités.

    Il se trouve que cette sauterie servit, plus particulièrement, à mettre en avant un Français d’origine chinoise, investi par l’UMP dans le XIIIe arrondissement pour les prochaines élections législatives. Il se trouve aussi qu’un restaurateur, lui aussi Français d’origine chinoise, installé à Neuilly, y a reçu la légion d’honneur. Sans parler de l’utilisation abusive des moyens de l’État au service d’un parti, cette soirée démontre la vision communautariste de Nicolas Sarkozy. L’UMP la partage avec le PS et ses supplétifs verts.

    Avec Marine Le Pen, les Français d’origine chinoise, vietnamienne, cambodgienne, coréenne ou autre, seront des Français comme les autres. Si, dans leurs sphères privées, ils veulent célébrer une fête attachée à leurs origines familiales, bien évidemment ils le pourront. Mais la République ne favorisera pas, dans l’espace public, toute manifestation les mettant à part dans la nation. Le rôle de l’État et de son chef est de rassembler, et non de diviser le peuple en sections pour bientôt les opposer les unes aux autres.

  • Louis Aliot face à Yann Wehrling (Modem)

    Louis Aliot, vice-président du Front National, porte-parole et Directeur de la campagne de Marine Le Pen chargé du Pôle Rassemblement national, est l’invité de l’émission « La voix est libre » sur France 3 Île-de-France – Paris. Il débat face au porte-parole du Modem, Yann Wehrling.

    04/02/12

  • Ignoble - Il viole sa belle-fille, une enfant, et met les films sur Internet

    Une sordide affaire est venue gonfler la pile de dossier du pôle criminel du tribunal d’Avignon.

    Un habitant de Mornas, est en garde à vue depuis hier. Accusé d’avoir violé à plusieurs reprises sa belle-fille en bas âge. Il est reproché à l’individu d’avoir filmé ses relations sexuelles avec l’enfant. Des films qui ont ensuite été publiés sur le web depuis son ordinateur. « C’est une affaire choquante. D’autant que dans de pareils cas, les traumatismes sont très profonds pour les enfants », s’indigne une source proche du dossier.

    Le calvaire de la petite fille a duré pendant plusieurs mois. L’homme aurait agi quand sa compagne ne se trouvait pas à leur domicile.

    Une enquête ouverte par un juge de Perpignan

    Son interpellation a pu se faire suite à une enquête ouverte par un juge d’instruction de Perpignan. En travaillant sur les images publiées sur Internet, les forces de l’ordre ont pu remonter jusqu’à l’ordinateur émetteur.

    La garde à vue du suspect se termine aujourd’hui. Mais pas avant qu’il ne soit présenté à un juge d’instruction d’Avignon. Il pourrait être mis en examen du chef de “viols par ascendant” et placé en détention provisoire.

    Le Dauphiné libéré - Vaucluse - 04/02/12

  • Shoah: la SNCF ouvre ses archives de la période 1939-1945

    La a annoncé vendredi dans un communiqué qu'elle venait de déposer une copie de la «totalité» de ses archives numérisées de la période 1939-1945 au Mémorial de la Shoah à , au centre Yad Vashem à Jérusalem et à l'Holocaust Museum à Washington.

    «Par cette politique d'ouverture et de facilitation de l'accès, destinée à faciliter le travail des chercheurs», la SNCF entend ainsi «renforcer sa démarche de transparence sur le passé de l'entreprise».

      Une volonté de transparence qui s'inscrit dans la droite ligne de l'attitude adoptée par l'entreprise publique à l'automne 2011. Pour préserver ses chances d'obtenir des contrats aux Etats-Unis, la SNCF avait exprimé pour la première fois ses regrets pour son rôle dans la déportation des Juifs pendant la Seconde guerre mondiale.

    En 2006, l'Etat et la SNCF ont été condamnés, pour la première fois, en raison de leur rôle dans la déportation de Juifs, dans une procédure engagée devant le tribunal administratif de Toulouse (Haute-Garonne) par des membres de la famille de l'ancien député Vert européen Alain Lipietz, transférés en mai 1944 vers le camp de Drancy.

    Le tribunal les a condamnés à verser une somme totale de 62 000 euros aux requérants, l'oncle du député et les ayants-droit du père d' et de sa soeur Hélène. La SNCF avait décidé de faire appel en expliquant que la compagnie avait «agi sous le régime de la réquisition sans marge de manoeuvre».

     LeParisien.fr - 04/02/12
  • Rapatriement d'Ukraine de Pierre Sarkozy: facture salée pour l'Etat

    untitled.bmp Pierre Sarkozy.jpg

    On en sait un peu plus sur le rapatriement de Pierre Sarkozy d'Ukraine, la semaine dernière. Le fils du de la République, parti à Odessa pour donner un concert lors d'une soirée privée, avait été rapatrié mercredi 25 janvier après une hospitalisation suite à une intoxication alimentaire.

     

    Selon le Canard enchaîné de ce mercredi, le fils du président de la République aurait été ramené en à bord d'un Falcon 50 de l'Etec (Escadron de transport, d'entraînement et de calibration), une unité de l'Armée de l'Air chargée du transport des ministres et du Président, mais aussi de certains évacuations sanitaires. Parti de Villacoublay à 10h04, le Falcon 50 se serait posé trois heures trente plus tard à Odessa, avant de revenir avec le fils du président.

    Interrogée par Le Canard, la présidence de la République a assuré que avait «payé par chèque sur ses deniers personnels la somme de 7 632 euros».

    Mais selon les calculs de l'hebdomadaire basés sur «les chiffres officiels du ministère de la Défense», l'heure de vol en Falcon coûte 5 600 euros. Un vol de sept heures aller-retour revient donc à 39 200 euros. Entre le coût réel de cette opération et la facture rêglée par le président de la République, il resterait donc 32 000 euros à la charge de l'Etat.

    LeParisien.fr  - 01/02/12

     

  • La préférence nationale est-elle anti-catholique ?

    Article de fond lu sur lacropole.info :

    Il semble que ces derniers temps, les libéraux se mobilisent pour limiter la fuite de l’électorat catholique de l’UMP de plus en plus «tenté» par le Front National. A l’occasion de Noël le cardinal Barbarin affirmait dans Rue89 que la Bible s’oppose à la «logique de l’exclusion», voulant aller dans le sens du récent ouvrage du député UMP des Yvelines Etienne Pinte et du Père Jacques Turck, curé à Issy-les-Moulineaux, Extrême-droite : pourquoi les chrétiens ne peuvent pas se taire. Ce livre expose en quoi «l’extrême-droite» (terme contestable du politiquement correct) n’est pas compatible avec les valeurs chrétiennes, et en particulier pourquoi les chrétiens ne pourraient voter pour le FN. Nous chercherons à savoir si l’Eglise et l’Evangile nous enseignent bien réellement de refuser toute préférence nationale, et d’accepter la dissolution inconsidérée des frontières.

    Une condamnation reposant sur une interprétation abusive de l’enseignement de l’Eglise et une confusion intellectuelle

    Rappelons que les Ecrits Saints ne remettent jamais en question le droit naturel d’un peuple à jouir d’une terre et à y faire régner ses lois. L’indépendance nationale du «peuple élu» de l’Ancien Testament en est un bon exemple. Certes, il ne reçoit ce don de pouvoir jouir de la Terre promise que parce qu’il aime et réalise la volonté de Dieu – la Terre promise est à la fois concrète est spirituelle, et cela vaut aussi pour un Etat chrétien. Le mondialisme comme idéologie visant à l’unification de l’humanité peut être illustrée par l’image de la tour de Babel dans l’Ancien Testament qui devait s’élever jusqu’aux Cieux, épisode d’où procède la division des langues, châtiment de l’orgueil humain. De fait, il n’est pas étonnant que les mondialistes aiment ce symbole de Babel, que l’on retrouve dans l’architecture du Parlement européen à Bruxelles, ou même de la cathédrale d’Evry dont les schèmes se ressemblent étrangement.

    Mais selon le P. Turck et Etienne Pinte, l’Eglise serait hostile à la préférence nationale :

    « Le FN c’est le rejet de la différence, de l’étranger, le rejet de l’Europe, de la mondialisation, le repli, la préférence nationale. L’Église, par ses écrits, sa doctrine sociale, son universalité, c’est l’accueil, le partage, l’ouverture ».

    Il est vrai que l’Eglise affirme que le migrant en cas de necessité et en dernier recours a un droit naturel à migrer en ce que la terre et les richesses, considérées d’une manière absolue, appartiennent à Dieu et à tous. Le fait de garantir des conditions d’accueil dignes à l’étranger est aussi fondé par la charité due à l’homme comme image de son Créateur.

    Cependant, l’Eglise affirme aussi que ce droit naturel à migrer est subordonné au bien commun des Etats. C’est ainsi que Pie XII résumait le problème :

    «La domination de chaque nation, bien qu’elle doive être respectée, ne peut être exagérée au point que, si un endroit quelconque de la terre permet de faire vivre un grand nombre d’hommes, on n’en interdira, pour des motifs insuffisants et pour des causes non justifiées, l’accès à des étrangers nécessiteux et honnêtes, sauf s’il existe des motifs d’utilité publique, à peser avec le plus grand scrupule»

    En l’occurence, il est difficile de ne pas voir que la logique de l’immigration de masse pose depuis des décennies un problème économique et social de plus en plus préoccupant en France ainsi que dans de nombreux pays, à commencer par les pays d’origine des migrants.

    Enfin, l’Eglise rappelle aussi le devoir du migrant envers le pays qui l’accueille :

    «Les autorités politiques peuvent en vue du bien commun dont elles ont la charge subordonner l’exercice du droit d’immigration à diverses conditions juridiques, notamment au respect des devoirs de migrants à l’égard du pays d’adoption. L’immigré est tenu de respecter avec reconnaissance le patrimoine matériel et spirituel de son pays d’accueil, d’obéir à ses lois et de contribuer à ses charges» (Catéchisme de l’Eglise catholique, § 2241).

      

    Mais les détracteurs de la préférence nationale injustement et puérilement considérée comme «rejet de l’autre», tendent à confondre le droit naturel du migrant relevant de la morale et les droits politiques qui résultent de l’appartenance à la cité – eux aussi subordonnés à la morale, il s’entend.

    Citons le Docteur angélique, qui n’a fait que relire la pensée traditionnelle à la lumière de l’Evangile :

    «Ainsi donc faut-il dire que l’amitié de ceux qui sont du même sang est fondée sur la communauté de l’origine naturelle, celle qui unit des concitoyens sur la communauté civile, celle qui unit des soldats sur la communauté guerrière. C’est pourquoi, en ce qui concerne la nature, nous devons aimer davantage nos parents; en ce qui touche aux relations de la vie civile, nos concitoyens; et enfin, en ce qui concerne la guerre, nos compagnons d’armes. Ce qui fait dire à Aristote: « A chacun il faut rendre ce qui lui revient en propre et répond à sa qualité. Et c’est ce qui se pratique généralement: c’est la famille que l’on invite aux noces; de même, envers ses parents, le premier devoir apparaîtra d’assurer leur subsistance, ainsi que l’honneur qui leur revient. » Et ainsi en est-il dans les autres amitiés.»
    Il apparaît donc avec Saint Thomas d’Aquin que la tradition catholique considère comme naturelle et juste la coutume antique de préférer politiquement ses concitoyens à ceux des autres cités, ce que nous appelons aujourd’hui préférence nationale, sans laquelle l’amitié politique n’est pas possible.

    Enfin, dans la perspective catholique, la charité est toujours ordonnée à la justice, qui veut que l’on rende le bien à sa communauté naturelle (sa famille), et à sa communauté politique avant les autres. Le règne que le Christ souhaite avoir sur toute la société, dans les coeurs, et dans tout l’univers n’est pas en contradiction avec le droit positif de la nation qui en est distinct, et dont la fin est avant tout le bien commun de l’Etat. « Le bien de la partie est toujours conditionné au bien du tout» nous enseigne Saint Thomas.

     
    Les catholiques que l’on invite à se détourner de l’«extrême droite» auraient-ils de bonnes raisons de voter pour l’UMP ? Outre un bilan économique peu glorieux, quelle a été la politique du gouvernement ces cinq dernières années en faveur de la vie, de la famille, de l’école libre ? Quelles solutions positives ont-elles été apportées à l’immigration sinon des régularisations massives, appel d’air pour plus d’immigration et plus de misère ? Quelle élite dirigeante a semé le chaos dans le monde par allégeance mondialiste plutôt que de favoriser la paix …

    Si les catholiques sont bien entendu en droit de critiquer le Front National sur bien des points, les catholiques libéraux tels Pinte et le P. Turck ne semblent pas en faire une critique juste, pire, en reprenant le discours du gauchisme égalitaire, ils font le jeu du mondialisme sans jamais aucune considération pour les souffrances d’un peuple marginalisé dans son propre pays et sciemment incité à la perdition morale.

    On attendrait volontiers un ouvrage mettant en garde les catholiques sur l’UMP et le PS, ou un document de la Conférence des Evêques de France qui reviendrait sur les «points non négociables» que voudrait enterrer Mgr Vingt-trois(3). Ne serait-on pas en droit d’attendre du clergé la dénonciation de ce qui s’oppose au règne social du Christ ? Peu s’en faut pour que le troupeau des fidèles se sente abondonné de pasteurs plus occupés à plaire au monde que de considérer ses embûches, et les Français trahis par des hommes politiques plus soucieux de conserver leur mandat que de faire preuve de réalisme politique.

    Jean Darcey
    pour l’Acropole.info

    Contre-info.com - 03/02/12

  • Un soldat israélien secouru par un Palestinien après un raid

    Un soldat israélien, qui s'était retrouvé seul après un raid de l'armée dans les territoires occupés, a été secouru par un Palestinien, originaire du village visé par l'offensive de Tsahal, rapportent vendredi des témoins et des médias.

    L'armée israélienne a indiqué vendredi que le commandant d'un bataillon avait été suspendu pour avoir abandonné un soldat dans le camp ennemi lors d'une opération cette semaine, un manquement aux règles qualifié de «sérieux» par le chef d'état-major israélien, le général Benny Gantz.

    L'armée a mené une opération à Boudros, près de Ramallah, visant des manifestants jetant des pierres qui protestaient contre la clôture de séparation entre Israël et la Cisjordanie.

    Il ramène le soldat «troublé» chez lui

    Le soldat, qui devait garder une rue, s'est retrouvé isolé et n'a pas été prévenu du départ des autres militaires de la zone. C'est alors qu'un Palestinien, Mohammed, est intervenu pour dire au soldat qu'il se trouvait désormais seul.

    Le militaire s'est montré «troublé», a dit le Palestinien, qui a accompagné le soldat chez lui. Des militaires de Tsahal sont ensuite arrivés au domicile de Mohammed pour raccompagner le soldat.

    Depuis qu'Israël a envahi la Cisjordanie en 1967 lors de la guerre des Six-Jours, 2,6 millions d'habitants cohabitent sur ce territoire avec un demi-million de Juifs.

    Reuters  
     
    20minutes - 03/02/12
  • L'Allemagne décide que la Palestine aura une ambassade à Berlin

    L’Allemagne a transformé le statut de la représentation diplomatique à Berlin de la Palestine, qui de délégation générale devient une ambassade, a annoncé, mercredi 1er février 2012, le ministère allemand des Affaires étrangères.

    « Nous avons décidé au sein du gouvernement fédéral, que (…) le statut de la délégation générale palestinienne deviendrait celui d’une mission diplomatique, conduite par un ambassadeur », indique le communiqué.

    03/02/12

  • Barbarie - Assises de l'Aube: Baya prend 20 ans pour avoir battue à mort une fillette de 2 ans et demi

     

    Jonathan Baya

    Aube. Cour d’assises d’appel. Depuis hier, Jonathan Baya, 25 ans, est rejugé en appel par la cour d’assises de la Marne pour avoir porté des coups mortels à Kyliana, sa nièce de deux ans et demi en novembre 2008.

    Etendue sur son lit, Kyliana était morte, couverte de bleus au visage. Le barreau de son lit parapluie était brisé. Il y avait du vomi sur la moquette de la chambre.
    Kyliana aurait reçu au moins trois coups au visage et au ventre, dont deux se sont avérés mortels… avec un décès rapide, de l’ordre de quelques minutes. L’expertise médicale évoquera des hématomes au visage, un traumatisme crânien, un traumatisme thoracique avec trois côtes brisées, un traumatisme majeur et fatal de l’abdomen avec une fracture du foie… Kyliana est morte d’une hémorragie massive. Même si elle avait pu bénéficier de soins immédiats, elle n’aurait pu survivre.

    Source : L’Union Presse, merci à Michel

    Lire l'article de l'Union Presse

    Défrancisation.com

  • Patrick Mennucci (PS) et son équipe agressés dans une cité "sensible" de Marseille

    Damien le 3 février 2012 à 19:00
     

     

    Patrick Mennucci, PS

    Marseille : alors qu’ils faisaient campagne pour les législatives à la cité Félix-Pyat (3e) ce matin, le socialiste Patrick Mennucci et son équipe ont été violemment pris à partie par une bande cagoulée. Jets de pierre, coups de pied et de poings sont partis.

     Un militant a été admis à l’hôpital et un élu du premier secteur, Nassurdine Haidari (ndlr: ancien imam), a été roué de coups aux cris de « Ici c’est à Guerini !« . Des plaintes ont été déposées.

    Source : La Provence, Merci à Camulogenos

    Défrancisation.com

  • Nicolas Sarkozy discile de Brecht

     

    Communiqué de l’équipe de campagne de Marine Le Pen

    Faute de lire La princesse de Clèves, Nicolas Sarkozy s’inspire de Bertolt Brecht : il change le peuple puisque celui-ci déplaît à ses dirigeants. Les ouvriers l’abandonnent, des figurants donneront le change. Le 1er février, à Mennecy, pour la visite du crypto-candidat sur un chantier de construction, de tout le département de l’Essonne furent convoqués des salariés pour faire semblant de travailler devant les journalistes. Cette mise en scène était d’autant plus ridicule que le froid glacial interdisait toute activité.

    Déjà, en septembre 2009, pour sa visite de l’usine Faurécia à Caligny, dans l’Orne, Nicolas Sarkozy avait exigé d’être entouré d’ouvriers plus petits que lui, quitte à les faire venir d’ailleurs.

    Certes, ces villages Potemkine ne sont pas nouveaux. En 1990, Olivier Stirn avait recruté des auditeurs payés pour un colloque, qui avaient tous quitté la salle à 18h, à la fin de leur contrat, laissant la salle vide hors quelques rares socialistes. Mais Olivier Stirn avait dû quitter, sans tarder, le gouvernement. C’est bien la preuve qu’en vingt ans la morale publique a bien baissé.

    Marine Le Pen, elle, n’a pas besoin de figurants pour rencontrer les ouvriers et les classes populaires. Elle va tracter à la porte des usines et y engage le dialogue avec les travailleurs, comme à Sochaux récemment. Car, de jour en jour, toutes les enquêtes d’opinion montrent que le monde du travail fait de plus en plus confiance à Marine Le Pen et à son patriotisme économique et social.

  • Présentation du Comité de soutien de Marine Le Pen à l'élection présidentielle


    Présentation du Comité de Soutien Marine Le Pen par MarineLePen

    03/02/12