Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 175

  • La joie de Noël se répand à Jérusalem grâce au don de sapins de la municipalité

    http://www.i24news.tv/fr/actu/israel/societe/133164-161221-la-joie-de-noel-se-repand-a-jerusalem-grace-au-don-d-arbre-de-la-municipalite

    + Nombreuses photos

  • FRONT NATIONAL - Edito de Nicolas Bay

    45e27890-7c2a-4884-9955-dbfe08ed7c25.png

    Face à la répétition des tueries islamistes : subir ou réagir !

    Lundi soir, au cœur d'un marché de Noël du centre de Berlin, un terroriste islamiste a foncé dans la foule au volant d'un camion, laissant derrière lui 12 morts et 50 blessés.
    Cette attaque, revendiquée par l’État Islamique, rappelle tragiquement celle de Nice le 14 juillet dernier. Le principal suspect est un immigré clandestin tunisien dont la demande d'asile a été rejetée - sans qu'il soit pour autant expulsé - et déjà connu des services de police pour des violences.
    Au-delà de l’effroi, de la colère, de la tristesse, il nous appartient de répondre politiquement à cette nouvelle attaque, dont la cible n'a nullement été choisie au hasard. Le terroriste islamiste et ses complices ou soutiens s'en sont pris à des innocents sur le lieu symbolique que représente un marché de Noël, pour signifier à nos nations qu’ils sont en guerre contre elles et que leur objectif est clairement de nous détruire, nous et notre civilisation, nous et nos traditions, nous et notre identité.
    Il est aujourd'hui vital de stopper l’arrivée de migrants et de rompre avec le laxisme et la faiblesse. La terreur islamiste qui s'abat sur notre continent n'est peut-être qu'un prélude à des attaques barbares bien plus intensives encore qui pourraient suivre dans les mois à venir si les politiques menées successivement par la gauche et la droite sont reconduites.
    Avec Marine Le Pen, nous voulons que nos protections aux frontières soient intégralement rétablies, que l'immigration soit stoppée et les contrôles rendus systématiques. La sécurité des Français devrait imposer au gouvernement de prendre les mesures de bon sens que nous réclamons depuis tant d'années en dépassant ses dangereuses, et désormais dramatiques, œillères idéologiques.
    Le péril islamiste auquel nous sommes confrontés aujourd’hui redoublera d'intensité et de violence si la naïveté, l’angélisme et l'aveuglement continuent de prédominer au sommet de l'État. 

    Briser les barbares islamistes ou les laisser prendre le contrôle de nos sociétés, et donc de nos vies, voilà le choix qui s'offre à nous.

     

  • JOURNAL TVL DU 20/12/16

  • Daech revendique l'attaque du marché de Noël de Berlin

    Daech a revendiqué l'attentat de Berlin (Allemagne) via Amaq, son agence de propagande.

    Dans son communiqué habituel, publié via l'agence Amaq, Daech revendique l'attaque de lundi, où un camion a foncé droit sur la foule du marché de Noël de la capitale allemande, faisant 12 morts et 48 blessés. Le groupe Site, spécialisé dans l'observation des groupes djihadistes, a publié une capture d'écran de l'agence de propagande, affirmant qu'«un soldat de l'Etat islamique» est à l'origine de l'attentat.

     

    «Un soldat de l'Etat islamique a commis l'opération de Berlin en réponse aux appels à cibler les ressortissants des pays de la coalition internationale» anti-Daech, a précisé l'agence. La coalition internationale dirigée par les États-Unis et à laquelle participe l'Allemagne mène des raids aériens sur les positions de Daech qui occupe des régions en Irak et en Syrie.

     

     

     

    Du coup, le véritable auteur de l'attentat est en toujours fuite. «Nous avons probablement un dangereux criminel dans la nature», a reconnu le chef de la police berlinoise, Klaus Kandt, sans exclure qu'il y ait eu un ou des complices. Il a ajouté dans la soirée sur une chaîne de télévision que le fugitif avait «une arme», sans doute celle qui a servi à tuer le chauffeur polonais en titre du camion utilisé pour foncer la foule.

     

    L'homme a été retrouvé tué par balle dans son véhicule, qui lui avait été dérobé. Les craintes à Berlin restent donc grandes au lendemain de l'attentat et les mesures de sécurité y ont été renforcées. Les enquêteurs n'ont publiquement évoqué aucune autre piste que celle du migrant pakistanais.

     

    La thèse de la coordination pas validée pour autant

     

    En juillet dernier, Daech avait revendiqué une attaque à la hache commise dans un train en Allemagne. «L'auteur de l'attaque à l'arme blanche en Allemagne est l'un des combattants de l'Etat islamique et il a mené cette opération en réponse aux appels à viser les pays de la coalition qui combat Daech», avait affirmé le groupe djihadiste.

     

    Les autorités allemandes avaient toutefois dit à l'époque n'avoir «aucun indice» prouvant les liens entre l'auteur et Daech. C'était la première fois que l'organisation terroriste, qui a revendiqué plusieurs attentats sanglants dans le monde, s'attribuait la responsabilité pour une attaque en Allemagne.

     

    La revendication de cette attaque ne signifie pas pour autant que Daech a coordonné l'attaque. Il pourrait s'agir d'un acte en réponse à l'appel de propagande de l'organisation islamique. C'est également la première fois qu'Amaq revendique une attaque alors que l'assaillant est toujours vivant.

      leparisien.fr

  • Investi par le Rassemblement Bleu Marine, il est exclu du Grand Orient de France

    XVM44b3421a-c6ac-11e6-acb8-ffcbffe66664.jpg exclu du GO.jpg

     

    • Par Emmanuel Galiero
    • Mis à jour
    • Publié

    Jean-François Daraud, au centre, entouré de Gilbert Collard (à gauche) et Louis Aliot (à droite).

    L'ex-UDI Jean-François Daraud, qui s'est rapproché du FN, entre en guerre contre sa loge.

    L'ex-patron de l'UDI dans l'Aude, Jean-François Daraud, a été investi sous l'étiquette du Rassemblement Bleu Marine, la formation satellite du Front national, dans la 2e circonscription de ce département pour les prochaines élections législatives. Un engagement qui lui a valu d'être exclu du Grand Orient de France. Il organise mercredi une conférence de presse devant le siège de la loge, rue Cadet, dans le IXe arrondissement à Paris, pour dénoncer cette décision. Il sera soutenu par son avocat, Me Kuchukian et plusieurs élus du Front national, dont le député RBM Gilbert Collard, l'eurodéputé Edouard Ferrand et le conseiller régional Jean-Richard Sulzer.

    «Je suis totalement scandalisé de voir qu'une association, qui prône la fraternité, la tolérance et l'ouverture, décide de m'exclure alors que cela correspond exactement à ce que j'ai dit lors de ma présentation aux législatives. Le Grand Orient me reproche de faire de la politique mais ce sont eux qui en font! Je ne vais pas laisser les choses comme ça», tempête Daraud, en rappelant ses vingt années de franc-maçonnerie et les divers courriers reçus par le conseil de l'ordre du Grand Orient.

    La décision de son exclusion a été prononcée par la chambre suprême de justice maçonnique au motif d'une incompatibilité entre son ralliement politique au RBM et ce que prône la loge. «Ce frère a annoncé son appartenance et son soutien à un groupement qui développe des thèses radicalement incompatibles avec les engagements que prend tout franc-maçon lors de son initiation. Il appelle à la discrimination, à la haine et à la violence envers les personnes en raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie», est-il notamment notifié.

    Jean-François Daraud s'étonne de constater le maintien de Jean-Luc Mélenchon au Grand Orient. «On peut donc être au Front de gauche et pas au RBM?», proteste-t-il encore, avant d'annoncer qu'il envisagera tous les recours juridiques pour faire annuler une exclusion qu'il juge «incompatible avec les droits de la République, la Cour des droits de l'homme et la Cour européenne.»

  • Une ceinture de chasteté version XXIe siècle recréée en Allemagne contre le viol

     

    17h53

    Une société de maroquinerie allemande a relancé une vieille tradition délaissée depuis des siècles en relançant un modèle de sous-vêtement féminin censé prévenir les viols sur fond de la hausse de la criminalité due aux flux migratoires dans le pays.

     

    1612202222400109.jpg

     

  • Au moment de l’attentat, Merkel célébrait l’intégration à la chancellerie

     

    20h52

    Lorsque les premiers véhicules de secours arrivent lundi soir sur le marché de Noël dévasté, la chancelière fédérale Angela Merkel (CDU) participe à une cérémonie pour les personnes œuvrant à l’intégration. Les participants à cette manifestation, des jeunes pour la plupart, acclament la chancelière.

    [...] Elle parle d’intégration et de discrimination. Elle dit : « Il ya toujours des gens qui ont besoin d’un peu plus de temps pour qu’on arrive à les convaincre. Il ya même des gens qui ne vous écoutent pas du tout. Dans ce cas, il faut tout simplement poursuivre sa route. Ça aussi, ça fait partie de la diversité des opinions. »

    Applaudissements frénétiques. Les invités ne tiennent plus en place. Par dizaines, ils descendent en courant l’escalier [de la chancellerie], chacun d’entre eux veut faire un « selfie » avec Aydan Özoguz (SPD), chargée de l’intégration au sein du gouvernement fédéral, et avec la chancelière.

    (Traduction Fdesouche)

    Die Welt

  • Attentat de Berlin: les dernières heures du conducteur polonais

    Ariel Zurawski, patron et cousin du routier polonais retrouvé mort, lundi soir, à Berlin, après l'attentat, affirme avoir du mal à croire qu'une seule personne ait pu s'emparer de son poids-lourd.

    Le ressortissant polonais retrouvé mort dans la cabine du camion à l'origine de l'attentat de Berlin était bien le conducteur d'origine du véhicule et son corps portait des traces de coups, a assuré le transporteur pour qui il travaillait. 

     

    > En direct.Attentat de Berlin : le suspect disculpé, où est le terroriste ? 

     

    L'homme de 37 ans, qui laisse une femme et un fils de 17 ans, était un costaud de 120 kilos, mesurant 1,83 mètre, a dit aux médias polonais, Ariel Zurawski, patron d'une société de transports installé près de Gryfino, dans le nord-ouest de la Pologne. «Une seule personne n'aurait pas eu raison de lui». La victime était son cousin, qu'il connaissait depuis l'enfance.

     

    La famille du conducteur sous le choc

     

    Ariel Zurawski avait été appelé dans la nuit par la police polonaise pour identifier la victime sur une photo. «On y voyait des traces de coups, il était évident qu'il s'était battu. Son visage était ensanglanté, tuméfié. Il y avait une blessure à l'arme blanche», a-t-il raconté, confiant qu'il avait eu du mal à regarder l'image. «La police m'a dit qu'il y avait aussi une blessure par balle».

     

        

    La famille du conducteur est sous le choc. Son père a été emmené à l'hôpital par ambulance, alors qu'il savait seulement que quelque chose de grave était arrivé à son fils. Sa femme s'est rendue à la police, mais on lui a épargné la vue de la photo. «C'est une personne d'une grande force», a dit Ariel Zurawski. «Elle est allée travailler aujourd'hui à Szczecin, car elle avait un appel d'offres important à traiter».

     

    Perte de contacts à 16 heures

     

    Il a insisté à plusieurs reprises sur un malheureux concours de circonstances ayant abouti à la mort de son employé. Ce dernier, sur la route depuis une semaine et demie, est arrivé à Berlin d'Italie en transportant 24 tonnes d'éléments en acier. Il aurait dû normalement les décharger tout de suite comme prévu, mais la société destinataire a remis l'opération au lendemain.

     

    «Il voulait rentrer à tout prix jeudi au plus tard, pour acheter un cadeau à sa femme», a encore raconté l'entrepreneur. Il a donc stationné devant l'entrepôt du client, explique le transporteur.

     

    Le conducteur a eu le dernier contact téléphonique avec sa femme vers 15 heures. Ils ont parlé peu, car elle était encore au travail et devaient se reparler une heure plus tard. Mais à 16 heures, il ne répondait plus au téléphone. Par la suite, a raconté Ariel Zurawski, on a découvert grâce à son système GPS, que le camion a été mis en marche vers 15h45, mais n'est pas parti, ne faisant que des petits mouvements en avant et en arrière «comme si quelqu'un apprenait à le conduire».

     

    Son patron a alors compris que «quelque chose de mauvais» était arrivé, car le conducteur observait toujours scrupuleusement la pause imposée par la loi. «Dans la boîte, on l'appelait "Inspecteur", tellement il était strict. C'était un homme bon».

     

    Une cagnotte ouverte pour la famille du routier

     

    Le semi-remorque était muni d'une boîte automatique, il était facile à conduire. Il a quitté son stationnement vers 19h40, faisant un parcours de dix kilomètres environ jusqu'au marché de Noël. «Peut-être que quelqu'un pilotait le conducteur», pense le transporteur, car «il n'est pas facile de faire un tel parcours dans Berlin» sans se perdre.

     

    Le parquet national polonais a ouvert une enquête sur «le meurtre d'un citoyen polonais dans le but d'appropriation d'un semi-remorque et de son utilisation pour attaquer un groupe de personnes sur un marché de Noël à Berlin», délit pour lequel la peine maximale est la prison à vie.

     

    La nouvelle du meurtre du camionneur a bouleversé les milieux des routiers polonais. «Nous sommes tous sous le choc», a déclaré Anna Wrona, porte-parole de leur fédération ZMPD qui a lancé une cagnotte pour la famille de la victime. L'attentat au camion-bélier a fait 12 morts et 48 blessés, dont 18 grièvement, selon un bilan des secours

    Le Parisien

  • Attentat de Berlin : le premier suspect disculpé, où est le terroriste ?

     

    >Faits divers|Robin Korda|20 décembre 2016, 17h51|3
     
     
    Robin Korda
     
    Faits diversAttentat de BerlinBerlinAttentatMarché de NoëlAttentat de Nice
     

    La seule personne interpellée jusqu'à présent pour l'attaque meurtrière au camion-bélier, lundi soir, sur un marché de Noël de Berlin, a été remise en liberté. Un dangereux terroriste se trouve donc... dans la nature.

    Interpellé à proximité de la scène de crime, très peu de temps après les faits, un Pakistanais de 23 ans attirait à lui seul tous les projecteurs de la presse allemande de lundi à mardi, après l'attaque au camion-bélier qui a fait au moins 12 morts et une cinquantaine de blessés sur un marché de Noël berlinois lundi soir. Mardi soir, sa remise en liberté a rebattu toutes les cartes quant à l'identité du terroriste.

     

    EN DIRECT. Attentat de Berlin : la poice à la recherche du suspect

     

    Quelques heures plus tôt, à la mi-journée, Die Welt annonce d'abord que la police a arrêté «le mauvais homme». Selon ce journal de renom, qui cite une source anonyme haut placée, les alibis du migrant pakistanais auraient été vérifiés et seraient désormais jugés crédibles par les enquêteurs. Rien ne permettrait de confondre ce suspect.

     

     

     VIDEO. Attentat de Berlin : 12 morts, 48 blessés, un suspect en fuite

     

     

    La police à la recherche d'une arme

     

    Pointe alors une angoisse. «Le vrai assaillant est encore en liberté et armé et peut provoquer de nouveaux dégâts», ajoute cette source anonyme. Car si les victimes du marché de Noël ont été percutées par le camion, à l'intérieur de la cabine de celui-ci, le convoyeur d'origine a été tué... par balle. Le fait que l'arme de ce crime n'ait pas encore été retrouvée a d'ailleurs pu alimenter la thèse d'un tueur en fuite et d'une arrestation infondée. D'autant que le jeune homme interpellé nie les faits. 

     

    «Nous avons probablement un dangereux criminel dans la nature»

    Klaus Kandt, Police berlinoise

     

    «Nous avons probablement un dangereux criminel dans la nature et bien sûr cela inquiète la population», déclare un peu plus tard le chef de la police de Berlin, Klaus Kandt, lors d'une conférence de presse, rejoignant le chef du parquet fédéral anti-terroriste. Chargé de superviser l'enquête, celui-ci avait préparé le terrain : «nous devons nous préparer à l'idée que la personne interpellée n'est pas l'auteur» de l'attentat, avait-il affirmé.

     

    Lire. Berlin : lancer un camion contre la foule, une méthode de Daech et d'Al Qaïda

     

    Au départ, plusieurs éléments semblaient incriminer le jeune homme pakistanais, entré sur le sol allemand le 31 décembre 2015, enregistré comme demandeur d'asile puis réapparu à Berlin en janvier 2016. Lundi soir, l'homme est poursuivi à pied sur deux kilomètres par un témoin qui l'a vu partir à toute allure des lieux ensanglantés et qui parvient à guider la police par téléphone. 

     

    Arrêté, le jeune homme «semble correspondre à la description» du conducteur donnée par des témoins, selon le chef de la police berlinoise. Les enquêteurs perquisitionnent le plus grand centre de réfugiés de Berlin, où l'homme habiterait depuis février. Ils interrogent plusieurs jeunes réfugiés. Dans sa première allocution, Angela Merkel fait référence à cette seule piste. Malgré ses formulations prudentes, l'affaire semble entendue.

     

    EN IMAGES. Attaque terroriste : Berlin se réveille en deuil

     

    Viennent alors les zones d'ombre. Certes, le jeune homme est connu des services de police, mais ceux-ci ne lui connaissent aucun signe de radicalisation islamiste. L'homme nie les faits. Ses alibis paraissent solides. Et puis la fameuse arme manque...

     

    Des analyses de la police scientifique étaient en cours mardi pour tenter de lever ces incertitudes. Il s'agissait notamment de déterminer si l'ADN du migrant correspond aux «traces» relevées à l'intérieur du camion. Il semble que ces éléments, loin de corroborer la présence de l'individu interpellé, l'aient au contraire disculpé. 

    Le Parisien

  • Attentat en Allemagne : l’Elysée ridicule sur twitter

     

    En Allemagne, à Berlin, hier soir, un « migrant » islamiste a foncé en camion sur la foule, lors d’un marché de Noël, faisant au moins 12 morts.

    L’Elysée s’est surpassé sur twitter :

    Un méchant camion a tué des gens !

    Espérons que la justice soit sévère envers lui !

  • Russie : ils boivent de l'huile de bain parfumée, une cinquantaine de morts

    6473676_siberie_1000x625.png

     

    >Faits divers|19 décembre 2016, 12h22 | MAJ : 19 décembre 2016, 16h52|1

    Illustration. Irkoutsk, en Sibérie. Il fait actuellement - 10°C. L'alcool artisanal et les produits ménagers contenant de l'alcool sont utilisés dans l'ex-URSS comme une alternative moins onéreuse que les alcools traditionnels, et sont responsables chaque année de nombreux décès.

    Capture d'écran @GoogleStreetView2016
     
       
    Faits diversAlcoolSibérieHuiles de Bain
     

    Une cinquantaine de personnes sont mortes à Irkoutsk, en Sibérie, après avoir bu des huiles de bain parfumées à l'aubépine contenant un alcool toxique. 

    Une cinquantaine de personnes sont mortes, à Irkoutsk, en Sibérie, après avoir bu des huiles de bain parfumées à l'aubépine contenant un alcool toxique, ont annoncé, lundi, les autorités de Russie.

     

    Selon les autorités, l'huile incriminée indique clairement sur l'étiquette être impropre à la consommation car elle contient du méthanol, une substance toxique utilisée comme antigel, mais reste pourtant parfois «consommée comme de l'alcool» en raison de son faible prix. La bouteille de 25 ml est vendue à 40 roubles (0,60 centime d'euros).

     

    Deux arrestations et des perquisitions 

     

    Deux personnes ont été arrêtées suite à ces décès et des perquisitions ont été menées dans les magasins où sont vendues ces huiles de bain, permettant la confiscation de plus de 500 litres du liquide, ont indiqué les enquêteurs.

    Le Premier ministre, Dmitri Medvedev, a ordonné à son cabinet, lundi, de «régler» cette affaire, estimant que la vente de tels liquides via des distributeurs automatiques, une pratique répandue, était une «honte absolue».

    Les eaux de Cologne bas de gamme et les lotions contenant de l'alcool sont vendues sans les restrictions qui s'appliquent aux spiritueux, et sont parfois consommés par les Russes les plus pauvres.

       

    Explosion des ventes d'alcool au marché noir 

     

    L'alcool artisanal et les produits ménagers contenant de l'alcool sont utilisés dans l'ex-URSS comme une alternative moins onéreuse que les alcools traditionnels, et sont responsables chaque année de nombreux décès.

    Les autorités russes se sont inquiétées en 2015 de l'explosion des ventes d'alcool au marché noir, y compris frelaté, conséquence des hausses des prix des boissons décrétées pour lutter contre l'alcoolisme.

    Le Parisien

  • JOURNAL TVLibertés DU 19/12/16

  • Berlin: Trump dénonce une attaque de « terroristes islamistes » qui visent « continuellement les chrétiens »

    1612200552390124.jpg

     

    1h23

    «Aujourd’hui il y a eu des attaques terroristes en Turquie, en Suisse et en Allemagne, cela empire. Le monde civilisé doit changer sa manière de penser», écrit Trump.

     

    Dans un communiqué, il s’est fait plus politique, dénonçant une attaque contre des chrétiens: «Des civils innocents ont été tués dans les rues alors qu’ils se préparaient à fêter Noël. L’Etat islamique et d’autres terroristes islamistes attaquent continuellement les chrétiens au sein de leurs communautés et lieux de culte», a affirmé le futur président, expliquant que cette stratégie fait «partie de leur djihad mondial».
    «Ces terroristes ainsi que leurs réseaux régionaux et mondiaux doivent être éradiqués de la face de la Terre, une mission que nous allons mener à bien avec tous nos partenaires épris de liberté», a-t-il ajouté dans son communiqué, qualifiant les faits survenus dans la capitale allemande d’«attentat terroriste terrifiant».

    (…) 20minutes.fr

  • Attentat de Berlin

    Berlin : le terroriste est un migrant pakistanais arrivé en Allemagne en février (MàJ)

    FDS

  • Donald Trump officiellement élu président des Etats-Unis

    801613.jpg

    Les grands électeurs ne sont pas tenus de respecter le mandat qui leur a été confié mais il est extrêmement rare qu’ils dérogent à ce principe. Ironie cruelle : les rares défections de lundi étaient, suivant le décompte encore partiel des médias américains, plus nombreuses dans le camp démocrate que dans le camp républicain. Dans l’État de Washington (ouest), qu’Hillary Clinton avait emporté haut la main, un tiers des 12 grands électeurs n’ont ainsi pas voté en sa faveur.

    Source : RTL

     

  • En Guyane, Marine Le Pen dénonce l’immigration massive

    Mayotte-Marine-Le-Pen-1-600x323.jpg Marine.jpg

     

    Partager sur Facebook Tweeter

     

    19/12/2016 – FRANCE (NOVOpress)
    La présidente du Front National a achevé dimanche 18 décembre une visite de trois jours en Guyane. Elle en a profité pour dénoncer une situation qui s’est dégradée à cause de l’immigration clandestine massive.

    La situation s’est dégradée depuis une dizaine d’années (faute) de résoudre les problèmes de l’immigration clandestine massive ». (…) Ce qui j’ai vu n’est pas rassurant car la situation s’est dégradée depuis une dizaine d’années. Je ressors avec de l’espérance et en même temps un sentiment de gâchis.

    Si elle est élue, Marine Le Pen promet de mettre fin aux « pompes aspirantes irrépressibles », ce qui se traduirait pour les étrangers en situation irrégulière par l’arrêt du droit du sol, de la régularisation, la naturalisation, l’aide médicale d’Etat, les logements sociaux et d’urgence, la scolarisation gratuite et les allocations familiales.

  • Election américaine : Donald Trump obtient la majorité des voix auprès des grands électeurs

     

    Une majorité des membres du collège électoral américain s’est prononcé, lundi, en faveur de l’homme d’affaires, confirmant sans surprise son élection à la Maison Blanche.

    LE MONDE |

     

    Une majorité des membres du collège électoral américain s’est prononcé lundi 19 décembre en faveur de Donald Trump, confirmant sans surprise l’élection de l’homme d’affaires septuagénaire à la Maison Blanche, selon un décompte effectué par les médias américains.

    « Félicitations à Donald Trump, officiellement élu président des Etats-Unis aujourd’hui par le collège électoral », a tweeté le vice-président élu Mike Pence. Des militants démocrates avaient appelé les grands électeurs à faire barrage au magnat de l’immobilier en dépit de sa victoire du 8 novembre.


    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/elections-americaines/article/2016/12/19/election-americaine-donald-trump-obtient-la-majorite-des-voix-aupres-des-grands-electeurs_5051431_829254.html#U0ybdbemTH0UFB3p.99
  • BERLIN - Un camion écrase plusieurs piétons sur un marché de Noël: au moins 9 morts

    https://francais.rt.com/international/30876-berlin-camion-marche-noel

    PHOTOS ET VIDEOS

  • Vladimir Poutine : le meurtre de l'ambassadeur Andreï Karlov est une «provocation»

    58583c75c36188b64b8b47ab.jpg Poutine.jpg

     

     
    © Sergey Guneev / Sputnik

    Le chef d'Etat russe a condamné l'attentat contre l'ambassadeur russe, qu'il qualifie de provocation destinée à «compromettre le processus de paix en Syrie». Une commission d'enquête a été mise en place, en coopération avec la Turquie.

    «Nous devons savoir qui a donné les ordres», a martelé Vladimir Poutine, après avoir présenté ses condoléances à la famille de l'ambassadeur russe en Turquie Andreï Karlov.

    «Ce meurtre est clairement une provocation, destinée à faire échouer la normalisation des relations entre la Russie et la Turquie et, également, à compromettre le processus de paix promu par la Turquie, la Russie, l'Iran et d'autres pays», a estimé Vladimir Poutine, avant d'ajouter : «La seule réponse possible est de renforcer encore notre combat contre le terrorisme.» Le président a indiqué qu'une commission d'enquête avait déjà été formée, après qu'il se soit entretenu avec le président turc par téléphone.

    Les criminels vont sentir la pression

    L'ambassadeur Andreï Karlov a été abattu alors qu'il inaugurait une exposition d'art à Ankara. La porte-parole de la diplomatie russe a très vite confirmé la fusillade à RT. Selon plusieurs témoins, l'agresseur a tiré plusieurs coups de feu en criant : «Dégage !» 

    D'autres sources rapportent qu'il aurait également hurlé avant de tirer : «N'oubliez pas Alep ! N'oubliez pas la Syrie ! Tant que nos [positions] ne seront pas sûres, vous ne serez pas sûrs. Seule la mort peut me faire partir d'ici ! Quiconque a une responsabilité dans ces atrocités le paiera, un par un ! Allahu Akbar !»

    Lire aussi : L'ambassadeur russe en Turquie tué par balles par un assaillant armé à Ankara (PHOTOS, VIDEOS)