Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/02/2010

La pub (trop blanche!) pour le grand emprunt

Emprunt grand pub en blanc Marianne.jpg
(Cliquez sur la photo pour l'agrandir)
18/02/2010 – 11h00
PARIS (NOVOpress) –
C’est une belle femme blanche aux formes généreuses, de profil, pieds nus, tout de blanc vêtue, habillée en Marianne, bonnet phrygien blanc sur la tête. Son visage est radieux. Il respire la confiance. Ses mains sont posées sur un ventre rond : elle attend un enfant. Cette Française pose pour une publicité en faveur du grand emprunt de 35 milliards d’euros, voté mercredi au Sénat. Son slogan ? « La France investit dans son avenir ».

Trop de blanc dans cette pub pour le Parti socialiste, au moment où la promotion de l’immigration tourne à l’obsession et que les chiennes de garde du féminisme, telle Elisabeth Badinter, montrent les crocs contre l’instinct maternel et les femmes qui consacrent du temps à leurs enfants. L’agence Euro RSCG C&O, qui a conçu cette campagne, a dû se justifier sur la « pureté cristalline » du modèle, représentant « ce beau moment de la maternité, incarnant tout le potentiel de ce grand emprunt », peut-on lire dans le journal Aujourd’hui en France de ce jour.

Mais ces pressions de gauche ont porté leur fruit. Le service de communication de Matignon évoque désormais une nouvelle campagne publicitaire pour le printemps. Quel sera le futur profil de la pub gouvernementale à l’heure de la « diversité » : Rama Yade ? Un transsexuel ? Une maghrébine au ventre plat ?… L’avenir de la France ?

18:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Un cimetière chrétien profané dans les Yvelines

Statue de la Vierge vandalisée.JPG

CROISSY-SUR-SEINE –
Le cimetière de Croissy-sur-Seine (Yvelines) a été profané hier. Vous le saviez ? Non ? Normal, cette nouvelle attaque dirigée contre un cimetière chrétien en France ne fait pas la Une des médias aujourd’hui : six lignes dans l’édition des Yvelines du Parisien ce matin. Rien d’autre dans les grands médias officiels. Et pas de protestations gouvernementales à l’horizon.

Dégrader des tombes chrétiennes, casser des croix, décapiter des statuettes de la Vierge et briser des stèles, serait-il moins grave que de profaner des sites musulmans dans l’Hexagone ? Visiblement, oui. Preuve de l’islamisation avancée des esprits, le week-end dernier, la dégradation des murs de la mosquée de Sorgues (Vaucluse) a bénéficié d’une large couverture médiatique dans la presse écrite et sur internet. Le conseil régional du culte musulman (CRCM) a sauté sur l’occasion pour victimiser la communauté musulmane. Les incidents survenus à Crépy-en-Valois (Oise) et Castres (Tarn), ont été aussi largement martelés auprès des Français. Le CRIF est encore monté au créneau contre ces « actes inqualifiables ».

Fin janvier, Nicolas Sarkozy s’est même déplacé en personne à Ablain-Saint-Nazaire (Pas-de-Calais) pour rendre hommage au carré musulman du cimetière de Notre-Dame de Lorette. On l’attend toujours dans l’un des cimetières chrétiens régulièrement profanés en France.

Novopress - 18.02.10

18:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

VIDEO Les députés privés de sites pornos ou pédophiles

VIDEO  http://www.dailymotion.com/video/xc9rt1_assemblée-les-por...

L'Assemblée nationale a récemment mis en place "un mécanisme de filtrage" empêchant toute connexion dans son enceinte aux sites internet pornographiques et pédophiles", a indiqué à l'AFP une source parlementaire, confirmant une information de Bakchich Info. Dans une note publiée sur le site intranet du Palais-Bourbon, on peut lire que "Mme et MM. les questeurs ont décidé de mettre en place un mécanisme de filtrage des sites internet illicites et controversés", cette décision étant "appliquée à compter du 20 janvier 2010".

"Le dispositif de filtrage vise à empêcher toute connexion aux sites pornographiques, pédophiles, ainsi qu'à des sites susceptibles de propager certains virus", poursuit la note en précisant que "pour des raisons techniques, une trace de ces connexions est conservée pendant 24 heures". Selon Bakchich, le dispositif mis en place "est loin de prouver son entière efficacité", quelques clics suffisant à accéder quand même à des sites pornographiques.

Hasard du calendrier, l'Assemblée nationale a voté mardi pour un filtrage par les fournisseurs d'accès des sites internet à caractère pédopornographique, dans le cadre de l'adoption en première lecture du projet de loi d'orientation et de programmation pour la sécurité intérieure (Loppsi 2).

TF1 News - 18.02.10

18:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Ahmadinejad met en garde les Occidentaux

AHmadinejad réagit aux propos de Clinton.jpg
Le président Ahmadinejad lors d'une conférence de presse mardi à Téhéran
(Cliquez sur la photo)

Alors que Paris, Washington et Moscou dénoncent «une escalade iranienne», Téhéran a fermement réagi, mardi, aux menaces de nouvelles sanctions et aux accusations américaines selon lesquelles l'Iran «s'oriente vers une dictature militaire». «Si quiconque cherche à créer des problèmes à l'Iran, notre réponse ne sera pas comme celles données par le passé. Cette réponse comportera quelque chose qui leur fera regretter» l'adoption de sanctions, a indiqué le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, lors d'une conférence de presse.

L'Iran, qui reste le troisième producteur de pétrole au monde, pourrait, selon certains experts, être tenté de fermer le robinet pétrolier en réaction à de nouvelles mesures de rétorsion économiques. Si la Chine, partenaire économique de Téhéran, finit par se ranger du côté occidental, l'Iran ne manque pas d'options pour déstabiliser ses adversaires, comme le recours éventuel à certains «leviers» régionaux, du Hezbollah au Hamas en passant par les factions chiites d'Irak. D'autant plus que ces derniers ne sont pas insensibles à la théorie iranienne de la «citadelle assiégée», que l'héritage laissé par l'Administration de l'ex-président américain George W. Bush n'a fait que renforcer.

 

«Prêt à échanger l'uranium» 

 

Accusée par Washington d'être tentée par une «militarisation», la République islamique s'est empressée, mardi, de renvoyer la balle dans le camp opposé, en dressant un bilan peu élogieux de la politique américaine régionale depuis le 11 septembre 2001. «Ils sont eux-mêmes impliqués dans une espèce de dictature militaire et ignorent pratiquement les réalités de la région», a déclaré Manou­chehr Mottaki, le ministre iranien des Affaires étrangères, en réaction aux propos tenus, la veille, par Hillary Clinton, la secrétaire d'État américaine, lors d'une visite au Qatar. «Qu'est-ce qu'une dictature militaire : tuer un million d'Irakiens, parmi lesquels une majorité d'innocents, ou établir des échanges avec le peuple irakien en accueillant des dizaines de milliers d'immigrés et en aidant le gouvernement irakien à sécuriser son pays et à garantir sa souveraineté ?», s'est-il, ensuite, interrogé, avant de poursuivre : «Une attaque sanglante contre une fête de mariage en Afghanistan n'est-elle pas le signe d'une dictature militaire, plus que le refuge offert (par l'Iran, NDLR) à trois millions d'Afghans ?  »

Dans le même temps, Téhéran continue à souffler le chaud et le froid en matière nucléaire. «Nous sommes en train d'installer et de tester une nouvelle génération de centrifugeuses. Leur capacité est cinq fois supérieure aux centrifugeuses que nous avions jusqu'à présent et nous les utiliserons bientôt pour notre programme nucléaire», a prévenu, mardi, Mahmoud Ahmadinejad, tout en précisant que la République islamique est toujours disposée à un échange d'uranium, y compris avec les États-Unis. «Le dossier d'un échange de combustible n'est pas encore clos. Nous avons dit que nous procéderions à un échange dans un cadre équitable», a-t-il précisé. Selon lui, «les États-Unis peuvent venir nous donner leur combustible enrichi à 20 % et nous les paierons s'ils le veulent, ou nous leur donnerons notre combustible enrichi à 3,5 %».

Le Figaro - 18.02.10

17:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Le Liban craint une attaque israélienne

La multiplication des menaces israéliennes ces dernières semaines rendent les Libanais particulièrement fébriles car Beyrouth commence à peine à jouir d'une stabilité retrouvée, après les cinq ans de turbulences qui ont suivi l'assassinat de l'ancien premier ministre Rafic Hariri. Le président, Michel Sleimane, a évoqué publiquement sa vive inquiétude. «Le monde sait désormais que les menaces israéliennes ne peuvent plus être prises à la légère.» Ce sujet était aussi au menu des entretiens du premier ministre, Saad Hariri, avec Nicolas Sarkozy lors de sa visite à Paris le mois dernier.

 

Rôle de l'Iran 

 

L'aviation israélienne survole régulièrement le territoire libanais, en violation de la résolution 1701 qui a mis fin au dernier conflit entre les deux voisins, en août 2006. Même si les batteries aériennes de l'armée libanaise ont ouvert le feu dimanche contre des chasseurs volant relativement bas, le rapport de force est inexistant tant la supériorité militaire israélienne est grande. En rasant des quartiers entiers de la banlieue sud de Beyrouth, fief du Hezbollah, l'aviation a déjà montré en 2006 ce dont elle était capable. Un scénario que les plus hautes autorités israéliennes promettent régulièrement de reproduire, à plus grande échelle encore, si le Hezbollah bouge le petit doigt. Car le gouvernement libanais, auquel appartient le parti «de la résistance islamique» est jugé responsable de «tout ce que fait le Hezbollah», selon une formule d'Ehoud Barak.

Le ministre israélien de la Défense traduit ainsi une nouvelle doctrine née de la guerre de 2006 en vertu de laquelle Israël ne limitera plus ses attaques aux cibles attribuées au Hezbollah, mais les élargira à l'armée libanaise et aux infrastructures vitales du pays sur tout le territoire libanais.

Au-delà de son effet psychologique, cette stratégie vise à accentuer le clivage politique interne concernant l'armement du Hezbollah. Un impact qui a cependant été atténué par la formation d'un gouvernement d'union nationale, fruit d'un long bras de fer interne avec le Parti de Dieu pour qui la poursuite de la «résistance» n'est pas négociable tant que le «danger israélien» perdure.

La guerre pourrait être déclenchée de différentes façons sachant que les motivations des deux parties ont une dimension régionale, intégrant la problématique iranienne. Pour Israël, il s'agirait de rétablir sa capacité de dissuasion après le semi-échec de 2006, voire de frapper indirectement l'Iran sur un théâtre secondaire. Le Hezbollah pourrait symétriquement permettre à l'Iran de créer une diversion ailleurs que sur son territoire en servant à Israël un prétexte à des représailles.

La plupart des observateurs de la scène libanaise estiment cependant que la guerre n'est pas probable dans l'immédiat. Ils font valoir les avantages du statu quo actuel pour les deux parties : Israël bénéficie d'une stabilité inégalée à sa frontière nord ; le Hezbollah n'a pas intérêt à se lancer dans un nouveau conflit tant que les plaies subies par sa base populaire ne sont pas pansées.

Le Figaro - 18.02.10

17:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Italie: forte xénophobie chez les jeunes

Près de la moitié des jeunes Italiens sont intolérants à l'égard des étrangers ou carrément xénophobes, selon une étude rendue publique aujourd'hui à la Chambre des députés à l'initiative de son président qui a appelé la classe politique à élaborer "un modèle italien d'intégration".

L'enquête d'opinion effectuée par l'institut SWG auprès d'un échantillon représentatif de 2.000 jeunes de 18 à 29 ans montre que 45,8% d'entre eux expriment une forme d'hostilité envers les étrangers ou directement de la xénophobie, alors que seulement 39,6% se disent "ouverts" aux étrangers.

Au sein des jeunes qualifiés de "fermés", SWG distingue trois groupes: un premier représentant 15,3% du total qui exprime surtout une "phobie envers les Roumains-tziganes-Albanais" et en majorité composé de femmes (56%).

Un deuxième groupe, le plus petit mais le plus extrême, réunit les comportements ouvertement racistes avec 10,7% des jeunes. Le troisième groupe (20%) rassemble les "xénophobes", qui excluent de recourir à la violence mais souhaitent que les étrangers vivent loin d'eux, de préférence hors d'Italie. Ce sont surtout des garçons d'une vingtaine d'années.

Le Figaro - 18.02.10

17:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Quick halal: la liberté d'entreprendre!

Le mouvement patronal Ethic s'est inquiété aujourd'hui de la polémique déclenchée par la décision de Quick de proposer une offre exclusivement halal dans 8 établissements, y voyant une atteinte à la liberté d'entreprendre.

"Ce choix halal résulte tout simplement de la rencontre entre l’offre et la demande et d’un choix marketing. Que ce choix réponde à un goût particulier, au succès d’une spécialité étrangère ou à une tradition culturelle ou religieuse, relève de la liberté d’entreprendre", fait valoir Ethic dans un communiqué.

Après la décision de Quick, le maire socialiste de Roubaix René Vandierendonck envisage notamment de saisir la Halde, la haute autorité de lutte contre les discriminations.

Pour Ethic, "fustiger l’offre halal est extrêmement discriminant".

"Quant à l'offre commerciale elle-même, elle satisfait pleinement puisque deux enseignes Quick ont été obligées de refuser des clients", souligne ce mouvement patronal qui affirme défendre la liberté d'entreprendre et prôner une valorisation humaine de l'entreprise.

Le Figaro - 18.02.10

17:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

17/02/2010

Polémique sur les essais atomiques au Sahara

Bombe atomique 2ème - ultimes réglages....gif
Reggane -1er janvier 1960 - Ultimes réglages avant l'explosion de la deuxième bombe atomique française dans le désert saharien
Carte - essais nucléaires au Sahara.jpg
(Cliquez sur la carte)

«Le ministère de la Défense a donné de fausses informations et cela change beaucoup de choses. La loi d’indemnisation des vétérans n’est plus adaptée. » Me Jean-Paul Teissonnière, l’avocat de nombreuses victimes des essais nucléaires, a vivement réagi à la révélation, hier, du « Parisien » - « Aujourd’hui en » d’un rapport confidentiel défense sur la campagne de tirs atomiques au Sahara, de 1960 à 1966.

Ce document de 260 pages raconte par le menu les manoeuvres militaires engagées lors du tir Gerboise verte, en 1961, au duquel plusieurs centaines d’appelés furent utilisés comme des cobayes.



L’objectif était, selon les termes mêmes du rapport, d’« étudier les effets physiologiques et psychologiques produits sur l’homme par l’arme atomique ». , le ministre de la Défense, qui nous assurait lundi ne pas avoir connaissance de ce texte, a corrigé hier son propos, expliquant que son ministère, en 2007, avait établi « une belle fiche de communication, dans laquelle on dit que ces exercices ont été menés et que les participants ont reçu un certain nombre de radiations ». Reste que ces 260 pages ne portent pas que sur l’essai nucléaire baptisé Gerboise verte. Plusieurs aspects du document sont édifiants. On y découvre par exemple l’existence de discussions entre des scientifiques et des militaires lors desquelles ils s’accordent sur des seuils aléatoires de radioactivité à ne pas dépasser. De nombreuses lignes laissent encore transpirer un véritable amateurisme dans la conception des engins explosifs. Ainsi, sur treize des tirs souterrains réalisés à In-Ekker, le rapport révèle qu’un seul fut « propre », quand les douze autres donnèrent lieu à des fuites dans l’atmosphère. Après Gerboise bleue, par exemple, « la valeur de contamination retenue pour l’eau représente trois fois la norme admissible » sur l’un des sites de mesure retenus. Et l’on ne parle pas de cette zone contaminée par un essai dont l’armée estime qu’il est impossible de la rendre saine. Quant aux 1 000 km 2 ravagés par la poudre de plutonium des très discrets tirs « pollens », « l’érosion et les vents ont certainement dispersé cette radioactivité », espère le document, qui reconnaît que « plusieurs zones n’ont pas été traitées et sont certainement restées en l’état ».
Le Parisien - 17.02.10

22:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Scandale QUICK: quand l'Etat lève l'impôt islamique!

Mon QUICK.gif

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE MARINE LE PEN
Vice-Présidente du Front National

 L’annonce par la chaîne Quick de la vente exclusivement de produits halal dans 8 établissements, dont celui de Roubaix, était déjà en soi un scandale.

Le consommateur est ainsi pris en otage et doit non seulement se conformer obligatoirement à la loi islamique mais de surcroît, dans ses formes les plus rigoristes. Le choix du « tout halal » étant la conséquence du refus imposé par les musulmans les plus radicaux de la préparation de nourriture « impure » dans les mêmes lieux que la préparation de nourriture halal.

Ces mêmes consommateurs seront ainsi soumis à l’impôt islamique puisque la viande halal est taxée par des organismes musulmans de certification.

Le scandale prend une toute autre dimension lorsque l’on apprend que la chaîne Quick appartient depuis octobre 2006 à … l’Etat !

En effet, « Qualium investissement » détient 99,63 % du capital de Quick et n’est autre que la filiale de capital investissement de la Caisse des Dépôts et Consignations, bras financier de l’Etat.

Quand on sait que la Caisse des Dépôts et Consignations devait être le fonds souverain français, on croit rêver !

C’est donc bien le chef de l’Etat qui est à la manœuvre dans le processus maintenant assumé d’islamisation forcée de la France et la mise en place de l’impôt islamique.

Enfin, l’heureux propriétaire de Quick, Albert Frère, ami de Nicolas Sarkozy (celui-ci l’a élevé à la dignité de grand-croix de la Légion d’honneur en 2008) a vu la Caisse des dépôts lui racheter sa société Quick pour 800 millions d’euros alors que celle-ci n’était valorisée qu’à 550 millions à la date de cette OPA « amicale ». Cette affaire a d’ailleurs fait l’objet de deux plaintes déposées par un acheteur évincé, l’une en France comme par hasard immédiatement classée sans suite, l’autre en Belgique, qui fait actuellement l’objet d’une instruction.

Jusqu’où va-t-on aller ?

NPI - 17.02.10

20:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

VIDEO Assassinat d'un cadre du Hamas: l'enquête pointe le Mossad

http://videos.tf1.fr/infos/2010/assassinat-d-un-cadre-du-...

La police de Dubaï a montré des images de surveillance de l'hôtel où a été assassiné Mahmoud al-Mabhouh et diffusé des portraits de onze suspects. En Israël, les médias envisagent désormais ouvertement l'hypothèse d'une opération des services secrets israéliens.

TF1 News - 16.02.10

19:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Jeune Noir abattu par des policiers new-yorkais: affaire classée

Pancarte dans le Queens.jpg
Dans le Qeens

Ça s'est passé il y a quatre ans à la sortie d'une boîte de nuit new-yorkaise. Trois officiers de police avaient ouvert le feu sur Sean Bell, un jeune homme noir âgé de 23 ans. Il avait été abattu à seulement quelques heures de son mariage.
 
À l'issue d'une longue enquête, la justice américaine a décidé, mardi, de ne pas inculper les trois officiers de police. "Il n'y a pas assez de preuves pour une inculpation pour violation des droits civils contre les officiers de la police de New York (NYPD) impliqués dans les tirs mortels contre Sean Bell", a indiqué le ministère de la Justice.
 

A l'époque c'est un révérend et militant des droits civils qui avait fait campagne pour que les policiers soient inculpés par un tribunal fédéral après cette fusillade, qui avait provoqué des manifestations dans la ville et donné lieu à des critiques envers la police de New York, accusée d'avoir la gâchette facile contre les non-blancs. Deux autres personnes avaient été blessées au cours de la fusillade.
 
De leur côté, les policiers ont raconté avoir ouvert le feu après être intervenus à la suite d'une altercation au cours de laquelle ils auraient entendu l'un des amis de Sean Bell dire: "va chercher mon arme". Dans une autre version des faits, un des policiers a raconté avoir tiré après que Sean Bell lui eut foncé dessus au volant de sa voiture avant de la précipiter sur une camionnette banalisée de la police. Pourtant aucune arme n'a été retrouvée, ni sur le jeune homme ni dans sa voiture.

Par Z.M avec agence le 17 février 2010 à 10:31

19:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

17 février 2010: deux ans d'indépendance du Kosovo

VIDEO  http://www.youtube.com/watch?v=PBPAGAlIaew

Il y a tout juste deux ans, le 17 février 2008, les Albanais du Kosovo proclamaient illégalement l’indépendance de la province serbe du Kosovo. Cette indépendance était l’aboutissement final d’une politique systématique de nettoyage ethnique des Serbes vivants au Kosovo. La population serbe du Kosovo représente aujourd’hui moins de 5% des habitants du Kosovo, contre plus du double il y a  seulement dix ans.

Face à cette atrocité qu’on laisse se dérouler en Europe, nous ne pouvons nous contenter de seulement condamner. Nous nous devons aussi d’agir ! C’est pourquoi ce soir, Arnaud Borella-Gouillon, Président de Solidarité Kosovo, prendra la parole devant l’ambassade du Kosovo à Paris pour dénoncer l’injustice dont est victime le peuple serbe. Nous annonçons également  aujourd’hui le 17 février 2010, que l’association Solidarité Kosovo organisera un convoi humanitaire au printemps 2010. Nous apporterons du matériel qui servira à développer les structures sportives serbes du nord Kosovo ainsi que du matériel pour sécuriser ces zones.

Engagée en France et au Kosovo, avec des mots et des actes, l’association Solidarité Kosovo répond toujours présent lorsque qu’il s’agit d’aider les dernières populations Serbes du Kosovo !

Ne laissons pas faire !

 

POUR NOUS AIDER  :

• chèque à l’ordre de « Solidarité Kosovo » à l’adresse : Solidarité Kosovo – BP 1777 – 38220 VIZILLE – FRANCE
• Virement bancaire : code BIC : CEPAFRPP382 – Code IBAN : FR76 1382 5002 0008 7707 2878 125
• Donnez en ligne grâce à PayPal : http://www.solidarite-kosovo.org/fr/dons-en-ligne
Nous vous rappelons que Solidarité Kosovo est une association de bénévoles et que chaque don sert directement les missions humanitaires. Aussi chaque don donne droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 % du montant du don.

 

 

Novopress.info

19:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

L'affaire Mahamadou Doucouré...

Doucouré.jpg
17/02/2010 – 16h55
FONTENAY-SOUS-BOIS (NOVOpress)
– Mahamadou Doucouré a avoué cet après-midi être le responsable de l’enlèvement d’Ibrahima à Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne), un bébé de 18 mois, et du massacre à l’arme blanche de son ancienne compagne de 26 ans. L’enfant a été retrouvé hier soir grâce à la mise en place du dispositif Alerte Enlèvement déclenché mardi vers 18h30.

Mahamadou Doucouré a déjà été mis en examen dans une affaire de viol en réunion toujours en instruction depuis 2006.

De plus, il a été condamné la semaine dernière à quatre mois de prison avec sursis pour avoir menacé de mort par textos sa compagne, dont il était séparé depuis un an. Le tribunal avait assorti cette condamnation d’une interdiction de rencontrer la victime en dehors des jours de garde. En pure perte.

19:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (16)

John Demjanjuk et les preuves qu'aurait le juge Walther

demjanjuk-1-ex-judge-walther.jpg
Thomas Walther, désormais retraité, a choisi de finir sa carrière à Ludwigsburg, dans l'ancienne prison qui abrite le Centre national d'enquêtes sur les crimes de guerre nazis.
 demjanjuk-walther_362.jpg

L'ancien juge et John Demjanjuk, à quelques mètres l'un de l'autre, à Munich le 10 février dernier.

(Cliquez sur les photos)

Lire l'article : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/affaire-demjanjuk-les-preuves-du-juge-walther_849310.html

18:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Haïti: en tout une enveloppe d'aides de 326 millions d'euros

PORT-AU-PRINCE - Le président français Nicolas Sarkozy est arrivé mercredi à Port-au-Prince où il a annoncé une enveloppe d'aide de 326 millions d'euros et estimé que c'était "d'abord aux Haïtiens de définir un véritable projet national" après le séisme qui a dévasté le pays.

 M. Sarkozy a été accueilli par son homologue haïtien, René Préval, qui avait estimé que cette visite, la première d'un président français dans l'ex-colonie française, était "historique".

Dès son arrivée, le président français est parti survoler en hélicoptère, avec le président haïtien, des zones de la capitale qui ont été dévastées par le tremblement de terre du 12 janvier qui a fait au moins 217.000 morts et privé d'un toit plus d'un million de personnes.

De retour sur la terre ferme, Nicolas Sarkozy lui a annoncé que la France verserait une aide de 326 millions d'euros d'aides à Haïti, somme qui comprend l'annulation de la dette bilatérale de 56 millions d'euros.

"Nous allons prendre des dispositions très concrètes", a dit le président français, lors d'une conférence de presse avec M. Préval dans les jardins du Palais présidentiel qui a été détruit par le séisme.

Paris mettra notamment 1.000 tentes et 16.000 bâches à disposition des Haïtiens. Ces moyens devraient permettre de temporairement abriter 200.000 personnes en prévision de la saison des pluies. En outre, 250 véhicules (police, gendarmerie, ambulances, pompiers) doivent être envoyés sur place.

Peu avant, le président français s'est rendu à l'ambassade française, en partie endommagée par le séisme, où il s'est adressé notamment à des équipes de secouristes françaises.

"C'est d'abord aux Haïtiens et à eux seuls de définir un véritable projet national et ensuite de le conduire, parce que c'est de leur pays et de leur avenir qu'il s'agit", a dit M. Sarkozy.

Premier président français à se rendre dans l'ancienne colonie, il a également rappelé que «notre présence ici n'a pas laissé que de bons souvenirs». La France avait en effet accepté l'indépendance d'Haïti en 1804 à la condition que le pays verse aux colons 150 millions de francs or. Haïti a fini de verser cette somme en 1885. Interrogé à ce sujet, le président haïtien René Préval avait déclaré un peu plus tôt : «L'Histoire c'est l'Histoire, les colonisations ont été un phénomène mondial depuis l'indépendance. Nous avons surmonté politiquement et psychologiquement cette période difficile de notre histoire».

(Sources L'Express et Le parisien- 17.02.10)

17:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Autriche: un candidat "authentique et de race pure"

autriche race pure.JPG

"Agriculture nationale, plutôt qu'asservissement à la politique agricole de l'UE!" Les relents nazis du slogan sont évidents. Car le mot "Knechtschaft" – asservissement – renvoie à un livre tristement célèbre de Gottfried Feder, l'auteur du programme économique du IIIe Reich. Dans Manifeste pour la rupture de l'asservissement aux intérêts, le mentor antisémite d'Hitler fustigeait dès 1919 la dette de guerre des Allemands, rendue indigeste par les taux gourmands des banques étrangères.

Mais le plus grave n'est pas là. Sur l'affiche, on peut lire sur fond jaune deux adjectifs à connotation raciste, dont on ne sait s'ils s'appliquent à la vache ou au candidat: "authentique et pure race".

La pancarte criarde, vantant les mérites d'un jeune paysan du crû aux élections professionnelles du Land de Salzbourg, a une valeur historique. En effet, c'est la première fois depuis 1945 qu'on ose, en Autriche, utiliser le mot "Reinrassig" - "pur race", à des fins électorales. Alois Nußbaumer se présente sous les couleurs du FPÖ (Parti Libéral d'Autriche), un temps dirigé par Jörg Haider. Et de "race pure" donc, avec ses yeux bleus, ses joues bien roses et son habit propret, il renvoie dans l'inconscient collectif aux théories d'Adolf Hitler.

Pourtant, si suite à la provocation du FPÖ, quelques blogs germanophones et francophones se sont agités, la presse autrichienne, elle, fait l'autruche. Seul le journal conservateur Die Presse a regretté la résurrection de tels slogans bruns. Même silence gêné au sein de la classe politique, qui ne sait plus comment dénoncer la radicalisation du FPÖ – qui séduit pourtant un électeur sur quatre – sans offrir au florissant parti xénophobe la publicité qu'il recherche.

L'Express - 17.02.10

17:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Sarkozy en Haïti annonce 100 millions d'euros supplémentaires

René préval et sarkozy 17 02 10.jpg
Accueilli par le président René Préval à Port-au-Prince
(Cliquez sur la photo)

PORT-AU-PRINCE - La France mobilisera 100 millions d'euros supplémentaires sur deux ans (2010 et 2011) pour la reconstruction d'Haïti, dévasté par un tremblement de terre le mois dernier, a annoncé Nicolas Sarkozy.

 

Nicolas Sarkozy accueilli par le président haïtien, René Préval, à son arrivée à l'aéroport de Port-au-Prince. Il s'agit de la première visite d'un président français dans cette ancienne colonie, dévastée le 12 janvier par un séisme qui a fait au moins 210.000 morts et 1,2 million de sans-abri. (Reuters/Carlos Barria)

Lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue haïtien, René Préval, le président français a rappelé que la France avait déjà débloqué 24 millions d'euros pour répondre à l'urgence humanitaire et que la part française de l'aide européenne serait d'environ 65 millions d'euros.

Ces sommes viennent en plus des 20 millions d'euros d'aide française ordinaire annuelle à Haïti.

Excluant toute tutelle internationale, Nicolas Sarkozy a fait valoir "l'effort exceptionnel" au profit des Haïtiens pour reconstruire leur pays, après le séisme du 12 janvier qui a fait au moins 210.000 morts et 1,2 million de sans-abri.

Après ce drame qui "a endeuillé l'humanité tout entière", le chef de l'Etat a salué un peuple "épuisé mais debout" dans un discours devant l'ambassade de France à Port-au-Prince, très endommagée.

Port-au-Prince "est une ville martyre", a estimé Nicolas Sarkozy face à des représentants de l'Onu, d'ONG et des équipes de secouristes.

"Nous nous sentons citoyens d'Haïti. Ce drame nous a profondément touchés", a-t-il souligné.

La reconstruction de Haïti sera au centre d'une conférence internationale le 31 mars à New York.

"A ceux qui, tirant argument du dénuement actuel des Haïtiens et de leur Etat, caresseraient l'idée d'une tutelle internationale sur Haïti, je dis que le peuple haïtien est meurtri, le peuple haïtien est épuisé mais le peuple haïtien est debout", a prévenu Nicolas Sarkozy, premier président français à se rendre dans cette ancienne colonie française.

"HAÏTI CRIE PITIE"

Avant l'arrivée du dirigeant français, son homologue haïtien, René Préval, avait déclaré que "dans d'autres circonstances, cela aurait été un plaisir de célébrer la première visite d'un président français à Haïti".

"Mais nous sommes dans un moment spécial de deuil national, nous pleurons nos morts", a-t-il dit à des journalistes.

Sur la route entre l'aéroport et le centre de Port-au-Prince, des bâtiments effondrés comme des châteaux de cartes alternent avec des camps de tentes. Sur les murs, cette inscription: "Haïti tend ses bras et crie pitié".

Pour l'entourage de Nicolas Sarkozy, qui devait passer un peu plus de quatre heures dans l'île, avant un déplacement en Guyane et en Martinique, cette visite est "l'occasion de montrer que la France se mobilise pour rendre aux Haïtiens le contrôle de leur destin mais aussi de solder les comptes du passé".

Occupé à la fin du XVIIe siècle, "Haïti a été pour la France une colonie surexploitée", reconnaît l'Elysée, un peu plus de deux siècles après la proclamation d'indépendance haïtienne le 1er janvier 1804, à l'issue d'une révolte d'esclaves.

Nicolas Sarkozy, accompagné par le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, la ministre de l'Outre-mer, Marie-Luce Penchard, et le secrétaire d'Etat à la Coopération, Alain Joyandet, a atterri à Port-au-Prince à 07h00 (12h00 GMT).

Il a été accueilli par René Préval avec qui il a ensuite survolé en hélicoptère les zones sinistrées.

Le président de la République française a rencontré des secouristes français et des représentants d'organisations non gouvernementales et des Nations unies, avant un entretien avec René Préval et son Premier ministre, Jean-Marc Bellerive.

Il devait évoquer avec eux la reconstruction de ce pays de 10 millions d'habitants, un des plus pauvres au monde, qui se partage avec la République dominicaine la plus grande île des Caraïbes, Hispaniola.

Il devait repartir en fin de matinée à destination de la Martinique, d'où il se rendra jeudi en Guyane française.

L'Express - 17.02.10

17:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Trois cas de tuberculose et 30 porteurs potentiels dans un collège de Seine Saint-Denis

BOBIGNY — Trois cas de tuberculose et 30 porteurs potentiels ont été détectés en novembre dans un collège de Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, où un nouveau dépistage doit être réalisé en mars, a annoncé mercredi un conseiller général.

Dans ce département, "la tuberculose touche 32 personnes sur 100.000 habitants, soit quatre fois plus que la moyenne nationale (huit cas pour 100.000 habitants)", déplore dans un communiqué le conseiller général et président du groupe UMP au conseil général Ludovic Toro, qui est médecin.

Il se prononce pour "une vaccination obligatoire pour les enfants et les nourrissons".

Dans le collège Louise Michel, à Clichy-sous-Bois, "début novembre 2009, un cas de tuberculose a été détecté chez un enseignant", rapporte-t-il dans le communiqué, confirmant des informations du Parisien.

"Dans les semaines qui ont suivi, 180 élèves ont subi un tuber-test et une radiographie pulmonaire. Deux cas de tuberculose ont été détectés et traités par trithérapie antibiotique pour une durée de six mois", ajoute-t-il.

"Trente autre personnes sont potentiellement porteuses du bacille et sont sous bithérapie antibiotique pendant trois mois", poursuit M. Toro, médecin à Coubron en Seine-Saint-Denis.

Un nouveau dépistage réalisé par le conseil général doit être effectué après les vacances scolaires, début mars. Il concernera tous les collégiens, après accord parental.

AFP. 17.02.10

16:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

16/02/2010

Les voyous de Tripoli

Libye Khadafi 16 02 10.jpg
Mouammar Kadhafi
Hannibal Khadafi.jpg
Hannibal Kadhafi
(Cliquez sur les photos)
La mesure est sans appel. Tripoli a annoncé qu'elle n'accorderait plus de visas aux citoyens de l'espace Schengen. Une décision qui a aussitôt poussé la France et l'Italie à déconseiller à leurs ressortissants de se rendre en Libye.

Aucune explication officielle n'a été fournie par la Libye concernant cette interdiction, annoncée dimanche, mais il ne fait aucun doute qu'il s'agit en réalité d'une mesure de rétorsion qui fait suite à la décision récente de la Suisse d'interdire à 188 responsables libyens d'entrer sur son territoire. Parmi eux, le colonel Kadhafi et sa famille, des responsables du Congrès général du peuple (Parlement), du gouvernement, ainsi que des "responsables économiques" et des "dirigeants militaires et des services de sécurité".

Une "affaire Hannibal" qui dure depuis 2008

La crise entre Berne et Tripoli a éclaté après l'interpellation musclée , en juillet 2008, à Genève, d'un fils du colonel Kadhafi, Hannibal, et de son épouse, sur une plainte de deux domestiques accusant leur employeur de mauvais traitements. "L'affaire Hannibal" a depuis envenimé les relations entre Tripoli et Berne, qui ont pris des mesures de rétorsion : retrait d'avoirs bancaires des banques suisses et départ forcé des sociétés helvétiques du côté libyen, politique restrictive de visas Schengen envers les ressortissants libyens du côté suisse. Tripoli retient par ailleurs toujours deux hommes d'affaires suisses accusés de "séjour illégal" et d'"exercice d'activités économiques illégales".

Les autorités libyennes ont déjà protesté, en novembre 2009, contre une "politique européenne" qui limitait l'octroi de visas Schengen aux Libyens, dénonçant une "solidarité systématique et programmée" avec Berne. Elle a menacé, plus récemment, de durcir sa politique de visas à l'encontre des Européens. C'est désormais chose faite.
Le Point - 16.02.10

22:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

MINUTE: Ankara nous ruine déjà!

http://fr.novopress.info/49479/avant-premiere-minute-n%c2...

20:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)