Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/12/2011

Entretien avec Konk

untitled.bmp KONK.jpg

(Cliquez sur le dessin pour l'agrandir)

Lire l'entretien et voir les autres dessins:  http://www.egaliteetreconciliation.fr/Entretien-avec-Konk...

11/12/11

00:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Un chercheur russe accuse les Etats-Unis et les pays occident de fournir des armes et des fonds aux terroristes syriens

Moscou

  Le sous directeur de l'Institut de l'orientalisme à Moscou, Anatoly Egorin, a fait noter que tout le monde connaissait d'ores et déjà que les USA et les pays occidentaux financent les groupes armés en Syrie et les fournissent en armes, les incitant à poursuivre les actes criminels contre le peuple syrien.

Dans une déclaration au correspondant de l'agence Sana à Moscou, Egorin a clarifié que les pays occidentaux accentuaient leur agressivité contre les pays arabes dont les régimes s'opposent aux intérêts stratégiques de l'Occident. "Ce dernier cherche à s'emparer des richesses de la région et à s'approcher de la Russie pour l'attaquer dans l'avenir", a ajouté Egorin.

Il a fait noter que certains pays occidentaux poussaient la Turquie à prendre des positions hostiles à la Syrie, ce qui contrarie, souligne Egorin, les intérêts du peuple turc en premier lieu.

Le chercheur russe a souligné l'importance de bien connaître l'histoire du peuple syrien et sa fermeté dans la défense des intérêts de sa patrie, exprimant sa confiance en la poursuite de la coopération entre la Russie et la Syrie dans tous les domaines politique, économique et militaire.

http://www.sana.sy/fra/55/2011/12/16/388650.htm

ALTER INFO - 16/12/11

 

 

 

00:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

16/12/2011

Poutine accuse Washington d'être impliquée dans la mort de Kadhafi

L'homme fort de la Russie, Vladimir Poutine, a accusé, jeudi, les forces spéciales américaines d'avoir été impliquées dans la mort du dirigeant libyen, Mouammar Kadhafi, tué, dans des circonstances troubles, peu après sa capture.

 «Des drones, notamment, américains, ont attaqué la colonne (de voitures de Kadhafi). Puis, avec leurs radios, via des forces spéciales, qui n'avaient rien à faire là-bas, ils ont fait venir la soi-disant opposition et des combattants, qui l'ont éliminé, sans jugement et sans enquête», a-t-il déclaré.

 Il s'exprimait, lors d'une séance annuelle de questions-réponses, en direct, à la télévision russe.

 
IRIB -16/12/11

23:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

L'assassinat de Kadhafi est-il un crime de guerre? La question est posée par la CPI

16/12/11 – 12h30
PARIS (NOVOPress)
– La sordide mise à mort de l’ex-dirigeant libyen pourrait être qualifiée par la Cour pénale internationale (CPI) de crime de guerre.

C’est en tout cas ce qu’a déclaré hier le procureur en chef de l’instance, Luis Moreno-Ocampo, qui a également affirmé avoir transmis un courrier aux nouvelles autorités libyennes les invitant à ouvrir des enquêtes sur « l’ensemble » des crimes de guerre, y compris ceux perpétrés par leurs propres troupes.

Le colonel Kadhafi a été arrêté par les insurgés le 20 octobre et de nombreuses sources font état d’une exécution sommaire, voire même de torture (NdB: et de sodomisation).

[cc] Novopress.info, 2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine [htt

20:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Quand Marie-La-France fait la leçon à une ministre

A l’occasion d’un article récemment publié par Polémia, Pascal Perrineau, politologue respecté et professeur à Sciences Po, accusant le chancelier Bismarck d’avoir déclaré la guerre à la France en 1870, s'est fait épingler sur sa culture historique approximative (*). Cette fois, sur le même thème, c’est Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, ancienne élève de l’Ecole polytechnique et de l'École nationale du génie rural, des eaux et des forêts, qui se fait reprendre par Marie-France Garraud.
Décidément nos « élites » n’ont pas le sens de l’Histoire et l’on peut comprendre leur ardeur forcenée à la faire disparaître de nos programmes scolaires.

Polémia

Ce lundi soir, alors que Standard and Poor’s venait de mettre sous surveillance les derniers détenteurs AAA de la zone euro, Yves Calvi avait concocté un plateau intéressant. Pour commenter l’accord Merkel-Sarkozy, une ministre, NKM, un représentant du Parti socialiste, Arnaud Montebourg, accusé de germanophobie depuis quelques jours, Laurent Joffrin et Alain Lamassoure parce qu’il faut quand même s’emmerder un minimum dans ce genre d’émission et, last but not least, Marie-France Garaud.

Marie-La-France, comme elle fut jadis surnommée, s’est occupée de Nathalie Kosciusko-Morizet, sous l’oeil ravi et approbateur d’Arnaud Montebourg. Elle lui a donné une leçon en trois temps, la reprenant comme un professeur intransigeant devant une élève médiocre.

1er temps : NKM évoque Bismarck, l’homme qui a fait la guerre à la France. Garaud lui rappelle que c’est la France qui a déclaré la guerre à l’Allemagne de Bismarck en 1870. Au passage, elle rappelle que le chancelier est considéré comme un héros en Allemagne. NKM est recalée en histoire.

2e temps : NKM évoque le fait que Nicolas Sarkozy a réussi à s’opposer à la volonté d’Angela Merkel, qui souhaitait que les budgets soient soumis à la cour de justice européenne. Garaud la coupe : « Elle ne pouvait pas ! La Cour de Karslruhe le lui interdit ! » Et ajoute devant sa jeune élève « L’Allemagne joue au billard à trois bandes, pendant que la France joue à la pétanque ». Citation de la soirée, à l’évidence. Géopolitique : NKM recalée.

3e temps : NKM évoque sa définition de la souveraineté la réduisant à la « capacité à agir ». Marie-France Garaud rappelle à la ministre son grand-père Jacques Kosciusko-Morizet, qui avait travaillé avec elle. « Ce n’est pas parce qu’on supprime les panneaux indicateurs sur les routes qu’elles cessent de nous conduire là où elles vont », aurait dit l’ancien ambassadeur du Général, à propos de la suppression in fine du terme « à vocation fédérale » prévu initialement. Jacques aurait donc dit à la petite Nathalie que, du fait de la monnaie unique, la souveraineté de la France était déjà bien entamée par cette notion fumeuse de souveraineté partagée et qu’elle était aussi recalée en droit constitutionnel.

Montebourg s’est régalé de compter une alliée si précieuse face à la représentante du gouvernement. Plus tard, il s’est payé le luxe d’évoquer la célèbre citation du Général De Gaulle sur la politique de la France et la Corbeille. Ils ont terminé la phrase en choeur. Marie La France s’est également autorisée une petite pique en direction de son allié d’un soir, lui reprochant d’avoir approuvé le traité de Maastricht. D’un geste de la tête, Montebourg a fait amende honorable. Décidément, c’était une bien belle émission.

David Desgouilles
Carnet politique
Le Causeur.fr
6/12/2011

(*) Manoeuvres de désinformation : comment redresser les résultats politiquement incorrects d'un sondage ? (voir la note)

Correspondance Polémia – 15/12/2011

Image : Marie-France Garraud

20:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Marseille: un septugénaire mort roué de coups pour une place dans le bus

Une femme de 30 ans écrouée après la rixe mortelle, place de Strasbourg

Les chauffeurs de bus avaient interrompu mardi le trafic en signe de

 

Photo Patrick Nosetto

Les passagers n'en ont d'abord pas cru leurs yeux. Comment cette femme d'à peine 30 ans, accompagnée de sa fille, pouvait-elle à ce point s'acharner, avec une telle violence ? En face d'elle, un homme à l'apparence malingre, âgé de 70 ans, qui venait de s'asseoir, sur une place réservée aux personnes handicapées. Pour une raison que la justice n'a pas encore établie, elle l'a apostrophé, puis l'a frappé, jusqu'à ce qu'il perde connaissance, sur le trottoir.

Les faits se sont produits lundi en fin d'après-midi, dans un bus de la ligne 49, au niveau de la place de Strasbourg (3e). Déjà, en début de semaine (notre édition du 14 décembre), les enquêteurs de la Brigade criminelle de la Sûreté départementale avaient lancé un appel à témoins. Après la stupéfaction, des passagers, au moins deux étaient intervenus pour mettre fin à cette insoutenable scène de violence. La police cherchait notamment à comprendre comment les faits s'étaient enchaînés dans le bus et pourquoi l'altercation s'était produite.

Ils ignoraient encore que la victime allait décéder des suites de ses blessures. Le septuagénaire a finalement succombé dans la nuit de mercredi à jeudi, à l'hôpital de La Timone, où il n'était jamais sorti de son coma.

Depuis, les témoignages manquent. L'enquête a simplement permis de reconstituer le début de la rixe. Vers 17 h 30, la victime, un homme malade souffrant de troubles respiratoires, monte dans le bus. Il demande à deux personnes assises sur les places réservées aux invalides et aux handicapées de le laisser s'asseoir. Elles s'exécutent. À quelques mètres de lui, une femme l'interpelle. Sa fille de 8 ans et une amie se trouvent à ses côtés. Des insultes sont-elles échangées ? Toujours est-il que la jeune femme sombre dans une colère noire, empoigne l'homme, qui se défend. Des voyageurs, dont l'amie de la mise en cause, tentent de les séparer. Selon d'autres témoignages, c'est même la fillette qui se rend devant la cabine du conducteur pour lui demander d'arrêter son véhicule.

Mais une fois le bus arrêté, la bagarre se poursuit sur le trottoir. Le vieux monsieur commence à suffoquer. Il sort un aérosol de Ventoline mais ne réussit pas à respirer sa dose. Il finit par s'affaler sur le capot d'une voiture, sous les coups incessants de la jeune femme.

Elle est finalement interpellée non loin, après l'alerte donnée par les témoins. Placée en garde à vue, elle a été déférée au parquet mercredi, mise en examen et écrouée pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Elle était ivre au moment des faits et avait déjà été arrêtée pour des violences, en 2009. Elle avait cogné sur sa voisine, avec un extincteur.

Toute personne ayant assisté à la rixe peut contacter la Brigade criminelle au 06 14 08 03 61.

La Provence - 16/12/11

19:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Sondage 2012: Marine Le Pen poursuit sa progression

untitled.bmp MLP.jpg

« Le 21 avril n'est pas réservé à la gauche. Il faut être vigilant » avait tonné Jean-François Copé, jeudi. Force est de constater que le secrétaire général de l'UMP a raison de mettre en garde son camp sur une possible surprise au soir du premier tour de l'élection présidentielle de 2012. Le dernier sondage montre en effet que Marine Le Pen se rapproche du duo de tête.

Bien sûr François Hollande garde la main. Il arriverait en tête du premier tour avec 27,5% des voix (-2 points), Nicolas Sarkozy préserve aussi sa deuxième place (24%, -2 points) mais Marine Le Pen est en embuscade. La patronne du FN totaliserait 20% des voix (+0,5 point) si l'élection avait lieu dimanche prochain. C'est ce que révèle jeudi soir un sondage Ifop pour le JDD.fr et La Lettre de l'opinion.

 

Bayrou à 11%

Les « petits candidats » sont aussi en augmentation, preuve de l'érosion des deux favoris. Dans cette étude réalisée de mardi à jeudi, on apprend donc que Dominique de Villepin engrange 3,5% d'intentions de vote. Il était donné à 1,5% dans la dernière étude en date du même institut (29-30 novembre). Autre gagnant, François Bayrou. Le président du MoDem bénéficiede sa récente entrée en lice officielle, le 7 décembre. Il recueillerait 11% d'intentions de vote, soit un bon de 2,5 points en l'espace de deux semaines. Il se classe quatrième assez loin devant ses poursuivants.

Viennent derrière lui le candidat du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon (6,5%, -1 point), Eva Joly d'EELV (5%, +1) puis Villepin. Corinne Lepage (Cap21) recueille 1% d'intentions de vote, et Jean-Pierre Chevènement (MRC), Hervé Morin (Nouveau centre) et Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République) chacun 0,5%.

Au second tour, selon la même étude, le candidat socialiste François Hollande obtiendrait 56% face à Nicolas Sarkozy 44%, des scores inchangés en deux semaines. Le président de la République reste en difficulté et sent surtout le souffle Marine Le Pen derrière sa nuque. La bataille s'annonce indécise.

 

Sondage réalisé du 13 au 15 décembre par questionnaire auto-administré en ligne (système Cawi) auprès d'un échantillon de 937 personnes inscrites sur les listes électorales extrait d'un échantillon de 1.008 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus

Actu France-Soir - 16/12/11

18:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Kosovo/convoi humanitaire bloqué: un accord trouvé entre la Russie et l'UE

La Russie et l'UE se sont mises d'accord sur le passage du convoi russe transportant une aide humanitaire aux Serbes du Kosovo, le départ du convoi est prévu pour vendredi matin, a annoncé jeudi l'ambassadeur de Russie en Serbie Alexandre Konouzine.

"Hier soir, une entente de principe concernant le convoi humanitaire est intervenue lors du sommet Russie-UE. Les deux parties se sont finalement mises d'accord sur les modalités de passage du convoi", a indiqué M.Konouzine.

Vingt-cinq camions russes transportant 284 tonnes d'aide humanitaire (groupes électrogènes, couvertures, denrées alimentaires, vaisselle et meubles) sont bloqués à la frontière entre la Serbie et le Kosovo depuis mardi. Les Russes refusent de se faire escorter par les représentants de la mission de l'UE au Kosovo (Eulex), parce que cette escorte doit comprendre des douaniers et des policiers albanais. Or Moscou conteste la légitimité des autorités albanaises du Kosovo. Les Serbes du Kosovo refusent aussi de coopérer avec l'Eulex.

Conformément à la nouvelle entente, trois véhicules de l'Eulex accompagneront les camions russes à Kosovska Mitrovica, dans le nord du Kosovo, où la cargaison sera remise à la Croix Rouge serbe. Les Européens ont promis que les Albanais du Kosovo ne feraient pas partie de l'escorte, selon l'ambassadeur. Le départ du convoi est prévu pour vendredi, à 07h00 locales. Le convoi prendra le chemin de retour samedi prochain.

RIA Novosti - 15/12/11

 

02:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Avignon: des vandales saccagent entièrement une halte-garderie

Eau répandue sur le sol, équipements souillés de peinture, inscriptions obscènes... la directrice de la halte-garderie

Eau répandue sur le sol, équipements souillés de peinture, inscriptions obscènes... la directrice de la halte-garderie "la Farandole" faisait le triste constat d'une nuit de vandalisme.

Photo Ange Esposito

 
Il y a ce petit Père Noël et sa mélodie presque entêtante, à terre au beau milieu de la salle. L'acte est volontaire, voire symbolique, comme si ceux qui l'avaient déposé ici, après l'avoir maculé de peinture, voulaient rappeler qu'ils étaient bien passés par là pour gâcher la fête. Dans la nuit de mardi à mercredi, ils n'ont pas même hésité à noircir les murs d'inscriptions qui n'avaient rien du mot doux à l'attention des forces de l'ordre et à écrire un "joyeux Noël les enfants" de très mauvais goût.

Mais les vandales qui se sont introduits dans les locaux de la halte garderie "la Farandole", en plein coeur du quartier de la Barbière à Avignon n'en sont pas restés à de très explicites messages oubliant les plus élémentaires règles d'orthographe et de syntaxe... S'emparant des pots et tubes de peinture qui venaient de parvenir à cette structure d'accueil de la petite enfance, ils en ont mis absolument partout. A terre, sur les ordinateurs du personnel, sur la photocopieuse, dans les tiroirs remplis de précieux documents administratifs, sur les bureaux. Ils ont même répandu de la lessive au sol des sanitaires. Et comble de la malveillance, les lavabos ont été délibérément bouchés et les robinets ouverts pour que l'eau s'y écoule durant plusieurs heures.

C'est d'ailleurs dans plusieurs centimètres d'eau que le personnel a évolué dès hier matin pour tenter de nettoyer ce qui pouvait l'être. Une jeune employée, la première sur les lieux vers 7h45, a donné l'alerte et dans la foulée, la dizaine d'enfants qui devait être accueillie hier matin a dû être redéployée dans d'autres structures de la ville."Les parents étaient en colère, effondrés, une maman s'est même mise à pleurer, confiait Doriane Decrouy, la directrice de la Farandole. Ce lieu, c'est un cocon que l'on essayait de préserver dans le quartier. C'est une atteinte à un lieu de vie".

La crèche devait fermer la semaine prochaine pour les vacances et pourrait de nouveau accueillir les enfants à compter du 26 décembre. D'ici là, c'est un vaste travail de nettoyage et de remise en état qui devra s'opérer. "Nous sommes amères, pestait Valérie Wagner, élue municipale à la petite enfance. On rend des services à la population et l'on assiste à une destruction d'un bien public qui sert vraiment au quartier. On a beaucoup de mal à comprendre de tels actes". D'autant que c'est bien la volonté gratuite de nuire qui semblait animer les vandales. Pour preuve, rien, à l'exception de trois téléphones sans fil, n'a été emporté après ce saccage.

La Provence - 15/12/11

 

 

 

01:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Pour les chrétiens d'Irak, Noël se déroulera "en état de siège"

untitled.bmp chrétiens d'irak.jpg

(Cliquez sur la photo)

13/12/2011 -10h55
BAGDAD (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) -
“Les traditions seront respectées à l’intérieur des maisons et dans les églises. La Messe se célèbre de jour pour des motifs de sécurité. Il s’agira d’un Noël entre la peur et la foi inébranlable”. Tels sont les mots de Monseigneur Jean Benjamin Sleiman, Archevêque de Bagdad, pour décrire l’ambiance qui règnera à Noël pour la communauté chrétienne d’Irak.

Au cours de ces dernières années, la situation des fidèles chrétiens s’est considérablement dégradée. Ils sont désormais considérés comme des « dhimmis » et sont donc juridiquement et socialement inférieurs, étant même contraints de payer la « jizya », le tribut islamique dû par les minorités non musulmanes afin de pouvoir pratiquer leur foi.

Crédit photo : DR

[cc] Novopress.info, 2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine

01:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Les récents déboires judiciaires de l'UMP et du PS - dont on ne parle pas...

Édition du 14/12/11

Philippe Brun, le maire UMP d’Etiolles, âgé de 61 ans, a été condamné mardi à un an de prison ferme et cinq ans d’inéligibilité pour fraude fiscale, une deuxième condamnation en moins d’un mois pour le maire UMP (Source).

Une information qui a manifestement échappé à la vigilance de nos brillants journalistes français, Olivier Mazerolles, Jean-Jacques Bourdin, David Pujadas, Ruth Elkrief, Claire Chazal, Caroline Fourest et cie… Seul un article du Parisien relaie cette condamnation à de la prison ferme.

Corruption, association de malfaiteurs ou escroquerie, de nombreux responsables politiques de l’UMP et du PS ont été arrêtés, condamnés ou incarcérés ces derniers jours. La plus importante sanction judiciaire a visé Bernard Granié, PS, condamné à 2 ans de prison ferme et 100.000 euros d’amende. Olivier Besancenot, ancien du NPA, viendra compléter cette liste effarante.

Bien que ne faisant partie d’aucun des précents mouvements politiques, Olivier Besancenot vient d’être condamné lui aussi pour séquestration.

DéFrancisation - 15/12/11

00:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

15/12/2011

La disparition de la culture générale des concours: nouvelle négation de l'identité française

(édito 12/2011)

« Sciences-Po révolutionne son concours d’entrée », titre triomphalement Le Monde : il sera désormais possible d’y entrer sans épreuve écrite et sur simple dossier (sur piston ?) ; et surtout l’épreuve de culture générale sera supprimée. Cette décision s’inscrit dans un mouvement plus vaste : depuis plusieurs années déjà, les écoles de journalisme ont supprimé de leurs examens d’entrée la culture générale ; et celle-ci est en voie de disparition dans les concours administratifs. La raison majeure de cette évolution est double : le désastre de l’éducation nationale d’une part, le caractère jugé « discriminant » de la culture générale qui éliminerait les « pépites » de nos banlieues, d’autre part.

Ce dernier point est particulièrement troublant.

Les médias de l’oligarchie et la classe politique n’ont cessé d’affirmer :

  1. qu’ « être français, ce n’est pas une race » et qu’on pouvait donc laisser la France largement ouverte à l’immigration africaine et maghrébine ;
  2. qu’ « être français, ce n’est pas une religion », et qu’on pouvait donc continuer d’accueillir des immigrés musulmans et créer « un Islam à la française » ;
  3. que « l’intégration cela marchait » et qu’il y avait « beaucoup de potentiel parmi les jeunes de banlieue ».

La culture et la langue française rayées de la carte

Que restait-il donc pour définir l’identité française ? La culture et la langue françaises. Voici qu’on raye méthodiquement leur maîtrise de la sélection des élites françaises.

Cela vaut de s’arrêter un instant sur la signification de ce phénomène :

  1. Il y a, nous dit-on, dans les banlieues des jeunes gens intelligents et capables.
  2. Or ces jeunes gens intelligents et capables ne seraient pas aptes à assimiler la culture générale française, c’est-à-dire la maîtrise de la langue et d’un héritage historique et culturel.
  3. Pour quelles raisons ? Parce qu’ils en seraient génétiquement incapables en raison de leurs origines ? On a peine à le croire ! Ou bien parce qu’ils ne voudraient pas s’assimiler à une culture jugée étrangère à celle de leurs origines familiales, ethniques, religieuses ? Ou encore parce que les institutions françaises auraient renoncé, par faiblesse, à leur transmettre ?

Quelle que soit la raison, le constat est terrible :

  1. L’assimilation ne fonctionne pas ;
  2. Ce n’est pas la minorité d’origine étrangère qui se rapproche de la majorité française mais la majorité française qui s’adapte aux exigences et/ou aux faiblesses de la minorité d’origine étrangère.

Diable ! Que reste-t-il de l’identité française ?

Si l’on comprend la pensée dominante, si l’on comprend bien les dogmes sous-jacents aux bons apôtres de la « discrimination positive », la France ce n’est ni une race, ni une religion, ni une culture, ni une langue, ni une histoire. Longtemps défendue, la conception « subjective » de la nation, issue de Renan, est abandonnée : « Nous sommes ce que vous fûtes ; nous serons ce que vous êtes » est jugée aujourd’hui comme un anachronisme.

Alors, qu’est devenue l’identité française ? La réponse est claire : un espace dénué de sens. Ceux qui sont au pouvoir – dans les médias, dans les grandes entreprises, dans les universités – sont des négateurs de l’identité française, de toute identité française. Une identité française qui, il est vrai, est perçue comme un obstacle à l’empire du grand marché mondial.

Restauration républicaine et/ou communautarisation identitaire ?

Pourtant l’identité française perdure. Elle perdure dans les espoirs politiques d’une restauration nationale et républicaine. Elle perdure aussi – horresco referens – dans la communautarisation de fait d’une partie de la population française qui transmet à ses enfants la culture traditionnelle en marge de l’éducation nationale : à travers des écoles libres ou indépendantes, des manuels alternatifs, des rites anciens, des fêtes enracinées, le scoutisme traditionnel ou la fréquentation des hauts lieux. Bien sûr, ce ne sont encore que des minorités qui se retrouvent ainsi. Mais ce sont des minorités en expansion. Et les élites françaises de demain en seront issues.

Polémia
14/12/2011

23:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Journal de Bord de Jean-Marie Le Pen n° 257

15/12/11

23:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Un changement d'état-civil refusé à un homme devenu femme

PARIS (Reuters) - Le tribunal de Brest a refusé jeudi le changement d'état-civil demandé par un homme de 41 ans, qui a changé de sexe ces derniers mois et est marié depuis seize ans avec une femme avec laquelle il a eu trois enfants.

La reconnaissance de la nouvelle identité de Wilfrid, devenu Chloé, aurait entériné la reconnaissance d'un mariage homosexuel, ce qui est illégal en France, a estimé le tribunal.

En janvier 2011, le Conseil constitutionnel a en effet confirmé l'illégalité du mariage homosexuel en l'état actuel du droit français, laissant au législateur le soin de modifier la Constitution pour l'autoriser s'il le souhaite.

"Cela fait des années que l'on est dans l'attente de voir venir enfin la reconnaissance de familles comme les nôtres, qui sont certes atypiques mais qui fonctionnent bien", avait déclaré en marge de l'audience du 27 octobre le mari devenu femme, Chloé Avrillon.

L'avocat du couple, Emmanuel Ludot, a fait savoir qu'il allait faire appel du jugement.

Pierre-Henri Allain, édité par Gérard Bon

Yahoo!Actu - 15/12/11

22:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Si Chirac avait été jugé comme un citoyen ordinaire, il n'aurait jamais pu être président de la République

 

Communiqué de Jean-Marie Le Pen, Président d’Honneur du Front National

Vingt ans après les faits, Jacques Chirac a enfin été jugé et condamné à deux ans de prison, assortis du sursis, sans doute en raison de son état de santé.

Dans cette affaire de détournements de fonds publics, son bras droit, Alain Juppé, avait, lui, déjà écopé de quatorze mois de prison. Le parquet, aux ordres du pouvoir politique, avait demandé la relaxe, signant ainsi la complicité morale du gouvernement, avec le prévenu.

Si Chirac avait été jugé comme un citoyen ordinaire, il n’aurait jamais pu être président de la République.

On comprend mieux maintenant pourquoi Chirac avait refusé de débattre avec moi au deuxième tour de l’élection présidentielle de 2002.

NPI

20:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Sciences-Po ou l'école de la débauche (d'argent) !

Communiqué de Bertrand Dutheil de La Rochère, conseiller République et Laïcité de Marine Le Pen

Si les chiffres publiés par Médiapart sont exacts, et il n’y a aucune raison pour qu’Edwy Plenel porte une telle attaque sans fondement, Richard Descoings, directeur de Sciences Po, doit être sans délai révoqué. Une commission d’enquête doit, ensuite, vérifier que toute la débauche d’argent versée par et pour le personnel dirigeant, assurément immorale, est bien légale.

Non seulement, Richard Descoings a entrepris de démolir, au nom de la « diversité » ethnique et culturelle, cet institut chargé de préparer les futurs cadres de la République. Il veut en exclure la culture générale. L’admission devrait se faire désormais en grande partie sur dossier. Les droits d’inscription annuels varient de 9 000 à 13 000 €, excluant les enfants des classes moyennes qui ne peuvent bénéficier de bourses. Mais cet ardent partisan de la "discrimination positive" se sert un salaire mensuel (25 000 €) cinq fois plus élevé que celui d’un président d’université, sans compter une prime de résultats annuelle au montant aussi variable qu’exorbitant. Les rémunérations et les primes de ses cadres dirigeants sont dans les mêmes proportions.

Ancien collaborateur de Jack Lang, ministre de l’Inculture avant de devenir député gyrovague, Richard Descoings a été chargé d’une improbable mission sur les missions par Nicolas Sarkozy. Il est le représentant typique de cette caste UMPS, impudente et arrogante, qui a conduit le pays à la faillite. Il est temps que la France retrouve, avec Marine Le Pen, l’équilibre et le bon sens qui fondent la République.

NPI - 15/12/11

20:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

La réaction de Chirac à sa condamnation

15/12/11

20:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Louis Aliot invité de Bourdin

15/12/11

20:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Chirac déclaré coupable dans l'affaire des emplois fictifs: une victoire pour la démocratie ? - La réaction de Jean-Marie Le Pen

La gauche et les Verts ont applaudi la condamnation de l'ancien chef d'État à deux ans de prison avec sursis tandis que certains députés de l'UMP trouvent la décision «désolante» et «humiliante».

Eva Joly s'est félicitée de ce que «justice soit faite», peu après la condamnation de l'ancien président Jacques Chirac dans l'affaire des emplois fictifs de la Mairie de Paris. L'ex-magistrate a estimé dans un communiqué que «ce jugement rendu après un véritable marathon judiciaire est la preuve de la nécessité et de l'utilité d'une justice indépendante et qui juge à égalité l'ensemble des citoyens». La candidate EELV à la présidentielle a toutefois regretté «le retard pris pour instruire ce jugement». Selon elle, «si Jacques Chirac avait été jugé dans les mêmes conditions que l'ensemble des Français après la découverte des faits, les citoyens auraient aujourd'hui une plus grande confiance dans la démocratie. Au lieu de cela, ce procès a été maintes fois évité, alors qu'il était nécessaire, puisque même la Ville de Paris avait renoncé à porter plainte». Sur son compte twitter, Eva Joly a demandé la démission de Jacques Chirac du Conseil constitutionnel, dont il est membre en tant qu'ancien président de la République mais auquel il ne siège plus depuis mars 2011.

• Le candidat PS à la présidentielle François Hollande a déclaré que «la justice devait passer pour que ne s'installe pas un sentiment d'impunité» mais il a également exprimé «une pensée pour l'homme qui connaît en plus des ennuis de santé».

Bertrand Delanoë (PS) a estimé que le tribunal avait «reconnu le fondement de la démarche engagée par la municipalité depuis 2001 pour obtenir la reconnaissance et la réparation des fautes commises contre les intérêts de la collectivité et des Parisiens». Dans un communiqué, le maire de Paris affirme que «c'est dans cet esprit que la Ville avait accepté en septembre 2010, conformément à la loi, la réparation du préjudice subi». Les intérêts de la Ville «ont été préservés au-delà même de ce qu'elle aurait obtenu en restant partie civile jusqu'au bout», souligne-t-il. Elle a «obtenu le remboursement intégral du coût de 19 emplois alors que le jugement rendu ce matin n'en retient certains que partiellement».

Un «soulagement» et un «avertissement sérieux

• «La justice est passée, donc c'est une bonne nouvelle pour la démocratie, a déclaré André Vallini sur BFM TV. La justice a fonctionné. Bien sûr, elle passe très tardivement, c'est le problème du statut pénal du chef de l'état.» Le président PS du conseil général d'Isère a toutefois ajouté qu'il «n'y a pas de joie particulière à exprimer, Jacques Chirac est aujourd'hui âgé, il est malade, il n'est plus président de la République». Pour André Vallini, «le statut actuel du chef de l'Etat est inacceptable», parce qu'il est «totalement irresponsable sur le plan judiciaire, sur le plan pénal et Nicolas Sarkozy a encore aggravé, en 2008, cette impunité présidentielle». Le député PS a rappelé que son parti proposait une réforme qui ferait du chef de l'Etat «un justiciable ordinaire pour tous les actes délictueux qu'il aurait commis avant son entrée en fonction pendant son mandat, mais détachable de sa fonction».

• La condamnation est «un soulagement pour tous ceux qui se sont battus contre l'impunité présidentielle, maladie chronique et dangereuse du régime de la Ve République», a écrit dans un communiqué Arnaud Montebourg. Elle «servira d'avertissement sérieux à celui (...) qui serait enclin à abuser d'une fonction qui n'est plus désormais au dessus des lois de la République», s'est félicité le député PS.

• «C'est un bon signe pour la démocratie française qu'une justice indépendante puisse prononcer un tel verdict à l'égard d'un ancien président de la République», a déclaré Benoît Hamon. Deux ans avec sursis ce n'est pas rien, c'est une condamnation importante.», a jugé le porte-parole du PS.

Chirac aura encore «l'estime des Français» selon Sarkozy

• Dans un communiqué, Nicolas Sarkozy a affirmé qu'il ne lui appartenait pas de commenter la décision de justice. Le président de la République a cependant ajouté que «ces circonstances ne doivent pas faire oublier l'engagement constant de Jacques Chirac au service de la France, ce qui lui vaut et lui vaudra encore l'estime des Français».

• Depuis Sao Paulo au Brésil, le premier ministre François Fillon a réagi la condamnation de Jacques Chirac: «Je n'ai pas l'habitude de commenter des décisions de justice, a-t-il commencé. Je pense simplement que celle-ci arrive vraiment trop tard, plus de vingt ans après les faits». François Fillon a toutefois estimé que cette décision ne viendrait «pas altérer la relation personnelle qui existe ente les Français et Jacques Chirac».

Jacques le Guen s'est pour sa part déclaré «abasourdi» par la décision du tribunal. «Je pensais qu'on allait vers la relaxe parce que les faits reprochés correspondent à des événements anciens qui n'ont plus aucun intérêt, a expliqué le député UMP du Finistère. On reproche au président Chirac des emplois fictifs qui existaient dans tous les partis politiques. Alors attaquer ensuite en justice un homme qui a servi la France, je trouve cela désolant.»

«Une exception qui confirme la règle» pour Jean-Marie Le Pen

Jacques Myard a trouvé la peine «excessive». «Le fait qu'il y ait eu le procès était déjà une sanction en soi», a estimé le député UMP, pour qui la justice n' a pas tenu «compte de ce qu'a été à l'époque l'ensemble des financements dans un certain nombre de mairies de France et de Navarre, du côté de la gauche comme du côté de la droite».

• «La justice de notre pays vient de rendre à l'encontre du président Jacques Chirac un verdict regrettable et humiliant», a écrit Jean-Pierre Dupont. Pour le député UMP de la Corrèze, la condamnation ne «relève que d'un esprit de vengeance bassement politique.»

• «On pouvait désespérer de la possibilité de faire condamner des coupables de haut niveau dans notre pays. Cette exception confirme la règle, a déclaré Jean-Marie Le Pen. M. Chirac s'est fait pincer les doigts dans la porte avec une condamnation très grave, condamnation à la prison quand on voit que le sursis n'a été attribué que pour des raisons d'âge et de sénilité. Or ce n'est pas la seule affaire, a poursuivi le président d'honneur du Front national. La France est malheureusement corrompue dans beaucoup de ces secteurs mais nous avons été présidés par un délinquant pendant 12 ans, et mon adversaire de 2002 est quelqu'un qui aurait dû être condamné à la prison.»

Le Figaro - 15/12/11

19:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Le Mur d'Hadrien

BRAVO à tous les gagnants, et ils sont nombreux!

Il s'agit donc du Mur d'Hadrien que j'ai eu le plaisir de voir: j'ai touché les pierres, je les ai caressées, très émue par ces vestiges qui montraient la grandeur de l'Empire romain.

Pour en savoir davantage:  http://fr.wikipedia.org/wiki/Mur_d'Hadrien 

J'ai appris qu'il existait, plus au nord, le Mur d'Antonin, dont des pierres ont été signées et ornées de gravures par les légionnaires romains constructeurs du Mur.

Soyons fiers de notre Civilisation!

 

 

18:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)