Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/05/2010

Le gouvernement veut mieux encadrer les apéros géants

Le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux présidera la semaine prochaine «une réunion de travail» sur ces rassemblements spontanés, après la mort mercredi à Nantes d'un jeune de 21 ans qui avait 2,40 grammes d'alcool dans le sang.

La mort d'un jeune homme très alcoolisé lors de «l'apéro géant» de Nantes incite les autorités à reprendre leur réflexion sur ces évènements très difficiles à encadrer. Le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux a annoncé la tenue d'«une réunion de travail sur ces «apéros géants» organisés via le réseau social Facebook. En présence des «représentants des ministères, les préfets et les maires principalement concernés», cette réunion «aura pour objet d'évaluer la mise en œuvre des instructions déjà données aux préfets, de préciser les mesures permettant de faire face à ce type d'événements spontanés, de limiter les risques qu'ils font encourir notamment aux mineurs qui s'y rendent, et de coordonner la réponse des différents acteurs locaux», a fait savoir le ministère dans un communiqué.

Vendredi matin, le député-maire PS de Nantes, Jean-Marc Ayrault, avait demandé au ministère de l'Intérieur d'organiser «une concertation» pour «casser la spirale» des apéros géants. Le député PS de Paris Jean-Christophe Cambadélis a de son côté estimé, sur i-TELE, qu'il fallait «non pas interdire mais encadrer ce genre de manifestations». De même, sur Europe 1, la secrétaire d'Etat au Numérique, Nathalie Kosciusko-Morizet, s'est prononcée contre une interdiction «systématique» et a appelé à la «responsabilité» des organisateurs pour qu'ils discutent avec les préfets des problèmes de sécurité.

 

«Pas de responsabilité pénale»

 

En France, l'organisation de manifestations non-autorisées par les autorités est passible de six mois de prison et 7.500 euros d'amende. En revanche, en ce qui concerne la mort du jeune homme, qui est tombé d'un pont après avoir bu 10 à 15 verres d'alcool fort, le procureur de la République de Nantes Xavier Ronsin a indiqué vendredi qu'à son sens, il ne devrait pas y avoir de poursuites pénales envers les organisateurs de l'apéro. Des organisateurs dont les identités ne sont toujours pas connues à ce jour. «L'analyse de mon parquet est que la première personne qui a lancé un appel au rassemblement n'est pas responsable du décès de ce jeune homme au sens pénal du terme», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. Le jeune homme avait 2,40 g d'alcool par litre de sang.

«L'apéro géant» de Nantes a rassemblé 9.500 personnes dans la nuit de mercredi à jeudi, selon la préfecture. Au total, 93 personnes ont été prises en charge par les pompiers, pour consommation excessive d'alcool notamment, 57 devant être conduites au CHU de Nantes. Les policiers ont de leur côté interpellé 42 personnes, dont 41 ont été placées en garde à vue.

En attendant de nouvelles mesures, les autorités redoutent l'organisation de nouveaux «apéros géants». Samedi soir, la ville du Mans s'apprête à accueillir 3 à 5.000 personnes autour d'un «apéro géant» très surveillé par les forces de l'ordre , déjà sur le qui-vive. Les municipallités de Chambéry, Annecy et Aubenas ont quant à elles décidé d'interdire de tels rassemblements par crainte de débordements.

Le 23 mai, le «record du plus grand apéro de France à Paris» pourrait avoir lieu sous la Tour Eiffel. La manifestation est susceptible de réunir plus de 50.000 personnes.

Le Figaro - 14/05/10

18:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Apéro géant à Nantes: Brice avait 2,40g d'alcool dans le sang

Il avait 21 ans. Il s'est tué en chutant d'un pont, jeudi, à 3 h 15. C'est le premier décès enregistré en France, lors de ces nuits festives lancées sur Facebook.

 Brice Migout, 21 ans, maçon de Mortagne-sur-Sèvre (Vendée), travaillait dans l'entreprise de son père. Mercredi, ce pompier volontaire avait passé la soirée chez un ami, à Nantes. Il voulait participer à l'apéro géant sur la place Royale.

 Entre minuit et 1 h 30, 10 000 personnes ont été comptabilisées. Autour de la fontaine, beaucoup de bière et de vodka en circulation, même si les policiers avaient fait vider des centaines de bouteilles : un arrêté préfectoral interdisait la vente et le transport d'alcool dans le centre-ville.

 C'est un ami du jeune homme qui a raconté la scène aux enquêteurs. Vers 3 h, Brice Migout rentre dormir du côté du stade Marcel-Saupin. Il marche avec cinq camarades. Près du Château des Ducs et du Lieu Unique, il grimpe sur la balustrade du pont de la Rotonde. Il chute de cinq mètres.

 57 hospitalisations, 41 gardes à vue

 Son décès, dû à des traumatismes thoraciques et crâniens, a été annoncé dans l'après-midi. Une autopsie a été pratiquée et un prélèvement sanguin, en cours, déterminera notamment son alcoolémie. Selon le préfet Jean Daubigny, au moment de l'accident, Brice Migout était « accompagné d'autres personnes qui avaient consommé de l'alcool durant la soirée ».

 Le préfet, très inquiet, a dressé le bilan de la nuit, soulignant les incessantes bagarres, les 57 personnes hospitalisés, les 41 gardes à vue. « Mon sentiment que ces rassemblements sont dangereux est malheureusement confirmé. Nous ferons tout pour identifier ces organisateurs courageusement anonymes. » J

 Jean-Marc Ayrault, le maire socialiste, réclame une table ronde nationale avec l'État, les villes et les services de santé.

Sur Facebook, des inconnus appellent à un troisième apéro géant à Nantes, le 26 juin.

Ouest-France - 14/05/10

18:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

VIDEO - Témoignage de la conductrice de bus agressée à Aulnay-sous-Bois

921630_josette.jpg

Son corps porte encore trace des coups reçus dimanche dernier, mais Josette se dit prête à « tourner la page ». La conductrice de bus se remet lentement de l’agression subie alors qu’elle effectuait son service à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Très choquée, sa fille Laura, 15 ans, présente au moment des faits, racontait hier être encore la proie d’insomnies et de cauchemars.

Depuis, une jeune fille de 18 ans a reconnu être l’auteur des coups et sera jugée le 30 juin prochain à Bobigny. Josette ne s’attendait pas à ce que cette affaire suscite autant d’émotion, lui valant même un coup de téléphone du . « J’ai cru à un canular », nous confie-t-elle.
Comme ses collègues des Transports rapides automobiles (TRA), qui ont cessé le travail durant vingt-quatre heures pour exprimer leur solidarité, elle est lasse des insultes et violences dont les chauffeurs sont souvent victimes. Mais elle prend la parole aujourd’hui sans esprit de revanche, espérant simplement que la
fera son travail.

Qu’est-il arrivé dimanche ?
JOSETTE. A un arrêt à Aulnay, trois jeunes filles sont montées dans mon bus. Elles m’ont demandé si j’allais jusqu’à Sevran. Quand je leur ai répondu non, l’une d’elles m’a prise à partie : D’habitude, vos collègues nous emmènent plus loin ! Je leur ai dit que je ne leur ferai pas cette faveur. Les insultes ont commencé. Un client est venu me dire de ne pas leur prêter attention, que c’était des filles à problèmes. J’ai continué ma route. Elles ont continué à m’insulter, puis se sont calmées. J’avais averti le dépôt de la TRA, pour qu’ils envoient une équipe au terminus, je sentais que ça allait dégénérer. Il ne s’est pas écoulé huit minutes avant leur arrivée, mais c’était déjà trop tard.

Que s’est-il passé au terminus ?
L’une des filles est revenue à l’avant du bus, chercher des explications. Puis, la plus agressive m’a craché au visage.
En descendant du bus, je l’ai attrapée par son manteau. Je voulais la retenir jusqu’à ce que mes collègues de la TRA arrivent. J’en ai marre qu’on puisse nous cracher à la figure en toute impunité ! Elle s’est mise à me frapper, me tirer les cheveux. Je suis tombée et elle a continué à me donner des coups. Je me protégeais le visage. Les gens sont intervenus pour la retenir. Ma fille lui a attrapé le bras en criant : « Arrête ! Arrête ! » Puis elles sont parties.

L’entourage de la jeune fille en question affirme qu’il s’agissait d’une bagarre…
Pas une seule fois je n’ai levé la main sur elle, et je n’ai pas proféré d’insultes à son égard. J’ai moi aussi entendu des bruits me mettant en cause. Je suis stupéfaite qu’on essaie d’inverser les rôles et qu’on veuille me faire passer pour l’agresseur !

Que ressentez-vous à l’égard de celle qui vous a frappée ?
Quand je l’ai vue, lors de la confrontation, j’ai senti qu’elle était dans une vraie souffrance. Je ne sais pas si ses excuses étaient sincères, mais je n’ai pas envie de l’enfoncer. Je voudrais qu’elle soit punie simplement pour ce qu’elle a fait, pas pour l’exemple. Je veux obtenir justice, pour moi et pour ma fille à qui cette affaire a fait beaucoup de mal. Je travaille pour élever mes trois enfants, certainement pas pour recevoir des crachats.
Le Parisien - 14/05/10

17:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Le Pape quitte le Portugal, renforcé par le soutien des fidèles

Vierge de Fatima.jpg
Procession de la Vierge de Fatima
Accueil à Porto.jpg
Benoît XVI est accueilli à Porto par des milliers de personnes
(Cliquez sur les photos pour les voir en totalité)

Le pape Benoît XVI a bouclé vendredi son pèlerinage au Portugal par une dernière grande messe à Porto où, comme à Lisbonne mais surtout à Fatima, une foule de fidèles enthousiastes lui a manifesté un soutien indéfectible malgré la crise des scandales pédophiles.

Comme la veille à Fatima, Benoît XVI a été accueilli à Porto par l'explosion de joie de dizaines de milliers de personnes, dont l'exubérance contrastait avec la réputation d'austérité de ce bastion catholique et conservateur du nord du pays.

"C'est un jour de grande joie. J'ai attendu ce moment toute la semaine. Je n'ai rien fait que prier en attendant ce jour exceptionnel", confiait Rosa Cunha, enroulée dans un drapeau portugais pour se protéger du froid et de la pluie, tombant par intermittence sur la grande place de l'Avenida dos Aliados.

L'oeil rivé sur l'écran géant qui transmet la messe, sa voisine dit qu'elle "ne croit pas tout ce qu'on dit" sur les scandales de pédophilie dans l'Eglise et assure que "les médias y sont pour beaucoup".

Selon le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, de 120 à 150.000 fidèles étaient présents vendredi sur l'Avenida dos Aliados, d'une capacité de 200.000 personnes.

Lors de la messe, célébrée dans une atmosphère de profond recueillement et de grande solennité, le pape, en chasuble rouge, a insisté sur l'importance pour les catholiques d'"aller à la rencontre des autres" pour partager leur foi, sous peine de "mort" de la présence de l'Eglise dans le monde".

La veille, selon une estimation officielle de l'Eglise, 500.000 pèlerins avaient assisté à la messe papale sur l'esplanade du sanctuaire de Fatima.

Une affluence qualifiée de "très encourageante" par le père Lombardi qui en a aussitôt déduit que le "scandale des abus" sexuels n'avait pas "affaibli" le soutien du peuple chrétien au pape.

Benoît XVI a "vécu l'expérience de ce voyage au Portugal et la participation à Fatima comme une confirmation que Dieu accompagne son Eglise aujourd'hui et dans l'Histoire en dépit des difficultés extérieures et intérieures", a dit vendredi son porte-parole.

Le Point -14 mai 2010

 

 

 

17:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

VIDEO Le Pen: Rembarre!

http://www.youtube.com/watch?v=Q9l5wrooONY

Jean-Marie Le Pen sur Radio Courtoisie le 31 juillet 2009 - On l'entend crier "rembarre !" au début de l'enregistrement audio. La photo est du 13 mai 1958, Le Pen (à gauche sur l'image) marche sur les Champs Elysées.

01:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Drame de la folie - une enfant tuée par sa mère à coups de couteau

Une mère est soupçonnée d'avoir tué mercredi soir sa fille âgée de cinq ans à coups de couteau à La Bouille, près de Rouen.

Le drame s'est produit vers 22 heures alors que la mère se trouvait dans la chambre de sa fille située à l'étage d'une maison. Selon les premières constatations de la police, elle a porté des coups de couteau à sa fille qui est décédée peu après.

 

Le père qui se trouvait lui aussi dans la maison n'a pas eu le temps de porter secours à la fillette. La mère qui tenait des propos incohérents à l'arrivée de la police a fait l'objet d'une mesure de placement d'office à l'hôpital psychiatrique du Rouvray, dans la banlieue de Rouen.

Le parquet de Rouen a confié l' à la brigade criminelle de la sûreté départementale de la Seine-Maritime. Les policiers n'avaient pas encore pu entendre jeudi soir la mère qui était suivie pour des troubles psychiatriques depuis plusieurs années ni le père qui, très choqué, a dû lui aussi être hospitalisé.

Le Parisien - 13 mai 2010 

00:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

13/05/2010

Jonas? - Une baleine perdue au large d'Israël perturbe les scientifiques

Baleine Israël.jpg
La baleine grise près de la côte israélienne
431px-Jonas-und-der-Wal.jpg
Jonas recraché par la baleine - Enluminure allemande du  Moyen Age
(Cliquez sur les images pour les voir en totalité)

JERUSALEM — L'apparition d'une baleine grise au large d'Israël n'en finit pas d'étonner les scientifiques, l'imposant mammifère n'ayant pas été aperçu hors de l'Océan pacifique depuis quelques siècles.

La baleine, repérée pour la première fois samedi en Méditerranée au large d'Herzliya (centre), a probablement parcouru des milliers de kilomètres en provenance du Pacifique Nord après s'être perdue en cherchant de la nourriture.

"C'est un événement incroyable, présenté comme l'un des plus importants repérages de baleine jamais réalisé", commente le Dr Aviad Scheinin, président du Centre de recherche et d'assistance pour les mammifères marins d'Israël.

"Ce qui a stupéfié la communauté des chercheurs toute entière, c'est qu'il n'y a pas eu de baleine grise dans l'Atlantique depuis le XVIIIe siècle", dit M. Scheinin. Les baleines grises vivent actuellement dans les secteurs occidental et oriental du Pacifique Nord.

La baleine, un mâle mûr mesurant environ 12 mètres et pesant une vingtaine de tonnes, a vraisemblablement gagné l'Atlantique via le Passage du Nord-Ouest, un passage maritime reliant le Pacifique à l'Atlantique en passant entre les îles arctiques du grand Nord canadien, normalement recouvert de glace, avant de terminer en Méditerranée.

"On a un animal censé vivre dans le Pacifique et comme la glace de l'Arctique est en train de fondre, il a réussi à emprunter ce corridor près du détroit de Bering", a ajouté le Dr Scheinin.

Normalement, les baleines grises quittent le nord-est du Pacifique pour le Sud aux alentours d'octobre, à la recherche des eaux plus chaudes du Golfe de Californie, soit un aller-retour d'au moins 5.000 km.

A l'automne, la baleine "perdue" a pris la route du Sud dans l'intention de "tourner à gauche" dans la baie de Californie. Au lieu de quoi, elle s'est retrouvée dans l'Atlantique et a "tourné à gauche" à Gibraltar pour finir en Méditerranée, selon le Dr Scheinin.

"La question est désormais la suivante: allons nous assister à une recolonisation de l'Atlantique?", se demande-t-il.

En attendant, la baleine semble se trouver bien là. "Elle est plutôt maigre, ce qui tend à montrer que le voyage fut difficile mais nous pensons qu'elle peut survivre ici", dit-il.

AFP. 11 mai 2010

22:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Le Pape parle à Fatima de l'avortement et du mariage homosexuel

Le pape Benoît XVI a affirmé aujourd'hui que l'avortement et le mariage homosexuel étaient parmi les "défis les plus insidieux et les plus dangereux" d'aujourd'hui, dans un discours à Fatima, au Portugal, pays qui s'apprête à autoriser le mariage gay.

"Les initiatives qui ont pour but de sauvegarder les valeurs essentielles et premières de la vie, dès sa conception, et de la famille, fondée sur le mariage indissoluble entre un homme et une femme, aident à répondre à certains des défis les plus insidieux et les plus dangereux qui, aujourd'hui, s'opposent au bien commun", a déclaré le pape.
Benoît XVI s'exprimait devant les représentants des principales organisations sociales, catholiques ou non, du Portugal, qui, debout, l'ont ovationné.

Après avoir légalisé en 2007 l'avortement après un référendum, le Portugal, pays de forte tradition catholique, s'apprête à autoriser le mariage homosexuel sans toutefois permettre aux couples mariés de même sexe d'adopter.

Votée en février dernier par la majorité de gauche du parlement, la loi sur le mariage gay doit être promulguée par le chef de l'Etat avant le 17 mai selon les délais légaux, soit trois jours seulement après la fin de la visite du souverain pontife au Portugal.

Catholique pratiquant, le président Anibal Cavaco Silva a la possibilité d'opposer son veto au texte ce qui obligerait à un second vote, d'ores et déjà acquis, de l'Assemblée et qui serait cette fois définitif.

Contrairement à l'Espagne où le clergé s'était fortement mobilisé contre le mariage homosexuel, autorisé depuis 2005, au Portugal, l'Eglise catholique est restée en retrait tout au long du débat, qualifié la semaine dernière de "détail dans la vie de la nation" par le cardinal José Policarpo, archevêque de Lisbonne.

Le Figaro - 13 mai 2010

20:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

VIDEOS Hymne de l'Algérie française - Nos morts en Algérie

http://www.youtube.com/watch?v=TMMgJjnQSPg

http://www.youtube.com/watch?v=HOM6y5LNWKk

Le 13 mai 1958, une date funeste pour l'Algérie française et pour la France

 

20:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Italie: un Marocain voulait tuer Benoît XVI

D’après l’AFP, un jeune étudiant marocain, expulsé le 29 avril d’Italie avec un compatriote à la suite d’un décret du ministre de l’Intérieur, voulait tuer le pape Benoît XVI, affirme l’hebdomadaire italien Panorama dans son édition à paraître demain.

Mohammed Hlal, 27 ans, étudiant en communication internationale et Ahmed Errahmouni, 22 ans, étudiant en physique et mathématiques, vivaient à Pérouse, dans le centre de l’Italie, quand ils ont été expulsés d’Italie sous le motif de « prévention du terrorisme » car représentant « une menace pour la sécurité de l’Etat », selon le décret du ministre Roberto Maroni.

Panorama, hebdomadaire appartenant à la famille du chef du gouvernement Silvio Berlusconi, affirme dans son dernier numéro que Mohammed Hlal voulait tuer le pape, selon des écoutes téléphoniques effectuées par la police anti-terroriste italienne.

« Hlal a exprimé le souhait de voir mourir le chef de l’Etat de la Cité du Vatican, affirmant être prêt à l’assassiner pour avoir la garantie du paradis », écrit le décret d’expulsion signé par le ministre Maroni, selon un extrait de son article diffusé à l’avance par Panorama.

Les deux étudiants ont été expulsés le 29 avril vers le Maroc sur un vol direct entre Rome et Casablanca.

NP Info - 13 mai 2010

20:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Marine Le Pen exclut toute alliance avec l'UMP: ele ne sera pas la "Christine Boutin" de Sarkozy

Marine Le Pen 07 mars 10.jpg
Paris : Marine Le Pen, qui aspire à succéder à son père à la présidence du Front national (FN), exclut dans un entretien à l’AFP toute volonté de s’allier à l’UMP, assurant au contraire vouloir faire de son parti un « pôle de rassemblement à vocation majoritaire ».

Concurrente de Bruno Gollnisch pour prendre la tête du FN lors du prochain congrès des 15 et 16 janvier à Tours, Marine Le Pen se montre par ailleurs également très optimiste sur l’avenir de son parti, après ses résultats aux régionales.

Elle estime qu’« au bénéfice d’une campagne présidentielle », « on peut beaucoup élargir » cette « base très prometteuse » et croit à « l’hypothèse de la baisse du seuil d’accès au second tour », si les candidatures se multiplient à droite.

Dans ce contexte, et à huit mois d’un congrès où ce sont les adhérents du FN qui trancheront entre elle et M. Gollnisch, Mme Le Pen exclut toute alliance avec l’UMP, une tentation qui lui est régulièrement prêtée.

« Être la (Christine) Boutin du gouvernement Sarkozy, non merci ! », affirme-t-elle, en référence à la présidente du Parti Chrétien-démocrate (PCD, allié à l’UMP) et ancienne ministre du Logement (2007-2009) du gouvernement Fillon.

« Il ne s’agit pas de faire du FN une espèce de béquille d’un gouvernement UMP dont je considère que tous les choix sont mauvais. Mon objectif est de faire du Front national un pôle de rassemblement à vocation majoritaire », poursuit Marine Le Pen.

« D’ailleurs, le FN influe considérablement sur la vie politique française. C’est le FN qui détermine les axes politiques de Nicolas Sarkozy, c’est par rapport aux résultats du FN qu’il décide des thèmes qu’il lance », assure-t-elle, avant d’ajouter : « notre rôle, c’est de transformer ces victoires idéologiques en victoires politiques ».

Convaincue que son mouvement « conserve dans l’esprit d’un certain nombre de Français l’image d’un parti ultralibéral », ou « que nous sommes des adversaires résolus des services publics, ce qui n’est absolument pas le cas », Mme Le Pen affirme que « l’élection présidentielle sera l’occasion de leur transmettre l’intégralité de notre programme », notamment en matière économique et sociale.

Le débat sur les retraites et la crise de l’euro ont notamment été l’occasion pour Marine Le Pen d’intervenir régulièrement sur ce terrain, même si ses propositions (retour au franc, rétablissement de frontières économiques) ne se détachent guère des fondamentaux du FN.

Évoquant un « effort de pédagogie » vis-à-vis des électeurs, elle réfute néanmoins la possibilité de donner moins de place au discours sur l’immigration.

« Il ne s’agit pas de lui donner moins de place, il s’agit d’intégrer ce discours dans des grandes thématiques dont il dépend », argumente-t-elle, voyant dans l’« immigration un levier essentiel du mondialisme en matière économique », « une réserve de main d’œuvre à bas coût » et « le moyen de peser, à la baisse, sur les salaires ».


Source : AFP (489)

12 mai 2010

19:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Le jeune blessé lors de l'apéro géant de Facebook est mort

Apéro Nantes.jpg
Plus de 9.000 personnes sur la place Royale de Nantes
apéro géant.jpg
Ecoeurant...
(Cliquez sur les photos)

L'homme était tombé d'un pont en sortant du rassemblement géant lancé via le réseau social Facebook.

C'est premier accident mortel depuis la multiplication des apéros géants, lancés sur le réseau social Facebook, dont la première édition a eu lieu à Nantes en novembre 2009.

L'homme de 21 ans tombé accidentellement d'un pont en sortant de l'apéro géant de Nantes, organisé mercredi soir, est décédé jeudi en fin de matinée. Selon la police, le jeune homme a fait une chute de cinq mètres sur la tête, depuis le pont de la Rotonde de Nantes, dit Pont LU, qui surplombe des voies de chemins de fer. «Il était accompagné d'autres personnes qui avaient consommé de l'alcool durant la soirée», a indiqué la préfecture. «L'enquête qui sera conduite sous l'autorité de la justice permettra de connaître avec exactitude les causes du décès», a-t-on poursuivi de même source. Selon les pompiers, la victime est un sapeur-pompier volontaire de Vendée.

Pour les autorités, les apéros spontanés organisés sur le réseau social Facebook sont très difficiles à encadrer. La préfecture a dénoncé une «manifestation collective qui derrière sa représentation festive comporte un risque certain pour ses participants et pour ceux qui, à leur corps défendant, doivent le subir (riverains, commerçants...)». Ce rassemblement «a un coût élevé et a détourné d'importants moyens de secours pour traiter les conséquences des libations collectives. Il favorisé des conduites dangereuses. L'anonymat derrière lequel se dissimulent des personnes ayant appelé à ce rassemblement revêt un caractère d'autant plus irresponsable», a poursuivi la préfecture. Le coût pour la «collectivité» est estimé à «plusieurs dizaines de milliers d'euros».

Au total, le rassemblement de plus de 9.000 personnes, qui s'est poursuivi jusqu'à 4h30 du matin, a entraîné l'évacuation de 57 participants. Quelque 41 personnes ont été placées en gardes à vue pour trafic de stupéfiants, dégradations, vols, ivresses manifestes ou violences. Il n'y pas eu de dégradations majeures en ville. Environ 570 personnes avaient été mobilisées, dont 370 policiers et gendarmes, 101 sapeurs-pompiers, une cinquantaine de secouristes et autant d'agents municipaux.

Le Figaro - 13/05/10

18:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Affluence monstre à Fatima: le peuple chrétien soutient le Pape

Pape à Fatima.jpg
Foule à Fatima.jpg
(Cliquez sur les photos pour les voir en totalité)

FATIMA — Un demi-million de personnes ont participé jeudi à la messe célébrée par Benoît XVI à Fatima prouvant ainsi, selon l'Eglise, que le peuple chrétien soutient son pape face à la crise des scandales pédophiles.

Pour le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, cette affluence montre que le scandale des abus sexuels n'a pas "affaibli" le soutien des fidèles au pape, un fait qu'il a jugé "très encourageant".

Selon le porte-parole de l'épiscopat portugais, le père Manuel Morujao, "environ un demi-million" de personnes assistaient jeudi matin à la messe papale, soit "plus qu'en 2000", lors du dernier pèlerinage de Jean Paul II à Fatima.

"Les chrétiens ont voulu envoyer un message et dire que le pape, et celui-ci en particulier, est très aimé", a déclaré à l'AFP le père Morujao.

"En ce qui concerne la crise et les scandales, le peuple a voulu montrer qu'il sait faire la distinction entre les exceptions (des affaires de pédophilie dans le clergé) et la très grande majorité des prêtres", a-t-il estimé.

La présence d'un demi-million de personnes a ensuite été confirmée par le porte-parole du Vatican. "Les chiffres (...) sont de 500.000 personnes présentes à Fatima", a déclaré le père Lombardi, citant notamment la police.

Le pape "est très content et a été très touché par l'affluence", a-t-il souligné.

"Alors qu'on pouvait penser que le scandale des abus pourrait affaiblir la vitalité et l'attention envers le pape, il n'en est rien", a déclaré le père Lombardi. "Le fait que se manifeste de façon aussi évidente la force de la foi est très encourageant", a-t-il estimé.

Selon les forces de sécurité, l'esplanade du sanctuaire de Fatima, d'une capacité de 300.000 personnes, était "bondée" et des dizaines de milliers de pèlerins "ont dû être bloqués, faute de place", se massant dans les espaces alentour.

De nombreux fidèles avaient passé la nuit sur le parvis, dormant à la belle étoile malgré la pluie et la fraîcheur des températures nocturnes.

La messe a débuté peu avant 10h30 (09h30 GMT) après que le pape se fut recueilli dans la chapelle des Apparitions.

Juste avant, la statue de la Vierge de Fatima, reposant sur un lit de roses blanches, avait été portée jusqu'à l'autel, précédée d'une procession d'évêques vêtus de blanc, pendant que les pèlerins entonnaient l'Ave Maria.

Jean Paul II, convaincu que la Vierge de Fatima lui avait sauvé la vie lors de l'attentat du 13 mai 1981 à Rome, avait offert au sanctuaire la balle qui l'avait grièvement blessé, aujourd'hui enchâssée dans sa couronne.

"Je suis venu à Fatima pour prier, avec Marie et de nombreux pèlerins, pour notre humanité affligée par des détresses et des souffrances", a dit Benoît XVI dans son homélie.

"A la famille humaine prête à sacrifier ses liens les plus saints sur l'autel de l'égoïsme mesquin de la nation, de la race, de l'idéologie, du groupe, de l'individu, notre Mère bénie est venue du ciel pour mettre dans le coeur de ceux qui se recommandent à Elle l'amour de Dieu qui brûle dans le sien", a-t-il dit, en référence au "message" transmis par la Vierge, selon l'Eglise, à trois petits bergers de Fatima, Jacinta, Francisco et leur cousine Lucia.

Selon l'Eglise, lors d'apparitions répétées, la Vierge a révélé à ces enfants en 1917 trois "secrets", jugés prophétiques de l'Histoire du 20e siècle.

Si les deux premiers "secrets" étaient connus depuis le début des années 40, le troisième n'a été rendu public qu'en mai 2000 lors de la dernière visite de Jean Paul II à Fatima, la hiérarchie catholique "révélant" alors qu'il prédisait l'attentat contre le pape polonais.

Mardi, dans l'avion qui l'amenait au Portugal, Benoît XVI avait élargi l'"interprétation" de ce secret à la lumière de la crise qui secoue l'Eglise depuis le début, en novembre, de la vague de scandales pédophiles impliquant des membres du clergé, en Europe et partout dans le monde.

Le pape avait déclaré qu'"en plus de cette grande vision de la souffrance du pape (...), au-delà de la personne du pape, (...) ce sont des souffrances de l?Eglise qui sont annoncées".

Jeudi, dans son homélie, Benoît XVI a laissé un avertissement : "Celui qui penserait que la mission prophétique de Fatima est achevée se tromperait."

AFP. 13/05/10

18:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Modération des commentaires

Chers amis et amies du blog,

Je me vois dans l'obligation, pour quelque temps, d'activer la modération des commentaires en raison des attaques et insultes incessantes mettant en cause les intervenants et moi-même.

Vos commentaires paraîtront une fois que je les aurai lus et validés, ce qui demandera un peu plus de temps qu'à l'accoutumée. Mais je n'ai pas d'autres moyens pour enrayer l'invasion de commentaires désobligeants, hargneux, malveillants, de la part de la personne que vous savez.

Je vous remercie pour votre compréhension.

Gaëlle Mann, administratrice du blog.

10:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

Fête de l'Ascension

Ascension du Christ Giooto di Bondone.jpg
L'Ascension par Giotto di Bondone (1266-1337)
(Cliquez sur le tableau pour l'agrandir et le voir en totalité)

02:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

ANTONIO DE OLIVEIRA SALAZAR

Salazar.jpg
Antonio de Oliveira Salazar (1889-1970)
"Plus grand Portugais de tous les temps"

01:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

En Irak, la chute de Saddam Hussein a privé d'avenir les étudiants en hébreu

Etudiantes irakiennes.jpg
Etudiantes irakiennes

BAGDAD — Coiffée d'un joli foulard rose, Marwa chante en hébreu "J'ai de l'amour en moi" de la star israélienne Sarit Hadad sous les applaudissements de ses camarades de l'université de Bagdad, dans un pays où il ne reste plus de juifs et qui est officiellement en guerre avec Israël.

Voir début mai des élèves chanter et réciter des poèmes dans la langue de l'ennemi à l'occasion de la première fête du département de langue hébraïque depuis sa création en 1971 est un spectacle saisissant d'autant que depuis la chute de Saddam Hussein ces études n'offrent plus de débouchés.

"J'étais attirée par l'anglais mais comme je n'ai pas obtenu d'assez bonnes notes au baccalauréat je me suis retrouvée à apprendre l'hébreu. Mes parents sont déçus mais moi j'en ai pris mon parti et je parle cette langue", confie Marwa Abdel Karim, 21 ans, qui a trouvé sur internet la chanson d'amour qu'elle a interprétée.

Aucun des 150 étudiants du département n'a choisi d'étudier l'hébreu. Si les meilleurs élèves peuvent s'inscrire en anglais, français ou allemand, les cancres sont contraints d'opter pour le persan, l'hébreu ou le kurde.

"Quand je dis que j'étudie l'hébreu, mes amis se moquent de moi mais après ma licence j'espère poursuivre mes études à Amman puis enseigner à l'université de Bagdad", dit-elle.

A l'époque de Saddam Hussein, qui vouait une haine à l'Etat hébreu et dont les missiles Scud avaient été lancés sur Tel-Aviv en 1991, l'avenir des élèves du département était toute tracée: les services de renseignement.

Aujourd'hui pourtant, ce n'est plus l'espionnage israélien qui obsède les responsables de la sécurité irakiens, mais le terrorisme.

"Avant, beaucoup de professeurs et la totalité des élèves travaillaient pour la sûreté nationale mais aujourd'hui les choses ont changé. Nous sommes plus libres, mais les débouchés sont minces", assure Souad Karim, chef du département d'hébreu.

"Mes études terminées, je frapperai à toutes les portes: le renseignement, les Affaires étrangères et les journaux qui cherchent des traducteurs", confie Ahmad Saadoun, 22 ans.

Dans un sketch plein d'humour, il répond à un camarade qui lui demande à quoi servent ses études: "A rien, mais au moins pendant quatre ans je fréquente de jolies filles".

Ils apprennent la grammaire, la littérature, des chansons et la Bible mais aucun n'a rencontré un juif. "Je n'en ai jamais vu. J'utilise internet pour communiquer avec eux mais aucun ne me répond", explique Ahmad.

Il n'en reste plus dans ce pays où ils ont vécu plus de deux mille ans. La quasi-totalité est partie à la création d'Israël. En 1951, 120.000 Juifs, soit 96% de la communauté d'Irak, avaient émigré vers l'Etat hébreu. Les derniers ont suivi après l'invasion de 2003.

Pour mettre du baume sur le coeur des élèves, le doyen de la faculté de langues, le professeur Talib al-Qoraishi, titulaire d'un doctorat d'hébreu, assure que c'est un sacré atout.

"Beaucoup d'entre vous pensent que c'est une perte de temps, mais sachez qu'à travers le monde, ceux qui parlent cette langue occupent des positions très importantes", assure cet homme de 57 ans.

Les 30 enseignants sont musulmans ou chrétiens et dans la bibliothèque les livres en hébreu sont dans un piteux état faute d'avoir été renouvelés. Il est interdit, selon M. Qoraishi, de s'adresser directement à Israël pour obtenir des manuels et passer par des intermédiaires est onéreux.

Il rêve de créer un "Musée de la culture juive d'Irak" et insiste pour récupérer les milliers de livres hébraïques retrouvés par l'armée américaine en 2003 dans les caves des services de renseignement de Saddam Hussein et qui sont aujourd'hui entreposés aux Etats-Unis.

AFP. 12/05/10

00:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

12/05/2010

Benoît XVI entame son pèlerinage à Fatima sous les vivats

Fatima milliersd de fidèles.jpg
Arrivée à Fatima
Pape à la chapelle des Apparitions à Fatima.jpg
Le Pape fait un signe à la foule avant d'entrer dans la chapelle des Apparitions
(Ciquez sur les photos pour les voir en totalité)

FATIMA — Le pape Benoît XVI a entamé mercredi après-midi, sous les vivats d'une foule immense, son pèlerinage à Fatima, symbole du Portugal catholique, quelques heures après avoir mis en garde contre les conséquences "dramatiques" d'une perte des valeurs chrétiennes.

L'hélicoptère de Benoît XVI a atterri à 17H15 (16H15 GMT) au stade municipal de Fatima après avoir survolé à basse altitude le sanctuaire, acclamé par des dizaines de milliers de pèlerins, agitant drapeaux et mouchoirs.

Le pape s'est aussitôt rendu en papamobile jusqu'à la chapelle des Apparitions, érigée à l'endroit même où, selon la foi catholique, la Vierge est apparue le 13 mai 1917 à trois petits bergers.

"Ca a valu la peine de marcher huit jours, c'est différent des autres années, les mots me manquent...", confiait José Teixeira, 43 ans, venu à pied de Vila Pouca de Aguiar, à 370 km de Fatima.

"C'est une grande émotion de le voir si près", abondait Lina Cardoso, déjà présente en mai 2000 lors de la dernière visite de Jean Paul II au sanctuaire.

Mais, dit-elle, "pour moi, Jean-Paul II reste spécial. Quand il était arrivé ici, l'émotion était plus grande, j'avoue, et il y avait plus de monde, mais je suis persuadée que le sanctuaire sera plein demain", pour la grande messe que doit célébrer le pape à 10H00 (09H00 GMT).

Accueilli aux cris de "Viva o papa!", Benoît XVI a observé à la Chapelle des Apparitions un temps de recueillement avant de prononcer une prière, à genoux devant la statue de la Vierge à qui il a offert une rose d'or, comme l'avait fait le pape Paul VI, le 13 mai 1967.

Jean Paul II, convaincu que la Vierge de Fatima lui avait sauvé la vie lors de l'attentat commis contre lui le 13 mai 1981 à Rome, avait offert au sanctuaire la balle qui l'avait grièvement blessé, aujourd'hui enchâssée dans la couronne de la statue.

Dans sa prière, Benoît XVI a évoqué ces événements: "c'est une profonde consolation pour nous de savoir que tu es couronnée, non seulement avec l'argent et l'or de nos joies et de nos espérances, mais aussi avec le projectile qui symbolise nos préoccupations et nos souffrances".

Selon la foi catholique, la Vierge aurait révélé aux bergers de Fatima en 1917 trois "secrets", jugés prophétiques de l'Histoire du 20e siècle.

Mercredi soir, célébrant les vêpres avec plusieurs milliers de membres du clergé portugais, le pape les a appelés à rester "fidèles" à leur "vocation" et à s'"aider réciproquement" à "rester debout".

"Réservez une attention particulière aux situations d'affaiblissement des idéaux sacerdotaux ou bien au fait de se consacrer à des activités qui ne s'accordent pas complètement avec ce qui est le propre d'un ministre de Jésus Christ", leur a conseillé le pape lors de cette rencontre en l'église de la Très Sainte Trinité, l'une des plus grandes au monde avec 9.000 places assises.

AFP. 12/05/10

23:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Le faux prof de maths abusait des enfants

919530_pedophilie.jpg
(Cliquez sur la photo pour l'agrandir)

Un éboueur de 30 ans a été incarcéré pour s'être livré à des attouchements pédophiles sur des collégiens à qui il donnait de prétendus de soutien en mathématiques près de Toulouse.

Le suspect, présumé récidiviste, recrutait ses victimes sur un site d'annonces gratuites en proposant des cours à un prix très attractif.

Il a été engagé par huit familles, qui lui ont confié leur enfant sans se méfier.

Après avoir découvert des textos à caractère sexuel sur le portable de son fils de 13 ans, une mère a alerté les gendarmes d'Auterive, à 30 km au sud de Toulouse. Les enquêteurs découvriront que le faux prof de maths avait adressé des centaines de messages de ce type aux adolescents, sept garçons et une fille.

Les cours étaient dispensés à domicile ou dans le du faux professeur, où il a également organisé des soirées avec les collégiens. Au cours de ces soirées, il diffusait des films pornographiques, ponctués de séances de masturbation et de caresses.

Le pédophile présumé, célibataire et entraîneur dans un club sportif, avait déjà été mis en examen pour des faits similaires. Mais, malgré la demande d'incarcération du parquet, il avait été laissé en liberté sous contrôle judiciaire, avec interdiction de fréquenter des mineurs. Mis en examen pour corruption de mineurs de moins de quinze ans, agressions sexuelles, détention d'images pédo-pornographiques, il a été écroué fin avril.

Le parisien - 12/05/10

19:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

VIDEO Bruno Gollnisch sur Public Sénat

http://www.youtube.com/watch?v=OTo1KH9228Y

Le 10/05/10

19:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)