Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/01/2010

Le Pharaon Khephren était un Blanc

Pharaon Khephren.JPG
Khephren
(Cliquez sur la photo pour l'agrandir et la voir en totalité)
Le Pharaon Khephren n'était pas noir comme
le prouve sa statue en diorite du musée du Caire. La rectitude du profil
montre à l'évidence que nous ne sommes pas en présence d'une typologie
négroïde. Il est pratiquement admis maintenant que les fondateurs de
l'Egypte étaient de type caucasien.

00:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

17/01/2010

Le Pape aurait-il peur des Juifs?

Pape synagogue 17 janvier 2010.jpg
Benoît XVI à la Synagogue de Rome le 17 janvier 2010
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)
Le chef de la communauté juive romaine a demandé solennellement dimanche au pape Benoît XVI, en visite à la synagogue de la capitale italienne, l'ouverture des archives sur Pie XII, accusé d'avoir gardé le silence pendant la Shoah. "Le silence de Pie XII face à la Shoah est encore douloureux et représente une occasion manquée", a déclaré Riccardo Pacifici devant le pape. "Peut-être qu'il n'aurait pas arrêté les trains de la mort, mais il aurait transmis un signal, une parole d'extrême réconfort, de solidarité humaine pour nos frères emportés vers Auschwitz", a-t-il ajouté.

"En attente d'un jugement partagé, nous souhaitons, avec le plus grand respect, que les historiens aient accès aux archives du Vatican sur cette période et tous les événements liés à l'effondrement de l'Allemagne nazie", a-t-il poursuivi.

"Le Vatican a mené une action de secours, souvent cachée et discrète" (pape)

Benoît XVI lui a ensuite répondu indirectement. "En ce lieu, comment ne pas se souvenir des juifs romains qui furent emportés de leurs maisons, devant ces murs et furent tués à Auschwitz ? Comment est-il possible d'oublier leurs visages, leurs noms, les larmes, le désespoir des hommes, des femmes et des enfants ?" a lancé le pape.
"Hélas ! beaucoup restèrent indifférents, mais beaucoup, y compris parmi les catholiques italiens, soutenus par la foi et l'enseignement chrétien, réagirent avec courage, en ouvrant les bras pour secourir les juifs traqués et en fuite, au risque de leur propre vie. Ils méritent une gratitude éternelle", a-t-il ajouté, salué par les applaudissements de l'audience. "Même le Siège apostolique (le Vatican, NDLR) a mené une action de secours, souvent cachée et discrète", a-t-il poursuivi, sans susciter cette fois-ci de réaction dans l'édifice. "La mémoire de ces événements doit nous pousser à renforcer les liens qui nous unissent pour que grandissent toujours plus la compréhension, le respect et l'accueil", a ajouté le pape.

La visite de Benoît XVI à la synagogue de Rome, la première depuis celle historique de Jean-Paul II en 1986, a suscité la polémique au sein de la communauté juive, en raison de la décision récente de Benoît XVI de faire progresser le processus de béatification de Pie XII, gelé depuis des décennies.

Le Point - 17.01.10

19:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (19)

Immense succès de la Marche pour la vie et contre l'avortement

En vie 17 01.10.jpg
PARIS (NOVOPress) - Selon nos correspondants sur place, la 6e Marche pour le respect de la vie, dont le cortège s’est ébranlé à 15 h 45 de la place de la République par le boulevard Saint-Martin en direction de la place de l’Opéra, rassemble au moins 18 000 personnes. Du jamais vu en France, depuis l’adoption de la loi Veil en 1975, pour une manifestation d’opposition à l’avortement. A 16 h 30, la tête du cortège se trouvait à mi-parcours alors que la queue de la manifestation se trouvait toujours à République.

Pour les organisateurs, la date du 17 janvier n’a pas été choisie au hasard : elle est celle de la promulgation de la loi Veil, il y a trente-cinq ans. Les manifestants réclament notamment la « reconnaissance de la valeur sacrée de la vie humaine depuis sa conception jusqu’à son terme », « l’arrêt des atteintes à la vie et de l’avortement qui est la suppression d’un être humain innocent, sans porter de jugement sur les personnes sur lesquelles pèsent souvent la souffrance, l‘isolement ou un conditionnement social déstabilisant », des « aides et informations pour les femmes enceintes et les familles en difficulté, en vue de l’accueil de leur enfant ».

Signe, peut-être, que quelque chose est en train de changer dans l’Eglise de France, cette Marche pour le respect de la vie a reçu le soutien de vingt-six évêques, parmi lesquels Mgr Aillet, évêque de Bayonne, Mgr Kratz, évêque de Strasbourg, Mgr Castet, évêque de Luçon, Mgr Cattenoz, évêque d’Avignon, Mgr Poulain, évêque de Périgueux, et même Mgr Barbarin, cardinal-archevêque de Lyon et primat des Gaules.

Si Mgr Vingt-Trois, cardinal-archevêque de Paris, est resté silencieux, au moins un évêque, en plus d’apporter son soutien, a rejoint le défilé : il s’agit de Mgr Dominique Lebrun, évêque de Saint-Etienne, ancien curé de la basilique Saint-Denis et membre de la commission communication de la Conférence des évêques de France.

NOVOpress - 17.01.10

18:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (17)

"Les étoiles noires" de Lilian Thuram

ali-thuram.jpg
Mohamed Ali, le célèbre boxeur, (à gauche) fait parti des "étoiles" de Lilian Thuram.
(Cliquez sur la photo)
Le plus intello des foot-balleurs redonne aux Noirs leur place dans l'Histoire.

"C'est tout Thuram : il arrive à trouver où il faut quelque chose qui ne lui est pas tout à fait naturel." Voilà ce que disait Arsène Wenger, son découvreur, dans le formidable documentaire que Canal + a consacré au plus titré des footballeurs français, qui, d'abord milieu offensif, a su devenir un excellent défenseur. Publier un livre sur les grands personnages noirs de l'Histoire, "De Lucy à Obama"n'est pas forcément ce qu'il y a de plus " naturel" pour une star du foot. Mais Thuram a le don de surprendre. Et
pas seulement quand il s'agit de marquer un deuxième but contre la Croatie à vingt minutes de la fin...

Mes étoiles noires , livre d'histoire, raconte d'abord la sienne. A l'enfant né en Guadeloupe, venu en France à l'âge de 9 ans, grandi sans père mais auprès d'une mère exceptionnelle, personne n'est venu conter les hauts faits des Noirs. Toutes ses références venaient du monde des Blancs. Aujourd'hui, il use de sa renommée pour inscrire, noir sur blanc, celle des héros de son panthéon noir, à l'attention des Blancs. " C'est un perfectionniste"", note son éditeur, Philippe Rey, qui, une année durant, a vu Lilian établir une liste de personnages et rencontrer spécialistes et témoins pour tout en connaître, du paléontologue Yves Coppens à la fille de Frantz Fanon - l'auteur de Peau noire, masques blancs étant une figure clé du livre. Une batterie d'historiens aussi. Le résultat est un livre excellent, documenté, intelligent et plein d'humanité, soutenu par la plume remarquable de Bernard Fillaire.

 Thuram explique sans complaisance ce que signifie de naître noir, couleur de peau marquée par la souffrance de l'esclavage. Mais préfère convier ceux qui, au fil des siècles, l'ont aidé à se construire en faisant briller cette partie si longtemps ignorée de l'humanité. Combattants glorieux - Toussaint Louverture, Patrice Lumumba - ou anonymes, comme les tirailleurs, présentés sous forme de portraits émaillés de confidences. Trajectoires méconnues d'un explorateur du pôle Nord ou d'un voyageur interplanétaire malien, qui se lisent comme des contes... N'en déplaise à ceux qui continuent de croire que les qualités physiques des Noirs les portent "naturellement" vers les exploits du corps ("esclavage égale effort physique"), les sportifs ne sont pas les mieux représentés ! Certes, Major Taylor, roi de la petite reine, et des héros du ring nommés Battling Siki ou Panama Al Brown, la "libellule noire", que Cocteau prit sous son aile, et bien sûr Mohammed Ali, sont au rendez-vous.

 Mais le livre commence dès l'aube de l'humanité avec Lucy, se poursuit avec le pharaon noir Khéphren (prénom d'un fils de Thuram, l'autre s'appelle Marcus, comme Garvey) et plus tard, au Mali, dont les célèbres chasseurs du Mandé rédigent la première déclaration des droits de l'homme (1222). Dans cette galerie, les femmes (derrière la première étoile, sa mère) ont la part belle. La princesse angolaise Zingha, résistant à l'envahisseur portugais, l'Américaine Phillis Wheatley, esclave devenue poétesse, ou Dona Béatrice, la Jeanne d'Arc du "Kongo".

"Nous sommes vos fils et vos filles, nous continuerons à parler, à écrire pour dénoncer les injustices", a promis Thuram à Aimé Césaire, devant sa tombe. Promesse accomplie dans ce livre où ce passeur pourrait faire siens, en France, ses mots pour Mohammed Ali. "Il a obligé la société américaine à se questionner sur le racisme anti-Noirs, il a fait de son poids médiatique une force politique. Si la notoriété a un sens, c'est celui-là."


* Mes étoiles noires , de Lilian Thuram, avec la collaboration de Bernard Fillaire (Philippe Rey, 400 p., 18 €).

Le Point.fr - 16 janvier 2010

 Lire les commentaires sur cet article: http://www.lepoint.fr/culture/2010-01-15/histoire-le-pant...

00:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (27)

16/01/2010

Gaudin, l'arroseur arrosé - SOS Racisme s'indigne de ses propos sur les musulmans

SOS Racisme s'indigne aujourd'hui dans un communiqué des propos du maire de Marseille Jean-Claude Gaudin sur les musulmans, jugeant qu'il est "temps que le débat sur l'identité nationale cesse" au vu des "dérapages" qu'il engendre.

L'organisation "constate une nouvelle fois que le débat sur l'identité nationale donne lieu a des dérapages tel que celui du Maire UMP de Marseille Jean-Claude Gaudin, qui a déclaré: "Nous nous réjouissons que les musulmans soient heureux du match, sauf que quand après ils déferlent à 15.000 ou à 20.000 sur la Canebière, il n'y a que le drapeau algérien et il n'y a pas le drapeau français, cela ne nous plaît pas ".

M. Gaudin s'exprimait lors d'une rencontre avec des militants UMP en présence du ministre de l'Immigration, Eric Besson, précédant le débat sur l'identité nationale organisé à la préfecture.

SOS Racisme s'est dit "choqué et scandalisé par cette énième déclaration qui démontre parfaitement les dérives du débat sur l'identité nationale qui favorise tous les amalgames".

"La République française se doit de garantir le vivre ensemble et doit voir ses responsables s'interdire d'oeuvrer au délitement des principes de fraternité et d'égalité de traitement", estime l'organisation selon laquelle "il est temps que le débat sur l'identité nationale cesse".

Le Figaro - 16 janvier 2010

 

 

 

 

23:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

A Port-au-Prince, la foule se rue sur l'aide alimentaire jetée du ciel

Aide alimentaire US.jpg

Les premières rations alimentaires ont été distribuées samedi dans le centre de Port-au-Prince: un hélicoptère de l'armée américaine a jeté dans un stade une demi-douzaine de cartons sur lesquels des Haïtiens affamés se sont jetés dans une cohue indescriptible.

(Cliquez sur la photo)

Certains allaient jusqu'à défendre la manne tombée du ciel à la machette.

L'hélicoptère américain est arrivé lentement dans le ciel de la capitale haïtienne, à basse altitude, en direction du stade Delmas de la place de la Paix.

Des centaines d'enfants et de jeunes adultes ont couru derrière lui dans l'enfilade des rues qui mènent au stade où des milliers d'Haïtiens campent depuis le tremblement de terre qui aurait fait jusqu'à 50.000 morts.

L'hélicoptère est resté positionné quelques secondes en vol stationnaire au-dessus de l'enceinte sportive, derrière une tribune, à une vingtaine de mètres de hauteur.

Dans le souffle des pales de l'hélicoptère, sous ses moteurs vrombissant, ses poursuivants ont traversé en courant, dans une cohue rageuse, le terrain de football. Avant d'escalader la tribune en partie effondrée, puis un mur de près de deux mètres.

Un soldat en treillis assis à l'entrée de l'hélicoptère a jeté une poignée de petits cartons, contenant chacun une dizaine de rations alimentaires, sur le toit en béton d'un immeuble endommagé par le séisme qui jouxte directement le stade. L'hélicoptère est immédiatement reparti.

Sous le poids de la foule, le toit s'est mis à bouger, a constaté un journaliste de l'AFP. Deux hommes qui se sont emparés d'un des cartons ont brandi une machette pour défendre leur butin.

De retour sur le terrain de football, une vingtaine, puis une cinquantaine de personnes se sont bagarrées pour récupérer un des cartons, sans que la rixe n'aille jusqu'à dégénérer.

Au bout de quelques minutes une femme pouvait ainsi exhiber son trésor d'un jour: un paquet marron portant l'inscription "Ready to eat individual meal" (ration alimentaire individuelle prête à manger).

"Je pensais qu'ils viendraient vraiment nous aider. Et ils ne se sont même pas posés", tempête toutefois Rosier Bénice, un père de famille qui dort dans le stade depuis le tremblement de terre.

"Ce n'est pas bon ça, ce n'est pas bon. Ils devraient atterrir au milieu du stade pour donner à manger à tout le monde. Là, seules quelques personnes ont eu une ration. Moi j'attends que des gens viennent nous aider, pas des hélicoptères", a témoigné un autre homme, Jean-Patrice Edmond, 35 ans, qui vit avec femme et enfants dans le stade.

La chef de la diplomatie américaine, Hillary Clinton, a indiqué samedi matin alors qu'elle était en route pour Haïti que les militaires américains avaient tenté d'établir des zones d'atterrissage pour permettre à des hélicoptères de livrer de l'aide mais que ce plan avait dû être abandonné lorsque l'armée avait réalisé que les Haïtiens envahiraient ces sites à chaque atterrissage.

Des responsables du département d'Etat ont aussi demandé aux militaires américains si des fournitures pouvaient être parachutées aux Haïtiens mais il leur a été répondu que c'était "trop dangereux".

L'arrivée de l'aide internationale à Haïti est par ailleurs entravée par des difficultés logistiques, l'aéroport international, contrôlé depuis peu par les Américains, étant engorgé.

Le Point- 16 janvier 2010

23:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Il prononce le mot "bombe" dans un avion: il est incarcéré

Un Français de 66 ans a été arrêté mardi à bord d'un qui faisait escale aux Emirats, pour avoir plaisanté avec son voisin de cabine en employant le mot «bombe». Suite à cette plaisanterie qui a effrayé le personnel de bord, Jean-Louis Lioret qui se rendait de à Bangkok via Abu Dhabi par un de la compagnie émiratie Etihad Airways, a été  immédiatment incarcéré à la prison centrale d'Abu Dhabi.

 « Son voisin lui a demandé de mettre un paquet à côté de lui, où il y avait de la place. Il a dit en plaisantant, « j'espère que ce n'est pas une bombe » et cela a paniqué le personnel de bord qui a alerté la sécurité », a déclaré son frère Michel Lioret, qui a pu s'entretenir brièvement avec lui samedi.

« Il a été descendu de l'avion, a été interrogé par des policiers, à qui il a tenté d'expliquer qu'il ne faisait qu'une plaisanterie et que le paquet en question ne contenait que des cigarettes, mais il s'est retrouvé en prison », a-t-il poursuivi. A Paris, le ministère des Affaires étrangères a indiqué que son ambassade à Abu Dhabi avait été informée vendredi de cette arrestation et suivait attentivement la situation.

« Notre ambassade s'est saisie du dossier. Notre section consulaire est en contact avec les autorités émiraties et les a informé que notre compatriote était sous protection consulaire», a-t-on indiqué au Quai d'Orsay. « Une visite aura lieu dès que possible », a-t-on ajouté de même source.

Selon des proches de Jean-Louis Lioret, le voisin de cabine de ce dernier aurait aussi été interpellé, mais on ignorait samedi sa nationalité et s'il avait été maintenu ou pas en détention.

Depuis l'attentat manqué du 25 décembre à bord du vol Amsterdam - Detroit, les contrôles ont été renforcés dans les aéroports du monde entier et les compagnies aériennes appliquent parfois de façon drastique ces nouvelles consignes de sécurité.

De plus Jean-Lioret n'est pas le premier français à être incarcéré dans une prison à l'étranger pour des incidents dérisoires. Trois français ont été arrêtés le mois dernier à bord du vol Sao Polo - Paris et sont toujours détenus au Brésil.  Il leur est reproché d'avoir semé la panique à bord de l'avion après que celui-ci soit resté bloqué pendant quelques heures sur le tarmac.

Le parisien - 16 janvier 2010

 

19:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

VIDEO Identité nationale: Gaudin dérape sur la "déferlante"!

Gaudin dérape.jpg

(De Marseille) Eric Besson était hier à Marseille pour débattre de l'identité nationale. Il aura suffi que le ministre de l'Immigration s'absente quelques minutes des salons d'honneur de la préfecture des Bouches-du-Rhône pour que le débat dérape.

Le motif : une déclaration du maire de Marseille Jean-Claude Gaudin qui, évoquant les suites du match Algérie-Egypte en novembre, a parlé de « 15 000 musulmans qui ont déferlé » dans le centre-ville de Marseille.

Ces propos, le vice-président de l'UMP les aurait en fait tenu un peu plus tôt dans l'après-midi, à l'occasion d'une réunion organisée par son parti dans les salons d'honneur du stade Vélodrome et qui portait déjà sur le thème de l'identité nationale.

Le maire s'était exprimé au même titre qu'Eric Besson ou d'autres intervenants, et avait choisi de revenir sur les débordements qui avaient suivi, à Marseille, la victoire de l'Algérie face à l'Egypte à l'occasion des éliminatoires de la Coupe du monde de foot.

Un militant UMP d'origine algérienne revient sur les propos du maire de Marseille

Or, parmi les invités du débat en Préfecture, de nombreuses personnes étaient également présentes l'après-midi lorsque le maire a évoqué « la déferlante ». Des propos qui ont suffisamment choqué certains, dont un militant UMP d'origine algérienne, pour qu'ils les rapportent au second débat, en préfecture. Devant 200 personnes mais en l'absence d'Eric Besson, le ministre s'étant absenté le temps qu'aura duré l'altercation.

Le premier, militant UMP, s'est dit « blessé » et choqué par l'attitude de Jean-Claude Gaudin. :

« Je compromets peut-être mon avenir politique en vous le disant publiquement, mais vous m'avez blessé, ma famille et les 200 000 musulmans qui vivent à Marseille. J'espère vraiment que ce n'était qu'un dérapage. »

 

La seconde, enseignante en histoire-géo, « de gauche », a été plus précise sur ce que l'un et l'autre reprochaient au maire :

« J'ai été vraiment heurtée par les propos que je cite : il a dit à propos de la célébration de la victoire algérienne, “15 à 20 000 musulmans ont déferlé dans les rues de Marseille”. En tant qu'enseignante, ce langage me rappelle la période coloniale. Il s'agissait de 15 à 20 000 franco-algériens, pas de musulmans. »

 

Gaudin aurait aimé « qu'il y ait eu des drapeaux français sur la Canebière »

Jean-Claude Gaudin, passablement remonté, a tenté de se justifier. D'abord en louant la tradition d'accueil d'une « ville habituée à l'étranger » et en reprenant le déroulé de son propos :

« Lorsqu'il y a un match de foot où l'Algérie gagne et où ceux d'origine algérienne ou de confession musulmane veulent faire la fête, nous sommes très heureux qu'ils la fassent.

 

J'aurais simplement aimé que sur la Canebière, lorsqu'il y a eu 15 000 personnes, où il y a eu une multitude de drapeaux algériens, qu'il y ait eu aussi quelques drapeaux français parce que la France est généreuse ».

 

Avant de s'emporter, encore :

« Vous n'avez pas très bien compris ni assimilé ce que je dis. Depuis quinze ans que je suis maire, l'étranger est accueilli avec un E majuscule. Je fais tout pour que la ville soit unie et soudée et je n'accepte pas ce genre de propos.

Peut-être me suis-je mal exprimé, mais si je me suis mal exprimé, j'ai rétabli maintenant la vérité. Allez, terminé ! »

 

La suite du débat aura été scandée par les interventions d'invité(e)s saluant la présence non pas du ministre Eric Besson mais de Nora Preziosi, conseillère municipale UMP de Marseille, issue des quartiers nord et visiblement amie avec une grande partie de l'assemblée.

Addendum le 16/1 à 18h27. Patrick Menucci, chef du groupe socialiste à la mairie, a commenté les déclarations de Jean-Claude Gaudin :

« C'est une déclaration terrifiante, j'ai de la considération pour Jean-Claude Gaudin et je pense justement que ces propos, qui sont inqualifiables, sont le fruit du débat sur l'identité nationale.

Que le maire de Marseille, vice-président du Sénat, soit amené à dire une chose comme ça, c'est proprement stupéfiant. Ce dérapage verbal est la conséquence même du débat nauséabond que nous a imposé le ministre de l'Immigration. »

Rue89 - 16 janvier 2010

18:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Deux avions français refusés à l'aéroport de port-au-Prince

Le président haïtien René Préval a demandé aujourd'hui aux représentants de la communauté internationale de mieux coordonner les efforts d'aide en faveur des victimes du séisme et de ne pas se quereller sur l'assistance à apporter aux sinistrés.

René Préval a évoqué une "situation extrêmement difficile. Nous devons garder notre calme" pour assurer "la coordination" de l'aide et "ne pas nous accuser mutuellement", a-t-il dit à l'Associated Press.

Les Etats-Unis sont actuellement en charge de la gestion de l'aéroport de Port-au-Prince.

Le secrétaire d'Etat français chargé de la Coopération Alain Joyandet s'est plaint à la suite du refus d'autoriser deux avions français à se poser sur l'aéroport. Il a déclaré à l'AP que l'un d'eux transportait un hôpital de campagne et que l'autre avait été envoyé pour évacuer des ressortissants français.

Le Figaro - 16 janvier 2009

18:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Une odeur de mort plane sur Port-au-Prince

Haîti des rescpas s'affront - pillages.jpg
Des rescapés s'affrontent dans un magasin en ruine qu'ils pillent
Haiti chaos et pillages.jpg
Dans les rues de Port-au-Prince
(Cliquez sur les photos)

Barack Obama a chargé George W. Bush et Bill Clinton de rassembler des fonds pour les victimes du séisme. Malgré les premières distributions humanitaires, l'île reste en proie au chaos et aux pillages.

Quatre jours après le séïsme qui l'a ravagé, faisant des dizaines de milliers de victimes, Haïti est toujours en proie au chaos. L'aide humanitaire commence à parvenir aux habitants de l'île, mais elle reste limitée.

Les Etats-Unis ont dépêché une avant-garde de 4.200 soldats, qui ont pris le contrôle de l'aéroport de Port-au-Prince, la capitale. Plus de 6.000 hommes supplémentaires sont attendus. Mais le reste de la ville et de l'île sont privées de protection et le risque d'émeutes se fait plus grand chaque jour.

«Tant que les gens auront faim et soif, tant que nous n'auront pas réglé le problème des sans-abri, nous courrons le risque d'émeutes», a lancé le ministre brésilien de la Défense, Nelson Jobim, l'un des premiers officiels étrangers à se rendre en visite à Port-au-Prince.

Vendredi soir, un premier cargo a pu livrer ses marchandises, du charbon et des bananes. Les militaires américains ont aussi amené des vivres et du matériel, mais la distribution est un casse-tête pour les sauveteurs dans une île qui ne possède pas d'armée et peu de forces de l'ordre opérationnelles.

 

Pillages et chaos

 

Les pillages sont en hausse. Vendredi, le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé que ses entrepôts de vivre avaient été mis à sac. Dans une île en proie d'ordinaire à la violence des bandes armées, nombre d'habitants craignent un bain de sang. «Des hommes armés de machettes font irruption pour voler l'argent», raconte ainsi Evelyne Buino, une jeune esthéticienne. «Et ce n'est que le début». «Les gens sont affamés, assoiffés. Ils sont livrés à eux-mêmes. C'est de plus en plus dangereux. Il n'y a plus de police, les gens font ce qu'ils veulent», déplore Léon Melesté, un religieux adventiste.

Un exode est en cours depuis Port-au-Prince, les sinistrés préférant quitter la capitale plutôt que de dormir dans les rues, à la merci des bandes armées. Ils cherchent à rejoindre des zones du pays moins ravagées. Plus de 6.000 détenus ont pu s'évader des prisons du pays et se baladent en liberté au milieu des cadavres et de la désolation. L'ampleur du sinistre se fait plus grande chaque jour. La ville de Leogane a ainsi vu 80% à 90% de ses bâtiments endommagés ou détruits.

 

La mobilisation continue

 

Le monde entier continue cependant de se mobiliser. Barack Obama a invoqué vendredi soir Martin Luther King, qui sera à l'honneur aux Etats-Unis lundi. Parlant du «désir de servir et notre générosité d'esprit doivent dépasser les limites de notre communauté», le président américain a affirmé : «En soutenant nos frères et nos soeurs par notre dévouement et notre sens du service, à la fois chez nous et dans le monde, nous rendons hommage à la mémoire du Dr King et réaffirmons notre humanité».

La secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, est attendue samedi sur l'île. Dimanche, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon, se rendra également sur place. L'ONU a perdu 37 personnes et compte 330 disparus. Les Nations Unies ont demandé en urgence 560 millions de dollars pour aider les Haïtiens.

Plusieurs célébrités ont lancé des initiatives. Dernière en date, celle du tennisman Roger Federer qui mis sur pied une exhibition à l'Open d'Australie afin de lever des fonds en faveur des victimes du séisme . «J'ai pensé, a expliqué le Suisse samedi, qu'on pouvait faire quelque chose pour aider Haïti après ce tremblement de terre tragique. Alors j'en ai parlé à d'autres joueurs de premier plan et ils ont tous estimé qu'on pouvait mettre sur pied un événement. On va jouer des parties de double ou de double mixte dimanche et essayer de remplir ainsi le stade. Il y aura une donation de dix dollars pour venir nous voir jouer», a-t-il expliqué à la presse.

Le rappeur américain d'origine haïtienne Wyclef Jean, qui s'est mobilisé parmi les premiers et a levé 2 millions de dollars en quelques heures, a lui subi les foudres du Better Business Bureau Wise Giving, un groupe d'éthique supervisant les opérations de charité, qui lui reproche ses méthodes et l'opacité de sa comptabilité.

Le Figaro - 16 janvier 2010

18:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (27)

La justice américaine refuse que Polanski soit jugé par contumace

Un procureur de Los Angeles s'est opposé une nouvelle fois à ce que Roman Polanski, poursuivi aux Etats-Unis pour une affaire de relations sexuelles avec une mineure datant de 1977, soit jugé par contumace. Le réalisateur est assigné actuellement à résidence en Suisse.

Le procureur David Walgren a déclaré vendredi que Polanski devait se présenter en personne devant le tribunal de Los Angeles, qu'il est "un fugitif reconnu coupable de viol d'enfant", ce qui ne l'autorise pas à dicter au tribunal comment il doit être jugé.

S'il était jugé par contumace et condamné à une peine d'emprisonnement, le cinéaste pourrait rester un fugitif, a précisé le procureur. Et s'il n'était condamné à aucune peine de prison supplémentaire, Polanski pourrait revenir librement aux Etats-Unis sans subir de conséquences, a ajouté David Walgren.

Il a également observé qu'une reddition volontaire de Polanski, en personne, "préserverait la dignité du tribunal" et l'empêcherait de "bafouer les procédures du tribunal".

Le cinéaste de 76 ans est assigné à résidence dans son chalet de Gstaad, après avoir passé plus de deux mois en prison, dans l'attente d'une décision de la justice suisse sur la demande d'extradition des Etats-Unis.

Le cinéaste avait plaidé coupable après les faits, puis s'était enfui en 1978 en apprenant que le juge -décédé depuis- avec lequel il avait négocié une remise de peine allait revenir sur sa décision pour le punir plus sévèrement.

La prochaine audience est fixée au 22 janvier. AP

Nouvel Obs.com - 16 janvier 2010

17:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

15/01/2010

VIDEO Polygamie et logement social

http://www.youtube.com/watch?v=yG89JKlxlno

23:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Initiation à l'homosexualité à l"école primaire!

Appel à pétition des « 4Vérités Hebdo » contre une incitation à l’homosexualité à destination des enfants de 9 à 10 ans avec le soutien du ministère de l’Education nationale.

http://www.les4verites.com/petition-lune.php

Il arrive un moment où il faut dire stop. Stop à la stupidité, stop à la provocation, stop à l’immoralité. Une souscription légale vient d’être lancée par Sébastien Watel, réalisateur d’un film intitulé « Le baiser de la lune », qui serait diffusé dans les classes de CM1 et de CM2.

Dans son appel à souscription, Watel lui-même explique :

« Le baiser de la lune est un court métrage d’animation poétique (sic !) destiné à servir d’outil pédagogique pour aborder les relations amoureuses entre personnes du même sexe à l’intention des enfants de CM1/CM2.
« Le film d’animation le baiser de la lune dépeint, de façon poétique, différentes façons de s’aimer, dont celle de deux « poissons-garçons ».
« A travers ce film, je souhaite apporter une meilleure représentation des relations amoureuses entre les personnes du même sexe.
« Il s’agit de montrer que deux hommes ou deux femmes peuvent s’aimer, même si leurs amours paraissent différents ou impossibles.
« Au-delà de la problématique homosexuelle, ce film est une lutte contre les discriminations, par un apprentissage du respect de l’autre et de sa différence. »

Sur le site de cette œuvre à vocation prétendument éducative, on apprend encore que « Ce film raconte l’évolution du regard archaïque d’une grand-mère, sur les relations amoureuses. »

« Prisonnière d’un château de conte de fée, une chatte, « la vieille Agathe », est persuadée que l’on ne peut s’aimer, que comme les princes et princesses. Mais cette vision étroite de l’amour est bouleversée par Félix, qui tombe amoureux de Léon, un poisson-lune, comme par la lune, amoureuse du soleil : deux amours impossibles, pour « la vieille Agathe ». Pourtant, en voyant ces couples s’aimer, librement et heureux, le regard de la chatte change et s’ouvre à celui des autres. C’est ainsi qu’elle quitte son château d’illusion et se donne enfin, la possibilité d’une rencontre… »

Lors de sa diffusion dans les classes, ce film sera accompagné d’un « livret pédagogique » (sic) destiné à « faire réfléchir les élèves sur les différentes relations amoureuses ».

« Ce dvd-livret est à l’intention des enseignants ou intervenants souhaitant débattre avec leurs élèves, des différentes relations amoureuses suite au visionnage du film. », est-il précisé sur le site.
« Une première partie sera destinée à analyser le film de façon ludique, afin de discuter des intentions de l’auteur et de la psychologie des personnages. »
« Une seconde partie développera des exercices ludiques amenant les élèves à réfléchir sur les relations amoureuses : norme, stéréotypes, relations amoureuses entre personne du même sexe. »

Il est permis de se demander en quoi consisteront ces « exercices ludiques ». On peut tout craindre !

« Une troisième partie donnera des informations simples mais juste sur les relations amoureuses entre personne de même sexe. Ces informations sont destinées à répondre de manière appropriée, aux interrogations éventuelles des élèves. »
Les « interrogations éventuelles » d’élèves de 9 et 10 ans !

En consultant, toujours sur le site du film, les partenaires officiels du projet, on trouve, à côté du « magazine des gays et des lesbiennes », Têtu, du Centre Gays, Lesbiennes, Bi et Transsexuels (CGLBT) de Rennes, de SOS-Homophobie et de la Ligue de l’Enseignement d’Ille-et-Vilaine, une quantité d’institutions publiques, parmi lesquelles : le ministère de la Jeunesse et des Sports ; l’Education nationale (Inspection académique d’Ille-et-Vilaine) ; Le Centre National de la Cinématographie (CNC) ; le Conseil régional de Bretagne ; le Conseil général des Côtes d’Armor ; la Ville de Rennes ; TV Rennes…

En voilà assez ! Ce sont nos enfants qu’il s’agit de défendre, c’est leur intégrité mentale qui est menacée par ce genre de projet, avec la complicité active de la puissance publique !

Les parents français sont fondés à refuser que la propagande pernicieuse et l’idéologie du lobby homosexuel pénètrent dans les écoles et jusque dans les classes de leurs enfants.

Ils sont fondés à se révolter dès lors que l’école publique est financée par leurs impôts.

Ils sont fondés à se rebeller dès lors que l’Etat leur fait une obligation de scolariser leurs enfants pour les instruire, par pour les pervertir.

On comprend qu’ils soient de plus en plus nombreux à choisir d’inscrire leurs enfants dans des écoles hors contrat, malgré les sacrifices financiers que cela représente.

Nous appelons donc les parents français à dire leur révolte et leur refus en signant la pétition ci-jointe, qui sera adressée aux ministères des sports et de l’Education, au Conseil régional de Bretagne et au Conseil général des Côtes d’Armor. Il faut faire savoir aux responsables politiques complices de cette indignité que la révolte des Français aura très bientôt des répercussions certaines sur leur réélection.

Signez la pétition :
Halte aux incitations homosexuelles dans les écoles primaires !

Novopress - 15 janvier 2010

19:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (17)

Marche silencieuse à Perpignan

1 500 personnes de l'université rendent hommage à Sylvie Brazès, la secrétaire morte égorgée.

Le cortège part de l'université Via domitia en direction du Castillet. Une marche organisée à la mémoire de la secrétaire de l'unité de sociologie tuée à coups de couteaux par un étudiant malade mental.

Plus de 1.500 personnes ont effectué une marche silencieuse vendredi matin à Perpignan en hommage à la secrétaire de l'université, poignardée à mort mercredi par un étudiant chinois pris d'une crise de folie. Les étudiants de l'université avaient lancé cet appel jeudi matin lors d'une assemblée générale.

Plus de 1.500 personnes, selon la police et les organisateurs, se sont rassemblées vers dix heures devant le bâtiment de sociologie où travaillait Sylvie Brazès, 49 ans, et où elle a été tuée mercredi matin.

Les participants ont déployé une banderole où était inscrit "Hommage à Sylvie, deuil et solidarité", et le cortège s'est rendu dans le plus grand silence jusqu'au centre ville où il s'est dispersé sans incident peu avant midi. Derrière les proches de la victime et le personnel du département de sociologie, étudiants et enseignants ont défilé dans la tristesse et la dignité, avec le président de l'université Jean Benkhelil.

Après une minute de silence, un étudiant a remercié les participants de leur présence au nom de la famille de la victime, avant la dispersion.

"Je suis touché que la communauté universitaire ait répondu présente, on ne peut pas faire mieux, nous sommes encore tous choqués", a déclaré Jean Benkhelil en marge du cortège.

L'étudiant meurtrier, qui a également blessé trois autres personnes qui tentaient de s'interposer, a été interné, un médecin psychiatre ayant constaté une "abolition de son discernement" qui le rend irresponsable pénalement.

Une information judiciaire a toutefois été ouverte jeudi soir pour "assassinat et tentative d'assassinat" afin de poursuivre les investigations, a-t-on appris de source judiciaire. L'étudiant chinois fera l'objet d'une nouvelle expertise psychiatrique.

France 3 - info Languedoc-Roussillon - 15 janvier 2010

19:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

USA: exécution dans l'Oklahoma

Julius Young, un homme noir de 60 ans, a été exécuté hier soir dans l'Oklahoma (sud) par injection mortelle, pour le meurtre en 1993 d'une jeune femme et son fils à coups de batte de base-ball, a-t-on appris aujourd'hui auprès des autorités pénitentiaires.

Le décès a été prononcé à 18h27, six minutes après que les produits mortels ont commencé à se diffuser dans les veines du condamné, a précisé Jerry Massie, porte-parole des autorités pénitentiaires.

Julius Young avait été condamné à mort en 1995 pour le double meurtre deux ans plus tôt de la fille et du petit fils, âgé de 6 ans, de son ancienne compagne à qui il reprochait de l'avoir quitté. Les deux cadavres avaient été découverts dans leur appartement de Tulsa (Oklahoma), morts sous les coups.

Le Figaro - 15 janvier 2010

19:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Haïti: 10.000 soldats US et un porte-avions

Les Etats-Unis disposeront de 9 à 10.000 soldats à Haïti ou au large de ses côtes d'ici lundi, avec l'arrivée du porte-avions USS Vinson et d'autres bâtiments, a annoncé aujourd'hui le chef d'état-major interarmées, l'amiral Michael Mullen.

Le Figaro - 15 janvier 2010

18:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Marche silencieuse à la mémoire d'Hakim

Hakim marche.jpg
(Cliquez sur la photo pour l'agrandir)

Plus de 3.000 personnes, selon la police, ont pris part vendredi à une silencieuse à la mémoire d'Hakim Maddi, le lycéen poignardé à mort le 8 janvier par un camarade à l'intérieur du lycée Darius-Milhaud.

De très nombreux lycéens étaient présents, vêtus de T-shirts blancs ainsi que des parents d'élèves et des enseignants, tenant à la main des roses blanches et rouge.

 La famille, rentrée jeudi matin de Tunisie, où le corps du lycéen a été inhumé en début de semaine, était présente. 

Le cortège est parti à 15 heures de l'angle de l'avenue Charles-Gide et de la rue Kennedy, d'où il a rejoint l'entrée du lycée. Un lâcher de ballons a été effectué, tandis qu'un arbre du souvenir devait être planté devant l'établissement.

Hakim, 18 ans, a été tué de trois coups de couteau le 8 janvier dans un couloir du lycée Darius-Milhaud, pour un différend futile avec son agresseur, selon le procureur de la République de Créteil, Jean-Jacques Bosc.

L'auteur présumé des coups de couteau, Islam Elkébir, un jeune homme de 18 ans «en rupture familiale» mais dépourvu d'antécédents judiciaires, a été mis en examen lundi et placé en détention provisoire.

Le parisien - 15 janvier 2010

 

 

18:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (16)

VIDEO Débat: Marine Le Pen a enfoncé Besson

http://www.dailymotion.com/video/xbv4si_marine-le-pen-fac...

18:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Débat Le Pen/Besson - Peillon se défile au dernier moment - Un Français pèse 1 gramme

Vidéo http://www.wat.tv/video/selon-pen-fait-etre-francais-23kf...

A peine son hôte arrivé sur le plateau d’A vous de juger, Arlette Chabot donne le ton. Ce jeudi soir, sur France 2, elle reçoit «un ministre très très contesté». Pas même un gloups d’Eric Besson, qui en a entendu d’autres sur son compte. Le premier débat programmé ce soir en avait, en revanche, hérissé plus d’un d’avance: il confrontait le ministre de l’Immigration et de l’Identité nationale à la vice-présidente du FN, Marine Le Pen.

La SNJ-CGT de France Télévisions avait ainsi réclamé sa déprogrammation, et jugé «totalement inadmissible qu’un tel spectacle ait lieu sur les antennes du service». Selon le secrétaire général du SNJ-CGT de France Télévisions, Jean-François Téaldi, interrogé par Libération.fr, un débat entre «la représentante de l'extrême-droite et celui qui banalise ses idées ne peut que mal tourner».

«Cet exercice d'abaissement national»

Et en pleine émission, c’est le socialiste Vincent Peillon, annoncé pour participer à un second débat face à Besson, qui plante, avec fracas, via un communiqué, Arlette Chabot, dont il demande la démission. L’eurodéputé, voyant dans les modalités d'organisation du débat une «dérive» «indigne et inacceptable», déplore que la direction de la chaîne n'ait «pas trouvé mieux, en cette rentrée 2010, que de consacrer la seule émission politique de début de soirée à Eric Besson et de le faire dialoguer avec Marine Le Pen».

«Pour habiller le tout, on m'a demandé, en tant que responsable socialiste, de venir cautionner cet exercice d'abaissement national en voulant bien jouer les idiots utiles en deuxième partie de soirée», se vexe Peillon, qui estime qu'«on s'est déjà copieusement servi» de sa présence annoncée pour refuser de déprogrammer la soirée. Pas question, poursuit l’eurodéputé, de se «prêter à une telle comédie et [de]servir ainsi de caution». Il conclut : «Que M. Besson, Mme Le Pen et Mme Chabot restent entre eux.»

Forcée d’improviser, Chabot, mine de six pieds de long, encaisse ce «coup d’éclat regrettable», assurant avoir joué franc jeu avec son invité. A l’en croire, la journaliste s’est entretenue le matin avec Peillon pour convenir «du contenu même du débat»: «Il en connaissait parfaitement les conditions, qu’il a acceptées». Elle dément avoir voulu reléguer le socialiste en fin d’émission: «Cela permettait de conclure le débat avec lui.»

«Pas de double portion de Mme Le Pen»

Le ministre bronche à peine, espérant, courtois, que, malgré le déroulé de l’émission chamboulé, on ne va pas lui servir «double portion de Mme Le Pen». L’intéressée, montée entre-temps sur le ring, apprécie. Et enfile à son tour, ses gants de boxe. «On voit que le PS est en dessous de tout […]. Mais bon, vous êtes capable de faire le socialiste et le responsable UMP», balance-t-elle au transfuge.

La frontiste embraye sur le débat sur l’identité nationale lancé, selon elle, «comme un thème de campagne», et ironise sur la version aseptisée des contributions postées sur le site du débat, qu’en donne le ministre. «En réalité, nous sommes bousculés par une immigration massive et l’intégration est un échec total. Vous ne voulez pas entendre cela dans le débat. Les Français souffrent.»

Puis, querelle de chiffres sur l’entrée des immigrés clandestins. «Les petits maires vous lancent un cri d’alarme», agite-t-elle. Le Pen, on ne sait trop comment, a fait ses calculs: tous les trois ans, «c’est une population comme la ville de Lille qui entre dans notre pays.»

«Vous n’apportez rien»

Au tour de Besson de passer à l’offensive: «Vous avez dit à la France entière en roulant des tambours "je veux débattre, je veux débattre". Mais vous n’apportez rien.»

Taclée, au passage, sur son manque d’assiduité au Parlement européen, Marine Le Pen enchaîne sur l’autre débat du moment, le voile intégral: «La burqa est la conséquence de réclamations communautaristes auxquelles le gouvernement refuse de s’opposer.» Veut-elle une loi? Trop tard, balaie-t-elle, estimant qu’il fallait réagir «le jour où la première burqa est arrivée en France». Elle réclame un référendum sur l’immigration et «la fin de la discrimination positive», «du racisme anti-français et anti-républicain».

«Dinosaure de la vie politique»

Le ministre, l'air faussement fasciné: «Vous êtes jeune, vous avez un physique avenant, mais vous représentez un monde qui a disparu, vous êtes un dinosaure de la vie politique, de la vieille politique qui veut dresser les uns contre les autres.»

A la fin du débat, Marine Le Pen, qui avait préparé sa sortie, veut «terminer par une petite question sympathique»:«Combien pèse le fait d’être Français»? Euh… «Un gramme, fanfaronne-t-elle, le poids d’un bulletin de vote» qu’elle exhibe au nez du ministre. Allusion à sa récente position en faveur du droit de vote des étrangers aux élections locales. Arlette Chabot, les yeux aux ciel, s’agace de ses «dix secondes de propagande». La journaliste, elle, ressasse, le faux bond de Peillon qui ne perd rien pour attendre: «On s’en expliquera.»

Libération.fr - 14.01.10

00:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (113)

6 Français morts - Port-au-Prince en plein chaos - Fermeture de l'aéroport

secours-haiti-port-au-prince-le-14-01-2030-4160324khwlu_1379.jpg
(Cliquez sur la photo)

On l'a appris tard jeudi soir : le bilan des victimes françaises du séisme à Haïti s'est alourdi pour passer à 6 morts, selon le Quai d'Orsay. Auparavant, ce bilan provisoire, s'est longtemps limité à deux décès. Il s'agit de deux Français originaires du Cantal et présents en Haïti lors du séisme pour leur travail. Leur mort a été annoncée par leur entreprise.

Par ailleurs, on reste dans l'incertitude pour beaucoup de ressortissants hexagonaux. Ils sont 1400 à vivre dans ce pays, dont 1200 à Port-au-Prince même. Environ 200 sont réfugiés à l'ambassade de France. On est sans nouvelle d'une cinquantaine d'entre eux. 91 ont été évacués jeudi vers Fort-de-France. Jeudi soir, quelque 200 ressortissants français de plus devaient être évacués de Port-au-Prince, a-t-on appris de source diplomatique dans la capitale haïtienne. Les Français devaient être évacués à bord d'un Airbus A310 vers une destination que cette source n'a pas souhaité préciser. 200 personnes seraient également ensevelies sous les décombres d'un grand hôtel, Le Montana, selon un ministre français. Du personnel consulaire français et des agents du ministère des Affaires étrangères venus de France vont seconder dans les prochains jours l'ambassadeur de France, qui a été très légèrement blessé dans le séisme.    

 L'aéroport de Port-au-Prince saturé

Moins de 48 heures après le séisme qui a endeuillé Haïti, les secours s'organisent très difficilement. Avec l'arrivée des avions de l'aide humanitaire, l'aéroport de la capitale haïtienne, qui fonctionne sans tour de contrôle, détruite par le séisme, est débordé. Au point que le gouvernement haïtien a demandé aux Etats-Unis ainsi qu'à d'autres pays de ne plus autoriser pour le moment de vols vers Port-au-Prince. "Le gouvernement haïtien nous a dit ne plus accepter de vols pour le moment dans l'espace aérien haïtien car l'aéroport de Port-au-Prince est saturé", a indiqué la porte-parole de l'autorité américaine de l'aviation civile (FAA).

Avant la fermeture de l'aéroport, les avions étrangers étaient arrivés petit à petit et tant bien que mal dans la capitale. A leur bord, des sauveteurs, des chiens, des vivres, de l'eau, du matériel, des médicaments et de quoi opérer. Les secouristes se sont rendus en priorité sur les sites où ils espérent retrouver des survivants. En raison des problèmes à celui de Port-au-Prince, la République dominicaine voisine accueille une partie de l'aide humanitaire sur son aéroport. Ce transit est censé être limité dans le temps. Beaucoup de réfugiés passent également la frontière pour bénéficier des soins médicaux.

 

 Chaos et pillage
 
Pendant que l'aéroport est engorgé par l'afflux désordonné de l'aide et des secouristes, le coeur de Port-au-Prince offre des scènes de désolation. En l'absence des Casques bleus, occupés à fouiller les ruines, et eux-mêmes touchés comme jamais auparavant, les rues de la capitale surpeuplée étaient le théâtre de pillages et de tirs. "Nous entendons de nombreux coups de feu sans pouvoir préciser d'où ils viennent. Les pillages ont commencé dans les supermarchés qui se sont écroulés partiellement", a raconté un porte-parole de l'ONG brésilienne "Viva Rio".

Dans l'espoir de stabiliser la situation, les Etats-Unis ont envoyé de nouveaux renforts militaires, en plus de ceux arrivés mercredi qui ont sécurisé l'aéroport. Le Pentagone a ordonné l'envoi en début de journée de la 82e brigade de l'armée de Terre, soit 3.500 hommes, dont une centaine doivent arriver sous peu, tandis que 2.000 Marines se préparent à partir sur un navire amphibie.

   Entre 45.000 et 100.000 morts : le bilan incertain

La secousse a fait un nombre incalculable de victimes dans les bidonvilles entourant la capitale de 2 millions d'habitants. La violence de la secousse, d'une magnitude 7, la plus forte dans ce pays depuis plus de deux siècles, fait craindre un bilan effroyable : le Premier ministre haïtien, Jean-Max Bellerive, a dit redouter qu'il ne soit "bien au dessus des 100.000" décès. Le président René Préval avait parlé auparavant de plusieurs milliers de morts. "Le Parlement s'est effondré (...). Des hôpitaux se sont effondrés. Certaines écoles sont remplies de cadavres", a-t-il décrit, appelant la communauté internationale à l'aide. Dernière estimation fournie jeudi après-midi par la Croix rouge haïtienne : entre 45.000 et 50.000 morts, ainsi que trois millions de blessés ou de sans-abri. Jeudi soir, le président haïtien a annoncé qu'au moins 7000 corps avaient déjà été ensevelis.

   Les dirigeants internationaux au chevet du pays
 
Après une réunion à l'Elysée, Nicolas Sarkozy s'est exprimé mercredi en fin d'après-midi pour la première fois. Il a annoncé un renforcement du dispositif d'urgence français, via notamment l'envoi deux navires militaires, dont l'un sera doté d'équipements chirurgicaux. Le chef de l'Etat souhaite également l'organisation d'une conférence internationale sur la reconstruction. Il se rendra sur place dans les semaines qui viennent.
 
De son côté, Barack Obama a chiffré l'aide américaine, qui a été renforcée ce jeudi avec notamment l'envoi de 3.500 parachutistes pour assurer la sécurité : elle se montera à 100 millions de dollars (65 millions d'euros). Le président américain a également demandé à son prédécesseur, George W. Bush, de participer aux opérations de secours aux côtés de Bill Clinton, également mis à contribution. Le Fonds monétaire international a également annoncé une aide de 100 millions de dollars.

 L'Onu lourdement frappée

La catastrophe a durement frappé la tête de l'Etat haïtien : des ministres sont portés disparus et le président du Parlement, Kelly Bastien, se trouverait dans les décombres de l'assemblée, selon Jocelerme Privert, un ancien ministre. Les organisations internationales présentes à Port-au-Prince ont elles aussi payé un lourd tribut. Le Tunisien Hedi Annabi aurait été tué dans l'effondrement du siège de la Mission de stabilisation de l'ONU en Haïti. Un fait non confirmé par Ban Ki-moon. Ce dernier a toutefois annoncé jeudi la mort de 36 membres de l'organisation. 150 personnes sont par ailleurs portées disparues.

  La diaspora haïtienne à la rescousse
A l'étranger, la solidarité s'organise. Par exemple aux Etats-Unis, où la diaspora haïtienne est nombreuse. De nombreux sportifs de haut niveau y sont d'origine haïtienne : ils cherchent des nouvelles de leurs proches, se mobilisent, parfois avec le soutien de leurs équipes.

    Internet, réseau solidaire
Les lignes téléphoniques n'ayant souvent pas résisté au séisme, c'est par le biais de la Toile, plus robuste en cas de catastrophe, que sont arrivés les témoignages et que se sont développés les premiers appels aux dons : le principe même du web, qui avait d'ailleurs donné lieu à des recherches de la Rand Corporation pour l'armée américaine sur une forme de communication en "toile d'araignée" capable de contourner les coupures ponctuelles de réseau pour conserver les communications en cas de guerre, peut expliquer en partie ce phénomène.  Surtout, alors que les communications terrestres ont été ravagées, une liaison sous-marine par fibre optique avec le continent américain est restée opérationnelle. Voilà pourquoi c'est par Facebook et Twitter que les premières photos ont pu sortir d'Haïti - et c'est aussi sur Twitter que Wyclef Jean a lancé son appel. La police fédérale américaine a cependant mis en garde contre les arnaques sur internet, conseillant aux Américains de "redoubler de vigilance" sur les appels aux dons.

TF1 News - 14.01.10 

00:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)