Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/10/2011

Immmigration: la préfecture de Bordeaux débordée ?

Bordeaux_gareStJean-500x250.jpg

Gare Saint Jean à Bordeaux - (Cliquez sur la photo)

18/10/2011 – 15h30
BORDEAUX (via
info-bordeaux.fr) — La préfecture de Gironde semble débordée par l’afflux d’immigrés. Le service des étrangers est très souvent débordé par des centaines de personnes, le plus souvent en provenance d’Afrique. Dans un article publié aujourd’hui par nos confrères du Sud-Ouest, ce sont près de 32 200 étrangers venus faire une demande de titre de séjour, d’asile… qui ont été enregistrés du 1er janvier au 31 septembre 2011, soit près de 35% de plus qu’en 2010 sur la même période !

Florence Moreau donne la parole à l’Institut de défense des étrangers (IDE) qui dénonce « des dysfonctionnements dans les services », ainsi qu’une « politique du découragement systématique », ce qui n’est pas étonnant pour un organisme connu pour sa défense systématique des immigrés en situation irrégulière.

Paradoxalement, les lecteurs du quotidien ne semblent pas touchés par « l’humiliation au quotidien » et « l’indignation » des avocats de l’IDE. Ainsi, Gatto note que « nous avons 4 millions de chômeurs, pas de boulot pour nos jeunes et nous accueillons toujours des milliers de personnes ». Avec une pointe d’humour, Babyjon souligne que l’on « se bouscule moins pour entrer en Somalie ». Pour Jean Chalosse, le problème n’est pas forcément les dysfonctionnements, mais « peut-être le fait qu’ils sont trop nombreux ». Enfin, Landette est le plus amère : « lls veulent pas qu’on leur offre le café aussi ? Moi j’attends 3 à 4 heures au service carte grise, je ne fais pas tout ce cinéma ».

Article reproduit avec l’aimable autorisation d’info-bordeaux.fr. Photo : Gare Saint Jean, Bordeaux. Crédit : Roger Wollstadt, via Flickr (cc)

[cc] Novopress.info, 2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine

20:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Mensonges et manipulations à propos de la manifestation FLN du 17 octobre 1961 à Paris, par Bernard Lugan

17_10_Neuilly_FLN_Algerie_Massacre_930_620_scalewidth_630.jpg

(Cliquez sur la photo)

Cinquante ans après la fin de la guerre d’Algérie, par le biais d’une machination particulièrement bien orchestrée, policiers, gendarmes mobiles, CRS et Harkis engagés le 17 octobre 1961 à Paris dans une opération de maintien de l’ordre, sont devenus des agresseurs accusés d’avoir massacré 300 manifestants algériens, d’en avoir jeté des dizaines à la Seine et d’en avoir blessé 2300.
Tous les ans depuis 1991, ceux que le FLN désigne sous le nom de « Frères des Frères », organisent à grand renfort médiatique une cérémonie à la mémoire des « Martyrs Algériens » du 17 octobre 1961. Au mois d’octobre 2000, les « Frères des Frères » ont créé l’ « Association 1961 contre l’oubli ».
Cette année, la commémoration a pris un éclat particulier avec la présence du candidat socialiste aux futures élections présidentielles lequel a lancé une rose rouge à la Seine en mémoire des manifestants qui y auraient été noyés…

Or, contrairement à ce qui est affirmé par des médias dont l’inculture est à l’égal de l’esprit partisan, le 17 octobre 1961, il n’y eut pas de massacre d’Algériens à Paris.
Revenons aux faits. Nous sommes en pleine guerre d’Algérie et le FLN qui cherche à prendre le contrôle de la communauté algérienne vivant en France organise une manifestation surprise et clandestine devant converger vers la Place de la Concorde et l’Elysée afin de montrer sa force et pour peser sur les pourparlers de paix qui ont lieu à Evian.

Assaillis de toutes parts, les 1300 hommes des forces de l’ordre rassemblés en urgence, et non 7000 comme cela est toujours dit, firent preuve d’un grand sang-froid et d’un immense professionnalisme se traduisant par un bilan des pertes « modéré » dans de telles circonstances.

Contre les affirmations des complices du FLN et des auteurs militants, les archives de l’Institut Médico-Légal de Paris, la Morgue, sont pleines d’enseignements. Le Graphique des entrées de corps « N.A » (Nord-africains) par jour. Octobre 1961, nous apprend ainsi que du 1er au 30 octobre 1961, 90 corps de « NA » , Nord-africains selon la terminologie officielle de l’époque, sont entrés à l’Institut médico légal, la plupart étant d’ailleurs des victimes du FLN…

Le 17 octobre, alors que se déroulait dans Paris un soi-disant massacre, l’Institut Médico Légal n’a enregistré aucune entrée de corps de « NA ». Et pour cause, le 17 octobre 1961, de 19h30 à 23 heures, une seule victime fut à déplorer dans le périmètre de la manifestation, et ce ne fut pas un Algérien, mais un Français nommé Guy Chevallier, tué vers 21h devant le cinéma REX, crâne fracassé, et dont rien ne permet de dire que ce fut par la police. En dehors du périmètre de la manifestation « seuls » 2 morts furent à déplorer, Abdelkader Déroues tué par balle et retrouvé à Puteaux et Lamara Achenoune étranglé gisant dans une camionnette, également à Puteaux.

Certes, nous dit-on, mais les morts ont été déposés à la morgue les jours suivants. Or, et une fois encore, ce n’est pas ce qu’indiquent les archives de l’IML car, entre le 18 et le 21 octobre, seuls 4 cadavres de « NA » (Nord-africains) furent admis à la Morgue :
- le 18 octobre, Achour Belkacem tué par un policier invoquant la légitime défense et Abdelkader Benhamar mort dans un accident de la circulation à Colombes.
- le 20 octobre, Amar Malek tué par balles par un gendarme.
- le 21 octobre Ramdane Mehani, mort dans des circonstances inconnues.

Soit du 17 au 21 octobre, 7 morts, dont deux seulement peuvent être imputés aux forces de police. Nous voilà bien loin des 300 morts avancés par certains… Ces chiffres prennent toute leur signification si nous nous reportons au début du mois d’octobre. Ainsi, entre le 1er et le 3 octobre, 24 corps de « N.A » entrèrent à l’IML, victimes de la guerre inexpiable que le FLN menait contre ses opposants partisans de l’Algérie française ou du MNA de Messali Hadj. Pour mémoire, de janvier 1955 au 1er juillet 1962, les tueurs du FLN assassinèrent en France métropolitaine 6000 Algériens et en blessèrent 9000.

Pour mémoire encore, le 26 mars 1962, devant la Grande Poste de la rue d’Isly à Alger, les forces de l’ordre ne firent pas preuve de la même retenue que le 17 octobre à Paris quand elles ouvrirent directement le feu sur une foule de civils français non armés, faisant entre 70 et 80 morts et 150 blessés. Sur ces victimes, réelles celles-là, la mémoire sélective a jeté le voile de l’oubli.

Bernard Lugan
18/10/2011

[1] Le numéro du mois de novembre 2011 de l’Afrique Réelle reviendra sur cette manifestation et publiera un article du lieutenant-colonel Raymond Montaner, ancien commandant de la Force Auxiliaire (Harkis de Paris) qui fut au cœur de l’événement et qui démonte dans le détail le montage fait autour du « soi-disant » massacre des Algériens de Paris le 17 octobre 1961.

[cc] Novopress.info, 2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine [http://fr.novopres

20:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Près de 6 Français sur 10 souhaitent la victoire de la gauche en 2012

PARIS (Reuters) - Près de six Français sur dix souhaitent la victoire d'un candidat de gauche à l'élection présidentielle de 2012, un score inégalé depuis septembre 2010, selon un sondage Ifop pour Paris Match à paraître jeudi.

A la question "Au fond de vous-même, souhaitez-vous plutôt la victoire de la gauche ou plutôt la victoire de la droite?", 59% des personnes interrogées se prononcent pour la gauche, contre 56% en septembre.

Trente-six pour cent, contre 38% en septembre, déclarent souhaiter la victoire de la droite. Cinq pour cent ne se prononcent pas.

Dans le tableau de bord des personnalités, évaluées avant le second tour de la primaire d'investiture socialiste, la cote de popularité des personnalités de gauche progresse.

Les trois perdants socialistes du premier tour de la primaire progressent notablement: Manuel Valls (57% de bonnes opinions, +12), Arnaud Montebourg (52%, +14), et Ségolène Royal (41%, +8).

Nicolas Hulot, perdant de la primaire écologiste pour 2012, reprend la tête du classement des personnalités aux dépens de Jacques Chirac avec 70% de bonnes opinions (+5) devant Bertrand Delanoë (67%,+1), François Hollande (67%, +2) et Jack Lang (66%,+3).

L'enquête a été réalisée par téléphone du 13 au 14 octobre auprès de 955 personnes, un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Sophie Louet, édité par Yves Clarisse

Yahoo!Actualités - 18/10/11

19:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

"2012, en route vers la présidentielle" avec Marine Le Pen


Marine Le Pen - En route vers la Présidentielle... par nationspresse

18/10/11

17:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Tollé en Chine après l'agonie d'une fillette dans l'indifférence générale

http://observers.france24.com/fr/content/20111017-web-chi...

+ VIDEO 

France 24 - 17/10/11

La petite fille est en état de mort cérabrale. 

 

 

03:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Marine le Pen: Hollande représente le "vide idéologique de la gauche"

Marine Le Pen : Hollande représente "le vide... par FranceInfo

17/10/11

02:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Marine Le Pen: "Hollande est un champion du mondialisme le plus féroce"

« Je ne peux que me féliciter de la désignation de quelqu’un qui, comme Nicolas Sarkozy, est un champion du mondialisme le plus féroce, du fédéralisme européen, de la soumission de la France à l’ensemble des diktats imposés par les grandes puissances financières et aussi un champion de la dette », a déclaré sur BFM-TV Mme Le Pen.

Selon elle, « c’est un grand point commun avec le président de la République. A la tête de son département, (la dette) il l’a augmentée de 38% depuis 2008″ alors qu’il se réclame d’ »une gestion rigoureuse » et que « la moyenne nationale, c’est une augmentation de 26% ».

Défrancisation - 17/10/11

02:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

CANNIBALISME - Un plaisancier allemand a-t-il été mangé aux Iles Marquises ?

cannibalism1-530x353.jpg

Stefan Ramin - (Cliquez sur la photo)

Stefan Ramin, un plaisancier allemand de 40 ans, a-t-il été mangé par son guide touristique à Tahiti ? C'est la question que se pose le Times (sur abonnement) après la découverte de restes humains dans un brasier encore fumant dans la zone où le globe-trotter a disparu il y a une semaine.

Originaire de Hambourg, Stefan Ramin voyage autour du monde en catamaran avec sa petite amie, Heike Dorsch, depuis 2008. Mi-septembre, le couple arrive à Nuku Hiva, la plus grande des îles Marquises, en Polynésie française, qui inspira nombre d'histoires à Herman Melville, dont Typee, un Eden cannibale.

Le Hambourgeois entreprend alors de partir en excursion en compagnie d'un guide local, Henri Haiti, a raconté à la police sa petite amie. Stefan Ramin n'est jamais rentré. A son retour, le guide aurait expliqué à Heike Dorsch que le jeune homme était blessé et qu'il avait besoin d'aide. Selon le récit de la jeune femme, il l'aurait alors attachée et agressée sexuellement avant de s'enfuir.

Stefan Ramin et sa petite amie (Stefan Ramin / Picasa)

Une vingtaine de policiers et de soldats partis à la recherche du plaisancier découvrent alors des vêtements près d'un feu dans lequel gisent des os, une mâchoire, des dents et des plombages. Des analyses d'ADN ont été ordonnées à Paris. Le procureur a confié à Tahiti Infos qu'il ne subsistait que peu de doutes sur l'origine des restes : il existe "une similitude entre la prothèse dentaire trouvée dans le brasier et les informations qui figurent dans le dossier médical de Stefan Ramin", relate le site.

Le guide, Henri Haiti, demeure introuvable, rapporte La Dépêche de Tahiti. Le quotidien n'évoque pas ouvertement la piste anthropophage, mais dans les commentaires, les internautes laissent libre court à leur imagination.

Les Marquisiens ont longtemps pratiqué le cannibalisme rituel avec les prisonniers de guerre. Herman Melville, l'auteur de Moby Dick, séjourna d'ailleurs quelque temps dans la tribu cannibale des Taipis en 1842. Il n'en garda pas un si mauvais souvenir, puisque ce séjour lui inspira cette phrase : "Plutôt dormir avec un cannibale sobre qu'avec un chrétien ivre." (Moby Dick). Cette tradition est censée avoir disparu depuis cette époque.

Le Monde - 17/10/11

02:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Marseille, plus grande "maison close" virtuelle française

2011101418522443_1.jpg indoor.jpg

Au dernier moment, Mireille appelle pour reporter le rendez-vous. Trop de clients aujourd'hui. "Désolée, je suis débordée. On remet à la semaine prochaine ?". Sa petite entreprise ne connaît pas la crise. Installée dans le 15e arrondissement de Marseille, cette jeune femme qui exerce à son domicile propose, il est vrai, des tarifs ultraconcurrenciels : 40€ la coupe de cheveux, "service compris". Et le service, chez Mireille, c'est ce que d'autres appellent un "massage avec finition manuelle", ou encore "un moment de détente intime" dans ce genre d'annonces bien particulier qui pullulent désormais sur internet (1).

Il suffit de taper "escort", "accompagnatrice", "dame de compagnie", ou même... "coiffeuse intime" sur google pour accéder à des centaines de propositions sur Marseille. Pour la loi française, rien d'illégal : si le racolage et le proxénétisme sont durement réprimés, la prostitution n'est pas interdite. Certains sites livrent même photos, mensurations et appréciations des clients. Ces filles que l'on ne voit jamais dans la rue seraient aujourd'hui "au moins aussi nombreuses que celles qui font le trottoir", assure l'association Autres Regards (2), qui participe à une étude européenne sur la "prostitution Indoor", menée dans huit villes (Porto, Hambourg, Gènes, Trieste, Turin, Sofia, Nantes et Marseille). "À Marseille, nous avons rencensé 1003 annonces et contacté 600 personnes qui travaillent indoor", explique Lucile Favet, coordonatrice de l'étude. Avec Nantes, la cité phocéenne est la ville étudiée qui possède la plus grande "maison close" virtuelle.

Une conséquence de la répression du racolage passif instaurée en France en 2003 ? Ou un nouveau "marché" qui s'est créé via le net ? "Plus un pays est abolitionniste, plus les prostituées se cachent", souligne l'association, qui observe toutefois que depuis 10 ans, le nombre de prostituées qui exercent sur le Jarret, à Rabatau ou à la rue Curiol est resté stable : environ 600 filles, dont la nationalité varie avec les flux migratoires (aujourd'hui pays de l'est et Africaines essentiellement). Autre particularité, à Nantes comme à Marseille, "la majorité des filles qui travaillent à domicile sont des Françaises, alors que dans la rue, la quasi totalité des prostituées sont des migrantes", indique Lucile Favet. Passer une annonce, répondre au téléphone, disposer d'un domicile requiert une certaine maîtrise de la langue et un minimum d'intégration sociale.

Contactées par téléphone, la plupart des "escorts" se disent "occasionnelles" : "Les professionnelles sont rares. La majorité sont des mères de famille ou des étudiantes qui font des passes pour améliorer leur situation financière". À noter que 7% des contacts pris étaient des hommes qui proposent leur services à des femmes, 14% des transexuels. Des profils, des parcours, des motivations globalement très différents. Avec un point commun: toutes (et tous) refusent l'idée d'exercer dans la rue. "Elles disent qu'elles ne supporteraient pas la violence des regards des passants, les insultes".

La violence pourtant, c'est souvent dans le huis clos d'un appartement qu'elle s'exerce. D'autant que "les occasionnelles ne connaissent pas les codes du métier, ne savent pas comment poser des limites pour se protéger". La rémunération, souvent calculée à l'heure (jusqu'à 300€ la séance) -et non à l'acte comme dans la rue- induit des dérapages. "95% des clients demandent des fellations sans préservatifs, alors je le fais, même si je suis au courant des risques" reconnaît une sondée. Entre quatre murs, il est plus difficile de dire non à un client. Et rares sont les filles qui font équipe : "celle dont le nom figure sur le bail peut être poursuivie pour proxénétisme", explique Lucile Favet. Existe-t-il d'ailleurs un proxénétisme indoor ? À Marseille, dans le cadre de l'étude, Autres Regards n'en n'a "jamais rencontré".

Plus inquiétant est l'isolement total de ces femmes. "Chacune travaille dans son coin, sans lien avec d'autres prostituées, alors que dans la rue, les filles se protègent les unes les autres. C'est en exerçant seule chez soi qu'on se met le plus en danger", insiste Sophie Campet, intervenante sociale.

Grâce aux tournées organisées dans la rue, Autres Regards connaît quasiment toutes les filles qui tapinent à Marseille. "Mais nous n'avons que très peu de liens avec les prostituées indoor". Et sans relation, pas de suivi sanitaire, pas d'aide possible. C'est pourquoi, l'association vient de publier un livret à destination des "travailleuses du sexe". Droit, santé, précautions à prendre avec un client ou encore conseils pour négocier des tarifs. Un véritable guide professionnel pour ces auto-entrepreneuses de l'ombre.

(1) D'après le rapport 2009 sur la prostitution en France de l'OCRTEH, il existerait près de 10 000 annonces distinctes sur Internet, à destination de la France.

(2) Autres Regards, 3 rue de Bone, 5e. 04 91 42 42 90. http://indoors.blogspot.com

 La Provence - 17/10/11

00:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

17/10/2011

Valérie Trierweiler s'y voit déjà...

valerie-trierweiler-10410304icykl_2041.jpg

Valérie Massonneau, divorcée Trierweiler, est née en 1965 à Angers

Journaliste pour Direct 8 et Paris Match, la nouvelle compagne de François Hollande se voit dans un nouveau rôle depuis les résultats de la primaire socialiste. Demain First Lady ?

"J'apprendrais (sic) vite !" prévient-elle.Valérie Trierweiler a changé de statut dans les médias. De remplaçante de Ségolène Royal dans le coeur de François Hollande, la jounaliste passe à éventuelle future "première dame" de France. "Serait-elle déjà en campagne ?" s'interroge le Figaro Madame. Sur son compte Twitter, on sent que l'éventualité de voir son compagnon à la tête de l'Etat lui trotte dans l'esprit.

"Pour moi, c'est lui"

"Puisqu'on me le demande, oui j'ai voté à la primaire. Oui, pour moi, c'est lui" avait-elle lancé en quelques signes presque lyriques le 9 octobre, journée de premier tour des primaires.

Dans l'entre deux tours, celle qui a abandonné son émission politique sur Direct 8 est encore fébrile : "Hommage à Ségolène Royal pour son ralliement sincère, désintéressé et sans ambiguïté".  Valérie Trierweiller joue l'apaisement vis-à-vis de celle qui pourrait la détester.

Dimanche 16 octobre, à peine les votes clôturés, la journaliste tweet, en référence aux mots de François Mitterrand en 1981 "Quelle histoire ! Quelle histoire !!!"

"Laissez-moi le temps d'apprendre"

Celle qui a fait ses classes à Paris Match doit repenser au jour où elle suivait dans un reportage Ségolène Royal qui se rendait à la clinique, enceinte de Flora, la fille de François Hollande. Journaliste sérieuse et intelligente, femme sûre de son charme selon ceux qui la connaissent, Valérie Trierweiller possède les atouts d'une première dame moderne. Il semble que celle qui détrônera peut-être Carla Bruni Sarkozy batte désormais la campagne, prête à se perfectionner : "A mes amis journalistes et photographes, laissez moi le temps. Le temps de comprendre et d'apprendre. Mais j'apprendrais (sic) vite!" a-t-elle tweeté dans la soirée du 16 octobre, intriguante mais aisément décryptée...

Plurielles.fr - 17/10/2011

 

 

23:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Le CRIF se réjouit de la victoire de François Hollande

hollande-socialistes-israel-500x250.jpg

17/10/11 – 17h30
PARIS (NOVOpress)
– La communauté juive de France semble pleinement satisfaite de la victoire de François Hollande sur Martine Aubry.

En effet, le Conseil Représentatif des Institutions juives de France, le CRIF, a adressé ses chaleureuses félicitations à François Hollande pour sa brillante victoire lors des élections pour la primaire du Parti Socialiste.

Le CRIF souligne également qu’il connaît de longue date « le profond attachement de François Hollande au respect des individus dans leur diversité » et « espère qu’il fera valoir au cours de sa campagne présidentielle les sentiments d’amitié pour la communauté juive de France et de compréhension empathique vis-à-vis de l’Etat d’Israël qu’il a toujours manifestés jusqu’à maintenant. »

Des encouragements qui résonnent comme des conseils et malmènent quelque peu la position laïciste et anti-communautariste affichée par le candidat socialiste, tout comme ils peuvent laisser planer des doutes quant à l’objectivité de sa future politique étrangère.

Crédit photo : idf-photos via Flickr. Licence CC

[cc] Novopress.info, 2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine [http://fr.

23:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Sur les primaires socialistes

 

Communiqué de Paul-Marie Coûteaux, porte-parole de la campagne présidentielle de Marine Le Pen

Les primaires du parti socialiste ont révélé la sclérose de notre système politique et l’abandon de l’esprit même de nos institutions.

D’une part, un taux de participation prometteur en dit long sur l’impatience des Français à faire entendre leur voix, et leur exaspération devant le continuel déni de démocratie. Au crépuscule d’une présidence qui fut la seule, avec celle de V. Giscard d’Estaing, à ne pas juger bon de recourir au référendum, élément essentiel de notre démocratie dont il faudrait au contraire élargir l’usage, et après la gifle que M. Sarkozy a infligée à notre peuple en biffant à Lisbonne le non des Français lors du referendum de 2005, les Français veulent enfin pouvoir s’exprimer. Pour le faire, beaucoup d’électeurs qui ne sont pas socialistes ont saisi l’occasion de cette consultation -y compris parmi ceux qui s’apprêtent à voter pour Marine le Pen, notamment des souverainistes et des gaullistes séduits par la modernité des thèmes imposés par Marine Le Pen et repris à son compte par Arnaud Montebourg.

D’autre part, l’écho qu’a reçu ce succédané de démocratie témoigne d’une déliquescence générale des principes républicains les mieux assurés. L’ouverture de mairies et de bâtiments publics au bénéfice d’élections privées a nié le principe de neutralité du service public, neutralité également oubliée par les grands médias complaisants ou complices d’une captation de l’opinion au bénéfice d’un parti, d’autant plus scandaleuse que, dans le même temps, des candidats déclarés, grands ou petits, sont pratiquement exclus des grands organes d’expression et d’information. Nié aussi le principe de citoyenneté, quand il suffit d’exhiber sa carte du PS pour voter avant l’âge légal, ou sans avoir la nationalité française à laquelle la citoyenneté reste et doit rester attachée. Nié l’esprit de nos institutions, dont le général de Gaulle a voulu qu’elles fussent dégagées du système partisan, quand tout est fait pour donner à entendre que l’élection présidentielle est un concours entre partis.

Seule Marine le Pen, en élargissant sans cesse le rassemblement des Français sur l’unique souci de la France, en répétant qu’elle n’est pas candidate du Front National mais soutenue par lui comme par d’autres, en se présentant au suffrage des Français en femme indépendante de toute oligarchie, reste authentiquement fidèle à l’esprit d’une l’élection suprême qui justement devra rétablir l’indépendance de la nation en même temps que l’autorité, la neutralité et l’impartialité de l’État.

21:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Hollande = FLN

 

D’après Le Parisien, François Hollande, le désormais candidat du PS à la présidentielle 2012 était ce lundi matin sur le pont de Clichy pour rendre hommage aux manifestants algériens tués lors de la manifestation du 17 octobre 1961.

Depuis dimanche soir, ce n’est plus « le favori de primaires socialistes », mais bien le candidat du PS à la présidentielle de mai prochain. François Hollande, dans ses nouveaux habits de prétendant officiel – en l’occurence un costume foncé et une chemise bleu ciel – était ce lundi matin sur le pont de Clichy. Une rose à la main, dans une symbolique très mitterrandienne.

En ce 17 octobre, le président du conseil général de Corrèze était venu rendre hommage aux manifestants algériens du 17 octobre 1961, « une date qui pour beaucoup est date de souffrance ». Il y a cinquante ans, une répression sanglante frappait la manifestation organisée à Paris, en pleine guerre d’Algérie, par la fédération de France du FLN en faveur de l’indépendance de l’Algérie. Ce soir-là, 30.000 manifestants, dont près de 10.000 habitants de la boucle nord des Hauts-de-Seine, avaient convergé vers la capitale. Nombre d’entre eux ont été arrêtés et brutalisés au pont de Neuilly, certains mourant noyés dans la Seine.

« Il faut que la vérité soit dite. Sans repentance, ni mise en accusation particulière, a souligné François Hollande. Reconnaître ce qui c’est produit. Aujourd’hui je le fais en tant que socialiste. Ensuite, ce sera sans doute à la République de la faire… » Cinquante après, l’Etat français n’a toujours pas reconnu sa responsabilité. Les association sont aujourd’hui nombreuses à réclamer la reconnaissance par la France d’un crime d’Etat. En présence de Sébastien Piétrasanta, le maire (PS) d’Asnières, de Gilles Catoire, le maire (PS) de Clichy, le candidat socialiste a ensuite assisté au dévoilement d’une plaque commémorative sur laquelle il est écrit : « De ce pont, et d’autres ponts de la région parisienne, des manifestants algériens furent jetés dans la Seine le 17 octobre 1961, victimes d’une répression aveugle. A leur mémoire, le 17 octobre 2011 ». Benjamin Stora, historien français, spécialiste de l’immigration algérienne présent hier, s’est félicité d’un début de reconnaissance « d’une des plus grandes tragédies française ».

21:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Le premier geste fort de François Hollande: commémorer la répression du 17 octobre 1961

PARIS (Reuters) - L'opposition de gauche a commémoré lundi le cinquantième anniversaire de la répression meurtrière d'une manifestation d'Algériens le 17 octobre 1961 à Paris, un "crime" jamais reconnu officiellement par l'Etat français.

Le premier geste du candidat officiel du Parti socialiste à l'élection présidentielle de 2012, François Hollande, a été de jeter une rose dans la Seine depuis le pont de Clichy, en hommage aux Algériens tués cette nuit-là alors qu'ils défilaient pour réclamer l'indépendance de leur pays, déclarée en 1962.

Le maire de Paris Bertrand Delanoë a pour sa part déposé une gerbe de fleurs à l'angle du pont Saint-Michel, en face de la préfecture de police de Paris, en compagnie de l'ambassadeur d'Algérie en France, Missoum Sbih. En 2001, il avait dévoilé une plaque commémorative au même endroit.

"Il y a eu un crime terrible le 17 octobre 1961 à Paris, ici-même (...) cela a été fait avec soit la passivité, soit la décision des autorités politiques de la France, donc il faut savoir regarder son passé avec courage et honnêteté", a-t-il déclaré.

Une vingtaine de manifestations sont prévues lundi dans toute la France pour commémorer la nuit du 17 octobre 1961. Dimanche, la ville de Nanterre, dans les Hauts-de-Seine, a renommé l'une de ses artères "Boulevard du 17 octobre 1961".

"On peut enfin parler de choses douloureuses, on peut enfin commencer à faire le deuil sur cet événement", s'est réjoui Mehdi Lallaoui, président de l'association Au nom de la mémoire.

"Ça témoigne d'une prise de conscience citoyenne qui participe du devoir de mémoire", a confirmé l'ambassadeur Missoum Sbih.

Mais de nombreuses associations déplorent que 50 ans après les faits, l'Etat français n'ait toujours pas reconnu sa responsabilité dans cette répression qui aurait fait, selon les estimations, entre 48 et 300 morts.

UNE PROPOSITION AU SÉNAT

"Je ne demande pas la repentance, la reconnaissance, c'est tout", a dit à Reuters Mohamed Ghafir, responsable du mouvement indépendantiste algérien pour la rive gauche de Paris à l'époque.

Pierre Tartakowsky, président de la ligue des droits de l'homme, a dit n'avoir "qu'un seul regret, c'est de constater que le gouvernement ne dit mot, et n'éclaire pas ce qui doit être éclairé".

"On ne construit pas la démocratie (...) sur l'oubli ou sur le mensonge", a-t-il déclaré.

Plusieurs maires socialistes de la région parisienne et Europe-Ecologie les Verts appellent ainsi l'Etat à reconnaître sa responsabilité. David Assouline, sénateur socialiste de Paris, entend présenter au Sénat une demande en ce sens.

Une pétition a par ailleurs été signée par plus de 100 personnes, dont l'ancien Premier ministre socialiste Michel Rocard.

Le 17 octobre 1961, à l'appel du mouvement indépendantiste algérien, entre 20.000 et 30.000 Algériens marchent dans Paris pour protester contre le couvre-feu imposé aux travailleurs algériens par le préfet de Paris, Maurice Papon. Nombreux sont ceux qui viennent des bidonvilles de la banlieue parisienne.

S'ensuit une répression policière d'une grande violence.

La police aurait tiré à balles réelles et jeté des hommes dans la Seine, selon de nombreux témoignages. Environ 12.000 manifestants sont interpellés et regroupés dans des enceintes sportives, où certains auraient été torturés.

Aujourd'hui, si les commémorations se multiplient, elles divisent encore le corps politique. Jean-Christophe Fromentin, maire de Neuilly, a ainsi rejeté la demande de six communes des Hauts-de-Seine, des Yvelines et du Val d'Oise d'organiser une cérémonie sur le pont de Neuilly.

Edité par Yves Clarisse

Yahoo!Actualités - 17/10/11

  1657542_gan02-620490-01-02_640x280.jpg 1961.jpg

(Cliquez sur la photo)

21:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Marseille: interdiction de la mendicité

mendiants.jpg

(Cliquez sur la photo)

Sous peine d'une amende, la mendicité est à présent interdite. Un arrêté a été entériné lundi  par la municipalité de Marseille, destiné à lutter « contre les comportements portant atteinte à l'ordre public », et notamment les actes de mendicité.

Le texte vise en particulier les actes de « sollicitation et quête », la « tranquillité et la commodité de passage ». Cet arrêté est le premier pris dans la ville dans un cadre permanent et aussi large, puisqu'il concerne tout le périmètre du centre, du Stade Vélodrome à la gare Saint-Charles en passant par le Vieux-Port.

Signé par l'adjointe à la Sécurité Caroline Pozmentier, ce texte, qui réprime également la consommation d'alcool sur la voie publique, est destiné à fournir un cadre légal aux forces de l'ordre, qui pourront désormais verbaliser les contrevenants à hauteur de 38 euros par infraction relevée.

"Renforcer la lutte contre le sentiment d'insécurité"

Il y a quelques années, la ville de Marseille avait déjà pris un arrêté visant à réprimer les « comportements agressifs », notamment ceux des laveurs de vitres de voitures aux feux rouges. Un phénomène qui a pratiquement disparu dans la commune, ont constaté les observateurs.
 

David-Olivier Reverdy, secrétaire régional du syndicat de police Alliance, s'est félicité lundi d'une telle disposition, estimant qu'elle « facilite la tâche des patrouilles de gardiens de la paix et ne peut que renforcer la lutte contre le sentiment d'insécurité qui gagne l'opinion publique ».

Plusieurs villes de France ont déjà pris ce type de décisions, comme Nice, Montpellier ou Chartres.

Actu France-Soir - 17/10/11

17:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

16 octobre 1793, la mort d'une Reine

Lire: http://gestadeiperfrancos.blogspot.com/2007/10/memento-do...

La République est née dans le sang des rois, elle mourra dans le sang des bourreaux! 

02:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Le sang de Louis XVI peut-être retrouvé à Bologne

8137e16c-f571-11e0-a34c-422193d90c6d.jpg Louis XVI.jpg


Une partie de la calebasse qui mentionne les circonstances dans lesquelles le sang de Louis XVI a été récupéré. Crédits photo: Davide Pettener

Le sang proviendrait d'un mouchoir trempé dans le sang du roi mort guillotiné, retrouvé dans une petite boîte. 

 

 

Une famille aristocratique italienne habitant Bologne possédait depuis longtemps dans ses collections une gourde (ou calebasse) portant des inscriptions gravées et plusieurs portraits des grandes figures de la Révolution française. Ces fruits, une fois vidés de leur chair, séchés et décorés, faisaient office, à l'époque comme aujourd'hui, de boîtes. L'histoire familiale rapporte que cette gourde avait abrité un mouchoir qui avait trempé dans le sang du roi Louis XVI, le jour où il fut guillotiné, le 21 janvier 1793. Une hypothèse confortée par une inscription: «Maximilien Bourdaloue le 21 janvier de cette année imbiba son mouchoir dans le sang de Louis XVI après sa décollation.»

Les propriétaires de ce petit objet de 23 cm de haut, qui ont tenu à garder l'anonymat, l'ont confié à des biologistes espagnols et italiens afin qu'ils puissent l'expertiser. L'équipe pilotée par Carles Laluela-Fox, de l'Institut de biologie évolutive de Barcelone, est spécialisée dans les recherches génétiques. Ils ont notamment participé au décryptage du génome de Neandertal.

Marqueurs génétiques 

«Au début, on ne savait même pas si la substance noire à l'intérieur de la gourde était du sang humain», raconte Carles Laluela-Fox. Mais c'est ce qu'ont mis en évidence, chacun de leur côté, l'institut de Barcelone et l'université de Bologne. La fine pellicule noire desséchée contenait de l'ADN humain bien conservé, appartenant à un homme. Première indication. S'agit-il ou non d'ADN royal? La question n'a pas été tranchée mais elle pourrait l'être prochainement. Les chercheurs publient les résultats de leurs travaux dans le numéro de novembre de la revue Forensic Science International: Genetics .

 

Une famille italienne possédait dans ses collections une calebasse portant des inscriptions gravées et plusieurs portraits des figures de la Révolution.
Une famille italienne possédait dans ses collections une calebasse portant des inscriptions gravées et plusieurs portraits des figures de la Révolution.

 

«Il aurait été possible de séquencer le génome de l'individu dont le sang se trouve à l'intérieur de la boîte mais cela ne nous aurait pas permis d'en savoir plus sur son identité. Nous nous sommes focalisés sur des marqueurs génétiques utilisés couramment lors des recherches médico-légales», explique Carles Laluela-Fox. D'une grande variabilité chez les humains, ces marqueurs permettent de détecter des filiations de manière très fine. «Ils sont courts et donc facilement repérables. Ils sont aussi très stables dans le temps», souligne Olivier Pascal, président de l'Institut français des empreintes génétiques.

Gène associé aux yeux bleus 

 

Les propriétaires de ce petit objet de 23 cm de haut, qui ont tenu à garder l'anonymat
Les propriétaires de ce petit objet de 23 cm de haut, qui ont tenu à garder l'anonymat

 

Certains traits retrouvés dans l'ADN sont plutôt rares dans les populations européennes. Mais, en l'absence de données génétiques recueillies sur des parents du roi, les chercheurs ne peuvent pas dire à qui appartient cet ADN. Seule indication, le gène (HERC2) est présent dans l'ADN analysé. Or, ce gène est associé aux yeux bleus, couleur des yeux de Louis XVI.

Carles Laluela-Fox souligne que ses travaux ont suscité beaucoup d'émoi. «J'ai reçu des centaines d'e-mails, d'appels téléphoniques ou de lettres de personnes se prétendant descendants de Louis XVI. D'autres m'ont dit que les recherches auraient dû être faites en France». «C'est très bien que cette recherche n'ait pas été faite en France. La recherche doit être internationale et dépassionnée. De toute façon nous n'aurions pas fait mieux, même si on reste un peu sur sa faim», estime Philippe Charlier.

 


 

Des indices dans le coeur de Louis XVII

«Pour prouver que le sang présent dans la gourde appartient à Louis XVI, il faudrait extraire des échantillons du cœur de Louis XVII, son fils, déposé à la basilique Saint-Denis, et comparer les deux chromosomes Y (chromosomes sexuels masculins)», concluent les chercheurs espagnols et italiens. Pour Jean-Jacques Cassiman, ce n'est pas forcément la bonne piste. «Nous n'avons pas pu mettre en évidence l'ADN nucléaire, où se trouve le chromosome Y, dans le cœur de Louis XVII», explique au Figaro le chercheur de l'université de Louvain. Il a donc choisi de comparer l'ADN mitochondrial (transmis par les mères) de Marie-Antoinette et Louis XVII. C'est ainsi qu'il a pu confirmer leur filiation. Une voie prometteuse. «Je travaille actuellement sur les restes de la jambe de la mère de Louis XVI et je vais entrer en contact avec Carles Lalueza-Fox pour comparer l'ADN mitochondrial», confie le légiste Philippe Charlier.

Le Figaro - 14/10/11

01:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

La photo de famille


PS : le rassemblement à l'oeuvre par ITELE

16/10/11

00:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

16/10/2011

Protectionnisme: ce que souhaite le peuple...

Il n’y a pas qu’en France que le protectionnisme est au centre des débats. L’Express  rapportait il y a deux jours qu’en cette période  pré-électorale aux  Etats-Unis,  « le Sénat vient de voter le Currency exchange Rate Oversight Reform Act, qui autorisera l’administration américaine à imposer des taxes compensatoires sur les produits importés de pays sous-évaluant leur monnaie, comme la Chine. » « Des parlementaires américains affirment que la devise chinoise est sous-évaluée de l’ordre de 40%, ce qui donne aux producteurs chinois un avantage inégal sur les marchés internationaux et conduit à la destruction d’emplois aux Etats-Unis. ».

Le  Figaro   indiquait aujourd’hui que « le premier ministre chinois Wen Jiabao s’est dit inquiet  d’un protectionnisme en forte progression dans le monde, »  notamment estime-t-il, «  à cause d’un usage abusif des mesures anti-dumping.» 

Et le quotidien de préciser que Pékin s’est inquiété du projet de loi américain cité plus haut, à l’heure où « les Etats-Unis accusent un déficit commercial abyssal avec la Chine, qui a atteint le niveau record de 29 milliards de dollars pour le seul mois d’août. »

 Si l’Europe de Bruxelles est la seule zone économique au monde à refuser de se protéger réellement  des conséquences néfastes  de la mondialisation, les peuples de l’UE sont, sur ce point là également, en profond décalage avec leurs « élites ».

A commencer par nos compatriotes, comme le confirme le dernier sondage  l’institut CSA pour le quotidien économique Les Echos publié ce vendredi. A la question de savoir  s’ils sont favorables au « protectionnisme » définie ici comme « une augmentation des droits de douane sur les produits importés », 39% des personnes interrogées y sont « plutôt favorables », 15% y sont « tout à fait favorables », soit un total de 54% d’opinions positives. A l’inverse, 27% sont « plutôt opposées » à cette solution et 14% « tout à fait opposées ». 5% ne se prononcent pas.

Selon le CSA, les sympathisants de droite (61%) sont les plus nombreux à défendre cette option, suivis des sympathisants de gauche (57%), de ceux du FN (53%) et du MoDem (45%).

Un sondage qui confirme toute la légitimité de la candidature de Marine Le Pen en 2012, a fortiori au moment où Arnaud Montebourg, éliminé de la finale de la primaire du PS , vient d’indiquer qu’ « à titre personnel » il voterait en faveur de François Hollande. Ce dernier s’était signalé dans son refus du  protectionnisme, peu ou prou comme sa rivale Martine Aubry d’ailleurs, en utilisant notamment l’argument aberrant  selon lequel celui-ci serait un acte de « non solidarité » avec les pays du sud, notamment africains…

Ce tropisme internationaliste du PS, se retrouve d’ailleurs logiquement au sein du groupe socialiste au Parlement européen. Interrogée ce matin sui I-télé par Christophe Barbier, Marine Le Pen a relevé que dans cette enceinte, les amis de Mme Aubry, Hollande, Montebourg et consorts s’opposent farouchement à toutes mesures protectionnistes, à l’instar d’ailleurs d’autres apparatchiks socialo-bruxellois comme Jean-Claude Trichet ou José Manuel Barroso. Une duplicité que Bruno Gollnisch a souvent relevé, tant il est vrai que dans ce domaine là  aussi, et la diversion  Montebourg n’y change rien,  il n’y a aucune différence de nature et de projet entre la droite mondialiste et une gauche nageant dans les mêmes eaux.

 Blog de Bruno Gollnisch - 14/10/11

23:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Gennevilliers: un conducteur de bus aspergé d'essence

Un conducteur de bus a été agressé samedi soir dans une cité sensible de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) par deux hommes aux visages masqués qui l’ont aspergé d’essence et ont tenté d’enflammer le liquide sans y parvenir, a-t-on appris dimanche de sources concordantes.

Les faits se sont déroulés vers 21 heures. Alors que le conducteur de bus de la ligne 235 avait stoppé à un arrêt de bus situé au cœur de la cité sensible du Luth, deux hommes, le visage masqué, ont « jeté un liquide inflammable, sans doute de l’essence, à l’intérieur du bus et l’ont enflammé », a-t-on appris de la préfecture.

 

"Il a glissé sur le liquide"

« Le conducteur a réagi immédiatement en arrêtant l’incendie, qui n’a fait que peu de dégâts, à l’avant du bus », selon la même source. Mais quand « le conducteur du bus a voulu sortir du véhicule, il a glissé sur le liquide et une fois à terre, les individus l’ont aspergé avec ce qui restait du produit, et ont tenté de l’enflammer sans y parvenir », toujours de même source. Les agresseurs ont ensuite pris la fuite. « Il n’y a pas de blessé, ni côté conducteur, ni côté passagers », selon la RATP. Les lignes de bus desservant la cité du Luth ont été déviées pendant la soirée, a-t-on appris auprès de la préfecture. L’enquête a été confiée à la sûreté territoriale des Hauts-de-Seine.

Plusieurs incidents ont déjà eu lieu dans les transports desservant les villes voisines d’Asnières et de Gennevilliers, en particulier dans la zone limitrophe aux deux communes, régulièrement en proie à des sursauts de violence. Début août, cinq agents de la RATP avaient été blessés dans une altercation avec des jeunes habitants d’Asnières (Hauts-de-Seine) causée par un problème de circulation qui avait dégénéré. Le trafic de trois lignes de bus desservant Asnières avait été interrompu le temps d’une soirée.

Actu France-Soir - 16/10/11

23:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)