Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2010

Polanski attaque le "Parisien": il n'y a pas de petits profits

Roman Polanski, libéré début décembre sous caution par la justice suisse après deux mois de détention et assigné à résidence dans son chalet de Gstaad, a demandé aujourd'hui au Tribunal de grande instance (TGI) de Paris de condamner Le Parisien, pour avoir publié des photos de lui et de sa famille.

Les photos incriminées ont toutes été publiés lors de la libération de Roman Polanski, alors qu'il se trouvait dans son chalet de Gstaad (Suisse) où il est désormais assigné à résidence dans l'attente d'une éventuelle extradition vers les Etats-Unis.

Le 5 décembre, le Parisien avait publié trois photos pour illustrer un article intitulé "Polanski a retrouvé les siens" : l'une de Polanski arrivant à Gstaad, l'autre de sa femme, Emmanuelle Seigner derrière la vitre du chalet, et la troisième du fils du réalisateur alors qu'il s'aventurait dans le jardin enneigé.

Considérant que ces clichés représentaient une atteinte à leur droit à l'image et à l'intimité de leur vie privée, le couple Polanski a assigné le quotidien en référé. Ils réclament un total de 40.000 euros de dommages et intérêts.

Le Figaro - 06.01.10

18:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Le fils de Fabius en garde à vue pour escroquerie

Fils de FABIUS escroc.jpg
Thomas Fabius
(Cliquez sur la photo)
Thomas Fabius, fils de l'ancien premier ministre Laurent Fabius, visé par plusieurs plaintes pour escroquerie, a été placé en garde à vue ce matin à la Brigade de répression de la délinquance astucieuse (BRDA), a-t-on appris de sources proches du dossier.

Cette audition sous le régime de la garde à vue est susceptible de durer 48 heures.
Le fils de l'ancien premier ministre socialiste, chef d'entreprise, est visé depuis septembre 2009 par plusieurs plaintes pour "abus de confiance" et "escroquerie" déposées par deux chefs d'entreprises, selon une source proche du dossier.

Les deux plaignants, un temps en affaire avec Thomas Fabius dans un projet de cartes à puces, auraient déposé à plusieurs reprises au restaurant Le Fouquet's (VIIIe arrondissement) des sommes en espèces de plusieurs milliers d'euros qui lui étaient destinées.

Joint par l'AFP, l'avocat de M. Fabius, Me Cyril Bonan, n'a pas souhaité faire de commentaire.
Le Figaro - 06.01.10

18:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Italie: "pas d'étrangers ni d'animaux", les propos racistes se banalisent

ITALIE racisme banalisé -noir manif.jpg
Manif antiraciste le 17 octobre à Trieste

Un footballeur italien traité de "nègre de merde", des annonces immobilières qui stipulent "Pas d'animaux, pas d'étrangers", des immigrés agressés la nuit du Nouvel An: les comportements xénophobes se banalisent en Italie, certains évoquant même un "racisme institutionnel".

"La situation se dégrade. Tous les jours, un noir se fait tabasser. On ne peut pas continuer comme ça", explique à l'AFP Gian Antonio Stella, journaliste spécialisé dans les mouvements de droite et auteur du livre "Nègres, tapettes, youpins & co. L'éternelle guerre contre l'autre", paru début décembre.

Parmi les derniers exemples relevés, la nuit de la Saint-Sylvestre: un Ethiopien tabassé à Florence, parce que son amie protestait contre des jets de pétards, et un Egyptien frappé aux cris de "pédé de merde", selon l'organisation Arcigay.

Quelques jours plus tôt, c'était le "Noël blanc" organisé par un maire de la Ligue du Nord, parti anti-immigrés membre de la coalition de droite au pouvoir, qui défrayait la chronique. L'opération visait à recenser les étrangers de Coccaglio (3.000 habitants) et à dénoncer les clandestins en préfecture.

Des responsables de la Ligue du Nord ont également proposé de réserver des wagons de train ou des prestations sociales aux Italiens.

"La Ligue est décidée à exploiter le sentiment d'insécurité vis-à-vis de l'immigration", commente Sergio Romano, éditorialiste du quotidien Corriere della Sera. "Comme (le Premier ministre) Silvio Berlusconi a besoin du soutien de la Ligue, elle peut dire tout ce qu'elle veut".

Le chef de la Ligue "Umberto Bossi a qualifié les noirs de "Bingo Bongo" à plusieurs reprises", relève M. Stella, en rappelant ce film de 1982 où Adriano Celentano incarne un homme-singe. "A l'étranger, c'est une chose impensable. Aucun ministre français, anglais ou allemand ne se permettrait cela parce que ces pays ont réfléchi sur leur passé, ce que les Italiens n'ont pas assez fait", estime-t-il, en allusion aux lois raciales de Benito Mussolini.

La Ligue, elle, se défend de tout racisme: "Nous ne sommes pas du tout racistes. Nous sommes tellement étrangers à cette problématique que nous n'avons même pas besoin d'en parler", déclare à l'AFP Nicoletta Maggi, porte-parole de M. Bossi. La Ligue, implantée avant tout dans le nord du pays, n'est pas la seule à tenir ce type de propos.

Bernardino De Rubeis, maire de Lampedusa, petite île proche des côtes d'Afrique du Nord sicilienne où débarquent régulièrement des immigrés clandestins, est ainsi actuellement jugé pour des déclarations publiées en septembre 2008 par le quotidien La Repubblica: "Je ne veux pas être raciste mais la chair des nègres sent mauvais même si elle est lavée".

Pour Piero Soldini, responsable immigration au Cgil, le plus grand syndicat italien, tous ces propos relèvent d'un "racisme institutionnel et d'une banalisation des propos racistes" qui "produisent un racisme populaire et toléré au sein de la société". Ainsi des stades du très populaire Calcio, où après les cris de singe saluant les joueurs noirs, des supporteurs de la Juventus de Turin ont traité de "Nègre de merde" l'attaquant de l'Inter de Milan Mario Balotelli, Italien d'origine ghanéenne, scandant "Il n'y a pas de noirs italiens".

Ou des dizaines d'offres de location à caractère xénophobe qui paraissent tous les jours dans la presse: "Pas d'animaux, pas d'étrangers" ou encore "Italiens uniquement, pas de Chinois".

Un premier procès contre le journal de petites annonces Porta Portese, qui a laissé paraître des avis excluant "les personnes de couleur", est en cours à l'initiative de l'Office national anti-discrimination.

Voila Actualités - 06.01.10

17:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Un maire refuse de retirer le portrait du maréchal Pétain

Le maire de Gonneville-sur-Mer (Calvados) refuse de retirer un portrait du maréchal Pétain affiché de la salle des mariages de l'hôtel de ville, malgré la demande en ce sens de la Ligue contre le racisme et l'antisémitisme (Licra), a-t-on appris auprès de l'élu et de la Licra.

"L'élu refuse de retirer le portrait "sous le préxtexte fallacieux d'une galerie de portraits de chefs de l'Etat, ça s'appelle du révisionnisme historique. L'Etat et la République, ce n'est pas la même chose. Je ne connais pas une mairie de France qui affiche un portrait de Pétain", a déclaré le secrétaire général de la Licra Richard Séréro.

"Cela porte atteinte au respect de la mémoire des victimes et de leurs familles qui ont eu à souffrir de décisions politiques prises par Philippe Pétain", a ajouté la Licra dans un communiqué dénonçant une "réhabilitation" du maréchal.

"Nous venons d'écrire au préfet pour qu'il mette fin à ce trouble à l'ordre public", a ajouté M. Séréro. Interrogé, le maire de Gonneville-sur-mer Bernard Hoyé a répondu: "Pétain apparaît dans une galerie de portraits des chefs de l'Etat français, qu'il soit controversé ou pas, je ne suis pas historien, je n'ai pas à prendre partie, contrairement à la Licra qui n'est pas objective", a-t-il dit.

Le portrait est présent depuis des décennies à la mairie, a affirmé M. Hoyé, maire depuis 2008. M. Hoyé a indiqué qu'il n'était pas membre de l'Association pour défendre la mémoire du maréchal Pétain (ADMP) qui milite pour la révision du procès de Pétain et qu'il était "évident" qu'il ne contestait pas la Shoah.

A la question de savoir s'il contestait le fait que le maréchal Pétain avait collaboré avec l'Allemagne nazie et sa politique d'extermination des juifs, M. Hoyé a répondu: "Pétain a été condamné. On ne peut pas remettre en cause une décision de justice".

Le Figaro - 05.01.10

02:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

Haro sur l'Iran! Le maire de Paris ajoute son venin

bertrand-delanoe-2481426_1350.jpg

Iran s’embrase. A Téhéran, à Qom, à Ispahan, à Chiraz, à Qasvin, à Tabriz, le peuple se lève, descend dans la rue, se saisit de tous les moyens à sa disposition (notamment Internet, qui contribue à donner à sa révolte un écho planétaire), et entend dire qu’il est décidé à ne plus abdiquer sa liberté ni sa dignité.



Titre de l'article original: "L’Iran de la liberté"
   5 janvier 2010
    
 Que peut faire, face à une telle vague, un pouvoir qui s’est réduit lui-même à sa dimension d’agressivité militaire et policière ? Il peut frapper, bien sûr, et il ne s’en prive pas : la milice du régime blesse et tue, dans l’ombre, d’humbles citoyens qui ne demandaient qu’à vivre debout. Il peut emprisonner, enfermer: la sœur de Shirin Ebadi, cette grande voix de la liberté, vient ainsi d’être arrêtée, dans l’arbitraire le plus complet. Il peut aussi diffamer, il peut calomnier, il peut, avec la fièvre et l’irrationalité des vraies paniques, chercher désespérément des boucs émissaires de circonstance. C’est ainsi que le secrétaire du « Conseil des gardiens de la Constitution », l’imam Ahmad Jannati, a accusé Moussavi, le « chef de la sédition » d’être un agent « à la solde » de l’étranger…  Mais en réalité, ce parti de l’étranger, cette faction marginale, c’est un peuple en marche, et désormais en lutte. Contre un régime qui n’en finit plus d’accentuer ses dérives mortifères. Contre des dirigeants enfermés dans une logique de destruction. Contre des mercenaires entraînés à menacer et à tuer, ces bassidji qui sont organisés comme une armée et se comportent comme des bandits.
   
 C’est un combat à mains nues, mais qui a pour lui le courage de la liberté. C’est aussi la lutte d’une jeunesse (les deux tiers des Iraniens ont moins de trente ans) à qui il ne faut plus raconter d’histoires sur la glorieuse révolution de 1979, parce qu’elle ne voit que ce qui est.
 
Ce qui est en jeu est considérable : ce n’est rien de moins qu’une certaine conception de l’Homme et de l’universalité de ses droits. C’est aussi le rêve d’une société plus sécularisée, plus ouverte, où les femmes retrouveraient la possibilité de vivre la vie qu’elles choisissent :
quand on pense à l’Histoire, celle qui est faite et celle qui reste à faire, on ne peut qu’être profondément ému par ces images des manifestations de la semaine dernière, où ce sont les hommes qui, par une forme de défi sans violence, avaient choisi de porter le foulard, tandis que les femmes défilaient tête nue.
 
 Aujourd’hui, je veux dire mon admiration à ces foules sans armes, et ma solidarité à ce grand peuple fier, à l’Iran de la liberté.
 
 Bertrand Delanoë
 
 article original: http://bertranddelanoe.net/leseditos/editocentral/l%E2%80...

Alter Info - 05.01.10

01:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Terreur dans les aéroports!

Aéroport terrorism attack.jpg
(Cliquez sur la photo)

Les Etats-Unis sont en état d'alerte dans tous les aéroports. Les autorités américaines affirment avoir révoqué des visas depuis l' manqué à bord d'un commercial le jour de Noël. «Nous avons révoqué plusieurs visas depuis le 25 décembre, à la suite d'informations liées à des affaires de terrorisme», a indiqué mardi le porte-parole du département d'Etat, Philip Crowley.

 

Umar Farouk Abdulmutallab, le Nigérian de 23 ans accusé d'avoir tenté de faire exploser le vol Amsterdam - Detroit de la compagnie Northwest, disposait d'un visa régulier pour les Etats-Unis. Il a été inculpé par la fédérale américaine du double chef de tentative de «destruction d'un avion de ligne et d'introduction d'un explosif à bord de l'appareil»

Le porte-parole du département d'Etat américain a rappelé que depuis les attentats du 11 septembre 2001 les visas de quelques 1 700 personnes soupçonnées d'avoir un lien avec des entreprises terroristes ont été révoqués. C'est dans le cadre de la révision des bases de données de suspects depuis l'attentat manqué de Noël dernier qu'ont été révoqués «des visas supplémentaires», a-t-il indiqué, en refusant de préciser le nombre de visas concernés.

Tension

Signe d'une tension très particulière, depuis cette tentative d'attentat, un aéroport local de Californie (ouest), a été fermé mardi, après la découverte de substances dangereuses dans les bagages d'un passager, selon des médias américains.

La chaîne de télévision américaine Fox News assurait mardi matin que plusieurs vols au départ et à destination de l'aéroport de Meadows Field (à environ 180 km au nord de Los Angeles), avaient été suspendus après le déclenchement d'une alerte à 7H30 (15h30 GMT).

Le parisien - 05.01.10

01:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Des aéroports ont déjà recours aux scanners

Scanners corporels.jpg
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

Alors que plusieurs pays européens prônent désormais l'installation de scanners corporels dans les aéroports, les experts de l'aviation de l'UE feront le point, jeudi, à Bruxelles, sur les leçons à tirer de l' manqué le 25 décembre sur le Amsterdam-Detroit et qui a, depuis, mis en alerte les Etats-Unis.

Le Nigérian, suspecté de cet attentat, avait caché le long de sa cuisse de la poudre explosive qui n'avait pas été décelée par les détecteurs de métaux.

 

Cette réunion à Bruxelles permettra aux Européens de présenter leurs stratégies nationales, mais aussi d'analyser les décidées aux Etats-Unis. Mais, selon une source proche du commissaire européen aux Transports, il est «trop tôt» pour arrêter une position coordonnée sur les scanners corporels.

A Rome. Mardi, le chef de la diplomatie italienne Franco Frattini a défendu l'utilisation de ces scanners qui seront installés prochainement dans les aéroports de Rome Fiumicino et Milan Malpensa. «C'est l'instrument le plus sûr qui permet d'empêcher qu'un terroriste avale une capsule pleine d'explosifs et devienne un homme-bombe», chose qu'«un détecteur de métaux ne peut pas voir», a déclaré le ministre italien.

Même si l'utilisation de ces scanners est un «sacrifice» pour la vie privée des passagers, le «droit à la sécurité est une condition sine qua non de toutes les libertés», a-t-il estimé.

A Londres, le ministre britannique de l'Intérieur Alan Johnson a annoncé que des scanners corporels seraient mis en service à l'aéroport londonien d'Heathrow, premier aéroport mondial pour le trafic international, dans «environ trois semaines» et qu'un code déontologique serait élaboré pour accompagner leur introduction. Il a détaillé, devant la chambre des Communes, les nouvelles mesures adoptées pour renforcer les contrôles de sécurité dans les aéroports britanniques.

Le Canada va se doter de 44 scanners d'imagerie à ondes millimétriques pour augmenter le niveau de sécurité dans ses aéroports, une mesure prise dans la foulée de l'attentat raté du 25 décembre aux Etats-Unis, a annoncé le ministre d'État canadien aux Transports. «Nous ne sommes pas immunisés contre les terroristes (...) et nous devons rester en alerte pour être à la pointe des nouvelles technologies en matière de sécurité», a-t-il expliqué.

Certains passagers commencent déjà à se plaindre des excès de contrôle au faciès. Il s'agit notamment de passagers issus des pays mis à l'index, comme le Yemen et d'autres pays du Moyen Orient, par Washington comme d'autres chancelleries européennes les suspectant d'abriter des bases de terrorisme. Ces passagers devront donc désormais passer l'épreuve de ces scanners, capables de révéler la présence «d'objets comme des armes ou des explosifs qui pourraient être cachés sous leurs vêtements», une alternative à la fouille corporelle.

Le parisien - 05.01.10

01:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

05/01/2010

Le scandale H1N1: un coût de plus d'un milliard d'euros

Masques grippe 359 milllions euros.jpg

La réduction de moitié des commandes de vaccins devrait abaisser de 20 % au mieux la facture totale.

La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a pris mardi une décision spectaculaire en annonçant qu'elle résiliait plus de la moitié des commandes de vaccins signées entre la France et les laboratoires GSK, Sanofi-Pasteur et Novartis. Sur les 94 millions de doses prévues, 50 millions ne seront finalement pas livrées. Le gouvernement prévoit ainsi d'économiser 350 millions d'euros. Mais l'impact sera faible sur le coût global de la campagne contre la grippe A. En effet, cette réduction de moitié du coût des vaccins devrait abaisser, au mieux, de 20 % la facture totale.

À l'automne, le ministre du Budget, Éric Woerth, avait annoncé, devant l'Assemblée nationale, que les dépenses liées à la grippe A s'élèveront à «1,5 milliard d'euros», dont la moitié pour les vaccins. Une estimation jugée trop faible par la commission des finances du Sénat qui avait tablé, de son côté, sur un montant compris entre 1,8 et 2,2 milliards d'euros. Les sénateurs prévoyaient, en plus des vaccins, quelque 300 millions d'euros destinés à couvrir le coût des masques, des antiviraux et celui de l'acheminement des produits vers les utilisateurs. S'y ajoutait, selon eux, jusqu'à 1,1 milliard d'euros répartis entre l'indemnisation des personnels de santé réquisitionnés (290 millions), les frais d'information (60 millions), les charges liées à l'organisation territoriale (personnel administratif et location des centres, soit 100 millions). Enfin, la commission des finances évaluait entre 376 et 752 millions d'euros les coûts liés aux consultations de généralistes et aux arrêts maladie.

 

Les mutuelles santé réclament leur part

 

La campagne étant loin d'être achevée, l'heure des comptes n'a pas encore sonné. Mais elle devrait réserver autant de bonnes surprises que de mauvaises nouvelles. En plus de la résiliation des contrats de fourniture de vaccins, le gouvernement économisera plusieurs dizaines de millions d'euros grâce à la revente de deux à trois millions de doses de vaccins à l'Égypte et au Qatar.

S'agissant des antiviraux et des masques, la consommation a été très inférieure aux prévisions. Le tiers seulement du stock de Tamiflu et de Relenza, dont la facture globale représente 247 millions d'euros, a été utilisé. Et les 1,7 milliard de masques commandés ont coûté plus de 350 millions d'euros, alors que la plupart n'ont pas servi. Ces produits ne peuvent être stockés pour l'avenir car leur validité est limitée dans le temps.

Le gouvernement peut espérer économiser du côté des consultations médicales ou encore des effectifs médicaux affectés aux centres de vaccination, si les départements ont pu adapter les plannings d'ouverture des centres à la faible affluence. Mais l'État ne sera pas le seul à profiter des baisses de coût de cette campagne. Les mutuelles santé réclament leur part des 350 millions d'économies annoncées par Roselyne Bachelot. «On devait financer 350 millions d'euros de vaccins. Il n'y a pas de raison que les mutualistes payent alors que les vaccins ne seront pas achetés ou cédés à des pays étrangers», a indiqué mardi le président de la Mutualité française, Jean-Pierre Davant.

Le Figaro - 05.01.10

23:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Poutine restitue le monastère de Novodevitchi à l'Eglise orthodoxe

Monastère de Novodevitchi.jpg
Monastère de Novodevitchi
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

MOSCOU — L'Etat russe va restituer à l'Eglise orthodoxe le célèbre monastère de Novodevitchi à Moscou et continuer à lui rendre des lieux de culte qui avaient été confisqués par le régime soviétique, a promis mardi le Premier ministre Vladimir Poutine au patriarche Kirill.

"Nous prévoyons de libérer complètement le monastère de Novodevitchi en 2010 et de le rendre à l'Eglise orthodoxe russe", a déclaré M. Poutine, selon des images retransmises à la télévision russe, au cours d'une rencontre à la résidence du patriarche à Moscou.

"C'est une nouvelle très importante, eu égard à l'importance historique et spirituelle du monastère pour Moscou et pour tout le pays", a répondu Kirill, qui recevait le chef du gouvernement à l'occasion du Noël orthodoxe, célébré le 7 janvier.

Le monastère, l'un des plus anciens et des plus beaux de Russie, fondé en 1524, avait été fermé en 1922. Il a depuis le statut de musée - relevant du Musée historique d'Etat - même s'il a retrouvé son activité religieuse en 1994, trois ans après la chute de l'URSS.

M. Poutine s'est par ailleurs engagé à restituer à l'Eglise des biens en bon état et promis deux milliards de roubles (45 millions d'euros) pour la restauration d'églises et de monastères en 2010.

Le Premier ministre a souligné que 12.000 édifices devaient encore être restitués à l'Eglise et que nombre d'entre eux étaient en "piteux état" et ne pouvaient être rendus ainsi.et que nombre d'entre eux étaient en "piteux état" et ne pouvaient être rendus ainsi.

Depuis 2005, une centaine d'églises et de monastères ont été restitués ainsi qu'un grand nombre d'icônes, d'objets de culte et de reliques, a rappelé Vladimir Poutine.

Le Premier ministre, qui reste considéré comme l'homme fort de la Russie, a par ailleurs salué la contribution de l'Eglise à "l'éducation des citoyens dans un esprit de patriotisme et d'amour de la Patrie".

Le patriarche lui a aussi rendu hommage pour avoir "réussi à prendre les mesures qui ont évité que ce qui avait été bâti ces dernières années ne soit détruit dans la spirale de la crise (économique)".

Vladimir Poutine a beaucoup oeuvré pendant sa présidence (2000-2008) au rapprochement de l'Etat et de l'Eglise, en pleine renaissance depuis la disparition de l'URSS.

23:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Pour Eric Besson, il n'y a qu'une "France du métissage"

Eric Besson persiste et veut porter le débat sur l'identité nationale au coeur de la banlieue. Au lendemain de sa conférence de presse où il affirmait que ce débat, décrié par l'opposition et par un certain nombre d'élus UMP, ne «dérapait» pas, le ministre de l'Immigration a choisi mardi une cité emblématique de la Seine-Saint-Denis.

Celle des 4.000 à La Courneuve. Cette cité que voulait «nettoyer au kärcher» lors d'une de ses sorties en tant que ministre de l'Intérieur, en 2005.

 

Mardi, presqu'en catimini, Eric Besson a choisi de porter, là, le débat sur l'identité nationale. Une trentaine de personnes, principalement des hommes d'origine maghrébine ou africaine, de 30 à 40 ans, avaient fait le déplacement pour cette rencontre. Le débat est organisé dans une médiathèque au coeur de la cité. Surprises, elles ont vu Eric Besson s'installer à la table.

Réponse à une invitation

A l'extérieur, aucun déploiement policier particulier ne laissait deviner cette visite. Le ministre a, d'emblée, expliqué qu'il avait décidé quelques heures auparavant d'accepter l'invitation de responsables du Collectif Banlieues respect, qui regroupe une centaine d'associations.

«Je n'ai peur de rien, juste d'une intrusion de personnes qui veulent perturber le débat», a-t-il déclaré en réponse à un élu socialiste de La Courneuve qui n'était pas informé de la visite. Le débat a duré plus d'une heure, dans le calme.

«L'impression d'être un poison»

«Quand on parle de nous, on a l'impression d'être un poison, des moins que rien», a lancé un jeune au ministre. Il lui a demandé d'«intégrer dans l'identité nationale l'histoire des tirailleurs (NDLR : les soldats des colonies qui ont participé aux deux guerres mondiales du côté de la France) et des colonies».

«Moi, je suis français», a-t-il ajouté, «je ne me sens pas concerné par l'immigration et l'intégration», deux thèmes qui ont dominé le débat.

Besson : «La France, un conglomérat de peuples»

Pour Eric Besson, «la France n'est ni un peuple, ni une langue, ni un territoire, ni une religion, c'est un conglomérat de peuples qui veulent vivre ensemble. Il n'y a pas de Français de souche, il n'y a qu'une France de métissage».

«L'immigration est une question dans le débat; il ne faut pas l'esquiver mais l'assumer», a lancé également le ministre.

Le collectif Banlieues Respect se prononce «pour l'accélération du débat sur l'identité nationale mais autour de propositions concrètes», comme une loi obligeant les policiers à vouvoyer les jeunes dans les quartiers. «La situation est aujourd'hui extrêmement grave entre jeunes et policiers», a-t-il affirmé.

«Un bon coup médiatique»

Eric Besson a assuré que la France était généreuse en matière de droit d'asile, que 110 000 étrangers accédaient chaque année à la nationalité française. Il a par ailleurs affirmé que ce genre de réunions seraient organisées dans les prochains mois dans une dizaine d'autres grands quartiers urbains sensibles.

A la fin du débat, des immigrés marocains d'une trentaine d'années ont dit que «ça (faisait) plaisir de voir le ministre de l'Immigration à La Courneuve», estimant avoir «beaucoup appris». Tandis que la sociologue, Nacira Guenif, enseignante à l'université Paris XIII, a jugé que Eric Besson n'avait «pas répondu aux questions posées». Un élu de La Courneuve, Khaled Benlafkih, a, quant à lui, lui dénoncé «un bon coup médiatique».

De même, le député Daniel Goldberg (PS) a critiqué «une visite à la sauvette», jugeant qu'«Eric Besson veut se servir de La Courneuve, comme c'est déjà arrivé dans le passé, avec Nicolas Sarkozy».

Le Parisien - 05.01.10

 

19:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (15)

La taxe carbone entrera en vigueur le 1er juillet 2010!

Le gouvernement ne pourra pas tenir le trop court délai du 20 janvier pour mettre au point un nouveau dispositif. D'autant que se profilent les élections régionales.

Ceux qui conseillaient au gouvernement de ne pas se précipiter pour réécrire sa copie sur la taxe carbone l'ont emporté. Les réunions se multiplient pour rédiger une nouvelle copie qui répondra aux exigences du Conseil constitutionnel, et le moins que l'on puisse dire, c'est que les membres du gouvernement se rendent bien compte de la difficulté technique pour élaborer un nouveau dispositif et de la difficulté politique à faire adopter ce projet à l'approche des élections régionales.

Le président Nicolas Sarkozy a toutefois annoncé ce matin en Conseil des ministres que la taxe carbone entrerait en vigueur en France «le 1er juillet» prochain, selon le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel.

Le gouvernement espérait initialement envoyer le nouveau schéma dispositif d'ici la fin de la semaine au conseil d'État, pour un examen en conseil des Ministres le 20 janvier dans le cadre de la loi de finances rectificative. Mais ce délai ne sera pas tenu. «Le texte ne sera pas prêt ce week end et il faudra certainement se contenter d'une communication en conseil des ministres à la date indiquée», indique une source proche du dossier. Une date que le premier ministre, François Fillon, s'était empressé de donner, dès le lendemain de la décision des Sages d'annuler le dispositif de fiscalité écologique présenté par le gouvernement. Et que Nicolas Sarkozy, lui-même, avait reprise dans ses vœux aux Français quelques jours plus tard.

Depuis, la prudence semble de mise: le gouvernement sait que, cette fois-ci, il n'a pas droit à l'erreur.

Le débat parlementaire devrait vraisemblablement avoir lieu après les régionales.

Le Figaro - 05.01.10

19:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Le laboratoire Novartis répond à Bachelot

Le laboratoire Novartis a annoncé mardi qu'il évaluerait "au cas par cas" les demandes des gouvernements souhaitant éventuellement résilier des commandes de vaccins contre la grippe H1N1.

"Novartis évaluera les demandes de gouvernements au cas par cas, dans le cadre des accords contractuels qui obligent les différentes parties", écrit le laboratoire suisse dans un communiqué.

Cette annonce intervient après que la ministre de la Santé Roselyne Bachelot a déclaré avoir résilié l'achat de 50 des 94 millions de doses de vaccin contre la grippe H1N1 initialement commandées par la France. Cette annulation concerne notamment, selon Mme Bachelot, 7 des 16 millions de doses commandées auprès de Novartis.

"Nous avons bien pris note de la décision du gouvernement français qui consiste à ne plus accepter de livraison de vaccins H1N1 précédemment commandés", a déclaré Novartis.

Le Figaro - 05.01.10

19:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Le FN demande la démission de Bachelot

Le président du Front national, Jean-Marie Le Pen, a réclamé aujourd'hui la démission de la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, l'estimant responsable de la "catastrophe financière de la campagne de vaccination antigrippale".

"Si gouverner c'est prévoir et si le principe de la responsabilité ministérielle n'est pas obsolète, le ministre de la Santé, responsable de la catastrophe financière de la campagne de vaccination antigrippale qui va coûter aux contribuables français plus d'un milliard d'euros, Mme Roselyne Bachelot, doit démissionner", écrit Jean-Marie Le Pen dans un communiqué. Selon le président du FN, "au Japon, un simple accident ferroviaire entraîne ipso facto la démission du ministre des transports".

Le ministère de la Santé est au centre d'une polémique pour sa gestion de la campagne de vaccination contre la grippe H1N1, après l'annonce de la revente d'un certain nombre de doses de vaccin. Roselyne Bachelot a également annoncé lundi la résiliation des commandes de 50 millions de doses.

Le Figaro - 05.01.10

19:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Le nazi n°1 vit libre à Budapest

nazi-sandor-kepiro.jpg
Sandor Képiro, 95 ans
Depuis le début du procès d’Ivan Demjanjuk à Munich ce mois-ci, le prochain sur la liste des traqueurs de nazis n’est autre que Sandor Képiro, ancien capitaine de la gendarmerie hongroise. Il est accusé d’avoir dirigé la razzia de Novi Sad de son propre chef, trois jours durant en janvier 1942. Ironie du sort, après 50 ans d’exil en Argentine, Képiro, 95 ans, vit depuis 1996 dans la quiétude du 2ème arrondissement de Budapest, juste en face de la synagogue Léo Frankel.

La razzia de Novi sad


Juste avant l’Holocauste, la capitale de Voïvodine traversée par le Danube comptait 4000 juifs parmi ses 80 000 habitants. Le 21 janvier 1942, l’administration d’Hitler n’a même pas eu besoin de faire pression sur les autorités hongroises ou serbes pour que l’extermination des juifs, des tziganes et de certains autres serbes commence à Novi Sad. Au contraire, c’est Budapest qui va mettre un terme au massacre deux jours plus tard et condamner les responsables en 44, dont le plus gradé d’entre eux, Sandor Képiro. C’est une petite rébellion de la communauté juive de Novi Sad qui a servi de prétexte à la vague d’arrestations individuelles, de tortures et d’exécutions menées par la gendarmerie hongroise et un régiment de l’armée serbe. Pendant trois jours, la répression a gagné les rues de la ville, mais elle s’est rapidement concentrée sur les bords du Danube gelé, où ont été jetés les corps de plus de 1200 victimes.
 Les premiers procès

Lors de son premier jugement Képiro affirme avoir demandé une preuve écrite de l’ordre donné par son commandant. Aujourd’hui encore, c’est sa seule ligne de défense face à l’accusation d’avoir pris l’initiative isolée d’organiser des rafles meurtrières massives. En 1944, le tribunal militaire le dégrade et le condamne à dix ans de prison, mais il va échapper à sa peine. Quelques semaines après son procès, les allemands envahissent la Hongrie, cassent le verdict et réhabilitent Sandor Képiro. En 1946, alors qu’il est exilé à Buenos Aires depuis la fin de la guerre, la justice hongroise, sous le régime communiste, le condamne à 14 ans de prison. Ce n’est qu’à la chute du bloc soviétique qu’il reviendra au pays.

Un dernier procès embarrassant

Lorsqu’il lui arrive d’être à nouveau interrogé, Képiro continue à nier en bloc sa responsabilité, en affirmant qu’il n’a fait qu’obéir aux ordres de sa hiérarchie. Il n’a cependant jamais nié avoir participé au massacre, au contraire, des témoins auraient rapporté qu’il s’en vante. Depuis septembre dernier, la Serbie a réclamé son extradition. Il a été entendu par la justice hongroise le 14 septembre dernier, mais aucune procédure n’a encore été lancée, comme si ses deux premiers jugements n’avaient aucune valeur. La justice hongroise prend ostensiblement son temps pour étudier le dossier: deux ans pour décider si Képiro doit être jugé. Avec un peu de « chance » , Képiro sera peut-être mort d’ici-là et la Hongrie évitera de remettre son antisémitisme viscéral sur le devant de la scène. La collaboration hongroise est d’autant plus difficile à assumer que les arrestations et les déportations ont bien plus souvent été l’oeuvre de la gendarmerie hongroise que de la Gestapo elle-même.

Le protégé du quartier


Pour un chasseur de nazis chevronné comme Efraïm Zuroff, le directeur du centre Simon Wiesenthal, Sandor Képiro est le dernier gros poisson à capturer. Pourtant, bien que celui-ci habite tranquillement à Budapest depuis 13 ans maintenant, il ne l’a découvert qu’il y a trois ans. Comment le vieil homme a t-il fait pour rester aussi discret? Dans son quartier, beaucoup d’habitants le connaissent. Nombre d’entre eux estiment qu’il aurait fallu agir plus tôt et qu’il faut désormais laisser le vieillard tranquille. Tenter d’approcher Képiro n’est également pas chose facile… il est protégé par ses voisins, qui n’hésitent pas à proférer des menaces à l’encontre des étrangers qui viennent frapper à sa porte. La est certainement le secret de la discrétion du nazi hongrois: un retour aux sources.
 04.01.10

01:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

04/01/2010

VIDEO Bachelot: "la commande de 50 millions de doses est résiliée"

http://videos.tf1.fr/jt-20h/bachelot-sur-tf1-la-commande-...

23:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Yémen: "des implications mondiales" selon Clinton

Yémen marché aux esclaves XIIIème siècle.jpg
Marché aux esclaves de Zabid au Yémen - XIIIème siècle
(Cliquez sur la photo pour la voir en entier)

La présence d'Al-Qaïda au Yémen ainsi que les tensions internes dans ce pays représentent une menace internationales, a estimé la secrétaire d'Etat américaine Hillary Rodham Clinton. La situation au Yémen a "des implications mondiales" et le gouvernement de Sanaa doit agir pour rétablir la stabilité dans le pays, a déclaré Mme Clinton lors d'une conférence de presse à Washington en compagnie du Premier ministre du Qatar Hamad Ben Jassim Jaber al-Thani.

"Nous voyons évidemment des implications mondiales à la guerre au Yémen et aux tentatives actuelles d'Al-Qaïda au Yémen pour faire de ce pays une base pour des attentats bien au-delà de la région", a déclaré Hillary Clinton. La secrétaire d'Etat s'exprimait alors que les ambassades de plusieurs pays, dont les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne à Sanaa sont fermées jusqu'à nouvel ordre, en raison de menaces d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique.

Lundi, l'Italie a fait savoir qu'elle ne se déciderait pas avant vendredi sur une éventuelle fermeture de son ambassade. Rome attendra que l'Union européenne prenne une décision commune lors d'une réunion prévue vendredi à Bruxelles, a indiqué le ministre des Affaires étrangères Franco Frattini.

Alors que se profile une conférence sur le Yémen à Londres en janvier, Hillary Clinton a déclaré lundi que les Etats-Unis et leurs alliés y feraient part au gouvernement yéménite des "attentes et conditions" qu'il doit remplir pour pouvoir conserver le soutien des pays occidentaux.

Le Figaro - 04.01.10

23:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Laura Smet: tentative de suicide ou overdose?

laura-smet-4146171ntqgz_1258.jpg
Selon nos informations, Laura Smet, la fille de Johnny Hallyday et Nathalie Baye, a fait une tentative de suicide lundi peu après 14h dans l'église Saint-Germain-des-Prés, à Paris, en ingurgitant des médicaments et de l'alcool. La jeune actrice, âgée de 26 ans, a été transportée dans un état grave par les pompiers à l'hôpital Val-de-Grâce. C'est son compagnon qui a prévenu les secours. Une tentative de suicide confirmée par une source proche des secours.

Mais selon son agent, qui confirme l'hospitalisation, la comédienne n'a pas tenté de mettre fin à ses jours mais été victime d'un "simple malaise" et son état n'est "absolument pas préoccupant". Son avocat avait déjà affirmé peu avant qu'elle "se portait bien" et qu'elle n'était "pas en danger". Une source policière avait de son côté confirmé que l'état de santé de Laura Smet était sérieux, ajoutant qu'on ne pouvait établir en l'état des investigations qu'il s'agissait d'une tentative de suicide.

Laura Smet avait donné une tribune au JDD ce week-end, dans laquelle elle démentait avoir imposé à son père le docteur Stéphane Delajoux, pour son opération de la hernie discale, à la suite de laquelle le chanteur a été réopéré en urgence à Los Angeles début décembre. Une mise au point car son compagnon est le frère du Dr Delajoux. "Non, je ne suis pas écartelée, écrivait-elle, Mon père connaissait le docteur Stéphane Delajoux avant ma rencontre avec son frère Julien. D'ailleurs, le docteur Delajoux l'avait opéré sans le moindre problème, à ma connaissance. Oui, je n'ai rien dit sur l'état de santé de mon père, contrairement à tous ceux qui ont parlé à tort et à travers, sans rien savoir ni respecter."

TF1News le 04 janvier 2010 à 17:55

22:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Le mensonge de Pierre Sarkozy!

Pierre Sarkozy a-t-il frôlé la mort ?

Cette "information", est curieusement publiée par plusieurs médias étrangers, dont CNN et le Daily Mail.
 « Ils ont pu voir la coulée de boue de la fenêtre et ils ont entendu des bruits terrifiants« , explique la source diplomatique du Daily Mail.
 
 Mais les coulées de boue se sont produites dans l'île d’Ilha Grande, montagneuse et pauvre, faisant des dizaines de victimes.
 
 Or le jeune hippy riche faisait la fête sur une autre île brésilienne, l’île des Cochons, propriété du célèbre chirurgien esthétique Ivo Pitanguy (dont une des patientes est Carla Bruni-Sarkozy). Cette île est plate et aucune coulée de boue n'est venue troubler ce havre de milliardaires.
 
 Une tentative de faire oublier sa récente tentative d'abus de confiance auprès de la Société Civile des Producteurs de Phonogrammes (SCPP) ?
 
 A l'heure où ces bouffons nous entraînent dans une crise sans précédent et peut-être même vers la guerre, ces impostures sont obscènes et doivent être dénoncées.

Alter Info - 04.01.10


19:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Les voeux "politiquement corrects" de Bruno Gollnisch

bruno gollnisch

Vœux « politiquement corrects » de Bruno Gollnisch, député européen, Vice-président exécutif du Front National.
1er janvier 2010
Avertissement préliminaire : Le principe de précaution est maintenant inscrit dans la Constitution, tandis que des lois pénales sévères prohibent toute discrimination, et toute analyse hérétique de l’histoire contemporaine, sous peine de prison et de ruine des coupables. Enfin, le fait de parler d’étrangers ou de certaines communautés pour autre chose que pour en dire du bien est sanctionné des mêmes peines. Par prudence, je vous adresse donc pour 2010 des vœux que j’espère « politiquement corrects », et surtout en conformité avec la législation en vigueur dans notre libre démocratie.
Bien cordialement.

Je vous prie d’accepter, sans aucune obligation implicite ou explicite de votre part, nos vœux à l’occasion du solstice d’hiver et du premier de l’an :
- en adéquation avec la tradition, la religion, ou les valeurs existentielles de votre choix ;
- dans le respect de la tradition, de la religion ou des valeurs existentielles des autres, ou dans le respect de leur refus, en la circonstance, de traditions, religions ou valeurs existentielles, ou de leur droit de manifester leur indifférence aux fêtes populaires programmées ;
- la santé, ceci ne supposant de notre part aucune connaissance particulière relative à votre dossier hospitalier, ni l’intention de nous immiscer dans le dialogue confidentiel établi avec votre médecin traitant ;
- la prospérité, étant entendu que nous ignorons tout de la somme figurant sur votre déclaration de revenus, de votre taux d’imposition, et du montant des taxes et cotisations auxquelles vous êtes assujetti.

NB : Le concept d’année nouvelle est ici basé, pour des raisons de commodité, sur le calendrier grégorien, le plus couramment utilisé dans la vie quotidienne de la région à partir de laquelle ces vœux vous sont adressés.
Son emploi n’implique aucun désir de prosélytisme. La légitimité des autres chronologies utilisées par d’autres cultures n’est absolument pas mise en cause.
Le fait notamment de ne pas dater ces vœux du yaum al jum’a, 15 Muharram de l’an 1431 de l’ Hégire (Fuite du Prophète à Médine) ne constitue ni une manifestation d’islamophobie, ni une prise de position relative au conflit israélo-palestinien.

Le fait de ne pas dater ces vœux du yom shishi, 15 Tevet 5770, ne constitue ni un refus du droit d’Israël à vivre dans des frontières sûres et reconnues, ni le délit de contestation de crime contre l’humanité .

Le fait de ne pas dater ces vœux du 17ème jour (Xin Haï) du 11ème mois (Ding Chou) de l’année du Tigre, 78ème cycle, n’implique aucune prise de position dans l’affaire dite « des frégates de Taïwan ».

Le fait de ne pas dater ces vœux du duodi de la 2ème Décade de Nivôse, an 218 de la République française, ne saurait être assimilé à une contestation de la forme républicaine des institutions.

L’emploi de la langue française ne sous-entend aucun jugement de valeur. Son choix tient au fait qu’elle est la seule couramment pratiquée par l’expéditeur, bien que celui-ci ait fait profession de linguiste. Tout autre idiome a droit au respect, ainsi que ses locuteurs.

Clause de non-responsabilité légale

En acceptant ces vœux vous renoncez à toute contestation postérieure. Ces vœux sont insusceptibles de rectification ou de retrait.
Ils sont librement transférables à quiconque, sans indemnité ni royalties. Leur reproduction est autorisée.
Ils n’ont fait l’objet d’aucun dépôt légal.
Ils sont valables pour une durée d’une année, à la condition d’être employés selon les règles habituelles et à l’usage personnel du destinataire. A l’issue de cette période, leur renouvellement n’a aucun caractère obligatoire et reste soumis à la libre décision de l’expéditeur.
Ils sont adressés sans limitation préalable liée aux notions d’âge, de genre, d’aptitude physique ou mentale, de race, d’ethnie, d’origine, de communauté revendiquée, de pratiques sexuelles, de régime alimentaire, de convictions politiques, religieuses, philosophiques, d’appartenance syndicale, susceptibles de caractériser les destinataires. Leurs résultats ne sont en aucun cas garantis et l’absence, totale comme partielle, de réalisation n’ouvre pas droit à compensation.
En cas de difficultés liées à l’interprétation des présentes, la juridiction compétente est le Tribunal habituel du domicile de l’expéditeur, c’est-à-dire le Tribunal correctionnel de Lyon.

Nations Presse Info - 04.01.10

19:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Pierre Sarkozy a failli périr dans une coulée de boue

pierre-sarkozy-246517.jpg
Un miracle. Une coulée de boue aurait pu tuer le fils aîné du président de la république. Au Brésil où il était en vacances le 1er janvier, les inondations ont causé des dizaines de morts dans les états de Rio de Janeiro, Sao Paulo et Minas Gerais. Selon le Daily mail et CNN, Pierre Sarkozy se trouvait près des torrents boueux qui auraient pu l’ensevelir. L’information n’a pourtant pas été commentée par l’Elysée.
 
Pour les fêtes de fin d’année, le fils aîné du président se trouvait chez un ami de la famille Sarkozy, le chirurgien plasticien Ivo Pitanguy, sur l’île des Cochons, située au large de Rio de Janeiro.
 
« Le 1er janvier, de fortes précipitations ont entraîné des innondations et des glissements de terrain » précise Libération. Des coulées de boue sont passées à proximité de la maison où se trouvait Pierre Sarkozy qui, Selon le Daily Mail, « a attendu les secours dans le calme, avant d’appeler son père, pour lui donner des nouvelles rassurantes ». D’après une source diplomatique à Paris, qui s’exprimait dans le quotidien, « ils pouvaient voir la boue depuis leurs fenêtres. Ils entendaient des bruits terrifiants. C’est vraiment un miracle qu’ils aient pu s’en sortir »
AgoraVox - 04.01.10

18:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)