Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/01/2010

Peine de mort: exécution au Texas

Gary Johnson, 59 ans, condamné à mort au Texas pour un double meurtre en 1986, a été exécuté par injection mortelle hier soir dans cet Etat du sud des Etats-Unis, a-t-on appris auprès des autorités pénitentiaires américaines.
Gary Johnson a été déclaré mort à 18h26 (1h26 à Paris), 11 minutes après le début de l'injection létale, a-t-on précisé de même source.
Le 30 avril 1986, près de Huntsville au Texas - là où se tiennent les exécutions -, des voisins avaient remarqué un camion garé près du Triple Creek Ranch et appelé les propriétaires de peur qu'il s'agisse d'un cambriolage.
A l'arrivée de Jim Hazelton, 28 ans, et de son beau-frère Peter Spraragana, 23 ans, ils sont tombés nez à nez avec deux cambrioleurs, Gary et Terry Johnson, des frères.
Selon le ministre de la Justice du Texas, les voisins ont ensuite entendu plusieurs coups de feu. Les deux hommes ont été tués par balle.
Au procès, Terry Johnson a passé un accord avec l'accusation pour éviter la peine de mort, en échange d'un témoignage à charge contre son frère. Il a été condamné à 99 ans de prison et Gary Johnson à la peine capitale.
Selon un autre frère, Randy Johnson, qui a également témoigné au procès de Gary, celui-ci a raconté avoir tué le premier homme, avant de menacer et de faire agenouiller le second qui suppliait qu'on l'épargne, puis lui a mis le pistolet dans la bouche et a tiré.
Il s'agit de la deuxième exécution en 2010 au Texas, l'Etat américain qui met le plus à mort, avec 449 exécutions depuis le rétablissement de la peine de mort en 1976. Quatre autres exécutions y sont prévues d'ici fin mars.
Le Figaro - 13.01.10

09:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

VIDEOS Violent séisme à Haïti - le fond du chaos

Haïti CARTE séisme.jpg
(Cliquez sur la carte pour la voir en totalité)

http://www.wat.tv/video/seisme-en-haiti-chaos-23d4h_1ezx5...

http://www.wat.tv/video/seisme-en-haiti-analyse-vincent-2...

 

09:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

12/01/2010

Les Etats-Unis vont doubler leurs stocks d'urgence entreposés en Israël

Doublement des stocks d'urgence.jpg
Israël et les Etats-Unis ont finalisé en décembre 2009 un accord autorisant un doublement de la valeur des stocks d'urgence de l'armée américaine entreposés sur le sol israélien, à 800 millions de dollars, a indiqué lundi 11 janvier 2010 un porte-parole du Pentagone.
 
Le doublement de valeur des stocks d'urgence du Pentagone sur le sol israélien, de 400 à 800 millions de dollars, avait été autorisé par le Congrès américain en 2007.
L'armée israélienne peut aussi avoir accès à ce matériel (armements, véhicules blindés, pièces d'artillerie, munitions...) en cas d'urgence, mais seulement avec l'autorisation préalable des Etats-Unis.
Crif - 12.01.10
 

23:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Fillon se prononce pour une loi sur la burqa...

Le premier ministre s'est prononcé mardi pour une «résolution ferme» assortie de «textes législatifs et de décisions réglementaires». Il prend à contre pied les cadres de l'UMP qui jugeaient la proposition de loi de Jean-François Copé prématurée.

L'interdiction de la burqa n'en finit plus de faire parler d'elle. Fin décembre, Jean-François Copé avait surpris les députés, notamment dans les rangs de l'UMP, en annonçant le dépôt en janvier d'une proposition de loi interdisant le port du voile dans l'espace public sans attendre les conclusions de la mission parlementaire, prévues pour fin janvier. Mardi, alors que les parlementaires faisaient leur rentrée, le sujet était encore sur toutes les lèvres.

Mardi matin, la majorité des cadres de l'UMP ont d'abord reproché à Jean-François Copé d'avoir agi trop vite. Le secrétaire d'Etat à l'Emploi Laurent Wauquiez a ainsi accusé le député-maire de Meaux de vouloir utiliser le débat pour une «opération d'autopromotion». Le président de l'Assemblée nationale lui-même est intervenu mardi : Bernard Accoyer assure qu'il «serait prématuré de déposer une proposition de loi par un seul groupe politique ou par quelques députés alors qu'il y a possibilité de trouver une solution partagée».

D'autres émettaient des doutes sur la légitimité d'une loi. A l'image de Nathalie Kosciusko-Morizet qui a estimé qu'une loi précipitée risque de tomber sous le coup d'une annulation du Conseil constitutionnel». La secrétaire d'Etat a plaidé pour «une résolution adoptée à l'unanimité» contre le port du voile intégral. La résolution parlementaire permet aux députés de s'exprimer solennellement sur une question de leur choix. Mais reste non-contraignante.

Une disposition pas assez contraignante pour François Fillon, qui est venu recadrer la majorité. S'exprimant mardi à huis clos lors de la réunion hebdomadaire des députés UMP, le premier ministre a déclaré que l'interdiction du port du voile intégral devait «passer par une résolution suffisamment ferme pour fixer les principes, ainsi que des textes législatifs et des décisions réglementaires pour appliquer ces principes». «L'objectif, c'est de faire en sorte que la burqa n'ait pas sa place en France», a assuré François Fillon. «Il faut que la mission parlementaire aille à son terme au plus vite, ça n'empêche pas les uns et les autres d'exprimer les positions», a ajouté le premier ministre.

 

L'UMP peine à trouver une unité

 

Un soutien implicite à la proposition de Jean-François Copé qui plaide depuis l'automne pour un dispositif législatif. Le patron des députés UMP devrait en tirer profit, alors même que «tout au long de cette semaine», il soumet pour signature à ses «amis députés» sa proposition de loi. Dès dimanche, Jean-François Copé annonçait que 220 députés «étaient tout à fait déterminés à signer une proposition de loi». « Nous sommes bien rassemblés, les responsables du parti sont maintenant aussi sur cette ligne», a-t-il ajouté mardi.

Si François Fillon rejoint le député-maire de Meaux sur le principe de légiférer, il souhaite tout de même temporiser. Selon lui, un débat subsiste «sur le contenu, sur les sanctions, sur la compatibilité avec la constitution et la jurisprudence européenne» d'une loi interdisant la burqa. Débat qui «sera tranché après les régionales», assure-t-il. Quelques minutes plus tard, lors de son point presse hebdomadaire, Jean-François Copé prenait acte de cette exigence en annonçant que sa «contribution» sera discutée à l'Assemblée «la dernière semaine de mars».

A droite, les réactions ne se sont pas faites attendre. A la suite de l'intervention de François Fillon, Xavier Bertrand a approuvé le principe d'une résolution assortie d'une loi. Un véritable revirement pour le secrétaire général de l'UMP qui avait exprimé en novembre 2009 ses réticences vis-à-vis d'«une loi qu'on ne peut pas appliquer».

L'UMP peine donc à trouver une unité sur un sujet qui a déjà provoqué de nombreux remous au sein de la majorité. De son côté,le PS essaye de faire front uni. Longtemps partagée sur la légitimité d'une loi, l'opposition semble s'être mise au diapason. Lors de ses vœux à la presse, mardi matin, Martine Aubry s'est clairement prononcée contre «une loi de circonstance», estimant que le droit actuel permettait d'«empêcher» le port du voile intégral. La première secrétaire du PS assure que le «thème de la burqa sert aujourd'hui de chiffon rouge pour stigmatiser et pour diviser, ne doit pas nous leurrer».

Le Figaro - 12.01.10

   

23:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Miep Gies la protectrice d'Anne Frank est morte à 100 ans

miep.jpg
LA HAYE — Miep Gies, qui aida l'adolescente juive Anne Frank et sa famille à se cacher des nazis pendant la Seconde guerre mondiale, est morte lundi à l'âge de 100 ans, a annoncé mardi la Fondation Anne Frank.

"Miep Gies, la dernière survivante de ceux qui ont aidé Anne Frank et les personnes qui partageaient sa cachette dans la maison le long d'un canal d'Amsterdam est morte à Hoorn le 11 janvier", a annoncé la Fondation Anne Frank dans un communiqué.

Miep Gies a sauvé de la disparition le Journal d'Anne Frank, dans laquelle l'adolescente a raconté les deux années passées avec sa famille dans une cache. Publié pour la première fois en 1947, le livre a été traduit en 70 langues.

L'ancienne secrétaire de l'entreprise du père d'Anne Frank est décédée des suites d'une chute à la mi-décembre, a indiqué à l'AFP une membre de la Fondation.

Elle "a jusqu'au bout continué d'oeuvrer à la mémoire de l'adolescente juive et à diffuser le message de son histoire", souligne la Fondation Anne Frank, selon laquelle elle recevait chaque jour de nombreuses lettres du monde entier.
"Je ne suis pas un héros", avait affirmé Miep Gies dans un communiqué à l'occasion de son centième anniversaire 15 février 2009. "J'ai seulement fait ce que j'ai pu pour aider".

Née en Autriche le 15 février 1909, Hermine (Miep) Gies-Santrouschitz est envoyée aux Pays-Bas en 1920 dans le cadre d'un programme d'aide aux enfants affaiblis par la malnutrition et la tuberculose.

En 1933, elle commence à travailler dans l'entreprise d'Otto Frank, le père d'Anne, qui vend de la pectine et des épices à Amsterdam. Avec son mari Jan, elle se lie d'amitié avec la famille de son patron.

Au printemps 1942, alors que la situation des juifs aux Pays-Bas devient de plus en plus difficile, Otto Frank lui demande si elle accepterait de l'aider à se cacher avec sa famille.

"Il y a des échanges de regards qui ne se produisent qu'une ou deux fois dans une vie, c'était un de ceux-là. Je lui ai répondu +bien sûr+", écrit Miep Gies dans son livre "Elle s'appelait Anne Frank", publié en 1987.

En juin 1942, la famille Frank s'installe dans une cachette aménagée à l'arrière des locaux de sa société où ils sont rejoints par quatre autres juifs.
Pendant deux ans, Miep Gies et trois de ses collègues vont leur permettre de survivre. Elle est plus spécialement chargée de l'intendance, ses collègues de la sécurité et des finances.

Chaque matin, raconte-t-elle dans son livre, elle passe à "l'annexe secrète" prendre la liste des commissions, ainsi que des nouvelles, avant de rejoindre son bureau. Elle fait les courses et revient déjeuner avec les Frank.

Le 4 août 1944, la famille Frank, dénoncée, est arrêtée par la Gestapo et déportée. Miep Gies aura le temps de récuperer le journal d'Anne Frank et de le cacher.

Seul Otto Frank a survécu aux camps de concentration. Sa fille Anne est morte du typhus à Bergen-Belsen. Il revient à Amsterdam le 3 juin 1945 et s'installe chez Miep Gies et son mari avec lesquels il vivra plusieurs années.

Miep Gies et son mari Jan obtinrent de nombreuses récompenses internationales, dont le prix Raoul Wallenberg de la bravoure et la reconnaissance de l'Etat d'Israël comme "Justes parmi les nations". Miep Gies, qui a reçu la médaille de Yad Vashem en 1997, a été anoblie par la reine Beatrix.
Alliance - 12.01.10 

23:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

VIDEO Anne Frank

http://www.youtube.com/watch?v=4hvtXuO5GzU

Une rue d'Amsterdam, le 22 juillet 1941. Un couple se marie. Dans ce court film, parmi les voisins, apparaît Anne Frank, que l'on voit se pencher à la fenêtre pour apercevoir les mariés. Ce sont les seules images filmées connues de l'auteure du Journal d'Anne Frank. Mise en ligne le 23 septembre par le Musée Anne-Frank d'Amsterdam, cette vidéo a déjà été vue près de deux millions de fois.

22:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Qui licencie en France ne peut pas recruter à l'étranger

Une entreprise ayant remercié 80 salariés l'an dernier s'est vue refuser par le préfet de faire venir travailler des Tunisiens.

Le préfet de la Vienne a, selon ses termes, «piqué une petite gueulante». Motif de son mécontentement : le Suédois Autoliv, propriétaire du fabricant de volants de voitures Autoliv-Isodelta, a annoncé la semaine dernière la venue de 22 de ses employés tunisiens, pour pallier un manque de main-d'œuvre sur le site de Chiré-en-Montreuil. Bémol : cette réorganisation intervient à peine un an après que 80 salariés de la société ont été remerciés. «Autoliv a fait le choix de délocaliser en Tunisie. Très bien. Mais qu'ils l'assument et qu'ils ne fassent pas venir ici des travailleurs tunisiens» prévient le secrétaire général de la préfecture de la Vienne, Jean-Philippe Setbon.

La production des volants de cette société se partage en effet entre le site de Chiré-en-Montreuil (680 salariés), et de El Nadhour en Tunisie (700 salariés). Le gainage en cuir y a été délocalisé il y a une quinzaine d'années, car les deux heures nécessaires pour chaque opération la rendait difficilement rentable en France. Mais peu avant Noël, l'usine tunisienne part en flammes. Il semble donc logique à l'entreprise de faire exceptionnellement travailler à Chiré-en-Montreuil quelques uns de ces salariés inoccupés. C'est compter sans la vigilance du préfet, qui reproche à Autoliv de n'avoir pas respecté la loi du 24 juillet 2006. Selon ce texte, toute entreprise qui souhaite faire travailler des étrangers sur le sol français se doit de remplir certains critères. Parmi eux, s'assurer auprès de Pôle emploi qu'il n'existe pas de demandeurs d'emploi correspondant au poste. Or, rappelle Bernard Tomasini, les bassins d'emploi de Poitiers et de Châtellerault ont gravement soufferts de la crise, en particulier dans le secteur de la sous-traitance automobile. «Je ferai respecter la loi à chaque fois qu'il le faudra», conclut le préfet. 80 intérimaires ont déjà été recrutés, pour assurer les commandes.

Le Figaro - 12.01.10

 

   

20:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Une minute de silence après la mort d'Hakim

Les proviseurs des lycées et les principaux de collèges de toute la ont été appelés par le ministère de l' nationale à faire respecter une minute de silence ce mardi matin à 11 heures en mémoire d'Hakim Maddi, le lycéen poignardé vendredi dans les couloirs du lycée Darius-Milhaud au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne).

 Son agresseur présumé, également âgé de 18 ans, a été mis en examen pour «homicide volontaire» et placé en détention provisoire. Pour des raisons de sécurité, le lieu de son incarcération n'a pas été communiqué.

Décrit comme un jeune «en rupture familiale» mais dépourvu d'antécédents judiciaires, Islam Elkébir, 18 ans encourt jusqu'à 30 ans de réclusion criminelle.

Une minute de silence qui «manque de préparation»

On ne sait pas encore dans quelle proportion la minute de silence a été respectée dans les établissements français. Mais son application semblait hier difficile. Les chefs d'établissements ont en effet  dénoncé le manque de préparation de ce moment de recueillement.  «Nous n'avons pas de position à proprement parler, il est difficile de prendre position contre cette minute de silence qui est une façon de marquer un certain désarroi, une certaine émotion vis-à-vis de ce qui s'est passé», explique ainsi le secrétaire général du SNPDEN, Philippe Tournier.

«Mais elle ne résout rien du drame qui a eu lieu et c'est un peu comme la lecture de la lettre de Guy Môquet : si cela peut se faire dans les conditions qui répondent à l'objectif, il faut le faire. Mais si ce n'est pas le cas, non, car il ne faut pas que ce soit un exercice dénué de sens pour les élèves».
 

silencieuse vendredi

Lors de ses voeux au monde de l'éducation et de la recherche, le président de la République, Nicolas Sarkozy, s'est déclaré lundi «profondément bouleversé» par la mort d'Hakim et a promis de «tout mettre en oeuvre pour empêcher que de tels actes se reproduisent».

Une marche silencieuse doit avoir lieu vendredi au Kremlin-Bicêtre, à la mémoire de la victime.

Le Parisien avec l'AFP - 12.01.10 

19:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Iran: un spécialiste du nucléaire tué dans un attentat

Massoud Ali Mahammadi 50 physique nucléaire.jpg
Massoud Ali Mohammadi, 50 ans, professeur de physique nucléaire à Téhéran

L'universitaire, présenté comme un ponte de l'énergie atomique, a été tué dans l'explosion d'une bombe près de son domicile de Téhéran. Les médias iraniens accusent Israël et les «contre-révolutionnaires» d'être à l'origine de l'attentat.

L'Iran perd un universitaire présenté comme un spécialiste du nucléaire de haut rang. Professeur dans le domaine de l'énergie atomique, Massoud Ali Mohammadi a été tué mardi dans l'explosion d'une moto piégée près de son domicile de Téhéran, alors qu'il s'apprêtait à monter dans sa voiture, ont annoncé les autorités. Selon le procureur de la capitale, le corps de Massoud Ali Mohammadi «a été transféré à la médecine légale et une enquête a été ouverte pour identifier les responsables de l'explosion et les motifs».

Les médias iraniens n'ont toutefois pas attendu pour attribuer cet attentat aux «contre-révolutionnaires» et à Israël. «Massoud Mohammadi était un professeur révolutionnaire et engagé qui est devenu martyr dans un attentat terroriste commis par des contre-révolutionnaires et les éléments de l'oppression mondiale», a affirmé la télévision d'Etat en persan, ajoutant que Mohammadi était un partisan de la Révolution de 1979. Citant des «responsables bien informés», la chaîne de télévision officielle en arabe al-Alam a estimé que, «compte tenu du type de l'explosion, l'attentat pourrait avoir été commis par les ‘hypocrites' (les Moudjahidine du peuple, NDLR) ou avoir été planifié par le régime sioniste», à savoir Israël.

 

Contexte international et politique tendu

 

Cet attentat intervient alors que l'Iran est menacé de sanctions internationales pour sa politique nucléaire, et notamment pour son refus de renoncer à l'enrichissement d'uranium dont les Occidentaux craignent qu'il ne vise à doter la République islamique de l'arme nucléaire. Il intervient également dans un contexte politique très tendu, alors que le pouvoir a durement réprimé au cours des derniers mois l'opposition interne au régime, qui conteste la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad en juin dernier.

Le 27 décembre, huit personnes ont été tuées lors de manifestations de l'opposition et plusieurs centaines d'autres ont été blessées ou arrêtées. Le pouvoir a mis en cause les pays occidentaux - Etats-Unis en tête -, ainsi qu'Israël et les Moudjahidine du peuple, dans le cadre de ces violences.

Le Figaro - 12.01.10

19:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Delanoë fête le nouvel an berbère à la mairie de Paris!

An berbère 2960.jpg
INVITATION PRESSE – Mardi 12 janvier à 19h15
Paris fête Yennayer 2960 – le nouvel an berbère

Bertrand Delanoë a le plaisir de vous inviter à la cinquième édition du nouvel an berbère, Yennayer 2960, organisé en partenariat avec la chaîne Berbère Télévision.

Plus de mille personnes sont attendues dans les salons de l’Hôtel de Ville pour célébrer; cet événement culturel au cours duquel seront présentés de grands groupes de musique berbère, dont Cheikh Sidi Bémol et les trois sœurs du groupe La Voix de la Racine, ainsi que des groupes de danse traditionnelle, dont la Troupe Atlassia.

http://fr.novopress.info/45176/bertrand-delanoe-attend-10...

Novopress - 11.01.10

00:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (21)

Emeutes raciales à Rosarno (Calabre)

Emeutes racilaes à Rosarno 3.jpg
Emeutes raciales à Rosarno 2.jpg
Emeutes raciales à Rosarno 1.jpg

00:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

11/01/2010

Vincent, blessé d'un coup de couteau pour un "regard de travers"

Un lycéen de 17 ans a été légèrement blessé lundi lors d'une rixe devant son lycée de Chennevières-sur-Marne, en région parisienne. Il a été rapidement soigné, sa plaie n'ayant nécessité que trois points de suture.

Nouvelle rixe à l'arme blanche entre lycéens. Cette fois, Vincent, un adolescent de 17 ans a été légèrement blessé par un coup de couteau lundi matin, lors d'une rixe devant son établissement scolaire de Chennevières-sur-Marne (Val-de-Marne). Le garçon, élève de BEP au lycée Samuel de Champlain, a été légèrement touché au genou. Transporté à l'hôpital Saint-Camille de Bry-sur-Marne (Val-de-Marne), il a été rapidement soigné, sa plaie n'ayant nécessité que trois points de suture, selon une source proche de l'enquête.

L'auteur des coups de couteau, un homme d'une trentaine d'années extérieur à l'établissement, a réussi à prendre la fuite et est toujours recherché par la police. La 4e brigade de la sûreté territoriale du Val-de-Marne a été chargée de l'enquête.

 

Série de rixes à l'arme blanche

 

Selon les premiers éléments de l'enquête, la rixe aurait éclaté vers 10h15, à l'occasion d'une pause cigarette devant le lycée. D'après le proviseur de l'établissement, Rémy José, un simple «regard de travers» serait à l'origine de la dispute.

«En sortant devant l'établissement, la victime s'est retrouvée nez à nez avec un individu qu'elle ne connaissait pas. Ce dernier, visiblement très agité, lui a reproché de ‘mal le regarder' et lui a donné un coup de poing au visage», a raconté Rémy José. L'élève ne se serait pas laissé faire et se serait battu avec son agresseur, qui aurait alors sorti un couteau et l'aurait frappé au genou.

«Des surveillants qui se trouvaient à proximité sont rapidement intervenus et ont réussi à les séparer», a expliqué le proviseur. «Sans leur intervention, l'accident aurait pu être beaucoup plus grave», a-t-il ajouté, en tenant à saluer leur «sang-froid». Selon lui l'agresseur présumé, identifié par la police, serait sorti récemment de prison.

Cette affaire intervient alors que plusieurs incidents liés à des bagarres de jeunes à l'arme blanche se sont produits en Ile-de-France ces dernières semaines, dont deux se sont terminés en drame, au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne) et à Cergy (Val d'Oise).

Le Figaro- 11.01.10

23:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

La Guyane et la Martinique disent non à une autonomie accrue

Les électeurs de Guyane et de Martinique ont à une très forte majorité dit non à l’autonomie accrue de leurs départements qui leur était proposée lors de référendums, et ce au grand dam des indépendantistes.

La question qui leur était posée ce dimanche était : « Approuvez-vous la transformation de la Martinique (ou de la Guyane) en une collectivité d’outre-mer régie par l’article 74 de la Constitution, dotée d’une organisation particulière tenant compte de ses intérêts propres au sein de la République ? »
La réponse a été NON à 69,80 % en Guyane et à NON à 78,90 % en Martinique.

Et tant pis pour le camp de l’anti-France personnifié en Guyane par les quatre parlementaires, dont Christiane Taubira, et les présidents du conseil régional et du conseil général, tous de gauche, qui avaient appelé à voter oui.

Le résultat de dimanche aura des conséquences importantes sur les élections régionales de mars, notamment en Martinique, où le président du conseil régional Alfred Marie-Jeanne (Mouvement indépendantiste) avait aussi appelé à voter oui. Ce « brave homme » nous a alors expliqué, après le scrutin « que le peuple pouvait se tromper ». Quand le même peuple l’a élu ?

Les partisans d’une autonomie accrue ne sont manifestement pas parvenus à convaincre les électeurs des vertus d’une plus grande autonomie pour assurer plus efficacement le développement local et satisfaire leurs besoins quotidiens (transports, logement, emploi, coût de la vie…).

Une bonne partie de la campagne s’est faite sur la peur de perte d’acquis sociaux, notamment en Martinique, à la population vieillissante, alors que ce qui relève de la protection sociale devait continuer à demeurer de la compétence de l’Etat.

Nations presse info - 11.01.10

23:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

VIDEO Le Pen invité par BFM-TV

http://blip.tv/play/AYG8z2UC

20:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Terrorisme: l'Algérie dans la "liste noire" des USA

L'Algérie a protesté "vivement" aujourd'hui contre la décision "discriminatoire" des Etats Unis de l'inscrire dans une liste de pays à risque dont les voyageurs subiront des contrôles spécifiques, a annoncé le ministère algérien des Affaires étrangères.

Le ministre algérien des Affaires étrangères Mourad Medelci a convoqué l'ambassadeur des Etats-Unis à Alger, David D. Pearce, pour lui exprimer les "vives protestations" d'Alger suite à cette mesure "malencontreuse, injustifiée et discriminatoire", a précisé un communiqué de son département cité par l'agence APS.

"Cette convocation fait suite à plusieurs démarches antérieures effectuées en leur temps, aussitôt les mesures connues, aussi bien par l'administration centrale que par notre ambassadeur à Washington, auprès des autorités américaines concernées", a ajouté le communiqué.

L'Algérie figure dans la "liste noire" de 14 pays établie par les Etats-Unis et dont les citoyens sont désormais soumis à des mesures supplémentaires de contrôle sécuritaire, suite à la tentative d'attentat le 25 décembre contre le vol Amsterdam-Detroit de la compagnie Northwest Airlines par un Nigérian de 23 ans.

Aucune liaison aérienne directe n'existe entre l'Algérie et les Etats-Unis. Des négociations pour l'ouverture d'une liaison Alger-New York par la compagnie aérienne nationale Air Algérie n'ont toujours pas abouti. La plupart des Algériens désirant se rendre aux USA passent par Paris.

Le Figaro - 11.01.10

19:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Mohamed Rouichi: l'effroyable parcours du "violeur mélomane"

     Il aura fallu douze années aux enquêteurs pour mettre un terme à la terrible dérive criminelle de Mohamed Rouichi. Entre 1994 et 2006, l’homme qui comparaît aujourd’hui, à 50 ans, devant la cour d’assises de , a violé dix-sept Parisiennes, âgées de 16 à 74 ans, sans que rien ni personne ne parvienne à l’arrêter.

Sans domicile fixe, l’homme, particulièrement violent et pervers, a finalement été interpellé le 26 juillet 2006 gare de , dans le XIIe arrondissement, formellement confondu par le Fnaeg (fichier national automatisé des empreintes génétiques) qui avait enregistré son ADN lors d’une tentative de commise à Boulogne (Hauts-de-Seine) au mois de mars de la même année. En arrêtant celui qui figurait sur les synthèses de police sous le nom de « violeur scatophage », les enquêteurs s’aperçoivent alors que Rouichi a déjà été condamné en 1983 par la cour d’assises pour meurtre, sans connaître encore l’ampleur de ses crimes.

Une violence inouïe

En fait, les actes de Mohamed Rouichi ont mis les policiers sur les dents durant plus d’une décennie.
Chaque fois, aux quatre coins de la capitale, surtout dans les XIVe et XVe arrondissements, il répète le même scénario. Après avoir repéré sa victime, il pénètre dans son appartement et suivent de longues heures d’horreur. Séquestrées, abusées à plusieurs reprises avec une violence inouïe et des sévices particulièrement sordides, les femmes sont ensuite délestées de leur argent, leurs bijoux et leurs cartes bancaires. Etrangement, l’homme parle littérature, art ou politique et lorsqu’il prend enfin la fuite, c’est sur quelques notes de musique classique. Cette manie de mettre un disque lui a également valu le surnom de « violeur mélomane ». Ce rituel, Rouichi l’exécute avec une terrible précision, et à un rythme d’un ou deux viols par an. Durant les deux mois qui ont précédé son interpellation, l’homme avait commis trois méfaits. Le dernier a eu lieu dix jours seulement avant que les policiers le repèrent dans l’enceinte de la gare de Lyon. C’est d’ailleurs là qu’il passait le plus clair de son temps, en compagnie d’autres sans-domicile-fixe.
Son procès, au cours duquel ne seront évoqués que quatorze des viols commis, devrait s’achever le 15 janvier.

Le Parisien - 11.01.10 

19:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (23)

Israël va construire un mur à la frontière égyptienne

Le projet est destiné à combattre l'immigration clandestine. Benjamin Netanyahou a indiqué qu'Israël continuerait d'accueillir des réfugiés, mais "ne permettra pas une inondation de travailleurs illégaux".

Le gouvernement israélien a approuvé la construction d'une barrière destinée à combattre l'immigration clandestine à sa frontière avec l'Egypte, a indiqué, dimanche 10 janvier, un responsable gouvernemental. Selon ce responsable, qui a requis l'anonymat, trois barrières seront construites le long des 250 km de frontières au coeur du désert qui bloqueraient les principales voies d'entrée des clandestins. Le projet, présenté par l'armée, devrait coûter entre 1 et 1,5 milliard de dollars, a-t-il précisé à l'AFP.
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a souligné dimanche que l'Etat hébreu continuerait à accueillir les demandeurs d'asile, en provenance majoritairement du Darfour. "Israël autorisera l'entrée de réfugiés en provenance de zones de conflit mais ne permettra pas que ses frontières soient utilisées pour inonder le pays de travailleurs illégaux", a déclaré un haut responsable gouvernemental, citant M. Netanyahu.

20 migrants tués en 2009


Selon le ministère israélien de l'Intérieur, environ 300.000 étrangers illégaux - dont 100.000 immigrés, touristes restés dans le pays et Palestiniens - vivent en Israël. Les organisations de défense des droits de l'Homme estiment que ce chiffre est exagéré.
La frontière égypto-israélienne, actuellement signalée par des rangées de barbelés, est empruntée par de nombreux clandestins, demandeurs d'asile et trafiquants de drogue. L'Etat hébreu critique l'Egypte pour son manque de contrôle, alors que la police égyptienne ouvre régulièrement le feu sur des migrants africains tentant de se rendre en Israël. Vingt migrants ont été tués en 2009.

(Nouvelobs.com avec AFP) -11.01.10

18:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Un sous-officier français tué en Afghanistan

afghanistan-soldats 11 janvier 2010.jpg

Un sous-officier français est lundi matin en Afghanistan et un officier a été très gravement blessé lors d'une attaque contre une patrouille franco-afghane dans la vallée d'Alasay, au nord-est de Kaboul. C'est l'Elysée qui a annoncé l'information dans un communiqué en milieu de journée.

Le a précisé que ce sous-officier était décédé lors d'une «attaque meurtrière» lundi matin «contre des militaires français qui patrouillaient avec une section de l'armée nationale afghane dans la vallée d'Alasay, au nord est de Kaboul».

 

37 soldats français tués en Afghanistan

Dans son communiqué, le chef de l'Etat a fait part de sa «vive émotion». «Un sous-officier a payé de sa vie l'engagement de la France au service de la paix et de la sécurité du peuple afghan, tandis qu'un officier a été très grièvement blessé», a poursuivi Nicolas Sarkozy, en s'associant « à la douleur de leurs familles et de leurs proches».

Ce décès porte à 37 le nombre de militaires français ayant trouvé la mort en Afghanistan.

Nicolas Sarkozy a ajouté que «ses pensées (allaient) également à leurs compagnons d'armes de la 1ère Brigade Mécanisée et du 402ème régiment d'artillerie de Châlons-en-Champagne». Il a réaffirmé en outre «son soutien au peuple afghan et aux autorités afghanes». Condamnant «avec force cette violence aveugle», il a «exprimé la détermination de la France à continuer d'oeuvrer au sein de la Force Internationale d'Assistance à la Sécurité».

Le Parisien - 11.01.10

«Cette force, mandatée par l'ONU, a reçu la mission de contribuer au retour de la stabilité, au rétablissement de la paix et au développement en Afghanistan», a-t-il conclu.

Le Parisien

18:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Fadela Amara veut "nettoyer au Kärcher" la violence dans les cités...

Amara karcher.jpg
... et imposer le métissage de la France!

 

C’est Fadela Amara qui se fend de cette saillie dans un entretien à paraître lundi dans le quotidien Le Progrès. La secrétaire d'Etat à la Ville y cite «le "Kärcher" de Nicolas Sarkozy», assurant qu’«on a oublié qu'il a dit cela alors qu'un jeune de 11 ans avait été tué en nettoyant la voiture de son père!».
 
«Oui, il faut nettoyer au Kärcher, nettoyer cette violence qui tue nos enfants dans les cités», a-t-elle poursuivi. Pour Fadela Amara, «il existe une vraie insécurité dans certains quartiers populaires, avec des voyous qui prennent en otages les habitants» et «le droit à la sécurité n'est pas réservé aux bourgeois» mais «existe d'abord pour les plus pauvres».
 
Le débat sur l'identité nationale est «nécessaire»
 
La secrétaire d'Etat à la Ville en profite pour affirmer que le débat sur l'identité nationale est «nécessaire pour créer les conditions du vivre ensemble». Elle reconnaît cependant avoir «entendu des choses désagréables, des dérapages», mais estime qu’«il faut libérer les non-dits, mettre des mots sur les souffrances».
 
«Le principe de la République métissée est accepté par l'immense majorité des Français», a assuré Fadela Amara, citant «Yannick Noah, Zizou et Dany Boon qui a un papa kabyle comme personnalités préférées» des Français. Mais selon elle, «il reste maintenant à imposer cette République métissée à une certaine élite, par exemple celle des grandes écoles».
20minutes.fr - 10.01.10

00:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Le Pen contre le vote des étrangers

Vote des étrangers Le Pen.jpg

Le président du Front national, Jean-Marie Le Pen, s'est déclaré dimanche soir "évidemment contre" la proposition du ministre de l'Immigration, Eric Besson, en faveur du vote des étrangers aux élections locales dans les "dix ans à venir".

"Je suis évidemment contre. Le vote appartient aux nationaux exclusivement. Il n'est pas question à aucun niveau de la vie politique que les étrangers participent à la désignation des gens qui sont chargés de diriger ce pays", a déclaré M. Le Pen, lors de la Tribune BFM.

Eric Besson, qui est également secrétaire général adjoint de l'UMP, avait annoncé peu auparavant sur i-Tele: "Nous devons aller à terme vers le vote des étrangers aux élections locales" mais en fixant cette possibilité dans les "dix ans à venir".

Lors de la campagne présidentielle en 2007, Nicolas Sarkozy s'était également déclaré en faveur du droit de vote des étrangers aux élections locales mais n'avait pas retenu cette option dans son programme.

Début septembre 2009, le secrétaire général de l'UMP, Xavier Bertrand, avait affirmé qu'il n'était "pas favorable au droit de vote des étrangers aux élections municipales", ni même au débat alors préconisé par Eric Besson sur ce sujet, car cela "détournerait l'attention des priorités des Français".

Le Point-fr - 11.01.10

00:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)