Mère de famille.
 
 
 
 

Un bon nombre de concitoyens ignorent encore ce qu’est le « pass contraception », dispositif pourtant financé par l’argent public.

Le pass contraception, c’est un des services que propose une carte de crédit toute simple que n’importe quel jeune de 15 à 25 ans peut commander, puis recevoir par la poste en s’inscrivant le site Web de sa région. Acheter un livre de Jules Verne pour le cours de littérature ou aller voir Le Malade imaginaire, les adolescents peuvent également se procurer la pilule du lendemain (voire du surlendemain) dans n’importe quelle pharmacie ou s’offrir les services d’un généraliste pour se faire prescrire un contraceptif, sans que les parents soient au courant de quoi que ce soit.

Non seulement ce volet est absolument hors compétences de la région, mais en plus il renforce l’intrusion permanente et indécente de l’État dans la famille, dans nos lits. Sous couvert de prévention, ce dernier – aidé par les collectivités locales – fait croire aux générations qui arrivent et se construisent que le tout-contraceptif est LA solution pour prévenir de tous les maux, notamment des grossesses non désirées (oui, parce qu’en France, la grossesse est une maladie).

C’est sûr qu’avec plus de 200.000 avortements par an, le tout-contraceptif, c’est vachement efficace.

Outre l’aspect intrusif, ce pass transforme la sexualité en un bien consommable et animal. Il n’y a qu’à voir la campagne de communication vidéo d’Auvergne où, pour introduire le volet « contraception », un acteur mime la copulation du lapin. Franchement, nos jeunes valent mieux que ça !

À la région Auvergne-Rhône-Alpes, et ce, depuis plus de deux mandats successifs, le groupe Front national propose, via des amendements, la suppression pure et simple de ce volet, au regard de ces arguments, non exhaustifs. La gauche refuse, la droite s’abstient… systématiquement.

Le 3 mai 2016, le groupe a pris le taureau par les cornes et passe la seconde en envoyant à chaque élu de la majorité un courrier officiel lui demandant de bien vouloir se positionner sur la suppression du pass contraception.

À ce jour, aucune réponse écrite reçue. Qui ne dit mot consent ? Et pourtant, il y a dix jours, les débats en commission Lycées puis en commission Santé-Famille ont changé de tournure sur le sujet. Les Républicains ont laissé entendre que Laurent Wauquiez supprimerait le pass contraception. Une pression et une houle palpables se sont fait sentir… Puis la gêne et la rétractation se sont très vite installées côté LR lorsque la gauche est montée sur ses grands chevaux. On pouvait lire la peur dans les yeux des élus de la majorité.

Hé oh la droite, les 100 jours sont largement dépassés ! Il s’agirait, maintenant, d’avoir le courage de sa politique ! Vous ne pourrez pas éternellement faire campagne sur les idées du FN et trahir les Français par la suite. Maintes fois en privé, vous avez avoué être d’accord avec nous sur ce sujet…

Si Les Républicains ne parviennent pas à se mettre d’accord là-dessus entre eux, comment pourrait-on les croire sur la loi Taubira et, plus encore, sur leur programme ?

Alors, encore un petit effort : franchissez le Rubicon, nous sommes juste sur l’autre rive !

BV