Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/01/2010

Les grandes écoles refusent les quotas d'élèves boursiers

Chatel choqué.jpg

Le ministre de l'Education Luc Chatel s'est dit «profondément choqué» par le refus de la Conférence des Grandes Ecoles d'accepter des quotas de boursiers.

Les élèves boursiers auront-ils des places assignées dans les grandes écoles comme l'ENA, les Mines ou Polytechnique? Le bras de fer est engagé entre le qui a fixé un objectif de 30% de boursiers dans ces établissements de renom et la Conférence des grandes écoles (CGE) qui «désapprouve la notion de quotas».

Si elle approuve «les soutiens individualisés aux candidats issus de milieux défavorisés», la conférence estime, dans un texte diffusé le 23 décembre et mentionné dans Le Monde hier, que «toute autre politique amènerait inévitablement la baisse du niveau moyen».

 

Le ministre de l' nationale qui s'est dit «profondément choqué» est prêt à jouer l'épreuve de force. Interrogé sur Info mardi pour savoir si cela pouvait être imposé aux grandes écoles, Luc Chatel a répondu : «oui, je le crois, je le souhaite, et c'est la volonté du gouvernement de le faire». «Il y a un prédéterminisme social dans notre pays», a poursuivi le ministre. «En classe de seconde, si vous prenez deux élèves, un enfant d'ouvrier et un enfant de cadre, celui d'ouvrier a cinq fois moins de chances de se retrouver à côté de son voisin trois ans après en classe préparatoire».

Invitée d'Europe 1, la ministre de l'Enseignement supérieur Valérie Pécresse préfère la méthode douce. «Je suis contre les quotas à l'entrée dans les grandes écoles, mais ça n'exclut pas le volontarisme, la volonté de changer les choses», a-t-elle dit.

Déjà 30% d'élèves boursiers dans les classes prépa

Où en est-on de cet objectif de 30% de boursiers? Il a été atteint à la rentrée 2009 pour les classes préparatoires aux grandes écoles, soit un an avant la date fixée.

Mais, selon le ministère de l'Enseignement supérieur, le taux n'est pas le même dans toutes les écoles. S'il est en moyenne de 22,9% dans celles d'ingénieurs, il est seulement de 11,03% à Polytechnique. Et s'il est de 20,7% en moyenne pour les écoles de commerce, il n'est que de 12,3% dans les très sélectives comme HEC ou l'Essec.

Sciences-Po, pionnier dans le domaine puisqu'il a ouvert un concours spécial pour les élèves issus des Zones d'Education Prioritaire dès 2001, affiche un taux satisfaisant. Richard Descoings, son médiatique directeur, est d'ailleurs monté au créneau dans une chronique publiée dans le journal Le Monde. «A Sciences Po, 30% des étudiants seront boursiers en 2012. Et jamais Sciences Po n'a eu autant la cote auprès des bacheliers et des entreprises !»

Le Parisien - 07.01.10

 

00:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

07/01/2010

Rennes: pas de subvention pour la statue du pape

Le tribunal administratif de Rennes a déclaré illégale une subvention versée en 2006 par le conseil général du Morbihan pour l'édification d'une statue du pape Jean-Paul II à Ploërmel (Morbihan).

Saisi après le recours en référé en 2006 d'un collectif d'opposants à ce monument, le tribunal de Rennes a jugé "illégale", dans un jugement transmis cette semaine aux parties concernées, la subvention de 4.500 euros consacrée au socle de la statue.

La statue du pape décédé en avril 2005 avait été réalisée et offerte à la municipalité de Ploërmel par l'artiste russe Zurab Tseretli. Elle avait été inaugurée en décembre 2006 au sein d'un monument de huit mètres de haut, surmonté d'une croix, qualifiée d'"ostentatoire" par la justice.

"C'est une victoire logique mais c'est une étape. Maintenant que le caractère illégal du monument a été reconnu, il faut, au nom de la laïcité, que l'ensemble de la statue disparaisse de l'espace public", a réagi Pierrick Le Guennec, secrétaire départemental de la Fédération de libre-pensée, membre du collectif d'opposants.

Ils contestaient l'utilisation de fonds publics pour la construction du socle du monument (8.000 euros en tout) et pour les frais de la cérémonie d'inauguration (30.000 euros), et demandaient l'annulation de la subvention départementale.

Le conseil général ne fera pas appel de la décision du tribunal, a précisé son président, Joseph-François Kergueris.

Le Figaro - 07.01.10

22:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (21)

Thomas Fabius a été remis en liberté

Fabius Thomas.jpg
Thomas Fabius est rentré chez lui. Le fils de l'ex-Premier ministre Laurent Fabius, visé par plusieurs plaintes pour escroquerie a été remis en liberté mercredi soir après une journée passée en garde à vue, a annoncé ce jeudi une source judiciaire.

«L'enquête se poursuit en préliminaire, il y a encore des vérifications à faire», a précisé cette source à l’AFP. Celle-ci sera conduite sous la houlette du parquet, et ne requiert pas de juge d'instruction, seul à même de mettre éventuellement en examen une personne. Elle peut se conclure par un classement sans suite ou par une citation directe de la personne mise en cause devant le tribunal correctionnel.

«Abus de confiance» et «escroquerie»

Chef d'entreprise, le fils de l'ancien Premier ministre socialiste est visé depuis septembre 2009 par plusieurs plaintes pour «abus de confiance» et «escroquerie» déposées par deux chefs d'entreprises.

Les deux plaignants, qui furent un temps partenaires en affaires de Thomas Fabius dans un projet de cartes à puces, auraient déposé à plusieurs reprises au restaurant Le Fouquet's (8e arrondissement) des sommes en espèces de plusieurs milliers d'euros qui lui étaient destinées. Les trois hommes ont été confrontés pendant plusieurs heures mercredi en fin de journée, selon un des deux plaignants.
20minutes.fr - 07.01.10

21:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Nouvelles persécutions anti-chrétiennes au Vietnam

Vietnam.jpg
HANOI (NOVOpress) – A l’aube du 6 janvier, d’importantes forces de police ont investi la paroisse de Dông Chiêm et ont abattu une croix située sur une petite montagne s’élevant sur le territoire de la paroisse.
Les fidèles ont en vain tenté de protéger la croix mais ont été brutalement écartés par les policiers qui n’ont pas hésité à les matraquer. Plusieurs villageois ont été blessés.

Près de 500 agents de la Sécurité publique équipés de grenades lacrymogènes, de matraques électriques, de fusils, et accompagnés de chiens policiers ont participé à cette opération d’intimidation et occuperaient encore les lieux.

En véritable état de siège, le village a vu ses entrées bloquées et personne ne peut désormais entrer ni sortir.

Par ailleurs, les blessés auraient été embarqués par les policiers qui n’ont donné aucune information aux familles.

20:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

VIDEO Fillon rend un hommage ému à Séguin

http://www.dailymotion.com/video/xbrubr_fillon-hommage-a-...

20:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Une enfant de 5 ans grièvement blessée par deux rottweilers

Deux rottweilers échappés d'un pavillon ont attaqué une petite fille de 5 ans, mercredi, en pleine rue à Vénissieux (Rhône), la blessant grièvement. Souffrant de profondes lacérations aux jambes et au bas du dos, la fillette, dont «le pronostic vital n'est pas engagé», a été opérée mercredi soir dans la banlieue lyonnaise.

 A la mi-journée, la petite Inès se promenait avec son oncle quand elle a été attaquée par les deux molosses appartenant à un couple de commerçants du quartier. La porte du jardin de leur pavillon, situé à quelques centaines de mètres du lieu du drame, était restée ouverte. Des témoins de la scène ont aidé l'oncle à faire lâcher prise aux deux rottweilers en leur donnant des coups et notamment à «l'arme blanche».

Les rottweilers, qui ont été rapidement capturés par la brigade canine avant d'être conduits à la SPA, avaient été «déclarés à la mairie», selon la police. Un nouveau décret établit les pour obtenir un permis de détention des chiens dangereux, qui sont 320.000 en , dont les rottweilers.

Pour obtenir ce permis délivré par le maire de la commune où ils résident, obligatoire au 1er janvier 2010, les propriétaires des chiens doivent notamment fournir les papiers d'identité de l'animal. Ils doivent être aussi soumis à une «évaluation comportementale» effectuée par un vétérinaire.

Le Parisien - 07.01.10

 

19:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Le Yémen entend rester maître chez lui

Alimi Rached Yémen.jpg
Rached al-Alimi, vice-premier ministre du Yémen

Depuis Noël et l'attentat déjoué sur le vol 253 du Nigérian Umar Farouk Abdulmutallab, qui avait séjourné d'août à décembre 2009 au Yémen, ce pays est sous le feu des projecteurs internationaux.

La Maison Blanche a haussé le ton. Elle avait annoncé le 3 janvier ne pas vouloir ouvrir un «deuxième front » ni déployer des troupes... du moins «pour le moment». Une déclaration a priori rassurante mais qui sonne comme une menace, alors que les Etats-Unis et la Grande-Bretagne annonçaient le renforcement de leur action. Ce jeudi, le Yémen a éclairé des points restés jusqu'ici dans l'ombre et précisé ses positions. 

 

Le Yémen ne veut pas d'intervention directe des Etats-Unis. Le vice-Premier ministre yéménite aux Affaires de la défense et de la sécurité, Rached al-Alimi a affirmé que son pays entendait gérer seul la traque contre les terroristes de la mouvance d'Al-Qaïda, bien implantée dans l'est du pays. «Une intervention directe des Etats-Unis pourrait renforcer le réseau terroriste et non l'affaiblir», a-t-il argumenté. «Ce que nous demandons aux Etats-Unis, c'est une assistance en matière de formation et des pour les unités de lutte contre le terrorisme», a-t-il dit, faisant état d'«un échange de renseignements» avec les Etats-Unis «ainsi qu'avec l'Arabie saoudite», pays voisin du Yémen.

Abdulmutallab a bien rencontré l'imam radical Anwar al-Aulaqi. Rached al-Alimi a confirmé que Umar Farouk Abdulmutallab avait rencontré lors de son séjour au Yémen l'imam radical Anwar al-Aulaqi, dont les autorités ont perdu la trace après les raids américains de décembre sur les positions d'Al-Qaïda. Ce religieux aurait un lien avec la fusillade sur le camp militaire de Fort Hood de novembre 2009 d'après le porte-parole de Barack Obama. Selon lui, le terroriste a aussi rencontré dans la province de Chabwa, Mohammad Oumir, l'un des chefs d'Al-Qaïda, tué dans un raid aérien du 24 décembre, auquel les militaires américains auraient porté main-forte, d'après les médias d'outre-Atlantique.

Le Nigérian n'aurait pas été recruté au Yémen. Selon Rached al-Alimi, Umar Farouk Abdulmutallab n'a pas été recruté dans son pays situé à la pointe sud-ouest de la péninsule d'Arabie. «Il paraît qu'il a été recruté à Londres par les groupes extrémistes en Grande-Bretagne», a-t-il expliqué. «C'est peut-être pour cela que les autorités britanniques ont refusé ensuite de lui donner un titre de séjour, ce qui l'a poussé à choisir de poursuivre ses études à Dubaï», a-t-il ajouté.

 

Leparisien.fr avec AFP - 07.01.10

19:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Séguin: Mitterrand salue"l'enfant de Tunisie"

Philippe Séguin.jpg
Le ministre de la Culture et de la Communication, Frédéric Mitterrand, a salué en Philippe Séguin, décédé jeudi, "l'homme de lettres, auteur de nombreux essais politiques et d'une remarquable biographie de Napoléon III". Frédéric Mitterrand a également rendu hommage, dans un communiqué, "à l'enfant de Tunisie resté très attaché à sa terre natale et qui fut un passeur considérable entre ces deux pays et les deux rives de la Méditerranée".

"C'est dans la réflexion sur l'histoire de notre pays qu'il puisait cette fidélité au bien commun et cette vision qui le mettaient à part dans notre vie politique", souligne M. Mitterrand à propos du premier président de la Cour des comptes,
mort d'une crise cardiaque.

"Au-delà du grand républicain et de l'homme d'État d'une qualité d'engagement et de conviction exceptionnelle (...), je veux saluer l'homme de lettres, auteur de nombreux essais politiques et d'une remarquable biographie de Napoléon III", ajoute-t-il.
Le Figaro - 07.01.10

19:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (21)

VIDEO Hommage à Jean-Claude Irvoas - Procès en appel des assassins du photographe d'Epinay


http://www.dailymotion.com/video/xkby6_hommage-a-jeanclau...

PARIS (NOVOpress) –06.01.10

Le procès en appel de quatre voyous, condamnés à des peines de deux à quinze ans de prison pour avoir battu à mort un père de famille (Jean-Claude Irvoas) en train de photographier des lampadaires publics en octobre 2005 à Epinay-sur-Seine s’ouvre aujourd’hui.
Le 23 novembre 2007, la cour d’assises de Seine-Saint-Denis avait condamné à quinze ans de prison Benoît Kusonika, seul accusé à reconnaître les faits.
Samba Diallo et Icheme Brighet, reconnus coupables, tout comme Kusonika, de « vol suivi de violences ayant entraîné la mort» , avaient été condamnés à douze ans de prison. Sébastien Béliny, le seul à comparaître libre, avait été condamné à deux ans ferme pour « complicité ».
Brighet et Diallo ont depuis fait appel, tandis que c’est le parquet qui s’est chargé de contester les condamnations de Beliny et Kusonika.
Lors des faits, certains témoins et commentateurs avait mis en avant le caractère raciste anti-blanc de cette sauvage agression. Une position « politiquement incorrecte » immédiatement contestée par les médias, certains, comme Le Figaro, allant même jusqu’à affirmer que « trois des quatre agresseurs étaient d’origine européenne ».

Un mensonge pur et simple puisque ces agresseurs sont respectivement un Algérien, un Antillais, un Sénégalais et un métis congolais.
Le verdict de ce lynchage devrait tomber vendredi.

01:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

VIDEO Dominique Venner: "Je ne crois absolument pas à la disparition des Français"

Dominique-Venner-218x300.png

06/01/2010
PARIS (NOVOPress) :
Dans le débat sur l’identité nationale, il est des avis plus précieux que d’autres. Celui de Dominique Venner par exemple, directeur de la Nouvelle Revue d’histoire, qui est aussi l’un des principaux historiens français et, à ce titre, inscrit sa réflexion sur « la longue durée ».

 http://www.dailymotion.com/video/xb9vxg_dominique-venner-...

Invité le 25 novembre dernier au Libre Journal de Gérard Marin sur Radio Courtoisie, il a d’abord situé sa définition de l’identité française dans la continuité de celle livrée par l’historien Fernand Braudel (1902-1985), l’auteur du très important L’Identité de la France (coll. Champs Flammarion, deux volumes) : « Un Français est un condensé d’Européen », pour préciser, à rebours du discours « républicain » dominant dans l’actuel débat, qu’un Français est un « membre d’un très vieux peuple qui n’est pas une construction politique ».

De ses travaux et de sa profonde connaissance de l’histoire du peuple français – et des peuples européens en général –, Dominique Venner tire un autre enseignement, fondamental : au-delà de toutes les vicissitudes, « la substance même du peuple français s’est maintenue ». Certes, l’immigration extra-européenne est un phénomène inédit dans notre histoire. Mais, il en est certain : « Je ne crois absolument pas à la disparition des Français. Les racines sont suffisamment fortes et présentes pour résister à toutes les tentatives qui sont faites pour nous détruire. »

A condition de se souvenir de cette définition des Français donnée par l’abbé Suger, abbé de Saint-Denis de 1122 à sa mort en 1151 et conseiller de Louis VI puis de Louis VII : « Nous sommes Français de France, nés d’un même ventre. » « Préservons-le ! », ce ventre, conclut Dominique Venner.

01:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

La France va s'équiper de scanners corporels

article_scan.jpg
(Cliquez sur la photo)

SECURITE AERIENNE - Les expérimentations devraient bientôt commencer…

Les scanners vont bientôt débarquer dans les terminaux français. La Direction générale de l'aviation civile a annoncé mercredi que des scanners corporels seraient expérimentés «dans les meilleurs délais (...) dans certains aéroports français», notamment à ADP (Aéroport de Paris).

Ces installations se feront selon les directives d’un groupe de travail, dont la mise en place a été annoncée mercredi matin par le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux. Une décision qui va dans le sens des autres pays européens, bien décidés à agir après l’attentat raté revendiqué par Al-Qaida, sur le vol Amsterdam-Detroit, le 25 décembre 2009.

Les Pays-Bas ont annoncé, lundi, l’installation d’une soixantaine de scanners corporels en plus de la quinzaine existants, la Grande-Bretagne expérimente en ce moment le système et prévoit l’installation progressive du dispositif dans les aéroports britanniques malgré les réticences d’associations, l’Italie se dit prête à équiper les terminaux de Rome et de Milan et l’Allemagne s’est également dite enthousiaste.

Le parlement européen avait voté contre en 2008

Réputé plus efficace que la fouille corporelle, le scanner permettrait de déceler tout arme ou explosif soigneusement caché. Mais aussi de scruter le corps humain sous ses coutures les plus intimes. Un argument soulevé par Strasbourg, il y a un an. Les eurodéputés s’étaient massivement opposés à l’installation de scanners dans les aéroports européens en octobre 2008, y voyant une atteinte au «droit à la vie privée, à la protection des données et à la dignité personnelle».

Un avis qui avait, à l’époque, découragé la France de se lancer dans l’aventure. La DGAC avait d’ailleurs dû désinstaller un scanner de l’aéroport de Nice, installé à l’automne 2008 pour «étudier comment le dispositif serait accueilli par les passagers», a expliqué à 20minutes.fr les services de l’aéroport.

Face à l’urgence, la question devrait être de nouveau abordée lors d’une réunion jeudi 7 janvier, à Bruxelles. Mais les experts des Etats membres et la Commission ne devraient émettre qu’un avis consultatif.

«En matière de règlement de la sureté aérienne, les pays membres peuvent toujours prendre des mesures supplémentaires, comme l’installation de scanners. Il suffit de les prendre en charge financièrement», a expliqué à 20minutes.fr la députée européenne Christine de Veyrac, spécialiste du dossier.  

Entre 100.000 et 150.000 euros

Mais attention, les expérimentations ne sont pas, par principe, indéfinies. Elles sont cependant précieuses car elles permettent de définir le taux d’acceptation par les passagers. Selon Jacques Le Guillou, adjoint au directeur du transport aérien, il se situe entre 95 et 98% selon les expérimentations britanniques et néerlandaises. Un taux très satisfaisant qui justifie l’installation du dispositif.

Dans le même temps, des normes sur les scanners sont établies par des experts européens. Une fois vérifiés par des laboratoires, processus bouclé dans les «trois prochains mois», ces normes s’appliqueront également en France.

En attendant ces normes, c’est le coût qui pourrait être un obstacle. Chaque unité revient entre 100.000 et 150.000 euros, selon Jacques Le Guillou, sans compter le coût d’exploitation. Que les autorités optent pour le tout scanner ou décident de n’en installer que quelques exemplaires pour mener des contrôles aléatoires, l’addition risque d’être salée.

Autre piste: il existe des alternatives pour mener des contrôles rapprochés. Le ministre français de l’intérieur considère d’ailleurs que les scanners corporels sont «une piste» parmi d’autres. «Je ne suis pas hostile à leur expérimentation», avait-t-il déclaré, «mais il existe d’autres possibilités pour la détection de traces d’explosifs», comme des équipements spécialisés ou des chiens.

Des solutions peut-être moins couteuses et intrusives, mais aussi moins efficaces. «Il existe beaucoup de dispositifs, mais il faut étudier le taux de fausse alarme et de sécurité», tempère cependant le directeur adjoint du transport aérien.
20minutes.fr - 07.01.10

00:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

06/01/2010

VIDEO Le nouveau visage de la pauvreté

http://videos.tf1.fr/jt-20h/le-nouveau-visage-de-la-pauvr...

23:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Les voeux 2010 de Jean-Marie Le Pen à la Presse

JMLP voeux à la presse 6 janvier 10.jpg
Mesdames, Messieurs,

Au début de la dernière année de la première décennie du 21e siècle, j’ai l’honneur et le plaisir de vous présenter, en mon nom et au nom du Front National, mes vœux de bonheur et d’heureuse année 2010 pour vous et les confrères de vos médias.

Votre profession, dans ses activités de reportages surtout, mais même de dessin humoristique, est l’une des plus dangereuses, et je forme le souhait particulier que nos compatriotes enlevés en Afghanistan soient libérés au plus tôt.

Vous savez, mieux que moi peut-être, que la situation de notre pays ne cesse de s’aggraver, plus vite encore avec une crise qui est loin d’être maitrisée.

Le Front National, tenu à l’écart de la représentation parlementaire en France, par une loi électorale qu’on peut dire scélérate, n’est pas mort, contrairement à ce que ses assassins affirment. Ils l’ont volé mais ils ne l’ont pas tué et on dit même qu’aux élections régionales, il va, une fois de plus, créer la surprise.

C’est évidemment le vœu que je forme aussi pour lui et pour nos candidats.

J’espère que nous pourrons compter sur la loyauté de l’information sans laquelle, il n’y a pas de démocratie véritable.

Je vais maintenant, si vous le permettez, vous exposez mon point de vue de Président du Front National dans le débat fondamental sur l’identité nationale française.

AUTOPSIE D’UN « DEBAT ASSASSINE »

Il arrive que le diable porte pierre. En lançant en pleine campagne électorale un débat truqué sur l’identité nationale, aux bons soins du Ministre socialiste et immigrationniste, de l’immigration, Nicolas Sarkozy a involontairement réveillé les Français.

Dès lors, on peut espérer, qu’à l’instar de leurs voisins suisses, il vont oser dire publiquement dans les urnes ce qu’ils murmurent tout bas et que le Front National dit tout haut.

Le débat a, d’ailleurs, été orienté, avant même d’avoir commencé, par Sarkozy et son porte-coton et ses conclusions sans doute prémâchées par les scribes de l’Elysée.

L’éclairage est donné d’entrée par les déclarations du Président : « Je suis un homme de sang mêlé à la tête d’une nation métissée. L’immigration constitue une source d’enrichissement permanent de notre identité nationale ».

Il ajoute le 17 décembre 2008 à Polytechnique : « Le métissage n’est pas un choix, c’est une obligation… Nous devons changer et on va se mettre des obligations de résultat (sic). Si ce volontarisme républicain ne fonctionnait pas, il faudrait que le République passe alors à des méthodes plus contraignantes encore ».

Sarko veut donc mettre en œuvre une politique de métissage forcé. S’attendant à des résistances fortes, le pouvoir oligarchique entend les briser ainsi que ceux qui les incarnent.

C’est Besson qui l’avoue : « J’espère que ma politique va contribuer à réduire à néant le parti de Jean-Marie Le Pen ».

Les xénomaniaques, fossoyeurs de l’identité française, espèrent ainsi faire d’une pierre deux coups :
- métisser le peuple français par l’immigration massive et des législations contraignantes,
- anéantir son défenseur, le Front National.

Au reste, le débat est organisé, selon les techniques du Second Empire, aujourd’hui Cinquième « En pire », sous l’égide de NTP, dans les préfectures et les sous-préfectures, et animé (si on leur prête une âme) par les députés-babouches de la majorité.

Mais aussi louche que soit l’initiative, convient-il de la faire servir à l’édification du peuple en s’efforçant, puisqu’elle est officiellement posée, de faire le tour de la question de l’identité nationale.

L’IDENTITE NATIONALE

L’identité nationale comporte des éléments concrets : le territoire, son climat, ses paysages, son peuplement, les richesses naturelles ou acquises de son patrimoine mais aussi abstraits : son Histoire de plus d’un millénaire et demi : Passé de victoires et de défaites, d’épreuves et de succès, sa trace exceptionnelle dans l’histoire de l’humanité, la longue cohorte de ses saints, de ses martyrs, de ses héros mais aussi la saga de son peuple de paysans, de marins, de soldats, d’ouvriers, d’artistes, d’artisans, de cadres, de savants, sa culture (sciences, littérature, poésie, musique, chanson, peinture, sculpture, théâtre, cinéma, etc.), ses religions, essentiellement chrétiennes, ses traditions, ses coutumes, ses mœurs, ses goûts mais aussi et surtout le sentiment national des français.

Comme l’a écrit Aristote : « L’homme est un animal social ». Il a donc tendance à s’agréger à ses semblables au gré de ses dilections, de ses intérêts, de ses craintes, pour assurer sa descendance, sa sécurité et le succès de ses entreprises. Qui se ressemble, s’assemble. A contrario, il est difficile d’assembler ceux qui ne se ressemblent pas. L’assimilation, individuelle, est possible, s’agissant de masses compactes elle ne l’est plus.

La plus élevée de ces constructions collectives est la Nation qui a réuni, au cours des siècles, des hommes, leurs familles, leurs provinces dans un ensemble cohérent et animé d’une dynamique propre, tendant à l’unité du peuple et suscitant, pour ce faire, un Etat souverain, responsable du destin collectif. Et c’est dans l’héritage reçu des siècles que se reflète le visage d’une Nation.

Est Français, non seulement celui qui a des papiers français qui sont la preuve administrative de sa nationalité mais surtout un sentiment d’appartenance. Est français celui qui se sent français et qui est fier de l’être. Voltaire écrit : « Chaque peuple a son caractère, comme chaque homme, et ce caractère général est formé de toutes les ressemblances que la nature et les habitudes ont mis dans les habitants d’un même pays ».

Ne sont pas Français, en tout cas, ceux qui ont défilé par dizaines de milliers dans les rues de France derrière les drapeaux algériens saluant la sélection de l’équipe d’Algérie. La victoire, il est vrai, contestée, de l’équipe de France, n’ayant provoqué la sortie d’aucun drapeau français. Preuve, s’il en était besoin, que la double nationalité est une aberration.

Notons aussi qu’il ne peut y avoir d’identité nationale sans nation et que, donc, tout ce qui affaiblit la nation attente à son identité. Mais, en outre, qu’il ne peut y avoir d’identité sans souveraineté de la nation, laquelle garantit la liberté de ses citoyens.

Or, depuis 30 ans, la nation française est prise en tenaille, dans le but de la faire disparaître (Edmond de Rothschild : « Le dernier maillon qu’il faut faire sauter, c’est la nation »), par l’Europe de Lisbonne, imposée aujourd’hui en violation de la volonté du peuple, pourtant solennellement exprimée dans le référendum de 2005 et par l’invasion progressive de l’immigration de masse initiée par Chirac en 1976 et encouragée depuis par tous les gouvernements de droite ou de gauche.

L’Europe de Bruxelles, de Maastricht ou de Lisbonne a conduit nos oligarques, tous complices, à supprimer nos frontières tant intérieures qu’extérieures, livrant ainsi l’espace national sans défense à la ruée migratoire et à la concurrence économique sauvage du Tiers-Monde. Le Parlement Européen vote 80 % des lois qui s’imposent en France et la Cour de Justice européenne les interprète toujours de façon anti nationale. La monnaie nationale, le Franc, moyen essentiel de l’indépendance nationale a été bradée aux gnomes de Francfort.

Il est donc hors de doute que les européistes sont, volens nolens, traîtres à la Nation.

En outre, les pays de l’Europe des 27 sont infiltrés par des communautés étrangères de plus en plus nombreuses et de plus en plus organisées. Elles constituent, évidemment, des facteurs d’ingérence dans la politique nationale et donc une réduction de sa souveraineté.

Par ailleurs, l’Union Européenne ne disposant pas de forces armées et les pays ayant réduit leurs budgets et leurs effectifs militaires, se trouve, de fait, sous protectorat américain, autre réduction essentielle celle-là aussi de la souveraineté des nations qui y adhèrent.

Avec 200.000 hommes de forces de l’ordre, la France n’est pas en mesure de faire face à des actions subversives de grande envergure. Encore faudrait-il que le Pouvoir en ait la volonté ou le courage politique.

La complicité des milieux politiques, médiatiques, associatifs, culturels, la subversion de l’enseignement, les trucages statistiques, la manipulation des sondages, voire la réforme des modes de scrutin tendent à masquer au peuple la réalité des dangers qu’il court.

Ceux qui veulent l’éclairer sont bâillonnés, mis au ban de la politique, privés, malgré leur audience électorale, de représentation dans les Assemblées, traités comme des parias par les oligarques au pouvoir.

Le Front National, malgré ses millions d’électeurs, n’est pas représenté au Parlement Français et n’a obtenu, selon le CSA, en 2008, que 0,68 % du temps d’antenne.

LE SENTIMENT NATIONAL ou d’appartenance à la Communauté Nationale

Le sentiment national est celui qui pousse à l’insertion de sa vie personnelle dans un ensemble d’une dimension et d’une durée supérieure, à l’appropriation d’une grande parentèle historique et culturelle, à l’identification à cette « structure faite d’atomes de parenté qui est toute société et singulièrement la nation », selon Lévi-Strauss.

Il s’enrichit de la pulsion affective qu’est l’amour de la Patrie, forme la plus crédible de la Fraternité et qui s’inspire de la solidarité des générations et de la gratitude à l’égard de ceux qui ont œuvré, souffert et même sont morts pour assurer sa liberté, sa pérennité, sa grandeur, sa survie.

Etre Français, c’est avoir le sentiment de faire partie d’une communauté particulière déterminée par un territoire avec ses frontières, des lois, ses coutumes, ses mœurs, une histoire, un Etat et ses lois, un peuple auquel on s’identifie, c’est être bénéficiaire d’un héritage vital, matériel et spirituel ; lien affectif avec ses expressions, ses représentations, qui vous fait ressentir fierté de ses succès et tristesse de ses échecs, compassion dans les malheurs, ce sentiment aide au respect des contraintes de la vie collective, pousse au dévouement et même, quand il est exigé, au sacrifice de sa vie, preuve sublime de l’amour des siens.
- C’est d’abord dans la famille que se transmet la vie et que se forme et s’apprend cette solidarité affective et que se forgent les comportements mimétiques ou identitaires.
- Dans l’école, quand elle est digne de sa mission, l’amour de la Patrie, va de pair avec l’apprentissage du savoir, de la morale, de la discipline, de la solidarité.
- A l’armée où le service militaire, avant que Chirac ne le supprime, mêlait pendant un an ou plus dans le même creuset les français de toutes origines sociales et les fondait dans l’apprentissage de la discipline, du dévouement et du sacrifice au service de la Patrie.
- Dans la religion aussi, associée, au-delà des clivages partisans, au culte de la Patrie terrestre, image humaine de la Patrie céleste.
- Dans les métiers, avec leurs contraintes, leurs fatigues, leurs risques, leurs solidarités et leurs fiertés.

Les deux guerres mondiales avaient fait ressentir profondément le besoin d’une communauté solidaire face au destin tragique. Hélas, ces piliers de la formation de l’identité nationale se sont lézardés surtout après la tragédie nationale que fut l’abandon de l’Algérie Française, débouchant sur la vague anarchisante de 68 et les capitulations politiques qui les ont suivies.

L’identité nationale ne peut être séparée d’un certain nombre de concepts qui la constituent ou la qualifient :
- La nationalité qui découle en France de quatre sources :
Principalement : la filiation, naissance d’au moins un parent français,
Secondairement : le droit du sol, la naturalisation par décret, la naturalisation par mariage.
Elle pose aussi le problème de la double nationalité ainsi que ceux de la perte ou de la déchéance de la nationalité.

- Le peuple français est principalement constitué de gaulois, de celtes et de germains jusqu’au 20e siècle. Depuis, il a reçu deux vagues d’immigration étrangère d’importance inégale, la première faible, la deuxième considérable :
• une immigration européenne (russes, belges, polonais, italiens, espagnols, portugais) qui s’est assimilée sans problèmes, à laquelle s’est ajoutée celle des réfugiés de l’Est européen.
• depuis les années 70, une immigration massive originaire du Tiers-Monde. D’abord maghrébine (après l’indépendance de l’Algérie, en particulier) puis africaine, asiatique et aujourd’hui planétaire.

L’IMMIGRATION ETRANGERE MASSIVE

Cette immigration massive (plus de 10 millions dans les 30 dernières années) a été rendue possible par l’entrée de la France dans le processus européen entraînant la suppression réelle de ses frontières intérieures (tout ressortissant d’un des pays européens peut s’installer légalement en France) et extérieures (tout clandestin régularisé dans un des pays de l’Union Européenne peut s’installer légalement en France). A titre d’exemple les gouvernements italien et espagnol ont, en 2008, légalisé 1 million et demi de clandestins, sans compter les immigrations illégales (par exemple, par non retour d’un visa touristique).

Cette immigration massive a été attirée en France par le niveau de vie et l’égalitarisme social allant jusqu’à interdire la préférence nationale, c’est-à-dire le droit des Français à l’usufruit de leur patrimoine national. Elle a été puissamment accélérée par la loi Giscard-Chirac du regroupement familial. On peut dire que, depuis, la préférence étrangère a été la règle suicidaire de tous les gouvernements.

En résumé, l’immigration massive a augmenté le nombre des résidents étrangers dans des proportions considérables. Elle a, par les naturalisations ou naissances sur le sol augmenté le nombre des français de 300.000 par an en moyenne.

La plupart de ces immigrants (y compris au titre d’un droit d’asile sans limite) sont de race et de religion, de mœurs souvent très différentes de ceux des Français de souche, la plupart d’entre eux musulmans, et qui peut nier que leur démographie et leur religion les entrainent, volens nolens, vers la conquête du monde.

Cette irruption massive a colonisé le logement social et le budget de la santé au détriment des français modestes, elle a barbarisé le milieu scolaire. Elle a constitué des agglomérats nationaux ou tribaux (Montreuil : 1ère ville malienne du monde, le quartier chinois, Roubaix à majorité immigrée, etc).

Avec un chômage massif, cette population souvent composée de familles monoparentales, vit de ressources sociales diverses, voire de trafics illégaux tolérés.

Le coût global de l’immigration est évalué à 70 milliards d’euros par an. Elle est en voie d’expansion continue en liaison avec l’explosion démographique du Tiers-Monde. Elle laisse prévoir qu’à échéance moyenne, les français seront minoritaires dans leur pays et donc soumis à des volontés étrangères.

Mais les Français, comme je le rappelle depuis 30 ans, ne doivent pas en vouloir aux immigrés mais légitimement aux seuls hommes politiques de gauche et de droite, responsables de cette politique xénomane criminelle.

Une langue commune : le français. Mais comme celle d’Esope et dans les circonstances actuelles, elle est capable du meilleur comme du pire.

Du meilleur parce que si elle ne peut concurrencer l’anglais, voire le chinois, elle est une des premières au monde.

Du pire, parce qu’elle permet aux francophones du Tiers-Monde de croire qu’elle leur ouvre un droit de devenir français alors que leurs pays ont tant besoin d’eux.

Ne nous cachons pas que son rayonnement est gravement mis en péril par l’effondrement de l’enseignement en général, du français en particulier (la centaine d’ouvrages consacrés à la débâcle scolaire française a épuisé le vocabulaire catastrophiste pourtant riche (déroute, débâcle, écroulement, effondrement, ruine, pauvreté, trahison, etc.,). A l’heure où j’écris, le Ministre de l’Education Nationale (sic) dit : « Je me contenterais que l’on arrive à y parler quelque chose qui ressemble au français ».

Dans la scolarité, l’immigration massive a ruiné la discipline la plus élémentaire et donc le silence dans les classes, condition sine qua non de l’attention. Mais s’y ajoutent des facteurs bien plus graves encore, de violence et d’incivilité, véritable régression institutionnelle. Le tout aggravé par le parti pris communiste voire gauchiste de la plupart des maîtres, soixante-huitards attardés issus des IUFM mais, Dieu merci, au bord de la retraite.

LA CULTURE ou plutôt LA CIVILISATION FRANCAISE

La civilisation française participe évidemment de la culture mondiale. Mais, cet universalisme ne supprime pas ses particularités qui sont précisément l’essence de son identité. La chanson française, la poésie française, ne sont pas réductibles à l’expression universelle des sentiments, ni la musique, ni l’art. On voit bien l’extrême difficulté qu’il y a à assimiler des populations étrangères dont tous les gouts diffèrent des nôtres. On peut le mesurer aussi par la différence qui existe entre les prénoms des musulmans français et les prénoms nationaux traditionnels d’inspiration chrétienne que les naturalisés devaient choisir dans le calendrier.

La vraie question qui se pose au peuple français c’est celle de sa liberté et même, à moyen terme, de son existence menacée directement de submersion.

Sachant que l’immigration massive est l’instrument de son appauvrissement et de sa servitude future, c’est elle qui doit être le sujet d’un référendum dont le résultat s’imposera de gré ou de force aux oligarques qui dirigent la France puisque c’est la volonté populaire.

Les Français doivent savoir qu’à l’exception de l’Europe, tous les autres pays du monde ont conservé jalousement la forme nationale. Sinon, osons le crier à nos compatriotes : La Patrie est en danger !

En effet, la nation demeure au 21e siècle le cadre politique le plus performant pour assurer la pérennité, la liberté, la sécurité, la prospérité, la langue, la culture d’un peuple.

Plus ancienne nation du monde, avec la Chine, la France doit retrouver son cadre national et les Français la plénitude de leur identité nationale.

Et parce qu’une pensée politique doit être traduite dans un programme, voilà celui du Front National dans le cadre du retour à l’Etat-Nation :

• Inverser, au plus tôt, le courant de l’immigration
• Supprimer la double nationalité
• Rétablir nos frontières nationales
• Rendre plus sévères les procédures de naturalisation et de déchéance de la nationalité
• Refuser la régularisation des clandestins
• Etablir la préférence nationale
Organiser un référendum sur l’immigration

Les élections de mars 2010 doivent être l’occasion pour les Français de le dire clairement en votant pour le seul mouvement fidèle à la Nation et à ses valeurs : le Front National.

Jean-Marie LE PEN
Pupille de la Nation
Très jeune résistant (non affilié)
Président d’Honneur de l’Association
des Etudiants en Droit de Paris
Engagé volontaire Officier
parachutiste de la Légion étrangère
1er BEP – 1er REP – Campagnes : Indochine – Egypte – Algérie
Croix de la Valeur Militaire
Député à l’Assemblée Nationale (3 f)
Sénateur de la Communauté
Député français au Parlement européen (6 f)
Président du Front National (depuis 1972)
Pas invité au débat sur l’identité nationale
Et rarement sur les médias.

Nations Presse Info - 06.01.10

20:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

C'est de plus en plus dur d'obtenir un logement HLM: "On nous a annoncé 24 mois d'attente!"

HLM Soufian et Karima.jpg
Soufian et Karima - Strasbourg
(Cliquez sur la photo)

Jeunes parents de , 2 ans, et Ali, 3 mois, Karima et Soufian, âgés respectivement de 23 et 24 ans, ne vivent toujours pas sous le même toit. La jeune femme loue depuis quelques mois un trois-pièces à Hoenheim, au nord de Strasbourg (Bas-Rhin). Elle y vit seule avec ses enfants, tandis que son compagnon est logé chez sa mère, dans une commune périphérique à l’ouest de l’agglomération, non loin de son lieu de travail.

Désireux de vivre ensemble, « pour son équilibre et celui des enfants », le couple a d’abord imaginé emménager dans l’appartement de la jeune femme, « en attendant de trouver plus grand ».
Mais une fois leurs calculs faits, ils ont compris que la note serait trop salée : « Aujourd’hui, je paye 700 € de loyer, grâce à l’aide personnalisée au
, l’APL, et à mes aides de parent isolé, au 1 300 €, explique Karima, mère au foyer. Or, si nous nous déclarons en couple, je perdrai une bonne part de mes allocations et le salaire de Soufian, qui varie entre 900 et 1 100 €, ne suffira pas. » Le jeune homme, cariste chez Lohr Industrie, est depuis un an au chômage partiel et ignore quand son salaire sera à nouveau plus élevé.

Trouver un quatre-pièces

Sur les conseils d’une assistante sociale, Karima et Soufian ont déposé début décembre 2009 un dossier auprès de CUS Habitat, le plus important bailleur social de la communauté urbaine de Strasbourg. Leur souhait : trouver un appartement de quatre pièces situé dans une commune à mi-chemin de leurs deux lieux de résidence actuels. « On a reçu un courrier nous annonçant un délai de vingt-quatre mois d’attente ! s’exclame Soufian. Cette lettre m’a déprimé ! C’est impossible de patienter aussi longtemps ! »
Même sentiment chez Karima, qui ajoute : « Soufian passe le week-end avec nous et parfois la semaine, mais dès qu’il est absent, sa fille le réclame, c’est difficile à gérer. » Les deux jeunes gens ne baissent pas les bras : « J’ai pris contact avec le GIC (NDLR : une association d’entreprises qui recueille le 1 % logement et aide les salariés de ces sociétés dans leur recherche d’appartement) , raconte Soufian. L’un de leurs conseillers m’a assuré qu’étant donné l’urgence de notre situation, dès l’obtention de notre numéro de dossier, notre cas serait prioritaire. Je m’accroche à cet espoir ! » Sa compagne est plus prudente. « Je me dis que ça va prendre deux ans, comme ça, si ça marche avant, ce sera une bonne surprise. » Ce parcours du combattant qu’est la demande d’un logement HLM pèse sur son moral. « J’ai la sensation qu’aujourd’hui on devient un cas social dès qu’on n’a pas deux CDI, déplore Karima. A cause de ça, on se sent rabaissés… Ce n’est pas facile à vivre. » Soufian est amer lui aussi. « On a quand même la sensation que, sans piston, c’est dix fois plus difficile. »

Aujourd'hui en France - 05.01.10 

 

20:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

Les groupes anti-islamistes gagnent du terrain en Angleterre

Islamistes en GB.jpg
Extrémistes islamistes à Londres
(Cliquez sur la photo)

Pour ces associations, le but est d'empêcher l'islam radical de devenir «une force politique en Europe» et de «récupérer» leurs centres-villes.

Stop à l'islamisation de l'Europe, Ligue de défense anglaise et galloise, Casuals United : ces organisations, aux noms souvent évocateurs, sont particulièrement actives. Créée en mars dernier, la Ligue de défense anglaise (EDL) est déjà à l'origine d'une dizaine de manifestations à Birmingham, Londres, Manchester ou Leeds contre «l'extrémisme et le terrorisme islamique». «Nous ne sommes pas des nazis ou des racistes, explique Tommy, un porte-parole du mouvement. Plusieurs centres-villes sont infestés d'extrémistes. Certaines femmes ne veulent plus aller faire leurs courses par peur de cette vingtaine d'hommes habillés en robes islamiques qui crient des slogans antibritanniques et qui appellent au djihad et à la haine raciale. Ce sont nos centres-villes et nous voulons les récupérer.» Même son de cloche du côté du groupe Stop à l'islamisation de l'Europe (SIOE), crée au Danemark en 2007 et qui est apparu cette année en Grande-Bretagne. «Notre but est d'empêcher l'islam radical de devenir une force politique en Europe», peut-on lire sur leur site Internet.

Pourtant, plusieurs organisations de lutte contre le racisme dénoncent les liens de ces groupuscules avec les partis d'extrême droite et le hooliganisme. «EDL et les autres sont des groupes racistes, un club d'alcooliques, qui n'a qu'un but : attaquer les Asiatiques», explique Unis contre le racisme.

 

Figure du hooliganisme

 

Plusieurs membres du British National Party (BNP), l'équivalent britannique du Front national, ont été pris en photo lors des manifestations. Casuals United est, elle, organisée autour de plusieurs supporteurs des équipes de football britanniques. Son leader, Jeff Marsh, également cofondateur de la Ligue de défense galloise, est une des grandes figures du hooliganisme de Cardiff. Il a été emprisonné à trois reprises pour violence et a écopé d'une peine de deux ans de prison pour avoir poignardé deux fans de l'équipe de Manchester United. «Les hooligans de clubs rivaux sont unis sur ce sujet, dit-il. C'est une véritable armée qui est prête… Nous luttons contre les prêcheurs de la haine qui encouragent activement les jeunes musulmans dans ce pays à prendre part au djihad contre la Grande-Bretagne.»

Des propos qui inquiètent les autorités. «Si vous regardez le type de manifestations qu'ils organisent, le langage utilisé et les cibles choisies, c'est assez clair que leur tactique est la provocation», indique le secrétaire britannique aux Communautés, John Denham, qui compare les méthodes des groupuscules à celle de l'Union des fascistes britanniques en 1930.

Des provocations qui ont déjà engendré la violence à Harrow, au nord-ouest de Londres, en septembre dernier, lorsque des militants d'Unis contre le racisme et des membres des communautés musulmanes locales ont affronté dans la rue les partisans de Stop à l'islamisation de l'Europe venus manifester contre la construction d'une mosquée de cinq étages. Dix personnes ont été arrêtées.

Même scénario à Birmingham, où les forces de l'ordre ont emprisonné 35 personnes après avoir été la cible de bouteilles en verre et de briques.

Le Figaro -06.01.10

19:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Polanski attaque le "Parisien": il n'y a pas de petits profits

Roman Polanski, libéré début décembre sous caution par la justice suisse après deux mois de détention et assigné à résidence dans son chalet de Gstaad, a demandé aujourd'hui au Tribunal de grande instance (TGI) de Paris de condamner Le Parisien, pour avoir publié des photos de lui et de sa famille.

Les photos incriminées ont toutes été publiés lors de la libération de Roman Polanski, alors qu'il se trouvait dans son chalet de Gstaad (Suisse) où il est désormais assigné à résidence dans l'attente d'une éventuelle extradition vers les Etats-Unis.

Le 5 décembre, le Parisien avait publié trois photos pour illustrer un article intitulé "Polanski a retrouvé les siens" : l'une de Polanski arrivant à Gstaad, l'autre de sa femme, Emmanuelle Seigner derrière la vitre du chalet, et la troisième du fils du réalisateur alors qu'il s'aventurait dans le jardin enneigé.

Considérant que ces clichés représentaient une atteinte à leur droit à l'image et à l'intimité de leur vie privée, le couple Polanski a assigné le quotidien en référé. Ils réclament un total de 40.000 euros de dommages et intérêts.

Le Figaro - 06.01.10

18:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Le fils de Fabius en garde à vue pour escroquerie

Fils de FABIUS escroc.jpg
Thomas Fabius
(Cliquez sur la photo)
Thomas Fabius, fils de l'ancien premier ministre Laurent Fabius, visé par plusieurs plaintes pour escroquerie, a été placé en garde à vue ce matin à la Brigade de répression de la délinquance astucieuse (BRDA), a-t-on appris de sources proches du dossier.

Cette audition sous le régime de la garde à vue est susceptible de durer 48 heures.
Le fils de l'ancien premier ministre socialiste, chef d'entreprise, est visé depuis septembre 2009 par plusieurs plaintes pour "abus de confiance" et "escroquerie" déposées par deux chefs d'entreprises, selon une source proche du dossier.

Les deux plaignants, un temps en affaire avec Thomas Fabius dans un projet de cartes à puces, auraient déposé à plusieurs reprises au restaurant Le Fouquet's (VIIIe arrondissement) des sommes en espèces de plusieurs milliers d'euros qui lui étaient destinées.

Joint par l'AFP, l'avocat de M. Fabius, Me Cyril Bonan, n'a pas souhaité faire de commentaire.
Le Figaro - 06.01.10

18:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Italie: "pas d'étrangers ni d'animaux", les propos racistes se banalisent

ITALIE racisme banalisé -noir manif.jpg
Manif antiraciste le 17 octobre à Trieste

Un footballeur italien traité de "nègre de merde", des annonces immobilières qui stipulent "Pas d'animaux, pas d'étrangers", des immigrés agressés la nuit du Nouvel An: les comportements xénophobes se banalisent en Italie, certains évoquant même un "racisme institutionnel".

"La situation se dégrade. Tous les jours, un noir se fait tabasser. On ne peut pas continuer comme ça", explique à l'AFP Gian Antonio Stella, journaliste spécialisé dans les mouvements de droite et auteur du livre "Nègres, tapettes, youpins & co. L'éternelle guerre contre l'autre", paru début décembre.

Parmi les derniers exemples relevés, la nuit de la Saint-Sylvestre: un Ethiopien tabassé à Florence, parce que son amie protestait contre des jets de pétards, et un Egyptien frappé aux cris de "pédé de merde", selon l'organisation Arcigay.

Quelques jours plus tôt, c'était le "Noël blanc" organisé par un maire de la Ligue du Nord, parti anti-immigrés membre de la coalition de droite au pouvoir, qui défrayait la chronique. L'opération visait à recenser les étrangers de Coccaglio (3.000 habitants) et à dénoncer les clandestins en préfecture.

Des responsables de la Ligue du Nord ont également proposé de réserver des wagons de train ou des prestations sociales aux Italiens.

"La Ligue est décidée à exploiter le sentiment d'insécurité vis-à-vis de l'immigration", commente Sergio Romano, éditorialiste du quotidien Corriere della Sera. "Comme (le Premier ministre) Silvio Berlusconi a besoin du soutien de la Ligue, elle peut dire tout ce qu'elle veut".

Le chef de la Ligue "Umberto Bossi a qualifié les noirs de "Bingo Bongo" à plusieurs reprises", relève M. Stella, en rappelant ce film de 1982 où Adriano Celentano incarne un homme-singe. "A l'étranger, c'est une chose impensable. Aucun ministre français, anglais ou allemand ne se permettrait cela parce que ces pays ont réfléchi sur leur passé, ce que les Italiens n'ont pas assez fait", estime-t-il, en allusion aux lois raciales de Benito Mussolini.

La Ligue, elle, se défend de tout racisme: "Nous ne sommes pas du tout racistes. Nous sommes tellement étrangers à cette problématique que nous n'avons même pas besoin d'en parler", déclare à l'AFP Nicoletta Maggi, porte-parole de M. Bossi. La Ligue, implantée avant tout dans le nord du pays, n'est pas la seule à tenir ce type de propos.

Bernardino De Rubeis, maire de Lampedusa, petite île proche des côtes d'Afrique du Nord sicilienne où débarquent régulièrement des immigrés clandestins, est ainsi actuellement jugé pour des déclarations publiées en septembre 2008 par le quotidien La Repubblica: "Je ne veux pas être raciste mais la chair des nègres sent mauvais même si elle est lavée".

Pour Piero Soldini, responsable immigration au Cgil, le plus grand syndicat italien, tous ces propos relèvent d'un "racisme institutionnel et d'une banalisation des propos racistes" qui "produisent un racisme populaire et toléré au sein de la société". Ainsi des stades du très populaire Calcio, où après les cris de singe saluant les joueurs noirs, des supporteurs de la Juventus de Turin ont traité de "Nègre de merde" l'attaquant de l'Inter de Milan Mario Balotelli, Italien d'origine ghanéenne, scandant "Il n'y a pas de noirs italiens".

Ou des dizaines d'offres de location à caractère xénophobe qui paraissent tous les jours dans la presse: "Pas d'animaux, pas d'étrangers" ou encore "Italiens uniquement, pas de Chinois".

Un premier procès contre le journal de petites annonces Porta Portese, qui a laissé paraître des avis excluant "les personnes de couleur", est en cours à l'initiative de l'Office national anti-discrimination.

Voila Actualités - 06.01.10

17:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Un maire refuse de retirer le portrait du maréchal Pétain

Le maire de Gonneville-sur-Mer (Calvados) refuse de retirer un portrait du maréchal Pétain affiché de la salle des mariages de l'hôtel de ville, malgré la demande en ce sens de la Ligue contre le racisme et l'antisémitisme (Licra), a-t-on appris auprès de l'élu et de la Licra.

"L'élu refuse de retirer le portrait "sous le préxtexte fallacieux d'une galerie de portraits de chefs de l'Etat, ça s'appelle du révisionnisme historique. L'Etat et la République, ce n'est pas la même chose. Je ne connais pas une mairie de France qui affiche un portrait de Pétain", a déclaré le secrétaire général de la Licra Richard Séréro.

"Cela porte atteinte au respect de la mémoire des victimes et de leurs familles qui ont eu à souffrir de décisions politiques prises par Philippe Pétain", a ajouté la Licra dans un communiqué dénonçant une "réhabilitation" du maréchal.

"Nous venons d'écrire au préfet pour qu'il mette fin à ce trouble à l'ordre public", a ajouté M. Séréro. Interrogé, le maire de Gonneville-sur-mer Bernard Hoyé a répondu: "Pétain apparaît dans une galerie de portraits des chefs de l'Etat français, qu'il soit controversé ou pas, je ne suis pas historien, je n'ai pas à prendre partie, contrairement à la Licra qui n'est pas objective", a-t-il dit.

Le portrait est présent depuis des décennies à la mairie, a affirmé M. Hoyé, maire depuis 2008. M. Hoyé a indiqué qu'il n'était pas membre de l'Association pour défendre la mémoire du maréchal Pétain (ADMP) qui milite pour la révision du procès de Pétain et qu'il était "évident" qu'il ne contestait pas la Shoah.

A la question de savoir s'il contestait le fait que le maréchal Pétain avait collaboré avec l'Allemagne nazie et sa politique d'extermination des juifs, M. Hoyé a répondu: "Pétain a été condamné. On ne peut pas remettre en cause une décision de justice".

Le Figaro - 05.01.10

02:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

Haro sur l'Iran! Le maire de Paris ajoute son venin

bertrand-delanoe-2481426_1350.jpg

Iran s’embrase. A Téhéran, à Qom, à Ispahan, à Chiraz, à Qasvin, à Tabriz, le peuple se lève, descend dans la rue, se saisit de tous les moyens à sa disposition (notamment Internet, qui contribue à donner à sa révolte un écho planétaire), et entend dire qu’il est décidé à ne plus abdiquer sa liberté ni sa dignité.



Titre de l'article original: "L’Iran de la liberté"
   5 janvier 2010
    
 Que peut faire, face à une telle vague, un pouvoir qui s’est réduit lui-même à sa dimension d’agressivité militaire et policière ? Il peut frapper, bien sûr, et il ne s’en prive pas : la milice du régime blesse et tue, dans l’ombre, d’humbles citoyens qui ne demandaient qu’à vivre debout. Il peut emprisonner, enfermer: la sœur de Shirin Ebadi, cette grande voix de la liberté, vient ainsi d’être arrêtée, dans l’arbitraire le plus complet. Il peut aussi diffamer, il peut calomnier, il peut, avec la fièvre et l’irrationalité des vraies paniques, chercher désespérément des boucs émissaires de circonstance. C’est ainsi que le secrétaire du « Conseil des gardiens de la Constitution », l’imam Ahmad Jannati, a accusé Moussavi, le « chef de la sédition » d’être un agent « à la solde » de l’étranger…  Mais en réalité, ce parti de l’étranger, cette faction marginale, c’est un peuple en marche, et désormais en lutte. Contre un régime qui n’en finit plus d’accentuer ses dérives mortifères. Contre des dirigeants enfermés dans une logique de destruction. Contre des mercenaires entraînés à menacer et à tuer, ces bassidji qui sont organisés comme une armée et se comportent comme des bandits.
   
 C’est un combat à mains nues, mais qui a pour lui le courage de la liberté. C’est aussi la lutte d’une jeunesse (les deux tiers des Iraniens ont moins de trente ans) à qui il ne faut plus raconter d’histoires sur la glorieuse révolution de 1979, parce qu’elle ne voit que ce qui est.
 
Ce qui est en jeu est considérable : ce n’est rien de moins qu’une certaine conception de l’Homme et de l’universalité de ses droits. C’est aussi le rêve d’une société plus sécularisée, plus ouverte, où les femmes retrouveraient la possibilité de vivre la vie qu’elles choisissent :
quand on pense à l’Histoire, celle qui est faite et celle qui reste à faire, on ne peut qu’être profondément ému par ces images des manifestations de la semaine dernière, où ce sont les hommes qui, par une forme de défi sans violence, avaient choisi de porter le foulard, tandis que les femmes défilaient tête nue.
 
 Aujourd’hui, je veux dire mon admiration à ces foules sans armes, et ma solidarité à ce grand peuple fier, à l’Iran de la liberté.
 
 Bertrand Delanoë
 
 article original: http://bertranddelanoe.net/leseditos/editocentral/l%E2%80...

Alter Info - 05.01.10

01:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)