Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/09/2011

Marine veut passer le Karcher dans les allées du pouvoir

22/09/11

20:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Sondage présidentielle: au premier tour, Marine bondit à 20% !

 

Dans tous les cas de figure (Hollande, Aubry ou Royal), Marine Le Pen augmente, en effet, son capital d’intentions de vote au premier tour de l’élection présidentielle.

Placée à 15 % il y a un mois, la présidente du FN se situe, aujourd’hui, dans une fourchette allant de 18 % à 20 %.

Source

NPI - 22/09/11

20:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Marine Le Pen à propos de Karachi

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National

L’affaire Karachi est en passe de devenir l’un des plus gros scandales de la Cinquième République. Elle s’ajoute à d’innombrables autres affaires qui montrent que le quinquennat de Nicolas Sarkozy aura profondément affaibli la morale publique. On est aujourd’hui de toute évidence à mille lieues de la République irréprochable promise en 2007. C’est une nouvelle trahison des promesses de campagne, et pas des moindres.

Cette affaire pose des questions très graves. Y a-t-il eu un financement illégal de la campagne d’Édouard Balladur ? Y a-t-il un lien avec l’attentat qui a coûté la vie à 11 de nos compatriotes ? Les Français ont droit à des réponses précises à ces questions. Il ne s’agit pas que d’argent sale, il s’agit peut-être de valises de billets tachés de sang.

La mise en examen de M. Bazire témoigne de ce que le cœur de la campagne présidentielle d’Édouard Balladur est désormais touché par les soupçons de la justice. Chacun sait les liens unissant les différents protagonistes de l’époque, et chacun voit aujourd’hui que l’affaire se rapproche de Nicolas Sarkozy, qu’elle s’immisce dans le cercle des plus intimes.

Les démentis de la présidence de la République quant à l’implication de Nicolas Sarkozy dans ce scandale ne suffisent pas. Les Français ne peuvent se satisfaire de dénégations aussi désinvoltes et imprécises.

Marine Le Pen, Présidente du Front National, demande que le chef de l’État s’explique au plus vite au sujet de ses responsabilités exactes dans la campagne d’Édouard Balladur. Le chef de l’État doit accepter d’être entendu par la justice. Cette dernière doit pouvoir faire son travail en toute transparence, dans l’intérêt de la vérité, mais aussi en mémoire de nos compatriotes morts dans l’attentat de Karachi.

 

22/09/11

20:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Accident de Villiers-le-Bel: un policier renvoyé en correctionnelle

1620343_moshin-et-lakamy-villiers-lp-lavieille_640x280.jpg

(Cliquez sur la photo)

Quatre ans après les faits, le conducteur de la voiture de police qui avait percuté et tué deux adolescents est finalement renvoyé devant la justice pour homicide involontaire.

À l'époque, le drame avait déclenché trois jours d'émeutes. Un policier a été renvoyé jeudi en correctionnelle pour homicide involontaire après l'accident survenu le 25 novembre 2007 à Villiers-Le-Bel (Val-d'Oise) entre un véhicule de police et une mini-moto, dans lequel deux jeunes avaient trouvé la mort.

Après quatre ans d'attente pour les familles de Moushin et Lakamy, le procès du policier qui conduisait le véhicule entré en collision avec la moto des deux adolescents se tiendra finalement devant le tribunal correctionnel de Pontoise, à une date qui n'a pas encore été fixée.

«C'est une décision qui va dans le sens de la paix et de la réconciliation», a réagi l'un des avocats des familles, Me Jean-Pierre Mignard, tout en déplorant «une gestion calamiteuse» de cette affaire par les pouvoirs publics qui ont, selon lui, «embrasé la cité» en tardant à désigner un juge d'instruction.

«Les violences auraient pu être évitées»

L'ouverture d'une information judiciaire avait été annoncée par Nicolas Sarkozy fin novembre 2007, quatre jours après l'accident qui avait été suivi d'une flambée de violence, au cours de laquelle une centaine de policiers avaient été blessés par des tirs d'armes à feu.

«Nous sommes convaincus que si un juge avait été désigné tout de suite, les violences auraient pu être évitées, les policiers qui ont été blessés (lors des émeutes) ne l'auraient pas été», a affirmé Me Mignard. Revenant aussi sur le non-lieu accordé en avril aux policiers au terme de l'enquête sur la mort de deux adolescents à Clichy-sous-Bois en 2005, Me Mignard a estimé que ces deux affaires posaient «la responsabilité de la gestion de l'ordre public dans les cités sous le règne de Nicolas Sarkozy».

L'enquête sur la collision mortelle à Villiers-le-Bel menée par le parquet de Pontoise avait dans un premier temps semblé écarter toute responsabilité des policiers. Une ordonnance de non-lieu avait ainsi été rendue par un juge d'instruction de Pontoise le 23 octobre 2009. Les familles avaient alors décidé de faire appel.

Sans gyrophare ni avertisseur

En avril 2010, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Versailles avait infirmé ce non-lieu et ordonné un supplément d'information mené par le président de cette même chambre. Une décision qualifiée à l'époque de «rarissime» par Me Mignard. C'est dans le cadre de cette procédure que le policier, conducteur du véhicule en cause, a été mis en examen en octobre 2010.

S'appuyant sur le rapport d'expertise, l'avocat a souligné qu'au moment de l'accident, le véhicule policier se trouvait au niveau du carrefour en «phase d'accélération et roulait à 64 km/h, sans gyrophare, ni avertisseur», ajoutant que «le gardien de la paix n'a pas demandé de contre-expertise».

Concernant les tirs par armes à feu lors des émeutes qui ont suivi, quatre jeunes ont été condamnés en juin 2010 à des peines de 3 à 15 ans de prison par la cour d'assises de Pontoise. Pour trois d'entre eux, qui ont fait appel, un nouveau procès se tiendra du 4 au 21 octobre à Nanterre. Deux hommes accusés de complicité dans l'incendie de la bibliothèque du quartier ont par ailleurs été relaxés en octobre 2010.

Des peines de prison de un à trois ans fermes avaient également été prononcées en première instance pour dix jeunes accusés de jets de projectiles sur la police. Deux d'entre eux ont vu leur peine allégée en appel. Les agresseurs du commissaire, passé à tabac, n'ont quant à eux jamais été interpellés.

22/09/11

20:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Karachi : l'enquête se rapproche...

h-20-2596046-1316695008.gif HUmour.gif

(Cliquez sur le dessin)

Après la mise en examen de deux de ses proches dans le cadre du volet financier de l'affaire Karachi, Sarkozy a dénoncéune "calomnie et manipulation politicienne".

Lire l'article du  Monde:  http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/09/22/affair...

 

Source Le Post - 22/09/11

 

19:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Portraits de Bazire et Gaubert

18:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Affaire Karachi: Nicolas Bazire, ami proche de Sarkozy, a été mis en examen

22/09/11

18:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Quatre doigts humains découverts dans un pot de confiture

Midilibre.fr
20/09/2011, 20 h 43
 

Un jeune garçon a découvert quatre doigts humains dans un pot de confiture, lundi après-midi devant une école de Chilly-Mazarin (Essonne), vient-on d'apprendre aujourd'hui.

La provenance de ces doigts humains découpés était encore inconnue mardi en fin de journée, et leur identification était en cours, a indiqué cette source confirmant une information du parisien.fr.

Selon le site internet, "les doigts n'étaient pas nécrosés et auraient donc été récemment enfermés dans ce bocal".

L'enquête a été confiée au commissariat de Longjumeau (Essonne).

 

01:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Discours de Sarkozy à l'ONU sur la demande d'adhésion de la Palestine

21/09/11

 

 

00:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Perte de 500.000 emplois industriels évaporés (2007-2011) !

NPI - 21/09/11

00:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Affaire DSK - Tristane Banon évoque d'autres victimes

1617891_1548f3b2-e3d1-11e0-83f9-00151780182c_640x280.jpg TBanon.jpg

(Cliquez sur la photo)

C’est la première fois qu’elle en parle. , la journaliste et romancière qui accuse DSK d’avoir tenté de la violer le 11 février 2003 à Paris, faits qualifiés d’« imaginaires » par ce dernier, révèle avoir été contactée par d’autres victimes présumées de DSK, depuis son dépôt de plainte début juillet.

 

« Oui, j’ai été contactée par ces femmes, mais elles ont peur, nous confie Tristane Banon. Je ne peux que les comprendre. Elles ont vu ma vie virer au cauchemar et n’ont pas envie du même sort. Certaines ont dû faire un long chemin pour refaire leur vie. Si nous parvenons à une avancée judiciaire, je pense que d’autres parleront. » La plaignante précise ne pas avoir rencontré ces femmes. « C’est à la justice qu’elles auront à parler le moment venu, si la justice permet que ce moment vienne. »

 

En revanche, Tristane Banon indique avoir échangé avec elles, « notamment par e-mail » et leur avoir « évidemment conseillé de porter plainte », bien que consciente des difficultés d’une telle démarche. « J’ai compris qu’elles ne le fassent pas, eu égard à la personnalité de Dominique Strauss-Kahn. J’ai attendu huit ans et demi pour porter plainte, je serais bien mal placée de leur en vouloir. Mais si l’on se tait toutes, alors c’est accepter qu’il existe en France deux justices : une pour les puissants, une autre pour les citoyens », ajoute la jeune femme, déterminée à aller jusqu’au bout.

La romancière aurait aimé qu’une confrontation avec DSK soit organisée, ce que le parquet de Paris, en charge de l’enquête préliminaire, n’a pas souhaité. En cas de classement sans suite, Tristane Banon se constituera « immédiatement » partie civile. Un juge d’instruction pourrait, alors, organiser une confrontation. « Je ne l’attends pas comme on souhaite qu’arrive un moment agréable, confie Tristane Banon.

Si cette confrontation arrive enfin, je ne dormirai sans doute pas la veille, j’aurais sans doute terriblement peur du face-à-face. Je voudrais pourtant que Dominique Strauss-Kahn me regarde dans les yeux et me dise que je mens. » Elle ajoute : « J’ai pour moi le grand confort de la vérité et je garde l’illusion qu’il ne doit pas être si simple de mentir frontalement à sa victime en la regardant en face. » Revenant sur les faits dénoncés, Tristane Banon rappelle que, le 11 février 2003, DSK, qu’elle voyait pour un complément d’interview, lui a donné rendez-vous dans une garçonnière.

« C’est admis et reconnu, insiste-t-elle. J’ai entendu que je savais où j’allais, que je n’aurais pas dû me rendre à ce rendez-vous. Remettons les pendules à l’heure. Je n’ai jamais eu la moindre raison de penser qu’il s’agissait d’autre chose que de l’adresse de l’une de ses permanences, comme il me l’avait dit lui-même au téléphone la veille. J’allais donc dans une des permanences de M. Strauss-Kahn en toute confiance. »

Défendue par Me David Koubbi, son combatif avocat, la romancière dit recevoir « par e-mail, sur Facebook et par courrier » beaucoup de témoignages de soutien et d’encouragements. Il arrive qu’on l’arrête dans la rue pour lui dire de « tenir bon ». « C’est terriblement important car pour être honnête, je suis épuisée, ce combat est épuisant », confie Tristane Banon. A nouveau, elle tient à préciser les choses. « Certains ont vu dans mon action une occasion de se faire une notoriété éclair. Je ne souhaite à personne cette notoriété-là. Je n’avais rien à gagner, tout à perdre. » Celle qui souligne « le travail exceptionnel » des policiers déclare : « J’y crois encore et je rêve toujours du moment où celui que j’accuse sera condamné parce que je n’ai pas menti. » Par ailleurs, Tristane Banon justifie son appel à manifester samedi à 14 heures devant le Palais de justice de Paris. « En France, les violences faites aux femmes ne sont pas prises au sérieux, ça tend à progresser, mais c’est lent. J’espère qu’il y aura du monde pour faire bouger les choses, améliorer les lois. » 

Source Le Parisien- 21/09/11

00:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

21/09/2011

La plus grande association néonazie d'Allemagne interdite

media_xl_4377005.jpg

La plus grande association néonazie d'Allemagne, qui apporte un soutien aux prisonniers proches de ce courant, a été interdite mercredi par le ministère allemand de l'Intérieur.

Affirmant apporter un soutien caritatif, "l'organisation d'aide aux prisonniers politiques nationaux et leurs proches" (HNG) renforce en réalité les détenus dans leur conviction néonazie et les motive pour poursuivre leur combat contre le système, a indiqué le ministère dans un communiqué.
 
Parallèlement à l'interdiction prononcée et effective dès mercredi, des perquisitions ont eu lieu chez les cadres dirigeants de HNG dans les régions de Bavière (sud), Basse-Saxe (nord), Rhénanie du Nord-Westphalie (ouest) et Rhénanie-Palatinat (ouest). Selon les services secrets allemands, HNG, créée en 1979, compte environ 600 membres.
 
"Il n'est plus tolérable que des extrémistes de droite emprisonnés soient renforcés par HNG dans leur attitude agressive vis à vis de la démocratie", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Hans-Peter Friedrich, cité dans le communiqué.(belga)

7SUR7 - 21/09/11

22:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Marine Le Pen à Rungis pour la France qui se lève tôt

21/09/11

21:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Grand banditisme: un convoyeur de fonds tué à Orly dans une attaque à l'explosif

PARIS (Reuters) - Un convoyeur a été tué et deux employés ont été blessés dans une attaque à l'explosif menée mercredi par une dizaine d'hommes armés de fusils d'assaut contre une société de transports de fonds à Orly (Val-de-Marne), a-t-on appris de source policière.

Les malfaiteurs, portant des combinaisons d'intervention de policiers, avec des brassards, ont pénétré avant 06h00 dans un "centre-fort", un dépôt d'argent liquide de la société Temis.

Ils se sont emparés d'un butin d'environ 5 millions d'euros, selon une source proche de l'enquête, confirmant une information du Figaro.fr

"Le butin est extrêmement important", a-t-on déclaré à la police judiciaire, sans pouvoir confirmer le montant exact.

Des témoins ont décrit une "scène de guerre" menée par une équipe "très organisée".

Les malfaiteurs ont d'abord fait exploser la porte extérieure du bâtiment puis ont utilisé une seconde charge pour ouvrir un coffre à l'intérieur.

Le convoyeur a été tué dans l'explosion. Deux autres ont été blessés par le souffle, et non par balles comme on le pensait tout d'abord. Tous deux ont été hospitalisés.

"L'un, plus légèrement touché, a été admis au centre hospitalier de Villeneuve-Saint-Georges, l'autre a été admis à l'hôpital Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne)", a dit Christine Janodet, maire d'Orly, au site du quotidien Metro (www.metrofrance.com)

"RENTRE OU JE TE FLINGUE"

Constatant l'arrivée rapide des forces de l'ordre sur les lieux, les malfaiteurs ont tiré dans leur direction avec des kalachnikov pour prendre la fuite.

Ils avaient pris soin de barrer la rue avec des véhicules enflammés pour retarder l'arrivée des policiers, un procédé déjà utilisé lors d'attaques dans la région parisienne.

Les malfaiteurs sont repartis à bord de deux voitures de forte cylindrée, des Audi. Pour couvrir leur fuite, ils ont pris brièvement en otage un passant qu'ils ont relâché un peu plus tard à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne).

"Tous étaient cagoulés, habillés en policiers et porteurs de brassards de police, ce qui a créé la confusion", a dit Christine Janodet.

Elle a expliqué que les policiers avaient pu suivre un moment le commando vers l'autoroute grâce à un hélicoptère avant de les perdre de vue.

Un cafetier a raconté qu'un des malfaiteurs, qu'il prenait pour un policier à cause de son brassard, lui avait ordonné de rentrer dans son établissement : "Rentre où je te flingue".

"L'attaque d'un centre-fort, bâtiment où les fourgons viennent chercher l'argent, est assez rare. Il s'agit manifestement de malfaiteurs chevronnés", a-t-on souligné de source proche de l'enquête, confiée à la Brigade de répression du banditisme (BRB).

Les enquêteurs devraient exploiter rapidement les images des caméras de vidéosurveillance de la Temis.

Un responsable de la société a annoncé sur place qu'une cellule psychologique avait été installée pour les employés victimes de l'attaque.

Nicolas Bertin et Gérard Bon, édité par Patrick Vignal

Yahoo! Actualités - 21/09/11

20:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Profanation de tombes musulmanes: le Blog Identitaire condamne avec force ces ignobles provocations

20/09/2011

CARCASSONNE (NOVOpress) - Dans un communiqué de presse, le Bloc Identitaire a tenu à mettre au point sa position quant à la profanation de tombes musulmanes à Carcassonne.

Le Bloc Identitaire « tient à rappeler qu’il a toujours condamné sans équivoque depuis des années toute dégradation de cimetière en ces termes : “Pour nous, résistants identitaires européens, façonnés par des siècles de civilisation helléno-chrétienne, les morts, TOUS les morts, sont sacrés. Toute dégradation de tombe, quelle qu’elle soit, s’apparente donc à nos yeux à un acte de barbarie inacceptable et méprisable” ».

De plus, le Bloc identitaire précise dans ce communqiué que : « les rares fois où l’on a arrêté les auteurs de ces actes innommables, il s’agissait en général d’individus qui ne brillaient pas par leur quotient intellectuel et qui étaient éloignés de préoccupations politiques (jeunes adolescents en recherche de sensations extrêmes, satanistes, membres de sectes, ivrognes, etc). »

Enfin, le Bloc Identitaire précise : « Les Identitaires entendent assumer, AU GRAND JOUR ET DANS LA LÉGALITÉ, le combat pour la liberté et l’identité de notre peuple. » C’est pourquoi, « le Bloc Identitaire  fera donc poursuivre  devant les tribunaux tous ceux qui prétendent établir un quelconque lien entre notre légitime lutte et ces actes ignobles. »

Pour retrouver le communiqué du Bloc Identitaire dans son intégralité

[cc] Novopress.info, 2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine

20:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Lampedusa : la guerre a éclaté (+ vidéos)

http://fr.novopress.info/97753/lampedusa-la-guerre-a-ecla...

Novopress info - 21/09/11

20:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Marine Le Pen obtient un franc succès à Rungis !

 

Marine Le Pen était ce matin, accompagnée par Marie-Christine Arnautu, aux halles de Rungis, le premier marché d’Europe.

Marine Le Pen et Marie-Christine Arnautu se sont levées très tôt pour être à 5 heures du matin, ce mercredi, parmi les salariés des Halles de Rungis, déambulant et s’arrêtant devant les étals de poissons, de viandes, de fruits et légumes, serrant des mains, signant des autographes et parlant avec les salariés présents, ces salariés qui bossent très tôt. « Je suis venue rencontrer des gens qui travaillent tôt et à qui on a fait beaucoup de promesses qu’on a immédiatement oubliées. Sarkozy a plutôt fait un mandat pour les gens qui se couchent tard », a tancé la présidente du Front national, à son arrivée.

Vêtue d’une blouse blanche de circonstance, Marine Le Pen a prôné bien évidemment l’instauration de droits de douane et la mise en place de quotas d’importation. « Achetons français » étant le credo de la candidate à la présidentielle, un slogan qui n’est pas sans rappeler un slogan utilisé dans les années 80 et qui ne fut jamais mis en place ni défendu par les divers gouvernements qui se sont succédés depuis 30 ans : « Nos emplois sont nos emplettes »… Marine Le Pen, elle, compte mettre en place une loi basée sur celle existante et mise en place aux Etats-Unis, la « Small Business Act » qui exige que l’Etat, les collectivités locales, les écoles lors de leurs achats privilégient les productions nationales. Loi et pratique qui n’existent pas ici en France !

Marine Le Pen, tout sourire, se laissant prendre en photo, serrant les mains de tous, s’est vu promettre par les salariés présents, heureux de la voir, qu’elle aurait leurs votes en 2012 ! Il semble bien que cette visite matinale a été un succès !

NPI

19:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Palestine: Mahmoud Abbas tente l'impossible

21/09/11

19:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Stéphane Ravier (FN) invité sur le Forum LCM

VIDEO  http://www.nationspresse.info/?p=144590

NPI - 31/09/11

19:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

"Allégeance aux armes": Copé répond aux critiques

 

 Critiqué à gauche mais aussi par certains à droite, le projet "d'allégeance aux armes" pour chaque jeune Français a été défendu mercredi matin par Jean-François Copé sur LCI. Invité de Julien Arnaud, le secrétaire général de l'UMP a voulu minimiser la polémique naissante sur la sémantique et préférer insister sur "la loyauté" à la France en cas de conflit contenue dans ce projet. Le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, a estimé lui que la formulation "allégeance aux armes" n'était "pas forcément la plus adaptée", mais s'est dit favorable à une cérémonie qui "rappelle les valeurs de la République".

Lors du point presse hebdomadaire du parti mercredi matin, Jean-François Copé a indiqué "comprendre" que le mot allégeance "ne plaise pas", en proposant une nouvelle sémantique, celle d'un "engagement de loyauté, d'engagement solennel ou d'engagement tout court". Mais a jugé "scandaleux et indigne que le seul fait de parler de l'amour de la patrie puisse être considéré par certains commentateurs comme politiquement incorrect au point (qu'ils) osent faire le parallèle avec Vichy, l'une des pages les plus honteuses de notre histoire", a-t-il poursuivi.

Ce projet qui fait beaucoup penser à l'exemple américain (le serment d'allégeance au drapeau existe depuis longtemps aux Etats-Unis) et qui figure parmi les 29 propositions de l'UMP destinées à alimenter le programme du futur candidat Sarkozy - "sans engager le président de la République", a tenu à préciser le secrétaire général de l'UMP. La proposition s'inscrit en tout cas dans le cadre d'une attaque en règle contre les projets prêtés à la gauche si elle revient au pouvoir à l'occasion de la prochaine présidentielle : s'appuyant sur le succès libyen de Nicolas Sarkozy, le parti majoritaire a mis en garde contre une victoire de la "coalition" PS-écologistes, accusée de vouloir faire du budget de la défense une simple "variable d'ajustement", synonyme "d'affaiblissement de la France". "Je suis très inquiet. Les socialistes parlent plus aux Verts, qui veulent supprimer les cérémonies du 14 juillet, qu'aux Français. Jusqu'où iront-ils? Si on baisse la garde, c'est alors la sécurité des Français qui sera menacée", a affirmé Jean-François Copé.

Pour le PS, le député Bernard Cazeneuve a aussitôt dénoncé une proposition "exclusivement électoraliste", "en forme de clin d'oeil au Front national". François Hollande a estimé pour sa part que la proposition n'était "pas la formule la plus heureuse". "La fidélité à la France doit se marquer à des moments qui ne sont pas forcément liés aux armes", a-t-il dit devant des journalistes, soulignant que "ce sont ceux qui ont supprimé le service militaire qui font aujourd'hui cette proposition". Et de poursuivre : "Ce qu'on doit demander aux jeunes Français, c'est sans doute un engagement civique de fidélité à des principes de solidarité et de justice". La campagne présidentielle de l'UMP "s'apparente désormais à une gigantesque chasse à l'électeur FN", a renchéri le NPA.

"Une proposition de cohésion nationale"

La présidente du FN, Marine Le Pen, a réagi ironiquement : "Encore un serment... l'américanisation, qu'est-ce qu'on aime ça chez Sarkozy... Ils vont bientôt nous sortir la Bible pour qu'on fasse le serment dessus ?". Selon elle, "s'il y a une réflexion à mener, c'est sur l'existence d'un service national".

Et jusqu'au sein du parti majoritaire, la prise de position gêne. A la sortie de la convention de l'UMP, le ministre de la Défense Gérard Longuet s'est dit "un petit peu" gêné. "L'idée est bonne, mais il faut travailler la sémantique", a-t-il déclaré à des journalistes, tandis que son collègue Bruno Le Maire, chargé de l'élaboration du projet de l'UMP pour 2012, bottait en touche. Hervé Mariton, conseiller politique de l'UMP chargé des questions de défense et partisan affiché du projet, a concédé pour sa part que "le mot est peut-être un peu ancien". Cette "allégeance" solennelle, qui interviendrait lors de la journée d'appel à la défense ou au moment de l'acquisition de la nationalité française, concernerait aussi bien les femmes que les hommes. L'intéressé promettrait de combattre du côté de la France en cas de conflit armé. Quid des binationaux ? "C'est une forme de réponse au débat sur la nationalité multiple. En devenant française, toute personne dirait que son engagement va à l'armée française" et non pas à celle du pays de son autre nationalité, a précisé Hervé Mariton, y voyant une "proposition de cohésion nationale".

TF1 News - le 21 septembre 2011

18:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)